19 Fév

Et pour le vin ? Des verres d’usage et d’apparat…

« Verres d’usage & d’apparat, de la Renaissance au XIXème siècle », c’est l’exposition qui se déroule actuellement et jusqu’au 30 mars au Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux. Des pièces d’exception.

Reportage de Philippe Chollet et Ludovic Cagnato

Constance Rubini, directrice du Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux, vous invite à entrer dans son Musée, à l’Hôtel de Lalande, à Bordeaux où se tient une exposition extraordinaire de verres, carafes et aiguières qui ont traversé le temps, sans casse, et Dieu sait que ces pièces sont des plus fragiles ! Une exposition que l’on doit à la passion d’un collectionneur privé qui a bien voulu faire partager la beauté de ces pièces.

Des coupes, des gobelets, des flûtes, créées notamment à Libourne au XIXème siècle, mais aussi des verres colorés remarquables du XVIIème réalisée par Bernard Perrot (1640-1709) célèbre maître verrier et directeur de la Verrerie Royale d’Orléans, ou encore une aiguière bleue et une gourde de pélerin originaires de Venise.

Et pour aller plus loin, ce sujet plus long proposé par Station Ausone: Constance Rubini présente l’exposition « Verres d’usage & d’apparat, de la Renaissance au XIXe siècle ». Valérie de Raignac et Giuseppina Ferrara nous décrivent la phase de déballage des verres et, pour terminer, la parole est donnée à Éric Benqué, scénographe de l’exposition. Les images ont été captées lors du montage de l’exposition.

Vidéo réalisée par Station Ausone http://www.station-ausone.com
En collaboration avec le Musée des Arts-décoratifs de Bordeaux http://www.bordeaux.fr/p63910

Au Musée des Arts-décoratifs de Bordeaux Du 13/12/2013 au 30/03/2014

 

18 Fév

Neknomination: un bar bordelais nominé…par la préfecture…à ne pas inciter à l’alcoolisation folle des jeunes

Il fallait s’y attendre ! Un bar de Bordeaux a voulu faire de la surenchère, contrant les initiatives de « smartnomination », en proposant d’organiser jeudi une soirée neknomination. Il a à son tour été nominé pour aller voir la police…

La préfecture de Gironde n’a pas tardé à réagir. Et pour cause, on dénombre déjà 5 morts en Europe du fait de ces paris stupides.

Lundi, suite au buzz de Julien Voinson et à toutes les initiatives de « smartnomination » qui fleurissaient gentiment partout en France, un bar de Bordeaux a voulu à son tour faire le buzz inverse en proposant à ces jeunes de venir chez lui se faire filmer en buvant « cul sec » ! Bref j’en remets une couche en faveur de la neknomination !

Le patron a été mis en garde par la préfecture et par les services de police nationale qui l’ont convoqué. Il engage toute sa responsabilité face à des situations qui pourraient dégénérer.

Dans un communiqué, la préfecture indique que  » au regard de la santé publique et compte tenu des risques liés à ce jeu d’alcool, Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine et de Gironde, a donné des consignes » afin  :

  • de constater tout manquement à la loi
  • de faire cesser les éventuelles atteintes à l’ordre et à la tranquillité publique
  • de mettre en oeuvres d’éventuelles sanctions administratives nécessaires (y compris la fermeture) afin d’empêcher la poursuite des faits qui seraient constatés.

Reportage de Nathalie Pinard de Puyjalon

Stéphane Toutoundji: « le 2013 ? Ce n’est pas un grand millésime mais ce n’est pas la catastrophe annoncée par certains ! »

 Stéphane Toutoundji est-il un sorcier, un faiseur de miracle ? Il pourrait vu son talent mais pas tout-à-fait. Un faiseur de châteaux oui. Ce désormais célébre oenologue de Libourne envisage le 2013 avec confiance même s’il est « très inégal, un peu viril avec beaucoup d’acidité ». Quant au 2012 qui sera en bouteilles au printemps, c’est au final « une belle surprise ! »

assembage Stéphane Toutounji 2

Stéphane Toutoundji conseille Grégory Lovato, propriétaire de Château Lajarre en Bordeaux Supérieur, pour l’assemblage du 2012 © Jean-Pierre Stahl

Originaire de Metz en Lorraine, Stéphane Toutoundji, 47 ans, est un oenologue incontournable de la place de Bordeaux. Diplômé de l’Institut Oenologique de Bordeaux, il a travaillé en Australie et a participé à la fin des années 90 et au début des années 2000 à l’essor des vins autraliens.

