04 Avr

Nicolas Florian au Ban du Millésime : « Je proposerai aux restaurateurs qu’ils ne servent que du Bordeaux à table »

C’était hier au Palais de la Bourse la traditionnelle soirée de la Commanderie du Bontemps, en clôture de cette semaine des #primeurs à Bordeaux. Deux discours et prises de positions ont été fortement applaudis. Emmanuel Cruse, tout d’abord qui a exhorté le monde viticole à mettre un terme au Vinexpo bashing et le Maire de Bordeaux qui s’est posé en défenseur et ambassadeur des vins de Bordeaux, partout dans le monde et en particulier sur les cartes des restos de Bordeaux !

La haie d’honneur formée par les membres de la Commanderie du Bontemps © JPS

Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu un Ban du Millésime aussi animé. Déjà par l’intérêt que suscite le 2018, les Commandeurs lui font plus qu’une haie d’honneur, ils l’encensent mais avec cette certitude c’est qu’ils ont du bon voir du très bon par endroits à revendre. Certes, on n’est pas dans l’homogénéité, il y a de très grandes réussites et de moins bonnes, mais dans l’ensemble le résultat est très positif pour la place de Bordeaux.

Douglas Demichel, directeur de la Bordelaise des Grands Vin, Thomas Johnston de la Maison Nath.Johnston & Fils, David Bolzan directeur des Vignobles Silvio Denz © JPS

Ainsi Emmanuel Cruse, le Grand Maître de la Commanderie du Bontemps, résume ainsi l’attractivité du millésime :  « je pense que vous aurez un grand plaisir à acheter ce millésime 2018, il n’y a qu’à voir la fréquentation est en hausse de +20% et la proportion d’étrangers aussi (40% selon l’UGCB), et pour cette soirée « nous avons du refuser bon nombre d’invités ».

Edouard Kressmann va bientôt avoir une nouvelle unité de vinification au château Latour-Martillac, Nguyen Hong, vice-président de Paradise Vietnam (12 bateaux et 70000 passagers à l’année qui visitent la baie d’Along) et Jean-Pierre Rousseau, maison de négoce Diva © JPS

Ce sont en effet 612 convives qui ont été invités au Ban du Millésime par les propriétaires de châteaux et maisons de négoce bordelaises. Le Grand Maître a aussi eu ces quelques mots envers les vignerons qui ont été touchés en 2018 par les intempéries. « Je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour nos amis viticulteurs victimes des orages de grêle du mois de mai et de juillet 2018. »

Le contexte économique de ces derniers mois plutôt morose pour Bordeaux a aussi été décortiqué avec « le ralentissement de l’économie chinoise et le spectre du Brexit », toutefois l’heure est à un « certain pragmatisme avec cette campagne de primeurs », ce d’autant que « la force de la place de Bordeaux s’est construite grâce aux marchands à travers les siècles, » continuait à commenter Emmanuel Cruse.

Le Grand Maître a aussi rappelé : « dans quelques semaines, Bordeaux va accueillir Vinexpo. Après le Bordeaux bashing, il est temps de mettre un terme au Vinexpo bashing », cet événement créé en 1981 et qui fait depuis près de 40 ans le rayonnement de Bordeaux. Ce salon du vin et des spiritueux est le plus prestigieux au monde, mais il a connu une baisse de fréquentation, notamment en 2017 avec 15% de professionnels en moins. La concurrence de ProWein en Allemagne n’y est pas étrangère, la canicule aussi avait marqué le dernier salon, qui du coup a été avancé de juin à mai (du 13 au 16 mai 2019). Et de conclure : « la menace de disparition serait fort préjudicieuse et aurait des conséquences désastreuses. » Mais on n’en n’est pas là.

A son tour, le nouveau Maire de Bordeaux Nicolas Florian s’est montré un ardent défenseur du monde viticole : « Bordeaux, c’est le vin. Mais le vin c’est aussi une richesse patrimoniale et culturelle ». Et de reconnaître qu’après Alain Juppé la tâche était certes difficile mais qu’il l’assumait tous les jours et de remercier tous ceux qui lui ont témoigné leur soutien : « vous avez été nombreux à me solliciter et me dire combien vous comptiez sur le Maire pour être un digne représentant de notre terroir. Alain Juppé a fait la Cité du Vin, Alain Juppé s’est battu pour Vinexpo, je vais continuer avec notamment la livraison du Hall 2, un investissement de 32 millions d’euros. Vinexpo on y croit ». Pas question pour le nouveau Maire d’accepter ce dénigrement de Vinexpo : « je vais être celui qui va faire sortir le vin hors de ces murs, vous pourrez toujours compter sur mon implication ! »

Nicolas Florian, le Maire de Bordeaux, et Emmanuel Cruse, le Grand Maître de la Commanderie du Bontemps ont marqué les esprits © JPS

Et Nicolas Florian de se poser en fer de lance des vins de Bordeaux, suite au billet d’humeur de l’ancien directeur de l’Office de Tourisme sur Facebook Nicolas Martin qui s’était ému que nombre de restaurants ou bars à vins à Bordeaux ne proposaient même pas de Bordeaux à leur carte… « Je proposerai aux restaurateurs qu’ils ne servent que du Bordeaux à table, vous pourrez compter sur les élus pour être les ambassadeurs du vin à Bordeaux et dans le monde. » Voilà un discours qui a été fortement applaudi par l’assistance. Il n’y a plus qu’à… C’est vrai que de ne pas voir une goûte de Bordeaux dans certains établissements cela paraît un peu fort de café, ce d’autant que de nombreux touristes ne viennent que pour découvrir non seulement les charmes de la ville mais aussi la production locale. Il y a donc une certaine logique, qui visiblement va porter ses fruits, isn’it ?

