11 Juin

Taxes américaines sur le vin: « rien de dramatique » pour le négoce bordelais

Des représentants du négoce bordelais ont assuré mardi que les menaces de Donald Trump d’augmenter les taxes d’importation sur les vins français n’avaient « rien de dramatique » et qu’un rééquilibrage des taxes n’aurait qu’un « impact marginal » sur les vins de Bordeaux.

Fabrice Bernard, le PDG de Millésima s’est voulu rassurant sur France 3 Aquitaine © JPS

« La différence [de droits de douane sur les vins entre États-Unis et Union européenne] est de quelques centimes. Donc si jamais Trump voulait équilibrer les taxes, ça ne serait pas dramatique », a affirmé à l’AFP Christophe Reboul-Salzes, patron de The Wine Merchant.

Selon Fabrice Bernard, PDG de Millésima, la différence de droits de douanes sur les vins aux Etats-Unis et dans l’UE est en moyenne de « 7 centimes pour une bouteille de 75 cl inférieure à 14 degrés » d’alcool. Une augmentation de « 7 centimes par bouteille », « je ne pense pas que ce serait significatif », a-t-il dit dans le 12/13 sur notre antenne de France 3 Aquitaine.

Chez Sherry-Lehmann en mars 2018, l’un des plus ancien caviste de New-York © JPS

« Beaucoup de vins vendus aux USA valent plus de 10 euros », a aussi assuré Christophe Reboul Salze. « Réajuster de 7 centimes sur une bouteille à 10 euros, ça reste moins cher que l’augmentation du coût des matières sèches (bouteilles, cartons, capsules, palettes etc.) ». « L’impact [d’un tel rééquilibrage] serait marginal pour les vins français, selon moi. Mais pour les moins chers, comme des vins espagnols, 10 centimes d’augmentation, ça peut commencer à peser un peu… », concède-t-il.

« Une hausse serait certes ennuyeuse, mais pas de quoi monter un grand truc », a également réagi Philippe Castéja, président du Conseil des grands crus classés 1855. « M. Trump estime que le marché européen ne traite pas les vins américains gentiment? Mais c’est une fausse barbe de sa part car les vins américains sont extrêmement peu exportateurs. Leur marché intérieur, qui est le premier au monde pour la consommation de vin, leur suffit », a-t-il dit à l’AFP. Cette posture, « c’est du Donald Trump à 100% ».

Le Président Américain « défend son beefsteak à sa manière, pas toujours élégante », a estimé M. Reboul Salze, qui se dit « plus préoccupé » par ce qui se passe à Hong Kong, ex-colonie britannique où un million de personnes ont manifesté dimanche contre un projet de loi favorable à Pékin. La situation de tension « ne favorise pas le business des grands vins car on parle là d’acheteurs qui ont des caves généralement déjà bien garnies et qui peuvent se passer d’acheter pendant plusieurs années… »

Selon le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), les Etats-Unis -marché de grands millésimes- sont le deuxième pays d’exportation des vins de Bordeaux en volume (après la Chine), avec 26 millions de bouteilles, et le troisième en valeur (après Hong Kong et la Chine) avec 279 millions d’euros.

Les exportations de Bordeaux vers les Etats-Unis ont augmenté de 21% en 2018, selon le CIVB, qui n’a pas souhaité réagir aux déclarations de Donald Trump.

Avec AFP.

LES USA ET BORDEAUX EN CHIFFRES :

  • 199 000 hectolitres, l’équivalent de 26 millions de bouteilles, exportés en 2018 soit -1% en volume
  • une hausse de +21% en valeur en 2018
  • 2e destination pour les vins blancs de Bordeaux vers les USA et hausse de 3% avec 3,6 millions de bouteilles
  • poids des exportations de Bordeaux vers les Etats-Unis : 11% en volume et 13% en valeur
  • Bordeaux leader dans les exportations françaises de vins AOP vers les USA : 22% des volumes et 30% en valeur

Ecoutez Fabrice Bernard, PDG de Millésima, invité par votre serviteur pour parler avec Marie-Pierre d’Abrigeon de cette menace qui pèse sur les vins français : JT de France  Aquitaine du 11 juin à midi dans le 12/13 :

10 Juin

Château Pavie : une « signature Perse »

Un nouvel ouvrage vient de sortir aux éditions Glénat. « Château Pavie, Signature Perse » par Jean-François Chaigneau, grand reporter, écrivain et créateur de la rubrique vin à Paris Match et Anne-Emmanuelle Thion, photographe. Un joli livre à lire cet été.

