27 Mar

La banque alimentaire de Bordeaux récupère 32 000 euros lors de la vente aux enchères de grands vins de Bordeaux

C’est désormais une tradition. Les plus grands châteaux de Bordeaux, 1ers crus classés, crus classés, crus bourgeois et autres grands vins de Bordeaux, offrent des caisses de vins à la banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde. Une vente aux enchères très prisée qui a  réuni une centaine d’amateurs et a permis de réunir 32 000 euros.

20140327_091630

Alain Apostolo, président, et Jef Brunel Belliard, de la Banque Alimentaire de Bordeaux © Jean-Pierre Stahl

Une générosité qui a maintenant 10 ans. L’opération a débuté en 2004, à l’initiative de l’ancien président de la banque alimentaire, Herman Mostermans, qui était négociant en vins. Aujourd’hui retiré, le flambeau a été repris par un autre grand nom de la place de Bordeaux, Jean-François Moueix, propriétaire de Pétrus.

Ce sont 111 lots qui ont été mis aux enchères, ce jeudi soir à 18 heures, dans les locaux de la banque alimentaire. Une vente organisée par la Maison de vente aux enchères Briscadieu Bordeaux.

20140327_093015

Les plus grands châteaux de Bordeaux ont été mis aux enchèresres dans les locaux de la banque alimentaire © JPS

1 magnum de Mouton-Rothschild 2002 est parti à 580 euros, 3 bouteilles de château Haut-Brion 2010 ont été adjugées 1650 euros, et 3 bouteilles de Château Yquem 2006 sont parties à 810 euros, pour les plus prestigieux.

La vente de 2013 n’avait pas pu se tenir, elle a été reportée à 2014. Mais en 2012, elle avait rapporté 36 000 euros. De quoi remplacer aux 2/3 l’un des 6 camions frigorifiques de la banque alimentaire (prix environ 50 000 euros), car il faut les remplacer tous les 6 ans environ. Cette année, la somme a atteint 32 000 euros.

20140327_094957

180 bénévoles se succèdent durant la semaine © JPS

La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde distribue 4 500 tonnes de denrées grâce à 140 associations caritatives, dont 2 200 tonnes de produits frais ( fruits et légumes, viandes, et produits laitiers). La banque alimentaire de Bordeaux permet de nourir chaque jour 33 000 personnes (un nombre en forte augmentation).

Quant aux ressources de la banque alimentaire: 45 % des produits sont donnés par les grandes et moyennes surfaces, 23 % par l’industrie agro-alimentaire, 10 % proviennent des collectes effectuées lors de la campagne de novembre, 20 % de l’Europe (perspectives en baisse à ce niveau) et de quelques dons divers.

La banque alimentaires de Bordeaux et de la Gironde fonctionne grâce au concours de 180 bénévoles qui se succèdent sur toute la semaine. 3 personnes sont salariées ou en équivalents temps pleins, et ils comptent également 4 emplois d’avenir.

Pour les aider: acheter ces bouteilles ou ces caisses.

Ou encore vous pouvez les joindre sur leur site http://www.banquealimentaire33.org ou au 05 56 43 10 63.

23 Mar

Des chais et hôtels avant-gardistes au coeur de la Rioja

Ultra modernes, avant-gardistes, spectaculaires…Des oeuvres architecturales qui n’ont rien à envier à la vague de Christian de Portzemparc au château Cheval Blanc ou au chai tout en reflets bordeaux de Jean Nouvel au château la Dominique. Ces oeuvres, on les trouve en Espagne, au sud de la province basque espagnole d’Alava, au coeur de la Rioja.

chais espagnols

Ysios © Fabien Cordier France 3 Euskal Herri

Une vague a déferlée au pied de la Sierra de Cantabria, dans la localité de Laguardia. Une vague faite de bois et d’aluminium. C’était en 2001, bien avant celle de Saint-Emilion…Ysios fut la vision futuriste de l’architecte Santiago Calatrava: il a conçu la cave dans l’optique de la sublimation des lignes d’une file de barriques.

