04 Déc

Des idées pour Noël : château de Rayne Vigneau, « l’Excellence du Sauternes »

Dans la série des livres à offrir pour Noël, voici un ouvrage magnifique qui raconte la non moins extraordinaire histoire du château de Rayne Vigneau, 1er Grand Cru Classé de Sauternes. Ce château situé à Bommes en Gironde fut sacré meilleur vin liquoreux du monde, lors de l’Exposition Universelle de 1867… Un livre édité en 2017 et signé par Sylvie Bonin et François Poincet.

© JPS

« Château de Rayne Vigneau, L’excellence du Sauternes » par Sylvie Bonin et François Poincet © JPS

Le Sauternes, un vin souvent décrié ces dernières années et pourtant encensé pendant des années, notamment après la 2e guerre mondiale. Qu’on se le dise, s’il y a bien un travail extraordinaire réalisé sur un vin, c’est sur ce type de vin dont la magie opère depuis la vigne avec le botritys cinerea.

L’autre magie, c’est celle des auteurs  et des journalistes qui aiment à vous rappeler l’histoire et vous dire que nos ancêtres privés de smartphones et autres conneries de ce genre, avaient cette intelligence de découvrir par eux-même, de visu et par la dégustation, ces vins exceptionnels que je vous conseille de redécouvrir à l’occasion des fêtes et même le reste de l’année.

Car il y a tout juste 150 ans, dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1867, le Château de Rayne Vigneau -classé Premier Grand Cru de Sauternes en 1855- était sacré meilleur vin liquoreux du monde. Rien que cela. Alors c’est sûr les gens à l’époque n’ont pas entonné cette niaiserie de « gangnam style » car ce vin avait non seulement le style mais la classe et le conserve encore aujourd’hui.

Plutôt que de passer tout son temps sur les réseaux sociaux, apprenez la sociabilité de l’époque et ce passé en vous plongeant dans les livres. Celui-ci ou d’autres que je vous propose en guise de calendrier de l’érudition et de l’avent.

b

Des millésimes et une couleur évoluants avec le temps © François Poincet 

Cet ouvrage a été commandé  Derek Rémy Smith, président du groupe Trésor du Patrimoine et nouveau propriétaire du Château de Rayne Vigneau (qui auparavant appartenait à CA Grands Crus). Un ouvrage marquant pour célébrer cette histoire prestigieuse mais aussi les femmes et les hommes qui œuvrent aujourd’hui sur ce terroir exceptionnel avec notamment Vincent Labergère comme directeur.

La création d’un vin tel que ceux du Château de Rayne Vigneau tient pour moi du miracle. Aussi, j’ai voulu ce livre comme un voyage initiatique au fil de l’histoire du Château de Rayne Vigneau et des saisons de la vigne, une invitation à la dégustation de ses vins si uniques, et un hommage à tous ceux qui, depuis cinq siècles, ont travaillé à sa grandeur et à son excellence »  Derek Rémy Smith prorpiétaire de Rayne Vigneau.

LE SAUTERNAIS, UN TERROIR EXCEPTIONNEL ET MECONNU

Dans ce bel ouvrage de150 pages, vous allez apprécier des photos splendides de Rayne Vigneau à toutes les heures et toutes les saisons. Celles-ci viennent ponctuer des textes fins et sensibles qui retracent l’histoire de Rayne Vigneau, qui reviennent sur une région, un terroir et des cépages uniques au monde. Ils racontent l’élaboration de ces vins d’exception, véritable travail d’orfèvre.

©

Les hommes de la vigne à l’honneur © Photographies François Poincet

UNE HISTOIRE ET DES HOMMES PASSIONNES

Au fil de ce voyage dans le temps et au cœur d’espaces magiques, le lecteur découvre le Sauternais et l’une de ses pépites, le Château de Rayne Vigneau (1635). Il « rencontre » aussi les personnalités qui président aujourd’hui aux destinées de ce grand vin, au premier rang desquelles Vincent Labergère, directeur engagé avec passion depuis plusieurs années dans le projet de redonner au Château de Rayne Vigneau la place qui était la sienne en 1867.

