07 Avr

Seul contre tous, Emmanuel Giboulot, le vigneron bourguignon récalcitrant est reconnu coupable

Le jugement est tombé en ce début d’après-midi en Côte d’Or. Le tribunal correctionnel de Dijon condamne Emmanuel Giboulot à 1000 euros d’amende dont 500 assortis du sursis. Il est reconnu coupable de ne pas s’être conformé à un arrêté qui l’obligeait à traiter ses vignes. Présent à l’audience, et malgré le soutien encore de 120 personnes à l’extérieur du palais, Emmanuel Giboulot ne baisse pas les bras et compte bien faire appel.

Emmanuel Giboulot © Jeff Pachoud Agence France Presse

Emmanuel Giboulot vient de recevoir le jugement à 13h30 comme un coup sur la tête…Il était poursuivi pour n’avoir pas traité ses vignes contre la flavescence dorée.

« Je ne me sens pas du tout coupable, c’est intolérable aujourd’hui d’être obligé de se masquer, d’être dans la peur quand on assume une position », a déclaré à la
presse Emmanuel Giboulot à l’issue du délibéré. Le viticulteur a annoncé son intention de faire appel. Il encourait six mois d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

Le jugement est conforme aux réquisitions du ministère public puisqu’ à l’audience du 24 février dernier, le procureur avait requis une amende de 1 000 euros, pour moitié avec sursis contre Emmanuel Giboulot, qui exploite dix hectares en Côte-de-Beaune et Haute-Côte-de-Nuits en biodynamie.

Le parquet avait dénoncé le non-respect, « par choix idéologique », de l’arrêté préfectoral imposant de traiter, en 2013, les vignes de Côte-d’Or contre une maladie qui peut décimer le vignoble.

Alors que l’avocat d’Emmaneul Giboulot, Maître Benoist Busson, avait plaidé lui au contraire la relaxe, dénonçant le principe de précaution « complètement dévoyé ».

La flavescence dorée serait apparue en 1949 en Armagnac et touche désormais une bonne partie du vignoble en France. Elle s’est énormément développée depuis une dizaine d’années. Un important foyer avait été découvert en Saône-et-Loire en 2011, entraînant en Bourgogne l’arrachage de 11 hectares de vignes en 2012 puis 0,2 ha en 2013.

Emmanuel Giboulot avait été soutenu le 24 février dernier par 500 personnes à l’extérieur du tribunal de grande instance de Dijon ©

Mais le vigneron avait subi les foudres de l’interprofession et même d’une partie de la filière bio – pour qui l’affaire donnait une mauvaise image de la Bourgogne.

Les mesures de traitement avaient été prises « en accord total avec la profession, y compris la filière bio » avait précisé le directeur régional de l’Alimentation et de l’agriculture, Jean-Roch Gaillet.

« Dans les communes voisines, à Pommard, à Volnay, à Saint-Aubin, à Meursault, on a trouvé de la flavescence dorée » et « il n’y a que Giboulot qui n’ait pas traité. Ce qui compte, c’est qu’il y ait une condamnation », avait estimé Jean-Roch Gaillet au moment du procès.

Les explications de Michel Gillot avec :

  • Emmanuel Giboulot, viticulteur à Beaune
  • Jean-Michel Aubinel, président de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne / 21 février 2014
  • Jean-Marie Chaland, viticulteur à Viré (Saône-et-Loire) / 3 mai 2013
  • Conférence de presse du BIVB  / 21 février 2014

Pourquoi Emmanuel Giboulot refuse-t-il de traiter ses vignes ?

Emmanuel Giboulot exploite dix hectares en biodynamie en Côte-de-Beaune et Haute-Côte-de-Nuits, deux appellations prestigieuses de vins de Bourgogne.

Il est opposé au « traitement systématique » des vignes. Il a aussi exclu d’utiliser des insecticides naturels comme la pyréthrine, qui selon lui « ne sont pas inoffensifs » et « détruisent la faune auxiliaire ». Pour le vigneron, tous ces traitements vont à l’encontre des « équilibres biologiques », principe fondamental de la biodynamie qu’il applique depuis les années 1970.

 

 

14 Mar

Exportations des vins de Bordeaux: la Chine chute…

Une baisse substantielle de – 16 % en volume vers la Chine et – 23 % vers Hong Kong plombe le bilan dressé, hier à Paris par le CIVB, de l’export des vins de Bordeaux: – 2 % en volume et – 6 % en valeur.