02 Avr

#primeurs de #Bordeaux : pour Ronan Laborde, le président de l’UGCB, « les retours que l’on a sont très encourageants, conformes à ce que l’on imaginait »

Ronan Laborde est l’Invité de Parole d’Expert dans Côté Châteaux. Le nouveau Président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux revient sur le succès de fréquentation de ces primeurs par le nombre élevé de professionnels qui y participent : 7000 pré-inscrits. Il y a un réel engouement sur le 2018 et toujours pour les grands crus à l’étranger et en France.

Ronan Laborde, sa première campagne primeurs en tant que nouveau président de l’UGCB © JPS

Jean-Pierre Stahl : « Bonjour Ronan Laborde, pour ces primeurs, vous attendez beaucoup de monde ? »

Ronan Laborde : « Sur la ligne de départ, il y a beaucoup d’inscrits… Sur les pré-inscription, on atteint 7000 personnes, dont 37% d’étrangers.

JPS : « Est-ce que c’est un des millésimes qui attire le plus à Bordeaux ?

Ronan Laborde : « Oui, si on constate par rapport à ce qui a été réalisé, les années précédentes, c’est un chiffre haut, d’autant plus qu’on serait dans une tendance à restreindre, on regarde la qualité des gens qui viennent, pour n’accepter que les professionnels ».

JPS : « Il y a un réel intérêt pour ce 2018 ? »

Ronan Laborde : « évidemment, tous les grands vins, tous les bons produits attirent le public qui vient de très très loin. Il y a quelques secondes, je parlais avec quelqu’un de Sydney qui a fait quelques heures de vol. Donc, il y a de l’intérêt, il y a de la curiosité. »

JPS : « Sur ce 2018, il y a quelques critiques, quelques appréciations qui se font sentir, qu’est-ce qu’on en dit ? »

Ronan Laborde : « On en dit de bonnes choses. Déjà lorsqu’on a vécu le millésime en tant que producteur, on se permet une communication sur ce que l’on a ressenti…à la fois à la production, mais aussi sur la vinification, les premières dégustations  en barriques. Aujourd’hui on invite la clientèle internationale, professionnelle, la presse internationale à venir juger par elle même le millésime, dans une photographie certes précoce, mais qui permet de se faire une belle image. Et les retours que l’on a sont très encourageants, conformes à ce que l’on imaginait. »

JPS : « C’est primeurs, est-ce un modèle qui va durer dans le temps ? »

Ronan Laborde : « je crois que oui, tant que les gens n’auront que cette possibilité pour accéder aux grands crus, tant que les gens gagneront de l’argent en commerçant sur les grands crus, tant que les propriétés auront un intérêt économique, tout convergera à ce que le système perdure. Et lorsqu’on regarde les données économiques des dernières années, on a plutôt tendance à voir le système se conforter. »

JPS : C’est à dire au niveau des exportations, il y en a eu pas mal pour les grands crus, alors que cela baissait d’une manière générale à Bordeaux ? »

Ronan Laborde : « On a vécu une année 2018 très prospère sur les exportations des grands crus de Bordeaux, avec des augmentations sur tous les continents, un peu moins fortes mais quand même en Asie. Des augmentations vraiment très fortes en Europe et aux Etats-Unis et aux Amériques. » 

JPS  : « Est ce que tout cela est lié au système des primeurs ? Qu’est-ce qui explique cet engouement ?

Ronan Laborde : « Les primeurs y participent, parce que dans les données d’exportations 2018 des grands crus, il y avait la livraison en partie du 2015 et du 2016, qui sont des millésimes avec un intérêt très fort de la part des marchés lointains ou plus proches en Europe, et une qualité qualifiée d’exceptionnelle, cela contribue à renforcer notre place de Bordeaux. »

JPS : « Et ce 2018, il est à rapprocher de ces 2015 et 2016 ? »

Ronan Laborde : « Il ressemble dans ses conditions climatiques au 2016, avec une première partie assez pluvieuse, une seconde partie en juillet-août chaude et assez sèche, notamment le mois d’août. Heureusement on a eu quelques pluies qui ont permis de réactiver la végétation avant les vendanges et d’avoir une production assez convenable en quantité et surtout très bonne en qualité pour ce qui en restait. »

C’est un millésime qu’on va pouvoir qualifier de quoi ? De remarquable ?

