10 Oct

850 kg de bouchons collectés pour Agir contre le Cancer Gironde

Grâce au Concours des Vins, 850 kg soit 170 000 bouchons ont été collectés. La collecte 2014 est 4 fois supérieure à celle de 2013.

La collecte de bouchons par le Concours Des Vins © Agir Contre le Cancer Gironde

La collecte de bouchons par le Concours Des Vins © Agir Contre le Cancer Gironde

Le C.D.V., organisateur de 2 concours de vins internationaux, le Challenge International du Vin et les Citadelles du Vin, se mobilise toute l’année pour récolter ces bouchons.

Une fois collectés, Agir contre le Cancer Gironde vend les bouchons à un liégeur d’Aquitaine, le fruit de la vente ira intégralement à l’Université Inserm 916 Vinco de l’Institut Bergonié, pôle d’excellence dans la lutte contre le cancer.

En 2013, Françoise Meillan, Présidente d’Agir Cancer Gironde a pu remettre au nom de l’asso-­ ciation un chèque de 18 000 euros afin d’aider la recherche.

Dans un objectif de collecter un maximum de bouchons, le C.D.V. a décidé d’étendre la collecte aux laboratoires d’oenologie et aux coopératives de Bourg et des alentours.

 L’engagement solidaire aux côtés d’Agir Cancer Gironde prend tout son sens car il s’inscrit dans une démarche responsable initiée depuis plusieurs années : réduction des déchets, recyclage du verre et du plastique, ainsi qu’une opération de distillation du vin non utilisé.

du verre et du plastique, ainsi qu’une opération de distillation du vin non utilisé.

Ne jetez plus vos bouchons en liège et synthétiques: toute l’année, le CDV met à disposition du public un point de collecte dans ses locaux de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h. Chais de Portier. Bourg.

09 Oct

La Route des Vins de Bordeaux en Graves et Sauternes visible depuis l’A62 !

Lancée l’an dernier la Route des Vins de Graves et Sauternes continue de se structurer et de se faire connaître. Après avoir refait cet été son site web, sur l’autoroute du numérique, elle va bientôt être vue depuis l’auroute A62, une nouvelle consécration.

La signalétique de la Route des Vins de Bordeaux présentée place de la Bourse à Bordeaux en juin 2013 ©France 3 Aquitaine

La signalétique de la Route des Vins présentée place de la Bourse à Bordeaux en juin 2013 © France 3 Aquitaine

C’est un petit pas pour l’homme…et un grand pas pour la Route des Vins…

L’Etat vient de valider le dossier de l’association pour une signalétique forte indiquant le territoire des Graves et Sauternes sur l’autoroute A62 ! Dès cet automne, un panneau Sauternes sera apposé aux abords de l’échangeur de Langon. D’autre part, l’actuelle « Aire des Landes » sera rebaptisée « Aire Terres de Graves ».

La Route des Vins s’étend sur une soixantaine de kilomètres de Bordeaux à Langon, côté rive gauche de la Garonne, sur une large bande de 30 kms. Elle regroupe les trois AOC de Graves, Pessac Léognan et Sauternes sur 7 300 ha de vignes.

Après des années de léthargie (il faut se remémorer que la Route des Vins en Alsace existe depuis plus de 60 ans), les Girondins se sont bien réveillés avec 50 000 dépliants distribués cette année et des 63 panneaux de signalisation posés en 2013, sans parler du site web très ludique et facilement accessible.

Deux autres panneaux seront posés avant la fin 2014: sur l’autoroute A 62, 3km au nord de Langon, 3km au sud. Près de 30000 véhicules par jour empruntent l’A62.

Moments forts de la saison, les weekends portes ouvertes dans le vignoble sont devenus des incontournables. En octobre pour les Graves, en novembre pour les Sauternes et Barsac et en décembre pour les Pessac-Léognan.
NOUVEAU : cette année, les visiteurs pourront profiter d’un grand jeu concours sur la Route des Vins : le Passeport Portes Ouvertes.
Comment jouer ? Le visiteur fait tamponner son passeport dans 1 propriété viticole par appellation. Pour cela, il peut profiter des 3 weekends Portes Ouvertes ou bien partir à la découverte de la Route des Vins en toute autonomie, grâce notamment au site internet

