11 Mai

Des châteaux de Sauternes proposent le 1er « week-end malin » du déconfinement

Certains châteaux comme Rayne-Vigneau ou Daisy-Daëne ont rouvert aujourd’hui 11 mai, premier jour du déconfinement. D’autres Lafaurie-Peyraguey ou Haut-Bergeron se préparent. Une initiative s’est faite jour de proposer aux Bordelais et Girondins de se mettre au vert pour le 1er week-end du déconfinement en visitant les châteaux, sur réservation et en respectant les gestes barrières.

Allez, après la grêle et les inondations, il faut penser aux beaux jours et ce premier week-end devrait repartir au beau. On pense ainsi à Jean-Jacques Dubourdieu qui a été victime samedi du gros orage de grêle à Pujols-sur-Ciron et donc ce serait fort sympathique de lui rendre une petite visite dans son autre propriété Doisy-Daëne à Barsac.

« En fait, on est ouvert depuis aujourd’hui à la visite, c’est non -stop la semaine et sur rendez-vous le week-end, et ce sera 7 jours sur 7 dès qu’arrivera le mois de juin », me précise Jean-Jacques Dubourdieu.

Les visiteurs pourront découvrir un jardin apicole, un potager au sein de la propriété, bien sûr les chais et la nouvelle boutique dans les caves voutées de Daisy-Daëne », Jean-Jacques Dubourdieu château Doisy-Daëne

On sent que dans le coeur de Jean-Jacques Dubourdieu coule la passion du vigneron, chevillée au corps, qui malgré l’épreuve de ce week-end, l’amène à se relever et se retrousser les manches. C’est avec plaisir que lui et ses équipes vont ainsi faire découvrir la propriété mais aussi les vins non seulement de Daisy-Daëne, mais aussi tous les vins et châteaux de la famille comme « Clos Floridène, Reynon, Haura et Cantegril. En fait les visiteurs feront un tour d’horizon par la dégustation entre Barsac-Sauternes, les Graves et Côtes de Bordeaux, un voyage entre rive droite et rive gauche, c’est notre spécificité ».

Les châteaux Rayne-Vigneau et Lafaurie-Peyraguey se font face à Bommes © JPS

Autre château déjà sur le pont, Rayne-Vigneau à Bommes : « cela fait une semaine qu’on travaille sur notre réouverture et on a ouvert depuis ce matin à 10h », précise le directeur Vincent Labergère. « On a essayé de déterminer tous les points critiques ou présentant un risque de contamination, bien sûr il y a du gel hydro alcoolique et des masques à disposition, et on a identifié les 6-7 allées du chai où se passent les visites et où traditionnellement les gens ont tendance à toucher les barriques, on va dire aux gens de rester sur une allée qui sera différente pour chaque visite; des visites que sur rendez-vous.

Le château Rayne-Vigneau juste en face de La Tour Blanche © JPS

Par ailleurs, notre comptoir de dégustation en bois, je l’ai fait vitrifier pour qu’on puisse le désinfecter régulièrement, et puis nous avons un protocole de nettoyage des verres. On va ouvrir 7 jours sur 7 et proposer tout ce que l’on proposait traditionnellement. »

Ce week-end du déconfinement, c’est pas bête, et c’est aussi une idée mise en avant par David Bolzan, l’homme qui ne dort pas à Sauternes: « c’est l’idée de dire: on est un pays de vignoble, c’est le moment de prendre l’air, de s’oxygéner à nouveau, de voir de la verdure plutôt qu’un balcon d’en face… C’est malin de venir découvrir nos châteaux qui sont en bord de route, on peut les admirer en voiture et venir les visiter, des architectures du XVIII au XIXe siècle et même d’avant… »

Lafaurie-Peyraguey sublimé par de nombreux panneaux de cristal Lalique © Jean-Pierre Stahl

Tous ces châteaux sont à trois quarts d’heure de Bordeaux, riches et variés en balades, ils seront ouverts ce week-end entre Sauternes et Barsac avec un accueil personnalisé mais pas de promiscuité » David Bolzan, directeur du château Lafaurie-Peyraguey

« Beaucoup de Bordelais et Girondins ne connaissent pas forcément Sauternes et cette région viticole, par rapport à Saint-Emilion et aux plages sur la côte où il risque d’y avoir du monde. Là on peut se balader en toute sécurité en voiture, sur 10 km2, et on accueille à la propriété ». Par mesure de précaution, « on aura des distributeurs de gels hydro-alcoolique, et à l’intérieur un marquage pour garder les distances et un port du masque recommandé, et obligatoire pour le personnel. C’est un accès libre et des visites sur rendez-vous, dans le chai comme dans la vinothèque, c’est très aéré…On pourra ainsi acheter du vin mais aussi se restaurer avec des paniers repas à emporter préparés par le chef Jérôme Schilling.

