15 Juin

Sandrine Garbay, un nouvel élan pour château Guiraud et Sauternes

L’ancienne maître de chai d’Yquem vient de prendre ses fonctions de directrice générale de château Guiraud. Cette oenologue va apporter son expertise tant en vinification qu’à la vigne, avec également de beaux projets oenotouristiques lancés dès cet été. Une nouvelle page d’histoire s’écrit à Guiraud et à Sauternes.

Sandrine Garbay, dans les vignes du château Guiraud © JPS

« Sandrine, voilà le début du millésime 2022, depuis sa naissance, là on est au stade petit pois… », le chef de culture de château Guiraud, Loîc Kersaudy, lui fait faire un petit tour du vignoble épargné cette année par le gel moins intense que l’an dernier où 95% de la récolte avait été perdue par -7 à -8°. Cette fois-ci les 6 éoliennes ont permis de réchauffer l’atmosphère lors de ces séquences de gel de printemps….

Sandrine Garbay fait figure de pionnière dans le vignoble bordelais. Elle fut ainsi en 1998 propulsée 1ère maître de chai féminine à Sauternes, officiant durant 24 ans comme maître de chai d’Yquem. La voici, depuis le 17 mai dernier, directrice générale de château Guiraud, autre grand nom de l’appellation et 1er cru classé.

Depuis plus de 20 ans, elle participe à cette magie de révéler ces raisins botrytisés, parmi les plus grands liquoreux au monde. « Sur ces 2 cépages, le sauvignon et le sémillon, se développe la pourriture noble qui fait toute l’identité de ces grands vins liquoreux de Sauternes, et effectivement j’ai appris à connaître parfaitement cette pourriture noble, à l’apprivoiser et à en tirer le meilleur pour produire ces grands vins liquoreux. »

Avec le chef de culture Loïc Kersaudy  JPS

« C’est une grande fierté et un grand honneur de pouvoir m’occuper de cette belle propriété, c’est surtout beaucoup de plaisir à superviser à la fois le vignoble et le chai, ce que je ne faisais pas dans ma précédente expérience, et donc je suis ravi de prendre en mains l’ensemble d’une propriété et d’être à la destiné de cette magnifique entité qu’est Guiraud qui est une propriété historique avec un ADN vraiment ancré dans cette exploitation. »

« Pendant toutes ces années j’ai acquis une expérience incroyable, sur la production des grands vins liquoreux, et l’idée c’est de continuer dans cette voie là, de remettre le vin liquoreux au centre de cette propriété château Guiraud, c’est de toute façon le vin historique de la propriété…mais aussi de participer à l’élan général de l’appellation Sauternes, on sent ici un dynamisme en train de se mettre en place et Guiraud doit s’inscrire dans ce dynamisme… »

Sandrine Garbay et Camille Beuriot, l’ancienne maître de chai d’Yquem avec celle de Guiraud, qui avait fait aussi un stage à Yquem…

Diplômée de l’Institut d’Oenologie de Bordeaux, Sandrine Garbay fut 24 ans maître de chai d’Yquem, aujourd’hui à Guiraud elle a à ses côtés Camille Beuriot nouvelle maître de chai et oenologue aussi diplomée de l’ISVV pour produire ces vins liquoreux si difficile à produire…

« C’est très impressionnant, moi je viens juste de commencer ma carrière donc c’est une sorte d’exemple, c’est pour moi une sorte de parcours à suivre et je sais que c’est une épaule sur laquelle je vais pouvoir me reposer au cours de mon travail au quotidien… », commente Camille Beuriot la maître de chai de Guiraud.

« C’est tellement particulier ces vendanges de pourriture noble, avec cette dépendance au micro-climat, et au climat de l’année, jusqu’au dernier moment, tout peut être perdu ou au contraire tout peut être magnifié, et on croise vraiment les doigts pour que cette année tout soit vraiment magnifié… » explique Sandrine Garbay. « On a essuyé quand même des années difficiles depuis 2018, 2019, 20 et 21…4 années dures pour Sauternes avec des aléas climatiques incroyables, on espère fort que  ce 2022 nous redonne le sourire… »

En attendant, château Guiraud ne dort pas et a acquis le restaurant le Saprien en plein coeur du village de Sauternes, créant ainsi une terrasse « le Cercle Guiraud » qui risque d’être fort prisée cet été, avec vue sur le château Guiraud.

