06 Fév

Blaye au comptoir : des vignerons passionnés à la rencontre des amateurs de vins

La 7 ème édition de « Blaye au comptoir » a démarré sur les chapeaux de roues à Bordeaux avec comme nouveauté cette année des foodtrucks associés. 50 vignerons de Blaye font découvrir leur production dans 50 brasseries, restaurants et camions ambulants ce jeudi 6 et vendredi 7 février.

20140206_123410

La nouveauté cette année: les foodtrucks avec Caroline Bourcier du Château Haut-Bourcier en Blaye – Côtes de Bordeaux © Jean-Pierre Stahl

« Moi j’aime les petits challenges, le fait d’être en pleine rue comme ça, de faire déguster un peu nos vins, ça change plutôt que d’être au restaurant », d’emblée Caroline Bourcier pose l’ambiance de ses dégustations autour de foodtrucks. Une ambiance de plein air sur le site Darwin, à l’ancienne caserne Niel, avec un 14 ° C à midi mais où les salariés à la pause déjeuner sont réchauffés par le soleil bordelais.

20140206_134110

50 brasseries et restaurants participent à la 7ème édition de « Blaye au Comptoir »

Et de renchérir : « ce sont des vins faciles à boire. Ils peuvent accompagner une bonne entrecôte, mais même pour l’apéritif, ils sont faciles à boire et c’est ça que les gens aiment bien ».

Sa famille dirige le chateau Haut-Bourcier à Saint-Androny, 40 ha en Blaye; elle produit 250 000 bouteilles d’un vin vieilli en fûts de chêne (85% merlot, 10 % cabernet-sauvignon et 5 % petit verdot).

Cette année, 4 vignerons sont associés à 4 foodtrucks, ces restaurants ambulants qui viennent restaurer sur place les salariés aux bassins à flots, à la caserne Niel à Bordeaux et à Mérignac.

20140206_131110

« Au Bouchon des Chartrons », on est partenaire depuis 5 ans © JPS

« Au Bouchon des Chartrons », Olivier Lavigne est partenaire depuis 5 ans, presque depuis le début car l’opération fête sa 7ème édition. « C’est le seul jour de l’année où les gens peuvent prendre l’apéro en discutant du vin avec le vigneron. » 

C’est Eric Vezain, propriétaire du Château Canteloup, 25 ha à Fours près de Blaye, qui fait déguster ici ses vins. Sa production ? 100 000 bouteilles, des BIB et du vrac pour le négoce.

« Depuis quinze-vingt ans, nos vins se sont nettement améliorés en terme de qualité. Ce qui les caractérise, c’est leur côté sympathique, du fruité avec de la puissance. C’est un très bon rapport qualité prix ! »

Blaye représente 430 châteaux sur 6 000 ha et plus de 60 % des volumes des Côtes de Bordeaux. C’est la 3ème appellation du bordelais avec 260 000 hectolitres produits.

20140206_113351

Jean Lissague vigneron exploitant  » Grand Secret » et « Petit secret », avec Jean-Pierre Xiradakis (« Bar-Cave de la Monnaie ») et Samuel Maingeau patron d' »Elvis ».

En 2013, Blaye a enregistré une augmentation de + 1% des volumes en grande distribution et + 4% en valeur. 85 % des vins de Blaye sont commercialisés en France, 15 % à l’étranger. En 2012, Blaye avait connu une forte poussée de ses vins à l’export + 30 %, en 2013 + 15%.

Quant à la qualité du 2013 à venir, Mickaël Rouyer, directeur de Blaye – Côtes de Bordeaux précise: « On a eu des rendements de 35 hectolitres à l’hectare alors qu’on nous autorise 51 », « Quant à la qualité ? Ce ne sera pas le millésime du siècle mais tout de même bon à boire rapidement. A Blaye, on tire notre épingle du jeu sur le fruit, la souplesse, des vins de plaisir, à boire dans les deux ans. »

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Rémi Haas

05 Fév

La Suisse « fait main basse » sur l’or de Lafaurie-Peyraguey

Pour une fois qu’on ne parle pas de rachat par des Chinois…Le château Lafaurie-Peyraguey, 1er grand cru classé de Sauternes vient d’être acquis par le Suisse Sylvio Denz, Président de Lalique et d’Art et Fragrance. Le prix de la transaction n’a pas été dévoilé, mais elle s’est faite à moins de 10 millions d’euros.

