20 Fév

Viticulture: Cognac en guerre contre la « dérégulation »

Les viticulteurs de Cognac ont dénoncé la semaine dernière à Paris les « vautours » de la « dérégulation » accusés de détourner le système des autorisations de plantation dans leur vignoble, et de « déstabiliser » l’équilibre de leur prospère filière.

Photo tirée de la pétition lance sur change.org

Photo tirée de la pétition lance sur © change.org : « Dérégulation du vignoble de Cognac : la viticulture dit STOP »

« Nous sommes victimes de transferts de vignobles venant d’autres régions de France », permis grâce à un vide juridique dans les nouvelles réglementations européennes sur les plantations de vignoble, a dit Stephane Roy, le président de l’Union générale des viticulteurs (UGVC) pour l’AOC Cognac lors d’une conférence de presse à Paris.

L’UGCV a lancé une pétition sur change.org pour demander au gouvernement d’agir vite afin de renforcer d’urgence la régulation du secteur, le temps de négocier un nouvel accord avec Bruxelles.

Quelque 30 à 40 viticulteurs « opportunistes » sur les quelque 4.400 que compte la zone, ont en effet profité d’un vide juridique pour obtenir des droits à plantation portant sur 300 nouveaux hectares de vigne. Ils ont pour cela utilisé des transferts de droits à plantation, en achetant au préalable des vignobles dans d’autres régions françaises, en général moins riches que celle de Cognac, ou en crise, comme celle du Muscadet ou du Roussillon. Ils ont ensuite arraché ces vignes, pour générer des droits de plantation, qu’ils ont transférés dans le Cognac. Une pratique légale, mais qui porte aussi atteinte à l’image de Cognac, pouvant dès lors être accusé de « dépecer » les autres vignobles français.

« Nous connaissons les noms, mais ne les rendons pas publics » a dit M. Roy. « La colère est très forte sur le terrain, il s’agit d’une politique de déstabilisation de la filière » a ajouté M. Roy.

Au total, Cognac compte quelque 75.000 hectares de vigne et la profession veille jalousement à la limitation de l’extension de son vignoble. La filière est organisée historiquement autour d’une co-gestion très fine entre producteurs et négociants, de ses potentiels de production pour maintenir une rentabilité , optimale à ses acteurs.

« Nous nous mettons d’accord chaque année sur les surfaces plantées et le rendement en hectolitres de vin, qui définit le volume d’alcool pur obtenu », précise Alexandre Imbert, de l’UGCV.

Du coup, cette guerre fratricide au sein du cognac relève presque d’un enjeu de « sécurité publique », certains viticulteurs qui respectent les limitations de plantations souhaitant en découdre avec ceux qu’ils qualifient de « vautours », dit Christophe Forget, administrateur de la CNAOC, qui regroupe l’ensemble des syndicats viticoles
d’AOC français.

La presse locale a d’ailleurs rapporté des manifestations de Jeunes Agriculteurs pour dénoncer les « vautours » en mettant des panneaux « ici niche un vautour » devant leurs domiciles.

« Nous sommes solidaires des actions pour désigner les « vautours » au public afin d’alerter l’opinion et de la mobiliser » a déclaré M. Roy, qui semble néanmoins inquiet de la tournure que prennent les événements et de la tension. « Nous avons été interpellés par les Renseignements généraux et la gendarmerie », a ajouté M. Forget.

Après une année 2015 déjà favorable, les expéditions de Cognac ont continué leur ascension en 2016 avec une croissance de 6% en volume et de 6,8% en valeur, selon le Bureau national interprofessionnel du Cognac. Le chiffre d’affaires départ Cognac s’élevait l’an dernier à 2,76 milliards d’euros.

A elle seule, la filière, à cheval sur deux département (Charentes et Charentes Maritimes) représente plus de 20% des exportations de vins et spiritueux français. Selon M. Roy, la rentabilité d’une exploitation moyenne de cognac, juste après la distillation, est estimée entre 15 et 20%, variable selon les crus et l’âge de l’eau de vie.

