18 Mai

Château Guiraud : Sandrine Garbay succède à Luc Planty à la tête de ce 1er cru classé de Sauternes

C’est une page d’histoire qui se tourne à la tête de château Guiraud 1er grand cru classé 1855 de Sauternes. Une femme a pris hier  la direction du domaine, une figure car c’est Sandrine Garbay, la maître de chai du château Yquem. Elle succède à la famille Planty, Luc et Xavier, qui ont dirigé Guiraud pendant plusieurs décennies. Sandrine Garbay, la vigneronne du mois pour Côté Châteaux.

Luc Planty, lors des tries en octobre 2019 à Guiraud © JPS

C’est par un communiqué que Luc Planty, DG a fait savoir que l’histoire de Guiraud allait continuer mais sans lui à sa tête. Il a écrit ces quelques lignes hier:

« L’agriculture, l’agronomie et la biologie me fascinent depuis toujours. Rares sont ceux qui ont pu vivre leur passion dans un vignoble tel que celui du Château Guiraud, et j’en fais partie. Durant ces neuf riches années, j’ai mené des réflexions et acquit mon expérience, dans le but d’engager l’écologie du vignoble toujours plus loin. La viticulture, particulièrement à Sauternes, est un travail de patience, d’observation, qui a permis la reconnaissance de ce terroir fascinant au plus haut niveau. Ces années m’ont également fait vivre des émotions fortes tandis que Dame Nature jouait son rôle de rabat-joie. La pluie, la grêle, le gel, etc… et à chaque fois je m’étonne de la résilience si puissante de ce cru de prestige. »

« Il est temps pour moi de passer la main ».

« Chers amis, ce courrier vous est adressé pour vous remercier à la fois pour la promotion de notre vin et également pour la reconnaissance de notre savoir-faire et de nos recherches culturales. Château Guiraud a toujours évolué pour exprimer son terroir avec sincérité. »

Merci à tous. »

Sandrine Garbay et Pierre Lurton à Yquem en février 2019 © JPS

LA REACTION DE SANDRINE GARBAY POUR COTE CHATEAUX :

« C’est une grande joie, pour moi, de rejoindre l’équipe de Guiraud, et cette magnifique propriété ! C’est l’occasion de prendre plus de responsabilité, de m’occuper du vignoble du début à la fin, de la vigne à l’élaboration du vin, et de gérer entièrement cette propriété.

« C’est une belle propriété, avec un gros projet oenotouristique très encourageant, et quand on m’a proposé de la rejoindre j’ai accepté, c’est un grand bonheur. »

Sandrine Garbay en février 2019 dans les chais d’Yquem © Jean-Pierre Stahl

« Après 27 ans de carrière dans les chais de cette magnifique propriété d’Yquem, j’avais besoin d’un souffle nouveau et c’est arrivé à point nommé. Je reste sur Sauternes, avec une propriété qui bénéficie d’une très belle notoriété, au service de ces grands vins liquoreux et de cette pourriture noble que j’affectionne particulièrement. »

Félicitations et bonne réussite à Sandrine Garbay. Pierre Lurton l’a félicitée à Yquem pour tout son travail durant toutes ces années au service de cette prestigieuse propriété. A Yquem, l’histoire continue avec une équipe bien rodée avec Toni Lkhawand responsable des vinifications, Lorenzo Pasquini directeur d’exploitation, et Francis Mayeur directeur technique.

LE SYMPATHIQUE COMMENTAIRE DE PIERRE LURTON PDG D’YQUEM

De retour de Londres, le PDG d’Yquem a tenu à m’appeler ce soir pour rendre hommage à Sandrine Garbay : « que te dire sur Sandrine, que du bien ! Elle voulait faire autre chose, pour sa fin de carrière professionnelle, et elle m’a demandé, je ne l’ai pas retenue, je ne pouvais pas, je lui ai simplement souhaité bonne chance et tout le bonheur à reprendre un nouveau job… Et comme elle va à Guiraud, qu’elle reste à Sauternes, on pourra manger à l’occasion à midi. Elle apportera beaucoup à Guiraud et on aura toujours plaisir à la voir... »

Regardez le portrait de Sandrine Garbay réalisé par Jean-Pierre Stahl à 4′ sur les femmes du vin pour Côté Châteaux :

17 Mai

Viticulture : une nouvelle charte du bien vivre ensemble signée à Parempuyre

Après l’invalidation par le Conseil d’Etat des premières chartes de riverains, la chambre d’agriculture de la Gironde vient de rendre une nouvelle copie, tenant compte des décrêt et arrêté des 26 janvier 2022, avec élargissement des publics touchés et rendant l’information obligatoire. Réaction des signataires et associations environnementales ou anti-pesticides.

Régis Falxa, Denis Baro, Bernard Lauret, Jean-Louis Dubourg et Jean-Marie Grade © JPS

Cette charte du bien vivre ensemble a été signée cet après-midi par 28 acteurs du monde agricole et viticole au château Ségur à Parempuyre en Gironde. Ceux-ci s’engagent à afficher déjà en mairie un calendrier des traitements de la vigne. Et désormais, ils prévoient une obligation de prévenir les riverains et salariés autour des exploitations 8 heures avant traitement.