Château Pavie, c’est l’un des 4 premiers crus classés A de Saint-Emilion. Un château mythique qui tutoie l’excellence, voulue par Chantal et Gérard Perse. D’un beau vignoble acheté en 1998, ils en ont fait une pépite, repensant totalement le château entièrement reconstruit et décoré sous la direction d’Alberto Pinto, mais ils ont aussi fait de cette colline qui surplombe cette plaine de Saint-Emilion un vignoble remarquable avec ces terrasses en pierre, un suivi du vignoble réalisé avec l’aide de Michel Rolland.

Un travail qui a été encensé par le célèbre critique en vin Robert Parker (qui a officiellement pris sa retraite) il y a quelques années: « Pavie est aujourd’hui l’un des meilleurs vins au monde », avait-il déclaré en décernant la note maximale de 100 au millésime 2000.

Gérard et Chantal Perse dans le livre Château Pavie © Anne-Emmanuelle Thion

Cet ouvrage réalisé par Jean-François Chaigneau, ancien rédacteur en chef adjoint de Paris Match (jusqu’en 2008), responsable des pages cultures et art de vivre et de la rubrique vin, et par la photographe Anne-Emmanuelle Thion, retrace le parcours incroyable de Chantal et Gérard Perse.

Henrique Da Costa, Chantal et Gérard Perse, leur fille Angélique Da Costa et Ronan Kervarrec © JPS

« Ces entrepreneurs qui se sont faits eux-mêmes » ,anciens propriétaires de supermarchés en région parisienne, sont tombés amoureux du terroir de Saint-Emilion, ils se sont offerts dans un premier temps Monbousquet puis Pavie, en donnant à ce dernier l’aura internationale que l’on connaît.

Dans l’ouvrage, on découvre la passion aussi du chef de l’Hostellerie de Plaisance Ronan Kervarrec © Anne-Emmanuelle Thion

Ils ont aussi su porté haut les couleurs de l’Hostellerie de Plaisance, dirigée par Chantal et Angélique Perse, en confiant les cuisines au très doué chef Ronan Kervarrec, qui y a déjà décroché deux étoiles au Guide Michelin. Une histoire qui se poursuit avec la relève Angélique Perse et son époux Henrique Da Costa, qui est également pleinement investi dans cette formidable saga dans le monde du vin.

Gérard Perse dans le chapitre les Millésimes © Anne-Emmanuelle Thion

Château Pavie, Signature Perse, par Jean-François Chaigneau et Anne-Emmanuelle Thion, collection Le Verre et l’Assiette, 288 pages, aux éditions Glénat

A lire ou relire :

La famille Perse célèbre ses 20 ans à château Pavie

08 Juin

Le Jardin Millésimé : un jardin paysagé inspiré par les millésimes du château Larrivet Haut-Brion

C’est un doux rêve imaginé par Emilie Gervoson et Soline Portmann, qui aujourd’hui est réalité. Un jardin dédié au monde du vin. Un jardin qui évoque la vigne, déjà à travers ses piquets que l’on retrouve dans les rangs de vigne, mais aussi à travers ses senteurs végétales. Initialement baptisé le Jardin d’Ivresse, il porte désormais le nom de Jardin Millésimé… Une création végétale dédiée aux vins qui a conquis de nombreux visiteurs ce samedi à l’occasion des « rendez-vous aux jardins »

Emilie Gervoson, propriétaire du château Larrivet Haut-Brion et Soline Portmann scénographe-paysagiste dans le Jardin Millésimé © Jean-Pierre Stahl

Tout est parti d’une petite création paysagère pour arriver à un plus grand jardin, le Jardin d’Ivresse… Au départ, il y a cette volonté de créer un espace avec cette rose unique créée en hommage aux 3 filles des propriétaires Christine et Philippe Gervoson : Emilie, Charlotte et Valentine. Une rose créée en 2013 par la maison Meilland Richardier et baptisée « les Demoiselles de Larrivet Haut-Brion », du même nom que le second vin de la propriété achetée en 1987 par la famille en Pessac-Léognan (même année que la création de l’appellation).

