07 Juin

Bordeaux : le marché du vin est morose

La conjoncture est non seulement difficile mais dure aussi depuis près d’un an. « Bordeaux est à l’arrêt »…selon bon nombre de petits vignerons et courtiers. Au niveau des volumes, certains ne voient plus rien sortir des chais; les petits producteurs de Bordeaux sont les plus impactés, pas vraiment les grands crus.

Des nuages dans le ciel de Bordeaux. C’est un peu la métaphore qui colle au marché qui depuis 12 mois, selon tous les opérateurs, est morose et touche surtout les petits Bordeaux et coeur de gamme. Cela inquiète tout le monde, négoce, courtiers mais avant tout les vignerons, comme Xavier Haure, 42 ans, à la tête de 38 hectares à Cartelègue dans l’appellation Blaye-Côtes de Bordeaux. Il produit en moyenne 2000 hectolitres en Blaye et Bordeaux Supérieur, et vend traditionnellement toute sa production au négoce. Fort heureusement, il a réussi à vendre son Blaye, mais pas encore son Bordeaux Sup.

Jean Farau, courtier en vins, Xavier Haure vigneron et Michaël Rouyer directeur de Blaye-Côtes de Bordeaux © JPS

On est vraiment inquiet de la situation, tous les voyants sont au rouge, le marché est complètement stoppé, c’est très inquiétant surtout quand on vend 100% au négoce comme moi, on est confronté aux variations du négoce, donc c’est très inquiétant », Xavier Haure, vigneron.

Quant aux explications, pour lui les magazines de Cash Investigation et Cash Impact ont fait des dégâts dans le subconscient des consommateurs, et ont participé à ce que certains appellent le Bordeaux bashing : « c’est certainement un problème d’image, on parle souvent de Bordeaux par rapport aux pesticides et aux campagnes contre l’alcoolisme, c’est incontestable, aujourd’hui on le ressent sur le marché du vin qui  est morose… »

Moi, en tant que courtier, j’ai commencé en 1980, je n’ai jamais connu cela, on n’arrive pas à vendre du vin, ce n’est pas un problème de prix, non il n’y a pas d’acheteur… », Jean Farau courtier en vins.

Depuis 12 mois, on enregistre une baisse des sorties de chais au niveau des vins de Bordeaux » commente Xavier Coumau président régional des courtiers de Bordeaux et du Sud-Ouest. En mars dernier lors de sa conférence de presse à Paris, le président du CIVB Allan Sichel annonçait déjà : « sur l’année 2018, le volume de nos exportations est en recul de 14%. Et nos ventes sur le marché français, en grande distribution, ont diminué de 12% en volume par rapport à 2017, et de 7% en valeur ».

« Bordeaux produit en moyenne 5,5 millions d’hectolitres de vin, mais sur les 12 derniers mois, 4,2 millions ont été commercialisés », me précise Xavier Coumau, président régional des courtiers de Bordeaux et du Sud-Ouest. Ceci s’explique par une très faible récolte 2017 due au gel, avec 40 % de pertes et des marchés perdus.

Xavier Coumau, le président régional des courtiers en vins © JPS

On subit de plein fouet notre très faible récolte 2017, très déficitaire (40% de récolte en moins) qui nous a coupé de plusieurs marchés et a permis à plusieurs marchés français ou étrangers de prendre notre place, sur ce qui faisait notre force, la grande distribution française, mais aussi sur le marché chinois », Xavier Coumau Président Régional des Courtiers en Vins

Un marché chinois qui s’est tourné vers des vins australiens et chiliens, sur lesquels des accords ont été passés pour ne pas les taxer, alors que les vins français restent eux taxés (sauf à Hong-Kong). « On a un millésime 2018 pourtant très qualitatif et le négoce a pas mal de stock sur une récolte très importante en 2016 et des 2017 un peu élevés, pas faciles à vendre, donc pas forcément pressé d’acheter du 2018… »poursuit encore Xavier Coumau.

Michaël Rouyer, le directeur du syndicat de Blaye-Côtes de Bordeaux © JPS

Sur le marché français, « le modèle économique de la grande distribution est en train de décliner », selon Michaël Rouyer, directeur du syndicat de Blaye-Côtes de Bordeaux et c’est ce qui explique cette baisse des ventes. « Les hyper et supermarchés ont tendance à voir leur fréquentation baisser, et les vins de Bordeaux sont très présents en grande surface donc forcément cela a un impact sur nous ; sur les marchés exports on est très présent en Chine, c’est notre 2e marché après la Belgique (en Blaye-Côtes de Bordeaux), et on sait qu’il y a -20% depuis un an sur ce marché chinois. Ces complications sont liées à des droits de douane par forcément à l’avantage des vins français, mais plutôt à l’avantage des vins australiens ou des vins chiliens… »

A toutes ces raisons, il faut en prime prendre en compte une surproduction mondiale de vin en 2018 : 292,3 millions d’hectolitres contre 260 à 265 habituellement, soit 30 millions d’hectolitres en plus et 42 millions en plus par rapport à 2017.

L’heure est donc à la reconquête comme en témoigne Nathalie Feydieu rencontrée au château du Taillou à Saint-Androny.

La physionomie de la clientèle a changée…Les gens qui achetaient du vin dans nos propriétés de manière fidèle, et en grande quantité, ont vieilli et ne consomment plus, il faut donc se tourner vers la nouvelle génération, à travers des salons et les inciter à venir en propriété, » Nathalie Feydieu chateau du Taillou.

La situation va devenir encore plus problématique dès septembre avec le millésime 2019 qu’il va falloir rentrer dans les chais, surtout pour les propriétés qui n’arrivent pas à vendre leur 2018, encore dans leurs cuves. Selon certains professionnels, les spéculations pourraient repartir comme il y a 10 ans avec des cours du tonneau au plus bas, vers les 1000 € (le tonneau de 900 litres), (le prix actuel est toujours supérieur à 1200 € ), voire moins… On espère que non bien sûr et que cette situation ne soit que conjoncturelle.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot :

 

02 Juin

L’union fait la force : quatre appellations se rassemblent au sein du Conseil des Vins de Graves et Sauternes

A plusieurs, on pèse davantage et on peut aussi mieux coordonner les actions et la promotion des vins et appellations. Fort de ce constat, quatre appellations se sont rapprochées pour se réunir sous la bannière du Conseil des Vins de Graves et Sauternes.