Le château © Haut-Bergeron à Preignac

Patrick Lamothe, du château Haut-Bergeron s’apprête aussi à ouvrir samedi, un château bicentenaire pour cette famille du Sauternes : « Haut-Bergeron, c’est avant tout une exploitation familiale, 9 générations de vignerons depuis 1820…Nous allions fêter notre bicentenaire au mois de juin, mais cela ne va pas se faire, c’est repoussé à l’été ou à l’automne; Haut-Bergeron, ce sont 40 hectares aussi de Sauternes sur 4 communes: Sauternes, Preignac, Bommes et Barsac. 80 parcelles différentes qui donnent une hétérogénéité au niveau du sous-sol qui est aussi extrêmement intéressante: des sols légers que nous partageons avec les plateaux d’Yquem, plus durs sur Peignac et à Barsac une belle acidité et nervosité dans les vins. 2/3 sur 4 communes et 1/3 sur Barsac. Les visites seront gratuites et sur rendez-vous… »

Les femmes ne sont pas oubliées avec ces dames de Sigalas Rabaud, 1er cru classé de Sauternes : « oui, nous sommes ouvert ce week-end », explique ravie Laure de Lambert Compeyrot. « On a mis en place un protocole de distanciation, les gestes barrières et avec un lavage des verres très précis. Nous avons aussi adopté la charte « séjour serein » pour nos chambres d’hôtes. Il est possible de louer les 5 chambres à la fis, de ce fait c’est une privatisation de la chartreuse avec utilisation de la cuisine et une femme de ménage prévue: « soyez chez vous dans un 1er cru classé de Sauternes »…

Le château © Sigalas-Rabaud, facilement reconnaissable à ses volets rouges

Château Guiraud, 1er cru classé de Sauternes est ouvert depuis aujourd’hui « avec des conditions très strictes et prises de rendez-vous 48 heures à l’avance afin de rassurer tout le monde  » précise son directeur Luc Planty. Il s’apprête à recevoir selon un protocole établi et un « maximum de 6-8 personnes. Le guide portera un masque et des gants et pour les visiteurs port du masque obligatoire. Les gestes barrières préconisés par le gouvernement seront à respecter.Les verres seront lavés et stérilisés à + de 70°C. La visite va durer 1h30, visite des chais, du jardin et plantes aromatiques et dégustation de 3 vins le G, Petit Guiraud et le grand vin de Guiraud. »

Luc Planty lors des dernières vendanges à château Guiraud en octobre 2019 © JPS

  • Château Daisy-Daëne à Barsac: ouvert la semaine et ce week-end sur rendez-vous au 0556629651 ou par mail contact@denisdubourdieu.fr; visite payante à 8€ avec dégustation de 3 vins de la propriété ou des propriétés de la famille Dubourdieu
  • Château Rayne-Vigneau à Bommes : ouvert 7/7 sur rendez-vous et le prochain week-end au 0556766405; visite payante à 15€ avec dégustation de 3 vins le 1er vin 1er Cru Classé, Madame de Rayne et le sec de Rayne-Vigneau.
  • Château Lafaurie-Peyraguey à Bommes : ouvert ce week-end samedi et dimanche, visite sur rendez-vous au 0524228016, visite à 20€ avec dégustation de 3 vins
  • Château Haut-Bergeron à Preignac : ouvert samedi sur rendez-vous au 0556632476; visite gratuite, dégustation de 3-4 vins et pourquoi pas à la barrique…
  • Château Sigalas-Rabaud à Bommes : visite samedi et dimanche sur rendez-vous au 0557310745, visite à 10€ avec dégustation de 2 vins.
  • Château Guiraud à Sauternes : visite samedi et dimanche sur rendez)-vous 48 h avant au 0556766101, visite payante à 22€ avec dégustation de 3 vins.

Pour en savoir plus sur Sauternes lire ou relire :

Côté Châteaux n°11: Sauternes et sa magie du botrytis

Et voir ce magazine Côté Châteaux n°11 diffusé en décembre 2019 sur France 3 NOA réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot:

01 Mai

1 er mai : c’est aujourd’hui le #WordlSauternesDay !

C’est un événement mondial ! En direct de Sauternes, 5 châteaux vont animer une dégustation de vins de Sauternes et des associations de mets et de vins. Cette idée c’est Olivier Borneuf, co-fondateur de l’Académie des Vins et Spiritueux, Critique de vin à la Tulipe Rouge et chez Bettane&Desseauve qui l’a eue. Ces châteaux ont répondu présent. Rendez-vous sur YouTube en live à 12h. 

En ce 1er mai, pas de défilé, et pourtant le temps s’y prêtait… Non, là c’est pour le trait d’humour.

En ce 1er mai, Fête du Travail et du Muguet, Sauternes se retrousse ses manches et va vous offrir quelques savoureux parfums ! 5 châteaux ont répondu présent à l’appel d’Olivier Borneuf de faire le 1er World Sauternes Day (#WorldSauternesDay) pour parler de ces vins liquoreux merveilleux, dont Côté Châteaux vous abreuve régulièrement, sans vous saouler je l’espère.

« C’est une bonne idée, cela fait du bien de montrer que Sauternes a quand même de l’attrait… », selon Luc Planty du château Guiraud.

Cela met un focus sur Sauternes et montre aux gens tous les atouts et tout ce que l’on peut faire avec du Sauternes », Luc Planty château Guiraud

« Moi je participe sur la session de 12h, celle de l’apéritif et du repas, on va montrer que l’on peut déguster du Sauternes à l’apéritif, que c’est un vin qui ne manque pas de fraîcheur et de tension aussi au début d’un repas, le Sauternes n’est pas forcément un vin de fin de repas », poursuit Luc Planty. « On fera déguster château Guiraud sur le millésime 2015, un grand millésime, accessible charmant et charmeur, qui ne fait pas peur, facile d’accès pour tout le monde. »

« Pendant le confinement, cela tombe bien, les gens sont attentifs, on va tous se prêter au jeu », commente également David Bolzan du château Lafaurie Peyraguey, « on va présenter Sauternes sous toutes ses formes à l’apéritif, au moment du repas et en cocktail, cela démarre de 12 h à 13h30, avec 5 châteaux qui vont présenter leur millésime 2015 et Gilette un millésime plus ancien…Notre chef du restaurant Lalique-Lafaurie Peyraguey va donner une recette sur l’apéritif, plats et dessert, pas trop compliqué. On ramène toujours le vin autour de la table, et on a une table d’exception à Sauternes, on va parler de choses créatives.