« Historiquement, il y a un accueil au public qui est très développé au château Guiraud, 7 jours sur 7, il y a vraiment un sens de l’accueil, avec le restaurant la Chapelle sur site au sein même de Guiraud, qui fonctionne vraiment bien et amène beaucoup de monde également, et l’idée ici était de revenir à l’ex Saprien, cet endroit qui historiquement appartenait à Guiraud et on a développé cette terrasse pour cet été, avec un autre mode d’accueil version décontracté et chic, avec notre chef Fabien Florin et donc de mettre en avant les vins d’ici, donc oui cela va donner un nouvel élan, cela anime un peu plus le centre de Sauternes, on voit les touristes venir de plus en plus sur notre belle région. »

Cet endroit vient compléter une offre qui s’étoffe à Sauternes avec l’hôtel du château d’Arches, celui de Lafaurie-Peyraguey et son restaurant gastronomique, et bientôt aussi un hôtel en 2024 à château Guiraud.  Sauternes montre ainsi un nouveau visage, de la modernité et de la féminité, Sauternes se réinvente et va en prime créer prochainement une Cité du Vin en plein coeur du vignoble…

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Nicolas Pressigout et Fabien Dumont

 

 

14 Juin

Bordeaux Wine Week : ça démarre jeudi avec les restaurateurs et cavistes…

Ca sent bon la fête du vin…Alors que les quais de Bordeaux préparent leurs stands pour Bordeaux Fête le Vin, la ville va commencer à s’animer dès le jeudi 16 juin avec les restaurateurs et cavistes partenaires de la Bordeaux Wine Week

C’est comme un teasing… de Bordeaux Fête le Vin ! Des avant-premières destinées à faire monter la mayonnaise avant ces 4 jours de festivités. En fait, la fête va durer non pas 4 mais 11 jours ! Ce sont les cavistes et restaurateurs qui ouvrent le bal en tandem avec des vignerons qui se rendront dans leurs établissements pour faire découvrir le vins de Bordeaux…

Cette nouvelle formule a été totalement inspirée de l’édition précédente de Bordeaux Fête le Vin où pour cause de crise sanitaire seuls les brasseries, restos et cavistes de la métropole avaient animé l’édition 2021 car il n’y avait pas eu de dégustations autorisées sur les quais, hormis la dégustation avec les yeux de l’expo du Chat de Philippe Geluck…

L’objectif est pour les vignerons et négociants l’occasion de faire découvrir leur production et d’échanger avec les consommateurs, mais aussi de mettre davantage à la carte des restaurants ou des bars à vins une production locale parfois oubliée ou boudée.

Ce sont ainsi 67 restaurateurs, cavistes ou épiceries fines associés à ces vignerons qui vont accueillir les amateurs et consommateurs avec le sourire durant ces avant-premières, en partenariat avec l’UMIH de Gironde.

Les consommateurs qui auront bu un verre ou commandé une bouteille de Bordeaux pourront aussi gagner des pass dégustations pour Bordeaux Fête le Vin du 23 au 26 sur les quais et participer à un jeu concours.

Pour connaître les restaurateurs et cavistes qui participent à ces avant-premières: c’est ici

05 Juin

Les Petites Mains de l’Ombre et Marie-Lys Bibeyran remportent les Gourmand Awards 2022

C’est une belle reconnaissance pour Marie-Lys Bibeyran et son ouvrage consacré aux travailleurs de la vigne. Vendredi soir à Stockholm, son livre « Les Petites Mains de l’Ombre – Gestes et Savoir-Faire des Vins du Médoc » a reçu deux prix, deux distinctions internationales, qui doivent aussi rappeler que le vin est avant tout réalisé par des petites mains, sans lesquelles, il ne serait pas ce qu’il est.