Le Conseil des Vins de Graves qui assure la promotion collective des appellations Graves et Pessac-Léognan depuis 1992 devient le Conseil des Vins de Graves et Sauternes.  Cette association incarne quatre grandes appellations de la rive gauche sud de Bordeaux, son but : œuvrer ensemble en France et à l’International.

Ainsi le Conseil des Vins de Graves et Sauternes réunit désormais le syndicat viticole des Graves, le syndicat viticole de Pessac-Léognan et l’ODG Sauternes-Barsac. Il aura pour mission d’organiser des actions de promotion de l’ensemble des appellations de cette région viticole à l’origine des Grands Vins de Bordeaux.

Marie-Pierre Lacoste-Duchesne, propriétaire du Château La Clotte-Cazalis à Barsac, devient la première présidente pour Sauternes et pour un premier mandat de deux ans. Le plan stratégique et d’actions de communication sera présenté en septembre.

(Sur la photo les administrateurs : Arnaud de Butler (Château Crabitey, Graves), Laurent Cisnéros (Château de Rouillac, Pessac-Léognan), Caroline Perromat (Château de Cérons, Graves), Dominique Guignard (Château Roquetaillade la Grange – Président du syndicat viticole des Graves), Marie-Pierre Lacoste Duchesne (Château La Clotte-Cazalis, Barsac, Présidente du Conseil des Vins de Graves et Sauternes), Philibert Perrin (Château Carbonnieux, Pessac-Léognan, Cru Classé de Graves – Président du Syndicat Viticole de Pessac-Léognan), Slanie de Pontac Ricard (Château de Myrat, Barsac – Présidente de l’Union des Crus Classés en 1855 de Sauternes et Barsac), Xavier Planty (Château Guiraud, Sauternes – Président de l’ODG Sauternes-Barsac) et Tristan Kressmann (Château Latour-Martillac, Pessac-Léognan – Président sortant du Conseil des Vins de Graves).

01 Juin

Bon anniversaire à la Cité du Vin, ouverte depuis 3 ans à Bordeaux

Un pari à la base. Un projet un peu fou. Une audace réalisée par les architectes d’XTU Anouk Legendre et Nicolas Desmazières. Une originalité confirmée avec le parcours permanent signé par les Anglais de CassonMann. Une Cité du Vin plébiscitée du monde entier, qui fête aujourd’hui les 3 ans de son ouverture, le 1er juin 2016.

Un anniversaire sous le soleil, il y a 3 ans il pleuvait pour l’ouverture © JPS

Voici le cocktail détonant proposé depuis Saint-Emilion en 2009 par Alain Juppé avec Sylvie Cazes, sous la direction de Philippe Massol. A l’époque, elle ne s’appelait pas encore Cité du Vin, c’était un projet culturel autour du vin qui restait encore à peaufiner, et ni les archis, ni les scénographes n’avaient été choisis, appel d’offre oblige.

Max, le 1er à avoir franchi le ponton Cité du Vin et quasi 1er en caisse, le 1er juin 2016  © Jean-Pierre Stahl

Mais sur le papier, le projet était déjà osé et devait trouver ses fonds baptismaux sur le site des Forges, en bord de Garonne. Une naissance qui le sera plus encore, tellement techniquement le terrain méritait un génie civil pour accueillir une telle structure, avec 300 pieux en bétons pour stabiliser ces 9000 tonnes d’édifice dont le gros-oeuvre était lui-même fait de béton.

Les architectes de la Cité du Vin, Anouk Legendre et Nicolas Desmazières, XTU Architecs, en mai 2016 © Jean-Pierre Stahl

La suite on la connaît près de 3 ans de chantier avec plus de 120 personnels à la tâche, 574 arches en bois lamellé-collé en guise de charpente, des centaines de panneaux de verre et d’aluminium en guise de robe qui lui confèrent aujourd’hui son allure si gracile, si originale, enviée du monde entier. Un projet retracé dans le magazine la Cité du Vin au Confluent des Civilisations, réalisé par Jean-Pierre Stahl, Guillaume Decaix, Xavier Granger, Eric Delwarde, Francis Lassus-Lalanne et Véronique Lamartinière, pour France 3 Aquitaine :

Pour l’ouverture, Alain Juppé et la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin avaient convié le Président de la République François Hollande, qui accepta bien volontiers de venir la « bénir » comme il le fit pour le pont Chaban Delmas.

Nicolas Desmazières (architecte de la Cité du Vin XTU), Sylvie Cazes et Philippe Massol (Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin) et Anouk Legendre (architecte -XTU de la Cité du Vin), le jour de l’inauguration © jus

Une inauguration que vous avions retransmis en direct sur France 3 Aquitaine et avait été très suivie du public, qui ne demandait qu’à découvrir l’édifice et le concept.

Depuis, la Cité du Vin a accueilli sur ses 12 premiers mois d’exercice 425000 visiteurs, sur l’année 2017 445000, en 2018 son millionième visiteur, attendu tout l’été un peu comme le messie, arrivé finalement le 29 août dernier. Un visitorat qui a été quelque peu malmené par les grèves des salariés de la SCNF en 2018, puis par les mouvements sociaux de ces derniers mois qui ont impacté d’une manière générale le tourisme en France et à Bordeaux. Joint par téléphone, Philippe Massol le directeur de la Cité du Vin se réjouit bien sûr de cet anniversaire : « c’est la confirmation de la place que doit remplir la Cité du Vin à Bordeaux », tout en décrivant un début d’année 2019 difficile : « avec ces 5 premiers mois que l’on vient de passer, cela reste fragile avec une France en désordre, cela s’est ressenti sur le tourisme, les premiers mois n’étaient pas marrants… Mais le mois de mai semble marquer une reprise de la fréquentation, c’est le retour des touristes étrangers, on espère. »

Cet été devrait en effet coïncider  avec une relance d’activité et de nombreux touristes tant français qu’étrangers qui devraient fort logiquement affluer vers la Cité du Vin, et notamment quand la météo tourne au gris, car les jours de grand beau temps, l’activité plage prend souvent le dessus.

Les verres à nez par Anthony Duchêne à l’exposition Renversant © JPS

En tout cas, que vous soyez bordelais, girondin, aquitain, touriste français ou étranger, si vous ne l’avez pas encore visité, c’est à faire…Vous ne resterez pas indifférent à la Cité du Vin avec ses courbes et sa couleur changeante, à son parcours permanent, à son exposition temporaire Renversant (dépêchez-vous elle se termine le 30 juin), à ses ateliers immersifs de dégustation ou encore à ses conférences avec ses grands témoins.