Lafaurie Peyragey #2

Chateau Lafaurie-Peyraguey © Leif Carlsson

Le château Lafaurie-Peyraguey, jusqu’ici détenu par GDF Suez, est le plus ancien de ce petit villages de Bommes dans le Sauternais. Il remonte en effet au XIIIème siècle, avec son porche typique et ses vieilles tours. Ses plus vieilles archives ont 8 siècles d’histoire, c’est dire le poids ici du passé. Ses plus proches voisins sont Yquem qui figure à la 1ère place de ce classement de 1855, et juste derrière Lafaurie-Peyraguey et La Tour Blanche tous deux à Bommes.

Château-Lafaurie-Peyraguey (2)

Le chai à barriques du Château Lafaurie-Peyraguey

Le vignoble de 36 ha est cultivé en lutte raisonnée sans aucun herbicide chimique. L’encépagement est à 93 % de Sémillon, 6 % de Sauvignon et 1 % de Muscadelle, les vignes ont 40 ans de moyenne d’âge (les plus vieilles sont de 1926) et le rendement est de 18 hectolitres à l’hectare.

La fermentation alcoolique et l’élevage se fait en barriques de chêne français (40 à 70 % de barriques neuves selon les millésimes). La production s’élève en moyenne à 60 000 bouteilles.

Après Bernard Arnaud et Yquem, Bernard Magrez et Clos Haut-Peyraguey, Axa et Suduiraut, Robert Peugeot-Olivier Bernard-Stephan Von Neipperg-Xavier Planty et Guiraud, Sylvio Denz écrit une nouvelle page de l’histoire de Sauternes.

Sylvio Denz - Château faugères

Sylvio Denz déjà à la tête de Château Faugères, cru classé de Saint-Emilion © Château Faugères

Le Suisse, Sylvio Denz,  (né en 1956 à Bâle, qui a développé notamment entre 1980 et 2000 une grande chaîne de parfumeries) a déjà affiché la couleur (jaune forcément):

il a déclaré « le Sauternes est sous-évalué et pourtant, il y a là de belles choses, avec le vin liquoreux, et avec le vin blanc sec ». Il s’est d’ailleurs fixé des objectifs:

1) Produire de grands vins blancs de Sauternes: de très grands liquoreux sur les meilleurs terroirs classés en 1855 « l’Enclos » et « les Maisons Rouges » mais aussi un grand vin blanc sec !

2) Bénéficier de synergies de commercialisation: ces vins liquoreux et blancs secs de Lafaurie complèteront la gamme de vins rouges des 7 domaines de Sylvio Denz en Bordelais, en Espagne et en Toscane. (Il possède deux crus classés de St-Emilion (Péby Faugères et Faugères), château Chambrun en Lalande de Pomerol et Cap de Faugères en Castillon – Côtes de Bordeaux)…

3) Développer l’oenotourisme en Sauternais: Sylvio Denz a l’ambition de faire de l’oenotourisme de prestige ici dans le Sauternais. Il y a un créneau car peu de structures de ce type. Le château s’y prêtera justement avec 13 chambres pour amoureux des vins de Sauternes et professionnels du monde du vin.

4) Créer une histoire commune avec Lalique: dans ses cartons, un projet de création d’une bouteille gravée sous l’emblème de Lalique, dans la continuité des deux lignes de carafes et de verres créées par René Lalique, « Yquem » en 1934 et « Barsac » en 1939.