Regardez Sauternes A table ! »

Nous on sert à Lafaurie-Peyraguey tous les grands vins des 5 crus classés, avec une variété de millésimes extraordinaires, et ce quotidiennement. L’idée est de montrer que ce millésime 2015 peut être apprécié et dégusté dès maintenant, même si on peut le garder aussi, avec une application concrète et des accords mets-vins »  poursuit David Bolzan du château Lafaurie Peyraguey

C’est une initiative pour mettre en avant Sauternes sous son meilleur jour, avec de nouveaux styles, c’est un Sauternes pluriel en fait, une palette variée, l’idée c’est « jamais opposé mais toujours ajouté », David Bolzan du château Lafaurie Peyraguey

Olivier Borneuf m’explique juste avant d’animer ce matin cette journée exceptionnelle : « c’est venu au départ d’un article sur le blog les 5 du vin, un confrère parlait de la situation économique et se demandait si Sauternes ne s’était pas fourvoyé, cela m’a fait sortir de mes gonds ! Le problème n’est pas là même si il y a une désaffection, car depuis 15 années on voit que Sauternes s’améliore et travaille d’arrache-pied. Le problème économique ne touche pas que Sauternes…Le sucre est un faux problème qui n’explique pas la désaffection de Sauternes, car on voit bien que la pâtisserie est de plus en plus en vogue… »

Il y a eu une rupture tout simplement de la transmission entre nos parents, nous qui buvions encore du Sauternes, et la nouvelle génération. La première des choses à faire est de récupérer le consommateur en se rapprochant de lui et en lui montrant Sauternes sous un nouveau jour » Olivier Borneuf.

« Donc j’ai dis que j’allais faire des vidéos et organiser la Journée Mondiale du Sauternes et cela a pris…J’ai fait circuler cette info sur les réseaux sociaux et en une semaine on l’a organisé. Il y aura 3 conférences de 12h à 13h30, de 15 à 16h30 et de 17h à 18h30.

« Le but ce n’est pas de montrer du Sauternes sur du foie gras ou du homard, c’est de montrer que cela fonctionne de l’apéritif, au plat de résistance et jusqu’au dessert. »

« On va aussi expliquer comment est conçu un vin de Sauternes, avec du sacrifice humain, un miracle de la nature et le génie humain. »

« Enfin on va parler cocktail, à Sauternes, c’est aussi cela qui m’a fait sortir de mes gonds qu’on refuse cette idée, c’est un peu condescendant, alors qu’on peut faire découvrir le champs des possibles, et l’univers de la mixologie, comme avec le champagne où on fait des cocktails depuis plus de 100 ans; on aura 4 mixologues dans cette 3e partie à 17h dont Laurent Giraud, de chez Harrys  à Paris, vie-champion du monde de mixologie… »

Voilà encore une belle initiative pour faire découvrir ces fabuleux vins liquoreux de Sauternes, à na pas louper avec les châteaux Coutet, Gilette, Guiraud, Lafaurie-Peyraguey, Rayne-Vigneau et le chef Jérôme Schilling, chef 1 étoile au Guide Michelin au restaurant Lalique-Lafaurie Peyraguey….et bien d’autres.

Regardez Sauternes Sacrée Pourriture :

Regardez également Mon Sauternes en Cocktail : 

#worldsauternesday

29 Avr

Hong-Kong reporté, Vinexpo mise sur un Vinexpo Tour pour relancer le business

Ce n’est pas une surprise en soi, le salon Vinexpo de Hong-Kong déjà reporté de mai à juillet ne pourra finalement pas se tenir cet été, il est reprogrammé du 23 au 25 février 2021. Vinexpo annonce par ailleurs un nouveau dispositif pour relancer le business avec le Vinexpo Tour 2020-2021. Rodolphe Lameyse, directeur général nous explique tout dans Côté Châteaux.

Rodolphe Lameyse, le directeur de Vinexpo en février dernier à Wine Paris-Vinexpo Paris © JPS

Jean-Pierre Stahl: Rodolphe Lameyse, bonjour, on apprend ce matin que le salon Vinexpo de Hong-Kong qui devait se tenir en mai, puis reporté au mois de juillet ne pourra pas se tenir cet été, on imagine que les conditions n’étaient pas réunies ?

Rodolphe Lameyse : « La première raison est que l’espace Shengen est toujours fermé, par ailleurs en Asie on est dans une situation « stop and go », un coup on confine et on déconfine…On est obligé de faire une période de « quarantaine » quand on arrive dans le pays (15 jours dans un hôtel avant de pouvoir circuler), et de même il n’y a pas beaucoup d’avions pour sortir… Cela fait beaucoup de barrières pour préparer un salon. Par ailleurs, il n’y a pas encore une grande ouverture en Chine entre les provinces ».

« Les conditions de voyage n’étaient donc pas réunies et d’acheminement des produits non plus. Nous n’avions pas d’autre choix que de reporter. En 2020, il n’y avait plus de créneau donc on a choisi du 23 au 25 février 2021″.