© Marie-Lys Bibeyran et ses 2 prix des Gourmands Awards 2022

« Best Wine Book for Professionals » et « Best Wine Sustainability Book » décernés par les Gourmand Awards 2022 en Suède. Marie-Lys Bibeyran, ancienne salariée viticole, auteure des photographies et textes des Petites Mains de l’Ombre est  de retour sur ses terres médocaines et ne cache pas sa joie d’avoir reçu ces 2 prix :

« Il y a forcément une fierté personnelle, cela a été du travail, un travail qui m’a donné raison, car je savais que ce sujet était susceptible de parler aux gens et qu’il était nécessaire de faire ressortir ce travail de l’ombre… »

Je suis très heureuse pour les travailleurs des vignes, j’ai déjà vécu une belle aventure moi-même en faisant ce livre, ce qui m’a beaucoup plu et suivre ce chemin après, c’est juste fantastique », Marie-Lys Bibeyran

Deux prix, c’est tout de même pas mal, une belle surprise et une belle reconnaissance… « Je savais que j’étais nommée dans la catégorie livre professionnel sur le vin, en compétition avec d’autres auteurs d’Espagne, des Etats-Unis ou de Chine, mais je n’avais pas été prévenue pour la 2e catégorie sur le vin durable également… »

Aujourd’hui, « les travailleurs de l’ombre sont nombreux à me dire merci pour faire reconnaître leur travail… En tant que travailleurs de l’ombre, ils sont tellement invisibilisés. Il y a quand même quelque chose de volontaire là-derrière. En France le vin est très sacré, et il colle à l’image de la France, mais rien n’existe pour mettre à l’honneur ceux qui le font, comme si la récolte arriverait comme par enchantement dans les cuves à la fin… Ils ont l’impression de ne pas exister, cela limite aussi les tentatives de revendications. »

Un bel ouvrage, fruit d’un long travail d’une salariée viticole, qui connaissait le thème et les travailleurs qu’elle côtoyait au quotidien :

J’ai suivi les travailleurs de l’ombre sur 2 ans, pour prendre le temps de prendre en photos tous les gestes… Par exemple sur la taille j’ai consacré une dizaine de pages, ce sont tous les gestes, de toutes les tâches qu’ils accomplissent tout au long des 4 saisons… »

« Mes photos sont volontairement en noir et blanc car elles mettent bien en valeur ces gestes, elles sont accompagnées de textes très pédagogiques pour que les gens qui ne sont pas du milieu puissent bien comprenrdre, se familiariser. Il est essentiel quand on consomme ou encore plus encore quand on est passionné, qu’on sache comment on arrive jusqu’au verre de vin. »

Une chose est sûre, le travail de Marie-Lys Bibeyran fait aussi prendre conscience que sans ces petites mains, il n’y aurait pas de vin, « maintenant on voit de plus en plus les propriétés viticoles qui commencent à communiquer, là dessus, sur les gestes dans les vignes, mais pas forcément encore sur les petites mains de l’ombre, ce qu’elle trouve dommage…

En tout cas, cette aventure aura tiré deux enseignements : « j’espère faire prendre conscience aux travailleurs de l’ombre qu’ils font un travail formidable. Ils ne font pas cela parce qu’ils ne seraient pas capable de faire autre chose, c’est un travail très beau et précieux… Et à ceux qui aiment le vin, de chercher à savoir ce qu’il y a derrière la bouteille. Il y a d’ailleurs un proverbe chinois qui dit « quand tu bois l’eau du puis, n’oublie pas ceux qui l’ont creusé ». Il faut qu’on apprenne à respecter tout le travail des hommes et des femmes qui sont des passionnés malgré leurs conditions de travail, cette situation dans laquelle ils sont maintenus. Ils ne sont pas assez mis à l’honneur, ils sont plus dans l’ombre, il faut qu’on prenne davantage conscience de tout cela. »

« C’est une grande fierté d’avoir porté tout cela jusqu’aux Gourmand Awards en Suède où de nombreux pays ont été sensibilisés, le chemin du livre n’est peut-être pas terminé, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ».

