02 Avr

Portraits croisés de 2 vignerons de Bordeaux qui ont la passion du terroir

L’un est jeune et vient de reprendre le château le Tros en appellation Bordeaux, l’autre est expérimenté produit énomément de blancs secs et est président de l’appellation Entre-Deux-Mers. Tous deux sont amoureux de leur terroir et de fervents défenseurs des vins de Bordeaux, ils ont la passion chevillée au corps.

Mathieu Jabouin, sur sa nouvelle parcelle avec son fabuleux terroir de graves argileuses et ses merlots ©JPS

Mathieu Jabouin, 32 ans, est un vigneron amoureux des grands terroirs de Bordeaux. A la tête depuis l’an dernier du château le Tros à Tizac-de-Curton, il est fier de nous dévoiler ce plateau de 6 hectares de graves argileuses qu’il a acquis en 2020 pour compléter sa cinquantaine d’hectares en appellation Bordeaux.

On a ce terroir qui est magnifique, avec des graves très profondes…et on le ressent directement dans notre gamme de vins, que ce soit des vins fruités ou corsés, avec des sols comme cela on arrive à faire des merveilles », Mathieu Jabouin, château le Tros.

Chaque année à Tizac-de-Curton, il produit 300 000 bouteilles qu’il commercialise en vente directe au particulier…

« C’est vraiment une trame, un ADN, cet équilibre, ce fruité, ce charnu, quand on croque dans le vin, c’est juteux, c’est bon tout simplement…J’avais un professeur à l’école qui me disait 50% du terroir c’est aussi le vigneron », poursuit Mathieu Jabouin, tout en nous faisant déguster ses Pépites Noires.

A Sadirac dans l’Entre-deux-Mers, Bruno Baylet, 56 ans, rencontré en pleins soutirages de ses barriques, continue d’avoir le moral et de produire malgré la crise actuelle, avec un léger mieux sur les USA: « depuis 15 jours, nous avons 4 importateurs aux Etats-Unis qui ont déclenché des commandes, donc c’est plutôt positif. Mais ce qui est à l’arrêt, c’est le secteur restauration, traiteurs, c’est une grosse partie de notre clientèle donc il a fallu se diversifier notamment sur l’export où l’on s’ouvre de plus en plus et aussi avec des particuliers qui continent à nous suivre… », confie Bruno Baylet du château Landereau.

Depuis qu’il a repris château Landereau en 1988, il a relancé la production de blancs secs et y consace 25 hectares, sur les 80 hectares du domaine…

« Aujoud’hui on fait 3 vins blancs différents sur une douzaine de produits au total qui nous permettent de répondre aux besoins de consommation différents… »

On a cette chance dans l’Entre-Deux-Mers d’avoir un terroir à sauvignon, et d’avoir des terroirs où le sauvignon s’adapte très bien et va donner de très très belles choses…Ici à Landereau on est à la recherche de maturités abouties avec du fruit, quelque chose de très mûr, avec des vins sans acidité mais avec une belle fraîcheur…  » Bruno Baylet de château Landereau

Bruno Baylet, du Château Landereau, dégustant sa gamme de vins blancs © JPS

Sur ses 3 blancs qu’il produit, 2 ont été primés au Top Vin de l’Entre-Deux-Mers cette année sur le millésime 2020 et le boisé du château de l’Hoste au Concours Mondial du Sauvignon.