Ronan Laborde : (Rires….) « on multiplie les millésimes remarquables, peut-être qu’un jour il faudra changer de qualificatif…C’est un millésime avec beaucoup d’intensité dans la couleur, de la profondeur, de l’équilibre malgré tout, malgré la chaleur, car c’est un millésime assez solaire et avec un grand potentiel de garde. »

Regardez l’interview de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer :

01 Avr

#primeurs de #Bordeaux : « des vins qui demanderont un peu de garde mais avec de la densité donc définitivement un grand millésime »

Au château de Rouillac, 500 professionnels sont venus aujourd’hui pour la dégustation des vins de Pessac-Léognan. Pour les accueillir, 49 châteaux de l’Appellation et Laurent Cisnéros, le propriétaire de Rouillac et sa famille. Tandis qu’au Hangar 14, 120 propriétés étaient sur le pont pour accueillir 1700 professionnels.  

Au Hangar 14 à Bordeaux, la dégustation de l’UGCB avec les importateurs Suisses qui ont rapporté leurs lingots pour ces primeurs (dont les prix vont flamber ?) : Michel Siegenthaler (Le Millésime à Vevey) et Pierre Krenger (Vins Conseils à Fribourg) et au centre Camille Gonzalez (Pichon Baron) et Vanessa Degrave (Petit Village) © JPS

Le bouche à oreille a bien fonctionné, de nombreux étrangers dont ces Londoniens sont venus déguster ce millésime déjà encensé dans les chais, le fameux millésime 2018 : « vraiment, j’aime, c’est un bon assemblage, bien équilibré, de bons arômes et pas trop tannique, un bon travail », commente Thomas Britten importateur anglais de chez « Charles Taylor Wines », qui vient pour la 2e fois à Bordeaux pour.les primeurs.

Thomas Britten et José Rodrigues-Lalande © JPS

Et pourtant, ce 2018 est un millésime sauvé des eaux. Il a plu tout l’hiver, tout le printemps aussi, engendrant de sérieuses attaques de mildiou…mais l’été sec et chaud et l’automne beau et frais en matinées l’ont sauvé et même bonifié.

Paul Garcin et Anne-Laurence de Gramont du château Haut-Bergey © JPS

Le château Haut-Bergey, 44 hectares à Léognan, est ainsi fier de présenter son premier millésime issus de vignes certifiées bio et même Demeter en biodynamie. « On revient à un travail ancestral, à l’ancienne, tout est vinifié sans intrants », selon le propriétaire Paul Garcin, avec un élevage en foudres de 300, 400 et 500 litres pour les blancs et en barriques de 300 litres pour les rouges. « On a eu un millésime assez compliqué, très sportif, très technique mais au final le résultat est dans la bouteille donc on a hâte d’avoir les impressions des négociants et de la presse », complète Anne-Laurence de Gramont directrice du vignoble Haut-Bergey.

Parmi les acheteurs potentiels, des Européens, Anglo-saxons, et des Chinois venus en nombre, comme Miangui Hong, importateur tombé sous le charme d’une étiquette très XVIIIe siècle de Carrosse Martillac, un château que la famille Miailhe veut faire rentrer dans la cour des grands.

« Je suis très regardant sur le packaging, mais aussi sur la qualité du vin que je valide ici. Mais c’est d’abord l’étiquette qui me plaît, » selon Miangui Hong.

Cette année, c’est Laurent Cisnéros et son château de Rouillac qui accueillent les dégustations des vins de Pessac-Léognan © JPS

On a eu un printemps quand même tropical ce qui est assez rare et un été remarquable qui nous a amené à un millésime qu’on peut considérer comme un grand millésime » Laurent Cisnéros château de Rouillac et vice-président dy Syndicat de Pessac-Léognan

Sur les rouges, les premières critiques sont très positives allant de « remarquable » à « grandiose » comme le souligne l’ancien président du CIVB Georges Haushalter directeur général de la Compagnie Médocaine des Grands Crus.

 Je pense qu’il va s’inscrire dans la série de très bon millésimes, on avait un 2016 très opulent, extrêmement chatoyant avec un équilibre magnifique, là on a un un équilibre marqué par une structure plus évidente. Des vins qui demanderont un peu de garde mais avec de la densité donc définitivement un grand millésime »,  Georges Haushalter DG de la Compagnie Médocaine des Grands Crus.

L’intérêt est tel que 7000 professionnels se sont inscrits pour ces 4 jours de dégustations, dont 1700 pour le rendez-vous très prisé de l’Union des Grands Crus au Hangar 14.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer, montage Inès Cardenas : 

31 Mar

#primeurs à #Bordeaux : un 2018 qui s’annonce grandiose…

Ce millésime sauvé des eaux va être l’objet demain de toutes les attentions. Bichonné par les vignerons, il va être gouté, analysé, critiqué et au final noté. De nombreux journalistes et critiques ont déjà commencé par anticipation tellement c’est un long travail de moine bénédictin…

J – 1 pour la grande dégustation des Primeurs 2018 de l’Appellation Pessac-Leognan au © Château de Rouillac à Canéjan 

Demain matin, le bal sera lancé officiellement et pour se faire, rien de tel que de retomber à l’époque napoléonienne dans une ambiance hausmanienne…C’est en effet au remarquable château de Rouillac, ancienne propriété du Baron Haussmann, que va se déguster le non moins remarquable millésime 2018. Laurent Cisnéros, le propriétaire, a installé avec le concours des Pessac-Léognan un gigantesque chapiteau en cristal dans la cour intérieure du château. Ça promet…

En parallèle, l’Union des grands crus de Bordeaux va ouvrir les portes du Hangar 14 sur les quais de Bordeaux pour la fameuse dégustation de l’UGCB. Tandis que les Vins bio donnent rendez-vous à partir de 16h au CAPC. Du côté de Saint-Emilion, ça démarre aussi à la Dominque avec les Clés de Châteaux et la team Rolland.