 Il n’y avait rien ici, nous avons vraiment été pionniers, novateurs. On a pris des risques à ce moment-là en pariant sur ce projet. Mais aujourd’hui, le résultat est là, c’est un succès ! » ,selon Maria Gomez Lusa, chargée des relations publiques Bodegas « Ysios »

Les 75 hectares de vignobles de Bodegas Ysios se répartissent entre les localités de Laguardia et d’El Villar. Le vignoble d’Ysios est regroupé sur 7 terres différentes, chacune avec sa localisation, son orientation et ses conditions géoclimatiques particulières, ce qui explique la grande diversité et la complexité de ses vins.

« C’est un dialogue permanent entre l’oeuvre et la nature, comme le dit l’architecte. Ce n’est pas seulement un projet esthétique, unique, mais aussi fonctionnel car la vocation de la bodega c’est avant tout de fabriquer du vin » renchérit Maria Gomez Lusa.

 « C’est vrai qu’on ne fait pas une production très importante, mais c’est lié au fait qu’on a un vignoble bien défini et on ne peut pas faire une production très très grande en respectant cette qualité qu’on recherche » précise Luis Zudaire Romano, oenologue du domaine. Les vignes ici ont en moyenne 80 ans d’âge.

elciego

Le rêve de Franck Guéry dans le village Elciego © Fabien Cordier de France 3 Euskal Herri

A vol d’oiseau, le village « Elciego ». C’est en 2006 que ce petit village basque espagnol a pris son envol, avec également une oeuvre monumentale. C’est l’architecte Franck Guéry, auteur du Musée Guggenheim de Bilbao, qui a réalisé ici un hôtel de luxe au coeur des vignobles Marques de Riscal.

Villabuena de Alava, la révolution s’est faite en 2010 avec également l’hôtel Viura en hommage à la grappe de raisin. Un hôtel moderne qui décoiffe et permet de rayonner sur les 43 caves viticoles aux alentours.

Regardez le Reportage de Stéphanie Deschamps et Fabien Cordier de France 3 Euskal Herri.

06 Mar

Philippe Starck a dévoilé le nouveau chai des Carmes Haut-Brion: « c’est une lame » sortie des eaux !

Lancement en grandes pompes du chantier de nouveau chai du château les Carmes Haut-Brion à Bordeaux. « Un navire amiral »signé Philippe Starck, designer, et Luc Arsène-Henry, architecte. Les Carmes avaient été achetées en 2010 par Patrice Pichet, Pdg du Groupe Pichet.

20140306_133504Pour Patrice Pichet, propriétaire du château les Carmes Haut-Brion : « c’est un navire amiral, transportant nos vins aux quatre coins du monde ». Le Pdg du groupe de constructions immobilières Pichet aurait pu travailler avec ses équipes habituelles, mais il a voulu un projet marquant !

Cet ouvrage architectural unique ancrera dans le XXIème siècle l’histoire des Carmes Haut-Brion, seul château au coeur de la ville de Bordeaux. » selon Patrice Pichet, propriétaire.

Et d’ajouter: « je fonde beaucoup d’espoirs dans l’avenir du domaine. En 2010, c’était un achat coût de coeur (à 18 millions d’euros), aujourd’hui je peux dire que c’est un achat de raison. »

Visuel_Chai_Carmes_Haut-Brion

La « lame » dessinée par Philippe Starck © Philippe Starck – Les Carmes Haut-Brion

Ce nouveau chai est un trait de crayon osé, au coeur d’un domaine marqué par l’histoire…En 1584, le seigneur de Haut-Brion a donné cette parcelle à l’ordre des Carmélites. Elles sont restées sur la propriété durant près de 200 ans.