AFP

A l’aube du salon de l’agriculture, la triste disparition de Xavier Beulin, le président de la FNSEA

C’est une bien triste nouvelle tombée hier soir. Le Président de la FNSEA est décédé. Une disparition brutale de Xavier Beulin, apprécié par ses adhérents et bon nombre d’interlocuteurs politiques dont le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine qui n’a pas tardé à réagir, ainsi qu’Alain Juppé, le maire de Bordeaux. 

L'annonce par France Info sur Tweeter

L’annonce par France Info sur Tweeter

« J’apprends avec une immense tristesse la disparition de Xavier Beulin avec lequel j’avais noué des relations de travail très productives, «  commente Alain Rousset.

rousset_1« Il représentait un syndicat majeur de l’agriculture française qui s’implique, au même titre que les autres syndicats, dans la co-construction des politiques publiques agricoles aussi bien nationales que régionales ».

« Son absence au Salon international de l’Agriculture à Paris se fera bien entendu sentir. Grand défenseur de l’agriculture française, c’est une lourde perte pour le syndicalisme et la défense des exploitants agricoles. »

CaptureLe Président Hollande a parlé d’une « perte majeure pour la France », ajoutant « Xavier Beulin était convaincu du rôle majeur de la recherche et de l’innovation. Et il avait investi les organisations dont il avait la charge dans la préparation de la Conférence sur le climat  qui a débouché sur les accords de Paris de décembre 2015. »

19 Fév

Chrono-viti : +300 % d’expéditions entre 2014 et 2016

La solution logistique pour l’envoi de bouteilles de vin en France et à l’international, initiée d’un partenariat entre Chronopost  et Bordeaux City Bond, affiche une bonne santé. ChronoViti devrait dépasser cette année les 100.000 expéditions.

ChronoViti lors du lancement en 2014 à Bordeaux Vinipro © Jean-Pierre Stahl

ChronoViti lors du lancement en 2014 à Bordeaux Vinipro © Jean-Pierre Stahl

Lancée il y a 3 ans, au moment de Bordeaux Vinipro, Chronoviti Bordeaux Gironde affiche aujourd’hui une belle réussite : c’est une solution unique, une offre complète, incluant le stockage, la préparation et l’expédition de bouteilles de vin, en France, et dans plus de 230 pays en Europe et dans le monde. 

UN BILAN POSITIF EN CHIFFRES

  • 834 clients en France, dont les activités sont représentées chez les producteurs de la vigne, négociants, cavistes et e-commerçants.
  • le national conserve une part importante des flux (70%),
  • 30% des envois sont réalisés à l’international, vers 6 grandes destinations : le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique, les Etats-Unis, la Chine et la Suède.
  • Les expéditions au global ont crû de plus de 300% entre 2014 et 2016, passant de 22 600 à 90 000 colis.
  • L’international représente quant à lui, 18 000 envois en 2016.
  • ChronoViti devrait dépasser cette année les 100.000 expéditions

Le succès de cette offre, c’est d’avoir une offre globale: stockage, préparation de la commande, expédition (…) avec un emballage spécifique pour un réseau de transport express »  dans 230 pays qui ont des réglementations douanières spécifiques,Frédéric Bernard, directeur marketing et communication de Chronopost.

EN CONSTANTE EVOLUTION

Les clients Chronoviti Bordeaux Gironde peuvent bénéficier de nouvelles solutions Chronopost :

  • La livraison sur rendez-vous*, à domicile, sur un créneau horaire de 2h choisi par le destinataire entre 8h et 22h, (* dans 13 villes en France)
  • Predict, permettant d’être informé de sa livraison, sur un créneau horaire d‘1 heure, de géolocaliser son colis en temps réel et de reprogrammer sa livraison si besoin
  • Ainsi que la livraison dans le réseau des 22 000 points relais Pickup en Europe.

