30 Sep

Saga Lurton : Léonce Recapet, le fondateur.

C’est le fondateur de ce petit empire du vin dans le Bordelais, grand-père d’André et de Lucien Lurton, bien connus de la place de Bordeaux. Il représente le socle, les fondations des « Lurton du vin ». Un personnage entreprenant avec un certain caractère. 

Léonce Recapet © Lurton.com (reproduction JPS)

Léonce Recapet © famille Lurton (reproduction JPS)

Sans lui, les Lurton n’auraient peut-être pas été dans le monde du vin, mais juristes…Léonce Recapet (1858-1943) a eu un destin hors du commun. Il était issu d’une famille de meuniers à Saint-Emilion, les Récapet… Ceux-ci commencèrent à planter de la vigne dès 1650 puis ils s’installèrent du côté de Branne où naquit le petit Jean-François dit « Léonce » Récapet en 1858.

« Sa première fortune », comme le raconte André Lurton, « c’est déjà d’être revenu du régiment après 4 ans » de service militaire. De retour à Branne, il rejoint l’entreprise familiale: une petite distillerie tenue par son père et un oncle. Ils fabriquaient des liqueurs et une sorte d’anisette.

C’était un entrepreneur, il voulait tout faire ! C’était un type extraordinaire. »André Lurton, petit fils de Léonce Recapet

SAGA LURTON 102

C’était un battant qui sans aucun doute a déteint sur son petit-fils André Lurton, viticulteur lui-même, qui créa l’appellation Pessac Léognan en 1987: en rentrant du régiment, il a repris les choses en main et a dit à sa famille « vous êtes des ballots, je fais ce que je veux » et du coup c’est lui qui va reprendre les choses en main, ouvrant même un bistrot à Branne.

« C’était un vendeur né, il inventait des trucs » ajoute André Lurton.  La série d’étiquettes de liqueurs et d’apéritifs précieusement encadrées par la famille Lurton le prouve et témoigne de la bonne santé de cette « distillerie à vapeur ».

Léonce Recapet reprend la distillerie  à partir de 1880, à 22 ans, il va effectuer une partie de carrière dans cette branche avant de se consacrer à la viticulture. Car en 1894, il s’était marié à Emma Thibeaud, une fille de propriétaire de domaine viticole à Moulon (une famille qui était originellement dans la tonnellerie).

Dans les années 1890, il va alors acheter quelques châteaux en Gironde, Bel Air pour commencer, puis Montremblant, avant de tomber amoureux de château Bonnet en 1897, à Grézillac, qu’il va ériger comme château de famille. Tous les Lurton du vin reconnaissent ce château, à 40 kms de Bordeaux, comme le berceau familial, là où ils partagent leur racines…dans l’Entre-deux-Mers.

Les vendanges à château Bonnet – Grézillac en 1915 © famille Lurton

Si Léonce Recapet avait des idées, il allait jusqu’au bout de ses théories et de ses projets: il avait ainsi demandé à un architecte qu’il connaissait de lui construire une tour au dessus de château Bonnet qui ressemblait à l’origine à une chartreuse: « les murs faisaient 80 cm d’épaisseur » me précise André Lurton, qui aurait fait un bon avocat des causes de son grand-père. »L’architecte n’a rien voulu entendre », aussi Léonce Recapet fit construire sans son aide sa tour en 1910: non seulement elle tient toujours, mais en plus elle se voit et est le ralliement de la famille.

Entre temps, Léonce Recapet avait acheté à 200 m de Bonnet, château Reygnier, aujourd’hui propriété de Marc Lurton (fils de Dominique, frère d’André, et arrière petit-fils de Léonce Recapet).

André Recapet, l'aîné et seul fils de Léonce Recapet, tué à Verdun en 1916 © famille Lurton (reproduction JPS)

André Recapet, l’aîné et seul fils de Léonce Recapet, tué à Verdun en 1916 © famille Lurton

Si la chance semblait sourire et le travail payer, ce malgré le phylloxéra (un cap très difficile à passer), Léonce Recapet fut terriblement meurtri par la disparition de son seul fils André (ingénieur agricole) parti pour la « grande guerre ». Il fut tué à Verdun en 1916, il faisait partie du 74e R.I. et fut blessé mortellement à Douaumont. Une place du quartier Nansouty porte son nom aujourd’hui à Bordeaux.

Malgré son immense chagrin (il avait aussi perdu une autre fille en bas âge, Marie), Léonce Recapet fondait ses espoirs sur Denise, son troisième enfant. Celle-ci ne trouva point mari dans le milieu de la viticulture mais se maria avec François Lurton, juriste, avoué au palais de justice de Bordeaux.Denise et François vont fonder cette dynastie des Lurton du vin avec ces 4 enfants: André en 1924, Lucien en 1925, Simone en 1929 et Dominique en 1932, 4 branches qui vont chacune s’illustrer.

