02 Mai

Un Côté Châteaux Spécial Primeurs le 18 mai sur France 3 NOA

A vos tablettes… Ce numéro spécial dégustations primeurs du millésime 2021 arrive le 18 mai à 20h10 sur France 3 NOA. Vous aurez la primeur des analyses pertinentes de Jacques Dupont, Yves Beck et Jean-Marc Quarin, mais aussi celle de nombreux dégustateurs, importateurs, vignerons et de Ronan Laborde, président de l’UGCB. Un très joli numéro de haute tenue réalisé par JPS avec Alex Berne. Yep.

José Rodrigues-Lalande et sa fille Léa du château Pont Saint Martin en Pessac-Léognan © JPS

Durant cette semaine, les dégustateurs ont l’embarras du choix… Par où commencer, Bordeaux est tellement vaste. En ce lundi 25 avril, il faut bien se décider. Côté châteaux vous emmène tout d’abord en Pessac-Léognan au château Latour-Martillac…

Dans ce chai de dégustation, on y croise déjà 2 Champenois Olivier Gayet et son frère Jérôme, heureux d’être de retour pour ce bel événement : « nous cela fait plusieurs années qu’on n’a pas pu en profiter, et en plus on découvre un château méconnu, et en plus on a le beau temps qui est avec nous dans un endroit chaleureux, il n’y a pas trop de monde c’est bien distancé, tout est au rendez-vous pour passer un bon moment… »

Les champenois sont venus déguster ce millésime 2021 © JPS

Les champenois sont venus déguster ce millésime 2021 © JPSJérôme Gayet : « c’est un très bon millésime, nous on vient de commencer la dégustation mais c’est très prometteur… », « oui on a une belle fraîcheur, un bel arôme sur les fruits, je pense qu’un grand millésime se prépare… » renchérit son frère.

Pour Thimothée Bouffard, célèbre courtier en vins de la place de Bordeaux : « C’est un millésime remarquable sur tout point de vue, nous avons des vins de bonne qualité grâce essentiellement au cabernet quand même, pour ceux qui ont pu attendre la maturité optimale nous avons de très très bons vins…et je me régale, je suis en très de goûter tous les blancs c’est remarquable… »

Richard Bampfield, une analyse so British © JPS

Pour Richard Bampfield, dégustateur indépendant : « je viens d’Angleterre, on savoure vraiment le rouge, il se boit facilement, il est frais, il est aussi très fruité… Je le trouve beaucoup plus léger que les millésimes précédents, mais je crois que c’était attendu…C’est vraiment un millésime très agréable qu’on nous propose durant les primeurs, d’abord parce qu’il est facile à boire, il y a une grande variété en fonction des domaines notamment pour les rouges… C’est une vraie chance de les découvrir, et maintenant je vaius m’attaquer aux blancs… » Prêt pour les acheter ? « Bien sûr je suis Anglais et toujours fidèle aux Bordeaux… »

« Très beau nez, fin, du floral, un miel très léger… » commente d’emblée Alain Segelle sommelier-conseil et EcriVin pour qui : « c’est ma 37e année, j’ai toujours été un fervent des primeurs, j’ai une belle clientèle qui me suit… Plusieurs de mes références seront manquantes cette année notamment à cause du gel et du mildiou. Ce qu’on goûte là est très très joli, les blancs sont magnifiques. Ceux qui vont jouer sur l’assemblage, sur le travail au chai devraient faire de très jolis vins… »

Pour José Rodrigues-Lalande, ingénieur onologue propriétaire des châteaux Pont-Saint-Martin et Roche-Lalande en Pessac-Léognan : « c’est un très beau millésime, difficile en 2021, mais je pense qu’ici la plupart des viticulteurs ont réussi à extraire le fruit, le peu de fruit qu’il y avait mais joli et comme on a eu des rendement un peu faibles, on a quand même une belle extraction; ce sont des vins qui vont être assez puissants, limités en volume mais de très grande qualité… »

Les vignerons de Pessac Léognan au H14, alors que leurs frères, pères, cousins tenaient aussi le crachoir à Latour-Martillac © JPS

