30 Oct

Lumières d’automne en Bordelais

Côté châteaux n’a pas résisté à l’idée de vous faire partager ces belles lumières de couchers de soleil sur quelques châteaux, vignobles et parcs de propriétés viticoles autour de Bordeaux. C’est ainsi le passage à l’heure d’hiver avec ces belles couleurs de l’automne : un festival de jaune, orange, rouge et marron.

2304 couleurs automne 099couleurs automne 129couleurs automne 137couleurs automne 174couleurs automne 193couleurs automne 1852324 couleurs automne 209

Vous aurez bien sûr reconnu les châteaux Pape-Clément, Smith-Haut-Lafitte, La Louvière, Les Carmes Haut Brion (chai signé Philippe Starck-Luc Arsène Henry) et Couhins-Lurton. (Photos © Jean-Pierre Stahl)

23 Oct

Le Shtandart, le premier navire de guerre russe fait escale à Bordeaux ou quand la vodka accoste au pays du vin

Il vaut le détour, aussi beau que le Belem, l’Hermione et autres vieux navires et répliques. Celle-ci a été contruite à l’identique du navire de guerre de la flotte Baltique édifié en 1703 d’après les plans de Pierre 1er le Grand. A visiter et à admirer dans Capitale Mondiale du Vin encore aujourd’hui.

Le S © Bordeaux Tourisme

Le Shtandart et un fabuleux coucher de soleil © Bordeaux Tourisme

Construit en 1703 d’après les plans de Pierre le Grand,  la frégate « Shtandart » portant 28 canons, était le premier navire de guerre et le vaisseau amiral de la nouvelle flotte Baltique. Neuf navires ont été construits en suivant, servant à la défense de Saint-Pétersbourg.

UNE REPLIQUE TRES REUSSIE

Ce 3 mâts est une réplique exacte de l’ancien navire le Shtandart : les mâts et mâts de flèche, les œuvres dormantes et courantes, le cabestan, les canons, les sculptures de décoration, la barre à roue et l’appareil à gouverner, les échelles, les passerelles, les écoutilles et les lucarnes sont reconstitués comme à l’époque de Pierre 1er.

On peut compter des différences surtout à l’intérieur : à l’époque c’etait  a cale, où on gardait des tonneaux d’eau, des câbles de mouillage, des provisions, des boulets et de la poudre, aujourd’hui on y  trouve deux moteurs diesel, une génératrice, des pompes de cale, des citernes ainsi que le carré, la cambuse et les postes d’équipage.

Le S en pleine mer © Bordeaux Tourisme

Le Shtandart en pleine mer © Bordeaux Tourisme

LES ETAPES D’UNE RENAISSANCE

Le chantier du Shtandart fut réalisée en 5 ans, de 1994 à 1999, par le Centre d’éducation maritime de Saint-Petersbourg. Le bois nécessaire à la construction est venu de la forêt de Lindulovskaya à côté de Reschino.Un chantier formidable, financé par les gouvernements russe, britannique et de généreux donateurs, sur l’emplacement d’un ancien chantier naval sur les rives de la Neva et dans le cadre du « Shtandart Project » (un projet qui forme de jeunes russes à la construction navale en bois et à la navigation traditionnelle à la voile). Comme le Belem, le Shtandart est devenu un navire école grâce à une association russe.

Regardez évoluer ce fabuleux 3 mâts en pleine mer © Shtandart :

LES CARACTERISTIQUES DU NAVIRE

Année de construction : 1999 – Tonnage : 220 t. – Drapeau : Russie – Gréement : trois-mâts carré – Port d’attache : Saint-Pétersbourg – Voilure : 660 m² (14 voiles) – Longueur : 34,5 m – Tirant d’eau : 3,3 m – Hauteur des mâts : 33 m – Motorisation : 2 Volvo Penta TAMD 122P 560 ch (240 kW) – Capitaine : Vladimir MARTUS.

Escale à Bordeaux jusqu’au 25 octobre : entrée à 11h00 le 20/10 et sortie à 03h30 le 25/10, au Ponton d’Honneur – quai Richelieu.

Horaires de visites du 24 octobre : de 10h à 20h / Tarifs : 3€/adulte – 1.50 €/enfant – 9€/famille jusqu’à 5 enfants. Vente directe sur place au ponton d’Honneur

Regardez le reportage de Catherine Bouvet et Michel Vouzelaud :

18 Sep

#Patrimoine : le château Castera fête 400 ans de commercialisation de ses vins

A Saint-Germain d’Esteuil, le château Castera célèbre la première vente notariée de ses vins en 1516; une histoire peu banale dans le Médoc où les châteaux remontent pour la plupart au XVIII ou XIXe siècles.

Dieter Tondera et le père de Thomas Press ont acheté Castera en 1986 © Jean-Pierre Stahl

Dieter Tondera et le père de Thomas Press ont acheté Castera en 1986 © Jean-Pierre Stahl

C’est un château peu connu, chargé d’histoire, mais tellement incroyable. Juché au fin fond du Médoc, ce  château remonte au XIIe siècle : »il existe des traces de ce château qui remontent à 1121 à la Tour de Londres, où ce château est décrit comme une forteresse », précise d’emblée et fièrement Jean-Pierre Darmuzey le directeur du château Castera. Une histoire qui se poursuit avec le Prince Noir dont la légende veut qu’il serait venu piller le château.