b

Le Chef triplement étoilé Marc Haeberlin, de l’Auberge de l’Ill © Marcel Ehrhard – auteur de cette photo pour le livre

DES ACCORDS METS ET VINS AUSSI

Des accords mets vins spécialement élaborés par le Chef triplement étoilé Marc Haeberlin, de l’Auberge de l’Ill. Il détaille quelques recettes savoureuses spécialement imaginées pour se marier avec le Château de Rayne Vigneau et Philippe Alléosse, le seul maître fromager-affineur de France, lève le voile sur une de ses dernières créations en date : la fourme d’Ambert affinée au Château de Rayne Vigneau.

Textes Sylvie Bonin – Photographies François Poincet 145 pages 39 euros TTC

03 Déc

Nouveau record pour iDealwine : une bouteille de Romanée-Conti 2000 vendue 17146 € !

C’est désormais le vin le plus cher vendu sur les enchères de iDealwine. Une bouteille vendue 14100 € aux enchères, ce qui avec les frais fait la bagatelle de 17146 €; Une bouteille de Romanée-Conti 2000 qui devient le nouveau vin le plus cher vendu sur les enchères iDealwine

La fameuse bouteille vendue aux enchères par © iDealwine

La fameuse bouteille vendue aux enchères par © iDealwine

Lors des enchères on-line qui se sont achevées le 15 novembre 2017 sur iDealwine.com, la Romanée-Conti 2000 est devenu le nouveau vin le plus cher vendu sur le site. C’est un amateur résidant en France qui s’est porté acquéreur de ce vin mythique. Les enchères avaient débuté à 9000€ et ont progressivement monté jusqu’à 14 100€ (17 146€ TTC).

Le précédent record du vin le plus cher vendu sur iDealwine.com était également une bouteille de Romanée-Conti, enregistré cette fois-ci sur le millésime 1990. La bouteille avait alors été adjugée 15 240€ au profit d’un amateur de Hong-Kong, le 31 mai 2017.

La parcelle de Romanée-Conti, monopole du domaine, couvre seulement 1,8 hectares – la parcelle n’a jamais changée de taille depuis 1580 – et ne produit guère plus de 6000 bouteilles par an de ce vin mythique et exceptionnel. La rareté et la perfection de ce vin en font le plus cher au monde.

Avec iDealwine

02 Déc

L’enregistrement des Escapades avec Ronan Kerverrac sur les coteaux de château Pavie

On vous l’avait annoncé en début de semaine. Les Escapades de Jean-Luc Petitrenaud avec Carine Teyssandier allaient faire escale en Gironde. Ils ont tourné ce matin chez Perse au château Pavie avec Renan Kervarrec, le chef doublement étoilé, pour montrer l’excellence de la cuisine et des vins de Saint-Emilion.

Enregistrement des Escapades aec

Enregistrement des Escapades avec Carine Teyssandier et © Ronan Kervarrec

Ce qu’il y a de bien c’est le cadre, une immensité de rangs de vignes sur des coteaux très bien exposés. Un cadre idéal pour enregistrer la suite des Escapades avec Carine Teyssandier, qui remplace Jean-Luc Petitrenaud. A ceci près, que les belles couleurs d’automne ont dispuru, étant donné qu’on est davantge rentré dans l’hiver avec ces températures qui frôlent le gel.

Le chef breton de l’Hostellerie de Plaisance avait donc sorti un barbecue de circonstance réchauffer, quoique, mais davantage pour montrer son savoir-faire. Sur son site Facebook il commente « Merci aux équipes des #escapadesdepetitrenaud et #france5 pour leurs gentillesses et ce beau moment. J’ai passé un super beau moment avec vous!!!
Et merci à toi #anthonydavid et aux équipes de L’#hostelleriedeplaisance et de l’Envers du Décor pour avoir su vous adapter aux divers demandes et aux amis producteurs de vous êtes déplacer ».

On a hâte de voir, en début d’année 2018, cette belle émission qui consacre la gastronomie  et le patrimoine culinaire et vinicole de la France.

