11 Mai

Des châteaux de Sauternes proposent le 1er « week-end malin » du déconfinement

Certains châteaux comme Rayne-Vigneau ou Daisy-Daëne ont rouvert aujourd’hui 11 mai, premier jour du déconfinement. D’autres Lafaurie-Peyraguey ou Haut-Bergeron se préparent. Une initiative s’est faite jour de proposer aux Bordelais et Girondins de se mettre au vert pour le 1er week-end du déconfinement en visitant les châteaux, sur réservation et en respectant les gestes barrières.

Allez, après la grêle et les inondations, il faut penser aux beaux jours et ce premier week-end devrait repartir au beau. On pense ainsi à Jean-Jacques Dubourdieu qui a été victime samedi du gros orage de grêle à Pujols-sur-Ciron et donc ce serait fort sympathique de lui rendre une petite visite dans son autre propriété Doisy-Daëne à Barsac.

« En fait, on est ouvert depuis aujourd’hui à la visite, c’est non -stop la semaine et sur rendez-vous le week-end, et ce sera 7 jours sur 7 dès qu’arrivera le mois de juin », me précise Jean-Jacques Dubourdieu.

Les visiteurs pourront découvrir un jardin apicole, un potager au sein de la propriété, bien sûr les chais et la nouvelle boutique dans les caves voutées de Daisy-Daëne », Jean-Jacques Dubourdieu château Doisy-Daëne

On sent que dans le coeur de Jean-Jacques Dubourdieu coule la passion du vigneron, chevillée au corps, qui malgré l’épreuve de ce week-end, l’amène à se relever et se retrousser les manches. C’est avec plaisir que lui et ses équipes vont ainsi faire découvrir la propriété mais aussi les vins non seulement de Daisy-Daëne, mais aussi tous les vins et châteaux de la famille comme « Clos Floridène, Reynon, Haura et Cantegril. En fait les visiteurs feront un tour d’horizon par la dégustation entre Barsac-Sauternes, les Graves et Côtes de Bordeaux, un voyage entre rive droite et rive gauche, c’est notre spécificité ».

Les châteaux Rayne-Vigneau et Lafaurie-Peyraguey se font face à Bommes © JPS

Autre château déjà sur le pont, Rayne-Vigneau à Bommes : « cela fait une semaine qu’on travaille sur notre réouverture et on a ouvert depuis ce matin à 10h », précise le directeur Vincent Labergère. « On a essayé de déterminer tous les points critiques ou présentant un risque de contamination, bien sûr il y a du gel hydro alcoolique et des masques à disposition, et on a identifié les 6-7 allées du chai où se passent les visites et où traditionnellement les gens ont tendance à toucher les barriques, on va dire aux gens de rester sur une allée qui sera différente pour chaque visite; des visites que sur rendez-vous.

Le château Rayne-Vigneau juste en face de La Tour Blanche © JPS

Par ailleurs, notre comptoir de dégustation en bois, je l’ai fait vitrifier pour qu’on puisse le désinfecter régulièrement, et puis nous avons un protocole de nettoyage des verres. On va ouvrir 7 jours sur 7 et proposer tout ce que l’on proposait traditionnellement. »

Ce week-end du déconfinement, c’est pas bête, et c’est aussi une idée mise en avant par David Bolzan, l’homme qui ne dort pas à Sauternes: « c’est l’idée de dire: on est un pays de vignoble, c’est le moment de prendre l’air, de s’oxygéner à nouveau, de voir de la verdure plutôt qu’un balcon d’en face… C’est malin de venir découvrir nos châteaux qui sont en bord de route, on peut les admirer en voiture et venir les visiter, des architectures du XVIII au XIXe siècle et même d’avant… »

Lafaurie-Peyraguey sublimé par de nombreux panneaux de cristal Lalique © Jean-Pierre Stahl

Tous ces châteaux sont à trois quarts d’heure de Bordeaux, riches et variés en balades, ils seront ouverts ce week-end entre Sauternes et Barsac avec un accueil personnalisé mais pas de promiscuité » David Bolzan, directeur du château Lafaurie-Peyraguey

« Beaucoup de Bordelais et Girondins ne connaissent pas forcément Sauternes et cette région viticole, par rapport à Saint-Emilion et aux plages sur la côte où il risque d’y avoir du monde. Là on peut se balader en toute sécurité en voiture, sur 10 km2, et on accueille à la propriété ». Par mesure de précaution, « on aura des distributeurs de gels hydro-alcoolique, et à l’intérieur un marquage pour garder les distances et un port du masque recommandé, et obligatoire pour le personnel. C’est un accès libre et des visites sur rendez-vous, dans le chai comme dans la vinothèque, c’est très aéré…On pourra ainsi acheter du vin mais aussi se restaurer avec des paniers repas à emporter préparés par le chef Jérôme Schilling.

Le château © Haut-Bergeron à Preignac

Patrick Lamothe, du château Haut-Bergeron s’apprête aussi à ouvrir samedi, un château bicentenaire pour cette famille du Sauternes : « Haut-Bergeron, c’est avant tout une exploitation familiale, 9 générations de vignerons depuis 1820…Nous allions fêter notre bicentenaire au mois de juin, mais cela ne va pas se faire, c’est repoussé à l’été ou à l’automne; Haut-Bergeron, ce sont 40 hectares aussi de Sauternes sur 4 communes: Sauternes, Preignac, Bommes et Barsac. 80 parcelles différentes qui donnent une hétérogénéité au niveau du sous-sol qui est aussi extrêmement intéressante: des sols légers que nous partageons avec les plateaux d’Yquem, plus durs sur Peignac et à Barsac une belle acidité et nervosité dans les vins. 2/3 sur 4 communes et 1/3 sur Barsac. Les visites seront gratuites et sur rendez-vous… »

Les femmes ne sont pas oubliées avec ces dames de Sigalas Rabaud, 1er cru classé de Sauternes : « oui, nous sommes ouvert ce week-end », explique ravie Laure de Lambert Compeyrot. « On a mis en place un protocole de distanciation, les gestes barrières et avec un lavage des verres très précis. Nous avons aussi adopté la charte « séjour serein » pour nos chambres d’hôtes. Il est possible de louer les 5 chambres à la fis, de ce fait c’est une privatisation de la chartreuse avec utilisation de la cuisine et une femme de ménage prévue: « soyez chez vous dans un 1er cru classé de Sauternes »…

Le château © Sigalas-Rabaud, facilement reconnaissable à ses volets rouges

Château Guiraud, 1er cru classé de Sauternes est ouvert depuis aujourd’hui « avec des conditions très strictes et prises de rendez-vous 48 heures à l’avance afin de rassurer tout le monde  » précise son directeur Luc Planty. Il s’apprête à recevoir selon un protocole établi et un « maximum de 6-8 personnes. Le guide portera un masque et des gants et pour les visiteurs port du masque obligatoire. Les gestes barrières préconisés par le gouvernement seront à respecter.Les verres seront lavés et stérilisés à + de 70°C. La visite va durer 1h30, visite des chais, du jardin et plantes aromatiques et dégustation de 3 vins le G, Petit Guiraud et le grand vin de Guiraud. »