Capture

La baisse du marché chinois vue par DIVA et Jean-Pierre Rousseau, directeur associé @ Thierry Julien – France 3 Aquitaine

« Le marché chinois a besoin de souffler », selon Bernard Farges le Président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, qui confirme que « le marché avait une progression exponentielle depuis 2005″

L’exemple le plus flagrant, c’est celui de D.I.V.A.la maison de négoce bordelaise, désormais sous pavillon chinois (détenue à 70 % par un Chinois). Jean-Pierre Rousseau, directeur associé, avoue avoir enregistré une baisse de 50 % du chiffre d’affaire vers la Chine l’an dernier. (Fort heureusement, la part du marché export en Chine a été ramenée chez DIVA de 70 à 30 %).

Les explications sont simples et données par Jean-Pierre Rousseau avec son oeil d’expert: «  Il y a eu un engouement en Chine énorme, ça a été un raz-de-marée. Comme on dit les arbres ne montent pas au ciel, mail là ils sont allés très très haut, ils ont dépassés les gratte-ciels les plus hauts de  Poudong, le quartier d’affaire de Shangaï. La vague retombe c’est relativement logique. »

chinois

Les dirigeants chinois ne peuvent plus offrir en cadeaux des coffrets de luxe de grands crus classés, leur gouvernement leur interdit © France 3 Aquitaine, lors de Vinexpo 2013

Il faut dire que le gouvernement chinois a freiné tout net la politique et la culture de cadeaux de grand luxe et notamment de crus classés, en particulier chez les fonctionnaires et ceux qui dépendent de l’Etat.

Grâce au marché Chinois, qui a enregistré des progressions jusqu’à 3 chiffres, le marché des vins de Bordeaux a pu rester à flots et se revigorer après la crise financière de 2008.

sichel

Allan Sichel vice-président du CIVB et Président de la Fédération des Négociants en Vins de Bordeaux © Thrierry Julien- France 3 Aquitaine

Bordeaux exporte 25 % de ses volumes sur la Chine, ça représente un volume conséquent et c’est important qu’on ait plutôt une diffusion mondiale. Justement, il serait dangereux d’être beaucoup plus dépendant que cela de la Chine ! » selon Allan Sichel Vice-Président du CIVB.

Christophe Reboul Salze, Président the « Wine Merchant », enfonce le clou: « ça correspond à des exportations de vins qu’on a vendu, il y a une an, deux ans, avec le système de primeurs. Ce qu’il y a de certain, c’est que la baisse de commandes sur le marché actuel est supérieure à 50%

Pour ce dirigeant d’une grande maison de négoce à Artigues-près-Bordeaux qui a exporté jusqu’à 50% en Chine de 2009 à 2011:  » ils se retrouvent avec beaucoup de stocks et il y a beaucoup moins d’intérêt en ce moment. Il va leur falloir du temps pour digérer ces stocks. Ensuite, ça va redémarrer sur des bases plus saines, avec des gens mieux formés et des sociétés mieux capitalisées, plus spécialisées, je pense. »

« Seul point positif, les volumes expédiés vers l’Union Européenne sont en hausse de 5 % (1,03 Mhl) (mais baisse de 6 % en valeur). Vers l’Asie et l’Amérique du Nord, le repli est de 7 % en volume et 6 % en valeur.

En France, la baisse des ventes dans la grande distribution où 1 bouteille sur 2 est achetée, continue avec 190 millions de bouteilles (-3 %) pour un chiffre d’affaire de 906 millions d’euros (-1%).

L’année 2013 a vu l’inversion du ratio de stocks, amplifiée par une faible récolte 2013 estimée à 3.87 millions d’hectolitres (-27 % par rapport à 2012).

C’est surtout un choc brutal pour ceux qui n’ont pas de stock, d’autant qu’il y a en ce moment une remontée des cours de l’ordre de 25 % avec un tonneau vendu 1250 euros.

(Source bilan chiffré par le CIVB)

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Thierry Julien.

Interviews de Jean-Pierre Rousseau co-associé de DIVA et Allan Sichel, Vice-Président du CIVB.