Félicitations à Marie-Lys Bibeyran et aux petites mains de l’ombre, à qui Côté Châteaux décerne sa rubrique « vigneron du mois »

Lire ou relire :

Les Petites Mains de l’Ombre, un joli ouvrage qui met en valeur ces anonymes, travailleurs de la vigne par Marie-Lys Bibeyran

03 Juin

Cantenac-Brown : stupéfiante fresque monumentale au coeur de la vigne, signée David Popa

C’est une oeuvre magistrale et éphémère qu’a réalisé l’artiste David Popa en terre crue. Une oeuvre biodégradable qui devrait disparaître aux premières pluies…

© Le Pouvoir de la Terre par David Popa à Cantenac Brown

Cette oeuvre s’intitule le « Pouvoir de la Terre », elle a été réalisée en terre crue sur le plateau de Cantenac Brown, 3e cru classé de Margaux, pour qu’elle puisse disparaître comme par enchantement aux premières pluies…

David Popa explique : « ayant été élevé par une mère française très liée au monde du vin, j’ai de merveilleux souvenirs de mon enfance passée dans les vignobles, de séjours des chais et d’apprentissage du vin. Je ne suis certainement pas un expert dans l’art de la vinification, mais chacun sait que le secret d’un vin exceptionnel, c’est avant tout la terre. Et c’est cette terre que je prends comme support, avec tout le respect que nous lui devons. »

L’oeuvre éphémère sera conservée au travers d’un NFT, oeuvre numérique unique, qui sera vendue en cryptomonnaie; le produit de la vente sera reversé au conservatoire du littoral pour que celui ci puisse acquérir de nouvelles terres vierges et les épargner de toute urbanisation.

Regardez la vidéo de Cantenac Brown sur You Tube:

18 Mai

Château Guiraud : Sandrine Garbay succède à Luc Planty à la tête de ce 1er cru classé de Sauternes

C’est une page d’histoire qui se tourne à la tête de château Guiraud 1er grand cru classé 1855 de Sauternes. Une femme a pris hier  la direction du domaine, une figure car c’est Sandrine Garbay, la maître de chai du château Yquem. Elle succède à la famille Planty, Luc et Xavier, qui ont dirigé Guiraud pendant plusieurs décennies. Sandrine Garbay, la vigneronne du mois pour Côté Châteaux.

Luc Planty, lors des tries en octobre 2019 à Guiraud © JPS

C’est par un communiqué que Luc Planty, DG a fait savoir que l’histoire de Guiraud allait continuer mais sans lui à sa tête. Il a écrit ces quelques lignes hier:

« L’agriculture, l’agronomie et la biologie me fascinent depuis toujours. Rares sont ceux qui ont pu vivre leur passion dans un vignoble tel que celui du Château Guiraud, et j’en fais partie. Durant ces neuf riches années, j’ai mené des réflexions et acquit mon expérience, dans le but d’engager l’écologie du vignoble toujours plus loin. La viticulture, particulièrement à Sauternes, est un travail de patience, d’observation, qui a permis la reconnaissance de ce terroir fascinant au plus haut niveau. Ces années m’ont également fait vivre des émotions fortes tandis que Dame Nature jouait son rôle de rabat-joie. La pluie, la grêle, le gel, etc… et à chaque fois je m’étonne de la résilience si puissante de ce cru de prestige. »

« Il est temps pour moi de passer la main ».

« Chers amis, ce courrier vous est adressé pour vous remercier à la fois pour la promotion de notre vin et également pour la reconnaissance de notre savoir-faire et de nos recherches culturales. Château Guiraud a toujours évolué pour exprimer son terroir avec sincérité. »

Merci à tous. »

Sandrine Garbay et Pierre Lurton à Yquem en février 2019 © JPS

LA REACTION DE SANDRINE GARBAY POUR COTE CHATEAUX :

« C’est une grande joie, pour moi, de rejoindre l’équipe de Guiraud, et cette magnifique propriété ! C’est l’occasion de prendre plus de responsabilité, de m’occuper du vignoble du début à la fin, de la vigne à l’élaboration du vin, et de gérer entièrement cette propriété.

« C’est une belle propriété, avec un gros projet oenotouristique très encourageant, et quand on m’a proposé de la rejoindre j’ai accepté, c’est un grand bonheur. »

Sandrine Garbay en février 2019 dans les chais d’Yquem © Jean-Pierre Stahl

« Après 27 ans de carrière dans les chais de cette magnifique propriété d’Yquem, j’avais besoin d’un souffle nouveau et c’est arrivé à point nommé. Je reste sur Sauternes, avec une propriété qui bénéficie d’une très belle notoriété, au service de ces grands vins liquoreux et de cette pourriture noble que j’affectionne particulièrement. »

Félicitations et bonne réussite à Sandrine Garbay. Pierre Lurton l’a félicitée à Yquem pour tout son travail durant toutes ces années au service de cette prestigieuse propriété. A Yquem, l’histoire continue avec une équipe bien rodée avec Toni Lkhawand responsable des vinifications, Lorenzo Pasquini directeur d’exploitation, et Francis Mayeur directeur technique.