01 Déc

Samedi 9 décembre, c’est le marché de Noël bio de Nérigean

A vos tablettes ! Le marché de Noël Bio de Nérigean revient et va s’installer samedi prochain à la cave le Noble à Nérigean dans l’Entre-Deux-Mers en Gironde.

Marche-de-noel-nerigean-1Situé à une vingtaine de kilomètres seulement du centre de Bordeaux, dans l’Entre-deux-Mers, ce nouveau rendez-vous permettra de découvrir et d’acheter dans une ambiance festive un large éventail de produits issus de l’agriculture biologique.

Cette initiative revient aux Caves de Rauzan (regroupant les coopératives de Rauzan, Grangeneuve et Nérigean) qui depuis de nombreuses années agissent pour une agriculture responsable et respectueuse de l’environnement.

De nombreux autres producteurs bio participeront à cette manifestation festive, tous animés par la même volonté de protéger l’environnement et de proposer au public une alimentation saine.

Le visiteur trouvera donc, en plus des nombreux vins bio, divers produits bio : huiles, fruits et légumes, nougats et chocolats, châtaignes, pruneaux et noix, thés et cafés, épices et plantes aromatiques et même des confitures et… des produits de beauté.
Des produits naturels et artisanaux compléteront ce marché.

Pour l’occasion, on pourra y admirer une exposition du carnet de vendanges, réalisé par Mathieu Beraldo au mois de juillet dernier.

Le Marché de Noël Bio de Nérigean, c’est : 287 Route de la Souloire 33750 Nérigean

30 Nov

Les Vins des Rois ou quand les monarques ont rendu célèbres vignobles et châteaux…

A l’époque, il n’y avait pas la télé ni les réseaux sociaux. Mais du jour où le monarque s’était entiché d’un vin, toute la Cour en parlait, et de ce fait c’était le gros coup de publicité pour le domaine en question. C’est ainsi que château Lafite a peaufiné sa renommée, grâce à Louis XV et qu’il a par la suite été classé 1er cru dans le classement des 1855. 

Le château Lafite, à Pauillac, s'est fait un nom à la Cour du Roi Louis XV © Jean-Pierre Stahl

Le château Lafite, à Pauillac, s’est fait un nom à la Cour du Roi Louis XV © Jean-Pierre Stahl

Quand les monarques faisaient la renommée des propriétés du Bordelais…

Une des très vieilles bouteilles de Lafite-Rothschild en 1811, situé dans la salle de dégustation © jps

Une des très vieilles bouteilles de Lafite-Rothschild en 1811, situé dans la salle de dégustation © jps

LAFITE CHARMA TOUTE LA COUR DE LOUIS XV

A Pauillac, château Lafite a une histoire intimement liée à celle du roi Louis XV, dit « le Bien-Aimé ». Le roi avait envoyé en Guyenne comme gouverneur Louis Armand Vignerot du Plessis ; le Maréchal de Richelieu allait impressionner le monarque à son retour à la cour par une bien bonne mine.

Eric Kohler, directeur technique de château Lafite rappelle ce fameux dialogue entre le Maréchal de Richelieu et Louis XV : « Maréchal, je suis tenté de croire que vous avez 25 ans de moins qu’à votre départ en Guyenne », ce à quoi le Maréchal lui répondit :

Votre Majesté ignore-t-elle que j’ai trouvé la fameuse fontaine de jouvence, j’ai découvert que le château Lafite est un breuvage cordial, généreux et délicieux, et comparable à l’Ambroisie des Dieux de l’Olympe », Eric Kohler, citant le Maréchal de Richelieu

Le directeur technique de château Lafite, racontant l'histoire marquante du Maréchal de Richelieu auprès du roi Louis XV © JPS

Le directeur technique de château Lafite, racontant l’histoire marquante du Maréchal de Richelieu auprès du roi Louis XV © JPS

La cour, plutôt habituée au champagne, découvrit alors ce vin fin et tannique du Médoc. Son propriétaire, le Marquis Nicolas Alexandre de Ségur, gagna alors le surnom de Prince des Vignes. « Lorsque la cour a goûté les vins de Lafite, elle a perçu cette concentration plus importante, qui a ensuite été expliquée dans les années 1990 à travers le fameux paradoxe de Bordeaux puisque la richesse et les tanins des vins de Bordeaux avaient des vertus médicinales prouvées »n poursuit Eric Kohler.