« J’ai vu pourquoi l’Australie a pris à la France des parts de marchés au Royaume-Uni et aux Etats-Unis avec des stratégies de marques et du marketing ». Mais pas seulement, il reste modeste car la patte de l’oenologue n’y est sans doute pas étrangère…

stéphane Toutounji

Stéphane Toutoundji © JPS

Fin 2012, il a créé Oenoteam associé à deux autres oenologues, Thomas Duclos et Julien Belle. Ils comptent près de 400 clients (pour des analyses d’échantillons et les assemblages).

Mais ils conseillent tout au long de l’anné150 propriétés: « on les accompagne non seulement durant les vendanges, on leur donne un appui technique bi-hebdomadaire, mais on a aussi un oeil sur l’aspect viticole: on a une stratégie transversale ! On va voir avec elles comment elles peuvent adapter leur vignoble en fonction des marchés en face… »

Véritable empêcheur de tourner en rond, Stéphane Toutoundji a créé avec ses amis vignerons et son « réseau » « In a bottle » en juin 2013. 16 propriétés, représentant 21 châteaux, se sont regroupées pour une avoir une synergie et une visibilité notamment sur internet: « c’est une mise en lumière de ces châteaux, un club de vignerons. »

Depuis la mi-janvier, s’est ouverte la période d’assemblage des lots de 2012, qui auront été élevés entre 12 et 15 mois en fûts de chêne.

Ce 2012, c’est une belle surprise. Il y a du fruit, des tanins, il est soyeux, surprenant, très délicieux, pour la clientèle c’est vraiment une belle surprise après l’élevage en barriques. Il y a un bon équilibre entre le fruit et le bois. Le boisé est bien fondu, c’est plaisant, agréable, l’élevage a fait du bien !

Et pourtant, ce millésime 2012 avait été décrié, critiqué par une partie de la presse spécialisée lors des primeurs 2013.

Assemblage Stéphane ToutounjiQuant au 2013 ? « C’est très inégal«  (cf la citation d’Olivier Bernard, Président de l’Union des Grands Crus, lire « Les grands vins c’est des grands fruits ! Tout le reste c’est du blabla…« ). « A Bordeaux, on a eu 2009 et 2010 extraordinaires, et puis d’autres millésimes pour lesquels la clientèle a pu s’y retrouver. Il va falloir réduire la part de grands vins, faire davantage de seconds vins. Il y a de la couleur, les tanins sont là. Il y a pas mal d’acidité, ça fait des vins un peu virils. »

Dans ma clientèle, je n’ai pas eu de catastrophe. C’est un millésime où le fruit va ressortir. C’est un millésime de vigneron et de travail en cave. C’est en tout cas hétérogène. Ce n’est pas un millésime à proscrire et à jeter au feu comme certains l’ont fait.

Et de savoir si l’oenologue peut faire de miracles ? « Non, ça ne sert à rien, à partir du moment où dans la vigne ça ne s’est pas bien passé. On peut toujours essayer de rattraper… »

« Dans  les années 90, l’oenologue, c’était le médecin du vin, aujourd’hui avec tout le travail en amont, on n’a plus besoin de ce conseil curatif. »

Et de conclure: « 2013, ce n’est pas un grand millésime, c’est certain. On a eu 1992,1993, 2002 un peu comme celà. Il y aura malgré tout une clientèle pour le 2013. Ce n’est pas la catastrophe annoncée par certains ! » (cf le « Bordeaux bashing »)

Il est vrai que la place de Bordeaux a quelque peu tremblé en apprenant que château Malescasse en cru Bourgeois ne sortira pas de 2013 et le vendrait en vrac au négoce. Lire article du Figaro.fr

Tous en selle au château Siaurac…avec l’association « à terre, à cheval »

Lancement ce week-end de l’association « A terre à cheval, entre vignes et châteaux » lors d’une soirée au château Siaurac en Gironde.