Quand je vous dis que c’est de l’or en barre !

 http://vignobles-silvio-denz.com/vignobles-silvio-denz-fr/actualites-vignobles-silvio-denz.html

 

 

Séjours atypiques au cœur des appellations Sweet Bordeaux

Le temps d’un weekend, les Sweet Bordeaux proposent aux beaux jours une plongée au cœur de leurs appellations.

Saveurs authentiques et vignobles sublimés, la découverte des vins doux de Bordeaux à un coût pas très exorbitant aux environs de cent euros ou moins.

Au programme : séjour 2 jours/1 nuit à l’occasion du Printemps des liquoreux les 26 et 27 avril sur les appellations Loupiac, Cadillac et Sainte-Croix-du-Mont et pour prolonger la magie tout au long de l’année, séjour dans le vignoble de Sauternes et Barsac.

Printemps des Liquoreux : weekend en AOC Loupiac, Cadillac et Sainte-Croix-du-Mont

Samedi
10h00 : randonnée pédestre sur les coteaux de Garonne à Loupiac ou de Sainte-Croix-du-Mont. Déjeuner Libre
15h30 : remonter le temps au cours de la visite de la Villa gallo-romaine de Loupiac.
17h00 : spectacles et animations galloromains, initiations à la dégustation (accords macarons et Sweet Bordeaux) par l’Ecole du vin de Bordeaux et ateliers artisanaux.
20h00 : dîner gallo-romain et spectacle. Nuit et petit déjeuner en chambre d’hôtes sur les côteaux de Garonne.

Dimanche
10h30 : visite et dégustation au Château du Payre (AOC Cadillac). Déjeuner libre.
14h30 : visite et dégustation de la Maison des vins de Cadillac.
Superbe chartreuse du XVIIIème siècle, elle dispose d’un nouveau Musée de la vigne et du vin.
La Maison des Vins de Cadillac a reçu un « International Best Of Wine Tourism».
15h30 : Spectacle de gladiateurs sur le site de la villa gallo Départ en fin d’après-midi.

Comprend l’hébergement en chambre d’hôtes, le dîner gallo-romain du premier jour, la visite de la villa gallo-romaine, le livret pour la randonnée pédestre, l’accès au site du Printemps des Liquoreux avec le pass dégustation, les visites et dégustations…

www.entredeuxmers.com / www.sweetbordeaux.com

Séjour au cœur du Vignoble de Sauternes et Barsac : la tournée des Grands Crus

le château d’Arches en AOC Sauternes

Jour 1
Début d’après-midi : Arrivée sur le territoire. Visite commentée et dégustation dans une propriété familiale de l’AOC Sauternes Barsac.
Visite et dégustation au Château d’Arche, second Grand Cru Classé 1855.
Dîner dans un restaurant du territoire.Nuit dans l’hôtel et propriété viticole le Relais du Château d’Arche à Sauternes.
Jour 2
Petit déjeuner au Château d’Arche.Dominant le village de Sauternes, la très belle chartreuse du XVIIème
siècle située au cœur de la propriété viticole du Château d’Arche offre un panorama magnifique. Le Relais du Château d’Arche propose une prestation hôtelière de haut standing avec ses 9 chambres très grand confort. 

www.tourisme-sauternes-graves.com / langon@tourisme-sauternes-graves.com

04 Fév

Millésime 2013: La Nouvelle-Zélande un concurrent de plus en plus féroce pour les vins blancs

Le millésime 2013 s’annonce » exceptionnel » pour les vins néo-zélandais. A la hauteur des espérances des vignerons néo-zélandais, il répond aux goûts comme aux exigences des experts du marché anglais.

new-zealand-wine-centre.jpgCommissaire des vins néo-zélandais au Royaume-Uni, Sir Lockwood Smith a inauguré le tasting annuel des vins de Nouvelle-Zélande en annonçant que « 2013 serait, pour les vins de ce terroir, l’un des meilleurs millésimes de ces dernières années ».

« La Nouvelle-Zélande possède des sols d’une richesse extraordinaire et un microclimat fascinant qui donnent naissance à des vins remarquables. 2013 s’annonce comme un excellent millésime. »

Le Sauvignon Blanc reste à ce jour le cépage le plus populaire sur le marché anglais. Le prix des vins néo-zélandais dépasse aujourd’hui la barre des 7 livres et ne cesse de grimper d’année en année.