CASTERA 045

En 1409, Henri IV d’Angleterre confisque le château à la famille Darsac. Mais l’histoire du commerce du vin commence réellement à l’époque de Montaigne. Le frère du célèbre écrivain qui séjourna à Castéra, avait épousé une héritière du château Antoinette, Dame Darsac et de Castera

Reproduction de l'acte notarié qui se trouve aux archives départementales : 380 livres tournois pour l'ensemble des récoltes de 1516 © JPS

Reproduction de l’acte notarié qui se trouve aux archives départementales : 380 livres tournois pour l’ensemble des récoltes de 1516 © JPS

Thomas Press l’actuel propriétaire commente : « Aujourd’hui on célèbre l’acte de vente au château du 21 janvier 1616, qui prouve qu’à Castera on a vendu du blé, des fruits et plus important du vin déjà il y a 400 ans ! On a reçu 380 livres tournoi, ce qui correspond à peu près à 12000 euros aujourd’hui, et on pense que c’était pour payer l’intégralité de la récolte de blés, de fruits et de vins à cette époque. »

Reconstitution de l'acte notarié de 1516 avec le Quatuor Vocal Le Plisson © JPS

Reconstitution de l’acte notarié de 1516 avec le Quatuor Vocal Le Plisson © JPS

Dieter Tondera et le père de Thomas Press, Carl Press, ont acquis le château Castera en 1986, 30 ans déjà. A l’époque, il avaient fait fortune notamment dans l’immobilier à Paris et avaient un goût prononcé pour les vins de Bordeaux, c’est ainsi qu’ils se sont mis en quête d’un château, se faisait conseiller au passage par un autre Allemand le Baron Stéphan Von Neipperg.

Les plus vieilles bouteilles du château dont une de 1868 en vitrine dans la Tour © JPS

Les plus vieilles bouteilles du château dont une de 1868 en vitrine dans la Tour © JPS

Voici d’ailleurs une bouteille du château du Castera de 1868 qui les a fort impressionné. C’est la plus vieille du château que l’on retrouve au 2e étade de la Tour…à l’époque c’était le Marquis de Vertamont qui en était le propriétaire. Dieter nous explique comment avec le père de Thomas ils sont tombés amoureux de ce château : « d’abord on avait une idée du vin de Bordeaux et puis on trouvait intéressant de s’engager dans une affaire historique et que c’était quelque chose d’important dans la vie. C’était un coup de coeur mais quand même réfléchi, on s’est renseigné avant, on a visité d’autres châteaux et puis on est tombé sur le château Castera, parce qu’il nous plaisait, notamment son histoire et on pensait qu’on pouvait faire quelque chose de bien de cela. »

CASTERA 085A l’époque du Marquis de Vertamont, le château du Castera, c’est ainsi qu’il l’appelait en ce temps-là, était l’un des plus gros domaines du Médoc. Il s’étendait quasiment jusqu’aux portes de Bordeaux. Aujourd’hui, ce sont 75 ha de vignes dont 65 en production sur « des sols relativement légers, ce ne sont pas des sols lourds ou puissants » commente Jean-Pierre Darmuzey. 300 000 bouteilles sont produites en moyenne chaque année dont plus de 200 000 de 1er vin, des bouteilles commercialisées pour 60 % à l’export dans 21 pays du monde.

Jean-Pierre Darmuzey, le directeur, faisait déguster le 2015 dans une atmosphère très chaleureuse © JPS

Jean-Pierre Darmuzey, le directeur, faisait déguster le 2015 dans une atmosphère très chaleureuse © JPS

Dans le chai à barrique construit au XVIIe, où seules de petites bougies de photophores illuminent l’endroit, Jean-Pierre Darmuzey commente la visite : « nous utilisons 35 % de bois neufs, nous avons 5 tonneliers, ça a été un travail assez long pour arriver à trouver les bons tonneliers. Le travail des tonneliers a évolué énormément et on voit que ce sont des gens qui sont très près du vin, ils sont à l’écouter pour nous trouver les meilleures essences de bois. C’est essentiellement Sylvain et Vicart qui fabriquent la majorité des barriques ici ».

A la dégustation, le château Castera 2009, Castera 1995 et les Essais 2010 © JPS

A la dégustation, le château Castera 2009, Castera 1995 et les Essais 2010 © JPS

Jean-Pierre Darmuzey est fier de présenter à son assistance de négociants, journalistes spécialisés, revues culinaires et autres blogeurs son millésime 2015, avec sur la table des dizaines de bougies qui affichent un joli « 400 » pour souligner cet anniversaire que peu de châteaux peuvent avoir le privilège de fêter.

CASTERA 124Quant au goût du vin a-t-il  nettement changé ? « Déjà en 1616 on avait un vin qui ressemble un petit peu à celui d’aujourd’hui, mais qui n’était pas stable et qui devait être consommé très vite, auparavant au Moyen Age on ajoutait des épices qui donnaient beaucoup de goût au vin et il faut savoir qu’à cette époque la le vin était une boisson saine car l’eau était très polluée et provoquait beaucoup de maladies », explique Jean-Pierre Darmuzey. 