Une chose est sure : ce 2018 revient de loin, avec un printemps pourri et des pluies qui n’ont quasiment pas cessé depuis l’hiver et tout le printemps. Presque du jamais vu, enfin si avec le 2013… L’été chaud et sec aura permis non seulement d’apporter une sacrée tribut de moustiques mais aussi des espoirs qui se sont confirmés avec un mois de septembre superbe, avec juste ce qu’il fallait de petites pluies. Evidemment, il y a eu quelques pertes à cause d’un mildiou féroce pour certaines propriétés, il fallait être au chevet de la vigne, un millésime avec beaucoup de travail. Sans parler de ceux qui ont été victimes des épisode de grêle le 26 mai et le 15 juillet, une grêle qui aura touché près de 10000 hectares au total dans le bordelais.

Enfin, « la qualité générale est remarquable » pour les rouges, selon Axel Marchal, professeur à la faculté d’oenologie de Bordeaux, interrogé par l’AFP cette semaine. « Dans un style différent, il rejoint les grands millésimes de l’histoire récente de Bordeaux: 2005, 2010, 2015 et 2016. Sans atteindre le même niveau, les blancs secs et liquoreux sont également de bonne qualité ».

La dégustation des Clés de Châteaux à la Dominique, un autre grand moment sur 4 jours © Dany Rolland

Pour Ronan Laborde le président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, les prix de ce 2018 devraient quelque peu augmenter : « en toute logique, ils devraient être un peu plus chers que 2017 et tarifés comme un 2015 ou 2016 » les deux super millésimes en date.

6.000 importateurs, distributeurs, cavistes et restaurateurs français et du monde entier sont donc dans les starting-blocks. Cela va être une sacrée effervescence à Bordeaux et ce pour la fameuse semaine des primeurs.

30 Mar

#Primeurs à #Bordeaux : cap sur le bio au CAPC

Partout à Bordeaux, les primeurs vont rassembler de nombreux dégustateurs professionnels. Les vignerons bio de Nouvelle-Aquitaine sont aussi dans les starting-blocks pour dévoiler leur millésime 2018 au CAPC rue Ferrère à Bordeaux.

Anne-Lise Goujon, la présidente des Vignerons Bio de Nouvelle-Aquitaine © JPS

Lundi 1er avril en fin d’après-midi, les Vignerons Bio de Nouvelle-Aquitaine organisent leur traditionnelle dégustation bio de 16h à 21h au Centre d’Art Contemporain, 7 rue Ferrère à Bordeaux. Ils vont dévoiler leur production aux professionnels distributeurs, négociants, journalistes, critiques, cavistes  et monde de la restauration.

Pour nous, il est important de rappeler que les vignerons bio font bien partie de la filière Vin, avec leur vision, leur façon de faire. La dégustation BtoBio sera cette année l’occasion de faire déguster un millésime qui s’est avéré compliqué à produire, en Bio comme en conventionnel : nous en sommes donc très fiers ! » Anne-Lise GOUJON, présidente de Vignerons Bio Nouvelle-Aquitaine.

Ils seront ainsi 76 vignerons bio à faire déguster le 2018 et à proposer une aussi leurs livrables, issus de nombreuses appellations et sur de nombreux millésimes certifiés bio. Aujourd’hui 206 domaines font partie des Vignerons Bio de Nouvelle-Aquitaine et cultivent leurs vignes en bio ou biodynamie.

Le bio est aujourd’hui une tendance forte dans le monde viticole-vinicole:  10% des vignes françaises sont cultivées en bio, par 5.835 vignerons (soit 78.502 ha). La consommation de vins bio a progressé, en France, de 21% entre 2016 et 2017 et représente un marché de 958 millions d’euros. En Nouvelle-Aquitaine, la vigne bio représente 12.912 hectares.

27 Mar

#primeurs de #Bordeaux : un moment si doux avec Sauternes et Barsac au Chapon Fin

Mardi soir, les crus classés de Sauternes et Barsac faisaient déguster leur millésime 2018 en plein coeur de Bordeaux. De belles réussites, pas trop de sucre et des notes savoureuses d’agrumes et de fruits confits, avec une belle fraîcheur.

Les châteaux Filhot, Broustet, Caillau, Suau et de Malle sur le pont pour les primeurs au Chapon Fin © JPS

Parmi les plus jeunes de l’assistance, Hugo Bernard (cf Domaine de Chevalier, la Solitude, Clos des Lunes…) a réussi à se faire entendre… Il venait faire déguster château Suau (2e cru classé de Barsac) : « on en est au 4e millésime, on avait acheté et commencé sur le 2015… Un millésime solaire, mais avec une belle trame sur la fraîcheur… » me confiait-il.  Mais surtout, à l’instar de ceux qui dégainent les premiers comme Guiraud les années passées, il était le premier à annoncer le prix de vente en primeurs de son Clos des Lunes sur la place de Bordeaux : « Lune d’Argent (un blanc sec), pas de grand changement, 80000 bouteilles en vente pour la 1ère mise en marché ».