JPS : « Les nouvelles dates sont proches du salon de Paris, est-ce que cela ne va pas poser de problème ? »

Rodolphe Lameyse : « Il y a toujours un moment dans une situation de crise où il faut repenser les choses: j’ai proposé une approche différente. Avec Vinexpo associé à Comexposium, on est la société la plus à l’écoute de ses clients ».

On va faire une tournée Europe, Asie, Amérique sur un mois de temps, on s’occupera de toute la logistique et du montage des stands. Quand vous êtes une marque et que vous avez envie d’être présent sur les 3 continents, vous savez que Vinexpo est là et que vous avez un savoir-faire, » Rodolphe Lameyse directeur général Vinexpo.

« C’est une opportunité, en 2021 l’activité va reprendre là où on l’a laissée en 2019, mais avec certains qui auront pris un shoot…C’est pour cela que l’on va enchaîner sur un mois, on va les prendre en charge avec le savoir-faire de Vinexpo. Il faut être les premiers et on sera les premiers. Certes c’est un moment concentré, en 2021 on sera pied au plancher pour regonfler les carnets de commande. Les acheteurs d’Asie ou des Etats-Unis ne viendront pas en Europe, c’est à nous de faire l’effort et il va falloir permettre à nos clients d’aller sur ces territoires. C’est ce que j’ai défendu devant le conseil d’administration de Vinexpo et Comexposium. C’est un plan agressif… »

« Il faut se rappeler aussi que ProWein a annulé Dusseldorf, beaucoup de clients se sont retrouvés le bec dans l’eau car pas forcément remboursés entre l’avion, la chambre d’hôtel et les frais de participation sur le salon (qui a été reporté en mars 2021). Nous, au niveau du conseil d’administration, on a dit qu’on voulait être le plus l’écoute de nos clients.L’idée n’a pas fait longtemps débat sur cette pertinence ». 

Paris et Hong-Kong côte à côte c’est un moment exceptionnel, nécessité fait force de loi, à ce jour nous avons des retours positifs de nos clients, mais on ne fera pas cela tous les ans évidemment. »

JPS : « Le salon de Shangai se tient toujours en octobre prochain ? »

Rodolphe Lameyse: « Shangai se tient toujours, du 21 au 23 octobre 2020. Les Chinois « ont l’air de gérer le Covid-19 »: tous les autres salons sont toujours proposés en Chine sur le 4e trimestre 2020.

Pas mal de clients qui voulaient aller à Hong-Kong se sont positionnés sur Shangai. Shangai gonfle : on double la taille, passant de 3500m2 l’an dernier à 6500-7000 cette année. »

JPS : « Qu’en est-il du salon de Paris en 2021 ?

Rodolphe Lameyse : « Wine Paris-Vinexpo Paris se tiendra du 15 au 17 février 2021, un salon qui s’annonce super. On a eu de bon retour et des acheteurs et des clients sur le salon de cette année en février, on devrait avoir une augmentation de l’ordre de 8% au global, les interprofessions françaises seront plus présentes, certains clients étrangers ont montré leur volonté d’y participer, on a l’espoir d’accueillir une partie des pays de l’hémisphère sud. Alors que la morosité ambiante pèse sur toute l’industrie, on essaie d’être les plus souples, plus flexibles et à l’écoute de la clientèle. On aura plus de choses sur les Off, les Tastings et l’Académie Vinexpo, avec beaucoup plus d’exposants, on va bénéficier de toutes les synergies.

JPS : « Enfin, parlons de Vinexpo Bordeaux… »

Rodolphe Lameyse : « La situation économique actuelle, le momentum des vins de Bordeaux, l’annulation de Bordeaux Fête le Vin, cela laisse des opportunités ».

On a envie de fédérer toutes les forces pour créer un grand événement à Bordeaux, avec l’aspect festif de Bordeaux Fête le Vin. En 2021, on va se recentrer sur les vins de Bordeaux.

« On fera venir les acheteurs du monde entier, mais clairement à destination des vins de Bordeaux. On travaille avec le CIVB pour faire en sorte que la filière et les vins de Bordeaux soient associés. On bosse super bien ensemble, si on m’avait dit il y a un an quand je suis arrivé qu’on travaillerait ainsi, on a fait du chemin avant d’en arriver là. Dans un moment d’adversité, on se sert les coudes, on va en sortir quelque chose de chouette ».

« C’est toute la filière qu’on veut valoriser, surtout les petits. Nous travaillons sur plusieurs axes avec bien sûr les petits producteurs et une nouvelle image des vins de Bordeaux. C’est quelque chose qu’on est en train de co-construire avec les partenaires, la filière viti-vinicole, le négoce a sa place aussi, pour ensemble remonter la pente.

« Il va falloir être unis, courageux, solidaires sur une année. On est des entreprises privés, mais il y a des moments où il faut être moins avide, travailler pour la filière et la supporter. »

LES PROCHAINS SALONS VINEXPO:

  • SHANGAI DU 21 AU 23 OCTOBRE 2020
  • PARIS DU 15 AU 17 FEVRIER 2021
  • HONG-KONG DU 23 AU 25 FEVRIER 2021
  • NEW-YORK DEBUT MARS 2021
  • BORDEAUX EN JUIN 2021
  • SHANGAI EN OCTOBRE 2021

28 Avr

Sauternes Fête le Vin reporté en juin 2021

Annulé ou reporté, c’est comme vous voulez, mais c’est surtout bien dommage. La crise liée au coronavirus est passée par là et donc la décision la plus sage est de la (re)programmer le samedi 12 juin 2021.