L’atelier de dégustation tous les jours à 16h30, un tour du monde des saveurs et des vins © JPS

Pour Philippe Massol, « c’est la fin d’un rodage,on va commencer à retravailler avec le propriétaire qu’est la Ville de Bordeaux sur de nouveaux investissements, on a identifié les modules qui marchent bien et ceux qui marchent moins bien au parcours permanent, on va ainsi commencer à renouveler certains des modules ». Le parcours permanent dénombre au total 20 modules.

Sylvie Cazes et Philippe Massol au Belvédère, au 8e étage où les visiteurs terminent leur visite en dégustant un vin du monde © Jean-Pierre Stahl

Quant à la prochaine grande exposition, qui va succéder à Renversant, « elle est prévue pour la mi-août avec l’Argentine », poursuit Philippe Massol. « La précédente en tant que vignoble invité sur le Douro n’avait pas été une grande réussite, c’est une carte blanche que l’on donne au pays qui reste assez libre au niveau de la direction artistique. Le public n’a pas porté au nu cette exposition, à l’inverse de Renversant qui a bien marché. L’Argentine sera un projet beaucoup plus joyeux, de quoi faire découvrir ce grand pays viticole qu’est l’Argentine. » On a hâte de la découvrir.

Un superbe écrin pour un moment de découverte sur les civilisations du vin © JPS

Happy birthday La Cité du Vin ou cheers it’s more fun !

18 Mai

Une erreur d’un sommelier et le client se retrouve à déguster une bouteille Le Pin à plus de 5000€

L’histoire est assez insolite pour être soulignée par Côté Châteaux. Elle s’est passée en Angleterre. Au lieu de servir une bonne bouteille de Pichon Comtesse affichée à à moins de 300€, des clients du restaurant Hawksmoor Steakhouse à Manchester ont eu la surprise de boire une bouteille plus rare de Pomerol, un Le Pin. Le millésime était le même, un 2001, c’est déjà ça !

Le restaurant © Hawksmoor Manchester, bon joueur, a mis côte à côte les deux bouteilles…vous pouvez remarquer celle de gauche est vide, l’autre n’a pas été ouverte…

On ne peut pas dire que celui qui a commis l’erreur a faux sur toute la ligne : c’était un Bordeaux, déjà c’est juste, la forme de la bouteille ne l’a pas non plus trompé, l’étiquette était blanche et le millésime non plus un fameux 2001. En revanche, celui commandé était un Pichon Longueville Comtesse de Lalande, un très bon vin 2nd cru classé de Pauillac sur la rive gauche, et celui servi n’était autre qu’un Pomerol issu du fameux plateau, de Pomerol (rive droite). Un vin qui a eu sa réputation faite grâce à Robert Parker à partir du millésime 1982 et à de nombreux amateurs de vin de la planète : Le Pin. Entre les deux une sacrée différence de prix puisque le premier vin était affiché à 260 € à la carte et le second à 4500 Livres soit 5100€…En revanche, les deux châteaux ou domaines revendiquent de faire un très bon vin, selon les échanges de Tweets.

Le restaurant Hawksmoor qui a commis l’erreur n’a pas manqué d’humour et a balancé ce tweet : « au client à qui nous avons servi accidentellement une bouteille de château Le Pin Pomerol 2001 : nous espérons que vous avez apprécié votre soirée ! Et au membre de l’équipe qui l’a accidentellement donnée, ne t’inquiète pas ! Des erreurs « unique » arrivent et nous t’aimons quand même. » avec smiley…

Pour sûr, errare humanum est perseverare diabolicum…

Et pour mieux connaître la famille Thienpont qui réalise ce nectar Le Pin, regardez ce reportage réalisé par Jean-Pierre Stahl et Jean-Pierre Magnaudet sur le Thienpont Tour :

A lire également l’histoire rocambolesque sur The Guardian

Fête de la Fleur : la famille Castéja célébrait les 100 ans d’acquisition du château Lynch-Moussas à Pauillac

Jeudi soir se tenait la traditionnelle Fête de la Fleur, l’événement créé par la Commanderie du Bontemps. 1650 invités au château Lynch Moussas avec la famille Castéja qui fêtait les 100 ans de propriété du château. Un dîner orchestré par le fameux chef alsacien Marc Haerbelin, avec aussi un invité surprise Jack Ma d’Alibaba.

Ils sont venus, ils sont tous là. Tous les grands acteurs de la planète vin. Ceux du bordelais, d’autres régions viticoles de France, mais aussi des Etats-Unis, de Chine, d’Australie, d’Argentine, du Chili, de Suisse, d’Allemagne, d’Espagne et d’Italie. 1650 au total, contre 1500 il y a deux ans au château Malartic-Lagravière qui avait réussi l’exploit de réussir cette soirée en pleine canicule. Mais le record reste encore celui réalisé par la Baronne Philippine de Rothschild à Mouton-Rothschild en 2003 pour les 150 ans du château.

Cette année, la famille Castéja invitait, car pour elle l’occasion était trop belle de célébrer ,en même temps que Vinexpo, les 100 ans de l’acquisition du château Lynch-Moussas (5e cru classé 1855) par Jean Castéja en 1919, juste après la grande guerre, auprès de la famille Vasquez. Un château qui sera ensuite dirigé par Emile, son fils, 50 ans plus tard. Aujourd’hui, c’est Philippe Castéja qui au nom de la famille remerciait l’assistance d’être venue pour cet événement. Une famille affichée partout sous l’impressionnant chapiteau dressé pour l’occasion.

Philippe Castéja en introduction rappelait que « cette Fête de la Fleur vient clôturer un excellent Vinexpo…les contacts ont été nombreux et fructueux. » Il a aussi souligné la jolie « mutation de Bordeaux et de son vignoble avec l’action formidable d’Alain Juppé, son successeur Nicolas Florian s’inscrira dans cette dynamique ».

Et d’avoir pour cette Fête de la Fleur qui marque le 100e anniversaire du rachat de la propriété une pensée pour se parents à qui il avait annoncé il y a deux ans qu’il souhaitait l’organiser à Lynch-Moussas, ce qui en soit est toujours un exploit vu l’ampleur de l’événement. « Notre mère depuis nous a quitté et notre père n’a pas pu venir à cause de son grand âge. »

Saint-Exupéry a écrit : « nous héritons de la terre de nos parents et nous l’empruntons à nos enfants » « Philippe Castéjà co-propriétaire de Lynch-Moussas.