André, Lucien, Simone et Dominique enfants de Denise et Francois Lurton et petits-enfants de Léonce Récapet et © famille Lurton

André, Lucien, Simone et Dominique enfants de Denise et Francois Lurton et petits-enfants de Léonce et Emma Récapet  © famille Lurton

Quant à Léonce Recapet, en tant que principal actionnaire de la Société de Grands Crus (propriétaire de Brane-Cantenac, Issan et Lagrange), il récupéra en 1925 Brane-Cantenac, cru classé de Margaux. (ce sera le deuxième berceau des Lurton, du côté Lucien). Il possèda également 40 % des parts de château Margaux avec son gendre François Lurton. En 1949, ces parts de Margaux seront échangées contre le Clos Fourtet à Saint-Emilion détenu par la famille Ginestet.

Dernier grand malheur qui frappa le fondateur: une maladie emporta trop jeune sa dernière fille Denise à l’âge de 33 ans. Léonce géra malgré sa peine avec son gendre François les propriétés jusqu’à sa mort en 1943. François continua l’oeuvre de Léonce Recapet aidé de ses deux fils aînés André et Lucien, avant de leur transmettre en 1953 les domaines dès que Dominique eut atteint l’âge légal de la majorité. François Lurton exploita et se retira au château du Clos Fourtet à Saint-Emilion. Un château qui revint aux 4 enfants en indivision à la mort de leur père en 1971.

à suivre…(retrouvez la famille et les branches sur le site lurton.com)

Et n’oubliez pas la « Saga Lurton » dans Enquête de Région le vendredi 24 octobre à 23 h sur France 3 Aquitaine: magazines et interviews des « Lurton du Vin ». Une émission spéciale présentée par Eric Perrin; magazines de Jean-Pierre Stahl, Didier Bonnet, Eric Delwarde, Vincent Issenhuth et Xavier Granger.

26 Sep

La « saga Lurton » bientôt sur France 3 Aquitaine

Dans un mois, le 24 octobre, vous saurez tout de la famille Lurton. 5 générations de viticulteurs qui ont marqué et continuent de faire vivre le Bordelais. Une émission spéciale dans « Enquête de Région » agrémentée de magazines et d’interviews des membres de la famille.

10492071_1495681164034485_3776000089759401359_nLes Lurton ? Vous connaissez ? Si vous vivez en Aquitaine, à Bordeaux ou ailleurs, si vous êtes amateur de vin, forcément ! Ils ont à tout jamais marqué le Bordelais. Au départ, il y a l’aïeul visionnaire Léonce Recapet qui réussit avec une distillerie et en fabriquant des apéritifs à Branne. Par la suite, il a concentré ses efforts sur les domaines viticoles: château Bonnet dans l’Entre-deux-Mers, Brane-Cantenac à Margaux, il acquit aussi une bonne partie de château Margaux…

André , Lucien, Simone et Dominique © Lurton

André , Lucien, Simone et Dominique © Lurton

Bien qu’il fit fortune, il connut aussi de grands malheurs: il perdit son fils aîné André en 1918 à Verdun, alors qu’il devait prendre la suite; son deuxième enfant, une fille est aussi décédée jeune. C’est sa troisième fille, Denise,  mariée à François Lurton, avoué au barreau de Bordeaux,  qui lui assura une descendance avec 4 enfants: André, Lucien, Simone et Dominique (en photo).

André Lurton, le patriarche, à l'origine de l'appellation Pessac Léognan, avec 2 de ses 6 enfants Christine et Jacques © Jean-Pierre Stahl

André Lurton, le patriarche, à l’origine de la création en 1987 de l’AOC Pessac Léognan, avec 2 de ses 7 enfants Christine et Jacques, devant château Bonnet © Jean-Pierre Stahl

Chacune de ces branches va donner des générations de vignerons: du côté d’André Jacques et François qui exploreront le nouveau monde, du coté de Lucien Denis, Henri, Gonzague, Marie-Laure qui vont marquer Margaux, du côté de Dominique, il y a aussi Marc, l’oenologue, et Pierre, le manager des fameux Yquem et Cheval Blanc pour le compte de Bernard Arnault….

Une saga palpitante racontée par Jean-Pierre Stahl, Didier Bonnet, Eric Delwarde, Vincent Issenhuth, Xavier Granger, Emmanuel Crémèse et Véronique Lamartinière. Les plateaux d’Enquête de Région seront assurés par Eric Perrin, réalisation Bruno villa,  avec Jacques Lurton, Bérénice Lurton et Marc Lurton comme invités.

Le vendredi 24 octobre à 23h05 et le samedi 25 octobre à 15h25 sur France 3 Aquitaine.

A suivre….