GetAttachment

Cécile Collignon, Charlotte Alcalay,Catherine Decazes, Amaïa Gommès et Amaury Tricot membres du bureau de l’association © C.Alcalay

Une soirée fort sympathique organisée à l’Orangerie du Château Siaurac. C’était samedi soir le lancement officiel de l’association « A terre, à cheval » fondée par Charlotte Alcalay, professeur d’équitation.

Catherine Decazes va présider et tenir les rênes de l’association « A terre à cheval », elle sera secondée par Amaury Tricot, vice-président, Cécile Collignon, trésorière, et Amaïa Gommès secrétaire.

 

GetAttachment

Une soirée de lancement détendue © Charlotte Alcalay

Le but de l’association est de faire visiter prochainement des châteaux à cheval dans le Grand Saint-Emilionnais.

Sa volonté est également de rendre accessible le cheval et son environnement à des personnes fragilisées, de l’enfant à la personne âgée, à travers la pratique équestre.

logo a terre a chevalTrois châteaux  sont partenaires du projet de Charlotte Alcalay : les châteaux Siaurac (Paul Goldschmidt, propriétaire), château Pierre de Lune (Véronique et Tony Ballu, propriétaires)et château de Berliquet (Jérôme et Sophie de Lesquen) soutiennent « A terre à cheval ».

Ces trois châteaux ont fait dégusté leurs vins au cours de cette soirée de lancement, qui avait pour thème »vins et fromages », dans une ambiance très chaleureuse et détendue.

La participation et les bénéfices générés par l’évènement ont été reversés à l’association « A terre à cheval ».

Pour tout renseignement: aterreacheval@gmail.com

Et Charlotte Alcalay au 06 65 51 88 46

16 Fév

#SmartNomination contre #NekNomination !

video smartnomination

Thomas Despin et Julien Voinson font le buzz avec la « SmartNomination » © plus de 600 000 vues sur youtube ce lundi à 11h

Le salut viendra des jeunes ! Ils sont inventifs et viennent de lancer la SmartNomination ou encore la SolidarityNomination pour contrer la NekNomination qui craint pour la santé des jeunes…

C’est un jeu stupide et très dangereux qui fait tache sur la toile: la « NekNomination » (en anglais: bois ton verre cul sec)(un jeu parti d’Australie (lire l’article de BFM TV)). Il consiste à lancer un défi à plusieurs connaissances pour qu’elles se filment à boire cul sec de l’alcool (parfois une bouteille entière de vodka !) et à poster sur you tube et les réseaux sociaux cette video. Et peu importe qu’elle soit dérangeante et avilissante, montrant des jeunes dans des états seconds, proches du coma éthylique…Sauf que certains en sont morts en Europe ! 2 cas recensés en Irlande, avec le témoignage déchirant d’un père qui a perdu son fils…4 morts déjà, 4 de trop ! (lire article 24matins.fr) Et même 5 selon le Miror de ce lundi matin !!!!

Pour dire stop, ou pour ne pas apparaître trop en marge, des jeunes se sont dit on peut penser différemment: « Think Différent ! ». Ils ont lancé la « SmartNomination ».

Regardez l’invention de SmartNomination de Julien Voinson

Le Bordelais, Julien Voinson mais aussi l’un des trois qu’il a nominé à son tour, Thomas Despin (video ci-dessus), et d’autres Parisiens se sont filmés en répondant différemment et intelligemment à ce défi:

« quitte à être nominé, autant faire quelque chose qui soit intelligent et utile ! »

 Et voici la réponse de Thomas Despin nominé à son tour

 

 Au lieu de boire de l’alcool cul sec, ils dégustent et apprécient modérément, et surtout montrent leur inventivité en donnant à manger à des SDF ! Un bel élan de solidarité à méditer !