Et puis, après le vin, la rose, vint le jardin : un jardin lancé en juin 2015 sous le joli nom de Jardin d’Ivresse, mais pour lequel il était difficile de communiquer et d’inciter les gens à venir boire, un verre, car la loi Evin se serait rappelé aux initiateurs, d’où ce nouveau nom original de Jardin Millésimé:  « ce changement de nom me va très bien, car on parle beaucoup de millésimes dans le jardin… », me confie Emilie Gervoson.

On déguste un jardin, comme on déguste un vin, on joue sur la vue, le nez, et on a planté ces arbustes à cassis et framboises que l’on retrouve dans les vins rouges » Soline Portmann scénographe-paysagiste.

Et c’est ainsi qu’a émergé en face du château et des chais ce merveilleux Jardin Millésimé sur 4000 m2, avec ses piquets en bois rouge, de 20 centimètres à 4 mètres de hauteur; un jardin savamment étudié pour évoquer dans sa première partie les vins blancs, avec 7500 végétaux dont ces « cheveux d’ange qui apportent un aspect très aérien » mais aussi une palette de végétaux aux robes anis, vert amande, jaune paille, aux senteurs d’agrumes. Dans la seconde partie, l’évocation des vins rouges avec 15000 végétaux, avec des teintes rubis des persicaires « blackfield », des pétales bordeaux des échinées « vintage Wine » et des iris merlot. Au total 150 espèces différentes. « Ce jardin, c’est vraiment par passion », commente Emilie Gervoson, devant un parterre de passionnés de jardins et amateurs de vins aussi.

L’originalité de ces deux espaces (occupés à 20% par les blancs et 80% par les rouges, en respect de la proportion des vignes de la propriété et de ses cépages en blancs et en rouge) tient également dans la floraison: « une floraison précoce, printanière et en début d’été en avril-mai et en juillet pour la 1ère partie du jardin qui incarne les vins blancs, avec un mélange de graminées, de plantes vivaces et de plantes aromatiques ; une floraison plus tardive en août-septembre-octobre pour la 2e partie rouge avec des graminées et vivaces et ces massifs de cassis et framboisiers. Au coeur de la déambulation, j’avais vraiment envie qu’on ait toutes ces touches de surprises. »

Et des surprises, il n’en manque pas dans ce vaste parc de 13 hectares, avec aussi ce deck créé juste en face du Jardin Millésimé, un lieu de fête, d’événements avec une double vue sur le château et ses chais, sans oublier le plan d’eau où les poules d’eau se font entendre, comme pour dire, ce jardin d’ivresse, il est à nous aussi…ne seraient-elles pas enivrées par toutes ces senteurs ?

Une visite de plus d’une heure qui s’est conclue par une dégustation toute aussi originale des vins de la propriété : avec des magnums en blanc des Demoiselles de Larrivet Haut-Brion (95% de sauvignon et 5% de sémillon, élevage 30% en oeufs béton et 70% en barriques « on cherche un vin de partage, entre copains, on recherche de la fraîcheur » selon Emilie Gervoson) et des Demoiselles en rouge (70% merlot, 30% cabernet sauvignon, élevé 1/3 de barriques neuves, 1/3 en foudres et 1/3 en cuves) :

« là on est sur des vins gourmands alors que sur les 1ers vins on est sur des vins plus structurés ». Une dégustation agrémentée par les senteurs de plantes aromatiques disposées sur la table. Une invitation à l’évasion sensorielle dans un cadre idyllique.