 18-19 Octobre : Portes Ouvertes dans les Graves
Cette année, 72 propriétés des Graves invitent les visiteurs à partir à la quête du Graves. Dégustations, animations, diner médiéval…
 8-9 Novembre : Portes Ouvertes dans les Sauternes et Barsac
Ce weekend offre une fois de plus, aux amateurs une occasion de partager un moment privilégié avec les producteurs de ce vin liquoreux inégalable. Restauration, animations…
 6-7 Décembre : Portes Ouvertes en Pessac-Léognan
Balade au coeur des crus classés pour découvrir l’histoire de leur propriété et la saveur unique de leur vin. Food trucks, animations, diners au château…

La Route des Vins de Bordeaux en Graves et Sauternes

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et de Marc Lasbarrère de juin 2013 sur le lancement de la Route des Vins de Bordeaux en Graves et Sauternes

08 Oct

Une souscription de bouteilles de Bordeaux pour sauver l’orgue d’une paroisse en Sarthe

Les paroissiens de l’association des Amis des orgues de Parcé-Asnières-Avoise en Sarthe lancent une souscription de bouteilles de Bordeaux. L’objectif est de financer la restauration de l’orgue de la paroisse.

La famille d'Amécourt © Ouest-France

La famille d’Amécourt présentant sa cuvée spéciale à l’association © Ouest-France

« Mes biens chers frères, mes biens chères soeurs, reprenez avec moi tous en coeur…! » Certes pas de boogie-woogy avant de faire vos prères du soir, mais du Bordeaux pour sauver l’orgue de Parcé-Asnières-Avoise.

C’est une histoire insolite, mais aussi une belle histoire: une  rencontre du vivant et du patrimoine.

Marguerite d’Amécourt, paroissienne et membre de l’association des Amis de l’orgue, est aussi la mère d’Yves d’Amécourt. Yves d’Amécourt est lui propriétaire du château Bellevue dans l’Entre-deux-mers près de Bordeaux. Un excellent vin selon Marguerite qui ajoute:

« Rares sont les années où le vin n’est pas primé. Nous sommes sur les mêmes cépages que le Saint-Émilion ! » Marguerite d’Amécourt.

L’idée lui est venue dès lors de lancer une vente par souscription à partir de 5 € la bouteille pour restaurer l’orgue en iteux état de l’église de Parcé-Asnières-Avoise. Les bénéfices iront à la paroisse. . Les bons de commande sont à retirer à la mairie et dans différents commerces de Parcé, et à renvoyer avant le 31 octobre.

Avec Ouest-France.

07 Oct

12e Nuit des Best Of Wine Tourism : Bordeaux retient son souffle pour ces 19 récompenses de 2015

19 trophées dont 6 Best Of d’Or décernés ce soir à la 12e Nuit des Best Of Wine à Bordeaux. Des récompenses qui soulignent l’excellence et les efforts en matière d’oenotorisme pour l’année 2015. Des trophées très attendus synonymes de touristes pour les propriétés. On dénombre 3,3 millions de touristes dans les vignobles bordelais et aquitain.

Remise des 19 trophées Best Of Wine Tourism hier soir à la © CCI de Bordeaux

Remise des 19 trophées Best Of Wine Tourism hier soir à la © CCI de Bordeaux

PALMARÈS BEST OF WINE TOURISM 2015 BORDEAUX :

(le premier de chaque catégorie est trophée d’or)

ARCHITECTURE ET PAYSAGES

Château Siaurac – Néac / Château de Ferrand – Saint-Emilion / Château Siran – Labarde / Château de Reignac – Saint-Loubès

ART ET CULTURE

Château Chasse-Spleen – Moulis en Médoc / Château Guadet – Saint-Emilion / Union de Producteurs de Saint-Emilion

Château Chasse-Spleen, Moulis en Medoc, 2012 © André Morin

Château Chasse-Spleen, Moulis en Medoc, 2012© André Morin

DECOUVERTE & INNOVATION

Château du Payre – Cardan Château La Tour de By – Begadan / Château Boutinet – Villegouge

HEBERGEMENT A LA PROPRIETE

Château de Léognan – Léognan / Château Giscours – Labarde / Château La Perrière – Lussac

SERVICES OENOTOURISTIQUES

Château La Croizille – St Laurent des Combes / Agence des Grands Crus – Bordeaux / Château de Candale – Saint-Laurent des Combes / Vitrine du Pays Foyen – Pineuilh / Château d’Agassac – Ludon Médoc

VALORISATION OENOTOURISTIQUE DES PRATIQUES ENVIRONNEMENTALES

Château Couhins – Villenave d’OrnonAffichage de lecture.