Ils ont créé une page Facebook : Smart Nomination qui déjà a recueilli des milliers de « like » très rapidement.

 http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/societe/neknomination-risposte-intelligente-se-nomme-smartnomination-17-02-177692/

Pour Xavier Pommereau, célèbre psychiatre bordelais (directeur du Pôle Aquitain de l’adolescent au Centre Jean Abadie du CHU Pellegrin) qui suit depuis des années les jeunes, cette alcoolisation massive peut avoir des répercussions destructrices sur la santé des adolescents et des jeunes femmes et hommes. C’est du « binge drinking » ou pire de la « beuverie express » selon le Monde. En tout cas, du binge drinking qui rencontre les réseaux sociaux (lire Huffington Post Québec), et là c’est dément et à proscrire.

« Des jeunes filles accueillies dans mon service présentaient jusqu’à 3,5 grammes d’alcool dans le sang ! »

Et d’ajouter « il y a 20 ans, on ne voyait cela que dans des cas très particuliers, chez des clochards notamment… » Lire l’interview dans Sud Ouest: « l’alcool et les jeunes: pourquoi la NekNomination inquiéte les médecins »

A Bordeaux, la question est d’autant plus sensible que ces dernières années 7 jeunes sont morts noyés dans le Garonne à cause d’une trop forte alcoolisation.

Bravo à ces jeunes qui ont eu ces lueurs d’esprit. Ils ont retourné ces situations de défis, en défiant le défi par un autre. Voilà le salut des jeunes…à saluer et à « liker » !

Des étudiants parisiens ont eux baptisé leur opération SolidarityNomination

« SOS vignerons sinistrés » : « ça fait 10 ans que la grande majorité des vignerons travaille… à perte ! »

Parole d’expert a interviewé Dominique Techer, secrétaire de « SOS vignerons sinistrés » à propos du malaise des petits viticulteurs, des difficultés de survie pour certains et de la restructuration du vignoble qui s’est opéré depuis 10 ans.

20140213_114358

Dominique Techer, secrétaire de « SOS vignerons sinistrés » © Jean-Pierre Stahl

Dominique Techer : « ça fait 10 ans que la grande majorité des vignerons de Bordeaux travaille à perte ! Les cours depuis au moins 2003 ne rémunèrent plus le travail, donc les gens ont décapitalisé, ils ont vendu des petites propriétés, des bouts de terrains à bâtir pour continuer à s’en sortir. Mais, en fait, c’était toujours du travail à perte. On ne peut pas continuer indéfiniment sur cette lancée…Les enfants n’ont plus envi de reprendre, parce que quand on voit l’esclavage que c’était pour leurs parents, ce n’est pas non plus attractif ! Il y a de moins en moins de gens dans les promotions viticoles, dans les lycées. Donc c’est logique, on a dégoûté les gens d’exercer cette profession ! »

« Les épisodes climatiques qui arrivent maintenant (cf orages de grêle lors des nuits du 26-27 juillet et du 2 août 2013) viennent achever plein d’exploitations si on ne fait rien. Si on ne prend pas de mesures, ça va finir de les achever. Maintenant, c’est peut-être l’occasion de rebondir pour enfin comprendre ce qu’il faut faire pour que tout fonctionne… »

JPS : « Ces épisodes climatiques sont-ils vraiment un couperet pour certaines petites propriétés ? »

DT : « Oui, c’est un couperet car, avant la grêle, les chiffres officiels plutôt sous-estimés donnaient 2 000 exploitations dans le rouge. Quand les exploitations perdent 50 % d’une récolte ou quelques fois tout, c’est immédiatement le trou. Donc elles ne peuvent pas s’en sortir s’il n’y a pas des mesures substantielles qui sont prises, pas des mesures cosmétiques. Aujourd’hui, c’est bien plus de 2 000 exploitations qui sont dans le rouge ! »

JPS : « Des mesures substantielles, ça représente quoi d’après vous ? »