De quoi inquiéter quelque peu les vignerons français. Toutefois, on se fera prochainement une idée plus précise du millésime 2013, ce avant un mois avant la campagne des primeurs début avril à Bordeaux.

C’est lors du salon Bordeaux Vinipro du 3 au 5 mars que les « vins frais », blancs, rosés, moelleux, seront pour la première fois dégustés par les professionnels et la presse spécialisée. Xavier Planty, Président des Sauternes et dirigeant Château Guiraud, a annoncé également la semaine dernière « un grand millésime pour les liquoreux et un bon millésime pour les blancs ».

A lire également: « Bordeaux Vinipro: on est dans du décapant ! » (https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/cote-chateaux/2014/01/30/bordeaux-vinipro-on-est-dans-du-decapant.html)

Source: Vinexpo

03 Fév

L’inventeur du Wine Condom…

 

Plus besoin de sortir sa pompe à air ou de remettre le bouchon de liège pour conserver une bouteille de vin entamée. Un jeune américain du Texas a inventé le «condom à vin».

Wine condom 1

l’inventeur du « wine condom » © www.kickstarter.com

Le condom à vin ressemble en tout point au préservatif masculin. Cette enveloppe cylindrique de caoutchouc se déroule sur le goulot de la bouteille. Elle permet de sceller son contenu jusqu’à la prochaine dégustation.

«Le condom à vin est une manière efficace de refermer une bouteille sans prendre beaucoup de place dans le réfrigérateur, explique la mère de l’inventeur Laura Bartlett. Ce n’est toutefois pas un outil miracle pour protéger le vin (de l’oxydation).»

Selon son fils, Mitchell Strahan, le condom à vin s’adapte sur tous les types de bouteille, sauf sur les vins mousseux, puisque le gaz qu’ils contiennent repousse l’enveloppe de caoutchouc. Son produit serait également réutilisable.

Afin de démarrer la mise en marché de son invention, M. Strahan organise une campagne de financement sur le sitehttps://www.kickstarter.com. Il espère amasser 7 500$ d’ici le 15 février. Son objectif est presque atteint. Plus de 5000 dollars collectés.

Source: LaPresse.CA – Karyne Duplessis Piché

Drame du château de la Rivière: le corps de James Grégoire identifié par son ADN

Confirmation ce matin de l’identité suite aux analyses ADN. Le corps retrouvé à Saint-Loubès jeudi est bien celui de James Grégoire, l’ancien propriétaire du château de la Rivière et pilote de l’hélicoptère qui s’est crashé le 20 décembre dans la Dordogne.

James Grégoire et Lam Kok avec leurs épouses respectives, juste avant l'accident. © Mehdi Fedouach / AFP

James Grégoire et Lam Kok avec leurs épouses respectives, juste avant le crash © AFP Mehdi Fedouach

L’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale à Rosny-sous-Bois a travaillé tout ce week-end. L’IRCGN a confronté les prélèvements effectués sur le corps retrouvé jeudi dernier dans la Dordogne avec ceux des enfants de James Grégoire et ils correspondent.

Joint par téléphone, le Colonel Ghislain Réty, Commandant le Groupement de Gendarmerie de la Gironde, nous a confirmé : « on est maintenant sûr à 100 % que c’est lui.  Les résultats des expertises ADN sont tombés cette nuit. »

Jeudi dernier, les services d’enquête avaient de très fortes présomptions, les vêtements ainsi que les bijoux correspondaient aux descriptifs fournis par les proches de James Grégoire. Mais il fallait attendre les analyses ADN pour juridiquement identifier la victime.