CASTERA 120

« C’est le moment où l’on a commencé à faire des macérations pelliculaires ou on s’est aperçu que la couleur était dans la peau, ça devait malgré tout être assez acide et assez puissant. Le claret avait un grand succès en Angleterre où il était assez connu car les Bordelais avaient des privilèges qui leur permettaient de vendre leurs vins avant ceux du haut pays, ceux du comté toulousain, du narbonnais, du vin de Cahors, ces vins là étaient bloqués tout l’hiver à Bordeaux, jusqu’à ce que tous les vins de Bordeaux soient consommés, et lorsqu’ils partaient en Angleterre, ils étaient piqués donc les vins de Bordeaux étaient meilleurs et beaucoup plus puissants. »

CASTERA 141Classé depuis 1932 parmi les Crus Bourgeois du Médoc, le château Castera a terminé d’écrire une nouvelle page de son histoire avec la fin des travaux de restauration en 2011; un château tourné désormais vers l’oenotourisme et qui a d’ailleurs reçu une récompense, un Best Of Wine Tourism. Un château qui n’a pas manqué de célébrer comme il se doit ce 400e anniversaire avec un repas inspiré du Moyen-Age avec deux cochons de lait à la broche, des chants d’époque (« Margot labourez les vignes ») interprétés par le célèbre Quatuor Vocal Le Plisson, le tout agrémenté de fabuleuses bouteilles de Castera 2009, 1995 et Les Essais 2010, en clin d’oeil bien sûr à Michel de Montaigne.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sébastien Delalot, Alain Guinchard et Christian Arligué :

17 Sep

Journées du patrimoine : les balades se poursuivent en Cadillac

Ce samedi et demain dimanche, quelques châteaux de l’AOC Cadillac ouvrent leurs portes aux amateurs d’histoire, de patrimoine et de vins.

© Château Lamothe à Haux en Grionde

© Château Lamothe à Haux en Grionde

Des portes de Bordeaux à celle de Langon, la région des Cadillac et des Premières Côtes de Bordeaux révèle des paysages vallonnés façonnés par les vignobles et riches d’un patrimoine exceptionnel ; châteaux historiques, sites gallo-romains, villages fortifiés, somptueuses bâtisses attachées à la mémoire de personnages célèbres.

Les journées du patrimoine sont l’occasion unique d’entrer dans les châteaux viticoles des Cadillac et des Premières Côtes de Bordeaux pour y découvrir un univers riche et captivant qui fait l’identité de notre territoire.

4 châteaux de l’appellation ouvrent leurs portes aux visiteurs. Une opportunité pour les amateurs de pénétrer dans des sites chargés d’histoire mais aussi partager des moments d’échange avec les vignerons de Cadillac Côtes de Bordeaux.

Château Lamothe (Haux) : toutes les heures fixes, de 10h à 18h (le dimanche 18 uniquement) 05 57 34 53 00

Château Peneau (Haux) : 10h-11h30 et 15h-17h30 (le samedi 17 septembre uniquement) 05 56 23 05 10

Château Le Sens (Saint Caprais de Bordeaux): 10h-12h et 14-18h (les 2 jours) 05 56 21 06 43

Villa Gallo-Romaine (Loupiac) : 10h – 18h (les 2 jours) 06 48 21 91 25

Journées du Patrimoine : le Vicomte Loïc de Roquefeuil vous attend au château de Castelneau

Plongez dans l’Histoire avec le château de Castelneau et le Vicomte Loïc de Roquefeuil, 8e génération, qui vous fera découvrir ce joyau de l’Entre-Deux-Mers et son histoire. Rendez-vous à Saint-Léon en Gironde.

oenotourisme et grele 1 an après 178

Pour les visites guidées, rendez-vous devant la grille du château aux heures suivantes :

Samedi 17 septembre : 10h, 15h et 17h
Dimanche 18 septembre : 15h et 17h
(pas de visites le dimanche matin).

oenotourisme et grele 1 an après 189

La visite guidée/dégustation à 5€ au lieu de 15€ – Château de Castelneau 8, route du Breuil 33670 Saint-Léon 05 56 23 47 01

15 Sep

Un Chambertin de 1865 devient « la bouteille de Bourgogne la plus chère au monde : 35219 € ! »

Un nouveau record a été battu début septembre, chez Christie’s à Hong-Kong, avec la mise en vente de 2000 bouteilles de Bourgogne de la Maison Bouchard Père & Fils. 4 bouteilles de Bourgogne du XIXe siècle se sont envolées au delà de 15 000 €. « La bouteille de Bourgogne la plus chère au monde » revient à ce Chambertin de 1865.

© Maison Bouchard Père et Fils

© Maison Bouchard Père et Fils

« C’est une collection très intéressante car elle couvre à peu près tous les climats de la Bourgogne et c’est un témoignage exceptionnel par l’ancienneté de certaines bouteilles, la plus vieille datant de 1846″, avait déclaré à l’AFP Gilles de Larouzière, président des Maisons et Domaines Henriot, propriétaires de la Maison Bouchard Père et Fils avant les enchères qui ont transformé l’essai.

« Le succès de cet événement est une parfaite illustration de ce qu’incarne Bouchard Père & Fils : une grande Maison de Bourgogne qui cultive depuis près de 3 siècles le perfectionnisme et l’amour des grands terroirs de la Bourgogne » Maison Bouchard

Cette célèbre Maison ainsi commenté cette vente sur sa page web, fière de cet événement d’un retentissement mondial.