IMG_1902Mais la notoriété de Lafite était déjà bien établie en Angleterre car Haut-Brion avait été précurseur et avait réussi à se faire connaître des Anglais, ayant même ouvert une taverne fort renommée au XVIIe siècle…

Dans le célèbre chai d"élevage de château Lafite © JPS

Dans le célèbre chai d »élevage de château Lafite © JPS

La consécration par la cour de France allait perdurer tout au long du XIXe siècle jusqu’au classement de 1855. « Lafite avait donc été classé 1er des 1ers avec Latour, Margaux et Haut-Brion, depuis cette époque la notoriété a grandi pour atteindre ce qu’elle est aujourd’hui dans le monde entier. »

IMG_1888

QUAND JOSEPHINE COMBLA LA FAMILLE SOUM

Bien plus anecdotique, cette histoire de Napoléon et de son épouse au retour des guerres d’Espagne. En 1809, son épouse Joséphine marqua à tout jamais un petit domaine au nord de Bordeaux…

« L’Impératrice Joséphine, accompagnant Napoléon aux guerres d’Espagne, s’est arrêtée pour faire pipi dans la vigne, et depuis cette parcelle a été cadastrée sous le nom de « congaillard », explique Martine Soum propiétaire des Vignobles Soum.

IMG_2001Et c’est ainsi qu’est née à Marsas « la Pissotière de l’Impératrice », une marque déposée par la famille Soum.

Madame Soum fière de cette anecdote de l'histoire, que son père fit prospérer © JPS

Madame Soum fière de cette anecdote de l’histoire, que son père fit prospérer © JPS

Elle lui valu de nombreux articles de presse et une reconnaissance par les amoureux de Napoléon mais pas seulement.

Une idée de génie qu'a eu Mr Soum en déposant cette marque © JPS

Une idée de génie qu’a eu Mr Soum en déposant cette marque © JPS

« C’est une anecdote qui nous fait travailler, les gens viennent, cela les amuse beaucoup, » Martine Soum.

IMG_2005

QUAND LOUIS XV ET NAPOLEON III TRONAIENT EN BONNE PLACE A BORDEAUX

L’histoire de Bordeaux, de ses vins et des monarques, si elle est peu importante, est pour le moins marquante. Bordeaux avait érigé une statue équestre, en bronze, en hommage au Roi Louis XV, sur la place Royale aujourd’hui devenue place de la Bourse (dont on peut encore admirer des tableaux au sein des salons de la CCI).

Louis XV le Bien Aimé trône en bonne place dans l'un des salons XVIIIe du Palais de la Bourse © JPS

Louis XV le Bien Aimé trône en bonne place dans l’un des salons XVIIIe du Palais de la Bourse © JPS

Descendue puis fondue à la révolution, elle fut remplacée par une statue de Napoléon III qui commanda le classement de 1855, avant d’être lui-même remplacé par les 3 Grâces. Ces dernières auraient pu à leur tour être remplacées dans les années 2000 lors des travaux des quais de Bordeaux, par une nouvelle statue de Louis XV car il existe toujours le moule à Paris. Histoire de rendre grâce à ce monarque éclairé qui, le premier en France, fit le succès des vins de Bordeaux.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Christèle Afel, montage Christophe Varone, mixage Véronique Lamartinière, avec l’éclairage en suivant de Frédéric Lot :

29 Nov

Le vin belge et néerlandais dans la cour des grands grâce à un label européen

Les Belges et les Néerlandais, plus connus pour leur chocolat ou leur fromage, ont obtenu lundi le label convoité européen AOP pour le vin produit dans une zone viticole tranfrontalière de la région du Limbourg, devenant un cas unique en Europe.

drapeau_belgique-642x336

« Après des années de procédure, la Commission européenne a officiellement délivré le label Appellation d’origine protégée à la région viticole Maasvallei Limburg », se sont réjouis les vignerons Harry Vorselen et Karel Henckens dans un communiqué envoyé à l’AFP.