  • Les faits marquants de cette édition 2015

Pour cette édition 2015, pas moins de 69 dossiers ont été déposés à Bordeaux, dont près de la moitié par de nouveaux candidats. Les trophées ont récompensé le meilleur de l’oenotourisme dans 6 catégories : « Architecture & Paysages », « Art & Culture », « Découverte & Innovation », « Hébergement à la propriété », « Valorisation oenotouristique des pratiques environnementales » et « Services oenotouristiques ».

Selon les organisateurs : « La compétition 2015 a été particulièrement disputée. La plupart des candidats proposent des offres oenotouristiques de grande qualité. Et les dossiers, très bien argumentés, étaient tous très pointus » expliquent-ils avec satisfaction.

  • Un label reconnu au niveau international

Les lauréats 2015 bénéficieront d’un label reconnu au niveau international et d’un dispositif de communication visant à accroître leur notoriété. Site internet, relations presse, opérations de promotion, guide annuel, autant d’actions ou de supports au service de leur image auprès des journalistes, agences et tours opérateurs, ou encore du grand public.

Les gagnants intègrent aussi le très select CLUB BEST OF qui propose régulièrement des rencontres thématiques et des rendez-vous d’affaires. Possibilité également pour les membres, d’utiliser un espace privé d’information et d’échanges sur ICCI, le réseau social des entreprises.

  • Objectif pour les lauréats bordelais : remporter un BEST OF INTERNATIONAL

Les lauréats bordelais titulaires d’un BEST OF d’Or obtenu lors de cette 12ème Nuit des BEST OF WINE TOURISM, tenteront ensuite de décrocher un BEST OF INTERNATIONAL 2015.

Cette seconde étape du concours étend la compétition à l’ensemble des lauréats issus des Capitales de Grands Vignobles. Les trophées BEST OF INTERNATIONAL 2015 seront remis le 6 novembre prochain, à Mendoza, à l’occasion de l’Assemblée Générale du Réseau des Capitales organisée cette année en Argentine.

Rendez-vous donc pour ce prochain défi pour les Best Of d’Or girondins : remporter un Best Of Wine Tourism International, le 6 novembre prochain à Mendoza.

Château Léognan © CCI Bordeaux

Château Léognan © CCI Bordeaux

L’oenotourisme en chiffre:

Avec une production d’environ 1 milliard de bouteilles, on dénombre 3,3 millions de visites dans le vignoble aquitain avec une forte proportion de touristes étrangers (39%).

Cette activité est très impactante en termes d’économie et d’image :

– les oenotouristes dépensent pratiquement 2 fois plus qu’un touriste estival,

– le séjour dans le vignoble crée un effet positif sur l’attachement à la région et aux vins de la région et génère un effet positif sur l’image du territoire.

Avec CCI Bordeaux et Best Of Wine Tourism

Revoilà le « Best of Bordeaux Bus » : une découverte du vignoble pour étudiants

L’office de tourisme de Bordeaux et ses partenaires reconduisent l’opération « Best of Bordeaux Bus » pour l’année universitaire 2014-2015. Un tour dans le vignoble spécial étudiants pour se familiariser avec le monde du vin, le travail à la vigne et la dégustation des derniers millésimes.

Les étudiants à la rencontre du monde du vin © Office de Tourisme de Bordeaux

Les étudiants à la rencontre du monde du vin © Office de Tourisme de Bordeaux

Une super opération découverte à destination des étudiants (+18 ans) de tous horizons, qui peuvent s’inscrire à l’Office de Tourisme et monter à bord du Best Of Bordeaux Bus, baptisé le « BOBB ».

Chaque mois, deux propriétés issues des Best Of Wine Tourism* réparties sur l’ensemble du vignoble bordelais leur ouvrent leurs portes.

vignette-bobb (2)

Samedi 11 octobre, les étudiants visiteront Château Grand Corbin Despagne à Saint-Emilion et Château de Sales à Pomerol. Encadrés par un guide de l’Office de Tourisme formé par l’Ecole du Vin du CIVB, ils découvriront la diversité des vins du Bordelais ; une occasion unique et originale pour perfectionner leurs connaissances et aller à la rencontre de l’un des plus prestigieux vignoble du monde !