« Autour de Bordeaux, on sait que la pression urbaine augmente, plus on s’éloigne de Bordeaux moins c’est compliqué, et donc cette charte sera un bon lien entre la population et nous-mêmes  pour que nous puissions continuer notre activité », Régis Falxa président de la Fédération des Vignerons Indépendants.

Régis Falxa, président des Vignerons Indépendants de la Gironde © JPS

« Nous utilisons tous des produits phytosanitaires, on est sous un climat océanique, soumis aux aléas de pluie, d’orage, de beau temps, ce qui nous contraint à utiliser ces produits, evidemment de nombreuses démarches environnementales sont mises en place, notamment chez les vignerons indépendants (70% engagés dans une démarche environnementale…et en terme de dosage on est loin d’utiliser les doses homologuées… »

La chambre d’agriculture et le CIVB ont créé cette application BVE33 du bien vivre ensemble pour être alerté rapidement des traitements (en plus des traditionnels mails, sms, etc…) « Le but c’est de faciliter l’information. C’est une application qui permet aux agriculteurs d’informer les riverains, avec une géolocalisation des parcelles des traitements et du délai de ré-entrée à partir du moment où l’agriculteur valide son traitement, » commente jean-Louis Dubourg président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde.

Jean-Louis Dubourg, président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde © JPS

« Les agriculteurs s’engagent avec cette charte à traiter correctement, quand il faut au bon moment, à la bonne dose, avec le bon produit, et à prévenir les voisins qui le souhaitent, et on a aussi un accompagnement technique fait par la chambre, où sur des parcelles à proximité de sites sensibles, on va venir conseiller les agriculteurs à utiliser des produits moins impactants pour l’environnement et le voisinage… »

L’appli BVE33 à télécharger sur smartphone © JPS

Pour les associations environnementales comme Alerte Pesticides Haute Gironde, un regret déjà d’ « avoir oublier de consulter les associations anti-pesticides comme la nôtre », mais aussi « une charte écrite sans les riverains » et « ne prenant aucune mesure spécifique » vis à vis des produits les plus dangereux « cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques », toutefois de moins en moins utilisés (6% selon la chambre d’agriculture en 2020, avec un objectif de 1% en 2030).

Pour Cyril Giraud de Générations Futures: « l’objectif premier de cette charte là, l’objectif premier ce n’est pas de protéger la population, mais de pouvoir déroger aux distances de traitement pour pouvoir traiter plus près des habitations que le respect strict de la réglementation… » Et de reconnaître: « il y a une obligation d’informer la population donc ça c’est une bonne chose, c’est quelque chose qu’on réclamait depuis longtemps, maintenant il va falloir être pointilleux, car toutes les personnes qui demandaient à avoir accès à la nature des produits qui sont épandus, se sont vues refuser cette information-là…Or nous on considère que c’est une information d’intérêt public…et que chacun a le droit de savoir à quoi il est exposé quand il y a des épandages près de chez lui. »

Pour la représente des salariés agricoles et viticoles, Corinne Lantheaume, secrétaire générale SGA33/CFDT, cette charte qu’elle a co-signée est nécessaire pour renouer un dialogue entre riverains et exploitants.

« Aujourd’hui rien que le fait de voir un tracteur provoque déjà de l’agressivité, j’ai un collègue qui pulvérisait une tisane d’ortie il s’est fait agressé par un voisin, …il faut arriver à se comprendre, remettre les choses à plat, dépassionner les débats, si on veut aller les uns vers les autres, il faut qu’on vive ensemble on n’a pas le choix, autant le faire dans de bonnes conditions… »

Cette charte sera soumise à la préfecture d’ici 2 mois et à une consultation publique en suivant.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Dominique Mazeres et Corinne Berge :

 

14 Mai

Et voici la nouvelle saison des afterworks en Médoc…

6 ans déjà et un succès rencontré… Les afterworks en Médoc vous donnent à nouveau rendez-vous les 1er et 3e jeudis de chaque mois de juin à septembre pour vous faire découvrir après le boulot les châteaux et vins de ces propriétés…Avec à chaque fois une tenue appropriée…

« Afterwork », les Médocains parlent à nouveau anglais cette saison… Initié en 2017 avec Lamothe-Bergeron, Marquis de Terme et Paloumey, cet événement a pris de l’ampleur avec de nouveaux châteaux associés Malescasse en 2018, Maucaillou en 2020, Dauzac en 2021 et cette année le Taillan…

Un événement qui se passe 2 fois par mois, les 1er et 3e jeudis et accueille en moyenne de 150 à 250 participants, pour profiter du superbe cadre de ces châteaux de 18h30 à 21h durant l’été, entre amis ou en famille, pour découvrir ce vignoble médocain.