Xavier Buffo, le directeur général du château de la Rivère, avait réagi au nom de la famille et des salariés du château « c’est un soulagement, mais cela n’enlève rien à la douleur », nous avait-il confié. (https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/cote-chateaux/2014/01/31/chateau-de-la-riviere-james-gregoire-retrouve.html)

James Grégoire avait proposé à Lam Kok, à son fils de 12 ans , ainsi qu’à Peng Wang, directeur France du groupe Brilliant, de faire un tour de la propriété à bord de son hélicoptère. Même si l’enquête a avancé, les causes exactes de l’accident ne sont pas formellement établies. Il y a des pistes qui doivent encore être confirmées.

Ce drame est survenu après la signature de la vente du château et la remise officielle des clés au milliardaire chinois (à la tête d’un groupe spécialisé dans les thés et hôtels de luxe). Ce dernier avait acheté le château pour 28 millions d’euros, sans compter les commissions d’agence et frais de notaire. La note s’élevait à bien plus de 30 millions.

Reportage sur la remontée de l’hélicoptère de James Grégoire du 23 décembre 2013 par Marie Neuville et Didier Bonnet

(Intervenants: Laurent Gazengel, commandant la brigade nautique d’Arcachon; Frédéric Taymont, commandant la brigade nautique de La Rochelle)

Reportage au lendemain du crash et sur les recherches le soir du drame les 21 et 20 décembre 2013 de Jean-Pierre Stahl, Didier Bonnet et Thierry Julien

02 Fév

Les Côtes de Bordeaux, toujours plus haut !

Depuis le lancement en 2009 de leur nouvelle appellation, les Côtes de Bordeaux n’en finissent plus de grapiller de nouveaux marchés en France et à l’étranger (+39% à l’export en 2 ans).

ILLU COTEBX HD horizontal

Le logo et le slogan « les Côtes de Bordeaux, c’est en haut ! » lancés en 2009, devenu « toujours plus haut ! »

Lancés il y a seulement quelques années, les « Côtes de Bordeaux » (regroupement de Castillon, Blaye, Cadillac, Francs) se sont installées dans le paysage des vins Français et jouent des coudes pour se faire la plus belle place au soleil.

Pour Patricia Zabalza, directrice de l’Union, la progression des Côtes est d’autant plus appréciable que « dans un contexte économique morose, 2012 et 2013 ont été marquées par de très belles performances pour l’Union des Côtes : notre progression est plus rapide que la moyenne des vins de Bordeaux en France (+3%), comme à l’export (+39% en deux ans) »  

Et d’ajouter : « Sur plusieurs marchés prioritaires (Chine, USA…), la valeur a progressé davantage que les volumes » .

20131030_110106 (2)

Les dégustations des Côtes de Bordeaux en Asie

Des résultats qui s’appuient sur un plan d’action promotionnel plus soutenu et essentiellement tourné vers l’export : plus de 30 opérations ont en effet été menées dans 6 pays en 2012 (contre 12 en 2010) tandis qu’en France, la mutualisation des relations presse a permis aux Côtes de doubler leur présence dans les médias.

Il est vrai que les Côtes de Bordeaux sont sur un créneau porteur, le « coeur de gamme » des Bordeaux, avec des vins commercialisés en France entre 5 et 20 euros. Leur regroupement a favorisé surtout à l’étranger une meilleur lisibilité et a eu un impact très important car c’est en définitive Bordeaux qui est souligné et que l’acheteur étranger repère (en plus du terme « côtes »).

20131107_124624 (2)

Les Côtes de Bordeaux présents sur tous les grands salons mondiaux

Les efforts de promotion restent soutenus en direction des USA, de Hong-Kong, de la Chine (devenu 1er marché à l’export) et du Japon. Tout en n’oubliant pas l’Allemagne, comme marché de proximité.

Présents sur les plus gros salons comme prochainement à « Prowein » à Düsseldorf en Allemagne, mais aussi au « Prowine » de Shangai, à « Vinexpo » Hong-Kong, les Côtes seront également de la partie sur les quais de Bordeaux et dans les restaurants bordelais qui ne proposeront que du 100 % Bordeaux pour le prochain « Bordeaux Fête » le Vin du 26 au 29 juin.