"La bouteille de Bourgogne la plus chère au monde" © Maison Bouchard

« La bouteille de Bourgogne la plus chère au monde » © Maison Bouchard

Ce sont ainsi 2000 bouteilles, réparties en 220 lots, qui se sont vendues sous l’égide de Christie’s. Ces bouteilles issues des caves de la Maison Bouchard Père et Fils, fondée en 1731, allaient de 1846 et jusqu’au millésime 2009. La Maison Bouchard abritent une collection de vins constituée depuis le XIXe siècle, et cette vente n’a pas totalement amputé le capital, puisque la collection comprend 150000 bouteilles.

C’est donc la bouteille de Chambertin 1865 qui s’est vendue 35 219 € et en fait « la bouteille de Bourgogne la plus chère au monde »  devant un Montrachet 1865 à 22 540 €, le Volnay Santenots 1865 s’est adjugé à 21 131 €, le Meursault Charmes 1846 à 15 496 €, et le Beaune Grèves Vignes de l’Enfant Jésus 1865 à 13 383 €.

Des exemples de Bourgognes de cet âge proposés à la vente sont extrêmement rares »Tim Triptree, directeur du département des vins chez Christie’s

16 bouteilles datant du XIXe siècle étaient ainsi présentés à cette vente aux enchères : « Les très bons résultats de la vente montrent que l’Asie cherche toujours à collectionner des bourgognes », a-t-il ajouté, précisant que les bouteilles avaient été débouchées et rebouchées pour vérifier la qualité des vins.

Pas mal non ? Qui dit mieux ?

Avec AFP.

07 Sep

Des Racines et des Ailes ce soir à 20h55 : « en Gironde, des vignobles aux grands lacs »

Partez à la découverte ou redécouvrez  le plus grand département de France métropolitaine :un territoire aux multiples visages avec son estuaire, sa façade atlantique, le bassin d’Arcachon, mais aussi ses multiples châteaux viticoles.

hqdefault (1)

Avec son estuaire emblématique, sa façade dunaire, ses vastes étendues de pins maritimes, ses grands lacs et bien sûr son célèbre bassin d’Arcachon bordé par la dune du Pilat, la plus haute dune d’Europe, la Gironde atlantique offre un riche patrimoine environnemental.

La Gironde intérieure est célèbre pour ses vignobles à la réputation internationale et son extraordinaire patrimoine architectural composé de châteaux viticoles, de forteresses médiévales ou de bastides préservées.

Alain Beschi, conservateur du patrimoine, nous entraîne à la découverte des plus grands domaines viticoles du Bordelais : Château Giscours, Château Margaux nous ouvrent leurs portes.

De son côté, Claire Steimer s’est intéressée au renouveau contemporain de ces prestigieuses propriétés. Depuis la fin des années 80, les plus grands architectes, à l’image de Jean Nouvel, Christian de Portzamparc ou encore Ricardo Bofill, signent en Gironde des réalisations spectaculaires.

Dans le Sauternais, nous assistons aux plus étonnantes vendanges de la région, celles qui donnent naissance à des vins blancs liquoreux d’exception.

Le long de la façade atlantique, Frédéric Gilbert, kayakiste confirmé, navigue sur le chemin d’eau qui relie les grands lacs médocains au bassin d’Arcachon. L’occasion de découvrir des sites naturels d’une grande richesse.

Au cœur du bassin, Matthieu Cabaussel nous fait partager sa passion pour l’Île aux Oiseaux.

Nous découvrons enfin quelques-uns des sites méconnus de la Gironde à l’image du port de Roque de Thau, ou du Ciron, une rivière  que des passionnés restaurent et entretiennent.

Réalisation : Raynald Mérienne Production : Eclectic Production, avec la participation de France 3

28 Août

Le Crémant d’Alsace fête ses 40 ans chez Dopff

C’était le 24 août 1976. L’Appellation d’Origine Contrôlée du crémant d’Alsace vevait de voir le jour. 40 ans plus tard, le crémant d’Alsace est devenu le deuxième vin effervescent le plus consommé en France après le Champagne. Aujourd’hui, c’est la la Fête des Vendanges au Domaine Dopff Au Moulin à Riquewihr, un domaine historique pionnier du crémant d’Alsace.

©

Le crémant d’Alsace, une institution au © Domaine Dopff à Riquewihr.

L’histoire a débuté au début du siècle dernier avec Julien Dopff du domaine Dopff à Riquewihr et se poursuit aujourd’hui avec son arrière petit-fils. Un domaine familial qui remonte jusqu’en 1574 !

Dans un vaste hangar de Steinbach, au sud de la route des vins d’Alsace, des bouteilles défilent la tête en bas pour être soumises au processus de dégorgement, étape essentielle de la fabrication du crémant: on réfrigère le col de la bouteille pour emprisonner le dépôt dans un bouchon de glace. Puis on décapsule pour expulser le glaçon. Un vin pétillant doit être parfaitement brillant et limpide. Cette méthode, identique à celle utilisée pour le champagne, a été appliquée à certains cépages alsaciens (pinots blanc, gris et noir, riesling, parfois associés au chardonnay) dès la fin du XIXe siècle, d’abord à toute petite échelle, avant une explosion de la production après la création de l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) en août 1976.

Mon père voulait valoriser le vin mousseux car le terme n’était pas trop élogieux. Avec le nom de crémant, ça a pu booster toute la profession en Alsace mais aussi dans d’autres régions », Pierre-Etienne Dopff

21% DE LA PRODUCTION DE CREMANT EXPORTEE

Devant son hangar, Jacques Cattin, président du Syndicat des producteurs de crémant d’Alsace, a le sourire. Sur les 35 millions de bouteilles de crémants d’Alsace produites annuellement, deux millions sortent de sa cave. Dominant largement en volume la production française de vins effervescents d’origine contrôlée (hors champagnes), le crémant d’Alsace se vend de mieux en mieux hors de France: 21% de la production est aujourd’hui exportée, contre 15% il y a dix ans.