Le 11 octobre 2014: Château Grand Corbin Despagne et Château de Sales

Le 15 novembre 2014: Château Saint Ahon et Château du Taillan

Le 6 décembre 2014: Château Gravas – Château Larrivet Haut-Brion

Le 13 décembre 2014: Château Montlau et Château de Ferrand

Le 31 janvier 2015: Château Larose Trintaudon et Château Fourcas Hosten

Le 14 février 2015:  Château Vieux Mougnac et Château de Pressac

Le 7 mars 2015:  Château de La Dauphine et Château Siaurac

Le 21 mars 2015: Château d’Arche et Château de Rouillac

Le 4 AVRIL 2015: Château Gruaud Larose et Château d’Agassac

Le 11 mai 2015:  Château de Castelneau et Château Lestrille

Départ de l’Office de Tourisme de Bordeaux à 13h / Retour à 18h30

Tarif BOBB : 15€ – Tarif Initiation Ecole du Vin : 15€ Inscriptions à l’Office de Tourisme de Bordeaux Tél. +33(05 56 00 66 24 www.bordeaux-tourisme.com

03 Oct

Millésime 2014 en Bordelais : merci septembre !

Les vendanges 2014 s’annoncent de qualité, avec une quantité certaine. L’ensoleillement, la fraîcheur des matinées de septembre et la chaleur en journée ont été bénéfiques pour les raisins. Les retours sont plutôt bons !

Cheval Blance aujoud'hui en période de vendanges © Astide deysine

Cheval Blanc aujoud’hui en période de vendanges © Astride Deysine

Après un mois d’août frais, pluvieux, le « miracle » de septembre s’est produit:  l’ensoleillement exceptionnel de septembre a redonné le sourire aux vignerons qui pour pour bon nombre ont reculé la date des vendanges en rouge. Des vendanges initiées sur de jeunes pieds à château Montrose dès le 15 septembre, des vendanges lancées tous azimuts certains à partir du 22 septembre, d’autres retardant encore au 29…L’objectif étant de ramasser surtout des raisins « magnifiques », à leur niveau optimum de maturité, avec suffisamment de sucre et en belle quantité.

D’ailleurs les réactions fleurissent partout pour souligner ce beau millésime, même si personne ne veut vendre la peau de l’ours, les commentaires commencent à devenir de plus en plus optimistes tant dans les communiqués des châteaux que dans leurs commentaires trouvés ici ou là sur la toile et sur les réseaux sociaux:

Ainsi les propriétaires Frédéric Le Clerc et Benjamin Richer de Forges du château La Tour de By comme leur maître de chai « observent avec plaisir une qualité de raisin, de maturité et de concentration, apte à construire des vins avec une puissance médocaine plutôt exceptionnelle. »

vendanges au château de Reignac à Saint-loubes (gironde) © Nicolas Lesaint

Vendanges au château de Reignac à Saint-Loubes (Gironde) © Nicolas Lesaint

« Septembre offrant des conditions climatiques exceptionnelles – temps sec et températures avoisinant les 30°C – la vigne peut alors synthétiser et accumuler beaucoup de sucres et de composés phénoliques ; la pluie du 8 septembre (20 mm) permet de maintenir la plante dans un équilibre parfait. »

« Résultat : nous constatons une maturité technologique optimum et une maturité phénolique prometteuse avec une accumulation de polyphénols (tanins et anthocyanes) synthétisés par la plante parmi les plus élevés des dix derniers millésimes.  »

Les vendanges ont commencé cette semaine, lundi 29 septembre, dans une grande sérénité. La qualité est au rendez-vous et ce millésime pourrait se rapprocher du 2010. » Frédéric Le Clerc et Benjamin Richer de Forges, les propriétaires du château la Tour de By.

Dans les vignobles Dourthe, confirmation au châteaux Belgrave et Reysson qui ont aussi ouvert le ban des vendanges le jeudi 25 septembre par de jeunes vignes et surtout cette semaine:

« Je comprends le soulagement des équipes en ce début de vendanges. Ce n’était pas gagné pour les rouges à la fin du mois d’août, les conditions humides et fraîches de l’été ayant été beaucoup plus propices à la pousse de la vigne et à l’agressivité du Mildiou qu’à la maturation du fruit. Nous avons été tenaces, et travaillé sans relâche dans le vignoble pour mettre le raisin dans les meilleures conditions lorsque la météo se déciderait à être plus clémente. » selon Frédéric Bonnaffous, directeur des domaines chez Dourthe.