Cette région, qui s’étend des deux côtés du fleuve la Meuse, frontière entre la Belgique et les Pays-Bas, devient ainsi la première région transfrontalière en Europe à recevoir ce label pour son vin. L’AOP est une appellation européenne qui désigne un produit dont les principales étapes de production sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même aire géographique, qui donne ses caractéristiques au produit.

Le Néerlandais Harry Vorselen et dix viticulteurs belges, dont Karel Henckens, pourront désormais orner leurs étiquettes du logo rouge et jaune AOP avant de les coller sur les bouteilles de Pinot noir, gris ou blanc, d’Auxerrois, Chardonnay ou de Riesling.

« L’idée de demander une appellation pour les deux côtés de la Meuse nous est venue en 2010, car notre terroir ne s’arrête pas à la frontière », ont expliqué les deux
collègues, qui sont à l’initiative du projet.

Le vin de cette région du nord de l’Europe gagne chaque année en qualité, profitant de la hausse des températures provoquée par le changement climatique, selon M. Vorselen, qui a produit sa première bouteille avec sa femme en 2004. Aujourd’hui, il en produit 45.000 par an. « La couche supérieure de terreau chaud et la terre graveleuse du sol ici sont déterminantes pour la minéralité, la profondeur et la finesse de nos vins », ont expliqué les deux hommes, fiers comme des coqs de pouvoir rivaliser dorénavant avec les pays producteurs historiques de vin comme, par exemple, le voisin français.

Le secteur du vin est encore récent aux Pays-Bas. Au total, 160 hectares y sont consacrés à la culture viticole, des plants gérés par 90 passionnés, selon le Bureau central des Statistiques (CBS).

AFP

28 Nov

Les 100 Meilleurs Vins au Monde selon le Wine Spectator

Voici le Top 100 de 2017 révélé lundi dernier par le Wine Spectator. Un classement attendu par la planète vin car le Wine Spectator est l’un des plus influents magazines spécialisé au monde. N°1 le Merlot 2014 de Duckhorn de la Napa Valley. Château Coutet à Barsac est N°3 et Canon-La Gaffelière à Saint-Emilion N°5.

Extrait du © Wine Spectator

Extrait du © Wine Spectator

Depuis 1988, le Wine Spectator sort son Top 100. Une liste de vins dégustés au cours des 12 derniers mois, basée sur les critères  de qualité, de valeur et de disponibilité.

De nombreux vignobles mondiaux sont récompensés et le 1er d’entre eux est un merlot de 2014 Duckhorn de la Napa Valley. Dans les 10 premiers vins de ce Top 100, on compte 5 vins américains, 4 français et un italien.

A noter la très belle place de château Coutet avec une note de 96 mais surtout la 3e place pour ce liquoreux,1er cru classé de Barsac, sur son 2014. Suit à la 4e place un Gigondas 2015 château de St-Cosme, puis à la 5e Domaine Huët Vouvray Demi-Sec Le Mont, et 6e château Canon-La Gaffelière 1er grand cru classé de St.-Emilion.

Dans la série suivante pour aller jusqu’à 20, on trouve à la 14e place le Clos des Papes 2015 en Châteauneuf-du-Pape avec une note de 98 puis à la 15e Domaine des Baumard de Savennières en Vins de Loire.

Si vous aussi vous souhaitez vous faire votre idée et consulter le dossier complet des 100 meilleurs vins de 2017 qui figureront dans le numéro 31 décembre 2017 de Wine Spectator (dans les kiosques à journaux le 28 novembre) : c’est ici, le TOP 100 du Wine Spectator

Vin…solite : le coeur de Chopin aurait été conservé durant 168 ans dans un flacon de Cognac…

Ca pour une nouvelle, c’est une composition inattendue… Le célèbre pianiste et compositeur Polonais Frédéric François Chopin, mort trop jeune, a laissé des traces au XIXe siècle. Outre sa grande oeuvre musicale, son coeur a été conservé dans un liquide « ambre et clair » qui pourrait bien être du Cognac.