C’est dire si Philippe Starck ne voulait pas trop en ajouter… » mon objectif était de ne rien faire avec un grand R. »

Il serait extrêmement facile de faire un bâtiment flamboyant pour montrer à quel point on serait des génies, Luc Arsène-Henry et moi-même, mais où serait la puissance du vin, la magie du vin ? Donc on a fait une lame en acier ! (Philippe Starck).

Après les discours des officiels, des maires de Pessac, de Mérignac et de Bordeaux, qui tous revendiquent, à juste titre, un bout de terroir des Carmes Haut-Brion, déchirées entre ces 3 communes, les pelletées officielles ont été lancées…avec Amélie Mauresmo, la championne de tennis, en vedette !

20140306_134242

Philippe Starck, Patrice Pichet et Luc Arsène-Henry © Jean-Pierre Stahl

Ce chai sera une cave passive thermo-régulée par l’eau, et en terme d’hygrométrie, et en température (pas besoin de climatisation…).

20140306_135028

Stéphane Derenoncourt, oenologue consultant pour la propriété, et Guillaume Pouthier, directeur de l’exploitation. © Jean-Pierre Stahl

Guillaume Pouthier, directeur de l’exploitation, précise : »Nos vignobles sont travaillés comme en bio et biodynamie, c’est une philosophie de travail ».

Quant à la conception du premier vin des Carmes Haut-Brion: ça doit être un vin équilibré, complexe, apte à vieillir, racé…et qui donne de l’émotion », pour Guillaume Pouthier

20140306_133714

C’est qui qui a la meilleure pelletée ? © JPS

 Depuis plus d’un an et demi, les Carmes et ses concepteurs travaillaient sur ce projet de 9 millions d’euros. « Une coque renversée fascinante » pour Alain Juppé, qui plaisantait de savoir si l’an prochain il pourrait l’inaugurer « si je suis toujours là » et « vous aussi s’adressant à ses « amis » politiques.

Michel Sainte-Marie s’enorgueillit d’avoir signé le permis de construire car « le chai est sur Mérignac ! » Et Alain Juppé de conclure que de toute manière, les Carmes Haut-Brion auront toujours pour adresse…Bordeaux.

Livraison en mai 2015, juste avant Vinexpo Bordeaux !

Et pour aller plus loin écoutez et regardez ces interviews de Philippe Stark, designer, Luc Arsène-Henry, architecte et Patrice Pichet propriétaire du château Les Carmes Haut-Brion réalisées par Jean-Pierre Stahl et Cristèle Arfel

05 Mar

Chrono viti: acheté à la propriété, dégusté à des milliers de kilomètres !

Les viticulteurs avaient de grandes difficultés à expédier dans le monde quelques bouteilles de vin…Avec Chrono viti, ils ont un nouveau service qui répond à leur besoin. Ils accueillent en effet 4,3 millions d’oenotouristes en Gironde qui demandent à envoyer des bouteilles partout en France et sur la planète.

ChronoViti lors du lancement en 2014 à Bordeaux Vinipro © Jean-Pierre Stahl

ChronoViti lors du lancement avec Guillaume Guersing, responsable offre et marchés pour Chronopost © Jean-Pierre Stahl

C’était depuis Bordeaux Vinipro le lancement officiel de « Chrono Viti Bordeaux Gironde ». Un partenariat fructueux entre chronopost international et Bordeaux City Bond, organisme de la chambre de commerce de Bordeaux spécialiste du stockage de vin.

L’expédition de vin dans le monde en petite quantité n’est plus un problème. Les viticulteurs peuvent vendre leur vin à la propriété et l’envoyer sans se faire du tracas sur l’arrivée effective du colis.

Pour Mélusine Ampé, directrice générale de Bordeaux City Bond, cela part d’un constat fait auprès des propriétés et des négociants. Il y avait une incertitude à l’arrivée des vins. Désormais, l’expédition est sécurisée  et se fait dans les meilleurs délais.