Luc Planty lors des dernières vendanges à château Guiraud en octobre 2019 © JPS

  • Château Daisy-Daëne à Barsac: ouvert la semaine et ce week-end sur rendez-vous au 0556629651 ou par mail contact@denisdubourdieu.fr; visite payante à 8€ avec dégustation de 3 vins de la propriété ou des propriétés de la famille Dubourdieu
  • Château Rayne-Vigneau à Bommes : ouvert 7/7 sur rendez-vous et le prochain week-end au 0556766405; visite payante à 15€ avec dégustation de 3 vins le 1er vin 1er Cru Classé, Madame de Rayne et le sec de Rayne-Vigneau.
  • Château Lafaurie-Peyraguey à Bommes : ouvert ce week-end samedi et dimanche, visite sur rendez-vous au 0524228016, visite à 20€ avec dégustation de 3 vins
  • Château Haut-Bergeron à Preignac : ouvert samedi sur rendez-vous au 0556632476; visite gratuite, dégustation de 3-4 vins et pourquoi pas à la barrique…
  • Château Sigalas-Rabaud à Bommes : visite samedi et dimanche sur rendez-vous au 0557310745, visite à 10€ avec dégustation de 2 vins.
  • Château Guiraud à Sauternes : visite samedi et dimanche sur rendez)-vous 48 h avant au 0556766101, visite payante à 22€ avec dégustation de 3 vins.

Pour en savoir plus sur Sauternes lire ou relire :

Côté Châteaux n°11: Sauternes et sa magie du botrytis

Et voir ce magazine Côté Châteaux n°11 diffusé en décembre 2019 sur France 3 NOA réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot:

26 Avr

Envie de vous évader ? Terre de Vins vous a concocté un hors-série spécial oenotourisme en France

En voilà une bonne idée: préparer ses vacances ou séjours de découverte d’après confinement. Terre de Vins et son numéro spécial oenotourisme va vous y aider avec 40 circuits dans les plus beaux vignobles de France. L’occasion de mettre en avant également les 100 lauréats des trophées de l’oenotourisme 2020.

Premier postulat les vacances à l’étranger sont compromises pour certains, deuxième la France est le plus beaux pays du monde, et troisième elle regorge des plus beaux vignobles accueillants, avec de très nombreuses offres de découvertes.

Partant de là, rien de tel que de se plonger dans le hors série de Terre de Vins d’avril, toujours en kiosque, c’est le petit plaisir que je me suis octroyé ces derniers jours, retrouvant de nombreuses et fameuses adresses connues et en découvrant d’autres toutes aussi intéressantes.

Prenez votre canotier, façon Maurice Chevalier, et imaginez-vous prendre les routes de Sauternes. C’est l’un des vignobles du bordelais, qui ces 5 dernières années a connu les plus grosses transformations oenotouristiques. Ainsi la couverture est consacrée au château Lafaurie-Peyraguey, un 1er cru classé de Sauternes, acheté en 2014 par le Suisse Silvio Denz, qui outre la production de ce vin liquoreux s’est lancé à fond dans le réceptif avec des visites et a transformé le château en hôtel-restaurant d’un grand niveau puisque au bout de 6 mois seulement son chef Jérôme Schilling a décroché une étoile au Guide Michelin. Côté Châteaux vous avait partagé cette épopée de la restauration à l’ouverture en juin 2018.

Le magazine propose comme le rappelle sa rédactrice en chef Sylvie Tonnaire « 40 circuits de 5 ou 6 adresses, le format week-end en somme, englobant les 100 finalistes 2020 des Trophées de l’oenotourisme ».

Parmi les circuits proposés dans le Sud-Médoc, Jean-Charles Chapuzet vous a sélectionné 6 étapes, à commencer par le château Hourtin-Ducasse où la famille Marengo vous proposera une série d’ateliers apéro dans les vignes ou dans les chais, expérience sur l’ampélographie ou les soins apportés par la vigne; impossible à rater avec son nouveau chai en forme de vagues, « le navire amiral » Beychevelle à Saint-Julien avec sa masterclass et une dégustation en 6 vins; Lamothe-Bergeron avec ses jeux de lumières dans ses chais et la visite du sommelier à essayer; le château Marquis de Terme qui propose non seulement une nouvelle table mais aussi le Margaux Gourmet Trail qui traverse le château mais aussi Lascombes et Kirwan; il y a aussi le château Siran et ses formidables collections à admirer, avec aussi un escape game dans un bunker antiatomique et un déjeuner sur sa terrasse à 360° sur le vignoble, enfin Dauzac qui propose une expérience sensorielle et gustative avec du boeuf Wagyu en dégustant de vieux millésimes…

Autre route du vin de Graves à Sauternes proposée par Audrey Marret avec Pape-Clément à Pessac et son expérience le vin sur la table (très pratique) à l’atelier B-Winemaker pour s’initier à l’assemblage; le château Bardins vous propose des balades guidées à vélo dans le vignoble de Pessac-Léognan avec dégustation à Bardins; la dégustation insolite à Larrivet-Haut-Brion associant vins et plante avec le jardin millésimé; le château Jouvente qui donne un nouvel élan viticole et culturel avec ses visites-dégustation, la Tour Blanche, 1er cru classé de Bommes, qui lance cet été un bar éphémère au milieu de ses vignes, Rayne-Vigneau qui propose toute une gamme d’expérience avec sa dégustation perchée, un survol du vignoble avec chateau Vénus, un escape game et son atelier d’assemblage; et pour terminer une croisière avec Bordeaux Be Boat de Bordeaux à Cadillac et un petit tour en trottinette électrique jusqu’au château de Cérons où la famille Perromat vous attend pour déjeuner…

D’autres circuits sont proposés bien sûr dans le Nord-Médoc, sur la Rive-Droite ou dans l’Entre-Deux-Mers, la Dordogne n’est pas oubliée, cette fabuleuse région viticole avec Bergerac regorge d’une multitude d’idées et a créé récemment Quai Cyrano pour porter l’oenotoursime et l’histoire de Cyrano de Bergerac. Cognac bien sûr est incontournable en Charente avec notamment la maison Hennessy qui fit connaître l’eau de vie aux 4 coins du monde ou la maison Courvoisier à Jarnac dont l’histoire est intimement liée avec celle de Napoléon.

Je ne vais pas tout vous citer ici, cela n’aurait pas grand intérêt, le plaisir c’est aussi de feuilleter ce beau magazine sur papier glacé avec ces photos qui invitent au voyage…dans le Sud-Ouest avec Cahors ou des appellations qui méritent d’être connues comme Madiran et sa cave de Crouseilles, Irrouléguy aussi…

Du Val de Loire, du Berry à Pouilly, à la Champagne pour découvrir les installations rénovées d’Ayala, les idées ne manquent pas… Et pour continuer encore plus à l’Est pour pourrez découvrir le vignoble d’Alsace avec le Tour.alsace en bus panoramique, le Théâtre du Vin aux 1500 références à Strasbourg, une vue panoramique aussi sur le fameux Haut-Koenigsbourg depuis le domaine Rolly Gassmann, voilà pour le Bas-Rhin et pour le Haut une petite visite en scooter électrique avec le Riqu’Ecotour avec des motards vignerons Estelle et Daniel Klack (vous n’allez pas en prendre une, pas d’inquiétude) ou encore des balades en gyropodes et visite et dégustation depuis une fabuleuse cave panoramique à Voegtlinshoffen (un nom imbuvable mais pas le reste…)

Je m’ y perds quand je reparle de mes racines ou encore du fameux Jura où j’ai travaillé durant 3 ans où il est impensable d’oublier de sillonner les routes d’Arbois (plus tu bois, plus tu roule droit disaient les anciens, pour rire bien sûr) à déguster les fabuleux vins jaunes ou de paille…

Oh et puis la Bourgogne, ses fameuses Côtes de Nuits ou de Beaune et son haut lieu de l’oenotourisme le château de Meursault…Ca me rappelle ma jeunesse. Comme cela on peut descendre tranquillement en passant par la Côte chalonnaise et Mâcon, arriver dans le Beaujolais avec le Hameau Duboeuf (créé par Georges qui nous a quitté en début d’année): lancé en 1993 ce hameau qui a obtenu le grand prix spécial des Trophées de l’Oenotourisme et est aujourd’hui le premier oenoparc d’Europe.