«Ce fut un vrai marathon, avec tout à la fois: fréquents rognages ; prévention des maladies ; effeuillages autour des grappes ; suppression des entre- cœurs ; entretien des sols …, mais on est maintenant récompensé de l’avoir fait.» F.Bonnaffous

« Un des démarrages les plus tardifs que nous ayons connu sur le vignoble… Ce mois de Septembre époustouflant, sec et ensoleillé, nous a permis de jouer la montre et de peaufiner nos tanins. « 

« Meeting de choupettes », la photo de © Nicolas Lesaint prouvent que les coccinelles adorent déjà le millésime 2014

Au château de Reignac à Saint-Loubes, où 7ha sur 40 de merlot ont été vendangés (70 ha pour l’ensemble du domaine), Nicolas Lesaint le responsable technique commente: « on est très content de ce que l’on rentre au rythme de la maturité, sans se presser. Les Argiles sont plus en retard que les Graves et vont encore devoir attendre une bonne semaine au moins. Mais les Graves sont top. On rentre des degrés probables de l’ordre de 14 à 14.5 pour le moment à des pH navigant entre 3.5 et 3.750 »

Un beau millésime se prépare, on est partis de si loin que ça en est incroyable. Quand je pense que certains achèvent leurs cabernets… » Nicolas Lesaint, château de Reignac

Au château de Fieuzal en Pessac-Leognan, Stephen Carrier, le directeur de Château Fieuzal, grand cru classé de Graves de 80 hectares, avoue: « C’est un millésime inespéré »…« On ne pensait pas amener cette récolte aussi loin mais avec ce mois de septembre fantastique, les merlots sont sauvés, l’état sanitaire est parfait. Il n’y a quasiment pas de tri dans la vigne, tout ce qu’on coupe on le rentre, c’est un signe ».

A Pomerol, le Clos du Clocher a démarré ses vendanges seulement hier, le 2 octobre: « le potentiel global est bon à très bon et, si le temps se maintient, les plus grosses parcelles de merlot, notamment celles âgées de presque 60 ans, attendront la semaine prochaine. Quant aux cabernets francs… patience ! » selon Jean-Baptiste Bourotte.

Quant à confirmer ou pas si 2014 sera de la même trempe que les grands millésimes des années 2000, Olivier Dauga, « le faiseur de vin » affirme : « Seule certitude :2014 fera partie des beaux patrimoine de Bordeaux, ça c’est sûr ! »

La « route des vins à la voile » de l’Inseec Bordeaux aidera « Alice et vous »

Chaque année depuis 5 ans, l’Inseec renoue avec la tradition de route des vins à la voile à partir de Bordeaux et jusqu’à Bristol. Une expédition qui achemine jusqu’en Angleterre des caisses de vins pour les vendre aux enchères. Ces fonds collectés sont ensuite reversés au profit d’une association à but humanitaire: en 2015, ce sera « Alice et vous ».

Les étudiants de l'Inseec Bordeaux préparent une nouvelle route des vins

Les étudiants de l’Inseec Bordeaux préparent une nouvelle route des vins

« Cette année, pour sa nouvelle édition 2015 la Route des Vins a choisi de verser ses fonds à l’association « Alice et vous » . 
Cette association a été créée cette année et vient en aide à la petite Alice atteinte d’une anomalie chromosomique qui se caractérise par un retard du développement . Les dons versés à cette enfant permettent de lui donner accès à des soins et à des méthodes non remboursées ou inexistantes en France ainsi qu’à du matériel très onéreux ».

« L’aventure est lancée, tous au travail ! » nous livre cette après-midi la nouvelle cuvée de l’Inseec Bordeaux organisatrice du voyage.

02 Oct

Le fût de chêne pour l’excellence du champagne

Chaque année 1.000 fûts neufs sortent de la tonnellerie de Cauroy-les-Hermonville en champagne. 500 y sont réparés pour une clientèle à 80% Champenoise, 15% de la production est réservée à l’export. Les grandes maisons de champagne renouent avec ces vinifications en fûts de chêne pour leurs cuvées de prestige.