A chaque date, un château différent mais un concept identique :
• De 18h30 à 21h00, la journée se termine, les portes d’un château s’ouvrent.
• Entrée à 22€/personne. 4 tickets et 1 verre logoté vous sont remis. (1 ticket = 1 verre de vin ou 1
assiette apéritive). Rachat de ticket 5€.
• Entrée gratuite pour les enfants.
• Une ambiance musicale avec concert pop, jazz, DJ ou salsa !
• Des dégustations de vins des 7 propriétés partenaires.
• Des assiettes apéritives ou tapas.
• Un jeu-concours pour tenter de gagner un coffret de 6 bouteilles et 1 magnum !

VOS RDV DE LA SAISON 2022 : Portez un accessoire aux couleurs de la propriété qui vous accueille :
• Jeudi 2 juin – Château Malescasse – en bleu marine
• Jeudi 16 juin – Château Lamothe-Bergeron – en rouge
• Jeudi 7 juillet – Château Dauzac – en jaune
• Jeudi 21 juillet – Château Du Taillan – en blanc
• Jeudi 4 août – Château Marquis de Terme – en orange
• Jeudi 18 août – Château Maucaillou – en bleu clair
• Jeudi 1 septembre – Château Paloumey – en vert

11 Mai

Jean-Michel Cazes signe « Bordeaux Grands Crus – la Reconquête »

On ne le présente plus Jean-Michel Cazes, est le célèbre propriétaire de Château Lynch-Bages, 2e Grand Cru classé de Pauillac, et ancien Grand Maître de la Commanderie du Bontemps.

Jean-Michel Cazes est une figure internationale du vin. Il a contribué à propulser le vignoble bordelais dans la modernité et témoigne des bouleversements du monde viticole depuis 50 ans.  Après un âge d’or couronné par le classement de 1855 qui a fait des crus de Bordeaux les vins les plus célèbres du monde, le vignoble bordelais a mis du temps à intégrer les mutations des XXe et XXIe siècles.

Jean-Michel Cazes a été le témoin de la crise des années 1970. Voyant l’aura de Bordeaux se ternir et le prix de ses vins s’effondrer, il est devenu un acteur majeur de leur renouveau et leur ambassadeur infatigable. L’histoire familiale et le parcours personnel de cet entrepreneur enthousiaste, viti-viniculteur dans l’âme, font de son livre une véritable saga. Son expérience et ses réflexions avisées sont autant de clés pour déchiffrer le patrimoine et le fonctionnement complexes des grands crus de Bordeaux.

« Le vin est pour moi, comme le pain, la base de toute nourriture. C’est le breuvage essentiel, synonyme de culture, de bonheur, d’art de vivre. Chaque bouteille qui dort dans ma cave contient un univers : la géographie et l’histoire du lieu qui l’a vue naître, le sol, la plante, le climat, un savoir-faire… Un univers prêt à s’échapper et à renaître, comme le génie de la lampe d’Aladin, à la première et unique occasion », raconte-t-il.

Quelques dates-clés :

  • 1985 : L’astronaute Patrick Baudry emporte à bord de la navette Discovery un Château Lynch-Bages.
  •  1988-1992 : Lynch-Bages, puis Pichon-Longueville sont classés n° 1 des 100 most exciting wines établie par le magazine américain Wine Spectator.• 2003 : Jean-Michel Cazes est élu Man of the Year par le magazine anglais Decanter.
  •  2007 : Wine Spectator lui décerne le Distinguished Service Award.
  • 2011 : Jean-Michel Cazes reçoit de l’institut des Masters of Wine le Lifetime Achievement Award.
  • 2016 : Lynch-Bages & Cie est sacré Global Best of Wine Tourism par le réseau des vignobles de renommée internationale (Espagne, France, Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Portugal, USA, Chili).

09 Mai

Vente caritative : château Dauzac et IDealWine remettent un chèque de 75 868 € à Ukraine Amitié

C’est un bel élan de générosité. La vente aux enchères de 1300 bouteilles organisée par Laurent Fortin, directeur de château Dauzac et Consul Honoraire d’Ukraine, et Angélique de Lencquesaing, PDG d’IDealWine a rapporté plus de 75 000€; le chèque a été remis à l’association Ukraine Amitié pour acheté des médicaments et des produits de première nécessité pour les habitants sur place.

C’est un chèque de plus de 75 000 € pour acheter des médicaments et des produits de première nécessité qu’a remis le Consul Honoraire d’Ukraine en Nouvelle-Aquitaine Laurent Fortin à l’association bordelaise Ukraine Amitié.

Très touchée par cet élan de solidarité. ..Une solidarité inscrite dans la durée…Merci beaucoup pour tous les bénéficiaires, cet argent-là sera un soutien précieux pour la population, restée en Ukraine, les civils, et tous ceux qui aident cette population à résister et à survivre » Oleksandra Bertin, président Ukraine Amitié

Le Consul, également directeur de château Dauzac (grand cru classé de Margaux), est fortement mobilisé depuis le début de la guerre, avec son réseau dans le monde du vin, mais aussi avec le site de vente en ligne et d’enchères IdealWine. Ils ont ainsi organisé cette vente caritative, recueillant 300 lots, 1300 bouteilles et des séjours oenotouristiques. Une vente aux enchères qui s’est déroulée du 1er au 15 avril et a réussi à obtenir 75 868€.