De la Vallée du Rhône passant par le Lubéron là aussi vous serez sous le charme, et pour les amateurs de rosés, la Provence et sa villa Beaulieu propriété des Comtes de Provence au XVIe siècle qui propose un safari 4X4 dans le vignoble outre une demeure spectaculaire pour s’y reposer…Il y a aussi la Corse à ne surtout pas oublier et l’Hérault avec un carnet spécial au sien de ce numéro lui-même spécial. Allez des idées, en voici en voilà, il n’y a plus qu’à feuilleter et déguster…déjà Terre de Vins.

16 Avr

Oenotourisme à Bordeaux: un coup d’arrêt enregistré déjà avant le confinement

Parmi les nombreux secteurs qui souffrent du manque de fréquentation, celui de l’oenotourisme est lui face à « un mur ». Un secteur à l’arrêt. Les annulations ont commencé avant le confinement, les touristes annulant les uns après les autres.  Réactions de Chloé Cazaux Grandpierre spécialiste des tours culinaires ou wine tours, et de Vincent Labergère, dont le château Rayne-Vigneau dans le Sauternais, a connu ces dernières années un fort développement oenotouristique. Ces acteurs attendent une embellie et ont de beaux projets à venir.

© Chloé Cazaux Grandpierre (à droite) faisait découvrir à de nombreux touristes le vignoble de Bordeaux, ici au château Guiraud

S’il y a bien un secteur en pleine explosion à Bordeaux et en Gironde, c’est bien celui de l’oenotourisme. Alain Juppé se vantait il y a moins de 3 ans, alors qu’il était encore maire, que le tourisme avait été multiplié par 3 à Bordeaux en 15 ans… Le classement de la ville au Patrimoine Mondial de l’Humanité en 2007 a eu un effet notable, mais pas seulement il y a eu la renaissance de la ville et aussi l’accueil dans les châteaux car parmi les touristes français ou étrangers interrogés, 46% reconnaissaient venir aussi pour visiter le vignoble bordelais.

Surfant sur cette déferlante, de nombreux acteurs oenotouristiques ont créé leur société et concept. C’est le cas de Chloé Cazaux Grandpierre avec C & W Expériences, une Sarl spécialisée comme elle me l’explique dans ce que les anglo-saxons considèrent comme « des tours culinaires », cela recoupe les vins, spiritueux, la gastronomie, la culture et le patrimoine.

Chloé Cazaux Grandpierre © Roger Savry

Chloé est guide conférencière, mais aussi diplômée en sommellerie et exploite un VTC, elle a ainsi créé sa micro-entreprise en 2012 puis une Sarl en 2017. Avec son concept Expériences by Chloé and Wines, elle proposait de nombreux wine tours, des tours pédestres de Bordeaux « le gourmet food tour » ou tour une véhicule de découverte de 3 vignobles, comme celui du Médoc entre Pauillac, Saint-Julien et Margaux, mais aussi rive droite avec Saint-Emilion et Pomerol, ou rive gauche avec Graves et Sauternais, mais aussi Cognac, etc…des formules très abouties où elle servait de guide-chauffeur et réalisait avec les châteaux les visites et dégustations. Tout marchait bien,  avec 357 personnes accueillies en 2018 et encore plus en 2019, jusqu’à cette sacrée épidémie de coronavirus…

Cela a commencé 15 jours avant l’annonce officielle de confinement du Président de la République, on a commencé à avoir des annulations avec remboursements, dans 95% des cas, ou des reports. Et quand Trump a annoncé la fermeture des frontières, cela a été la catastrophe, tout a été annulé », Chloé Cazaux Grandpierre

Chloé Cazaux Grandpierre reconnaît avoir pu travailler jusqu’à la mi-mars, mais « depuis je n’ai aucune réservation à venir, rien du tout, jusqu’en septembre où un tour a été reporté », il avait été réservé avec un bateau de croisière qui devait faire escale.

« Au début, cela a été très difficile de voir les annulations et de faire les remboursements d’acomptes, mais bon ce sont des cas de force majeure et donc avec les agences et les plateformes, on a remboursé bien sûr au client, mais je l’ai très très bien vécu, je suis restée philosophe. On est tous dans le même cas de figure et mieux vaut se concentrer sur l’après. »

Même si sa clientèle est à 100% internationale (90% d’américains, mais aussi des asiatiques de Hong-Kong, Singapour, du Canada ou d’Australie), Chloé sait qu’elle va rebondir, elle prospecte actuellement de nouveaux clients potentiels, relance son blog Chloé and Wines avec un article par semaine et commence une quinzaine digitale: « on va parler de vin, d’oenotourisme avec Rayne-Vigneau, de vin et musique avec Fleur Cardinale et de spiritueux avec Cognac et Rémi Martin, et de gastronomie avec le chef Stéphanie Bottreau de Cook and Tinem ». Un rendez-vous chaque soir sur Instagram à 18h. Chloé Cazaux Grandpierre continue donc d’occuper le terrain via internet et les réseaux sociaux, en attendant une embellie et le retour des touristes qui bien sûr vont chercher à revenir dans cette belle région viticole bordelaise.

Le château © Rayne-Vigneau, 1er cru classé de Sauternes situé à Bommes

Au château Rayne-Vigneau, Vincent Labergère reconnaît que l’oenotourisme « est une activité qui est devenue importante, depuis 2012 on a une progression à deux chiffres, cette activité connexe à la production de vin, permet de vendre du vin, d’établir un fichier client, d’avoir une visibilité et une certaine notoriété ».

On avait plein de projets de développement cette année, les projets pleuvaient de partout au niveau oenotouristique, mais aujourd’hui on est dans un mur, tout est annulé au niveau des groupes jusqu’à début juillet, » Vincent Labergère directeur du château Rayne-Vigneau.

© Rayne Vigneau à cheval permet une découverte du terroir de Sauternes

C’est une offre très complexe et complémentaire que Vincent Labergère a mis sur pied avec ses équipes : depuis la visite découverte avec dégustation de 3 vins, « Secrêt de Rayne-Vigneau » visite chais et propriété avec aussi dégustation,  à « Millésimez-vous  » avec une dégustation verticale de 6 vins de la propriété, sans compter un « atelier d’assemblage » pour se mettre à la place du maître de chai et repartir avec son propre vin, la visite des « 5 sens en éveil » (comment comprendre par exemple le parallèle de qualificatifs sur un vin entre le toucher et la dégustation « soyeux », « doux », « velouté » sur la base d’une palette à toucher…et une autre sur les couleurs…),la découverte du terroir à cheval, un escape game « Sweet Game » ou encore une « dégustation perchée » dans un cèdre à 12 mètre en hauteur…

Un véritable succès puisque le château a enregistré 7000 visites payantes en 2019, et si on ajoute le week-end des portes-ouvertes cela monte à 10 000 personnes. Une reconnaissance aussi par les Best Of Wine Tourism qui avaient consacré l’an dernier cette visite des « 5 sens en éveil » par un trophée Best Of d’Or.