Les Côtes pensent par ailleurs redéfinir leur image et leur slogan de démarrage, pour donner une nouvelle dynamique.

www.bordeauxcotes.com/

31 Jan

Château de la Rivière : le corps de James Grégoire retrouvé

« C’est un soulagement. » La réaction est unanime. Tant de la famille que des salariés du Château qui aimaient et appréciaient James Grégoire l’ancien propriétaire. Ils ont appris la découverte hier du corps à Saint-Loubès qui selon les premières constatations semble être celui de James Grégoire.

20140129_101801

Xavier Buffo, le directeur général du château de la Rivière © Jean-Pierre Stahl

Xavier Buffo, le directeur général du château de la Rivière, nous a confié avoir eu la famille de James Grégoire hier au téléphone. Il a notamment eu sa belle-fille. « C’est un soulagement ! On va enfin pouvoir faire le deuil. Ca n’enlève pas la douleur, mais vraiment c’est un soulagement. »

A Chinese billionaire and a French wine maker are feared dead following a helicopter crash they took together to celebrate the sale of a Bordeaux chateau.

James Grégoire et Lam Kok © AFP

Hier après-midi, comme pour Peng Wang (directeur France du groupe Brilliant) le 11 janvier dernier, c’est un promeneur qui a retrouvé le corps en bord de Dordogne à Saint-Loubès, non loin de l’endroit où avait été retrouvé Mr Wang. Les gendarmes de la brigade nautique d’Arcachon ont retiré le corps de l’eau. D’après les premières constatations, les habits et bijoux qu’il portait semblaient correspondre aux descriptifs qu’avaient recueillis les gendarmes chargés de l’enquête. Toutefois, il faut encore attendre l’autopsie et surtout les résultats ADN réalisés à l’IRCGN (Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale) de Rosny-sous-Bois, dont on ne connaîtra les résultats que la semaine prochaine. Juridiquement, la confirmation ne pourra intervenir qu’à l’issu, nous a précisé le Colonel Ghislain Réty, commandant le Groupement de Gendarmerie de la Gironde.

Et Xavier Buffo, de continuer: « C’était très difficile pour nous de rester les bras croisés, l’attente était insupportable pour la famille Grégoire comme pour Madame Kok que j’ai eu hier au téléphone également. Mais, ça redonne espoir » de retrouver Lam Kok, le propriétaire du château de la Rivière et le dernier des 4 victimes du crash d’hélicoptère à n’avoir pas encore été retrouvé.

Depuis le 20 décembre dernier, c’est Xavier Buffo qui gère tout. Tant le drame – avec les familles, les autorités, et la masse de journalistes qui étaient présents les premiers jours – que la gestion du domaine viticole et des visites oenotouristiques. Il était alors directeur technique, Madame Kok l’a nommé directeur général avec toutes les responsabilités et la charge qui pèsent sur ses épaules. Elle a toute confiance en lui, et d’ailleurs c’est mérité. Celà fait quinze ans qu’il gère le domaine viticole.

20140129_102631

Le château de la Rivière © JPS

Prochainement, Madame Kok en liaison avec Xavier Buffo a programmé un voyage à Pu’Er en Chine pour la dernière semaine de février. Il s’agit pour le responsable du domaine, mais aussi pour les maires de Libourne  et de la Rivière de se rendre compte de ce qu’est le groupe Brilliant: un groupe spécialisé dans le thé extraordinaire de la province du Yunnan et aussi spécialisé dans le tourisme haut de gamme. Il possède 4 hôtels en Chine, bientôt 10. Il a pour projet de développer également le tourisme sur la Rivière, Libourne, Saint-Emilion et Bordeaux. (lire précédemment « Château de la Rivière: les projets continuent… »

 

30 Jan

Bordeaux Vinipro: « on est dans du décapant ! »

 Lancement médiatique ce midi du tout nouveau salon Bordeaux Vinipro qui se tiendra du 3 au 5 mars au parc des expositions. 250 à 300 vignerons y sont attendus, ainsi que des maisons de négoce. « C’est vraiment une start-up avec des concepts nouveaux et décapants… » affirme son président Eric Dulong.