DT : « Aujourd’hui les 1000 mesures annoncées, ça représente peanuts ! Ca représente 5 millions d’euros au mieux sur au moins 150 à 200 millions de pertes. Il faut aligner en face des chiffres qui soient à la mesure et surtout qu’on se pose la question comment toutes ces exploitations vont pouvoir tourner avec des marges normales ! On parle toujours de commerce équitable pour le cacao et le café mais ici aussi il faudrait peut-être à faire un commerce équitable des produits agricoles et du vin en particulier. »

 « C’est ce sur quoi il faut se pencher : d’une part des aides directes, l’accès au crédit pour ces vignerons-là que les banquiers vont lâcher gentiment et puis des prix de marché sur lesquels il va falloir travailler. Aujourd’hui, ils montent un peu car il va y avoir une pénurie. Mais on arrive à peine au prix de revient aujourd’hui. Alors qu’on a perdu 40 % de la récolte. C’est la dessus que « SOS vignerons sinistrés » veut travailler. Pas seulement pour ceux qui ont eu la grêle mais pour tous ceux qui ont été victimes des aléas climatiques de cette année. »

Interview par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer de Dominique Techer

 

15 Fév

Drame du château de la Rivière: le corps de Lam Lok a-t-il été retrouvé ?

Un corps a été découvert hier à Saint-André-de-Cubzac. Des éléments laissent à penser qu’il pourrait s’agir du milliardaire chinois, Lam Kok, qui avait acheté le Château de la Rivière. Il avait disparu dans le crash d’un hélicoptère, où au total 4 personnes avaient péri.

Lam Kok et son épouse au moment de l’achat du château de la Rivière derrière eux

Un corps a été découvert hier par des chasseurs, dans des marais, à 6-7 mètres des berges de la Dordogne. Les fortes marées de ces derniers jours auraient pousser ce corps au-delà du lit de la rivière. Des éléments peuvent correspondre avec la disparition de Lam Kok: le corps est très endommagé, il aurait séjourné plusieurs semaines dans l’eau, plus d’un mois. Considérant que le crash de l’hélicoptère que pilotait James Grégoire, l’ancien propriétaire du château de la Rivière, s’est passé le 20 décembre. Il y a dès lors une forte probabilité.

Toutefois, les services chargés de l’enquête, ne confirment pas. Il faut attendre l’autopsie et surtout les analyses ADN qui seront réalisées à l’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale à Rosny-sous-Bois en début de semaine prochaine pour officialiser ou non cet épilogue. Le corps du fils de Lam Kok avait été extrait de la carcasse de l’hélicoptère le soir même du drame le 20 décembre à Lugon-et-l’Ile-du-Carnay, Peng Wang, directeur France du groupe Brillant, a été retrouvé le 11 janvier dans la Dordogne à Saint-Vincent-de-Paul, et James Grégoire, l’ancien propriétaire du château de la Rivière, fin janvier à Saint-Loubès.

Les enjeux sont d’autant plus importants qu’il s’agissait d’une personnalité très influente en Chine, propriétaire d’une entreprise de thés (des thés de la région de Pu’Er) et d’hôtels de luxe, qui employait 3 000 personnes.

Pierre Arditi: « Quand on boit du vin, on boit l’âme de celui qui l’a fait… »

Interviewé par « Vin et Société », Pierre Ardiri revient sur les « us et coutumes » autour de la consommation de vin en France. Il recadre ces « moralisateurs » et lobbies qui voudraient durcir encore la législation autour du vin.

Capture

Pierre Arditi, nouvel ambassadeur de la Cité des Civilisations du Vin

Pierre Arditi est un bon vivant. Un épicurien, rien que ça et rien d’autre. Il revient sur le bon usage du vin, comme certains reviendraient sur le bon usage de la langue française. Car le vin fait partie du patrimoine français. A écouter la voix (et quelle voix !) du sage.

Pierre Arditi a par ailleurs été élevé en novembre au rang d’ambassadeur de la Cité des Civilisations du Vin à Bordeaux (lire précédemment) et joue le rôle d’oenologue dans une série sur France 3 « le sang de la vigne ».