Un dépaysement total avec cette dégustation perchée du © château Rayne Vigneau à 12 m de haut

Mais tout cela, c’était avant ce satané virus qui fait dire avec humour à Vincent Labergère « on va allumer un cierge pour se relancer ». Mais dans ce secteur, comme dans d’autres, c’est souvent le travail et l’originalité qui sont récompensés: « on va continuer notre communication sur les réseaux sociaux et continuer à travailler notre visibilité. On organise d’ailleurs actuellement un concours de coloriage pour les moins de 12 ans avec un tirage au sort pour permettre de gagner une dégustation perchée pour 4 personnes, il y aura aussi des ateliers d’assemblage et visites découvertes à gagner pour les parents bien sûr. On réfléchit aussi pour le retour à un week-end pétanque et à des visites dégustations. Je pense que en juillet et en août on va retrouver une clientèle spontanée et locale car les gens ne vont pas pouvoir partir à l’étranger a priori, et on devrait reprendre une activité normale en septembre. »  

Aujourd’hui l’absence de touriste et d’oenotouristes représente un grand vide, presque à donner le vertige quand on sait que 900 000 d’entre eux passent chaque année par l’Office de Tourisme de Bordeaux et qu’un tiers avouent avoir visité au cours de leur séjour au moins un château. 37% des ventes de visites à l’Office de Tourisme sont des visites dans le vignoble. Quant au nombre de nuitées vendues sur la métropole bordelaises, ce sont 6,35 millions qui ont été vendues en 2019, de quoi mesurer quelque peu le manque à gagner actuel tant pour les hôteliers, restaurants, guides, wine-tours que pour les châteaux.

Pour Sophie Gaillard, responsable de l’oenotourisme à l’Office du Tourisme de Bordeaux Métropole le contexte lui fait dire : « on ne va pas avoir de touristes étrangers ou très peu cet été, il va falloir trouver d’autres pistes; la clientèle française et locale vont être nos cibles privilégiées, mais ce ne sont pas les mêmes produits que l’on vend à des Français ou à des Américains. D’habitude notre offre de wine tours est pas mal ciblée sur une clientèle étrangère, désormais la tendance au locatourisme se profile. »

Allez on va positiver et on espère que cela va repartir dès que la situation sanitaire va s’arranger. Hauts les coeurs !

23 Fév

Bordeaux : « une destination vibrante auprès de millions de touristes »

L’Office de Tourisme de Bordeaux Métropole a dévoilé les chiffres de la fréquentation touristique de la Capitale du Vin en 2019. 6,35 millions de nuitées ont été enregistrées, une fréquentation record avec un attrait pour la ville classée à l’Unesco, son art de vivre, ses Musées dont la Cité du Vin et les châteaux du bordelais.

La porte Cailhau, l’un des emblèmes de Bordeaux © JPS

Bordeaux n’en finit pas de faire rêver… Depuis son classement au patrimoine mondial de l’humanité, depuis la construction de la Cité du Vin, et tout simplement depuis sa mue, la Belle Endormie est devenue selon l’Office du Tourisme la « destination vibrante » auprès des touristes du monde entier.

Cette effervescence se croise partout, à travers ses visites du patrimoine, l’émergence de nouveaux quartiers comme ceux des Bassins à Flots ou près de la Cité du Vin, d’Euratlantique aussi, à travers aussi ses événements culturels, bref ce sont près d’un million et demi de visiteurs qui ont fréquenté en 2019 les lieux culturels de Bordeaux, en hausse de 16,8% grâce à la réouverture du Muséum, l’ancien Musée d’Histoire Naturelle relifté, mais aussi de la Meca Frac Nouvelle-Aquitaine. 5,22 millions de nuitées ont été enregistrées (hôtels, résidences hôtelières, meublés, campings), et avec AirBnB ce sont 6,35 millions. A noter aussi la bonne santé du tourisme d’affaires, 4e en France, avec 180 congrès et plus de 300000 journées de congrès.

LA FREQUENTATION EN CHIFFRES

  • 1,49 million de visiteurs dans les lieux culturels bordelais, en hausse de +16,8%
  • la Cité du Vin représente 28% du visitera global : 416000 visiteurs en 2019, 4e Musée le plus fréquenté de province.
  • depuis ouverture du Muséum en mars 2019 : 212000 visiteurs, et 35000 pour la Méca depuis juin.
  • Monuments de Bordeaux : 146100 visiteurs dont 56% pour la Tour Peu Berland, puis la flèche St Michel, la Porte Cailhau, la Cité Frugès, la Grosse Cloche…
  • Augmentation de 10% des châteaux viticoles (selon enquête auprès de 39 châteaux)

UN TOURISME FLUVIAL TOUJOURS AUSSI IMPOSANT

Côté Garonne, j’ai envie de dire ça flotte mon pote ! Jamais il n’y a eu l’an dernier autant de paquebots de croisière maritime: 53 pour être exact, 9 de mieux qu’en 2018. Les balades D-Cruises et balades fluviales sont aussi en hausse de 16%. A noter « une charte de bonnes pratiques » signée par les compagnies de croisière « pour minimiser l’impact des paquebots sur l’environnement. et la qualité de vie« , l’une des craintes prégnante des riverains et habitants de Bordeaux.

  • 53 paquebots de croisière maritime: 9 de plus qu »en 2018 et parmi ces 53, 43 ont fait escale à Bordeaux centre (+12%)
  • Croisières fluviales: 185 départs depuis Bordeaux, 21500 passagers: 21 de moins qu’en 2018 (-18% – départ du Princesse d’Aquitaine et arrêt en juillet du River Chanson)
  • Balades sur la Garonne (D Cruise-Balades): 123000 personnes (+16%)

UN DEVELOPPEMENT TOUJOURS CONSEQUENT DES VOLS DEPUIS BORDEAUX-MERIGNAC

L’aéroport a enregistré de son côté 7,7 millions de passagers, en hausse de +13%. Un trafic toujours plus soutenu par les vols internationaux +20%, qui représente 60% du trafic total, avec l’ouverture de nouvelles lignes sur Moscou, Montréal et Helsinki. Des travaux importants sont en cours à l’aéroport, avec notamment l’arrivée du tramway en 2022 et un nouveau satellite 3 nouvelle jetée internationale du hall 2; l’objectif affiché est de porter la fréquentation à près de 10 millions de passagers en 2023. A mettre aussi en perspective le bilan carbone de tout cela et aussi les nuisances supplémentaires pour les riverains d’Eysines ou encore de Pessac, pour la piste principale ou la secondaire…

A VOS TABLETTES : ENTRE BASSINS DE LUMIERE ET BORDEAUX FETE LE VIN

En 2020, les touristes et oenotoursites vont continuer à en avoir plein la vue: déjà avec l’ouverture des Bassins de Lumière le 17 avril prochain à la Base Sous-Marine entre Gustav Klimt et Paul Klee, cela va être un rendez-vous culturel majeur, 350 000 y sont attendus.Et puis il va y avoir la fameuse fête du vin sur les quais de Bordeaux avec Bordeaux Fête le Vin du 18 au 21 juin, avec une émission spéciale de Côté Châteaux, réalisée par votre serviteur, sur France 3 NoA. Et carpe diem.