« C’est une niche sur laquelle on a travaillé en convergence, avec une cellule d’aide à l’export », renchérit Agnès Grangé Déléguée Régionale du Groupe La Poste Aquitaine. « On a mis 18 mois à proposer cette offre, désormais les vignerons peuvent à partir d’un simulateur donner le coût global à l’oenoteouriste d’un envoi, soit avec un départ depuis chez lui, soit depuis Bordeaux City Bond »

Bordeaux City Bond prend en charge le stockage et la conservation des vins dans un espace de 3 000 m2 à blanquefort en Gironde, totalement sécurisé, où l’on peut entreposer jusqu’à 150 000 caisses de 12 bouteilles.BCB se charge par la suite de la préparation, des envois et aussi des formalités douanières pour l’étranger.

Pour bénéficier de cette offre, les producteurs et/ou négociants devront confier 300 bouteilles à Bordeaux City Bond. Et grâce à chrono viti, l’expéditeur n’aura plus qu’a rentrer les coordonnées de son client et l’informer du coût de livraison.BCB se chargera de la préparation et Chonopost de la livraison dans les délais…

Chronopost a prévu trois types d’emballages pour transporter les bouteilles de 75 cl: 1,3, ou 6 bouteilles, selon le porte-feuille.

03 Mar

Bordeaux Vinipro: un premier salon pour se roder

Lancement ce matin du 1er Bordeaux Vinipro. Un salon de qualité destiné aux acheteurs de la grande distribution, du e-commerce et aux hôtels, cafés et restaurants, qui devrait prendre son envol…

20140303_095616

Rencontre fructueuse entre Dominique Sautet de « interroirsveritas.com » et Frédérique de Lamothe des Crus Bourgeois © Jean-Pierre Stahl

Le temps n’était pas de la partie, avis de tempête, quais de Bordeaux inondés à cause des grandes marées, des bouchons (de Bordeaux) à n’en plus finir sur le rocade, et aux entrées de l’A62, l’A63 et l’A10… Bref, tout pour savonner la planche de ce premier salon Bordeaux Vinipro au parc des expositions qui a eu du mal à démarrer, mais tout s’est fort heureusement ajusté et rétabli en fin de matinée !

20140303_130109

Un salon, qui comme Vinexpo, a sa propre chaîne et un steadycam avec Maxime Gatzoff de l’Agence « les sauvages » © JPS

Pour ce Vinipro « number one », on essuie un peu les plâtres. 230 vignerons présents (lors du lancement du projet, les organisateurs tablaient sur plus de 300) et 25 négociants. 4 000 à 5 000 visiteurs professionnels sont attendus (3 000 pré-inscriptions) (là aussi, au démarrage les organisateurs espéraient 8 000 visiteurs). Bien évidemment la proximité avec Vinisud et cette période de congés scolaires pour certaines académies sont aussi des facteurs de handicap (à revoir pour la prochaine édition).

20140303_131903Pour ceux qui auront fait le déplacement, les rencontres sont de qualité: Dominique Sautet,un bourguignon, « a sauté » sur l’occasion car il vient de créer « InTerroirsVeritas.com » sur internet et cherche des partenaires vignerons pour faire une présélection de vins de qualité pour les grandes centrales d’achats (Carrefour, Monoprix ou encore ventesprivées.com) en perspective des foires aux vins d’automne.

Parmi les acheteurs, Lukasz Wojciechowski, directeur des ventes et sommelier en Pologne de « MineWine.pl« , lui recherche des bonnes affaires « good wines at the good prices » pour ses supermarchés polonais, nous l’avons surpris en pleines transactions avec « Benoît et Valérie Calvet », négociants à Parempuyre (Gironde).

20140303_102951Ce salon est justement ancré dans ce coeur de gamme avec des vins compris entre 5 et 20-25 euros maximum, un salon des vins de Bordeaux  (Bordeaux-Bordeaux Sup, Côtes de Bordeaux, Sweet Bordeaux et Crus Borgeois du Médoc) et du Sud-Ouest (avec une représentation des vins de Duras et de Bergerac).