14 Fév

Les cambrioleurs de châteaux sous les verrous

Au terme de 96 heures de garde à vue, les voleurs de grands crus qui agissaient en bande organisée ont été déférés devant un juge d’instruction de Bordeaux. 13 personnes ont été mises en examen et un mandat de dépôt a été requis contre 11 d’entre eux.

CASSEVIN1

Les saisies opérées lors de l’opération « cassevin » © Patrice Héraud

Une affaire rondement menée par les gendarmes et notamment le Groupement de la Gironde avec en appui la section de Recherches.Lundi matin très tôt, 23 cambrioleurs et receleurs de châteaux ont été interpellés dans 5 départements français (15 en Gironde).

Au terme de l’enquête diligentée dans le cadre d’une information judiciaire, les gendarmes ont mis fin aux agissements d’un véritable réseau qui écumait les châteaux et dépôts du bordelais. 13 châteaux, 2 maisons de négoce et un caviste ont été victimes pour un préjudice d’environ 1 million d’euros.

4 personnes ont été mises en examen des chefs de vols en bande organisée et association de malfaiteurs ; 9 autres des chefs de recel de vols en bande organisée, et association de malfaiteurs.

Il a été requis mandat de dépôt contre 11 personnes déférées devant le magistrat instructeur puis devant le juge des libertés et de la détention ces deux jours les 13 et 14 février.

Lire précédemment: Coup de filet des gendarmes

 

L’ UBB nouvelle locomotive des vins de Bordeaux…et Bordeaux nouveau sponsor de l’UBB

L’UBB Grands Crus organisait hier sa première soirée de gala à Bordeaux. Le monde du rugby et le monde du vin se sont rencontrés sur un terrain à damier au palais de la Bourse. Grand gagnant pour l’heure l’UBB qui a collecté plus de 100 000 euros lors de la vente aux enchères au profit du centre de formation de l’Union Bordeaux Bègles.

photo

La soirée de gala de l’UBB Grands Crus au palais de la Bourse

A l’origine du « match » d’hier soir l’association UBB Grand Crus. Une association qui s’est créée il y a moins d’un an et qui rassemble plus de 100 adhérents. Elle est devenue l’un des principaux partenaires du club de rugby. Un club emmené par Laurent Marti qui depuis longtemps pensait à une étroite collaboration avec les vins de Bordeaux. Laurent Dufau, DG du château Calon-Ségur en AOC Saint-Estèphe, était supporter de la première heure de l’Union Bordeaux Bègles et avec Laurent Marti, il se sont dit  qu’il y avait quelque chose à faire !

L’idée a germé dans la tête de Vincent Gerbaud, restaurateur à Arcachon, et d’Antoine Moga, petit-fils de l’ancien président béglais André Moga. Une idée sur laquelle, ballon ovale oblige, ont rebondi Valentin Lillet, directeur de LGC et Yann Rozes, directeur commercial de l’UBB; et ainsi est née l’association « UBB Grands Crus » tout simplement.

Hier soir dans le hall magique du Palais de la Bourse, l’UBB Grands Crus a donné le coup d’envoi d’une longue série de manifestations. Un dîner de gala organisé avec 550 convives, cuisiné par Philippe Etchebest « the best », avec comme clou du spectacle une vente aux enchères.

Ainsi le maillot de Raphaël Ibanez, qu’il portait en équipe de France face à l’Italie en 2007, s’est envolé entre les deux perches à 19 500 euros. Ce prix comprenait également 3 magnum de Pétrus.  Un essai transformé !  D’autres lots où maillots et flacons étaient associés ont aussi fait de jolies percées dans le portefeuille de Bordelais connu pour leur pugnacité à ne pas lacher…Ainsi 2 magnums de Latour 1998 et 2008 adjugés avec le maillot d’Olivier Brouzet 7200 euros, ou encore 12 Angelus 2006 avec le maillot du british Joe Worsley 5400 euros, enfin un magnum d’Yquem 2007 adjugé 5000 euros avec le maillot du capitaine Mathieu Clarkin.

Score final: 105 000 euros au profit du centre de formation de l’Union Bordeaux Bègles.

Regardez le reportage d’Elise Galand et Didier Bonnet