Michel Rolland toujours très sollicité par ses admirateurs © JPS

Le Grand Maître de la Commanderie Emmanuel Cruse enchaînait : « il est important d’organiser cette Fête de la Fleur dans ces propriétés qui appartiennent encore à des familles ». Et de parler de l’avenir incarné par le nouveau maire de Bordeaux : « sous votre impulsion, Bordeaux est aujourd’hui la ville la plus attractive de France après Paris et aussi d’Europe. La construction de la Cité du Vin a été un projet exemplaire et visionnaire porté par Sylvie Cazes et Philippe Massol. Nous comptons sur vous pour poursuivre cette dynamique. »

Et d’en venir au salon Vinexpo qui a fermé ses portes jeudi : « Vinexpo va perdurer ! Nous sommes bien décidés d’en faire à partir de 2021 un rendez-vous annuel du monde du vin et des spiritueux. Depuis 1981, Vinexpo s’est inscrit parmi les grands salons internationaux, j’espère que nous allons faire de Vinexpo le n°1 mondial des salons vinicoles. »

Le millésime 2018e est vraiment reconnu d’une qualité exceptionnelle, il va permettre à Bordeaux d’affirmer son leadership mondial… » selon Emmanuel Cruse également co-propriétaire de château d’Issan.

Sabine, François et Jacques Lurton ont apprécié avec Christine les différents hommages à André Lurton © JPS

Et le Grand Maître d’avoir une pensée pour André Lurton, dont le décès a été annoncé ce jeudi matin.

A Christine, François et Jacques, « votre père André Lurton a été un ambassadeur des vins de Bordeaux et particulièrement de l’appellation chérie de Pessac-Léognan, » Emmanuel Cruse Grand Maître de la Commanderie du Bontemps.

 

Joseph Helfrich Pdg des Grands Chais de France, au centre le maire de Bordeaux Nicolas Florian et son épouse Hélène, à droite Bernard Farges président des « Bordeaux et Bordeaux Supérieur » © JPS

De son côté Nicolas Florian, le maire de Bordeaux a aussi rendu hommage à André Lurton « grand artisan de la création d Pessac-Léognan, directeur pendant 20 ans du CIVB, figure politique locale comme maire de Grézillac et président de la chambre d’agriculture.

Avant le démarrage de Vinexpo, Nicolas Florian expliquait : « j’avais en tête des inquiétudes et les peurs que quelques-uns s’évertuent à entretenir. On a la démonstration que les initiatives et l’impulsion de Mr Navarre et de ses équipes font qu’aujourd’hui Vinexpo est une réussite et qu’on fera une 21e et une 22e édition. Je peux vous dire on va même accélérer et aller encore plus loin : faire la promotion de ce nectar qu’est le vin de Bordeaux, on a la chance d’avoir une ville et un produit connus mondialement… »

Jack Ma a fait une apparition surprise et a charmé son auditoire © JPS

Enfin, à La tribune, un invité, non annoncé par les organisateurs, a fait sensation : Jack Ma le fondateur d’Alibaba, 2e fortune de Chine et 20e personnalité la plus riche au monde selon Forbes : « je ne me suis jamais habillé comme cela, mais c’est amusant…

 « C’est un grand honneur d’être ici, car je suis un grand amateur de vin ». Il a souligné « la qualité, la valeur, le caractère » des vins de Bordeaux. « Vous ne produisez pas du vin, vous produisez du bonheur », a conclu Jack Ma le géant de la vente en ligne chinoise, de quoi emporter les vivas de l’assistance.

Le chef Marc Haerbelin en plein dressage des assiettes avec son équipe © JPS

Mais celui qui méritait une ovation, encore plus marquée, c’est sans nul doute le grand chef Marc Haerbelin, 2** au Guide Michelin avec l’Auberge de l’Ill, une institution en Alsace fondée par son arrière-grand-père en 1882.

Il a réalisé avec ses équipes un dîner digne de ses 3 étoiles qu’il n’aurait jamais du perdre, avec une préparation et un service impeccable au beau milieu de l’assistance, comme dans son restaurant gastronomique. Chapeau chef pour cette soirée mémorable.

16 Mai

Disparition d’André Lurton le fondateur de l’appellation Pessac-Léognan : « c’était notre modèle, le père fondateur et spirituel de tous les Pessac-Léognan »

Les adhérents de l’Appellation pour laquelle il avait tant oeuvré l’ont appris ce matin, le monde du vin de Bordeaux est en deuil et va lui rendre un hommage, à travers la Commanderie du Bontemps, à la Fête de la Fleur sans aucun doute ce soir. André Lurton s’en est allé à 94 ans, il a contribué à créer et sanctuariser Pessac-Léognan. Retour sur son histoire et premières réactions, notamment de Philibert Perrin, le président actuel du syndicat viticole de Pessac-Léognan.

André Lurton, au centre, entouré de 2 de ses 7 enfants Christine et Jacques en septembre 2014 © Jean-Pierre Stahl

ANDRE LURTON, LE CREATEUR D’APPELLATION

André Lurton, c’est l’une des figures marquantes des Vins de Bordeaux. Outre sa réussite dans le monde du vin, il a réalisé plus de 70 vendanges et marqué à tout jamais le bordelais en étant l’ardant défenseur et créateur de l’appellation Pessac-Léognan.

Son destin a été forgé à château Bonnet, le domaine familial acquis, à Grézillac en Gironde, par son grand-père Léonce Récapet, fabriquant de liqueurs à Branne. C’est là où André Lurton est né en 1924, il était l’aîné d’une famille du vin qui va devenir célèbre et va s’illustrer au XXe et au XXIe siècle. Son frère Lucien a connu également une très belle réussite.

UN DESTIN MARQUE PAR L’EMPREINTE DE SON GRAND-PERE

La première pierre a donc été posée par Léonce Récapet qui  a réussi à bâtir un petit empire compris depuis l’Entre-Deux-Mers jusqu’au Médoc, en passant par les graves de Bordeaux. C’est ce grand-père qu’André Lurton avait en exemple et lui a donné l’esprit d’entreprendre: il avait acquis en 1897 château Bonnet, avait eu des parts dans château Margaux, puis Brane-Cantenac.