LE SYMPATHIQUE COMMENTAIRE DE PIERRE LURTON PDG D’YQUEM

De retour de Londres, le PDG d’Yquem a tenu à m’appeler ce soir pour rendre hommage à Sandrine Garbay : « que te dire sur Sandrine, que du bien ! Elle voulait faire autre chose, pour sa fin de carrière professionnelle, et elle m’a demandé, je ne l’ai pas retenue, je ne pouvais pas, je lui ai simplement souhaité bonne chance et tout le bonheur à reprendre un nouveau job… Et comme elle va à Guiraud, qu’elle reste à Sauternes, on pourra manger à l’occasion à midi. Elle apportera beaucoup à Guiraud et on aura toujours plaisir à la voir... »

Regardez le portrait de Sandrine Garbay réalisé par Jean-Pierre Stahl à 4′ sur les femmes du vin pour Côté Châteaux :

17 Mai

Viticulture : une nouvelle charte du bien vivre ensemble signée à Parempuyre

Après l’invalidation par le Conseil d’Etat des premières chartes de riverains, la chambre d’agriculture de la Gironde vient de rendre une nouvelle copie, tenant compte des décrêt et arrêté des 26 janvier 2022, avec élargissement des publics touchés et rendant l’information obligatoire. Réaction des signataires et associations environnementales ou anti-pesticides.

Régis Falxa, Denis Baro, Bernard Lauret, Jean-Louis Dubourg et Jean-Marie Grade © JPS

Cette charte du bien vivre ensemble a été signée cet après-midi par 28 acteurs du monde agricole et viticole au château Ségur à Parempuyre en Gironde. Ceux-ci s’engagent à afficher déjà en mairie un calendrier des traitements de la vigne. Et désormais, ils prévoient une obligation de prévenir les riverains et salariés autour des exploitations 8 heures avant traitement.

« Autour de Bordeaux, on sait que la pression urbaine augmente, plus on s’éloigne de Bordeaux moins c’est compliqué, et donc cette charte sera un bon lien entre la population et nous-mêmes  pour que nous puissions continuer notre activité », Régis Falxa président de la Fédération des Vignerons Indépendants.

Régis Falxa, président des Vignerons Indépendants de la Gironde © JPS

« Nous utilisons tous des produits phytosanitaires, on est sous un climat océanique, soumis aux aléas de pluie, d’orage, de beau temps, ce qui nous contraint à utiliser ces produits, evidemment de nombreuses démarches environnementales sont mises en place, notamment chez les vignerons indépendants (70% engagés dans une démarche environnementale…et en terme de dosage on est loin d’utiliser les doses homologuées… »

La chambre d’agriculture et le CIVB ont créé cette application BVE33 du bien vivre ensemble pour être alerté rapidement des traitements (en plus des traditionnels mails, sms, etc…) « Le but c’est de faciliter l’information. C’est une application qui permet aux agriculteurs d’informer les riverains, avec une géolocalisation des parcelles des traitements et du délai de ré-entrée à partir du moment où l’agriculteur valide son traitement, » commente jean-Louis Dubourg président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde.

Jean-Louis Dubourg, président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde © JPS

« Les agriculteurs s’engagent avec cette charte à traiter correctement, quand il faut au bon moment, à la bonne dose, avec le bon produit, et à prévenir les voisins qui le souhaitent, et on a aussi un accompagnement technique fait par la chambre, où sur des parcelles à proximité de sites sensibles, on va venir conseiller les agriculteurs à utiliser des produits moins impactants pour l’environnement et le voisinage… »

L’appli BVE33 à télécharger sur smartphone © JPS

Pour les associations environnementales comme Alerte Pesticides Haute Gironde, un regret déjà d’ « avoir oublier de consulter les associations anti-pesticides comme la nôtre », mais aussi « une charte écrite sans les riverains » et « ne prenant aucune mesure spécifique » vis à vis des produits les plus dangereux « cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques », toutefois de moins en moins utilisés (6% selon la chambre d’agriculture en 2020, avec un objectif de 1% en 2030).