15 Jan

Chantal Larnaudie, nouvelle présidente de la Maison des Vins de Cadillac

La Maison des Vins de Cadillac est désormais une affaire de femmes, avec l’élection de sa nouvelle présidente Chantal Larnaudie, du château SaInt-Nicolas à Cardan, épaulée d’une vice-présidente Emilie Douence, du château Peneau à Haux.

Chantal Larnaudie nouvelle président de la Maison du Vin de Cadillac © JB Nadeau

UNE VIGNERONNE DE CONVICTIONS

Chantal Larnaudie est une vigneronne indépendante, qui gère depuis 10 ans la propriété familiale le château Saint-Nicolas à Cardan, un vignoble certifié HVE et AREA. Ses convictions sont empreintes de biodiversité et d’oenotourisme. Une femme qui a souhaité s’investir pour la Maison des Vins de Cadillac. Maison des Vins où l’on peut aussi rencontrer Emma Baudry, directrice de l’appellation Cadillac Côtes de Bordeaux.

PARMI SES PROJETS, LE CLASSEMENT UNESCO

Clairement, elle s’est positionné en faveur du classement des paysages viticoles à l’UNESCO, elle souhaite lancer la première phase à savoir l’étude avec les collectivités.

En 2020, elle souhaite lancer de nouveaux rendez-vous comme des apéros-vignerons et mettre en place des circuits thématiques, afin de valoriser au mieux des rencontres avec des vignerons et vigneronnes fiers de leurs produits à travers des visites sur la base des 3 routes du vin qui existent.

« Je suis persuadée que l’ensemble des activités permettront d’assurer le développement économique de la région, et de la faire rayonner ainsi que ses vins dans le monde entier » selon Chantal Larnaudie. La Maison des Vins de Cadillac reçoit 17 000 visiteurs à l’année.

Bravo et bon courage à Chantal.

05 Déc

Quand Pessac-Léognan fait son show : portes ouvertes ce week-end dans les châteaux !

Samedi 7 et Dimanche 8 décembre, ce sont les traditionnelles portes ouvertes dans 34 châteaux de Pessac-Léognan. L’occasion de rencontrer les propriétaires, les vignerons et de déguster leur vin…De 10h à 18h.

Attention, il va y avoir du monde… A chaque premier week-end de décembre, l’opération portes-ouvertes en Pessac-Léognan engrange succès sur succès. Le bouche à oreille y est sans doute pour quelque chose, car ce sont vraiment des visites et des dîners de qualité qui sont proposés aux amateurs de vin et de gastronomie.

De nombreux visiteurs en général au château de Rouillac durant ce week-end © JPS

Cette année, 34 châteaux participent à ces 2 journées Portes Ouvertes et proposent outre des visites, des dégustations, des balades, parfois des shows ou animations.

Parmi ces châteaux, 12 proposent comme de l’accoutumée des dîners dégustations, qui sont très prisés le samedi soir du 7 décembre, ils affichent d’ailleurs tous complets.

Le chai à barriques de château Seguin à Canéjan © JPS

Ces journées portes ouvertes sont aussi l’occasion pour les connaisseurs et amateurs de non seulement refaire leur cave avant les repas de fêtes de fin d’année, pour la consommation aussi annuelle ou encore pour acheter des vins de garde ou alimenter le fond de roulement de leur cave.

C’est aussi la possibilité de faire des cadeaux originaux pour la famille ou les amis à Noël ou Nouvel An. Carpe Diem.

Portes Ouvertes dans 34 châteaux de l’appellation Pessac-Léognan dont voici la liste : 

26 Nov

20 ans des Sources de Caudalie : un modèle de réussite dans l’oenotourisme

C’est une réussite en laquelle peu de monde croyait il y a 20 ans. Aujourd’hui, le monde entier en parle. Un modèle qui mêle hôtellerie de luxe, gastronomie et spa-relaxation avec des soins à base de vinothérapie. Un modèle qui va être dupliqué avec les Sources de Cheverny, ouverture en juin 2020. Immersion aux Sources de Caudalie avec Alice Tourbier, la propriétaire à qui Côté Châteaux consacre sa rubrique « vigneron du mois ».

Alice Tourbier fête les 20 ans des Sources de Caudalie © Jean-Pierre Stahl

Les Sources de Caudalie sont une réussite familiale, une idée d’Alice Tourbier (la fille cadette de Florence et Daniel Cathiard) et de son mari Jérôme Tourbier, « L’idée au départ était de mettre en valeur les vins du château Smith Haut Lafitte, d’accueillir les visiteurs au moment des repas et d’offrir aussi  la possibilité pour les touristes de dormir… »

« On s’est rendu compte que c’était un vrai métier qui nous plaisait, et les gens ne venaient pas que pour Smitth, ils avaient envie de séjourner dans les vignes et de passer un bon moment ».

Les Sources un concept créé juste en face du château Smith Haut Lafitte © JPS

Voilà en quelques mots la genèse de ce projet qui a vu le jour en 1999, juste avant le salon mondial du vin Vinexpo à Bordeaux. De fil en aiguille, ce sont ainsi 2 restaurants qui ont ouvert -la Grand’Vigne et la Table du Lavoir- et 29 chambres, puis au final 61 chambres et un troisième établissement un bar à vin (Rouge) pour vivre un moment épicurien gourmand. Les Sources emploient 180 personnes en haute saison…

Alice Tourbier, avec John A. Skelton d’Andavo Travel au bar des Sources des Caudalie © JPS

« Il y a 20 ans quand on a ouvert, les gens nous prenaient un peu pour des fous car faire séjourner dans le vignoble des clients ce n’était pas évident, mais nous on pensait au contraire qu’il y avait des atouts formidables aux sources de Caudalie car on est proche de la gare de Bordeaux et de l’aéroport, et les gens venaient pour le vin mais avant tout pour une expérience hôtelière, et depuis ces 20 dernières années on fait tout pour qu’elle soit plus peaufinée, aboutie, pour que nos clients repartent avec le sourire » Alice Tourbier des Sources de Caudalie.

Et de préciser que cette expérience hôtelière est plutôt importante avec un taux de remplissage des chambres de 70% à l’année, ce qui est pas mal : « on a un séjour moyen qui est assez long, qui est de 4 jours, car les gens vont profiter du SPA, de la Forêt des 5 sens, faire des câlins aux arbres, on propose aussi des dégustations de vin et des cours de cuisine… »

En ce début de semaine, nous rencontrons d’ailleurs un Californien, venu explorer et expérimenter cette adresse, John Skelton, d’Andavo Travel, qui représente plusieurs agences chargées de dénicher de belles adresses pour leur clientèle : « j’ai beaucoup entendu parlé des Sources de Caudalie à travers les réseaux sociaux, c’est un site parfait à la fois proche de Bordeaux et très intime, qui s’adresse par exemple à la clientèle des croisières touristiques sur le fleuve, mais aussi à des gens qui cherchent à se relaxer, qui recherchent une ambiance zen… Je suis arrivé de Nice hier et aussitôt j’ai ressenti ici paix et sérénité. Le dîner et l’hôtel sont parfaits, vous êtes vite relaxés, vous vous sentez ici comme à la maison. »

Dégustation des vins de Smith Haut Lafitte blanc 2016 et rouge 2012 avec Florence Cathiard et Alice Tourbier © JPS

Et John de continuer sa visite oenotouristique au château Smith Haut Lafitte, découvrant la tonnellerie du château, profitant d’une vue magnifique sur le vignoble avant d’avoir le privilège de rencontrer Florence Cathiard la propriétaire et winemaker qui confie que les Sources de Caudalie sont vraiment une offre complémentaire au château.