On avait des flacons tout-à-fait exceptionnels, des impérials des jéroboams; on a eu des surenchères sur les lots qui ont dépassé le 30% par rapport à la valeur initiale du catalogue », Angélique de Lencquesaing DG IDealWine

C’est une aide qui arrive à point nommé, le conflit est loin d’être terminé, des citoyens ukrainiens sont en grande détresse, beaucoup d’hôpitaux ont été bombardés, il y a des besoins colossaux, je pense qu’on arrive au bon moment », Laurent Fortin DG château Dauzac et Consul Honoraire d’Ukraine

 

Un don pour les Ukrainiens là-bas, alors que dans le même temps, la générosité de famille d’accueil continue à Bordeaux comme avec Véronique et son mari qui hébergent depuis un mois et demi une femme Ukrainienne avec ses 2 enfants, Lisa, 21 mois et Robert, 5 ans.

« Ils sont très gentils, il n’y a pas beaucoup de gens qui peuvent accepter des Ukrainiens facilement et les considérer comme des amais ou une deuxième famille », témoigne Anna la maman ukrainienne.

Quand on nous avait demandé combien de temps pensez-vous les accueillir, on pensait que c’était peut-être une guerre éclair, on a dit le temps du conflit », commente avec générosité Véronique Foucault famille d’accueil.

Et alors que la guerre continue, ces enfants ukrainines sont scolarisés et commencent à assimiler quelques mots de français… « Au revoir pitchounette », dit le petit Robert.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine

07 Mai

« Le Bouchon » ouvre en Côtes de Bourg : le premier restaurant de vignerons lancé par une appellation de Bordeaux

C’est une première, qu’une appellation, les Côtes de Bourg, lance un resto, accolé à la Maison des Vins. Le Bouchon était attendu, les Côtes de Bourg l’ont fait péter dans l’enceinte du Bar à Vins qui avait ouvert en 2016. Il ouvre officiellement ses portes ce midi, à l’occasion des Portes Ouvertes ce week-end dans les Côtes de Bourg.

Stéphane Eclache et Romain Métais, entourant Didier Gontier © JPS

C’était un vrai manque, une brasserie ou restaurant au sein du Bar à Vins des Côtes de Bourg. Eh bien ce manque a été comblé, puisqu’ouvre aujourd’hui « le Bouchon, Cuisine de Vignerons ». Le Bouchon a été souhaité par les Vignerons des Côtes de Bourg, Didier Gontier et Stéphane Donze ont mené ce projet à son terme avec 2 associés Stéphane Eclache et Romain Métais.

« On voulait que ce soit un lieu de vie et pas seulement un restaurant bistronomique ou gastronomique, un lieu qui va vivre de l’apéro au digestif… », commente Stéphane Eclache. « Le restaurant sera ouvert tous les midis et les soirs du jeudi au samedi, avec une formule attractive, une formule du marché (plat unique à 15,9€, entrée plat ou plat dessert à 19,9€ et entrée plat dessert à 22,9€) et un autre menu à 38€ avec une belle carte de saison, et aussi une belle cave à maturer la viande ».

On est très fier et très content, avec des gens bienveillants, gentils et courageux. C’est l’aboutissement de nombreuses années, on était frustré de ne pas utiliser ce bâtiment au meilleur de son potentiel et avec du caractère. C’est le premier restaurant d’appellation ici dans le bordelais » Didier Gontier directeur des Côtes de Bourg.

« On voulait créer un pôle autour d’une boutique (La Maison des Vins des Côtes de Bourg), d’un bar, , d’une guinguette aussi l’été, pour les touristes mais aussi les locaux, bref un lieu de rencontres…Ce que l’on veut c’est qu’ici en mangeant et en dégustant en Côtes de Bourg, on passe un bon moment, et ainsi que le consommateur retrouve aussi nos étiquettes devant les rayons de supermarchés ou chez les cavistes. C’est un lieu que les vignerons font vivre tout au long de l’année, c »est une belle aventure », ajoute Didier Gontier.

Et le président des Côtes de Bourg Stéphane Donze de témoigner : « nous sommes heureux de pouvoir concrétiser avec vous l’ouverture du Bouchon, Cuisine de Vignerons. On a montré que c’était possible avec nos vignerons généreux, solidaires, indépendants et parfois emmerdeurs. Fiers aussi de nos cépages et du Malbec, de notre oenotourisme et des parrainages sportifs qu’on avait lancé.

Bravo au Bouchon qui vient de s’ouvrir à Bourg en Gironde, et si vous en avez marre des bouchons dans votre véhicule à Bordeaux, venez donc apprécier cet autre Bouchon et sa cuisine de vignerons, avec superbe vue sur la Dordogne.