Photographie du pianiste et compositeur Frédéric Chopin

Photographie du pianiste et compositeur Frédéric Chopin

Si l’on sait qui était Frédéric Chopin,  illustre compositeur et pianiste franco-polonais, la cause de sa mort à seulement 39 ans est longtemps restée mystérieuse. Le coeur de l’artiste, préservé depuis 168 ans dans un flacon, pourrait bien lever le voile.

Le décès de l’artiste en 1849 était attribué à la tuberculose – sans certitude toutefois – jusqu’à ce que des experts médicaux polonais évoquent en 2008 l’hypothèse selon laquelle Chopin, de santé fragile, aurait en fait souffert de mucoviscidose. Cette maladie génétique rare touche notamment les voies respiratoires. Le mucus, une sécrétion venant des bronches, devient anormalement épais et obstrue les organes concernés. L’espérance de vie des malades est d’environ 40 ans.

Des chercheurs polonais ont pu examiner avec des techniques modernes le coeur de Chopin, préservé depuis 168 ans dans un flacon de cristal rempli d’un liquide de conservation – qui pourrait bien être du cognac – et placé dans un pilier de la grande église baroque de la Sainte-Croix à Varsovie.

Conformément au voeu du compositeur, enterré au cimetière parisien du Père-Lachaise, la relique avait en effet été rapportée à Varsovie peu après sa mort par sa soeur aînée Ludwika.

Après analyse, « nous pouvons dire qu’il est hautement probable qu’il s’est agi de tuberculose », a dit à l’AFP le professeur Michal Witt, spécialiste de génétique moléculaire.

Pour formuler un diagnostic, l’équipe de chercheurs a travaillé sur des photographies de haute résolution, les autorités polonaises ayant interdit l’ouverture du flacon hermétiquement fermé par crainte de voir son contenu irrémédiablement altéré.

« Des lésions sont clairement visibles sur le péricarde de Chopin », a dit le médecin, décrivant l’état de la membrane extérieure du coeur généralement affectée par des changements causés par la tuberculose, et elles « correspondent bien au diagnostic initial (…) de tuberculose ».

Ces constatations doivent être publiées en février dans la revue American Journal of Medecine, avec une photographie exclusive du coeur de Chopin.
Le professeur Witt précise toutefois que, sans test ADN, il n’est pas possible d’exclure complètement la possibilité de la mucoviscidose.

Le coeur de Chopin avait été examiné pour la dernière fois en 1945, après la Deuxième guerre mondiale. Il est bien conservé dans un liquide de couleur « ambre clair » et « il est fort
probable que ce soit du cognac », a dit le professeur Witt, rappelant que « depuis la Révolution française, le cognac est utilisé en France comme un liquide de conservation ».

En 2008, par crainte d’abîmer l’organe, le ministère polonais de la Culture avait rejeté une demande de scientifiques voulant effectuer de tels tests sur la relique dans le but d’identifier un éventuel gène CFTR, signe certain de la mucoviscidose.

L’hypothèse de cette maladie « est toujours envisageable », a dit M. Witt à l’AFP. Des documents montrent que Chopin, adulte, ne pesait qu’environ 40 kilos pour 1,70 m, autrement dit il souffrait d’insuffisance pondérale, un symptôme de la mucoviscidose. « Mais la possibilité qu’il se soit agi de tuberculose plutôt que de mucoviscidose est de loin plus forte », selon M. Witt, même si « nous ne pouvons pas le prouver avec certitude ».

En l’absence de tests génétiques, il est par ailleurs impossible d’être totalement certain que le coeur appartienne vraiment au compositeur, même si pour le professeur
Witt « il n’y a pas de raison d’en douter, du moins à notre connaissance ».

Né à Zelazowa Wola près de Varsovie en 1810, Chopin a composé la plupart de ses oeuvres en France, le pays de son père, où il a émigré après l’insurrection polonaise
de 1830-31 contre la Russie, qui s’était partagé la Pologne à la fin du 18e siècle avec la Prusse et l’Autriche.

Comme il avait refusé le passeport russe, Chopin n’a jamais pu retourner dans son pays natal, celui de sa mère. Pour le compositeur allemand Robert Schumann, « la musique de Frédéric Chopin, ce sont des canons dissimulés sous des fleurs ». Elle est toujours considérée comme un symbole de la longue lutte de la Pologne pour l’indépendance, retrouvée seulement en 1918.