Dans la cave aux vieux millésimes, dont la plus vieille bouteille remonte à 1878 © JPS

« Cela nous aide beaucoup, on a été pionnier certes, mais on pense que l’excellence en bouteille ne suffit plus, il faut aussi ce qui va avec, les gens veulent aussi une expérience interactive,  je crois qu’on est le mieux à même de leur offrir »,commente Florence Cathiard qui a acheté avec son mari Daniel il y a 29 ans le château Smith Haut Lafitte, cru classé de Graves, en l’embellissant et en en faisant une référence, aujourd’hui un cru en bio. « On ne ménage pas notre peine, ce sont des passions partagées mais complémentaires. ».

Cette expérience qui se décline selon le budget de chacun : pour ceux qui souhaite juste y passer un petit moment, il y a par exemple le brunch-piscine ou pour d’autres des soins et formules plus élaborées avec notamment les bienfaits des peaux et pépins de raisins.

Voici par exemple le gommage « crush-cabernet: » « c’est un mélange de sucre brun, de pépins de raisin, de miel, d’huile de pépin de raisin, et de concentré minceur drainant. Cela permet d’exfolier le corps pour avoir une peu toute douce, éliminer les peaux mortes et booster la circulation sanguine, pour un meilleur échange cellulaire et une hydratation ».

Un gommage crush-cabernet ou quand la magie du raisin opère © JPS

Chaque instant se laisse savourer et notamment au moment du déjeuner ou du dîner à la Table du Lavoir avec cette vieille grange démontée et remontée ici avec ces fabuleuses charpentes dont le charme du passé vous transporte dans un autre temps. En cuisine, c’est l’équipe du chef Nicolas Masse qui officie, un chef en poste depuis 2009, qui a réussi à décrocher une première étoile l’année suivante en 2010 au Michelin, puis une deuxième étoile en 2015 pour le restaurant gastronomique la Grand’Vigne.

Aurélien Fannouil, le chef sommelier avec Alice Tourbier à la Table du Lavoir © JPS

Le chef sommelier des Sources de Caudalie, Aurélien Farrouil, présent depuis 15 ans, traduit l’attrait des Sources de Caudalie et l’expérience recherchée : « c’est surtout l’art de la table, le bien être, le côté oenotouristique que viennent rechercher nos clients ». Et de détailler le type de clientèle qui fréquente cet havre de paix en pays de Martillac : « on est très fier d’avoir nos clients locaux qui sont habitués et qui nous sont fidèles, on a également nos chers parisiens, on va retrouver nos amis suisses, belges, beaucoup de clientèle européenne, et après l’Asie est bien représentée, des Russes,  Brésiliens, Londoniens qui viennent régulièrement les week-end et une belle clientèle américaine, bien présente, de retour depuis 2 ans. »

Cette belle histoire va aussi s’écrire prochainement dans une autre région de châteaux, ceux des Rois de France qui aimaient la douceur de la Sologne, de la Loire et du Cher. C’est à Cheverny que va se poursuivre prochainement l’aventure pour Alice Tourbier et son époux puisqu’ils ont choisi de reproduire ce concept avec les Sources de Cheverny, des Sources qui devraient ouvrir en juin 2020.

« Nous on parle d’art de vivre au coeur des vignes, d’art de vigne, et dans la Loire on a retrouver toutes ces caractéristiques pour dupliquer le modèle des Sources de Caudalie. Il y a un côté culturel avec les châteaux historiques, donc vraiment du tourisme d’histoire, et puis il y a de très belles vignes, des vins de Loire formidables, beaucoup de vignes ne sont pas traitées, sont en bio, et ce côté écologique était important pour nous, » m’explique Alice Tourbier.

Et si tout fonctionne bien, il se peut que chaque grande région viticole en France voit l’ouverture des Sources, preuve que le succès tient sa source non seulement dans l’oenotourisme mais aussi dans un goût prononcé pour un dépaysement en pleine nature.

Les Sources de Caudalie une expérience à découvrir à Martillac en Gironde.

08 Nov

Best Of Wine Tourism : une pluie de récompenses pour Bordeaux et les domaines du réseau Great Wine Capitals

C’était hier soir au Palais de la Bourse un événement exceptionnel. Un dîner de gala à l’occasion des 20 ans du réseau Great Wine Capitals. 22 sites bordelais ont été récompensés dont le château la Dauphine sacré « International Best Of Wine Tourism 2020. 10 lauréats internationaux des 10 villes partenaires ont aussi été consacrés par ces trophées de l’oenotourisme.

Léa Rodrigues-Lalande très fière de son Best Of d’Or pour son châteauPont Saint-Martin (catégorie hébergement à la propriété) © JPS

Alors là les gars, on les a bluffé ! Les membres du réseau Great Wine Capitals se souviendront de leur séjour à Bordeaux, non pas pour la pluie mais là le président de la CCI de Bordeaux Gironde, Patrick Seguin, a reconnu qu’il n’était pas Dieu :« j’avais commandé  le beau temps mais le pouvoir s’arrête à un certain niveau… » Non, ils vont se souvenir de cette semaine pour la qualité de l’accueil, une semaine intense entre les visites techniques des propriétés, les dégustations, la grande soirée « Taste the World in Bordeaux » (qui a rassemblé 400 personnes mercredi au palais de la Bourse), et en apothéose the Big Party avec la remise des Best Of Wine Tourism 2020 : « c’est une soirée intense qui se profile avec la remise des Best Of Wine Tourism Bordeaux et internationaux pour tous les membres du réseau Great Wine Capitals », commentait Asha, la maîtresse de cérémonie, qui a su très bien faire le show tant dans la langue de Molière que dans celle de Shakespeare, déjà en égrenant le nom des 10 villes du réseau Great Wine Capitals.

La délégation suisse de Lausanne entourant Catherine Leparmentier la cheville ouvrière de ces Best Of Wine Tourism et du réseau GWC © JPS

Rien ne vaut le commentaire de Yann Stucki, ami suisse de Lausanne, pour résumer en fait cette folle semaine : « j’ai passé des moments incroyables, formidables, il y a un vrai positionnement touristique ici à Bordeaux, là on a pris des notes sur tout (d’ici à ce qu’ils nous copient…), entre l’Ecole du Vin qui est un vrai modèle, la Cité du Vin remarquable et les propriétés, on voit que vous avez investi, et ce dès qu’on débarque. Ici tout le monde te regarde avec le sourire (c’est vrai que personne ne sait qu’en Suisse il y a quelques lingots), ça change de l’arrogance parisienne, moi c’est décidé je reviendrai avec ma femme. » You, welcome !