En tout cas ce week-end, vous serez accueillis également par ces vignerons qui vous ouvrent leurs portes avec l’opération « Tous ô Chais ».

 

03 Mai

Gel à Bordeaux : le constat un mois jour pour jour après le gel d’avril

3 avril dernier, les vignerons constataient un épisode douloureux à Bordeaux. Un gel dépassant parfois les -5° plusieurs nuits d’affilées. En ce 3 mai, Côté Châteaux revient dans les rangs de vigne évaluer les dégâts avec les vignerons. Reportage au château Thieuley dans l’Entre-Deux-Mers et à Galgon chez le président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur…

Un mois jour pour jour après le gel et ces -5°C enregistrés ici dans l’Entre-Deux-Mers, Sylvie Courselle vigneronne au château Thieuley constate les stigmates encore très importants sur ces pieds de merlot… « Là c’est un bourgeon qui était juste sorti, et qui a cramé, voilà… »

Ce sont surtout les extrémités des astes qui ont été sérieusement touchés… « A un mois du drame, comme vous pouvez le voir sur ce pied de merlot, vous voyez que certains bourgeons sont partis et d’autres sont comme ceux-ci noircis et ne repartiront pas. On pense déjà qu’on part avec un bon -30% au global…« , commente Sylvie Courselle.

Chez les Bordeaux et Bordeaux Supérieur, 10, 20, 30 et même 40% de pertes par endroits selon le président du syndicat Stéphane Gabard. Aujourd’hui la pousse de la vigne présage d’une assez bonne récolte, en tout cas plus importante que lotrs des épisodes de gel de 2021 et 2017. Néanmoins le contexte économique reste difficile.

« Nous avons les complications de l’économie qui se mêle un petit peu à nos problèmes climatologiques… » selon  Stéphane Gabard président des Bx et BX Sup.

« Nous avons une hausse des matières premières comme chaque Français la connait au quotidien. Donc notre métier devient très compliqué avec peut-être un moral un peu atone, avec une commercialisation qui est un peu compliquée surtout sur le marché français. »

Au château Thieuley, si les cépages blancs précoces ont bien été impactés, les soeurs Courselle Marie et Sylvie ont réussi à sauver l’essentiel avec une taille de la vigne plus tardive. « On a taillé après le gel, au mois d’avril et cela a permis de sauver cette récolte au moins sur les 5 hectares de merlot que nous avons taillés si tardivement », commente Marie Courselle. « Donc là elle commence à peine à sortir, elle se réveille et là on a toutes les inflorescences qui sont là … Une potentielle récolte très jolie… »

Pour tous, l’horizon semble s’éclaircir car il ne devrait pas y avoir de nouvelle gelée d’ici les saints de glace…

02 Mai

Un Côté Châteaux Spécial Primeurs le 18 mai sur France 3 NOA

A vos tablettes… Ce numéro spécial dégustations primeurs du millésime 2021 arrive le 18 mai à 20h10 sur France 3 NOA. Vous aurez la primeur des analyses pertinentes de Jacques Dupont, Yves Beck et Jean-Marc Quarin, mais aussi celle de nombreux dégustateurs, importateurs, vignerons et de Ronan Laborde, président de l’UGCB. Un très joli numéro de haute tenue réalisé par JPS avec Alex Berne. Yep.

José Rodrigues-Lalande et sa fille Léa du château Pont Saint Martin en Pessac-Léognan © JPS

Durant cette semaine, les dégustateurs ont l’embarras du choix… Par où commencer, Bordeaux est tellement vaste. En ce lundi 25 avril, il faut bien se décider. Côté châteaux vous emmène tout d’abord en Pessac-Léognan au château Latour-Martillac…

Dans ce chai de dégustation, on y croise déjà 2 Champenois Olivier Gayet et son frère Jérôme, heureux d’être de retour pour ce bel événement : « nous cela fait plusieurs années qu’on n’a pas pu en profiter, et en plus on découvre un château méconnu, et en plus on a le beau temps qui est avec nous dans un endroit chaleureux, il n’y a pas trop de monde c’est bien distancé, tout est au rendez-vous pour passer un bon moment… »

Les champenois sont venus déguster ce millésime 2021 © JPS

Les champenois sont venus déguster ce millésime 2021 © JPSJérôme Gayet : « c’est un très bon millésime, nous on vient de commencer la dégustation mais c’est très prometteur… », « oui on a une belle fraîcheur, un bel arôme sur les fruits, je pense qu’un grand millésime se prépare… » renchérit son frère.