«  Moi, j’ai bien connu mon grand-père…c’était moi le chauffeur ! J’étais chargé de le déplacer car vers l’âge de 80 ans, on lui avait interdit de conduire. Alors en le déplaçant, j’ai appris un tas de choses… « 

J’ai agrandi un petit peu, je suis passé de 30 hectares à 500 hectares », André Lurton en 2014

UN RESISTANT DE LA PREMIERE HEURE

André Lurton a aussi été marqué très jeune par la guerre et s’était engagé encore mineur dans la résistance avec les FFI dans le « Groupe Roland ». Avec son caractère bien trempé, il décida de rejoindre en 1944 à l’âge de 20 ans la 1ère armée française du Général de Lattre de Tassigny. Il participa à de rudes combats notamment en Alsace avec la réduction de la poche de Colmar et poursuivit la campagne d’Allemagne, jusqu’à l’Armistice.

Il était conducteur de jeep et avait gardé une  certaine nostalgie pour ces véhicules qui contribuèrent à la libération de la France ; il avait en outre constitué une sacrée collection d’engins de la 2e guerre mondiale à Grézillac.

MAIRE DE GREZILLAC DURANT 45 ANS

Président du Cercle National des Jeunes Agriculteurs, au sortir de la guerre, il va réussir dans la polyculture, à l’époque où le vignoble était très peu valorisé. Il vendait alors de la luzerne deshydratée pour nourir le bétail. Il s’est aussi énormément engagé au service des autres en tant que maire de Grézillac durant 45 ans et créer le centre oenologique de Grézillac.

Cette première réussite dans les affaires va lui permetre d’acheter en 1965 le château La Louvière à Léognan. Par la suite il va s’offrir d’autres domaines et marques dans les graves du Nord commeRochemorin et Cruzeau, mais aussi Couhins-Lurton, un cru classé (qu’il réhabilita en 2002-2003). Il aura aussi des parts dans château Dauzac à Margaux et Barbe Blanche, en AOC Lussac Saint-Emilion.

André Lurton avec Jacques son fils, a toujours su innover au niveau de ses installations techniques (photo 2014) © JPS

IL A FONDE AVEC SES AMIS VITICULTEURS L’APPELLATION PESSAC-LEOGNAN

Mais André Lurton fut aussi et surtout le créateur de l’appellation Pessac-Léognan. Il s’est battu durant 23 ans pour voir émerger l’AOC Pessac-Léognan qui regroupait les châteaux les plus prestigieux des graves, proches de Bordeaux. 

« J’allais au ministère, je mettais un pied dans la porte, et je leur disais, il faut faire passer ce dossier ! » , confiait-il en 2014. 

L’identification de Pessac-Léognan était « justifiée par les qualités spécifiques de son terroir, la typicité de ses produits, son micro-climat, ses croupes de graves parfaitement dessinées par des ruisseaux qui assurent un bon drainage, les compétences et le savoir-faire de ses viticulteurs

Château la Louvière acheté en 1965 © Jean-Pierre Stahl

La Louvière fut un peu sa danseuse, il le fit restaurer dans les règles de l’art, Et en 2009 il y créa un superbe chai enterré. Un château qui aurait pu être classé, c’était son rêve, il souhaitait re-ouvrir le classement et y intégrer de nouveau château très qualitatifs comme La Louvière ou Larrivet Haut-Brion:  » Dans ma vie, je me suis bien amusé…On va encore se marrer », ajoutait-il en 2014. « Cette fois, ils vont dire: tiens! Lurton maintenant, il veut le classement de tout… « 

En septembre 2013, le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll l’a élevé au rang d’officier de la Légion d’Honneur. Un homme qui a su, toute sa vie, valoriser un terroir et faire face à la pression immobilière. Un tempérament qui a marqué à tout jamais Pessac Léognan et les Vins de Bordeaux.

Regardez le reportage réalisé en 2014 par Jean-Pierre Stahl, Didier Bonnet, Eric Delwarde, Xavier Granger :

LA REACTION DE PHILIBERT PERRIN, LE PRESIDENT DE PESSAC-LEOGNAN

« André, c’est notre modèle à tous, le père fondateur et spirituel de tous les Pessac-Léognan », commente ce midi Philibert Perrin, le président du syndicat viticole des Pessac-Léognan. Il est arrivé à une époque où c’était la crise dans le vignoble, vers 1965, la vigne était en ruine, ma famille arrivée dans les années 50 s’en souvient et 10 ans après c’était toujours en ruine. Il lui a fallu beaucoup de courage et il a su fédérer un groupe avec les Kressmann, les Bethmann, les Marly et Claude Ricard…

Il est devenu le chef de file des propriétaires, car dynamique, entrepreneur, avec un esprit combattif, persévérant et s’est intéressé tôt de suite au syndicat viticole. Il lui a fallu plus de 10 ans pour créer cette appellation, tout le monde lui en est éternellement reconnaissant. »  Philibert Perrin

Même si il avait un côté paysan, il était toujours extrêmement attentif aux viticulteurs. Il avait un côté travailleur, combattif et visionnaire. Au delà du cahier des charges de l’appellation, il a su fédérer ce groupe et attirer de nouveaux venus comme les Cathiard, les Bonnie, ou Wilmers. Avec la création de Pessac-Léognan, on a sanctuarisé le terroir et faire en sorte qu’il ne soit plus grignoté par la ville. »

Marc, André, Bérénice et Jacques Lurton lors de l’enregistrement de « Enquêtes de Régions » en octobre 2014 au château Bonnet © France 3 Aquitaine

ALLAN SICHEL LE PRESIDENT DU CIVB : « IL A FAIT BEAUCOUP POUR BORDEAUX »

« André, c’est une personnalité forte qui laisse une empreinte permanente sur les vins de Bordeaux et avec la création de l’appellation Pessac-Léognan », commente pour Côté Châteaux à son tour Allan Sichel, négociant et président du CIVB.

« Il avait une vision, un caractère et une très forte détermination. Il a entraîné la viticulture vers une dimension nouvelle, vers la qualité, conscient de ce que le marché attendait, tout en respectant les terroirs ».

Il avait une force de caractère qui laisse une empreinte indélébile dans les souvenirs de tous et c’est tout à son honneur », Allan Sichel président du CIVB.