Si vous aussi, vous voulez vivre cette expérience unique dans cette propriété viticole: le Jardin Millésimé se visite de mai à octobre : visite du jardin avec carnet de route 6€, visite du jardin et dégustation de 2 vins 15€. Le château Larrivet Haut-Brion se situe à Léognan, 84 avenue de Cadaujac, tél 05 56 64 99 87.

24e journées portes-ouvertes en Cadillac : 45 propriétés vous attendent ce week-end

 Samedi 8 et dimanche 9 juin, 45 propriétés en Cadillac Côtes de Bordeaux vous ouvrent leurs portes de 10h à 19h. De nombreuses animations à découvrir en famille ou entre amis, histoire de passer un bon week-end de Pentecôte.

DEMANDEZ LE PROGRAMME  !

Pour cette 24ème édition, 45 châteaux et propriétés viticoles ouvriront leurs portes au grand public. Au programme : des moments de partage et de convivialité autour du vin et de la vigne, mais également des circuits de visites à travers l’appellation.

Pour explorer les Cadillac Côtes de Bordeaux et leur riche patrimoine historique et culturel, plusieurs options : activités sportives (à pieds ou en vélo) et autres animations payantes à réserver en ligne ici  : dîner gala,balade en bateau de Cadillac à Saint- Maixant ou de Cadillac à Paillet, excursion à vélo pour découvrir les coteaux et visite guidée du village de Verdelais.

Tout au long du week-end, la Maison des Vins de Cadillac proposera de nombreuses animations et activités ludiques pour s’immerger et mieux comprendre l’univers viti-vinicole : exposition sur le travail de la Vigne et du Vin (espace musée avec salle de projection), jeux d’animations pour petits et grands (aire de jeux pour enfants sur la vigne et le patrimoine), animation tonnellerie (montage d’une véritable barrique), initiation gratuite à la dégustation

À noter qu’une aire de pique-nique avec présence d’un food truck permettra de se restaurer sur place.
Et aussi : des
marchés de producteurs locaux ou encore un jeu concours pour remporter une sélection de vins de l’appellation.

DES VOITURES DE COLLECTION A ADMIRER

Plus de 120 voitures de collection participeront à la 24ème édition de ce rallye devenu au fil des ans, un classique. Différents types d’automobiles venus tout droit de divers pays (Angleterre, Australie…) se retrouveront sur les parcours reliant entre eux les châteaux participant aux Portes Ouvertes.

Plusieurs rassemblements sont prévus : le samedi 8 juin, à 13h30 à la Maison des Vins de Cadillac, puis le dimanche à 9h place de la Mairie et de l’école de Rions et 16h30 à la Maison des Vins de Cadillac.

Avec les Côtes de Bordeaux.

07 Juin

Bordeaux : le marché du vin est morose

La conjoncture est non seulement difficile mais dure aussi depuis près d’un an. « Bordeaux est à l’arrêt »…selon bon nombre de petits vignerons et courtiers. Au niveau des volumes, certains ne voient plus rien sortir des chais; les petits producteurs de Bordeaux sont les plus impactés, pas vraiment les grands crus.

Des nuages dans le ciel de Bordeaux. C’est un peu la métaphore qui colle au marché qui depuis 12 mois, selon tous les opérateurs, est morose et touche surtout les petits Bordeaux et coeur de gamme. Cela inquiète tout le monde, négoce, courtiers mais avant tout les vignerons, comme Xavier Haure, 42 ans, à la tête de 38 hectares à Cartelègue dans l’appellation Blaye-Côtes de Bordeaux. Il produit en moyenne 2000 hectolitres en Blaye et Bordeaux Supérieur, et vend traditionnellement toute sa production au négoce. Fort heureusement, il a réussi à vendre son Blaye, mais pas encore son Bordeaux Sup.