20140130_115854 (1)

« Et Dieu…créa la femme » Eric Dulong et Xavier Planty, demi-dieux de Bordeaux Vinipro ont créé l’affiche accrocheuse et surtout le nouveau salon ! © Jean-Pierre Stahl

« Nous sommes un complément de Vinexpo et pas un concurrent ! » Une précision qui vaut de l’or. Elle a été faite d’emblée par Eric Dulong, le président de Bordeaux Vinipro.

Pas question de faire de l’ombre au célèbre salon Vinexpo, lancé en 1981 aussi au parc des expositions. D’ailleurs Vinexpo est organisé les années impaires, et Bordeaux Vinipro les années paires comme Vinitech.

De plus à Vinexpo, on y découvre les vins du monde entier; à Vinipro, ce salon concernera les Bordeaux et les Vins du Sud-Ouest dont Bergerac et Duras.

12 000 m2 sont d’ores et déjà réservés entre les travées 6 à 13 du Hall 1. Des stands de 6 à 72 m2, dont le prix de base est de 1950 euros les 6 m2. Le budget de ce premier Bordeaux Vinipro, c’est 750 000 euros.

Essentiellement assumé pour l’heure par CEB (Congrès et Expositions de Bordeaux). toutefois, le projet sera au final assumé à 50 % par CEB, 16 % par la CCI de Bordeaux e 34 % par les viticulteurs et négociants.

Pour Benard Farges, Président du CIVB: « c’est un projet que l’on suit depuis longtemps. L’Interprofession soutient cette initiative, nous sommes ravis qu’ils démarrent. Ce sont les deux fédérations de négociants et de viticulteurs qui portent ce projet. »

250 à 300 châteaux et maisons de négoces y sont attendus. Parmi les négociants bien connus: Castel, les Grands Chais de France, Sichel, GVG, Calvet… 160 ont déjà pris une option ferme.

10 000 visiteurs professionnels français et européens devraient s’y presser, notamment du Royaume-uni, d’Allemagne, de Belgique. Les Américains et Chinois seront également de la partie.

Une mise en scène spécifique aux couleurs de Bordeaux Vinipro avec des ballons suspendus au plafond et des espaces dédiés:

* Speed tasting: espace de dégustation réservé aux acheteurs pour faciliter leurs dégustations.

* De maisons en châteaux: un petit musée au sein du salon.

* Village 2.0: un salon connecté et tourné vers l’innovation avec les » wine-start-ups » pour échanger.

* Zones de déconnexion ou de détente: mini-golf, baby-foot, hamacs…

* Restauration nomade avec food trucks.

Une vaste campagne est lancée avec diffusion de 30 000 E-mailings et 16 500 E-mailings grossites, GD, CHR…Bordeaux Vinipro compte inonder les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram).

Ils ont les dents longues, normal, ils sont jeunes (ou presque). D’ailleurs Xavier Planty a déjà donné le ton: « on va mettre des racks à l’entrée du salon pour poser les cravates ! »

Au château de la Rivière, les projets continuent…malgré le drame

20140129_101814_resized

I Xavier Buffo, le directeur général du Château de la Rivière @ Jean-Pierre Stahl

 Celà fait bientôt 6 semaines que la château de la Rivière a été vendu à Lam Kok par James Grégoire. 6 semaines également que la tragédie s’est abattue sur les 2 propriétaires disparus dans le crash d’hélicoptère. Les corps du fils de Lam Kok et de Peng Wang, également a bord, ont été repêchés le soir du drame et bien après. Cet après-midi, un troisieme corps a été retrouvé à hauteur de Saint-Loubes, il pourrait s’agir de James Grégoire. La tenue vestimentaire semble identique. D autres détails  correspondraient. Toutefois ce n’est qu´apres l’autopsie et les analyses ADN que l’identité sera révélée.