Selon une étude de FranceAgriMer, la consommation mondiale de vins effervescents a cru de 4,1% entre 2005 et 2014, celle de vins tranquilles de seulement 1,3%. Synonymes de fête, « les bulles ont extraordinairement le vent en poupe en Europe et dans le monde entier », constate Frédéric Bach, directeur de l’association des viticulteurs d’Alsace, alors que le crémant représente aujourd’hui le quart des volumes de vin AOC produit en Alsace. En tête des acheteurs de crémant d’Alsace figurent la Belgique et l’Allemagne, mais les Etats-Unis, devenus les premiers consommateurs au monde de vins à bulles, offrent des perspectives prometteuses. 

Le crémant d’Alsace n’a pas forcément vocation à se développer encore beaucoup en volume. Notre souhait, c’est le positionnement dans le haut de gamme du marché mondial du vin effervescent » Olivier Sohler, directeur du Syndicat des producteurs de crémant d’Alsace.

COMPLEXITE AROMATIQUE ET TERROIR

Une mission pas toujours facile, le crémant évoluant dans une sorte de « ventre mou » entre l’image de luxe associée au champagne et l’attractivité de produits meilleur marché comme le prosecco italien, prisé des amateurs de cocktails. Face au prosecco, dont la deuxième fermentation (qui produit l’effervescence) se fait dans une cuve close et non dans la bouteille –ce qui revient nettement moins cher–, les producteurs de crémant d’Alsace ont tendance à repousser les limites de leur cahier des charges.

Celui-ci impose aujourd’hui une durée minimale entre tirage et commercialisation de 12 mois, contre 15 pour le champagne (3 ans pour les millésimes). Toutefois, certaines maisons laissent reposer des bouteilles 18, 24, 36 mois, et même cinq ans, pour produire des cuvées de prestige vendues jusqu’à 30 euros, l’allongement du temps de fermentation sur lattes augmentant la complexité aromatique. Le choix d’une fermentation plus longue que le minimum requis n’est pas négligeable pour les petits producteurs, pour qui elle représente de la trésorerie en sommeil.

« Produire un crémant à 8 ou 10 euros la bouteille n’est pas toujours très rentable », constate Jean-Pierre Rietsch, qui produit des vins naturels à Mittelbergheim et souligne que « le produit n’est peut-être pas suffisamment valorisé ». « En Alsace, il y a beaucoup de petits producteurs qui font du crémant, c’est très artisanal. Je ne sais pas si on peut influer sur l’avenir du crémant, face à des bulldozers comme le prosecco », estime Régine Baur, viticultrice à Voegtlinshoffen.

Pour le spécialiste des vins effervescents Guenaël Revel, « il faut faire attention à ne pas répondre uniquement par le volume à la demande étrangère: il faut rester authentique, car s’il y a bien une région qui a un terroir, c’est l’Alsace ». « Pendant trop longtemps, on a pensé que les vins effervescents étaient des vins technologiques, pour lesquels tout se faisait en cuverie, mais la nouvelle génération a compris l’importance du terroir », se réjouit l’auteur d’un guide des « champagnes et autres bulles ».

Avec AFP et France 3 Alsace.

Regardez le reportage de mes confrères de France 3 Alsace V. Lemiesle, N. Meyer et A. Ahmed. Interviews : Pierre-Etienne Dopff, domaine Dopff – Etienne-Arnaud Dopff, domaine Dopff

09 Août

François des Ligneris, le pionnier du bar à vins de Saint-Emilion va fêter ses 30 ans d’existence

L’Envers du Décor a ouvert il y a presque 30 ans à Saint-Emilion. Il faisait figure d’Ovni, et aujourd’hui c’est « the place to be ». De Paris à Bordeaux, des States au Japon, l’endroit est très connu et son gérant en est la figure emblématique. François des Ligneris a bousculé les codes à l’époque et s’est imposé avec son ouverture d’esprit avant-gardiste. Il fut ainsi le premier vigneron à faire des assiettes et des vins au verre, avec des productions viticoles de toute la France et du monde entier.

François des Ligneris en 2014 derrière l'un des plus célèbres comptoirs de Saint-Emilion © Jean-Pierre Stahl

François des Ligneris, derrière son célèbre comptoir, l’un des plus prisés de Saint-Emilion © Jean-Pierre Stahl

François des Ligneris, c’est l’empêcheur de tourner en rond. Quand il lance l’Envers du Décor, « c’est un vendredi 13, le 13 février 1987″. Et pourtant, François des Ligneris, âgé de 32 ans, avait un avenir tout tracé comme le sillon dans la terre de Saint-Em, car sa famille détenait depuis des générations Château Soutard. « A l’époque, j’étais vigneron à Soutard, je travaillais la vigne, sur les tracteurs, je faisais tout le travail de base du vigneron. Mais je rencontrais aussi pas mal de monde en France, en Belgique et aux Pays-Bas quand ils faisaient des portes-ouvertes dans leurs châteaux, et je me disais que ça serait sympa de faire un lieu à Saint-Emilion pour tous ces gens, sans compter que le soir après ma journée de travail vers 22h, il n’y avait aucun endroit pour prendre une assiette avec un verre de vin, par rapport aux restaurants traditionnels avec un menu entrée-plat-dessert et une bouteille de vin…Aujourd’hui, cela paraît bizarre de dire cela car tout le monde le fait. J’ai ouvert ce lieu avec Pascal Fauvel, 1er salarié qui est parti par la suite chez Legrand à Paris. »