Des prix abordables encore avec d’autres contenants plus petits que l’on retrouve avec ces WIT (wine in tube) de 10 centilitres qui s’offrent après une visite de château ou qui s’achètent par les oenotouristes pour faire des cadeaux à la famille ou aux amis.

20140303_123621

On peut se détendre avec une partie de baby-foot © JPS

Dans ce salon branché où l’on surfe sur internet dans des box en bois, où l’on se détend entre un mini-golf et deux baby-foots, on peut aussi pousser jusqu’au bout la nouvelle tendance en personnalisant sa bouteille: mabouteille.fr, entreprise de Fronsac, est sur ce créneau avec plus de 100 bouteilles à personnaliser soit-même, des flacons de vin mais aussi de cidre et de bière.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Thierry Julien

 

28 Fév

Pas de boogie woogie avant vos prières du soir… C’est au Vatican qu’il y a des miracles pour la consommation de vin !

Si tous les Etats du monde consommaient autant qu’au Vatican, il y aurait peut-être la guerre, car pas assez de vin pour toute la planète ! Déjà qu’en France, avec ce 2013, il va y avoir pénurie…Les chiffres sont pourtant sérieux: 74 litres par an et par personne, ce qui fait du Vatican le champion du monde de la consommation de vin !

Le Pape François ne semble pas en abuser, même s’il est très en forme © lacroix.fr

C’est en effet au Vatican que la consommation de vin par habitant est la plus importante de la planète vin. C’est une des conclusions de statistiques publiées par le Wine Institute (organisation qui regroupe des producteurs de vin de Californie) concernant l’année 2012.

Dans ce minuscule État, 44 ha (comme au Cap Ferret !), on consomme en moyenne 74 litres de vin par an et par personne (soit environ 99 bouteilles de 75cl par an). C’est presque le double de la France: 53 litres aujourd’hui alors que dans les années 60, la France était championne avec 120 litres par an et par habitant.

Les habitants du Vatican sont-ils de gros alcooliques, des « bois-sans-soif » ? Se saoulent-ils au « vin de messe » ? Que nenni par « urbi et orbi » !

Don Camillo savait demander pardon...

En France, du temps de Don Camillo, la consommation dépassait allègrement celle du Vatican © Dyovino.fr

Michael Winterbottom, éditorialiste pour The Universe Catholic Weekly, explique en outre au Guardian que « le vin de messe n’est généralement pas acheté dans le commerce, car il doit être fabriqué à partir de raisin pur« , sans faire de mélange. L’Eglise fait confiance à ses ministres pour l’approvisionnement. Mais la réponse semble venir du commerce local…un supermarché dans l’enceinte du Vatican !

 Explications données au Guardian « il y a un supermarché au Vatican, connu sous l’appellation familière “spaccio dell’Annona”, une expression qui fait allusion à la contrebande. Les taxes y sont basses. Ceux qui sont en possession d’un pass Vatican bénéficient de droits similaires à ceux qui ont passé la sécurité dans un aéroport. Est-ce que le Saint-Siège est un duty-free géant?

Tout le monde n’a pas droit aux taxes avantageuses dont parle The Guardian, mais les bénéficiaires sont nombreux, comme Le Monde des religions l’expliquait , en 2012 : « le supermarché du Vatican, l’Annona, est plus populaire. Les quelque 5.000 employés et retraités (le personnel du Saint-Siège et celui de la cité du Vatican) y ont accès – et parfois même les amis de leurs amis. Les produits y sont exempts de TVA et autres impôts. »

La loi Evin n’est pas arrivée jusqu’au Vatican…à consommer avec modération…

21 Fév

« Two Bee or not to be ? »

Y a-t-il du William Shakespeare en elles ? Peut-être ou pas. Emmanuelle Ponsan et Géraldine Bertrand viennent de lancer BEE Bordeaux une nouvelle agence spécialisée dans le « service cousu main » dans le domaine du vin ! « The place to bee… »