Confirmation auprès de Jacques Lurton, le tout nouveau Président du Syndicat Viticole des Vins de Pessac-Léognan : « absolument un millésime de vigneron mais avant tout un millésime de terroir, puisque ce sont les meilleures parcelles qui se sont révélées cette année dans un millésime un peu frais, un peu compliqué, et effectivement un millésime de vigneron à cause de la gelée on n’a pas bénéficié de l’ensemble du potentiel de nos raisins et on a été obligé de travailler avec tout ce que nous avons pu récolter… »

Jacques Lurton et la famille Peyrout propriétaire du château Laffargue © JPS

Effectivement, cela devient dur à Bordeaux avec ces aléas climatiques et aussi ce réchauffement avec la pousse de la vigne qui l’an dernier a eu 15 joursà 3 semaines d’avance, et puis encore cette année sur le millésime 2022 : « oui, mais heureusement cette année la vigne n’avait pas d’avance car on a eu un très bel hiver, il y a eu une belle dormance, la vigne a commencé à se développer tout début avril…Et quand est arrivée la gelée début avril il y avait très peu de bourgeons sortis, d’une façon générale ici les gens ont perdu entre 5 et 10% et ce n’est pas le drame que nous avons subi l’an dernier. »

Ces primeurs sont un grand show, est-ce que cela se joue sur quelques marques ou d’autres vignerons peuvent en profiter ? « Cela crée un phénomène d’entraînement, il y a d’autres gens qui en bénéficient un petit peu, mais moi qui ai un pied dans l’Entre-deux-Mers, je peux vous dire qu’il y a certaines régions de Bordeaux qui n’ont rien à voir avec les primeurs…Il n’en bénéficient pas (directement) mais ils bénéficient de la notoriété que cela attire à Bordeaux car grâce aux primeurs nous attirons le regard des acheteurs du monde entier, qui viennent à Bordeaux et portent un intérêt sur notre région…. »

Jacques Dupont dégustant le 2021 à Château Montrose © JPS

Focus sur la tournée de Jacques Dupont, journaliste du Point dans le Médoc, accompagné d’ERic Beaumard directeur du Cinq du Georges V  à Paris. POur Jacques Dupont :  C’est un millésime très différent des millésimes solaires qu’on a connu en 2018, 19 et 20… », commente Jacques Dupont.  « C’est un millésime plus frais, et en plus avec une météo compliquée à gérer, on est sur des vins beaucoup plus légers, plus tendres que les 3 précédents… »

Au Château Montrose avec les équipes du château et de Tronquoy Lalande © JPS

La climatologie de 2021 a été très particulière avec un fort épisode de gel du 6 au 8 avril sur le bordelais, un peu moins sur ces terroirs du Médoc visités ce matin, et plus de 200 millimètres de pluie tombés en juin (entraînant du mildiou), un millésime qu’il ne fallait d’abord pas louper à la vigne.

Dégustation à Cos avec le propriétaire Michel Reybier © JPS

« On a eu la chance de ne pas avoir de gel, de traiter en temps et en heure les vignes…. », commente Michel Reybier propriétaire du château Cos d’Estournel. « Et à la sortie, on a un millésime qui est rempli d’équilibre, qui a des tanins et une qualité qu’on n’avait pas vue depuis quelques années et qui va être pour moi un millésime extrêmement bordelais et qui va se garder dans le temps… »

« Le timbre est extrêmement dynamique avec des vins moins fort en alcool, qui nous permettent d’associer des vins et des mets beaucoup plus facilement et avec un éclat de fruit exceptionnel. L’intérêt c’est surtout la diversité des climats et des millésimes, ce qui fait que c’est unique pour cela… », selon Eric Beaumard directeur du Cinq.

« C’est la fashion week du vin, tout le monde est là, tous les grands dégustateurs, tous les grands critiques, et il faut que nos vins plaisent, il faut montrer le style de l’année et c’est bien entendu un enjeu économique il faut que le vin se vende et dans 4 0 5 mois on a un nouveau millésime qui arrive », selon Philippe Castéja Président du Conseil des Crus Classés en 1855.