Bien que les Sauternes soient souvent oubliés de la place ou décriés par certains qui osent avouer « on n’en boit plus » (sacrilège !), il y avait tout de même de gros négociants et professionnels, amateurs avisés présents entre 18h et 21h au Chapon Fin à Bordeaux. C’est le petit événement avant la grosse semaine des primeurs. Cela fait douze ans que cela dure au Chapon Fin, endroit magique de Bordeaux s’il en est.

Jean-Jacques Dubourdieu du château Doisy-Daëne, Olivier Castéjà du château Doisy-Védrines, avec Allan Sichel président du CIVB et négociant Maison Sichel © JPS

Jean-Jacques Dubourdieu, le fils du célèbre professeur Denis Dubourdieu,  présentait son Doisy-Daëne, un millésime « beaucoup plus tardif » que les autres années, « avec un très bel automne », « il me fait penser au 2014, sauf qu’on a eu un été beaucoup plus chaud qu’en 2014 ». « Ce ne sont pas des volumes records, on est en moyenne sur 12 ou 13 hectolitres à l’hectare, des rendements pas très élevés, cela rend le millésime plus précieux. »

Ce sont des vins liquoreux d’une grande netteté, réalisés sur du doré, et pas sur du « vieux pourri », il y a une grande pureté », Jean-Jacques Dubourdieu château Doisy-Daëne.

Ce millésime 2018 a été marqué par pas mal d’actualité en lien avec les intempéries et notamment cette terrible grêle du 15 juillet, celle du jour de la finale de la Coupe du monde et de la victoire pour la France. Certains chantaient, d’autres constataient les dégâts. Ainsi Gabriel de Vaucelles propriétaire du château Filhot : « à Filhot, on a perdu 40% d’une vendange classique, on a cette grêle, la fameuse grêle du 15 juillet. Cela n’était jamais arrivé et le nuage de grêle n’était pas du tout prévu. C’est pour cela que les châteaux Guiraud et de Farges ne sont pas là ce soir. Cela nous a du coup modifié notre assemblage : d’habitude on met un peu de muscadelle, là elle est très très présente. J’espère qu’on n’en n’aura pas d’autres (de grêle), ce type d’événement est un peu perturbant… »

L’analyse de Vincent Labergère du château Rayne-Vigneau, est assez flatteuse pour ce millésime 2018 :

J’aime bien 2018 pour son élégance, il est fruité, délicat, il y a une appétence sur le vin, la fraîcheur ressort beaucoup dans les commentaires, il a une tension et un équilibre, déjà agréable à goûter maintenant », Vincent Labergère de Rayne-Vigneau.

Et d’échanger avec Frédéric Lavergne, directeur d’une maison de négoce Lestapis & Cie pour qui ces Sauternes méritent que l’on s’y intéresse davantage : « ce sont de beaux produits, avec des coûts de revient élevés, il faut continuer ».

Didier Fréchinet, Miguel Aguirre de la Tour Blanche, David Bolzan de Lafaurie-Peyraguey, Vincent bergère de Rayne-Vigneau et Pierre Montegut de Suduiraut © JPS

Un joli millésime avec de belles voire très belles réussites selon les châteaux. Un millésime qui n’était pas gagné avec non seulement cette grêle du 15 juillet, mais aussi avec cette forte attaque de mildiou cet été et c’était sans compter aussi l’incendie qui était déclaré au célèbre château Suidiraut  : « c’est la partie séminaire qui avait brûlé, pas les chais », me confie Pierre Montégut du château Suduiraut. « Ce jour-là, il n’y avait pas de vent, on a eu du bol, il n’y a eu aucun souci sur les vins, les pompiers ont fait un très bon travail. » Je peux vous assurer que Suidiraut est comme à son habitude très bon, heureusement un millésime qu’on n’aurait pas aimé perdre.

Il ne reste plus qu’à ces sympathiques propriétaires, directeurs et dignes représentants de Sauternes et Barsac qu’à recevoir la semaine prochaine les critiques, distributeurs, cavistes et représentants des hôtels, cafés et restaurants pour leur faire déguster à leur tour ce 2018 et faire en sorte qu’ils passent commande.

25 Mai

Le Point spécial Bordeaux : focus sur les nouvelles fortunes du vin et le millésime 2017

Le Guide de Jacques Dupont est paru ce jeudi 24 mai, avec en couverture Silvio Denz. Il l’a présenté lors d’une soirée spéciale au Bistrot du Sommelier où l’ensemble des acteurs du monde du vin de Bordeaux étaient présents. 40 vignerons « coup de coeur » ont fait dégusté leur vin. Un numéro du Point, très riche, qui se focalise aussi sur les nouvelles fortunes du vin.

Gérard Linaires, le maître de chai de Mouton-Rothschild (1er CC), affiche un 18,5 et un coup de coeur, avec Jacques Dupont du Point © JPS

Cette année encore, Jacques Dupont et Olivier Bompas, les deux journalistes et critiques du Point, ont analysé, goûté, dégusté « une fois, deux fois et plus parfois en cas de doute » les vins de Bordeaux.  5 semaines en immersion dans le plus grand vignoble de France, en sous-marin, durant cette campagne de primeurs : « on a commencé par les dégustations syndicales à partir de la deuxième quinzaine de mars où tout a été dégusté à l’aveugle » puis on a eu trois semaines en avril  pour visiter les châteaux et faire les portraits de viticulteurs. Jacques a fait plutôt la rive droite et moi le Médoc », me précise Olivier Bompas, journaliste et sommelier.