François des Ligneris avec Dewey Markham et Didier Lambert des Etablissements Thunevin © JPS

François des Ligneris avec Dewey Markham de DmjWineworks et Didier Lambert des Etablissements Thunevin © JPS

Je l’ai appelé l’Envers du Décor pour rappeler l’univers du spectacle, les coulisses du spectacle, que je fréquentais beaucoup; j’appréciais ces spectacles très rodés, à la note près, et je voyais cette vie dans les coulisses complètement autre.

L’Envers du Décor, c’est comme un théâtre avec des acteurs sur scène, qui disent des choses devant un public. Mais ce qui m’intéresse, c’est cette forme de réalité de la vie et non des choses apprises par coeur, car la réalité est toute autre. Et puis dans Envers, il y a vers… » François des Ligneris

Gérard Descrambe

Gérard Descrambe, pilier de l’Envers du Décor, avec les étiquettes de son château La Renaissance croquées par les dessinateurs de Charlie © Jean-Pierre Stahl

Gérard Descrambe, viticulteur « en bio depuis toujours » à Saint-Sulpice de Faleyrens, un des piliers de l’Envers, se souvient des débuts : « au départ, c’était un échafaudage, il faisait des tartines avec un mec qui avait vendangé chez moi, la limonade ça n’était pas sa spécialité, les gens n’y croyaient pas du tout, il était un peu comme nous : on n’était pas dans l’axe ! »  Gérard Descrambe est en effet le vigneron de château « La Renaissance » fournisseur officiel de Charlie et du Professeur Choron depuis 1974.

Les étiquettes du château La Renaissance croquées par les dessinateurs de Charlie © JPS

Les étiquettes du château La Renaissance croquées par les dessinateurs de Charlie © JPS

Gérard lui a dit un jour « si tu me fais une commande, je l’encadre et je la mets dans mes chiottes, elle y est toujours, je tiens mes promesses. » Et pour la petite histoire, les auteurs de Charlie et d’Hara Kiri ne disaient jamais sers-nous un verre de vin ou un canon mais  » attrape-moi une bouteille de Descrambe. »

C’est vrai que ce bar unique a été réalisé à partir d’étais de chantier sur lesquels on a mis des étampes de caisses de vin. u début j’avais soudé moi-même ces étais. On était toujours en chantier, et puis on s’est agrandi en 1998, on s’est même beaucoup agrandi avec 3 salles différentes dont une avec cheminée, mais :

Les étiquettes du château La Renaissance croquées par les dessinateurs de Charlie © JPS

Un bar atypique réalisé à partir d’étais de chantier et d’estampes de caisses de vin © JPS

« La tour de contrôle reste ce grand bar qui accueille 7 jours sur 7 les gens pour prendre un verre » François des Ligneris

Avec ce nom hors des sentiers battus, François des Ligneris, ce polisson de Saint-Emilion, aimait croiser dans les ruelles les gens et entendre « tiens, ce soir, on va dîner à l’envers… ». Il se souvient aussi  » des reproches de gens haut placés dans la hiérarchie : c’est un scandale de servir des vins autres que Saint-Emilion ou Bordeaux « , lui disait-on. Un pionnier, je vous dis ! « Je ne m’attendais pas à ce genre de reproches, je faisais découvrir du Bandol ou des Côtes du Rhône. Même Robert Parker n’était pas un familier des Côtes du Rhône, alors que moi j’étais déjà persuadé que c’était des grands vins. J’ai été le premier à servir des assiettes de fromages et de charcuteries et du vin au verre, avec un procédé qui s’appelait cruover, des vins sous azote c’était la grande nouveauté ! »

Une petite trouvaille : un rosé de La Romanée Conti © JPS

Une petite trouvaille derrière le bar : un rosé de La Romanée Conti © JPS

Et d’expliquer la brèche ou cette nouvelle tendance à découvrir la richesse des crus de l’ensemble des terroirs français et du monde entier : « il y avait des gens qui ne venaient plus que là pour découvrir les vins d’ailleurs. Dire cela aujourd’hui, cela paraît évident. Aujourd’hui, il y a aussi plein de sites « off » où l’on présente des vins en primeur : Espagne, Italie, Loire, Alsace…au moment des primeurs de Bordeaux. En 95, on avait aussi fait le 1er off avec Gérard Bécot. »

Dans la cave de l'Envers du Décor avec les propriétaires de la maison d'hôtes 5 Lasserre © JPS

Dans la cave de l’Envers du Décor avec les propriétaires de la maison d’hôtes 5 Lasserre © JPS

Tenanciers d’une maison d’hôtes à Moulon,  » 5 Lasserre « , qu’ils viennent juste de céder à Frédéric et Christina Simon et de fêter cette cession à l’Envers du Décor, Anna et Pascal Bihler dressent le portrait du patron :

C’est l’emblème, l’icône de Saint-Emilion, un passionné jusqu’au bout des ongles », Anna Bihler gérante de maison d’hôtes à Moulon