Pour Thimothée Bouffard, célèbre courtier en vins de la place de Bordeaux : « C’est un millésime remarquable sur tout point de vue, nous avons des vins de bonne qualité grâce essentiellement au cabernet quand même, pour ceux qui ont pu attendre la maturité optimale nous avons de très très bons vins…et je me régale, je suis en très de goûter tous les blancs c’est remarquable… »

Richard Bampfield, une analyse so British © JPS

Pour Richard Bampfield, dégustateur indépendant : « je viens d’Angleterre, on savoure vraiment le rouge, il se boit facilement, il est frais, il est aussi très fruité… Je le trouve beaucoup plus léger que les millésimes précédents, mais je crois que c’était attendu…C’est vraiment un millésime très agréable qu’on nous propose durant les primeurs, d’abord parce qu’il est facile à boire, il y a une grande variété en fonction des domaines notamment pour les rouges… C’est une vraie chance de les découvrir, et maintenant je vaius m’attaquer aux blancs… » Prêt pour les acheter ? « Bien sûr je suis Anglais et toujours fidèle aux Bordeaux… »

« Très beau nez, fin, du floral, un miel très léger… » commente d’emblée Alain Segelle sommelier-conseil et EcriVin pour qui : « c’est ma 37e année, j’ai toujours été un fervent des primeurs, j’ai une belle clientèle qui me suit… Plusieurs de mes références seront manquantes cette année notamment à cause du gel et du mildiou. Ce qu’on goûte là est très très joli, les blancs sont magnifiques. Ceux qui vont jouer sur l’assemblage, sur le travail au chai devraient faire de très jolis vins… »

Pour José Rodrigues-Lalande, ingénieur onologue propriétaire des châteaux Pont-Saint-Martin et Roche-Lalande en Pessac-Léognan : « c’est un très beau millésime, difficile en 2021, mais je pense qu’ici la plupart des viticulteurs ont réussi à extraire le fruit, le peu de fruit qu’il y avait mais joli et comme on a eu des rendement un peu faibles, on a quand même une belle extraction; ce sont des vins qui vont être assez puissants, limités en volume mais de très grande qualité… »

Les vignerons de Pessac Léognan au H14, alors que leurs frères, pères, cousins tenaient aussi le crachoir à Latour-Martillac © JPS

Confirmation auprès de Jacques Lurton, le tout nouveau Président du Syndicat Viticole des Vins de Pessac-Léognan : « absolument un millésime de vigneron mais avant tout un millésime de terroir, puisque ce sont les meilleures parcelles qui se sont révélées cette année dans un millésime un peu frais, un peu compliqué, et effectivement un millésime de vigneron à cause de la gelée on n’a pas bénéficié de l’ensemble du potentiel de nos raisins et on a été obligé de travailler avec tout ce que nous avons pu récolter… »

Jacques Lurton et la famille Peyrout propriétaire du château Laffargue © JPS

Effectivement, cela devient dur à Bordeaux avec ces aléas climatiques et aussi ce réchauffement avec la pousse de la vigne qui l’an dernier a eu 15 joursà 3 semaines d’avance, et puis encore cette année sur le millésime 2022 : « oui, mais heureusement cette année la vigne n’avait pas d’avance car on a eu un très bel hiver, il y a eu une belle dormance, la vigne a commencé à se développer tout début avril…Et quand est arrivée la gelée début avril il y avait très peu de bourgeons sortis, d’une façon générale ici les gens ont perdu entre 5 et 10% et ce n’est pas le drame que nous avons subi l’an dernier. »

Ces primeurs sont un grand show, est-ce que cela se joue sur quelques marques ou d’autres vignerons peuvent en profiter ? « Cela crée un phénomène d’entraînement, il y a d’autres gens qui en bénéficient un petit peu, mais moi qui ai un pied dans l’Entre-deux-Mers, je peux vous dire qu’il y a certaines régions de Bordeaux qui n’ont rien à voir avec les primeurs…Il n’en bénéficient pas (directement) mais ils bénéficient de la notoriété que cela attire à Bordeaux car grâce aux primeurs nous attirons le regard des acheteurs du monde entier, qui viennent à Bordeaux et portent un intérêt sur notre région…. »

Jacques Dupont dégustant le 2021 à Château Montrose © JPS

Focus sur la tournée de Jacques Dupont, journaliste du Point dans le Médoc, accompagné d’ERic Beaumard directeur du Cinq du Georges V  à Paris. POur Jacques Dupont :  C’est un millésime très différent des millésimes solaires qu’on a connu en 2018, 19 et 20… », commente Jacques Dupont.  « C’est un millésime plus frais, et en plus avec une météo compliquée à gérer, on est sur des vins beaucoup plus légers, plus tendres que les 3 précédents… »

Au Château Montrose avec les équipes du château et de Tronquoy Lalande © JPS

La climatologie de 2021 a été très particulière avec un fort épisode de gel du 6 au 8 avril sur le bordelais, un peu moins sur ces terroirs du Médoc visités ce matin, et plus de 200 millimètres de pluie tombés en juin (entraînant du mildiou), un millésime qu’il ne fallait d’abord pas louper à la vigne.