C’est la loi des séries, elle continue donc, après le report de Bordeaux Fête le Vin en juin 2021, voici le report de Sauternes Fête le Vin pour juin 2021. Aux mêmes causes (la crise du Covid-19), les mêmes effets et cela semble être la règle pour tous.

L’an dernier, la manifestation avait rassemblé plus d’un millier de personnes. Cette édition « retour aux sources » devait se tenir Place de la Mairie le 13 juin prochain, la rencontre avec les producteurs se fera un peu plus tard.

Mais, pour rassurer les amateurs de vins liquoreux et de quelques vins blancs secs produits aussi à Sauternes, les journées portes ouvertes à Sauternes et Barsac devraient se tenir les 7 et 8 novembre 2020 avec 50 châteaux qui participeront à l’événement.

21 Avr

Primeurs 2019 : l’Union des Grands Crus et le négoce envisagent « un format ajusté d’ici la fin de cet été »

Confirmant ce que Côté Châteaux vous avait annoncé en primeur, l’UGCB et Bordeaux Négoce envisagent que les primeurs puissent se tenir d’ici la fin de l’été 2020, dans une formule ajustée, vu le contexte lié au déconfinement et au coronavirus. Sans doute au début de l’été.

Ronan Laborde, lors de sa première campagne primeurs en tant que nouveau président de l’UGCB en avril 2019 au hangar 14 pour la dégustation de l’Union © JPS

C’est « une formule nouvelle, exceptionnelle, adaptée et pragmatique » qui sera proposée pour faire déguster le millésime 2019. Une formule qui va tenir compte du déconfinement progressif et la reprise progressive de l’activité.

Elle consisteraient en « sessions de dégustations organisées à Bordeaux et dans d’autres villes du monde », des « sessions adaptées pour offrir les meilleurs garanties sanitaires tout en maintenant le même niveau de professionnalisme », selon l’UGCB

DES CERCLES RESTREINTS POUR DEGUSTER

Cela veut dire un nombre limité de dégustateurs en un même lieu et en même temps, ce que l’Union et le Bordeaux Négoce dépeignent comme « des cercles restreints de professionnels de la distribution, de critiques et de journalistes », avec « plusieurs sessions privatives successives permettant le resect des gestes barrières et des règles de protection sanitaires » Reste à confirmer tout cela vers le 11 mai au moment du déconfinement (progressif).

« L’UGCB et ses membres restent prudents. La priorité aujourd’hui demeure de lutter contre la maladie », commente Ronan Laborde. « Nous ne pouvons cependant pas renoncer à imaginer le jour d’après » (en espérant que cela n’ait aucun rapport avec le film éponyme « the Day After ») Et de poursuivre:

La formule que nous envisageons pour ces primeurs ne sera pas festive, elle sera professionnelle et intimiste » Ronan Laborde, président de l’UGCB.

« Après des moments difficiles, nous souhaiterions pouvoir proposer dans les prochaines semaines à nos amis et partenaires de se retrouver d’une façon un peu différente autour du millésime 2019, qui suscite tant de curiosité et à tant à dire. Cette nouvelle organisation, dont les détails devraient pouvoir être fixés dans » quelques jours, tiendra pleinement compte du caratère progressif et contraint du déconfinement qui devrait intervenir en France après le 11 mai. »

Eric et Andrea Perrin dans le chai de vins blancs du château Carbonnieux  © JPS

LES PROPRIETES PRETES  A S’ADAPTER

Joint par téléphone, Eric Perrin co-propriétaire de château Carbonnieux estime qu’effectivement « il n’y aura pas la place pour 300 châteaux, moi je vois les membres de l’Union (134 membres) et une trentaine supplémentaires, une campagne avec 150 châteaux  ou marques significatives pour un marché primeurs sur Bordeaux. Comment cela va s’organiser, une partie de dégustation et une partie d’échantillons , il faudra forcément imaginer un système différent, avec un système d’envoi et cibler les gros importateurs américains comme KLW ou Wally’s sur la Côte Ouest ou MS Walker ou Frederick Wildman sur la côte est. Je ne voyais pas faire 2 campagne primeurs en 2021, sur la même année pour les négociants ce n’était pas possible. D’un point de vue commercial, c’est clair qu’il va falloir une politique commune à l’extérieur comme avec l’Union. »

Une belle couleur et une belle intensité, pour le 2018 l’an dernier et bientôt le 2019 à déguster © JPS

LES REACTIONS DE COURTIER ET NEGOCIANT

« Pour l’instant c’est un peu prématuré d’en parler maintenant, car on ne sait pas ce qui va se passer le 15 juin. Ce qui est valable le 21 avril à ce jour, ne le sera pas forcément le 15 juin », commente Thimothée Bouffard co-gérant du bureau Ripert à Bordeaux.