Quant aux notes globales octroyées par le tandem sur le millésime 2017 : 15 pour les rouges du Médoc, de Fronsac et du coeur de Pomerol, 16 pour les blancs secs et les liquoreux.

Amélie Vergès de Castel la Rose, 27 ha en Côtes de Bourg (noté 15), et le château Fonbadet à Pauillac (15-15,5) © JPS

« Globalement, c’est une année compliquée à cause du gel, il y a eu tout un travail de tri, cela a influencé aussi sur l’assemblage. La rive gauche s’en sort un peu mieux que la rive droite où c’est plus disparate et moins homogène que sur la rive gauche », continue olivier Bompas; « des vins avec de la souplesse, de la fraîcheur, pas des tanins monstrueux, les vins avaient des profils de « buvabilité » déjà très agréables, avec pas trop d’alcool cette année »

Parmi les « appellations au top » pour Jacques Dupont et Olivier Bompas : « Saint-Estèphe, les crus bourgeois ou assimilés du nord-médoc, Bourg, Cadillac, Sauternes et Barsac non gelés. »

Jacques Dupont, Etienne Gernelle directeur du Point, et Olivier Bompas au Bistrot du Sommelier de Bordeaux © JPS

Hier soir, c’était au Bistrot du Sommelier de Bordeaux l’événement du monde du vin : la parution du Guide de Jacques Dupont inséré dans l’hedomadaire le Point spécial Bordeaux. 40 châteaux coups de coeur étaient présents dont Mouton-Rothschild qui n’a pas été impacté par e gel : « on n’a pas du tout été inquiété par le gel, c’est la chance de cette bande de Pauillac, entre estuaire et océan qui nous permet d’être protégé par cette calamité qu’est le gel. On a réalisé un 2017 avec beaucoup de fruit (fruits noirs, cassis, cerise noire), de la sucrosité, une belle fraîcheur. Beaucoup de précision sur les tanins et une formidable longueur », me commente Gérard linaires, le maître de chai de Mouton, 1er cru classé de Pauillac.

Pour  ces coups de coeur ? « Il y a bien sûr la qualité, mais aussi l’élan qu’on peut avoir en dégustant un vin, une vraie émotion avec un vin », Jacques Dupont

 « On fait aussi jouer la nouveauté, quand un vin est noté 15 dans une appellation et qu’il y a un nouveau, on le signale par un coup de coeur. On a aussi tendance à « favoriser l’ascenseur social » avec des jeunes qui démarrent et travaillent très bien, on a tendance aussi à leur mettre une coup de coeur. »

Charlotte et Valentin Généré Milhade de Vieux-Chaigneau © JPS

Dans cette dégustation du Point, il y a bien sûr de grands noms de châteaux mais aussi des découvertes fort sympathiques comme le château Vieux Chaigneau en Lalande-de-Pomerol. Charlotte et Valentin Généré Milhade, tous deux 30 ans, ingénieurs agronomes diplômés de Montpellier, ont racheté ce château avec ses 6 hectares en 2014. « C’était une propriété bâtie par un couple avant nous et qui voulaient le transmettre à un autre couple. Ils ne voulaient pas le vendre à un investisseur qui n’aurait pas habité la maison. On s’est marié en 2014 et c’est la même année qu’on a acheté la maison et les vignes, et depuis on s’en occupe tous les deux. » Si le 27 avril 2017, ils ont perdu 50% de leur récolte en une nuit, leurs vignes non touchées leur ont permis de faire un très grand vin, noté 15 et coup de coeur, assemblé à 90% Merlot, 7% cabernet sauvignon et 3% cabernet franc, un millésime assez frais, très équilibré » selon Valentin, « fruits noirs, bouche velouté » selon Jacques Dupont.

Anne Sophie Gillet du château Boutillon avec son compagnon Damien Pagès château Noaillac © jps

Autre belle rencontre, Anne Sophie Gillet du château Boutillon en Bordeaux Supérieur, qui présentait avec son compagnon Damien Pagès (château Noaillac),  sa cuvée Luigi (du nom de son grand père Luigi Filippi) : « un 100% merlot, élévé en barriques de chêne neuf. » Un joli millésime 2017, noté 15,5-16, (fruits rouge, bouche e prise de bois vin frais, et juteux, élégant bonne longueur, finale relevée ») avec un message sur la bouteille que son grand-père aimait répéter à souhait : « verser doucement, c’est là l’authenticité ». Un peu comme le blog Côté Châteaux qui cultive au quotidien l’authenticité et les vrais gens !

29 Avr

Les notes et impressions de James Suckling sur le millésime 2017

James Suckling a donné ses impressions sur le millésime 2017, un millésime qui n’est certes pas le grand 2015 ou 2016, mais qui offrira de jolies choses à boire prochainement. « Bon nombre de propriétés ont fait des vins aussi bien voire mieux que le 2012, d’autres encore mieux que le 2014. »

L’Américain James Suckling à l’inauguration du château Monlot © JPS

James Suckling était présent à Bordeaux pour les primeurs 2017 et a donné avant tout le monde ses impressions sur ce millésime dont on a tant parlé à propos du gel.