Dégustation à Cos avec le propriétaire Michel Reybier © JPS

« On a eu la chance de ne pas avoir de gel, de traiter en temps et en heure les vignes…. », commente Michel Reybier propriétaire du château Cos d’Estournel. « Et à la sortie, on a un millésime qui est rempli d’équilibre, qui a des tanins et une qualité qu’on n’avait pas vue depuis quelques années et qui va être pour moi un millésime extrêmement bordelais et qui va se garder dans le temps… »

« Le timbre est extrêmement dynamique avec des vins moins fort en alcool, qui nous permettent d’associer des vins et des mets beaucoup plus facilement et avec un éclat de fruit exceptionnel. L’intérêt c’est surtout la diversité des climats et des millésimes, ce qui fait que c’est unique pour cela… », selon Eric Beaumard directeur du Cinq.

« C’est la fashion week du vin, tout le monde est là, tous les grands dégustateurs, tous les grands critiques, et il faut que nos vins plaisent, il faut montrer le style de l’année et c’est bien entendu un enjeu économique il faut que le vin se vende et dans 4 0 5 mois on a un nouveau millésime qui arrive », selon Philippe Castéja Président du Conseil des Crus Classés en 1855.

Jean-Marc Quarin, critique en vins de Bordeaux, au Hangar 14 © JPS

Le deuxième énorme spot de la dégustation de ces primeurs est bien sûr le Hangar 14 sur les quais de Bordeaux avec le grand rendez-vous de l’Union des Grands Crus qui organise la Semaine des Primeurs. Nous y retrouvons Jean-Marc Quarin, dégustateur indépendant des vins de Bordeaux : « j’en ai déjà goûté entre 250 et 300, je viens ce matin pour vérifier certaines choses puisque je goûte à peu près 2 ou 3 fois et j’aime bien vérifier… Et avec quelques belles surprises : « ce qui est étonnant, c’est de voir des notes de dégustations aussi hautes alors que les conditions climatiques ne laissaient pas espérer cela. C’est la bonne surprise, après c’est un millésime hétérogène, mais le plus important c’est de dire que la dégustation nous donne une photo de cette année qui n’est pas tout-à-fait en correspondance avec ce qu’on pouvait craindre… Et il y a des résultats qu’on ne pouvait pas prévoir de mon point de vue aussi hauts… »

Et de déambuler dans les allées, entre les différents villages et AOC viticoles Margaux, Saint-Estèphe, Pauillac…. Et de s’arrêter par exemple en Saint-Julien au château Gruaud-Larose… « Toutes les couleurs cette année sont belles, le plus important ce sera la fraîcheur du nez et la pureté du nez… Là c’est très délicat, assez intense, très subtil, c’est un millésime très aromatique et après en bouche, j’essaie de voir ce qui se passe à l’entrée, au milieu, très important cette année car les conditions climatiques n’ont pas généré tout le temps un milieu de bouche, là c’est la qualité des assembleurs c’est leur boulot et après c’est la finale… On constate cette année une volonté dans le Médoc de mettre un peu plus de cabernet sauvignon que d’habitude… Bordeaux redécouvre cette année des millésimes avec des petits degrés d’alcool, mais avec un savoir faire acquis sur plus de 10 ans… « 

Jean-Marc Quarin, critique indépendant, et Edouard Miailhe du Château Siran © JPS

Petit arrêt chez château Siran que Jean-Marc Quarin qualifie d' »outsider » : « beaucoup de fruit, un moelleux délicat, pas de tannins, du parfum qui reste c’est ça aussi la caractéristique du millésime… » « Un millésime classique, comme on faisait dans le passé,  très cabernet, très petit verdot, en recherchant la délicatesse et le fruit… », commente Edouard Miaihle du château Siran.

Puis dégustation de Jean-Marc Quarin à château Angludet : « un vin dont le goût est supérieur à ce que l’étiquette laisse paraître, ici pas de classement, mais en appellation Margaux, il ont décidé de ne pas gonfler le vin, tout dans la finesse… » Daisy Sichel, directrice communication et marketing du château Angludet : « on a réussi à faire un vin dont on est très très fier, on a tenu bon, jusqu’au bout, après le gel à répétition et la pression mildiou assez intense…et des vendanges très compliquées et très tardives.. »

Vous pourrez voir aussi dans ce magazine qu’à Bordeaux il y a aussi des vignerons qui se défendent en dehors des crus classés et même des appellations avec des vins sans Indication Géographique, des vins de France : lire ou relire ici « Bordeaux : ces vignerons qui ont une patte et s’éclatent en vins de France »

Ronan Laborde président de l’UGCB avec Miguel Aguirre du château La Tour Blanche © JPS

Et d’avoir l’expertise de Ronan Laborde, le président de l’Union des Grands Crus depuis le Hangar 14 derrière ces fabuleuses lettres illuminées de primeurs : « c’est l’édition des retrouvailles ! Les 2 dernières éditions des primeurs ont eu lieu de façon déployée, dans le monde entier, dans chaque grande métropole on avait organisé des sessions de dégustation, parfois on envoyait des services de dégustation, et après 3 ans d’absence c’est le retour à Bordeaux… »

On est agréablement surpris par la fréquentation : plus de 5000 personnes enregistrées de plus de 70 nationalités, plus d’étrangers que d’habitude, sensiblement plus d’américains, plus d’anglais et d’européens, un peu moins de français, et moins d’asiatiques, 500 manquent à l’appel, on espère les retrouver très prochainement », Ronan Laborde président de l’UGCB.