Regardez l’interview de Christophe Reboul Salze, Président de « the Wine Merchant »

 

21 Fév

Même une soft Neknomination ne vaut pas Smartnomination

 Le bar de Bordeaux qui avait été nominé et averti par la préfecture de ne pas faire dans le « déjanté » a maintenu sa « Neknomination party » ce jeudi soir, mais épurée et c’est tant mieux. Rien ne vaut somme toute, une dégustation de grands crus de Bordeaux, de Bourgogne et même d’autres petites perles de vins tranquilles…comme les jeunes !

prog5689769.jpg

Le lever de coude, un sport national mais pas seulement. Attention en Irlande et en Grande-Bretagne, 5 jeunes sont décédés en une semaine. © Michel Vouzelaud France 3 Aquitaine

 Pour aller plus loin, lire les articles sur la Smartnomination:

Smartnomination contre Neknomination

Un bar de Bordeaux nominé par la préfecture…à ne pas inciter à l’alcoolisation folle des jeunes

 Regardez le reportage de Jean-Claude Lacoste et Michel Vouzelaud 

 

Un vigneron bientôt en prison pour avoir refusé d’utiliser des pesticides ?

sans-titre
Emmanuel Giboulot, vigneron en Côte d’Or

 

Un vigneron bio bourguignon a été inquiété pour avoir refusé d’utiliser sur ordre de la préfecture des pesticides. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel ce lundi 24 février.

 Il s’appelle Emmanuel Giboulot. Il est viticulteur en Côte d’Or en Bourgogne où il exploite 10 hectares en agriculture biologique et biodynamique depuis plus de 30 ans.

Regardez le reportage de France 3 Bourgogne

 

Son erreur ? Avoir refuser de traiter sa vigne avec un dangereux pesticide par épandage qui détruit les abeilles alors que la préfecture de Côte d’Or avait pris un arrêté pour combattre un insecte qui proliférait. Il risque jusqu’à 6 mois de prison et 30 000 euros d’amende.

Après avoir été placé en garde à vue, lundi 24, il va devoir répondre de son refus devant le tribunal correctionnel de Dijon.

Ecoutez son témoignage…

 

 

20 Fév

« Bien mal acquis ne profite jamais ! »

Un négociant varois peu scrupuleux a vu en une vieille dame de 84 ans « la poule aux oeufs d’or » ! Il a voulu « la plumer » en l’incitant à lui commander des bouteilles de vin pour un montant total de près de 10.000 euros en six mois. Bref un escroc qui faisait une culbute terrible en la poussant à la consommation, il a été mis hors d’état de nuire par la gendarmerie.

Voyant dans cette octogénaire demeurant à Sisteron dans les Alpes-de-Haute-Provence une cible de choix ou encore une proie facile, le marchand de vin, qui l’avait démarchée par téléphone, faisait signer une nouvelle commande à chacune de ses visites, « toutes les deux ou trois semaines », a précisé la même source.

Non content de fournir à sa cliente bien plus que sa consommation, le commerçant de la région de Brignoles faisait payer les bouteilles au prix fort. Pour ces achats en gros, la cliente payait par exemple 36 euros pour un Bordeaux normalement vendu 5,50 euros, selon la gendarmerie. Ben, voyons !

C’est l’auxiliaire de vie de la vieille dame qui a découvert un stock de 180 bouteilles. Aussitôt, elle a dénoncé les faits à la mairie. Interpellé le 14 février par les gendarmes lors d’une de ses tournées, l’escroc présumé sera jugé le 11 septembre devant le tribunal correctionnel de Digne-les-Bains, pour abus de faiblesse ou de l’ignorance d’une personne démarchée. Pour l’heure, les bouteilles  sont encore dans la cave de la pauvre dame.

Source AFP

PS: « shame on you ! »

14 Fév

Les cambrioleurs de châteaux sous les verrous

Au terme de 96 heures de garde à vue, les voleurs de grands crus qui agissaient en bande organisée ont été déférés devant un juge d’instruction de Bordeaux. 13 personnes ont été mises en examen et un mandat de dépôt a été requis contre 11 d’entre eux.

CASSEVIN1

Les saisies opérées lors de l’opération « cassevin » © Patrice Héraud

Une affaire rondement menée par les gendarmes et notamment le Groupement de la Gironde avec en appui la section de Recherches.Lundi matin très tôt, 23 cambrioleurs et receleurs de châteaux ont été interpellés dans 5 départements français (15 en Gironde).

Au terme de l’enquête diligentée dans le cadre d’une information judiciaire, les gendarmes ont mis fin aux agissements d’un véritable réseau qui écumait les châteaux et dépôts du bordelais. 13 châteaux, 2 maisons de négoce et un caviste ont été victimes pour un préjudice d’environ 1 million d’euros.

4 personnes ont été mises en examen des chefs de vols en bande organisée et association de malfaiteurs ; 9 autres des chefs de recel de vols en bande organisée, et association de malfaiteurs.

Il a été requis mandat de dépôt contre 11 personnes déférées devant le magistrat instructeur puis devant le juge des libertés et de la détention ces deux jours les 13 et 14 février.