Jean Farau, courtier en vins, Xavier Haure vigneron et Michaël Rouyer directeur de Blaye-Côtes de Bordeaux © JPS

On est vraiment inquiet de la situation, tous les voyants sont au rouge, le marché est complètement stoppé, c’est très inquiétant surtout quand on vend 100% au négoce comme moi, on est confronté aux variations du négoce, donc c’est très inquiétant », Xavier Haure, vigneron.

Quant aux explications, pour lui les magazines de Cash Investigation et Cash Impact ont fait des dégâts dans le subconscient des consommateurs, et ont participé à ce que certains appellent le Bordeaux bashing : « c’est certainement un problème d’image, on parle souvent de Bordeaux par rapport aux pesticides et aux campagnes contre l’alcoolisme, c’est incontestable, aujourd’hui on le ressent sur le marché du vin qui  est morose… »

Moi, en tant que courtier, j’ai commencé en 1980, je n’ai jamais connu cela, on n’arrive pas à vendre du vin, ce n’est pas un problème de prix, non il n’y a pas d’acheteur… », Jean Farau courtier en vins.

Depuis 12 mois, on enregistre une baisse des sorties de chais au niveau des vins de Bordeaux » commente Xavier Coumau président régional des courtiers de Bordeaux et du Sud-Ouest. En mars dernier lors de sa conférence de presse à Paris, le président du CIVB Allan Sichel annonçait déjà : « sur l’année 2018, le volume de nos exportations est en recul de 14%. Et nos ventes sur le marché français, en grande distribution, ont diminué de 12% en volume par rapport à 2017, et de 7% en valeur ».

« Bordeaux produit en moyenne 5,5 millions d’hectolitres de vin, mais sur les 12 derniers mois, 4,2 millions ont été commercialisés », me précise Xavier Coumau, président régional des courtiers de Bordeaux et du Sud-Ouest. Ceci s’explique par une très faible récolte 2017 due au gel, avec 40 % de pertes et des marchés perdus.

Xavier Coumau, le président régional des courtiers en vins © JPS

On subit de plein fouet notre très faible récolte 2017, très déficitaire (40% de récolte en moins) qui nous a coupé de plusieurs marchés et a permis à plusieurs marchés français ou étrangers de prendre notre place, sur ce qui faisait notre force, la grande distribution française, mais aussi sur le marché chinois », Xavier Coumau Président Régional des Courtiers en Vins

Un marché chinois qui s’est tourné vers des vins australiens et chiliens, sur lesquels des accords ont été passés pour ne pas les taxer, alors que les vins français restent eux taxés (sauf à Hong-Kong). « On a un millésime 2018 pourtant très qualitatif et le négoce a pas mal de stock sur une récolte très importante en 2016 et des 2017 un peu élevés, pas faciles à vendre, donc pas forcément pressé d’acheter du 2018… »poursuit encore Xavier Coumau.

Michaël Rouyer, le directeur du syndicat de Blaye-Côtes de Bordeaux © JPS

Sur le marché français, « le modèle économique de la grande distribution est en train de décliner », selon Michaël Rouyer, directeur du syndicat de Blaye-Côtes de Bordeaux et c’est ce qui explique cette baisse des ventes. « Les hyper et supermarchés ont tendance à voir leur fréquentation baisser, et les vins de Bordeaux sont très présents en grande surface donc forcément cela a un impact sur nous ; sur les marchés exports on est très présent en Chine, c’est notre 2e marché après la Belgique (en Blaye-Côtes de Bordeaux), et on sait qu’il y a -20% depuis un an sur ce marché chinois. Ces complications sont liées à des droits de douane par forcément à l’avantage des vins français, mais plutôt à l’avantage des vins australiens ou des vins chiliens… »

A toutes ces raisons, il faut en prime prendre en compte une surproduction mondiale de vin en 2018 : 292,3 millions d’hectolitres contre 260 à 265 habituellement, soit 30 millions d’hectolitres en plus et 42 millions en plus par rapport à 2017.

L’heure est donc à la reconquête comme en témoigne Nathalie Feydieu rencontrée au château du Taillou à Saint-Androny.