APAPTE A L’OENOTOURISME

Particulièrement adaptée à l’œnotourisme, Chronoviti Bordeaux Gironde permet aux professionnels viticoles girondins d’envoyer leur vin en toute sécurité.  Bordeaux City Bond (BCB) prend en charge, le stockage et la conservation des vins dans un espace de 3000 m2, entièrement sécurisé, doté d’une capacité de stockage de 150 000 caisses (12 bouteilles par caisse), dans la zone industrielle de Blanquefort,. Viennent ensuite la préparation, l’envoi et la réalisation des formalités douanières.
Chronopost assure, quant à lui, la livraison en express, dans des emballages adaptés, à J+1 avant 13h en France, et à J+1 à 8 à l’international. Tarifée « à la bouteille », cette solution inclut le dédouanement des marchandises à l’export et à l’import, une assurance intégrée et un suivi en temps réel à chaque étape.
 
Pour Thomas Hébrard, président et fondateur de U’wine, société de négoce dédiée aux particuliers, Chronoviti a permis de réduire très fortement la durée de transport sans avoir besoin d’intermédiaire: jusqu’à huit jours pour l’étranger et trois jours pour l’Europe, avec une traçabilité et une flexibilité pour envoyer les bouteilles de vin comme pour les recevoir.

A L’AVENIR

Forts de ce succès, la Poste et des CCI prévoient d’étendre cette année cette solution logistique à d’autres régions, notamment dans le Var et en Côte d’Or. Chronopost prévoit prochainement la mise en place de nouveaux emballages « Exa Air », extrêmement résistants, fonctionnant via une technologie de chambres à air indépendantes, connectées et ajustées pour amortir et protéger les produits,
·        Le lancement de l’emballage « 2 bouteilles » en réponse à une demande des négociants pour l’envoi des échantillons notamment en Chine, où les contraintes douanières sont fortes.
·        L’accompagnement des châteaux, avec des solutions sur-mesure (emballages, conseil à l’export, délais express et personnalisés) pour leur permettre de développer leurs ventes directes au domaine.

Avec CCI Bordeaux et AFP

18 Fév

Fusion des caves de Sauveterre-Blasimon et de Baron d’Espiet

Elles ont voté la fusion des 2 caves lors d’une assemblée générale extraordinaire le 16 février, avec effet rétrocatif au 1er septembre 2016. La nouvelle Cave va s’appeler Cave de Sauveterre-Blasimon-Espiet. Original, non ? La signature officielle aura lieu le 6 mars à la Cité du Vin de Bordeaux.

Fusion des caves de ©

Fusion des caves de © Sauveterre-Blasimon et de Baron d’Espiet

UN PARTAGE DE VALEURS COMMUNES

La cave Baron d’Espiet, 85 ans d’histoire et 48 adhérents a décidé de fusionner avec la Cave de Sauveterre-Blasimon, 130 adhérents, pour davantage peser dans le paysage viti-vinicole. A deux, elles vont ainsi produire 220.000 hectolitres par an sur 3.417 hectares de vignes en appellation Bordeaux.

« Nous nous connaissons depuis longtemps à travers notre adhésion à Terre de Vignerons qui commercialise une partie de nos volumes, » commente Alain Duc, Président de la Cave Baron d’Espiet.  « Ce rapprochement s’est présenté à nous comme une évidence, complète Céline Wlostowicer, Présidente de la Cave de Sauveterre-Blasimon.

Leurs objectifs :

  • Permettre aux adhérents de travailler dans les meilleures conditions en rémunérant le mieux possible leurs récoltes.
  • Travailler dans le respect de l’environnement. Une majorité des surfaces de Baron d’Espiet et la quasi-totalité des adhérents de Sauveterre-Blasimon sont sous Agri Confiance®.
  • Mettre la qualité des produits au centre de leur stratégie. Baron d’Espiet a ainsi investi dans une nouvelle cuverie pour 5 millions d’euros tandis que le site de Sauveterre a été équipé d’un nouveau chai dédié aux activités pré-fermentaires pour 7 millions d’euros. »

LE SAVOIR FAIRE AVANT TOUT

Baron d’Espiet, ce sont 70 hectares cultivés en bio, de nouvelles pratiques au vignoble et des démarches éco-responsables engagées sein de la Cave de Sauveterre-Blasimon. Celle-ci se dote actuellement de nouvelles techniques, comme les mesures de vigueur de parcelles par drone.