La seule tonnellerie de champagne à Cauroy-les-Hermonville © Xavier Clayes -France 3 Champagne

La seule tonnellerie de champagne à Cauroy-les-Hermonville © Xavier Clayes -France 3 Champagne

Longtemps délaissé au profit de la cuve en inox, le fût de chêne retrouve ses lettres de noblesse et d’élégance en Champagne où les vignerons comme les grandes maisons
les réservent pour l’élaboration des cuvées d’exception.

Pour le champagne, le tonneau doit permettre par sa perméabilité de révéler tout en douceur les arômes propres au vin, mais il ne faut surtout pas le corrompre avec un goût boisé », Jérôme Viard qui dirigeant de tonnellerie en Champagne.

Installé dans le village viticole de Cauroy-les-Hermonville (Marne) depuis 1998, l’artisan de 44 ans avoue une passion commune pour le travail du bois comme pour la dégustation de vins.
« Mon arrière grand-père et mon grand-père étaient charrons, mon père menuisier, et j’ai fait des études d’oenologie. Avec cet héritage, fabriquer des tonneaux s’imposait », sourit-il.
Il se souvient de sa première année où il n’a construit et vendu que cinq barriques à des amis vignerons, mais très vite son activité s’est développée d’une manière exponentielle. Aujourd’hui il emploie cinq personnes pour une production annuelle de 1.000 fûts neufs et la réparation d’environ 500 tonneaux, avec un chiffre d’affaires de 500.000 euros. « Je suis arrivé au bon moment, la tendance chez les vignerons était d’explorer non seulement l’apéritif mais toute la sphère gastronomique avec des cuvées différentes, plus élaborées et plus élégantes. En 10 ans, le tonneau a fait son retour en force en complément des cuves en inox thermo-régulées », affirme M. Viard qui obtenu en 2006 le label « Entreprise du patrimoine vivant ».

Selon lui, 90% des merrains utilisés pour la fabrication de ses fûts sont issus de chênes des forêts champardenaises. Après 36 à 40 mois de séchage au grand air, les tonneaux sont façonnés selon la commande puis cintrés avant l’opération essentielle qui va donner au fût son caractère : « le bousinage ».

Arômes d’épices, de vanille ou de moka « On positionne la barrique au dessus d’un braséro et on chauffe longtemps à basse température pour éliminer les tanins acerbes du bois et lui conférer des arômes qui complexifieront le vin selon les souhaits des vignerons », explique l’artisan.

La maison Bollinger à Ay, qui a toujours vinifié son vin en fûts de chêne, possède le plus grand parc de barriques en Champagne avec quelque 3.500 pièces et emploie son propre tonnelier pour les entretenir et les réparer. « Nous utilisons uniquement des tonneaux d’occasion venus de Bourgogne où ils ont déjà vinifié des chardonnays, on évite ainsi le goût boisé du fût neuf », indique-t-on chez Bollinger.

Dans la maison Billecart Salmon à Mareuil-sous-Ay, le chef de cave vieillit ses barriques neuves en les utilisant pendant 5 ans à la vinification de moûts destinés à la distillation. « Au bout de cette période on évite le goût du bois pour apporter au vin des arômes d’épices, de vanille ou de moka », souligne Jérôme Lafouge, responsable des relations publiques de la maison de champagne qui utilise depuis 2010 près de 400 tonneaux pour élaborer ses deux cuvées de prestige.

« La cuve inox est idéale pour contrôler l’évolution du champagne mais si on veut développer la gamme aromatique et produire des vins complexes, rien de tel que le tonneau », constate pour sa part Pascal Doyard qui dirige le champagne André Jacquart à Vertus dans la « Côte des blancs ».

« La micro-oxygénation propre au fût et les apports aromatiques du bois exaltent la typicité de notre champagne blanc de blanc », se réjouit le vigneron qui exploite 24 hectares de vignes et produit quelque 100.000 bouteilles par an.

Seul inconvénient au tonneau traditionnel, selon lui : le surcroît de travail et de main d’oeuvre pour remettre régulièrement en suspension les lies à l’aide d’une tige de bâtonnage, afin d’assurer la meilleure vinification du futur champagne.

AJ-Agence France Presse.