Jean-Marc Quarin, critique en vins de Bordeaux, au Hangar 14 © JPS

Le deuxième énorme spot de la dégustation de ces primeurs est bien sûr le Hangar 14 sur les quais de Bordeaux avec le grand rendez-vous de l’Union des Grands Crus qui organise la Semaine des Primeurs. Nous y retrouvons Jean-Marc Quarin, dégustateur indépendant des vins de Bordeaux : « j’en ai déjà goûté entre 250 et 300, je viens ce matin pour vérifier certaines choses puisque je goûte à peu près 2 ou 3 fois et j’aime bien vérifier… Et avec quelques belles surprises : « ce qui est étonnant, c’est de voir des notes de dégustations aussi hautes alors que les conditions climatiques ne laissaient pas espérer cela. C’est la bonne surprise, après c’est un millésime hétérogène, mais le plus important c’est de dire que la dégustation nous donne une photo de cette année qui n’est pas tout-à-fait en correspondance avec ce qu’on pouvait craindre… Et il y a des résultats qu’on ne pouvait pas prévoir de mon point de vue aussi hauts… »

Et de déambuler dans les allées, entre les différents villages et AOC viticoles Margaux, Saint-Estèphe, Pauillac…. Et de s’arrêter par exemple en Saint-Julien au château Gruaud-Larose… « Toutes les couleurs cette année sont belles, le plus important ce sera la fraîcheur du nez et la pureté du nez… Là c’est très délicat, assez intense, très subtil, c’est un millésime très aromatique et après en bouche, j’essaie de voir ce qui se passe à l’entrée, au milieu, très important cette année car les conditions climatiques n’ont pas généré tout le temps un milieu de bouche, là c’est la qualité des assembleurs c’est leur boulot et après c’est la finale… On constate cette année une volonté dans le Médoc de mettre un peu plus de cabernet sauvignon que d’habitude… Bordeaux redécouvre cette année des millésimes avec des petits degrés d’alcool, mais avec un savoir faire acquis sur plus de 10 ans… « 

Jean-Marc Quarin, critique indépendant, et Edouard Miailhe du Château Siran © JPS

Petit arrêt chez château Siran que Jean-Marc Quarin qualifie d' »outsider » : « beaucoup de fruit, un moelleux délicat, pas de tannins, du parfum qui reste c’est ça aussi la caractéristique du millésime… » « Un millésime classique, comme on faisait dans le passé,  très cabernet, très petit verdot, en recherchant la délicatesse et le fruit… », commente Edouard Miaihle du château Siran.

Puis dégustation de Jean-Marc Quarin à château Angludet : « un vin dont le goût est supérieur à ce que l’étiquette laisse paraître, ici pas de classement, mais en appellation Margaux, il ont décidé de ne pas gonfler le vin, tout dans la finesse… » Daisy Sichel, directrice communication et marketing du château Angludet : « on a réussi à faire un vin dont on est très très fier, on a tenu bon, jusqu’au bout, après le gel à répétition et la pression mildiou assez intense…et des vendanges très compliquées et très tardives.. »

Vous pourrez voir aussi dans ce magazine qu’à Bordeaux il y a aussi des vignerons qui se défendent en dehors des crus classés et même des appellations avec des vins sans Indication Géographique, des vins de France : lire ou relire ici « Bordeaux : ces vignerons qui ont une patte et s’éclatent en vins de France »

Ronan Laborde président de l’UGCB avec Miguel Aguirre du château La Tour Blanche © JPS

Et d’avoir l’expertise de Ronan Laborde, le président de l’Union des Grands Crus depuis le Hangar 14 derrière ces fabuleuses lettres illuminées de primeurs : « c’est l’édition des retrouvailles ! Les 2 dernières éditions des primeurs ont eu lieu de façon déployée, dans le monde entier, dans chaque grande métropole on avait organisé des sessions de dégustation, parfois on envoyait des services de dégustation, et après 3 ans d’absence c’est le retour à Bordeaux… »

On est agréablement surpris par la fréquentation : plus de 5000 personnes enregistrées de plus de 70 nationalités, plus d’étrangers que d’habitude, sensiblement plus d’américains, plus d’anglais et d’européens, un peu moins de français, et moins d’asiatiques, 500 manquent à l’appel, on espère les retrouver très prochainement », Ronan Laborde président de l’UGCB.