Plaisance Saint-Emilion 062

 » Ce lieu a été une vitrine extraordinaire, aussi pour château Soutard. Je n’avais pas besoin de billet d’avion ou d’attaché de presse, ici j’ai pu être en relation avec le monde entier des importateurs, des journalistes, des vedettes du théâtre, de la chanson, de la musique. Jean-Louis Trintignan aimait passer. La semaine dernière j’ai eu un rédacteur en chef de France Inter, une vedette du Top 14, ou l’ambassadeur du Mexique. Au début personne ne mesurait l’importance de cette vitrine pour Saint-Emilion et ses crus classés aussi. Depuis, tous les grands châteaux ont aussi fait cette alliance de la table et de leurs produits viticoles. J’ai aussi été un des premiers à faire un magasin comme les wineries américaines où l’on pouvait acheter des affiches de l’Envers du Décor, ou liées à mes vins ou produits dérivés ».

L’R de rien, François des Ligneris a instillé sa patte à Saint-Emilion, celui qui aime souvent à se présenter comme  » ancien élève de l’école maternelle de Saint-Emilion «  pour se moquer parfois des élites qui peuvent s’enorgueillir de sortir de l’ENA, s’est forgé son propre style, en dehors des codes, du merchandising, constamment il livre sa vision des choses comme son engagement  » RESPECT : Répertoire Élémentaire de Simples Pratiques Environnementales, Culturelles et Techniques avec des produits frais et rien d’autre ; chez lui on y sert la soupe du marché, du poisson de la criée, une cuisine du marché qui varie tous les jours, avec toutefois des plats indémodables comme l’andouillette, les côtelettes de canard, le foie gras et la crème brûlée ».

 

Croisé également en terrasse Stéphane Derenoncourt consultant en vin :  » j’étais un de ses premiers clients, quand je suis arrivé à Saint-Emilion en 90, ça a tout de suite été un repère ».

 » François, c’est le mec le plus original, qui casse les codes bordelais, c’est un grand défenseur des produits du terroir au sens noble « , Stéphane Derenoncourt.

 » C’est le 1er mec qui m’a accueilli à Saint-Emilion, et depuis on est toujours resté copains, » confie Stéphane Derenoncourt, le consultant en vin autodidacte.  »  » Le concept n’existait pas, il a fait cette ouverture qui fait que c’est devenu un repère dans le monde de la viticulture, des vignerons. Tout le monde rêve d’avoir son vin à la carte ici. « 

François des Ligneris et Stéphane Derenoncourt, dégustant un petit rosé...de la Romanée Conti © Jean-Pierre Stahl

François des Ligneris et Stéphane Derenoncourt, dégustant un petit rosé…de la Romanée Conti © Jean-Pierre Stahl

François des Ligneris n’oublie pas de rendre grâce à sa grand-mère qui a acheté cette maison au départ pour faciliter la restauration de la petite chapelle car  » on est vraiment au le coeur de Saint-Emilion, entre la chapelle du chapitre et l’église collégiale. Ce sont des bâtiments du XIVe siècle… » Puis à son père, « un homme très cultivé, qui n’était pas beaucoup axé mondanités. Il m’a permis de louer ce lieu et d’y faire des travaux, il m’a permis de faire ce projet ». Aujourd’hui, il reconnaît que sa fille Jeanne l’aide beaucoup depuis 6 ans, « elle s’occupe de la gestion, de la facturation, de tout ce qui est administratif » pour lui permettre de faire ce qu’il aime : son travail d’aubergiste.

L’Envers du Décor, ce sont 2 équipes de 20 personnes, l’établissement est en effet ouvert 7/7;  » il y a aussi un volet social, les gens travaillent 15 jours et ont 15 jours de repos dans le mois. 30 % des salariés qui ont décidé de partir, pour expérimenter autre chose, sont revenus travailler ici. Il y a notamment l’un des 2 chefs, Bertrand Bordenave, qui a connu sa femme en cuisine. L’autre chef c’est Christophe Baillon, ils sont là depuis 10 et 12 ans ».

François des Ligneris, enfin, a ce côté poète qui fait qu’il cultive énormément les arts (grand amateur d’art contemporain) et les lettres : c’est lui qui a créé voilà 3 ans Vino Voce (le festival de la voix parlée et chantée à Saint-Emilion – prochaine édition du 9 au 11 septembre), dont il fut président des deux premières éditions. Il compte également lancer l’année prochaine « les rencontres d’auteurs de dessins contemporains ». Car au-delà des nourritures physiques, il aime aussi ces nourritures intellectuelles qui font de lui le « prince sarment », homme de coeur, de nervure et d’esprit.

28 Juil

Sarcignan, le château ne sera pas démoli : le tribunal administratif a donné raison aux habitants et associations qui défenfaient ce patrimoine

La mairie de Villenave d’Ornon voulait le démolir, mais la mobilisation des riverains et d’associations patrimoniales avait fait reculer la municipalité en août 2015. Une action restait engagée devant le tribunal administratif de Bordeaux, elle vient confirmer la non destruction et sanctuariser l’édifice. Une grande victoire pour les amoureux du patrimoine. Un jugement qui pourrait faire jurisprudence.