« André Lurton a apporté une pierre fondatrice à l’édifice de Bordeaux », conclue Allan Sichel.

LES VIGNOBLES ANDRE LURTON SOULIGNENT « UN HOMME D’EXCEPTION ET UN VISIONNAIRE »

Et voici le communiqué des Vignobles André Lurton :

« La famille de Monsieur André Lurton, ses proches et l’ensemble des équipes des Vignobles André Lurton ont la grande tristesse d’annoncer son décès, survenu ce jeudi 16 mai 2019. 

Ce résistant, grand défenseur de la viticulture bordelaise, homme qui consacra et dédia sa vie entière à la viticulture s’est éteint, ce matin, dans son cher Château Bonnet à Grézillac, au coeur même du vignoble qui le vit naître en 1924.

À l’origine des grands vins blancs secs de l’Entre-deux-Mers, fondateur de l’Appellation Pessac- Léognan, maire de la commune de Grézillac pendant plus de quarante ans, André Lurton était un homme d’exception, mais aussi un visionnaire et un entrepreneur infatigable.

Président des Vignobles André Lurton, il avait à coeur de partager son savoir-faire, sa passion pour ses domaines, ses vins et les grands terroirs du bordelais, avec ses collaborateurs, ses amis et ses fidèles clients.

Les obsèques auront lieu lundi 20 mai 2019, à 14 heures 15, en l’église Notre-Dame de Grézillac ».

07 Mai

Gel dans le vignoble de Bordeaux : un peu plus violent que prévu…

Après ces deux nuits de gel dimanche et lundi matin, Bordeaux recense ses dégâts et panse ses plaies. Selon le CIVB, 5 à 10% du vignoble a été gelé, mais certaines appellations ont subi un plus lourd préjudice dépassant les 15%. Certains vignerons déjà affaiblis par le gel de 2017 et la grêle de 2018 ont été impactés de nouveau…

Résultat du gel dans l’Entre-deux-Mers © Sophie Aribaud

« Le gel a touché entre 5 et 10 % du vignoble, mais on aura une idée plus précise jeudi matin avec les retours de la chambre d’agriculture de la Gironde », me confie en cette fin d’après-midi Christophe Château directeur communication du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux. « Globalement, il n’y aura pas un impact très important sur la récolte finale à Bordeaux, mais quand on regarde de plus près, c’est vrai que certaines propriétés ont perdu plus de 50%, celles que l’on dit gélives ou situées dans des bas-fonds. »

GRAVES : ENTRE -2 ET -3° DANS LES ZONES LES PLUS FROIDES

Dans les Graves, Mayeul L’Huillier le directeur commente : « on a été touché comme tout le monde…les 2 nuits, les températures étaient très froides et quasi identiques : entre -2 et -3° dans les zones les plus froides. »

Les zones impactées à plus de 50% sont sur les secteur de Landiras, Budos, Illats et Pujols » Mayeul L’Huillier directeur du syndicat des Graves.

Et de poursuivre : « sur les secteurs de La Brède et de Saint-Morillon, la vigne a été touchée par le gel à hauteur de 20%, et plus au sud de l’appellation 5%. Au total, on dénombre 350 hectares touchés, soit 10% des Graves, c’est moins que 2017 mais pire que 2016. »

A SAINT-EMILION, 15% DU VIGNOBLE TOUCHE

A Saint-Emilion, Jean-François Galhaud a revu sa première appréciation de dimanche en début d’après-midi :

Le gel a été plus important, on a 15% du vignoble touché, il y a des endroits où ça a bien tapé. Cela a détruit la repousse où il y avait eu le gel du 13 avril, là c’est fichu à 100%, il n’y aura rien », Jean-François Galhaud président du Conseil des Vins de Siant-Emilion.

« Le plateau de Puisseguin, les bas-fonds sont bien touchés, on a des endroits où il faisait 2° et un kilomètre plus loin on avait du -1 à -2° », et de reconnaître l’avoir échappé belle globalement, en étant passé tout près du même désastre que 2017 où 70% du vignoble de Saint-Emilion avait été gelé :

Ca a été très très limite par endroit à 1 ou 2°près, en tout cas, ça a été un peu plus violent qu’on ne pouvait le penser… » Jean-François Galhaud

Le gel dans le Sauternais aussi en bas de Bommes © Daniel Detrieux

DANS LE BLAYAIS, 1000 HECTARES GELES

« Ce soir on a une réunion avec Michel Rouyer et moi-même », me précise Franck Jullion, président des Blaye Côtes de Bordeaux. Et de confirmer ce qu’il m’avait confié dès dimanche:  » on est à 1000 hectares touchés entre 50 et 100%, 1000 hectares sur les 6000″, soit 17% de de l’appellation Blaye Côtes de Bordeaux.

C’est compliqué pour certaines propriétés, ceux qui ont gelé en 2017, grêlé en 2018 et qui ont à nouveau gelé… », Franck Jullion président du syndicat de Blaye Côtes de Bordeaux.

Franck Jullion a été touché par plusieurs confrères vignerons en situation de détresse. Il me dit qu’en prime les vignerons assurés seront très mal remboursés car les assurances font une moyenne de production sur les 5dernières années, en retirant l’année la plus mauvaise et la meilleure, cependant sur les 5 dernières années, cela veut dire qu’il y a dans ce décompte 2 années mauvaises car il y aura eu 3 événements climatiques. Là dessus, il faut retirer la franchise, bref il ne reste pas grand chose…

Franck Jullion va proposer d’acquérir des éoliennes portatives qui ont fait leur effet, il faudra trouver le financement, des subventions, en tout cas il ne veut pas laisser davantage à l’avenir ses amis et collègues vignerons connaître à nouveau ce triste sort.

05 Mai

Gel à Bordeaux : « on a combattu pendant 6 heures cette nuit »

C’est un nouvel épisode de gel à Bordeaux, après celui du week-end d’il y a trois semaines. C’est surtout la plaine et les « endroits gélifs » qui ont été impactés. Ce matin, les viticulteurs vont attendre et mesurer au fur et à mesure les dégâts. De nombreux vignerons étaient sur le pont cette nuit pour combattre le gel.

Des températures de -1,7 à -2°C sur les zones gélives de Saint-Emilion © Sophie Aribaud

Vous êtes bien réveillés ? Vous êtes à l’écoute de « radio » Côté Châteaux… Le blog du vin au chevet de la vigne va tenter de vous donner la température de ce matin dans le bordelais.