Pour Cyril Giraud de Générations Futures: « l’objectif premier de cette charte là, l’objectif premier ce n’est pas de protéger la population, mais de pouvoir déroger aux distances de traitement pour pouvoir traiter plus près des habitations que le respect strict de la réglementation… » Et de reconnaître: « il y a une obligation d’informer la population donc ça c’est une bonne chose, c’est quelque chose qu’on réclamait depuis longtemps, maintenant il va falloir être pointilleux, car toutes les personnes qui demandaient à avoir accès à la nature des produits qui sont épandus, se sont vues refuser cette information-là…Or nous on considère que c’est une information d’intérêt public…et que chacun a le droit de savoir à quoi il est exposé quand il y a des épandages près de chez lui. »

Pour la représente des salariés agricoles et viticoles, Corinne Lantheaume, secrétaire générale SGA33/CFDT, cette charte qu’elle a co-signée est nécessaire pour renouer un dialogue entre riverains et exploitants.

« Aujourd’hui rien que le fait de voir un tracteur provoque déjà de l’agressivité, j’ai un collègue qui pulvérisait une tisane d’ortie il s’est fait agressé par un voisin, …il faut arriver à se comprendre, remettre les choses à plat, dépassionner les débats, si on veut aller les uns vers les autres, il faut qu’on vive ensemble on n’a pas le choix, autant le faire dans de bonnes conditions… »

Cette charte sera soumise à la préfecture d’ici 2 mois et à une consultation publique en suivant.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Dominique Mazeres et Corinne Berge :

 

14 Mai

Et voici la nouvelle saison des afterworks en Médoc…

6 ans déjà et un succès rencontré… Les afterworks en Médoc vous donnent à nouveau rendez-vous les 1er et 3e jeudis de chaque mois de juin à septembre pour vous faire découvrir après le boulot les châteaux et vins de ces propriétés…Avec à chaque fois une tenue appropriée…

« Afterwork », les Médocains parlent à nouveau anglais cette saison… Initié en 2017 avec Lamothe-Bergeron, Marquis de Terme et Paloumey, cet événement a pris de l’ampleur avec de nouveaux châteaux associés Malescasse en 2018, Maucaillou en 2020, Dauzac en 2021 et cette année le Taillan…

Un événement qui se passe 2 fois par mois, les 1er et 3e jeudis et accueille en moyenne de 150 à 250 participants, pour profiter du superbe cadre de ces châteaux de 18h30 à 21h durant l’été, entre amis ou en famille, pour découvrir ce vignoble médocain.

A chaque date, un château différent mais un concept identique :
• De 18h30 à 21h00, la journée se termine, les portes d’un château s’ouvrent.
• Entrée à 22€/personne. 4 tickets et 1 verre logoté vous sont remis. (1 ticket = 1 verre de vin ou 1
assiette apéritive). Rachat de ticket 5€.
• Entrée gratuite pour les enfants.
• Une ambiance musicale avec concert pop, jazz, DJ ou salsa !
• Des dégustations de vins des 7 propriétés partenaires.
• Des assiettes apéritives ou tapas.
• Un jeu-concours pour tenter de gagner un coffret de 6 bouteilles et 1 magnum !

VOS RDV DE LA SAISON 2022 : Portez un accessoire aux couleurs de la propriété qui vous accueille :
• Jeudi 2 juin – Château Malescasse – en bleu marine
• Jeudi 16 juin – Château Lamothe-Bergeron – en rouge
• Jeudi 7 juillet – Château Dauzac – en jaune
• Jeudi 21 juillet – Château Du Taillan – en blanc
• Jeudi 4 août – Château Marquis de Terme – en orange
• Jeudi 18 août – Château Maucaillou – en bleu clair
• Jeudi 1 septembre – Château Paloumey – en vert

11 Mai

Jean-Michel Cazes signe « Bordeaux Grands Crus – la Reconquête »

On ne le présente plus Jean-Michel Cazes, est le célèbre propriétaire de Château Lynch-Bages, 2e Grand Cru classé de Pauillac, et ancien Grand Maître de la Commanderie du Bontemps.