C’est en 1998 que Jérôme Viard décide d’implanter sa tonnellerie du côté du massif de Saint-Thierry (Marne). Le dernier tonnelier en champagne étant parti à la retraite 3 ans auparavant. L’entreprise compte désormais 5 salariés et un apprenti tonnelier. Cette entreprise revendique le sur mesure avec une importance particulière dans le choix et l’origine du bois, la taille parfaite des fûts, la réparation. En France, il reste une centaine de tonneliers, dont 70% de la production est exportée. 60 d’entres eux sont des artisants, 40 des industriels.

29 Sep

Pour les amateurs: « l’Essentiel des Vins de Bordeaux » par l’Ecole du Vin

Une bible pour oenophiles… Un ouvrage complet qui donne les clés aux néophytes, aux curieux, comme aux amateurs, pour découvrir la richesse des vins de Bordeaux. En librairie depuis le 18 septembre.

dce26e402a77acd53ef76ba5c2f088af-0-640-821-4050336

En librairie le 18 septembre, l’Essentiel décrypte les vins de Bordeaux: « ce que les amateurs apprécient très souvent dans le vin, ce n’est pas seulement son goût et le plaisir qu’il procure mais également tout l’art de vivre qui l’accompagne et les valeurs qu’il transmet. »

Mi-guide, mi documentaire, cet ouvrage offre toutes les clés pour apprécier au mieux les vins de Bordeaux: il vulgarise le négoce des vins bordelais souvent difficile à comprendre, dévoile terroirs et cépages, initie à l’art de l’assemblage typique à Bordeaux (que certain(e)s font passer pour de dangereux magiciens).

Avec plus de 113.000 hectares de vignes en AOC, Bordeaux est le premier vignoble français et représente 15% de la production totale de vin en France.

L’École du vin de Bordeaux permet au lecteur de mieux situer ainsi « Bordeaux dans le monde », « l’identité viticole de Bordeaux » avec un historique depuis le « claret » apprécié par les anglais au XVIIe siècle jusqu’à la cité des Civilisations du Vin qui sera achevée en mars 2016…Une simplification des AOC, ainsi que l’explication du fameux classement de 1855 n’auront plus de secret pour tous ceux qui se sont déjà arrachés les cheveux en cherchant à comprendre ces appellations et classements, façon querelles de clochers .

« De la vigne à la cave », l’Essentiel va dévoiler aussi les tâches dont dépend in fine la qualité du vin, des tâches résumées suivant un calendrier détaillé depuis la vinification en octobre jusqu’à la taille en février, en passant par l’entretien du palissage et le remplacement des poteaux…puis vient le temps du débourrement avec l’apparition des premiers bourgeons, des feuilles et des futurs rameaux en avril, l’ébourgeonnage et épamprage en mai…enfin la floraison en mai et juin (qui avait été terrible en 2013, période alors de coulure). En juillet le temps des baies, en août de la véraison et en septembre-octobre celui des vendanges en blanc et en rouge. Ainsi va le cycle de la terre et de la vigne.

L’Essentiel va vous passionner, vous pourrez du coup en imposer lors des soirées: « alors tu préfères la taille en guyot ou la taille en cordon ? » « Non merci, moi c’est la taille en lyre! »

(L’Essentiel des Vins de Bordeaux, par l’École du Vin de Bordeaux avec la collaboration de Sophie Brissaud, Éditions de la Martinière)

27 Sep

Des patients âgés vendangent à Strasbourg…une cure de jouvence !

Ces vendanges organisées avec les patients du pôle de gériatrie du CHU de Strasbourg redonnent du baume au coeur de ces personnes âgées. Pour certaines, cet instant leur rappelle les vendanges de leur jeunesse.

vendange2_1

Depuis 3 ans, c’est un rituel. Les patients du pôle gériatrie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, à la Robertsau,  tiennent eux-même le sécateur…C’était ce vendredi une séquence souvenirs et une ambiance bon enfant pour ces personnes âgées qui retrouvaient les gestes de leur jeunesse.

C’est une belle initiative pour redonner aux patients un peu de joie grâce à André Ruhlmann, vigneron à Dambach-la-Ville, qui s’occupe de ce petit vignoble. Cette parcelle, plantée en 2008, est un mélange 4 cépages qui donneront la fameuse cuvée de la Robertsau. Ils espèrent obtenir entre 80 et 120 litres de cette vendange. Encore bravo.

Avec France 3 Alsace.

Regardez le reportage de Marie Heidmann, Guillaume Bertrand et Pierre Ledig