La physionomie de la clientèle a changée…Les gens qui achetaient du vin dans nos propriétés de manière fidèle, et en grande quantité, ont vieilli et ne consomment plus, il faut donc se tourner vers la nouvelle génération, à travers des salons et les inciter à venir en propriété, » Nathalie Feydieu chateau du Taillou.

La situation va devenir encore plus problématique dès septembre avec le millésime 2019 qu’il va falloir rentrer dans les chais, surtout pour les propriétés qui n’arrivent pas à vendre leur 2018, encore dans leurs cuves. Selon certains professionnels, les spéculations pourraient repartir comme il y a 10 ans avec des cours du tonneau au plus bas, vers les 1000 € (le tonneau de 900 litres), (le prix actuel est toujours supérieur à 1200 € ), voire moins… On espère que non bien sûr et que cette situation ne soit que conjoncturelle.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot :

 

05 Juin

Retraite officielle pour le célèbre critique de vin Robert Parker

Le célèbre critique de vin américain Robert Parker a pris officiellement sa retraite du Wine Advocate en mai. Cet ancien avocat avait mis en place un système de notation sur la base d’un maximum de 100 points et contribué à l’essor des grands vins de Bordeaux pendant plus de 30 ans au travers de sa revue The Wine Advocate.

© Robert Parker, le célèbre critique du Wine Advocate

Fondée en 1978 sous le nom de « The Baltimore-Washington Wine Advocate », il l’avait revendue fin 2012 à un consortium de Singapour, avant une entrée dans le capital Michelin en 2017.

« Alors que je me retire du Wine Advocate, a déclaré Robert Parker cité dans sa revue, j’ai l’honneur de passer la main à notre équipe formidable. Le temps est venu de renoncer à toutes mes responsabilités éditoriales et directoriales avec effet immédiat ».

Il y a 3 ans, le légendaire critique en vins Robert Parker avait déjà passé le relais à l’anglais Neal Martin, pressenti pour lui succéder et pour donner ses commentaires et notes sur les vins de Bordeaux.

Robert Parker a contribué à la notoriété des vins de Bordeaux et notamment à partir du millésime 1982, de nombreux châteaux et vins de garage ont fait fortune grâce à ses notes et lui doivent encore aujourd’hui une fière chandelle. Certains dans le monde du vin avaient critiqué aussi dans les années 80 à 2000, une tendance à l’uniformisation du goût des vins notamment de Bordeaux, des vins boisés et souvent très puissants, pour plaire au critique américain, qui n’en demandait pas tant. Lui-même cherchait aussi à ce que les terroirs s’expriment avant tout.

Avec Afp.

Relire Robert Parker passe officiellement la main à Neal Martin pour déguster et noter les vins de Bordeaux

Beaujolais: « la plus forte croissance parmi les AOP françaises » à l’export

Le Beaujolais retrouve la santé à l’export avec des bonds à l’export de +60% en Belgique, +41% en Chine ou encore +36% au Royaume-Uni… de quoi laisser rêveur d’autres régions viticoles.

La Route des Vins en Beaujolais © interprofession beaujolais.com

« L’année 2019 démarre de façon très positive pour les vins du Beaujolais », estime l’interprofession. Fin février, les chiffres des douanes et de l’organisme Business France montrent un bon de 18% des ventes en volume et de 12% en valeur par rapport aux deux premiers mois de 2018, cru plutôt terne.

Le Beaujolais revendique « la plus forte croissance parmi les AOP françaises », avec un bond de 60% des exportations vers la Belgique, +41% en Chine, +36% au Royaume-Uni, +26% au Japon et +11% aux Etats-Unis.

Pour conforter sa place sur le marché stratégique de l’export, Inter Beaujolais a prévu des dégustations professionnelles en Amérique du Nord en juin et le mois suivant en Chine, suivi le 29 et 30 septembre par la troisième édition de Vinexpo Explorer, qui permettra à quelque 70 grands acheteurs de faire un tour d’horizon des 12 appellations du Beaujolais.