Avec AFP

27 Nov

Jean-Luc Petitrenaud réalise cette semaine 3 escapades gourmandes en Gironde

C’est qu’il a bon goût Jean-Luc ! Notre Petitrenaud national a programmé le tournage en Gironde de 3 « Escapades ​de ​Petitrenaud” avec Carine Teyssandier. Histoire de mettre en valeur les richesses ​gastronomiques ​girondines avec les chefs Stéphane Carrade sur le Bassin d’Arcachon, Vivien Durand à côté de Bordeaux et Ronan Kervarrec à Saint-Emilion.

1b1e8cb8-phpfcf42oChaque semaine, c’est un rendez-vous attendu des gastronomes. Les « Escapades de Petitrenaud » vont à la découverte des régions et de leurs spécialités ​culinaires.

Du 27 novembre au 1er décembre 2017, c’est en Gironde que la production pose ses valises pour 3 enregistrements qui seront diffusés sur France 5 au début de l’année 2018. Des Escapades qui ne seront pas présentées par lui mais par Carinne Teyssandier, car il a annoncé en juin être quelque peu fatigué et souhaitant passer le flambeau.

Au ​programme, ​3 ​itinéraires ​gourmands ​pour ​mettre ​en ​lumière ​les ​chefs, ​spécialités ​culinaires, ​producteurs ​et ​artisans des ​métiers ​de ​bouche ​girondins ​:

● 1 Escapade sur le bassin d’Arcachon, avec le Chef Stéphane Carrade du restaurant le Skiff au Ha(a)itza du côté du Pyla-sur-mer. Au menu les ostréiculteurs du bassin, la chasse à la tonne avec casse-croûte partagé avec les chasseurs, ​la ​cuisine ​du ​canard…

● 1 Escapade dans l’agglomération bordelaise, à Lormont avec le chef Vivien Durand du Prince Noir: le pigeon de Mios sera à l’honneur, ainsi que le fromage de brebis, les légumes en culture aquaponie, le miel de ​Bazas…

Ronan Kervarrec : "j'ai mon propre style, ma propre cuisine" © Jean-Pierre Stahl

Ronan Kervarrec arrivé à la tête des fourneaux de Plaisance en juin 2016 © Jean-Pierre Stahl

● 1 escapade dans les vignobles de Saint-Emilion, avec le chef Ronan Kervarrec de l’Hostellerie de Plaisance : ​mise ​en ​avant ​du ​vignoble, ​des ​caves ​d’affinage ​de ​fromages, ​de ​l’agneau…

Ces 3 Escapades seront diffusées début 2018, à 12h sur France 5 le dimanche et  re-diffusées le samedi les semaines suivantes à 12h30, puis multi-diffusée ​sur ​TV5 ​Monde.

Après la victoire française, le coq se sent pousser des ailes…

C’est une cuvée qui sent la victoire en finale de la Coupe Davis. Et on la doit non pas au Coq Sportif mais à Rhonéa qui lance une cuvée Made In Ventoux spéciale sports d’hiver. Un petit clin d’oeil envers nos tennismen.

BIG_COQ_A_LA_MONTAGNE_-_VENTOUX_-_ROUGE__-NMEn cette fin d’année et à l’approche des sports d’hiver, la cuvée Made In Ventoux de Rhonéa revêt son bonnet tricolore. Un clin d’oeil après la victoire de nos tennismen ce week-end pour la 10e Coupe Davis française.

Même si le coup n’était pas joué d’avance, Rhonéa surfe sur ce retentissement et parle de son édition limitée de  « Big Coq « aux sports d’hiver. Nul doute qu’après la raquette et le terrain dur, les raquettes et la neige molle s’imposent.

Véritable produit Made In France, fait maison par les artisans-vignerons de Rhonéa, Big Coq revendique fièrement ses origines tricolores, reflet du savoir-faire vigneron, de l’amour de notre pays et de la richesse de notre patrimoine viticole.

(l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

RSS