« La qualité du 2017 est bien meilleure que ce à quoi beaucoup de gens s’attendaient. Le 2017 n’est certes pas le grand 2015 ou le 2016, mais ce n’est pas non plus le faible 2013. Malgré de terribles gelées, la plupart des grands domaines viticoles ont produit des vins de qualité exceptionnelle qui offriront de bonnes dégustations dans les années à venir. »

ET de compléter : « même s’il est difficile de le rapprocher d’autres millésimes, de nombreux vignobles ont produit des vins aussi bien voire mieux que le 2012, d’autres encore mieux que le 2014. Quelques vins pourraient être entre le 2014 et le 2015. Les grands Sauternes et un certain nombre de blancs secs seront à la hauteur des 2015 et 2016. »

Et de citer Hubert de Boüard, du château Angélus, qui conseille des dizaines de propriétés de la région : « L’année 2017 est comme 2014 mais avec un peu plus…Nous avons réussi à avoir du fruité et des tanins fins que le millésime nous a donné. Nous avons cherché l’équilibre dans nos vins. »

Pour James Suckling, « essayer de dire si c’est une année de la rive droite ou de la rive gauche n’a aucun sens en 2017. Toutefois, parmi les grandes appellations, je dois dire que j’ai vraiment été impressionné par Pauillac. »

Retrouvez les impressions et toutes les notes de James Suckling sur son site ici.

13 Avr

Jacques Dupont sur le millésime 2017 : « c’est un peu en dents de scie, c’est un vin qui a du fruit qu’on pourra boire assez jeune, avec de la vivacité. « 

Jacques Dupont livre sans détour son analyse sur le millésime 2017 frappé par le gel au printemps dernier. Il est l’invité de Parole d’Expert dasn Côté Châteaux.

Jean-Pierre Stahl : « Que pensez-vous du millésime 2017 ? »

Jacques Dupont :« C’est un peu en dents de scie, suivant les caprices du temps, on voit bien où le gel a frappé et où il n’a pas frappé. Là où ça a été épargné, c’est pas mal, il y a des jolies choses ». 

« Il y aura de très jolies choses dans les très grands crus car on a les moyens de trier, on sortira un petit peu de vin, même si on n’en sort pas beaucoup qui sera de qualité. Ailleurs, c’est très compliqué et on comprend vraiment ce que dents de scie veut dire. On a des vins qui sont bons et d’autres qui sont un peu compliqués. Il y a eu une vendange très difficile à faire, les gens se sont retrouvés avec des vignes qui avaient échappé au gel et puis des raisins qui sont arrivés de 2e génération, par les contre-bourgeons qui ont repoussé un mois plus tard et qui ont mal mûri au mois de septembre, ils n’avaient pas le cycle complet, et les deux mélangés ça fait des choses un peu curieuses ».

« Alors, bon c’est amusant à goûter cette année on ne s’ennuie pas. On passe plus de temps sur les vins compliqués, qui ne sont pas bons et qu’on ne a pas retenir finalement que sur les bons vins puisqu’on se demande finalement comment on en est arrivé là. Mais le vin c’est cela, ce n’est pas un truc industriel avec une production régulière. les vignerons ils ont des choses très modernes (la vie des marchés, internet, la nécessité de partir vendre son in ailleurs) et puis en même temps ils sont complètement dépendants de la météo, de la terre, c’est quand même une profession agricole ».

JPS : « Pour en revenir aux caractéristiques sur ce 2017, comment pourriez vous le qualifiez au final ? »

Jacques Dupont : « dans l’ensemble, ce sera un vin de moyenne garde, ce n’est pas un vin de grande garde, c’est un vin qui a du fruit qu’on pourra boire assez jeune, avec de la vivacité. Quand c’est réussi, c’est assez vif, donc ça c’est pas mal, ça fait des vins digestes, qu’on pourra boire assez jeunes en profitant du côté fruité et sympathique du vin. 

« On est nettement au dessus de 2013, qui a été un millésime médiocre ici, mais je ne sais pas à quoi le comparer. On a connu des grandes années de gel comme 1991, mais ça ne ressemble pas à 91, il n’y a jamais vraiment une année de vin qui se ressemble complètement à l’autre. Mais bon ça va faire des vins sympathiques ».

« On a quand même une petite nuance à apporter, en recréant la rivalité rive gauche rive droite. Rive gauche, on est nettement au dessus de la rive droite cette année. Les cabernet-sauvignons qui sont un peu plus tardifs ont moins souffert du gel que les merlots. J’ai fait toute la dégustation de Crus Bourgeois par exemple, c’est nettement meilleur que ce que l’on goûte sur la rive droite. »

JPS : Au niveau des journalistes et critiques en vin, on voit que le marché des professionnels et notamment vous suit énormément, est-ce que vous faites la pluie et le beau temps aujourd’hui ? »

Jacques Dupont  : « Non, non, sinon j’aurais évité le gel ! Non, non, je ne fais pas la pluie et le beau temps et ne veux surtout pas le faire. Je suis là pour mes lecteurs de leur donner des indications de faire de bons achats de vins pas trop chers, je suis toujours ravi d’aller goûter dans les grands crus, mais je suis aussi ravi, et c’est mon métier de journaliste, quand je découvre un petit nouveau et qui vend ses vins pas chers, qui a besoin d’être connu, et ses vins feront plaisir à mes lecteurs parce qu’ils en sont pas trop chers et délicieux. Donc moi, je suis un fouineur et pas un gourou.