UN POIDS LOURD AU NIVEAU COMMERCIAL

Avec cette fusion, l’Union de Guyenne, la structure commerciale fondée avec les Vignerons de St Pey-Génissac, devient  le premier metteur en marché de vins de Bordeaux, avec 4 420 hectares et une production qui avoisine 300 000 hectolitres. Cette production sera mise en marché à 20% environ par Terre de Vignerons, le reste via l’Union de Guyenne. « L’objectif est d’exporter 50% des volumes produits contre 30% actuellement, » commente Philippe Cazaux, directeur général de l’Union de Guyenne.

17 Fév

« Week-end à Rome » ? Non, à la Cité du Vin, aux couleurs de l’Italie du 24 au 26 février

Si vous ne savez pas quoi faire durant ces vacances, direction l’Italie à la Cité du Vin de Bordeaux ! Le temps d’un week-end, La Cité du Vin se met aux couleurs d’une région viticole du monde et vous invite au voyage. Dégustations mets & vins, conférences, rencontres, spectacles… autant d’occasions pour découvrir et déguster les richesses culturelles de la région viticole mise à l’honneur.

saintelites-logos fd fonce baseline

DES WEEK-ENDS THEMATIQUES

Après l’Afrique du Sud et l’Autriche, c’est au tour de l’Italie d’être mis à l’honneur du vendredi 24 au dimanche 26 février. Depuis La Cité du Vin, partez à la découverte du patrimoine de la région viticole de Cogliano Valdobbiadene terre du Prosecco supérieur DOCG (Dénomination d’origine contrôlée et garantie).

UNE DEGUSTATION MUSICALE ET SENSORIELLE

C‘est  Frédéric Beneix, sommelier, DJ, producteur qui ouvrira ce week-end le vendredi 24 février à 19 heures par un nouveau Wine4melomanes. Une dégustation musicale et sensorielle orchestrée au sein d’un espace immersif à 360°: les différents types de Prosecco Superiore dégustés s’accorderont avec les musiques diffusées, classiques, jazz ou modernes. Effervescences, jeux d’arômes et saveurs des vins feront écho aux sonorités, aux orchestrations et aux arrangements des morceaux choisis. LV

LE PROSECCO DANS TOUS SES ETATS

Le samedi 25 février à 16h30, Giulia Pussini, responsable événementiel du Conseil des vins de Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore et Jean-Pascal Paubert, Maître sommelier de l’Union De la Sommellerie Française vous feront partir A la découverte du Prosecco superiore. L’occasion de pouvoir déguster différents types de Prosecco Superiore issus des meilleurs terroirs pour découvrir les nuances de ces grands effervescents.

DES PAYSAGES DE REVE

Le samedi 25 février à 18 heures, le paysage sera à l’honneur avec Cogliano Valdobbiadene : une viticulture héroïque, des paysages de rêve. Conférence durant laquelle Diego Tomasi Directeur de la Station de viticulture et d’œnologie de Conegliano et Michele Potocnik, architecte-paysagiste et historien, partageront les secrets des terroirs du Prosecco Superiore et de ses collines sculptées par les vignerons depuis des siècles, pour composer un paysage unique. Un paysage qui a inspiré les plus grands peintres de la Renaissance italienne. Une rencontre animée par Véronique Lemoine, responsable scientifique de La Cité du Vin.

A l’issue de la conférence, une dégustation de cinq vins de Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore DOCG sera proposée par Filippo Taglietti, Responsable Technique du Conseil des vins.

Cet événement est réalisé en partenariat avec le Consorzio Tutela del Vino Conegliano Valdobbiadene Prosecco.

Ce week-end se terminera par un brunch au Latitude20, le samedi 25 février.

De nouveaux investissements dans le Médoc pour Antoine Moueix propriétés

Dernières nouvelles et restructuration du vignoble bordelais : Antoine Moueix propriétés a acquis fin 2016 sept nouveaux châteaux, soit 250 hectares de vignobles dans le Médoc, en crus bourgeois, selon l’AFP qui l’a appris ce vendredi auprès de cette filiale bordelaise d’Advini.