« Après, je trouve bien de dire : il faut faire goûter les vins , en début d’été c’est une bonne chose, cela sera ramassé sur un certain nombre de marques, beaucoup moins large que d’habitude, mais tout dépendra de la capacité des clients et du négoce… 

Thimothée Bouffard, du bureau Ripert, courtier en vins depuis 30 ans © JPS

Le phénomène important sera le prix… Avant la crise du covid-19, l’élément prix allait être un élément fondamental, car depuis 3 ans on a une campagne très difficile, là l’impact du prix sera encore plus important » Thimothée Bouffard du cabinet Ripert

Yann Schÿler, PDG de la Maison de Négoce Schröder & Schÿler commente : « si tout le monde s’est mis d’accord, c’est très bien allons-y ! S’il y a du mouvement, cela ne peut être que bon, si tout le monde est partant, tout le monde partira et on fera le maximum.Il faut avancer, on en a marre de piétiner, tout le monde veut faire des affaires et une filière qui est unie, il faut se donner cette chance là, il faut que le coup parte et on l’accompagnera. »

Pour Jean-Pierre Rousseau, manager de la Maison de Négoce Diva à Bordeaux: « cela me va très bien, c’est une très bonne idée, on a besoin de cette campagne, toute la filière, les châteaux ont besoin de faire travailler les équipes. la période la plus adaptée pour moi serait fin juin, la retarder nous handicaperait sérieusement.

Mais faut tout de même s’arrêter et réfléchir un instant, il y a une crise de commercialisation actuelle assez importante et notamment un marché des livrables qui chute avec notamment des acheteurs chinois qui font baisser. « Ce qui est dramatique, c’est la valorisation des stocks du négoce qui a baissé fortement »,  commente Thimothée Bouffard. Elle serait de l’ordre de 15 à 30%, car il y a beaucoup de vin sur la place: « ce qui a été commandé pour le nouvel an chinois n’a pas été consommé, les Britanniques ont beaucoup de vin à vendre et Bordeaux aussi… » Pour Jean-Pierre Rousseau, « pour l’instant la chute des prix n’est pas énorme, on n’est pas encore en négatif comme pour le pétrole…Mais il y a des adaptations et plus le temps passera plus elles seront sévères d’où l’utilité d’une campagne qui permettra de remettre de l’argent dans la trésorerie3

Il y aura toujours des gens intéressés par les vins de Bordeaux, c’est un grand millésime, mais Bordeaux doit s’adapter à la situation...Donc la campagne, on peut la faire si on a un prix: si on trouve des 2019 à des prix inférieurs au 2015, voire en dessous de 2014, cela dépend de chaque marque. Mais en tout cas, il faudra que ce soit beaucoup moins cher que 2016, 2017 ou 2018. Si on a un bon prix, il n’y a pas de raison que nos clients ne soient pas inintéressés. Cela sera fonction de leur capacité financière ».

14 Avr

Salon des Vignerons Indépendants: le salon va essayer de se tenir cet été, du 24 au 26 juillet à Bordeaux

Le salon des vignerons indépendants de Bordeaux devait se tenir du 13 au 15 mars dernier, mais il a été finalement reporté au mois de juin, du fait du début d’épidémie de coronavirus. Suite au discours hier soir du Président Macron, les Vignerons Indépendants vont s’adapter et devraient prochainement trouver une date pour qu’il puisse se tenir cet été.  Les dates finalement retenues sont du 24 au 26 juillet au parc des expositions de Bordeaux.

Salon des vignerons indépendants de Bordeaux en mars 2019 © JPS

C’est presque un roman feuilleton. Mais un roman qui se laisse boire. Et Dieu sait qu’il y a du monde qui attend cet événement.

Souvenez-vous, le salon des Vignerons Indépendants devait se tenir du 13 au 15 mars, comme de l’accoutumée, au parc des expositions de Bordeaux Lac. Bon, il a été dans un premier temps confirmé car passant en dessous su seuil de 5000 personnes en même temps en un même lieu, et puis reporté quelques jours plus tard, la barre était descendue à 1000 personnes le 8 mars…

Le lendemain les Vignerons Indépendants annonçaient le report du salon du 19 au 21 juin, en même temps que Bordeaux Fête le Vin. Mais hier soir le Président Macron a calmé les ardeurs de ceux-ci dans la mesure où il a spécifié que « les grands festivals et événements avec un public nombreux ne pourront se tenir au moins jusqu’à mi-juillet prochain… » (dans son « ne », il faut entendre « ne… pas », bien sûr, il suffit d’utiliser la traduction google…) Et d’ajouter : « la situation sera régulièrement estimée à partir de mi-mai, chaque semaine… »

Alors pour qui sait lire entre les lignes du message présidentiel, bref si trou de souris il y a, faites confiance aux vignerons indépendants pour s’y faufiler, tout en respectant les gestes barrières (un morceau de comté avec un verre de vin du jura). Non, sans rire ils appliqueront bien sûr toutes les précautions qui seront en vigueur à ce moment-là.

« Nos vignerons ont besoin de clients, leurs ventes actuellement sont presque insignifiantes », me confie Cédric Coubris le Président des Vignerons Indépendants. « Il n’y a plus d’export et la grande distribution n’est pas suffisante. Aussi vis-à-vis de nos vignerons, il faut repenser à repartir, on espère avoir un visitorat même en juillet, car les caves se vident… On sait que la Foire Internationale de Bordeaux essaie aussi de reporter durant la deuxième quinzaine de juillet, on est en pour-parlers avec le Parc des Expositions… »

Et ce mercredi 15 avril Côté Châteaux apprend que le salon se tiendra normalement du 24 au 26 juillet au parc des expositions de Bordeaux.

07 Avr

Confluent d’Arts au château de la Rivière est reporté aux 3, 4 et 5 septembre prochains

Face à la crise du coronavirus ou Covid-19, les organisateurs ont fait le choix de reporter ce festival qui devait se tenir début juillet au château de la Rivière à la Rivière en Gironde. Un festival qui a pris beaucoup d’ampleur et gagné en notoriété. Le concert de Catherine Ringer qui devait chanter les standards des Rita Mitsouko affichait depuis longtemps complet.