« Ce fut une expérience formidable cette semaine », selon Jennifer de Centree Wine Best Of International pour l’Australie du Sud, avec Jacques Faurens © JPS

Allez, place aux récompenses, « cette année nous avons reçu 86 dossiers complets pour Bordeaux, et aussi très intéressants à l’international, que le meilleur gagne » commentait Jacques Faurens président du Great Wine Capitals.

Et deux Best Of pour la Dauphine un or et un international. Chapeau © JPS

Ce sont donc 22 sites de la région bordelaise qui ont été récompensés par des Best Of dont un Best Of d’or pour chaque catégorie, ces prix distinguent la qualité de l’accueil à la propriété et les prestations proposés, marquant des efforts considérables pour amener ces sites à un haut niveau de « réception à la française ».  »

L’oenotourisme est un vecteur international, il permet d’amener des clients du monde entier: il y a des touristes qui s’appuient sur les Best Of Wine Tourism pour faire le tour du monde et visiter ces propriétés primées. », Jacques Faurens président du GWC.

La photo de famille des Best Of 2020 à Bordeaux © JPS

Et comme le soulignait le Président Faurens, « les trophées Best Of Wine Tourism » est la plus ancienne compétition internationale en matière d’oenotourisme dans le monde ». Et même si cela ne paraissait pas gagné d’avance, cette idée de réseau des Great Wine Capitals a fait ses preuve, « c’est une organisation sur des territoires concurrents, mais depuis toutes ces années cela marche ». Une reconnaissance de ces labels, de ces villes et régions viticoles, qui drainent de nombreux touristes et se traduit par des création d’emplois sur les propriétés. L’adoption d’un nouveau plan stratégique ce jeudi pour la prochaine décennie 2020-2030 devrait aussi porter ses fruits et accélérer encore ce rythme des visites.

En Gironde, l’attractivité du vignoble bordelais n’est plus à démontrer, ce sont 4,3 millions de visites chaque année avec des oenotouristes qui dépensent deux fois plus qu’un touriste estival selon l’office de tourisme de Bordeaux.

La propriétaire Emilie Gervoson recevant le Best Of d’Or pour Château Larrivet Haut Brion dans la catégorie services oenotouristiques © JPS

LES LAUREATS BORDEAUX 2020:

  • ARCHITECTURE ET PAYSAGES : Le Cloître des Cordeliers (Best Of d’Or), Château de Camarsac et Château Tour Siant-Christophe.
  • ART ET CULTURE : Château Malromé (Best Of d’Or), Château de Ferrand, et château la Dominique.
  • DECOUVERTE ET INNOVATION: Château la Dauphine (Best Of d’Or), château de Reignac, château Seguin, et château la Tour Blanche.
  • HEBERGEMENT A LA PROPRIETE : Château Pont Saint-Martin (Best Of d’Or), château Malescasse et Château Pape-Clément.
  • VALORISATION DES PRATIQUES ENVIRONNEMENTALES : Vignerons de Tutiac (Best Of d’Or), Château Angludet et Château d’Eyran.
  • SERVICES OENOTOURISTIQUES: Château Larrivet Haut Brion (Best Of d’Or) (bravo à Juliette Hirschy très impliquée cet été lors des visites), Camping Yello! Saint-Emilion et Tendance Sud.

David Bolzan le directeur des vignobles Silvio Denz revenant le Best Of d’Or pour Lafaurie Peyragey (restauration à la propriété) © JPS

  • RESTAURATION A LA PROPRIETE : Château Lafaurie-Peyraguey (Best Of d’Or) et château Malartic-Lagravière.

COUP DE COEUR : Château la Fleur de Boüard

Les Italiens de Vérone et le Best Of International obtenu par Villa Quaranta Tommasi Wine Hotel&Spa © JPS

 LES LAUREATS INTERNATIONAUX 2020:

  • Adelaide (AUSTRALIE DU SUD) : Gemtree Wine
  • Bilbao (RIOJA ESPAGNE): Bodegas Valdemar et Museo Villa Lucia
  • Bordeaux (France) : Château la Dauphine
  • Lausanne (SUISSE): Bouche à Oreille
  • Mainz (RHEINHESSEN ALLEMAGNE): Ingelheimer Winzerkeller
  • Mendoza (ARGENTINE) : Rosell Boher Lodge
  • Porto (PORTUGAL) : Quinta da Pacheca
  • San Francisco (Napa Valley USA) : Louis M. Martini Winery
  • Valparaiso (Casablanca Valley MAROC) : Casa Valle Vinamar
  • Verona (ITALIE): Villa Quaranta Tommasi Wine Hotel&Spa

04 Nov

20e anniversaire du Great Wine Capitals : 115 professionnels des 10 plus grandes régions viticoles du monde en colloque à Bordeaux

20 ans ça se fête ! Du 3 au 7 novembre, le réseau Great Wine Capitals fête ses 20 ans à Bordeaux. Ce réseau a été créé par la Chambre de Commerce et d’Industrie et tient cette semaine sa conférence annuelle dans la capitale mondiale du vin. Il réunit 10 villes parmi les régions viticoles les plus connues au monde avec 115 représentants présents cette semaine dans le bordelais.

Un toast sur un Prieuré Lichine 2006 à la santé des Great Wine Capitals © Jean-Pierre Stahl

Ce 20e anniversaire est l’occasion pour ces 115 professionnels de l’oenotourisme venus du monde entier de visiter les propriétés les plus prestigieuses: les crus classés 1855 du Médoc, de Sauternes ou encore les crus classés de Saint-Emilion. Ainsi ce matin, au château Prieuré Lichine, c’est Lise Latrille, directrice commerciale, et Charles Imbert chargé de l’oenotourisme, qui reçoivent dans la propriété d’Alexis Lichine, aujourd’hui disparu, qui fut l’un des personnages les plus influents du Médoc qualifié de « pape du vin » dans les années 50 à 80 et qui réalisait près de 30% des exportations de Bordeaux aux Etats-Unis.

Lise Latrille, directrice commerciale du château Prieuré Lichine © JPS

C’est l’antre d’Alexis Lichine, c’est ici qu’Alexis Lichine a reçu les plus grands personnages du monde du vin et aussi du show-business, et en général nos invités se souviennent vraiment des repas que nous organisons ici dans cette vieille cuisine », Lise Latrille château Prieuré Lichine.

Des membres de la délégation italienne de Vérone © JPS

Ce château a été récompensé l’an  un trophée soulignant l’accueil à la propriété. Un Best Of Wine Tourism en or qui favorise les visites: 14 000 touristes cette année. « C’est certain, cela nous donne une très belle visibilité, et c’est aussi pour une clientèle qui est ciblée, c’est-à-dire par la découverte du vignoble, un peu dans tous les pays », ajoute Lise Latrille.

Ces 10 villes et régions viticoles misent toutes sur ce développement touristique.

Jo Collins from Adelaide in Australia © JPS

C’est juste une occasion incroyable d’être dans le même réseau des meilleurs producteurs de vin au monde et d’apprendre à leur contact les meilleures pratiques et innovations », Jo Collins vice-présidente australienne de Great Wine Capitals.

Développer ensemble une coopération en matière de business, de formation de recherche ou de tourisme, ces italiens, américains, australiens ou espagnols de la Rioja l’ont bien compris. « Nous avons beaucoup de vignobles et de chais modernes réalisés par de grands architectes, beaucoup de choses à partager avec nos visiteurs », me confie Mikel Arieta-Araunabena de la Chambe de Commerce de Bilbao.