Jean-Michel Cazes est une figure internationale du vin. Il a contribué à propulser le vignoble bordelais dans la modernité et témoigne des bouleversements du monde viticole depuis 50 ans.  Après un âge d’or couronné par le classement de 1855 qui a fait des crus de Bordeaux les vins les plus célèbres du monde, le vignoble bordelais a mis du temps à intégrer les mutations des XXe et XXIe siècles.

Jean-Michel Cazes a été le témoin de la crise des années 1970. Voyant l’aura de Bordeaux se ternir et le prix de ses vins s’effondrer, il est devenu un acteur majeur de leur renouveau et leur ambassadeur infatigable. L’histoire familiale et le parcours personnel de cet entrepreneur enthousiaste, viti-viniculteur dans l’âme, font de son livre une véritable saga. Son expérience et ses réflexions avisées sont autant de clés pour déchiffrer le patrimoine et le fonctionnement complexes des grands crus de Bordeaux.

« Le vin est pour moi, comme le pain, la base de toute nourriture. C’est le breuvage essentiel, synonyme de culture, de bonheur, d’art de vivre. Chaque bouteille qui dort dans ma cave contient un univers : la géographie et l’histoire du lieu qui l’a vue naître, le sol, la plante, le climat, un savoir-faire… Un univers prêt à s’échapper et à renaître, comme le génie de la lampe d’Aladin, à la première et unique occasion », raconte-t-il.

Quelques dates-clés :

  • 1985 : L’astronaute Patrick Baudry emporte à bord de la navette Discovery un Château Lynch-Bages.
  •  1988-1992 : Lynch-Bages, puis Pichon-Longueville sont classés n° 1 des 100 most exciting wines établie par le magazine américain Wine Spectator.• 2003 : Jean-Michel Cazes est élu Man of the Year par le magazine anglais Decanter.
  •  2007 : Wine Spectator lui décerne le Distinguished Service Award.
  • 2011 : Jean-Michel Cazes reçoit de l’institut des Masters of Wine le Lifetime Achievement Award.
  • 2016 : Lynch-Bages & Cie est sacré Global Best of Wine Tourism par le réseau des vignobles de renommée internationale (Espagne, France, Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Portugal, USA, Chili).

09 Mai

Vente caritative : château Dauzac et IDealWine remettent un chèque de 75 868 € à Ukraine Amitié

C’est un bel élan de générosité. La vente aux enchères de 1300 bouteilles organisée par Laurent Fortin, directeur de château Dauzac et Consul Honoraire d’Ukraine, et Angélique de Lencquesaing, PDG d’IDealWine a rapporté plus de 75 000€; le chèque a été remis à l’association Ukraine Amitié pour acheté des médicaments et des produits de première nécessité pour les habitants sur place.

C’est un chèque de plus de 75 000 € pour acheter des médicaments et des produits de première nécessité qu’a remis le Consul Honoraire d’Ukraine en Nouvelle-Aquitaine Laurent Fortin à l’association bordelaise Ukraine Amitié.

Très touchée par cet élan de solidarité. ..Une solidarité inscrite dans la durée…Merci beaucoup pour tous les bénéficiaires, cet argent-là sera un soutien précieux pour la population, restée en Ukraine, les civils, et tous ceux qui aident cette population à résister et à survivre » Oleksandra Bertin, président Ukraine Amitié

Le Consul, également directeur de château Dauzac (grand cru classé de Margaux), est fortement mobilisé depuis le début de la guerre, avec son réseau dans le monde du vin, mais aussi avec le site de vente en ligne et d’enchères IdealWine. Ils ont ainsi organisé cette vente caritative, recueillant 300 lots, 1300 bouteilles et des séjours oenotouristiques. Une vente aux enchères qui s’est déroulée du 1er au 15 avril et a réussi à obtenir 75 868€.

On avait des flacons tout-à-fait exceptionnels, des impérials des jéroboams; on a eu des surenchères sur les lots qui ont dépassé le 30% par rapport à la valeur initiale du catalogue », Angélique de Lencquesaing DG IDealWine

C’est une aide qui arrive à point nommé, le conflit est loin d’être terminé, des citoyens ukrainiens sont en grande détresse, beaucoup d’hôpitaux ont été bombardés, il y a des besoins colossaux, je pense qu’on arrive au bon moment », Laurent Fortin DG château Dauzac et Consul Honoraire d’Ukraine

 

Un don pour les Ukrainiens là-bas, alors que dans le même temps, la générosité de famille d’accueil continue à Bordeaux comme avec Véronique et son mari qui hébergent depuis un mois et demi une femme Ukrainienne avec ses 2 enfants, Lisa, 21 mois et Robert, 5 ans.