Localement, l’Interprofession, qui cherche à renouveler l’image du vignoble, organise ces 8 et 9 juin le premier festival « Bienvenue en Beaujonomie », auquel participent une quarantaine de domaines et maisons.

Avec AFP

04 Juin

Un nouveau logo pour la Cité du Vin

La Cité du Vin dévoile à compter d’aujourd’hui et après 3 ans d’existence de nouvelles courbes avec son nouveau logo, mais aussi une nouvelle charte graphique et un nouveau partenaire officiel pour habiller ses équipes…la marque française Armor-Lux

NOUVEAU LOGO

Histoire de ne pas s’endormir sur ses lauriers et de trouver de nouvelles idées fédératrices, la Cité du Vin affiche depuis ce mardi son nouveau logo, jouant sur les lignes ou contours du bâtiment dessiné par XTU Architecs Anouk Legendre et Nicolas Desmazieres.

Le mouvement par la ligne est le nouveau fil conducteur de notre communication. Au-delà du logo, nous avons imaginé une nouvelle charte graphique, avec des couleurs pour chacune de nos activités, que nous allons progressivement décliner sur tous nos supports », Solène Jaboulet, Directrice marketing et communication de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin.

LES EQUIPES HABILLEES EN ARMOR-LUX

Ces nouvelles lignes s’accompagnent d’un nouveau look vestimentaire. C’est Armor-Lux qui devient le nouveau partenaire officiel, pour deux ans,  et va se charger d’habiller les équipes de la Cité du Vin en prise avec le public. Il reprend les codes de ce qui a fait son succès : la fameuse marinière, avec des couleurs inédites, fabriquée dans les ateliers de Quimper.

Nous avons été séduits par l’histoire, le savoir-faire et la qualité de la marque. Ses 80 ans d’expérience, sa capacité à associer innovation et éthique, tout en gardant cet esprit authentique nous ont tout de suite intéressés. Nous sommes ravis de cette nouvelle collaboration, » Florence Maffrand, responsable des partenariats de la Fondation.

L’EMBLEME DE BORDEAUX

On ne compte plus tous les articles de presse, les magazines et guides de voyage qui ont fait depuis 3 ans, à l’étranger comme en France, de la Cité du Vin le nouvel emblème, voire l’icône de Bordeaux 

C’est une grande fierté que la Cité du Vin soit reconnue par les professionnels et le grand public, comme symbole du renouveau de la ville. Nous allons poursuivre nos efforts pour nous inscrire dans la durée dans ce rôle d’emblème, »  Philippe Massol, Directeur Général de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin.

Ouverte le 1er juin 2016, la Cité du Vin totalise à ce jour près de 1,3 million de visiteurs.

Le 7e championnat du monde de dégustation à l’aveugle se tiendra le 12 octobre au château de Chambord

Quel endroit magique pour une telle épreuve.  Alors que Chambord fête cette année ses 500 ans depuis le lancement de ses travaux en 1519, les meilleurs dégustateurs au monde vont se mesurer dans ce cadre prestigieux le 12 octobre prochain pour la 7e édition, lancée par Philippe de Cantenac et La Revue du vin de France.

Photo Facebook du © Château de Chambord qui fête ses 500 ans cette année

LES FRANCAIS DANS LA COURSE

En attendant l’épreuve reine du 12 octobre, la grande finale du Championnat de France de dégustation à l’aveugle se déroulera le samedi 22 juin au Vieux Château Gaubert en Gironde . Elle déterminera les membres de l’équipe de France qui affronteront plus de 25 autres pays lors du Championnat du Monde de dégustation à l’aveugle en octobre au Château de Chambord.