Capture

« Le but, c’est de mener une amélioration qualitative de nos crus bourgeois dans le Médoc. Ca va passer avant tout par une reprise des méthodes de viticulture et quelques investissements techniques, notamment avec le début des travaux cette année d’un nouveau chais et cuvier au château Patache d’Aux », a déclaré à l’AFP la responsable marketing Agathe de Langhe, annonçant aussi des travaux d’aménagement au château Liversan.

Avec ces nouvelles propriétés, toutes en « cru bourgeois », la maison de vin bordelaise d’Advini possède dorénavant 12 propriétés dans les appellations Bordeaux-Bordeaux Supérieur, Saint-Émilion grand cru et en Médoc, ce qui représente 400 hectares de vignes dans le Bordelais. Stéphane Derenoncourt Consultants conseille les principaux châteaux.

Antoine Moueix propriétés, dont le siège est situé au château Capet-Guillier à Saint-Emilion (Gironde), a produit 1,8 million de bouteilles et réalisé 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.
La distribution de ses vins dans plus de 80 pays est gérée par Advini, société regroupant des maisons de vin cotée en Bourse qui possède plus de 2.300 hectares de vignobles, répartis en France, au Chili et en Afrique du Sud.

AFP

16 Fév

Les Vignerons de Tutiac : la belle aventure de la coopérative dans le nord Gironde

Focus sur les vignerons de Tutiac. Des vignerons qui vivent en communauté au sein d’une coopérative depuis 1974. D’une quarantaine de membres à l’origine, ils sont aujourd’hui près de 500 à dynamiser leurs vignobles du Nord-Gironde et visent un développement important dans les années qui viennent.

L'emblème des Vignerons de Tutiac: ce vieux tube Citroën aux couleurs du rosé carrelet de Tutiac © JPS

L’emblème des Vignerons de Tutiac: ce vieux tube Citroën aux couleurs du rosé Carrelet d’Estuaire de Tutiac © JPS

Ce matin-là, à Saint-Palais en Gironde, résonne le bruit des sécateurs électriques. Loïc et Alain Giraudot sont en pleine taille de la vigne. Ils reçoivent aussi la visite de Flavie Grenon, chargée du foncier au sein de la coopérative des vignerons de Tutiac : « Tu a s anticipé un peu la transmission ? »  Alain Giraudot fait partie des viticulteurs girondins de plus de 55 ans qui vont ou ont déjà cédé leur propriété : « Moi, je n’avais rien anticipé du tout, mais quand j’ai su que Loïc était intéressé à reprendre l’exploitation, on a fait en sorte qu’il fasse les études nécessaires », répond Alain Giraudot installé depuis 1980.

Loïc et Alain Giraudot, vignerons à Saint-Palais © JPS

Loïc et Alain Giraudot, vignerons à Saint-Palais © JPS

De 12 hectares en 1980, les Giraudot sont passés à 32 hectares, mais en tout cas ils ont toujours adhéré à la coopérative : « il n’y avait pas de chai à la maison, c’était une exploitation en élevage au départ J’ai repris la vigne derrière mon père et n’ayant pas de chai sur l’exploitation, je me suis mis à la cave ».

C’est en fait la vieille chapelle de Tutiac qui a donné son nom à la coopérative. Celle-ci compte aujourd’hui 4000 hectares de vignes et près de 500 vignerons, sur une zone qui s’étend de Saint-André-de-Cubzac à la limite des Charentes.

Guiraud 028

Ces vignerons ont fait le choix de se regrouper pour mettre en commun leur force, des outils de technologiques et déléguer la partie vinification. C’est ainsi que l’on découvre un immense cuvier, à l’année ce sont 220 000 hectolitres de vins qui sont produits à Marcillac, en AOP Blaye Côtes de Bordeaux, Bordeaux, Bordeaux Supérieur et Côtes de Bourg.

Eric

Eric Hénaud, le dg, dans l’immense cuvier en inox © JPS

Aujourd’hui le groupe emploie 130 personnes et commercialise l’équivalent de 30 millions de bouteilles produites par nos viticulteurs au nord de Bordeaux », Eric Hénaux directeur général des Vignerons de Tutiac.