Xavier Buffo, en janvier dernier présentant en exclu à Côté Châteaux l’affiche du festival Confluent d’Arts prévu initialement les 2,3 et 4 juillet © JPS

 

« C’est comme ça, la, la, la, la… », ce qui est bien avec ce refrain de Catherine Ringer, c’est qu’on peut le resservir à chaque billet ou post. Eh oui, comme bon nombre de manifestations, comme les primeurs, les salons des vignerons indépendants ou autres festivals, Confluent d’Arts est déplacé à début septembre. C’est plus sage, car vu que la sortie du confinement va être très progressive et qu’il plane encore beaucoup d’incertitudes sur juin et juillet, mieux vaut reporter.

Ainsi ce matin sur sa page Facebook, Confluent d’Arts annonce « l’état d’urgence du Covid-19 nous met face à une situation d’une ampleur inédite. Les artistes sont directement touchés dans leurs activités et de représentation. »

On a essayé de prendre une décision sage et responsable, et d’anticiper un maximum, tant il est clair qu’en juillet les rassemblements ne sont pas encore assurés », Xavier Buffo directeur du château de la Rivière

Un tel rendez-vous ne laisse pas de place à l’improvisation, vus les moyens engagés, et même si ce festival fonctionne avec beaucoup de bénévoles, les artistes doivent planifier aussi leurs tournées dans les conditions les plus optimales et en minimisant les risques pour tout le monde, risques d’un point de vue sanitaire mais aussi les risques financiers, on se souvient trop le concert de Johnny annulé en dernière minute en 1998 au Stade de France devant un public qui l’avait attendu pendant des heures sous la pluie et qui fut un sacré fiasco. Le public a droit aussi à avoir des dates fiables auxquelles il va pouvoir se raccrocher.

Et Xavier Buffo de compléter: « il n’y a pas trente-six-mille dates, il fallait s’assurer que Catherine Ringer pouvait être disponible et on a bloqué la date. Si cela se fait, ce sera un super festival. On a contacté tous les artistes initialement prévus, quasiment tout le monde sera présent, il manquera deux artistes de rue, mais il y en a d’autres que l’on va contacter et qui seront heureux de venir, pour les intermittents du spectacle, c’est aussi dur en ce moment… »

Et donc rendez-vous est donné à tous les 3,4 et 5 septembre 2020 pour le concert de Catherine Ringer et bien d’autres (dont voici le programme initialement prévu en jancvier dernier), le cinéma de plein air et spectacles de rue, sans oublier la dégustation de vin…avec modération.

24 Mar

Ce soir sur France 2, « Ensemble Avec Nos Soignants »

Ce soir, mardi 24 mars, à partir de 21 heures, France Télévisions propose une soirée spéciale en direct sur France 2 intitulée « Ensemble avec nos soignants »; une soirée en hommage à tous nos soignants en France sur le front de ce coronavirus et d’autres maladies qui continuent dans les services hospitaliers… Une soirée de soutien envers les hôpitaux et leurs personnels soignants, mobilisés 24 heures sur 24, qui font preuve d’un grand professionnalisme, d’abnégation et d’humanité malgré tout dans cette période difficile . Chapeau.

Dans le contexte actuel de crise sanitaire sans précédent, France Télévisions se mobilise au quotidien pour accompagner les Français et donner priorité à cette actualité majeure.

Cette grande émission de solidarité et de soutien, animée par Faustine Bollaert, Daphné Bürki et Samuel Etienne, produite par les équipes de DMLS TV et Réservoir Prod, s’articulera autour de prises de parole, de témoignages de soignants et de personnes touchées par le COVID 19.
De nombreux artistes, personnalités et anonymes, désireux d’apporter leur soutien aux professionnels de santé, seront présents tout au long de la soirée : Parmi les invités qui seront en vidéo depuis leur domicile, Patrick Bruel, Gautier Capuçon, Ari Abittan, Gad Elmaleh, Joyce Jonathan, Clara Luciani,  L’Artiste, Lara Fabian, Zazie, Julien Clerc, Claudio Capéo…

Tout au long de ce grand prime de solidarité, les besoins prioritaires des hôpitaux et des personnels de santé seront exprimés et relayés sur les antennes du groupe.

France Télévisions, avec le soutien de Radio France et de TV5 Monde, s’associe à la Fondation de France pour accompagner et mettre en oeuvre la collecte des dons du public.

A noter que TV5 Monde diffusera l’émission dans le monde entier

#EnsembleAvecNosSoignants

11 Mar

L’Union des Grands Crus de Bordeaux confirme aujourd’hui la tenue des primeurs à Bordeaux, avec des mesures de précaution

L’Union des Grands Crus de Bordeaux tenait cet après-midi son assemblée générale au château Pape-Clément à Pessac en Gironde. L’occasion d’aborder avec ses membres le rendez-vous des Primeurs. Ceux-ci vont bien se tenir, mais avec quelques bouleversements. L’accent va être mis sur les dégustations, des signalétiques, gels hydro-alcooliques et certaines distances seront respectés, les soirées seront annulées, pour se recentrer sur les fondamentaux à savoir ces dégustations dans les propriétés et avec l’UGCB. 