Sandrine Chamfrault responsable du développement au château Marquis de Terme © JPS

Les efforts des propriétés se multiplient, de plus en plus font de l’hébergement et de la restauration à l’instar du château Marquis de Terme, comme nous l’explique Sandrine Chamfrault responsable du développement au château Marquis de Terme.  » C’est vrai que nous sommes fier de recevoir 14000 personnes à l’année, c’est une grosse évolution, c’est la raison pour laquelle nous allons ouvrir ce restaurant. »

Une photo de famille devant le château Marquis de Terme à Margaux © JPS

Ce réseau Great Wine Capitals réfléchit  à encore augmenter son influence pour les 10 ans à venir.

05 Sep

Emission spéciale 35e Marathon du Médoc sur NoA en direct du parcours et des châteaux du Médoc

Samedi 7 septembre, 8500 coureurs vont s’élancer depuis Pauillac pour sillonner les route et châteaux prestigieux du Médoc. Une course à suivre Sur NoA avec de nombreux points de directs dont ceux des châteaux partenaires qui attendent les coureurs et l’événement avec impatience. Côté Châteaux sera sur le pont avec eux, avant goût de ce qui vous attend.

« Les Supers Héros » vont faire leur show. Avec un tel thème pour ce 35e Marathon du Médoc, on s’imagine déjà que certains vont se sentir pousser des ailes et vont vouloir survoler ces 42,195 kms. Votre serviteur alias Batman ne va pas voler plus haut que d’habitude mais va rester ancré sur ce terroir de graves et en compagnie des châteaux qui serviront les ravitaillement et dégustations car 21 points de dégustations sont prévus.

En revanche, Emeline Borie fait figure de SuperWoman, car elle se souvient avoir participé au 1er marathon en 1984 : « j’étais déjà là mais pas bien vieille, j’avais 2 ans car je suis née en 1982. On a participé à tous, depuis toujours, mon grand-père Jean-Jacques Borie membre de la Commanderie du Bontemps avec Henri Martin ont été parmi les 1ers à accueillir le marathon. Le marathon passait par le parc en bas du château, à l’époque on donnait des éponges et on faisait quelques dégustations, puis on a arrêté et on les a reprises pour le 30e anniversaire, mais vu qu’on est au 2e kilomètre, pas cette année car ça sera l’heure du petit déjeuner. »

Le Marathon, c’est un événement festif, ça fait partie de notre ADN, le Médoc sans son marathon, il manquerait quelque chose », Emeline Borie du château Grand Puy Lacoste.

Pour ce 5e grand cru classé 1855, le marathon véhicule une image fort sympathique du Médoc dans le monde entier car la moitié des participants sont étrangers. « Quand on voyage dans le monde, Pauillac les gens connaissent et le marathon aussi, quand ils parlent du marathon ils ont des étoiles dans leurs yeux !« , continue Emeline Borie. Les coureurs vont donc passer à travers cette propriété de 90 hectares d’un seul tenant, dont 60 en production. Grand Puy Lacoste sort chaque année entre 250000 et 280000 bouteilles dont 150000 de 1er vin, pour une propriété qui est en agriculture raisonnée, HV3 depuis 1 mois, et qui a quelques parcelles qui s’essaient au bio.

Le marathon, c’est en fait une passion, un sacerdoce, une émotion, une mission. Ainsi Vincent Fabre, son Président, mais aussi vigneron en Haut Médoc à Cissac, mais aussi à Tayac et à Margaux, me confie : « je suis passé par là il y a && ans, on m’a dit tu serais bien Président. C’est une belle équipe qui organise sérieusement cette belle épreuve ».

On l’a limité à 8500 participants car c’est une jauge qui fonctionne bien, même si au début ça bouchonne un peu, ça déroule bien par la suite », Vincent Fabre président de l’Association du Marathon AMCM. 

« Pour la 30e édition, on est passé à 10000, on a vu que ça se compliquait, donc on est revenu à 8500 coureurs car on veut une épreuve qualitative avant tout. Cette année, on a 45 % d’étrangers, moyenne d’âge 43 ans, des CSP ++, on doit répondre à la prouesse ».

Ce marathon va donc être l’occasion d’une grande émission sur NoA, la chaîne 100% Nouvelle Aquitaine de France 3 : elle sera animée par Pascal Zuddas journaliste sportif de la rédaction de France 3 Aquitaine, mais aussi Fabrice Bidault, autre journaliste de France 3 qui va avoir 2 casquettes non seulement en tant que commentateur, mais aussi en tant que coureur, et puis je serai en compagnie de Charlotte Sariq depuis 4 châteaux du Médoc pour vous faire vivre l’ambiance et la mobilisation des châteaux sans qui ce marathon ne serait pas ce qu’il est.

A Pédesclaux, au 22e kilomètre, je serai en compagnie de la propriétaire Manon Lorenzetti et d’Emmanuel Cruse, le grand Maître de la Commanderie. Un château magistral terminé en 2014, mariage de pierre et de verre, un travail de deux ans, que l’on doit à l’architecte Jean-Michel Wilmotte avec son chai 100% gravitaire, construit à fleur de colline sur une croupe de Médoc, avec un dénivelé de 7 mètres. Cette étape va être l’occasion de faire connaissance avec cette jeune génération de Lorenzetti, Manon, 26 ans, qui reprend le flambeau de cette propriété achetée par son père en 2009, après avoir acquis Lilian Ladouys. Elle est entouré de Vincent Bache-Gabriel pour la conduite du vignoble et du chai et de l’oenologue Eric Boissonneau.

« On est assidu depuis le début au Marathon, on a une équipe de 40 coureurs, on fait partie des propriétés qui tous les ans montent une équipe, beaucoup de nos clients nous demandent à courir le marathon, donc on leur offre, on les sponsorise », commente Cindy Ceres du château Pédesclaux.

Aux environs de 13h, nous serons depuis une autre pépite de Saint-Estèphe Haut-Marbuzet, avec le propriétaire Bruno Dubosq, un château prisé des connaisseurs, l’un des vins pour ne par dire le vin préféré du Président Mitterrand : « absolument, c’était son vin préféré, il y a eu pas mal de papiers là-dessus, De Gaulle avait un champagne comme vin préféré, pour Pompidou, c’était Chasse Spleen et Mitterrand Haut-Marbuzet. »  « Mon grand-père a acheté en 52, une époque où la vigne ne valait rien, il l’a acheté en rente viagère. » Aujourd’hui Haut-Marbuzet représente 75 hectares, plantés en 50% merlot, 40% cabernet Sauvignon, 5% cabernet franc et 5% petit Verdot. »

Enfin de retour l’après-midi, et alors que les 1er coureurs seront arrivés depuis près de deux heures, dans la seconde partie d’émission, nous nous retrouverons à château Montrose avec Hélène Brochet directrice de la communication qui en est à son 7e Marathon à Montrose et auparavant à Mouton-Rothschild. Elle nous parlera de ce château qui a été entièrement réhabilité par la famille Bouygues avec un chai cathédrale, 7 ans de travaux

Le Marathon du Médoc sur .3 NoA de 9h à 13h15 et de 14h20 à 16h30.