« Au sol dans les bas-fonds, j’avais -3°C, et à la tête du pied -1° », commente ce matin Nicolas Lesaint responsable technique du château de Reignac à Saint-Loubès en Gironde. « Les coins gélifs, ça va shooter encore...A 8h, j’entends encore les hélicoptères sur le secteur de Saint-Emilion. »

Des vignes impactées par le gel © Nicolas Lesaint du château de Reignac

Nicolas Lesaint était comme bon nombre de vignerons cette nuit sur le front du gel : « j’ai fait brûler mes bottes de paille, j’ai fait ce que je pouvais. C’est la 1ère fois que j’en utilisais, mais on n’est pas dimensionné pour cela. Je les ai mis sur les coins les plus gélifs de la propriété, j’ai disposé 8 bottes, la gestion des bottes de paille, avec le changement des vents, ce n’est pas évident et pluis au delà d’un diamètre de 10 mètres, cela ne change plus rien. C’est dur. Cela part bien 2019 ! » Au final, cet après-midi il a recensé : « 4 à 5 ha de perdus… ça aurait pu être pire… on en devient philosophe… ou résigné. »

Sophie Aribaud, conseillère viticole sur le secteur de Saint-Emilion et Pomerol a aussi sillonné les vignes pour voir comment cela se passait cette nuit :

C’est descendu à -1,7 à -2° sur les zones les plus gélives de Saint-Emilion (secteur Barbanne) et -0,5 à -0,7 sur des terroirs d’habitude pas très gélifs ». Sophie Aribaud conseillère viticole.

Des hélicoptères pour lutter contre le gel, pour les châteaux qui en ont les moyens © Sophie Aribaud

Depuis 4 heure, c’est le branle-bas de combat, « avec bougies, éoliennes, ballots de paille, et hélicoptères. On a eu un vent de nord-ouest pas du tout annoncé alors que Météo France annonçait un vent d’est », poursuit Sophie Aribaud. « En revanche, sur le centre-bourg de Saint-Emilion, il n’y a pas eu trop de souci, c’est vraiment en plaine…. A Figeac, la Conseillante et Pétrus, ils ont mis le paquet… »

Laurent Clauzel, vigneron et propriétaire de la Grave-Figeac à Saint-Emilion, en face de Cheval Blanc, a vécu une nuit blanche, une nuit de stress : « à partir de 23h, la température a chuté très vite, nos avons décidé d’allumer les bougies à 3h30… Au court de l’allumage, la température a remonté doucement , mais sur le coup de 7h alors que nos étions sur le front, elle a chuté et provoqué une gelée blanche au sol …. Grâce aux bougies, nous pensons ne pas avoir de dégâts, mais c’est passé très près et d’autres vignobles ont dû souffrir !! » 

Jean-François Galhaud, le président du Conseil des Vins de Saint-Emilion, est en train de faire le tour afin d’estimer : « cela a touché les bas-fonds de Lussac, Puisseguin, un peu Saint-Emilion et à Saint-Christophe des Bardes. C’est très ponctuel cela représente 5% maximum de l’ensemble du vignoble de Saint-Emilion, mais cela n’est pas passé loin. C’est un peu moins fort que le 13 avril dernier. C’est en tout cas un dur métier entre le gel, la grêle, la maladie et la chute du cours… » 

Dans le Blayais, Franck Jullion le président des Blaye Côtes de Bordeaux commente : « il y a eu un impact, c’est une certitude. Il y a eu des vignes de gelées. On va en savoir plus ce soir et lundi matin. 

Cela a gelé plus de vignes qu’il y a 3 semaines où 5% avaient été gelées, au moins 15% ont été touchés soit plus de 1000 hectares, » Franck Jullion président des Blaye Côtes de Bordeaux.

« Gel, grêle, gel, les propriétés qui ont connu ces aléas, pour elles cela va devenir très compliqué. Malheureusement, il y a eu samedi un petit coup de pluie qui a amené de l’humidité au petit matin. »

Le dispositif de lutte chez © Loïc Pasquet dans les Graves

Dans les Graves, Loïc Pasquet pour Liber Pater témoigne : « on s’est battu toute la nuit, sans les machines « Agrofrost » (des bonbonnes de gaz qui tournent sur elle-même et qui couvrent près d’1hectare), c’était fichu… »

On a gelé pendant 6 heures à -1,5° et ça ne se remettait pas. Cela a été tendu. Sans les machines, on n’avait plus de vin », Loîc Pasquet vigneron à Landiras.

Et de poursuivre : « c’est raide, raide, de faire du vin. En 2017, je me suis dit, qu’il fallait que j’investisse. La problématique, c’est que la végétation est très en avance. On débourre fin mars. Les accidents climatiques n’ont pas changé, mais c’est le cycle végétatif qui avec le réchauffement climatique a 3 semaines d’avance… »

Pour cette nuit, Loïc Pasquet a réussi a sauvé sa récolte, mais il redoute la nuit prochaine où il devrait encore gelé…L’état des dégâts ne sera pas connu avant le début de semaine, avec un tour d’horizon et une remontée d’informations de la chambre d’agriculture de la Gironde.

Au château d’Arsac dans le Médoc, Philippe Raoux avait déployé les grands moyens, avec 3 hélicoptères pour tenter de sauver le millésime 2019; tout a commencé en pleine nuit, avec les plans des parcelles à survoler, histoire de ramener de l’air chaud avec des vieux tas de ceps allumés au bout de la zone délimitée. C’est une bataille contre le froid, contre le vent et contre le temps, pour glaner quelque dixièmes de degrés, un degré ou peut-être un tout petit peu plus.

Très concrètement sur les relevés de températures, ce que l’on a pu constater, c’est ce qui était à -1,3°C, juste après le passage de l’hélico, on se retrouve à -0,5°C », Olivier Bonneau directeur technique du château d’Arsac.

En 2017, le château d’Arsac avait perdu près de 90% de sa récolte, pour éviter cette nouveau cataclysme, Philippe Raoux a employé les grands moyens : « on a des caprices de températures qui n’existaient pas dans le passé, et en parallèle nous avons le réchauffement climatique qui fait que la végétation est en avance. Donc les deux se rencontrent et ça crée des catastrophes… »

Ce soir Christophe Chateau, directeur communication du CIVB, sera l’invité du 19/20 sur France 3 Aquitaine. Côté Châteaux adresse toute son estime envers tous les vignerons courageux, à nouveau éprouvés par ce satané gel.