ImageProxy[2]BEE Bordeaux « Bordeaux Exclusive Events », nouvelle agence conseil en communication spécialisée Vin et organisation de Wine experiences sur-mesure, créée à l’initiative d’Emmanuelle Ponsan (ex-directrice de la Commanderie du Bontemps de Médoc et des Graves Sauternes et Barsac) et Géraldine Bertrand (ex-directrice de clientèle à l’agence STJOHN’S), deux passionnées de vin et de communication, fait son entrée dans le monde de la communication des grands vins de Bordeaux.

Deux regards, deux missions : Bee Bordeaux propose des stratégies de communication adaptées et organise des séjours d’exception dans le vignoble bordelais. Son expertise lui permet de partager cette connaissance exceptionnelle du monde du vin de Bordeaux, d’ouvrir les propriétés pour mieux transmettre leur incroyable et unique savoir-faire à travers le monde, et d’associer le vin à tous les plaisirs d’un art de vivre exceptionnel : « WINESTYLE ».

* Conseil en communication globale Vin et communication évènementielle Pour les professionnels du vin, conseiller, accompagner les propriétés, la filière du vin dans l’élaboration de leur communication pour renforcer leur visibilité et leur accessibilité.

* Conception et organisation de Wine expériences sur-mesure Pour les amateurs passionnés, proposer des séjours sur-mesure et haute couture, avec un accueil et un accompagnement personnel…Bee Bordeaux ouvre les portes des grandes propriétés et propose des rencontres personnelles et privilégiées avec leurs propriétaires ou leur collaborateurs.

Leur site: bee-bordeaux.com

Leur slogan: « Bee Bordeaux, Bee Happy », et nous, on ne résiste pas à l’envie de leur offrir le clip sur Bordeaux « Happy » !

Happy – We are from Bordeaux – musique de Pharrell Williams.

20 Fév

Des caisses de plus en plus intelligentes…

C’est une première mondiale. Elle nous vient du vignoble bourguignon. Un système qualifié de « caisses intelligentes » sécurise le transport et le stockage des vins.

La nouvelle caisse intelligente © infochalon.com

C’est Laurent Ponsot, vigneron à Morey-Saint-Denis, qui a imaginé ce procédé. Un procédé développé par la société E-Provenance.

Chaque caisse de vin est équipée d’un capteur qui enregistre la température et l’humidité toutes les 4 heures. Muni d’un smartphone, le client peut, à tout moment et sans ouvrir la caisse, obtenir un historique sur son transport et ses conditions de stockage depuis le départ du domaine. Le système calcule l’impact des conditions de température sur la qualité des vins et fournit un score interprétant les éventuelles dégradations.

La durée de vie du capteur est garantie 15 ans. Autre avantage, le producteur ou distributeur peut identifier le client (avec son accord) et localiser le lot.

Source: infochalon.com

19 Fév

Domaine de Chevalier Blanc 2011 – noté 99 par James Suckling, La Mission Haut-Brion 100

Le Domaine de Chevalier est connu pour élever de grands et même de très grands vins. Il vient de communiquer autour de sa note de 99, alors que la Mission Haut-Brion termine juste devant avec 100…Allez encore un petit effort. Bravo pour nous faire rêver.

James Suckling est revenu à Bordeaux il y a quelques semaines afin de goûter le millésime 2011, maintenant en bouteilles et disponible. Après avoir dégusté plus de 600 vins, il a établi son « TOP 40 » de Bordeaux 2011 (toutes appellations et couleurs confondues). Le DOMAINE de CHEVALIER Blanc a donc atteint la note de 99 (en primeur, il était noté 97-98), et nous sommes doublement heureux puisque le Château Guiraud a obtenu le même score !