« Il y a un engouement, beaucoup d’intérêt, on verra l’état d’esprit de nos clients à l’issue de cette semaine mais déjà les retrouvailles et les sourires sont très agréables. « 

Daisy Sichel du château Angludet avec JM Quarin © JPS

Quand au sytème des primeurs va-t-il perdurer ? « La réponse, on l’a eue il y a deux ans, la période covid nous a amené à faire une introspection, à réfléchir, sur beaucoup de sujets, commerciaux, primeurs, environnementaux, et les réponses on les a… On a eu une campagne 2019 qui a été stratosphérique, avec de belles valorisations, confirmées par la campagne primeurs 2020, et aujourd’hui on voit avec ce millésime 2021 il y a énormément d’intérêt…donc oui la majorité des grands crus sont engagés fidèlement dans ce système des primeurs…. »

Malgré l’absence de Robert Parker qui a marqué ces primeurs durant des années, il y a désormais une multitudes de dégusateurs : « je crois qu’il faut que toutes les sensibilités puissent s’exprimer, un vin c’est comme une oeuvre d’art, on aime on peut moins aimer il y a des choses objectives, d’autres subjectives, aujourd’hui on a la chance d’avoir une grande richesse au sein de la critique, avec une influence internationale ou un peu plus locale…mais nous on aime s’enrichir de tout cela… »

A voir aussi le reportage sur une autre institution à Bordeaux qui fête actuellement ses 150 ans : la Maison LILLET / 150 ans de Lillet à Podensac : « c’est une recette fabuleuse qui perdure… » made in Gironde

Du monde aussi à château Pavie dont pas mal d’étrangers ©JPS

La dernière partie de Côté Châteaux vous transporte rive droite à Saint-Emilion avec des importateurs venus du monde entier en avion et en bus jusqu’aux propriétés comme ici à château Pavie, 1er cru classé A de Saint-Emilion…

« Oui c’est important, c’est la première fois pour moi en 4 ans, qu’on peut revenir déguster le nouveau millésime et en plus avec le beau temps au rendez-vous… », témoigne Lee Crymble, importateur britannique… Quant à savoir comment il joue ce 2021 ? « C’est plutôt une bonne surprise jusqu’à présent… Là, c’est encore un peu tôt pour se faire une opinion, il reste encore toute la semaine… »

Parmi les invités de marque, Yves Beck, the Bechustator, accueilli par Angélique Perse-Da Costa… » C’est Taritol, le directeur commercial de YvesBeck.Wine… Il me suit partout, quand je déguste mal il grogne…mais ça va là pour l’instant il est content… »

Et comment trouve-t-il Yves Beck ces 6 vins des propriétés présentés par la famille Perse : « c’est totalement différent des 3 millésimes précédents , c’est peut-être un retour aux sources, il tombe bien ce millésime finalement…On est sur des profils plus élancés, plus tendus, plus frais,  sur des alcools plus bas, en fait il a tout fait ce que les marchés demandent…On peut se dire que c’est sympa, il y a des structures acides qui vont mener ce millésime très loin…Avec une colonne vertébrale de ce type, on n’a vraiment pas de souci à se faire quant aux capacités de vieillissement. Les gens décident eux-mêmes quand ils veulent boire le vin…Et ils ont bien raison. Ils auront beaucoup de plaisir dans 10 ans et leurs petits-enfants dans 30ans…

On a des tannins qui arrivent rapidement, ils sont serrés, mais ils sont veloutés, les résultats sont franchement convaincants…. »

Yves Beck, le dégustateur suisse qui a su s’imposer comme grand critique ces dernières années © JPS

Quant aux prix ? Il va falloir que ce soit en dessous des 2018 ? « Je vois mal une baisse de prix dans le contexte actuel… Il y a eu de dégâts de gel… Allez demander à des vignerons qui ont eu 40, 50 à 60% de pertes d’aller baisser les prix, je ne suis pas convaincu qu’ils vont se réjouir à cette idée… Les vins très chers à Bordeaux, il y en a une vingtaine très chers et quelques milliers qui sont compétitifs, très intéressants au niveau prix, c’est peut-être de ceux -là dont il faut parler… tout le monde rêve peut-être de rouler en Ferrari mais finalement il n’y en a pas beaucoup qui en achètent ! »

Un bon mot pour rappeler que rien ne sert de courir…il faut partir à point et que dans les vins, les pépites ne manquent pas du moment où l’on sait les chercher.

Bon choix de vins en primeurs ou en livrables. Carpe Diem. Et n’oubliez pas chers amis épicuriens ce beau numéro réalisé avec mon compère Alexandre Berne à voir le 18 mai à 20h10 sur France 3 NOA.