Il ne se passe pas une journée sans que ce destin tragique ne se rappelle à Xavier Buffo, l’ancien directeur technique qui est devenu directeur général du domaine. Pour la photo, on a droit à un petit sourire, mais ces derniers temps ont été difficiles. Il a vraiment été marqué par ce drame, comme d’autres salariés du château. Lui, en prime, a été recruté par Jean Leprince, le précédent propriétaire disparu également dans le crash de son Cessna. Mais il a cette volonté et ce courage que forge le destin. Sa volonté et son courage, ils prennent aujourd’hui le dessus.

20140129_102659_resized

La colline, juste en face du château, sur laquelle un complexe hôtelier devrait être construit © JPS

Malgré tout, la vie continue. Et il lui faut se retrousser les manches et porter sur ses épaules maintenant les projets engagés par Lam Kok. Des projets que l’épouse du milliardaire chinois souhaite poursuivre.

Le plus important d’entre eux est la construction d’un complexe hôtelier qui devrait voir le jour juste en face du château, sur la colline à 100 mètres à vol d’oiseau, pour accueillir des hôtes sur le site.

20140129_103709_resized

Les appartements du 1er étage désormais ouverts au public, notamment la salle à manger, où des dégustations, petits déjeûners et dîners seront organisés © JPS

Les appartements privés du château au 1er étage, deux salons, et une salle à manger, seront ouverts à la clientèle. Petits déjeuners, dégustations de vins de la Rivière et dîners y seront organisés. Sans parler d’un petit salon où les hôtes pourront déguster une grande variété de thés car Lam Kok et son épouse étaient à la tête du groupe Brilliant spécialisé dans la production de thés extraordinaires à Pu’er dans la région du Yunnan en Chine. Le groupe, par ailleurs, propriétaire de 4 hôtels de luxe en Chine emploie 3000 personnes.

Le château édifié en 1570, remanié par Viollet-le-Duc au XIXème siècle, va être restauré au niveau des intérieurs. Xavier Buffo précise que « des décorateurs sont déjà sollicités, on va faire travailler des artisans locaux. » Car la saison touristique s’annonce et même plus vite que prévu. « D’ordinaire, on a 10 réservations pour la saison qui démarre au mois de mars. Là, on a déjà 150 réservations… »

20140129_105724_resized

Le chai à barriques où on a réalisé les assemblages du millésime 2012 © JPS

Sur le terrain, les équipes techniques s’affairent: sur les 65 ha plantés, on a commencé à tailler la vigne, il reste à sortir les bois, à remplacer des piquets en bois. Un travail d’un mois et demi. Le vignoble de la Rivière est planté à 85 % en merlot et 15 % en cabernet sauvignon et en cabernet franc, un vignoble en AOC Fronsac.

Dans les chais, on a réalisé les assemblages du millésime 2012. On attend pour juin 170 000 bouteilles de premier vin, 15 000 de la cuvée spéciale Aria et 120 000 bouteilles du second vin « les sources de la Rivière ».

20140129_113410_resized

10 % des vins commercialisés en Chine actuellement. « On ne dépassera pas les 25 % », assure Xavier Buffo. © JPS

Quant à la commercialisation, le château continue de privilégier les clients qui achètent directement au domaine, lors de visites ou séjours touristiques, « cela représente 15% de nos ventes. »

« On vend 40 % en France et 60 % à l’export. Parmi nos clients privilégiés: les Allemands, les Belges, les Anglais, et le Danemark. Il y a aussi une fidélité avec les USA et le Canada. En Asie, on vend en Chine, au Japon, en Malaisie. »

« Actuellement 10 % des vins partent en Chine ». Même si le château a été acheté par des Chinois, « on ne dépassera pas les 25 %, car on veut garder nos partenaires commerciaux. Nous sommes une grande marque vendue dans 32 pays au monde ! »

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine

Intervenants: Xavier Buffo, directeur général ; Michel Duphil, chef de culture ; Paolo Spadatto, maître de chai.

 

 

RSS