« La force essentielle de notre coopérative repose sur le fait que nous avons une seule et unique entité présidée par Stéphane Héraud, viticulteur lui-même, et nous avons la chance de maîtriser dans notre groupe à la fois la sélection parcellaire, la conduite du vignoble, la vinification, l’élevage des vins, la mise en bouteille et la commercialisation », poursuit Eric Hénaux. « C’est-à-dire que notre groupe, sous une seule entité, maîtrise toutes les étapes de la production et de la mise en marché de nos vins. »

3000 barriques et bientôt davantage © JPS

3000 barriques et bientôt davantage © JPS

Paul Oui est depuis 5 ans l’oenologue des Vignerons de Tutiac. Il a un peu parcouru la planète, bossant ici pour Constellation au Québec, là en Amérique du Sud ou encore en Australie. « Il a amené une expertise et une expérience variée », commente le directeur. « Nous avions perdu notre oenologue, c’était un drame, tous les viticulteurs étaients super inquiets », il a apporté une nouvelle approche et « une efficacité ».

Aujourd’hui, la part d’élevage en barrique, même au sein de cette coopérative, est de plus en plus importante :

Paul Oui, oenologue depuis 5 ans chez les Vignerons de Tutiac © JPS

Paul Oui, oenologue depuis 5 ans chez les Vignerons de Tutiac © JPS

Nous avons 3000 barriques actuellement et c’est en forte progression. Nous avons comme projet d’agrandir le site de stockage de 3000 m2 en plus » Paul Oui oenologue.

« Depuis plusieurs années, on fait beaucoup de sélections terroirs (des vins de lieux dits). On a beaucoup travaillé pour le négoce bordelais, maintenant on développe beaucoup les marques Tutiac, avec des sélections de parcelles plus spécifiques, avec des vinifications appropriées et des élevages longs en barriques. Sur les blancs, on fait 1000 hectolitres vinifiés en barriques, la fermentation alcoolique se fait en barriques, les vins seront soutirés au printemps. Sur les rouges, il y a plusieurs types d’élevages : des élevages courts de 10 mois, ou des élevages plus longs pour nos lieux-dits par exemple qui peuvent durer jusqu’à 18 mois. »

UBB 078

Cette cave coopérative bénéficie en outre d’une immense boutique où les amateurs seront reçus par Sabrina Hartmann et Karin Sautiran, responsables respectivement de la boutique et de l’oenotourisme.

« L’avantage, c’est qu’on peut toucher tous les consommateurs, tous les porte-feuilles, on va partir d’un vin coeur de marché à 4 € et puis on va monter en gamme à 6 ou 7 €, pour finir à 12€95 avec ce lieu-dit qu’on est en train de goûter… »  explique Christophe Villier, responsable commercial.

La coopérative se fixe comme objectif 25 millions de bouteilles d'ici 5 ans © JPS

La coopérative se fixe comme objectif 25 millions de bouteilles d’ici 5 ans © JPS

Le groupe emploie 130 personnes. Une ligne d’embouteillage et une autre de  bag in box sont à l’oeuvre, jusqu’à 9000 flacons sortent chaque heure et 800000 bag-in-box à l’année.

Ce sont 15 millions de bouteilles qui sortent de cette chaîne à l’année, avec un objectif affiché de 20 à 25 millions d’ici 5 ans.

Les Vignerons de Tutiac essaient de se diversifier, travaillant avec le négoce bordelais, mais aussi de plus en plus avec les particuliers et les restaurateurs. Ils souhaitent développer particulièrement l’export qui ne représente actuellement que 12 % de leurs ventes.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sébastien Delalot, Eric Delwarde, Xavier Granger et Xavier Mansion : 

15 Fév

5e Open Château Piron : les vainqueurs seront invités à la Grande Maison

C’est un rendez-vous, c’est une épreuve. La 5ème édition de l’Open Château Piron aura lieu le 8 avril. Un tournoi de dégustation unique en France, organisé comme un tournoi sportif. Les vainqueurs seront invités à la Grande Maison de Bernard Magrez.