Commentaire:

« A white that is dense and structured with amazing honey and dried-fruit character. Mango, pineapple and papaya. Chalky undertones from the soil. Full and chewy with a beautiful depth of fruit and intensity. So much going on here. Phenomenal depth of fruit. Why drink grand cru Burgundy? Better in 2017. »

JAMES SUCKLING TOP 40 2011

16 Fév

#SmartNomination contre #NekNomination !

video smartnomination

Thomas Despin et Julien Voinson font le buzz avec la « SmartNomination » © plus de 600 000 vues sur youtube ce lundi à 11h

Le salut viendra des jeunes ! Ils sont inventifs et viennent de lancer la SmartNomination ou encore la SolidarityNomination pour contrer la NekNomination qui craint pour la santé des jeunes…

C’est un jeu stupide et très dangereux qui fait tache sur la toile: la « NekNomination » (en anglais: bois ton verre cul sec)(un jeu parti d’Australie (lire l’article de BFM TV)). Il consiste à lancer un défi à plusieurs connaissances pour qu’elles se filment à boire cul sec de l’alcool (parfois une bouteille entière de vodka !) et à poster sur you tube et les réseaux sociaux cette video. Et peu importe qu’elle soit dérangeante et avilissante, montrant des jeunes dans des états seconds, proches du coma éthylique…Sauf que certains en sont morts en Europe ! 2 cas recensés en Irlande, avec le témoignage déchirant d’un père qui a perdu son fils…4 morts déjà, 4 de trop ! (lire article 24matins.fr) Et même 5 selon le Miror de ce lundi matin !!!!

Pour dire stop, ou pour ne pas apparaître trop en marge, des jeunes se sont dit on peut penser différemment: « Think Différent ! ». Ils ont lancé la « SmartNomination ».

Regardez l’invention de SmartNomination de Julien Voinson

Le Bordelais, Julien Voinson mais aussi l’un des trois qu’il a nominé à son tour, Thomas Despin (video ci-dessus), et d’autres Parisiens se sont filmés en répondant différemment et intelligemment à ce défi:

« quitte à être nominé, autant faire quelque chose qui soit intelligent et utile ! »

 Et voici la réponse de Thomas Despin nominé à son tour

 

 Au lieu de boire de l’alcool cul sec, ils dégustent et apprécient modérément, et surtout montrent leur inventivité en donnant à manger à des SDF ! Un bel élan de solidarité à méditer !

Ils ont créé une page Facebook : Smart Nomination qui déjà a recueilli des milliers de « like » très rapidement.

 http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/societe/neknomination-risposte-intelligente-se-nomme-smartnomination-17-02-177692/

Pour Xavier Pommereau, célèbre psychiatre bordelais (directeur du Pôle Aquitain de l’adolescent au Centre Jean Abadie du CHU Pellegrin) qui suit depuis des années les jeunes, cette alcoolisation massive peut avoir des répercussions destructrices sur la santé des adolescents et des jeunes femmes et hommes. C’est du « binge drinking » ou pire de la « beuverie express » selon le Monde. En tout cas, du binge drinking qui rencontre les réseaux sociaux (lire Huffington Post Québec), et là c’est dément et à proscrire.

« Des jeunes filles accueillies dans mon service présentaient jusqu’à 3,5 grammes d’alcool dans le sang ! »

Et d’ajouter « il y a 20 ans, on ne voyait cela que dans des cas très particuliers, chez des clochards notamment… » Lire l’interview dans Sud Ouest: « l’alcool et les jeunes: pourquoi la NekNomination inquiéte les médecins »

A Bordeaux, la question est d’autant plus sensible que ces dernières années 7 jeunes sont morts noyés dans le Garonne à cause d’une trop forte alcoolisation.

Bravo à ces jeunes qui ont eu ces lueurs d’esprit. Ils ont retourné ces situations de défis, en défiant le défi par un autre. Voilà le salut des jeunes…à saluer et à « liker » !

Des étudiants parisiens ont eux baptisé leur opération SolidarityNomination