Les "Amis du Château de Sarcignan" mobilisés devant le château à Villanave d'Ornon © Jean-Pierre Stahl

Les « Amis du Château de Sarcignan » mobilisés devant le château à Villenave d’Ornon © Jean-Pierre Stahl

Le château de Sarcignan, un ancien château viticole du XIXe siècle, dont des traces de grappes de raisin sur la façade continuent de témoigner de ce passé, ne sera pas démoli à Villenave d’Ornon. Le tribunal administratif de Bordeaux vient d’annuler le permis de démolir signé par la mairie de Villenave-d’Ornon il y a un an. La mairie ne trouvait pas d’autre solution pour construire à cet endroit une grande maison  des associations, considérant que les travaux de réhabilitation du château de Sarcignan étaient trop onéreux. Dans le courant du mois d’août, la mairie avait toutefois fait machine arrière et s’engageait à ne pas démolir le château et à construire la maison des associations juste à côté.

Sarcignac 279

Par son jugement rendu le 13 juillet dernier,  tribunal administratif de Bordeaux a estimé que « l’édifice » du XIXe siècle, même s’il n’était pas « inscrit au titre des monuments historiques ou identifié comme devant être protégé dans le plan local d’urbanisme de la communauté urbaine de Bordeaux, devenue Bordeaux métropole », cela « ne ne suffit pas à établir qu’il serait dépourvu de tout intérêt patrimonial… »

Il dispose ainsi dans ses attendus que  : « sans être exceptionnel ou même original, son aspect extérieur s’avère ainsi remarquable, d’autant plus qu’il s’insère dans
un parc arboré où des bâtiments annexes ont été récemment rénovés par la commune ; que si le terrain d’une superficie de 9 793 m2 est à proximité immédiate de la rocade, le château constitue la seule construction à valeur patrimoniale du secteur, lequel doit être prochainement desservi par le tramway et est, de ce fait, en cours de densification et de réhabilitation ; que dans ces conditions, la démolition projetée est de nature à compromettre la mise en valeur du quartier ; que, dès lors et dans les circonstances particulières de l’espèce, le maire doit être regardé comme ayant commis une erreur manifeste d’appréciation en délivrant à la commune le permis de démolir attaqué. »

Sarcignac 276

En conclusion donc, « l’arrêté du 10 juin 2015 par lequel le maire de Villenave d’Ornon a délivré à la commune de Villenave d’Ornon un permis de démolir est annulé.

La SPPEF, Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, qui a intenté de recours se réjouit de ce jugement. Pour son  le représentant en Gironde, Rémi Desalbres, architecte du patrimoine : « c’est une grande satisfaction, notamment pour les associations.Le magistrat a su tout-à-fait prendre la mesure de ce dossier et reconnaître l’intérêt général autour de ce bâtiment, d’autant plus que ce bâtiment est un des rares bâtiments qui témoignent de l’activité viticole dans le secteur ». 

Rémi Desalbres, le président de l'"association nationale des Architectes du Patrimoine" © JPS

Rémi Desalbres, le président de l' »association nationale des Architectes du Patrimoine » © JPS

Il faut bien que les municipalités considèrent qu’elles ont une responsabilité vis-à-vis des générations futures pour la sauvegarde de leur patrimoine, élément essentiel de la culture de nos territoires », Rémi Desalbres pour la SPPEF.

Les amis du château de Sarcignan qui s’était fortement mobilisée pour faire échec au projet de démolition commentent à travers la voix de leur Président Michel Poirier : « On est bien content évidemment. On ne fait pas de triomphalisme, ce n’est pas le but, mais on est content. Cela veut dire que partout où le patrimoine est en danger, les gens n’ont pas peur de se rassembler et de créer des associations, ce n’est donc pas insurmontable et cela peut donner des idées à d’autres. » Le président tient à dire aussi que le dialogue avait toujours été maintenu avec la municipalité et que « la mairie nous convie à ses réunions. Nous restons vigilents, et espéront un jour une restauration », même si celle-ci n’est pas à l’ordre du jour. La construction de la Maison des Associations a commencé à côté du château, il est vrai que c’est un budget et que bien sûr les finances des collectivités locales ne sont pas extensibles. Qui sait, ce sera peut-être ce sera un débat et un projet qui trouveront un écho dans les prochaines années.

Le château de Sarcignac construit de 1860 à 1870 par Alary Lamartinie, notaire à Bordeaux et ancien conseiller municipal de Villenave d'Ornon © Jean-Pierre Stahl

Le château de Sarcignac construit de 1860 à 1870 par Alary Lamartinie, notaire à Bordeaux et ancien conseiller municipal de Villenave d’Ornon © Jean-Pierre Stahl

Suite à la pétition qui avait recueilli 13416 signatures, intitulée « Sauvons le château de Sarcignan », la municipalité avait compris l’enjeu et l’intérêt de suspendre cette démolition. Les auteurs de cette pétition étaient alors heureux de l’annoncer  dès le mois d’août 2015 : 

« Nous sommes profondément émus par la nouvelle que nous venons d’apprendre.
Le sort de notre Petit Château de Sarcignan est définitivement scellé: IL VIVRA ! Et oui notre municipalité vient d’abandonner le projet de démolition.
Grâce à votre aide, celle des médias, de la presse écrite, de soutien comme celui de la SPPEF, de la SAB, de l’AAP, de l’élan de protestation qui s’est élevé spontanément suite à l’annonce de la démolition du château au mois de juin, nous avons été entendu et avons obtenu gain de cause.
Il continuera à veiller sur nous, à être le témoin de notre histoire et un formidable générateur de lien social ».