« Il y a un engouement, beaucoup d’intérêt, on verra l’état d’esprit de nos clients à l’issue de cette semaine mais déjà les retrouvailles et les sourires sont très agréables. « 

Daisy Sichel du château Angludet avec JM Quarin © JPS

Quand au sytème des primeurs va-t-il perdurer ? « La réponse, on l’a eue il y a deux ans, la période covid nous a amené à faire une introspection, à réfléchir, sur beaucoup de sujets, commerciaux, primeurs, environnementaux, et les réponses on les a… On a eu une campagne 2019 qui a été stratosphérique, avec de belles valorisations, confirmées par la campagne primeurs 2020, et aujourd’hui on voit avec ce millésime 2021 il y a énormément d’intérêt…donc oui la majorité des grands crus sont engagés fidèlement dans ce système des primeurs…. »

Malgré l’absence de Robert Parker qui a marqué ces primeurs durant des années, il y a désormais une multitudes de dégusateurs : « je crois qu’il faut que toutes les sensibilités puissent s’exprimer, un vin c’est comme une oeuvre d’art, on aime on peut moins aimer il y a des choses objectives, d’autres subjectives, aujourd’hui on a la chance d’avoir une grande richesse au sein de la critique, avec une influence internationale ou un peu plus locale…mais nous on aime s’enrichir de tout cela… »

A voir aussi le reportage sur une autre institution à Bordeaux qui fête actuellement ses 150 ans : la Maison LILLET / 150 ans de Lillet à Podensac : « c’est une recette fabuleuse qui perdure… » made in Gironde

Du monde aussi à château Pavie dont pas mal d’étrangers ©JPS

La dernière partie de Côté Châteaux vous transporte rive droite à Saint-Emilion avec des importateurs venus du monde entier en avion et en bus jusqu’aux propriétés comme ici à château Pavie, 1er cru classé A de Saint-Emilion…

« Oui c’est important, c’est la première fois pour moi en 4 ans, qu’on peut revenir déguster le nouveau millésime et en plus avec le beau temps au rendez-vous… », témoigne Lee Crymble, importateur britannique… Quant à savoir comment il joue ce 2021 ? « C’est plutôt une bonne surprise jusqu’à présent… Là, c’est encore un peu tôt pour se faire une opinion, il reste encore toute la semaine… »

Parmi les invités de marque, Yves Beck, the Bechustator, accueilli par Angélique Perse-Da Costa… » C’est Taritol, le directeur commercial de YvesBeck.Wine… Il me suit partout, quand je déguste mal il grogne…mais ça va là pour l’instant il est content… »

Et comment trouve-t-il Yves Beck ces 6 vins des propriétés présentés par la famille Perse : « c’est totalement différent des 3 millésimes précédents , c’est peut-être un retour aux sources, il tombe bien ce millésime finalement…On est sur des profils plus élancés, plus tendus, plus frais,  sur des alcools plus bas, en fait il a tout fait ce que les marchés demandent…On peut se dire que c’est sympa, il y a des structures acides qui vont mener ce millésime très loin…Avec une colonne vertébrale de ce type, on n’a vraiment pas de souci à se faire quant aux capacités de vieillissement. Les gens décident eux-mêmes quand ils veulent boire le vin…Et ils ont bien raison. Ils auront beaucoup de plaisir dans 10 ans et leurs petits-enfants dans 30ans…

On a des tannins qui arrivent rapidement, ils sont serrés, mais ils sont veloutés, les résultats sont franchement convaincants…. »

Yves Beck, le dégustateur suisse qui a su s’imposer comme grand critique ces dernières années © JPS

Quant aux prix ? Il va falloir que ce soit en dessous des 2018 ? « Je vois mal une baisse de prix dans le contexte actuel… Il y a eu de dégâts de gel… Allez demander à des vignerons qui ont eu 40, 50 à 60% de pertes d’aller baisser les prix, je ne suis pas convaincu qu’ils vont se réjouir à cette idée… Les vins très chers à Bordeaux, il y en a une vingtaine très chers et quelques milliers qui sont compétitifs, très intéressants au niveau prix, c’est peut-être de ceux -là dont il faut parler… tout le monde rêve peut-être de rouler en Ferrari mais finalement il n’y en a pas beaucoup qui en achètent ! »

Un bon mot pour rappeler que rien ne sert de courir…il faut partir à point et que dans les vins, les pépites ne manquent pas du moment où l’on sait les chercher.

Bon choix de vins en primeurs ou en livrables. Carpe Diem. Et n’oubliez pas chers amis épicuriens ce beau numéro réalisé avec mon compère Alexandre Berne à voir le 18 mai à 20h10 sur France 3 NOA.