Regardez le reportage sur la lutte menée avec des hélicoptères cette nuit au château d’Arsac dans le Médoc de Karim Jbali et Xavier Granger : 

04 Mai

Patrick Bruel : « on s’était dit rendez-vous dans dix ans… » au Domaine de Chevalier

C’est un monument de la chanson française qui s’est produit hier à l’Arena de Bordeaux : « Patriiiiick », comme le scandaient les jeunes et jolies filles des années 90, dont certaines étaient de nouveau présentes à l’Arena. Un moment de partage et de générosité puisque le chanteur a reçu les lecteurs de Sud-Ouest avant le concert et a été lui-même bien reçu au Domaine de Chevalier, dont il est un grand amateur. Instants d’émotions entre fans de musique et fans de vin…

Patrick Bruel et Olivier Bernard au centre, avec les musiciens du chanteur et la famille Bernard © Domaine de Chevalier

Patrick Bruel continue de rassembler les foules. A l’Arena hier soir, il a fait salle comble, 7700 personnes, avec des réservations de longue date. Le chanteur de « Casser la voix » qui en son temps a cassé la baraque n’a jamais cessé d’être ce chanteur populaire qui rassemble plusieurs générations. A quasiment 60 ans, le 14 mai prochain, il a montré hier soir qu’il n’avait rien perdu de la fougue de ses débuts, avec « Marre de cette nana-là » en 1984 qui l’a fait connaître, avant son succès planétaire de « Casser la Voix » (Album « Alors Regarde » en 1989), reprenant ses standards mais aussi les titres de son nouvel album « Ce soir on sort » (2018).

UN MOMENT PARTAGE ENTRE PASSIONNES

Patrick Bruel est aussi un passionné de vin, et c’est à ce titre qu’il a été invité à déjeuner, hier midi avant le concert, par la famille Bernard au Domaine de Chevalier à Léognan.

« Patrick Bruel a découvert Chevalier il y a un moment déjà grâce à Philippe Faure-Brac », me confie ce matin Adrien Bernard. « Mon frère Hugo et sa femme Coralie l’avaient rencontré aux Etats-Unis et c’est comme cela qu’il a pu venir à Chevalier accompagné de ses musiciens pour partager un joli moment sympathique de passion. Il y a une vraie amitié avec les vins de Chevalier et il les connaît bien. »

UN CONCERT A BORDEAUX DE PLUS DE 2H30

Véritable monument de la chanson française, tout comme ou après Johnny, il a montré hier sa générosité avec un concert de plus de 2 heures 30 : « c’est quelqu’un de très humain, engagé vraiment approchable et d’une profonde gentillesse. Ses musiciens sont des gens aussi à cette image. On n’imagine pas la tournée qu’ils font en ce moment et l’attachement qu’a ce garçon pour son métier et ses fans », complète Adrien Bernard du Domaine de Chevalier.

Un petit clin d’oeil de Côté Châteaux à ce moment délicieux, car Côté Châteaux c’est le blog où l’on trouve aussi la « place des grands hommes… »

Regardez le reportage sur le concert de Patrick Bruel, vendredi 3 mai à l’Arena, de Louis Roussel, Ludovic Cagnato et Charles Rabréaud :

03 Mai

Laurent Moujon lance le 1er livre sur les accords mets/vins entre la cuisine indienne & les vins de Bordeaux

Mais où va-t-il s’arrêter ? Laurent Moujon rédacteur et éditeur de « Bordeaux Patrimoine Mondial & Ses Routes des Vins », réalisé en 11 éditions, vient de lancer un livre de recettes entre la cuisine indienne avec les vins de Bordeaux dont il se dit très fier et il y a de quoi.

Laurent Moujon, lors de la présentation de l’ouvrage à la CCI de Bordeaux, avec Rameshwar Kulkarni.

« Je peux vous assurer que ce plaisir et cette fierté sont pour moi multipliés… car vous êtes en possession du 1er livre sur les accords mets/vins entre la cuisine indienne & les vins de Bordeaux », témoigne Laurent Moujon, auteur de guides touristique et de 3 livre d’accords mets-vin chinois, japonais et indiens avec les vins de Bordeaux.

J’ai constaté que les vins de Bordeaux voyageaient à travers l’Asie tout entier pour les amateurs de vin, mais qu’il manquait des accords entre la cuisine indienne et les vins de Bordeaux ! »

C’est ainsi qu’il s’est rapproché d’un team anglo-indienne – Brinda Bourhis, Ujwala Samant et Rameshwar Kulkarni- pour choisir soigneusement des chefs et mets indiens en Angleterre, Inde et Etats-Unis. La difficulté était de répondre aux notes complexes des 34 vins de Bordeaux que Laurent Moujon avait sélectionnés, dégustés et notés avec l’équipe de sommeliers indiens & français.

A noter qu’entre 2010 et 2017, l’industrie vinicole indienne a enregistré un taux de croissance annuel de 14%, ce qui en fait la boisson alcoolisée avec la plus forte croissance, par ailleurs en Inde, 485 millions de personnes ont l’âge légal pour consommer de l’alcool (avec modération) (source Wine Intelligence).

Un livre qui fait partager les secrets d’une cuisine indienne raffinée, qui donne aussi des idées de mariage avec les vins de Bordeaux, un ouvrage qui a été le fruit notamment de la générosité des chefs indie.

« Ce voyage culinaire à travers l’Inde & les vins de Bordeaux vous servira d’inspiration pour accorder vins et mets sur votre table ou au restaurant et ainsi partager nos plus belles découvertes viticoles, en recherchant l’harmonie entre le plat et le vin parce que les vins subliment la saveur d’un mets. Vous découvrirez qu’il existe de nombreux accords avec un même vin ou plat car il est plus facile d’accorder un plat avec un vin ».

Ce livre dévoile également dans sa seconde partie les propriétés bordelaises qui se cachent derrière chaque bouteille. Ces châteaux offrent un attrait architectural, patrimonial et familial incommensurable. A découvrir.

Bordeaux, Alliance de ses vins avec la Cuisine Indienne : 382 pages, 22€;  67 recettes indiennes réalisées par des chefs de 3 pays: Angleterre, Inde, & USA, avec 33 Châteaux et 16 Master & Celebrity Chefs indiens.