Un nouveau rayonnement pour la Grande Maison © JPS

2  récompenses à gagner au sein de La Grande Maison © JPS

Depuis 2013 ce sont près de 150 équipes qui se sont affrontées au tournoi baptisé Open Piron. Un tournoi envisagé comme une dégustation sportive. Les organisateurs de l’Open Château Piron ont créé un véritable rendez-vous des amateurs et professionnels du vin : il y a des règles comme dans le sport. Equipes, arbitres, temps limité, et même cartons jaunes pour les écarts au règlement : tous les ingrédients sont là. Trouvez des AOC, des cépages ou des millésimes, de toutes les régions de France et vous engrangerez des points.

Qui dit tournoi dit également récompense, cette année pour la 5e édition, le lot est plutôt d’un bon niveau:  des invitations à dîner à la Grande Maison de Bernard Magrez pour les vainqueurs. Le restaurant de Pierre Gagnaire, qui vient d’être récompensé par deux étoiles au Guide Michelin, accueillera également les lauréats du Prix du Jury pour un déjeûner. Celui-ci est attribué à l’équipe ayant fait les meilleures propositions d’accords mets et vins lors des dégustations à l’aveugle.

Le Point Rouge, autre lieu tendance, entre bar àvins, bar à cocktail et restaurant sera la récompense des vainqueurs de deux autres classements : les meilleurs jeunes (moins de 30 ans) et les meilleurs amateurs.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR L’OPEN CHATEAU PIRON :

  • Date : samedi 8 avril 2017, de 15h à 20h
  • Les amateurs entrent en jeu à 15h (qualifications), les professionnels du vin à 17h (demi-finale)
  • Lieu : Château Piron (Graves), 275 Piron, 33650 Saint Morillon
  • Inscriptions en ligne sur OpenChateauPiron.fr
  • Une équipe déguste de 7 à 20 vins selon son parcours dans le tournoi
  • Tarif par équipe : 42 € TTC (2 personnes)
  • Le tournoi OFF : 39 € TTC par personne (les mêmes vins, en même temps que les concurrents, sans classement, avec les conseils du sommelier Jean Pascal Paubert)
  • Formule Package pour ceux qui viennent de loin : Le Tournoi, le dîner sur place, l’hotel Akena 3 étoiles à La Brède  (5 kms) + visite-dégustation du Grand Cru Classé de Sauternes Clos Haut Peyraguey le dimanche matin :  145 € TTC pour 2 personnes.

(attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

14 Fév

Ségolène Royal présente des mesures : objectif « zéro pesticide »

La ministre de l’Environnement a annoncé mardi 14 février un ensemble de nouvelles mesures, visant à atteindre l’élimination totale de pesticides sur les exploitations agricoles, viticoles et horticoles. 

Ségolène Royale, la ministre de l'Environnement © gouvernement.fr

Ségolène Royale, la ministre de l’Environnement © gouvernement.fr

Nous lançons aujourd’hui une campagne nationale d’information intitulée « Zéro pesticide: c’est mille fois mieux pour ma santé et pour notre planète », Ségolène Royal 

Ségolène Royal en a profité pour dévoiler un « guide des solutions » à destination des communes. Celles-ci ne doivent plus utiliser de produits chimiques pour l’entretien de leurs espaces verts et de leur voirie, tout comme l’État et les établissements publics, depuis le 1er janvier 2017.

« Pour la première fois, la France a enregistré une baisse de 14 % des doses de pesticides utilisés par les collectivités et les jardiniers amateurs durant l’année 2015 », a annoncé Ségolène Royal. L’usage agricole de produits phytosanitaires a reculé aussi de 2,7 % sur la même période. L’objectif demeure : une réduction de 50% d’ici 2025 par rapport à 2008. 

Le ministère prépare deux autres arrêtés:

  • sur l’interdiction du bisphénol A dans les jouets
  • sur l’obligation de mentionner la présence de nanoparticules dans les produits de consommation.

Ségolène Royal s’est également engagée à agir pour que le prochain arrêté qui sera pris sur les épandages comprenne une distance minimale à respecter avec les riverains des zones agricoles, à la grande satisfaction des ONG, dont Générations futures.