« Ils sont très gentils, il n’y a pas beaucoup de gens qui peuvent accepter des Ukrainiens facilement et les considérer comme des amais ou une deuxième famille », témoigne Anna la maman ukrainienne.

Quand on nous avait demandé combien de temps pensez-vous les accueillir, on pensait que c’était peut-être une guerre éclair, on a dit le temps du conflit », commente avec générosité Véronique Foucault famille d’accueil.

Et alors que la guerre continue, ces enfants ukrainines sont scolarisés et commencent à assimiler quelques mots de français… « Au revoir pitchounette », dit le petit Robert.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine

07 Mai

« Le Bouchon » ouvre en Côtes de Bourg : le premier restaurant de vignerons lancé par une appellation de Bordeaux

C’est une première, qu’une appellation, les Côtes de Bourg, lance un resto, accolé à la Maison des Vins. Le Bouchon était attendu, les Côtes de Bourg l’ont fait péter dans l’enceinte du Bar à Vins qui avait ouvert en 2016. Il ouvre officiellement ses portes ce midi, à l’occasion des Portes Ouvertes ce week-end dans les Côtes de Bourg.

Stéphane Eclache et Romain Métais, entourant Didier Gontier © JPS

C’était un vrai manque, une brasserie ou restaurant au sein du Bar à Vins des Côtes de Bourg. Eh bien ce manque a été comblé, puisqu’ouvre aujourd’hui « le Bouchon, Cuisine de Vignerons ». Le Bouchon a été souhaité par les Vignerons des Côtes de Bourg, Didier Gontier et Stéphane Donze ont mené ce projet à son terme avec 2 associés Stéphane Eclache et Romain Métais.

« On voulait que ce soit un lieu de vie et pas seulement un restaurant bistronomique ou gastronomique, un lieu qui va vivre de l’apéro au digestif… », commente Stéphane Eclache. « Le restaurant sera ouvert tous les midis et les soirs du jeudi au samedi, avec une formule attractive, une formule du marché (plat unique à 15,9€, entrée plat ou plat dessert à 19,9€ et entrée plat dessert à 22,9€) et un autre menu à 38€ avec une belle carte de saison, et aussi une belle cave à maturer la viande ».

On est très fier et très content, avec des gens bienveillants, gentils et courageux. C’est l’aboutissement de nombreuses années, on était frustré de ne pas utiliser ce bâtiment au meilleur de son potentiel et avec du caractère. C’est le premier restaurant d’appellation ici dans le bordelais » Didier Gontier directeur des Côtes de Bourg.

« On voulait créer un pôle autour d’une boutique (La Maison des Vins des Côtes de Bourg), d’un bar, , d’une guinguette aussi l’été, pour les touristes mais aussi les locaux, bref un lieu de rencontres…Ce que l’on veut c’est qu’ici en mangeant et en dégustant en Côtes de Bourg, on passe un bon moment, et ainsi que le consommateur retrouve aussi nos étiquettes devant les rayons de supermarchés ou chez les cavistes. C’est un lieu que les vignerons font vivre tout au long de l’année, c »est une belle aventure », ajoute Didier Gontier.

Et le président des Côtes de Bourg Stéphane Donze de témoigner : « nous sommes heureux de pouvoir concrétiser avec vous l’ouverture du Bouchon, Cuisine de Vignerons. On a montré que c’était possible avec nos vignerons généreux, solidaires, indépendants et parfois emmerdeurs. Fiers aussi de nos cépages et du Malbec, de notre oenotourisme et des parrainages sportifs qu’on avait lancé.

Bravo au Bouchon qui vient de s’ouvrir à Bourg en Gironde, et si vous en avez marre des bouchons dans votre véhicule à Bordeaux, venez donc apprécier cet autre Bouchon et sa cuisine de vignerons, avec superbe vue sur la Dordogne.

En tout cas ce week-end, vous serez accueillis également par ces vignerons qui vous ouvrent leurs portes avec l’opération « Tous ô Chais ».

 

RSS