JPS : »Il y a eu tout de même une époque où il y avait des gourous sur la place de Bordeaux ? »

Jacques Dupont : « Je ne vois pas de qui vous parlez, Jean-Pierre… Bien sûr, mais cette époque est révolue et c’est tant mieux. Parce qu’aujourd’hui on refait des vins de Bordeaux, avec de la simplicité, de la digestibilité comme disent les sommeliers. On est sorti de cette époque où on faisait des vins confiturés, en plus en 2017 c’était difficile de le faire. Des vins confiturés, boisés, trop extraits, on est parti de cela, c’est fini et tant mieux, pourvu que cela ne revienne pas. On refait des bons vins de Bordeaux qui nous parlent du terroir et du pays.

Regardez l’interview réalisée par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer :

12 Avr

Le Ban du Millésime : « 2017 va trouver sa place à l’avenir parmi les bons millésimes bordelais », selon Emmanuel Cruse

 680 personnes assistaient hier soir au « Ban du Millésime », soirée organisée par la Commanderie du Bontemps, l’occasion pour les propriétaires d’échanger sur le millésime 2017 avec leurs clients distributeurs.

La hola d’honneur par les Commandeurs pour accueillir les invités © JPS

« Le Ban du Millésime » est né en 2000. C’est un événement désormais incontournable de la place de Bordeaux, initié par les négociants membres de la Commanderie  et co-organisé avec l’Union des Grands Crus de Bordeaux.

Lors de cette soirée au CAPC, les plus gros distributeurs de vins de Bordeaux du monde entier sont conviés, invités par les négociants ou les propriétaires de châteaux, ainsi que la presse spécialisée nationale et internationale.

C’est aussi l’occasion d’échanger sur le ressenti des uns et des autres sur les primeurs 2017 : « les commentaires sur ce millésime sont tous excellents, venants des distributeurs étrangers ou des négociants de la place de Bordeaux », commente devant l’assemnlée Emmanuel Cruse, Grand Maître de la Commanderie du Bontemps. Si « les aléas climatiques ont complexifié la donne », « la sélection à la vigne et au chai » a permis de sortir un 2017 qui « tiendra sa place parmi les bons millésimes » de Bordeaux.

2017 est sans nul doute le meilleur millésime en 7 depuis le 1947″, Emmanuel Cruse Grand Maître de la Commanderie du Bontemps.

Thierry Decré de LD Vins et Johnny Goedhuis de Goedhuis & Co Fine Wine Merchants © JPS

Parmi les distributeurs de Bordeaux, on pouvait croiser le Britannique Johnny Goedhuis de Goedhuis & Co Fine Wine Merchants, qui travaille depuis 1981 à Londres avec surtout des clients privés et grands amateurs de vins, il a ouvert aussi un bureau à Hong-Kong. En sa compagnie, son ami et l’un des plus gros négociants Thierry Decré de LD Vins. Ce dernier a une analyse est assez fine :

C’est un millésime assez simple, qui n’est pas 2015 ou 2016, un bon millésime dont le prix devrait se situer entre le 2014 et le 2015, mais rien ne justifierait une hausse des prix, une envolée », Thierry Decré de LD Vins.

Archibald Johnston a sorti un flacon de légende Rieussec 1924 © JPS

Et de compléter : « Il faut être raisonnable, on a beaucoup de vin à vendre à Bordeaux et surtout on est menacé par la concurrence des vins du monde entier. »

Ce Ban du Millésime fut aussi l’occasion de retrouver Jérôme Fanouillère, un grand amateur de vins de Bordeaux, qui vient de lancer la Fédération Nationale d’Oenologie, fédération qui va regrouper l’ensemble des clubs français de dégustation et d’oenologie.

Jérôme Fanouillere a créé la Fédération Nationale d’Oenologie © JPS

« On a déposé les statuts il y a 6 semaines. On va rassembler les clubs d’HEC, de la Banque de France, d’EDF, de Polytechnique, de Normale Sup, d’EM Lyon… » Jérôme Fanouillère est lui même dipômé d’HEC et travaille à la BDF. « C’est un super projet, j’en ai déjà parlé à quelques domaines que je connaissais. J’ai eu de bons retours avec quelques châteaux réceptifs pour permettre de renouer avec ces connaisseurs ». 

680 convives pour ce Ban du Millésime au CAPC © JPS

« On a aussi un projet de dégustation annuelle à l’aveugle. Il y a déjà pas mal de concours étudiants qui marchent très très bien ». Le prochain concours, la Left Bank Bordeaux Cup se tiendra d’ailleurs à Château Lafite Rothschild le 8 juin prochain, un concours très disputé entre les meilleurs clubs oenologiques des grandes écoles du monde entier.