Lire précédemment: Coup de filet des gendarmes

 

10 Fév

Coup de filet des gendarmes: 20 personnes interpellées, elles écumaient les grands châteaux

15 grands châteaux et caves du Bordelais étaient la cible des voleurs de grands crus. Ce matin, 300 gendarmes ont mis fin à ce trafic très structuré. 20 personnes sont en garde à vue.

CASSEVIN1

Opération « cassevin » pour démanteler le réseau de cambrioleurs © Patrice Héraud

Agissant sur commission rogatoire, l’enquête portait sur une série de vols de grands crus dans les châteaux du Bordelais, avec un préjudice dépassant le million d’euros (vu le prix des bouteilles de grands châteaux, ça chiffre vite !)
 
Les interpellations ont eu lieu en Haute-Garonne, dans le Tarn, les Pyrénées-Atlantiques, l’Ile-de-France et en Gironde, où se trouvaient les commanditaires de ce réseau « très structuré » et « professionnel », qui agissait semble-t-il depuis le mois de juin 2013.

L’enquête était menée depuis plusieurs mois par le groupement de gendarmerie de la Gironde et la section de recherches de Bordeaux pour mettre hors d’état de nuire ce réseau d’au moins 24 personnes qui travaillait sur « commandes ». Certains individus étaient déjà « très connus de la justice ».

Intervention ce matin des hommes cagoulés du groupement et de la section de recherche de la gendarmerie de Gironde © Sud-Ouest Stéphane Lartigue

Sur les vingt personnes interpellées, tous des hommes majeurs, une quinzaine sont originaires de Gironde, où elles se trouvent en garde-à-vue.

La gendarmerie a tenu cet après-midi une conférence de presse. Pour le Colonel Ghislain Réty, commandant le groupement de gendarmerie de la Gironde : « c’est une très très belle affaire. » Mais vu que l’enquête est en cours les lieux d’interpellation et le nom des châteaux n’ont pas été dévoilés.

La Winery à Arsac victime de 2 cambriolages en janvier, préjudice 320 000 euros.

Toutefois selon nos propres sources, Château d’Yquem a été victime dans la nuit du 9 au 10 juin 2013. 380 demi-bouteilles du millésime 2010 ont été dérobées, un préjudice de 100 000 euros (une demi-bouteille du millésime 2010 se vend 330 euros) : « depuis, on a revu la sécurité, ça nous a permis de mettre des moyens plus appropriés » nous-a-t-on dit. 

Plus récemment la Winery en janvier à Arsac a subi le plus gros préjudice. Joint par téléphone Philippe Raoux, propriétaire de la Winery,  a confirmé à « Côté Châteaux » : « on a été cambriolé à deux reprises en janvier : la première fois pour un préjudice de 250 000 euros et la deuxième pour 70 000 euros. » Par ailleurs deux autres établissements proches, Barrère et Sichel, ont également été la cible de ces cambrioleurs à la même période.

CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 2010

Deux caisses de Lafite-Rothschild 2010 dérobées chez Sichel

Pour Allan Sichel, dirigeant la Maison Sichel et président la Fédération des Négociants de Bordeaux : « on nous a volé il y a deux ou trois semaines deux caisses (deux caisses de 6 bouteilles de Lafite-Rothschild d’une valeur de 20 000 euros), mais les cambrioleurs ont été dérangés. Car c’est un site sécurisé, les systèmes d’alarme ont fonctionné. »

Les cambrioleurs n’avaient pas froid aux yeux car presque à chaque fois , les systèmes d’alarme se sont mis en route, ce qui ne les effrayait pas plus que cela. Ils intervenaient avec des camionnettes volées, en moins de 6 minutes à chaque fois et aspergeaient le sol de détergent ou de javel pour effacer toute trace…

Jean-Pierre Stahl, Jean-François Gea et AFP.

Regardez le reportage de Jean-François Géa, Bernard Hostein-Aris et Jean-Pierre Stahl.

 Intervenants:

  • Chef d’escadron Eric Bayle, commandant Compagnie de Gendarmerie de Mérignac (33)
  •  Colonel Ghislain Réty, Commandant le Groupement de Gendarmerie de la Gironde
  • Allan Sichel, Président Fédération des Négociants en Vin de Bordeaux.

20 Jan

Plus de 500 000 euros pour une bouteille de whisky…oups !

Une bouteille de six litres de whisky Macallan s’est vendu 500 000 euros, lors d’une vente aux enchères à Hong Kong, en janvier 2014. (SOTHEBY’S / FRANCETV INFO)

 

C’est surtout le flacon réalisé par le célèbre verrier et bijoutier Lalique qui a fait grimper les enchères. Adjugé 504 000 euros en janvier à Hong Kong.

« Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse », disait Alfred de Musset. Celui de ce whisky écossais pur malt Macallan, fabriqué par le prestigieux maître verrier français Lalique, a fait monter les enchères, lors d’une vente organisée à Hong Kong par la maison Sotheby’s. Selon Le Figaro du lundi 20 janvier, la bouteille de six litres a été adjugée pour 504 000 euros. Ce qui en fait la bouteille la plus chère du monde.

La bouteille, la plus grande bouteille jamais fabriquée par Lalique, appartient à la cuvée « Imperiale M Decanters ».  »Chaque flacon a nécessité l’intervention de dix-sept artisans, dont deux personnes titulaires du précieux titre d’ouvrier de France, et totalise plus de 50 heures de travail », précise au Figaro un porte-parole de Macallan, pour justifier son prix.

Outre ce flacon luxueux, la qualité du whisky a également fait grimper la mise. La marque Macallan n’a en effet commercialisé que cinq bouteilles de cette cuvée spéciale de six litres.

Les Bordeaux n’ont qu’à bien se tenir !

Avec Francetv.info

02 Jan

2013: « annus horribilis »…

2013, une année à oublier très vite ! La pire des récoltes depuis le gel de 1991, des vignerons menacés de survie qui ont subi des orages de grêles, et pourtant le millésime, si faible soit-il, n’est pas à enterrer de suite…certains se mobilisent « contre le 2013 Bordeaux bashing » !

Paul Cardoso en Côtes de Castillon n'aura quasiment pas eu de récolte en 2013 © France 3 Aquitaine

Paul Cardoso en Côtes de Castillon n’aura quasiment pas eu de récolte en 2013 © France 3 Aquitaine

A la cave coopérative de Rauzan, 35% de baisse, la production s’établit à 110 000 hectolitres au lieu de 165 000. Pour amortir les charges, on n’a fait que 17 jours de vendanges au lieu de 30 habituellement, et on a reporté certains investissements. « Avec – 40% en rouge, la coopérative va devoir dire non à certains clients et privilégier les partenariats historiques ».

Sur la place de Bordeaux, il va manquer plus d’1 millions 500 000 hectolitres de vin avec seulement une production de 3,9 millions d’hectolitres alors qu’on commercialise 5,5 millions d’hectolitres.

Les rendements sont en fortes baisse. Paul Cardoso en appellation Castillon, Côtes de Bordeaux, « n’a récolté que 2 à 3 hectolitres par hectare sur ses parcelles victimes de la grêle du 2 août dernier ». Alain Moueix, à la tête du château Mazeyres à Pomerol, n’a obtenu « que 20 hecto à l’hectare ». Pour François Despagne, propriétaire du château Grand Corbin Despagne à Saint-Emilion, même constat « environ une demi-récolte par rapport à une année normale ».

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Thierry Julien. (intervenants: Paul Cardoso, vigneron des Côtes de Bordeaux, Alain Moueix propriétaire du château Mazeyres et François Despagne propriétaire du château grand Corbin Despagne)

Les orages et la grêle ont été désastreux pour le vignoble. Trois épisodes marquants: dans la nuit du 26 au 27 juillet 2013 ainsi que le 2 août (de nombreuses propriété touchées en Gironde) et le 28 septembre (dans le bergeracois et notamment à Monestier (Aoc Bergerac et Saussignac)).

Reportage Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer (intervenants: Pascal Cuisset du chateau des Eyssards et Richard Doughty du château Richard).

Toutefois à Sauternes, le millésime 2013 sera bon voire excellent car le botrytis, la pourriture grise ou noble pour les liquoreux , c’est l’or de Sauternes ! « 2013 est à rapprocher de 2011 » selon Pierre Lurton, le PDG d’Yquem.

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Didier Bonnet (intervenants: Vincent Labergere, directeur technique adjoint CA Grands Crus, Francis Mayeur directeur technique château d’Yquem, Xavier Perromat, propriétaire du château de Cérons).

Ce n’est pas parce que la récolte est minime, que le millésime ne sera pas bon. Des spécialistes, comme Guillaume Jourdan, (VitaBellaWine), se mobilisent pour dire « stop au 2013 Bordeaux bashing » pour « arrêter les conneries »:on ne peut pas décemment enterrer un millésime qui n’a même pas été assemblé ou goûté…(Lire ci-dessous)

http://www.vitabella.fr/guillaume-jourdan/other/stop-au-2013-bordeaux-bashing/