Ronan Laborde, le président de l’UGCB au sortir de l’AG ce soir  © Jean-Pierre Stahl

Le château Latour-Martillac s’apprête à recevoir dès le lundi 30 mars et jusqu’au jeudi 2 avril quelques 500 professionnels, ou peut-être un peu moins, chaque jour pour déguster ici 50 propriétés de Pessac-Léognan, puis 17 grands crus du mardi au jeudi.

Le château Latour-Martilac va accueillir la dégustations des vins de Pessac Léognan le 30 mars et de l’UGCB les 3 autres jours © JPS

La famille Kressmann prévoit avec les organisateurs (syndicat viticole de Pessac-Léognan et Union des Grands Crus de Bordeaux) les mesures appropriées pour recevoir les importateurs et journalistes dans de bonnes conditions.

« On va les recevoir dans cet espace d’accueil, dans cette boutique avant de les conduire dans l’espace de dégustation… »

En ce qui concerne le virus, on va proposer des solutions hydro-alcooliques, faire en sorte de garder un peu plus d’espace entre les gens… De toute façon les verres sont lavés régulièrement, c’est un verre par personne, il y a un service qui est prévu depuis très longtemps même avant ce virus de nettoyage des verres en permanence… » Edouard Kressmann.

Les membres de l’Union prêts pour l’AG à 14h à l’Orangeraie du château Pape-Clément © JPS

Cet après-midi, l’Union des Grands Crus de Bordeaux tenait son assemblée générale au château Pape-Clément. L’occasion de rassurer et confirmer la tenue des primeurs du 30 mars au 2 avril et de détailler les dispositions sur les différents lieux de dégustation.

« Il y aura des annulations, c’est évident compte tenu du contexte, on suit la situation heure par heure avec les autorités sanitairesOn est extrêmement vigilent », commente Ronan Laborde, président de l’Union au sortir à 18h10 de sa réunion. « Demain nous avons une réunion avec la préfecture pour établir un plan de sécurisation maximum.On est déjà en contact avec une société dont c’est la spécialité et on a parlé à nos membres des mesures les plus contraignantes qui seraient prises dans ce cadre… » me précise Ronan Laborde le président de l’UGCB.

 

Et de poursuivre : « aujourd’hui, il y a encore des événements qui se tiennent malgré ce contexte difficile et préoccupant. On est obligé d’en tenir compte et de mettre le plus haut niveau de sécurité pour les gens qui vont venir nous voir dans quelques semaines…Déjà il y aura une signalétique, telle que vous l’a voyez dans la rue ou à la télévision, invitant à ne pas s’embrasser ou se serrer la main, à se laver les mains,

On régule l’affluence de manière draconienne, on recentre et on revient sur les fondamentaux, tous les événements festifs seront éradiqués, pour nous concentrer sur le coeur de notre métier faire déguster les vins en primeur aux professionnels, » Ronan Laborde président de l’UGCB.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sylvie Tuscq-Mounet et Olivier Pallas: (intervenants : Edouard Kressmann, Ronan Laborde et Wilfrid Groizard)

Durant la campagne des primeurs, ce sont ici au château Latour Martillac 80% des vins qui sont commercialisés. Un moment à ne pas rater.

« Nos vins sont prêts, nos assemblages sont prêts, donc on recevra les professionnels qui voudront venir déguster à Martillac, ensuite il faudra qu’on trouve des solutions pour ceux qui ne voudront pas venir, peut-être envoyer directement des échantillons ou alors nous nous rendre directement auprès de nos principaux clients, avec nos partenaire négociants pour pouvoir leur faire déguster nos échantillons sur leurs marchés, » selon Wilfrid Groizard directeur commercial et marketing au château Latour-Martillac.

Cette année, les primeurs vont avoir une saveur particulière, on ne connaît pas encore le nombre de participants, les années passées c’était 5000 à 6000 participants. Là, impossible de dire exactement, cela va se gérer jusqu’à la semaine des primeurs au jour le jour. Mais certains ont déjà fait part de leur annulation ayant notamment peur de se voir placer en quarantaine à leur retour de France par leur pays d’origine. On verra bien, néanmoins les membres de l’Union restaient sereins et positifs aujourd’hui, et ils vont faire le job comme chaque année.

Regardez l’interview de Ronan Laborde le président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux par Jean-Pierre Stahl et Sylvie Tuscq-Mounet:

Les Printemps de Châteauneuf-du-Pape reporté aux 12, 13 et 14 juin

Le coronavirus n’en finit pas d’obliger les organisateurs des salons des vins à devoir reporter leurs événements. Le dernier en date est celui des « Printemps de Châteauneuf-du-Pape » qui devait se tenir les 3, 4 & 5 avril. Il est reporté au mois de juin.

Ce n’est pas non plus une surprise, tous les salons sont en général annulés ou reportés à des dates plus favorables, en théorie, ainsi les organisateurs du 11e salon  » Les Printemps de Châteauneuf-du-Pape » qui devait se tenir avec une centaine de producteurS de cette AOC les 3, 4 & 5 avril prochain ont décidé de le reporter aux 12, 13 & 14 juin 2020 à la salle Dufays de Châteauneuf-du-Pape.

Les modalités restent inchangés pour ce report, les personnes ayant effectué une réservation en ligne seront contactées prochainement, les formats papiers seront valables sur les dates du report.

Tout le monde croise les doigts, sans se serrer la main bien sûr, pour que ce virus laisse les salons et autres manifestations se tenir normalement en juin, bien sûr personne ne sait où l’on en sera à cette date.