Avec AFP

13 Fév

Après 30 ans de restaurant et bar à vins, François des Ligneris cède l’Envers du Décor à la famille Perse

C’est devenu une institution à Saint-Emilion. Un projet dans lequel peu de monde croyait à la base en 1987. François des Ligneris en avait fait l’endroit le plus couru du village médiéval. Il a soigné sa sortie en cédant son antre aux patrons de l’Hostellerie de Plaisance, dont le chef Ronan Kervarrec vient de décrocher 2 étoiles au Guide Michelin. 

François des Ligneris en 2014 derrière l'un des plus célèbres comptoirs de Saint-Emilion © Jean-Pierre Stahl

François des Ligneris en 2014 derrière l’un des plus célèbres comptoirs de Saint-Emilion © Jean-Pierre Stahl

C’est fait. L’Envers du Décor a été vendu le 3 février. François des Ligneris est heureux de le confirmer à Côté Châteaux : « oui, cela s’est vendu à un Relais et Châteaux, 2 macarons au Michelin, c’est quand même une belle porte de sortie, c’est mieux que de vendre à un magasin de pizzas surgelées… »

J’avais de bonnes relations avec les cuisiniers de Plaisance qui venaient souvent boire un verre après le service, Philippe Etchebest venait manger et même la famille Perse (propriétaire de château Pavie et de l’Hostellerie de Plaisance.) « Je n’avais pas du tout l’idée de vendre, au moment où ils m’ont fait cette proposition, après 30 ans de service et environ 1 million de repas. Je me suis dis: il ne faut pas faire la saison de trop. »

30 ans, cela vous pose un Homme, non ? « C’est un sentiment encore un peu flou. J’étais dépendant de ce lieu. J’y étais midi et soir, en hiver, en été, tout le temps. J’aimais profondément cette activité et toutes les équipes qui y travaillaient. Il y avait ce côté rituel, de savoir accueillir les gens, en fonction de leurs origines, c’était un besoin humain ».

Ce lieu, c’était comme le lien profond d’un moine à son monastère » 

Et après l’Envers du Décor ? « Le fait d’être libéré du stress… cela me pesait très lourdement. S’échapper un peu, c’est très positif pour ma santé. Cela va me permettre d’ouvrir de nouvelles portes. Je vais partir au Portugal en avril pour une famille qui voudrait avoir un regard extérieur sur l’ensemble de l’activité, propriété et restaurant. C’est à la demande d’amis bordelais qui connaissent bien cette famille. Je ne veux toutefois pas m’occuper de la partie viticole, mais davantage de la partie graphique : donner une identité à ce lieu, comme j’ai su le faire à l’Envers du Décor. J’ai montré que je savais créer comme l’R de Rien en 1999, c’était ouvrir une voie au même titre que l’Envers du Décor en 1987 ».

Il y a sûrement de la nostalgie et un petit pincement au coeur »

François des Ligneris espère combler cela par le fait d’avoir des projets. « J’ai encore du vin à vendre, aussi ». Ré-ouvert depuis mercredi dernier, l’Envers du Décor vit désormais sous la direction de la famille Perse et du chef Ronan Kervarrec, tout heureux jeudi dernier de recevoir à Paris ses 2 étoiles pour l’Hostellerie de Plaisance. « Ils avaient besoin de s’implanter en complémentarité de leur restaurant qu’ils veulent mener au plus haut. Ils avaient besoin de se diversifier comme Guérard l’a fait ou encore Troisgros. Il n’y avait pas de meilleur endroit, en terme de proximité. Je leur ai laissé la déco pour un an .De plus avec notre fabuleuse terrasse où l’on peut mettre 150 personne si l’on veut. C’est une activité dynamique. »

François des Ligneris a ainsi soigné sa sortie, c’était aussi son obsession, elle se fait avec ce grand chef de la gastronomie française qu’est Ronan Kervarrec, et cela ça lui plaît vraiment. François des Ligneris a par ailleurs tiré vers le haut le domaine viticole château Soutard dont il s’est occupé durant des années et avait créé de nombreuses marques de vins comme l’R de Rien produit à Branne ou le Prince Sarment, Arazime,.. à partir de son Domaine du Champs des Murailles dans les Corbières.

Relire le portrait réalisé cet été : François des Ligneris, le pionnier du bar à vins de Saint-Emilion va fêter ses 30 ans d’existence

RSS