DES EPREUVES SUR LES 5 CONTINENTS

C’est pire qu’à l’Eurovision, là les épreuves sont organisées sur les cinq continents. Le but: déterminer 25 équipes et les meilleurs dégustateurs chargés de représenter leurs pays lors du Championnat du Monde de dégustation à l’aveugle.
Parmi les plus fortes en Europe, on y retrouve pelle-mêle le Danemark, l’Espagne, la Finlande, l’Italie, le Portugal, la Suède et l’Ukraine. La Chine sera aussi représentée, au terme d’une âpre sélection à travers différentes provinces. Les noms des dignes représentants de l’Afrique du Sud seront connus le 21 juillet. Quant aux States, l’application Wine Acuity, a été lancée afin de permettre à ceux qui le souhaitent de s’exercer avant l’épreuve de sélection nationale qui se déroulera le 14 juillet, après le jour de leur indépendance le 4…

UNE EDITION D’EXCEPTION

C’est une édition d’exception qui va se tenir au château de Chambord, le joyau de François 1er qui a lancé la construction en 1519 et qui cette année fête son 500e anniversaire, une construction achevée en 1547.

25 pays, avec 4 dégustateurs et un coach, vont ainsi s’affronter autour d’une dégustation à l’aveugle de 12 vins du monde, 6 blancs et 6 rouges. Elles devront déterminer le cépage principal, le pays de production, le millésime et si possible, le producteur.

Les plus  grands dégustateurs au monde entier pourront en outre profiter de ces moments riches en rencontres et partage, notamment à l’occasion d’un dîner qui réunira les concurrents la veille de l’épreuve et durant lequel chaque équipe apportera au moins un vin de son pays pour le faire découvrir aux autres. Durant le dîner, les concurrents pourront notamment découvrir la nouvelle cuvée du Château de Chambord.

LA BELGIQUE VA-T-ELLE REUSSIR LA PASSE DE TROIS VICTOIRES ?

L’équipe de Belgique est sans doute l’une des plus redoutée, car c’est le vainqueur en titre en 2018 et elle s’est aussi adjugé la victoire lors de la 1ère édition en 2013. Va-t-elle accrocher une troisième étoile à son maillot et est-ce la France qui en accrochera une deuxième, après avoir remporté l’édition de 2014 ? Vous saurez tout le 12 octobre à Chambord !

03 Juin

Exposition « Cross River, le sanctuaire du vie sauvage » au château Lafon Rochet

A vos tablettes ! Le Château Lafon-Rochet, 4ecru classé de Saint-Estèphe, propriété de la famille Tesseron, expose dans ses chais les photographies de Mathieu Garçon sur l’action menée au Cameroun par l’association ERuDEF pour le combat de la survie des gorilles Cross River et autres primates. Une exposition à voir jusqu’au 31 août, et un château à visiter par la même occasion.

Exposition Cross River, photographies © Mathieu Garçon

Le gorille de Cross River est très certainement l’une des espèces de primates les plus menacées au monde. Il vit dans la région des hauts plateaux de Lebialem au coeur d’une vaste zone de vallées fertiles et de collines abruptes, dans la forêt primaire subtropicale, au sud-ouest du Cameroun. Cette région abrite le sanctuaire de Tofala Hill où vit 20% de la population restante du gorille de Cross River…

L’association ERuDEF (Environment and Rural Development Foundation) a créé ce sanctuaire en y développant des activités économiques et sociales génératrices de revenus dans les villages situés en périphérie. L’objectif est pour elle de préserver et protéger une biodiversité animale et végétale dont la richesse est incontestable, sur un territoire de plus de 8 000 hectares.

Le photographe Mathieu Garçon, a suivi dans une nature luxuriante et parfois hostile durant plusieurs semaines, d’anciens braconniers devenus producteur d’huile par le biais de l’association ERuDEF, il a ainsi pu se mettre sur les traces de quelques 60 individus et leurs familles installés paisiblement dans cette zone forestière où plus aucun coup de feu ne trouble la vie de ces gorilles.

L’ensemble de son travail est donc à voir jusqu’au 31 août au château Lafon Rochet. Ses photos sont en effet exposées sur les cuves en ciment des chais. Elles plongent véritablement le visiteur au coeur de la forêt subtropicale des hauts plateaux de Lebialem et sensibilisent à cette action écolo-humanitaire et à la situation fragile de ces grands singes. Et pour cette bonne cause, tous les tirages exposés seront en vente au profit de l’association ERuDEF.

RSS