08 Mai

Vintage Revival Montlhery 2022 par le prisme du livre : « Amilcar » et « Les Automobiles B.N.C » de Gilles Fournier

Le WE des 7 et 8 mai 2022, « Lire délivre » vous emmène au formidable événement VRM (Vintage Revival Montlhery) et vous propose de (re)découvrir le célèbre autodrome et les automobiles/motos d’avant-guerre en action, et par le prisme du livre. VRM 2022 propose huit plateaux de voitures d’avant-guerre (A à H) et autant de plateaux de motos. Le plateau A fait la part belle aux Amilcar, qui célébraient leur centenaire en 2021, et aux B.N.C. Deux livres de référence de Gilles Fournier pour tout savoir sur ces voitures de légende…

Amilcar, de Gilles Fournier, Edition Rétroviseur, 1994

« En 1920, Joseph Lamy et Emile Akar, deux industriels parisiens, décidèrent d’investir dans l’automobile et accumulèrent records et honneurs avec des voitures nommées Amilcar. Disparue au cours de la Seconde Guerre mondiale, la marque fait partie du panthéon de l’automobile française. Le livre de référence sur Amilcar par l’un des plus éminents spécialistes des cyclecars. »

Et :

Automobiles B.N.C., de Gilles Fournier, Editions Bernard Salvat, Septembre 2014

« Dans la veine de son livre AMILCAR, Gilles Fournier explore l’histoire des automobiles B.N.C. Fruit de dix ans de recherches, il comporte : l’histoire documentée de la société BNC (avant même sa création et jusqu’après sa faillite), des hommes qui ont présidé à sa destinée, des courses ; la description détaillée de la production, modèle par modèle ; une présentation des pilotes dont le nom est associé à BNC ; plusieurs annexes : registre de production de l’usine, inventaire des publications BNC, etc.

Et pour tout savoir sur Vintage Revival Montlhery : la page Facebook de VRM, et sur le site de VRM

©Bob Garcia et Amandine Gazeau

 

02 Mai

24ème Expomobile Laplace de Chelles

Avec le retour des beaux jours et l’assouplissement des règles sanitaires anti-covid, les rassemblements et manifestations en tous genres (salons du livre, rassemblements automobiles, etc.) se multiplient et drainent un public nombreux et passionné…

Tandis que les célèbres Classic Days battaient leur plein sur le célèbre circuit Bugatti des 24 Heures du Mans, la 24ème Expomobile Laplace, à Chelles, les 30 avril et 1er mai 2022, réunissait environ 1000 automobiles de collection fabuleuses sous un soleil radieux !

De quoi (re)découvrir des modèles mythiques, et pourquoi pas, donner envie à quelques passionnés de se lancer eux-même dans l’aventure automobile à travers l’un des multiples clubs présents, et surtout en feuilletant les livres et revues spécialisés…

Idéale pour se lancer : la revue auto-retro !

Nul besoin d’habiter au Mans ou à Chelles, les rassemblements d’automobiles anciennes sont légions en France… En voici une cinquantaine sélectionnés par le site Iva-auto.fr

©Amandine Gazeau et Bob Garcia

 

 

Traversée de Paris 2022 – Vincennes en anciennes – 17 avril 2022

La « 22ème traversée de Paris en véhicules d’époque », organisée par « Vincennes en Anciennes » avait lieu le 17 avril 2022.

Après des éditions tronquées ou annulées à cause de la pandémie, ces retrouvailles sous le soleil furent une véritable fête, célébrée par un grand nombre de participants, et un public passionné.

L’occasion de voir et revoir de magnifiques automobiles entretenues comme des oeuvres d’art par leurs propriétaires.

L’occasion aussi de retrouver des visages familiers de l’univers de l’automobile, tel François Allain, le célèbre et infatigable présentateur de l’émission « Vintage Mécanique »…

Et l’occasion de se replonger dans les livres célébrant la magnifique épopée des voitures anciennes… en attendant la prochaine traversée (hivernale) de Paris organisée de main de maître par « Vincennes en Anciennes » !

Et peut-être de donner l’idée à quelques passionnés de se plonger dans « Le Véhicule de collection » pour acquérir et/ou rénover la voiture de leur rêve…

Présentation de l’éditeur (Argus) :

Le CA annuel généré par les véhicules de collection atteint 4 milliards d’euros (source FIVA, Fédération internationale des véhicules anciens).

Il existe en france 800 000 véhicules répondant à la  » définition  » du véhicule de collection.
Tous ces véhicules ne sont pas forcément en état de rouler mais ils représentent une activité certaine pour les professionnels du secteur (collectionneurs, maison de vente aux enchères, assureurs, avocats, administration publique.
Le profil du propriétaire d’un véhicule de collection a évolué.
Ce type de véhicule n’est plus réservé exclusivement à un public fortuné.
Les 800 000 véhicules sont répartis sur 230 000 propriétaires dont 47 % ont des revenus annuels inférieurs à 40 000 euros, 24 % se situent entre 40 000 et 60 000 euros et 29 % dépassent cette dernière somme.
Il est aujourd’hui possible d’acquérir un véhicule de collection pour une somme entre 8 et 10 mille euros.
L’objectif de l’ouvrage est de répondre aux questionnements juridiques et pratiques des passionnés de véhicules de collection.
Sous la coordination de J.B. Le Dall (Avocat, spécialiste du droit routier) : Christophe Lièvremont (Avocat), Joël Fleury (Classic cars conseil), Wanda Hannecart. Weith (Avovat associée Artmonia Partners), Delphine Pomin (Avocat Associée Artmonia Partners), Lucien François-Bernard (courtier d’assurance, AON Classic cars).

Pour en savoir plus sur la Traversée de Paris

©Amandine Gazeau et Bob Garcia

16 Mar

Retromobile 2022 : auteurs en dédicaces chez E.T.A.I.

Pour l’édition 2022, E.T.A.I. propose plusieurs séances de dédicaces des auteurs de nouveautés. L’occasion de rencontrer les auteurs, échanger et partager autour de la passion de l’automobile…

Découvrez toutes les collections d’E.T.A.I. sur leur site

Et qui pouvait mieux qu’E.T.A.I. publier « Il était une fois Retromobile » (auteur : Sylvain Reisser) ?

(Précommande dès maintenant. L’ouvrage sera expédié dès sa parution le 9 novembre 2022)

©Amandine Gazeau & Bob Garcia

 

 

Retromobile 2022 : les éditions « Cercle d’Art »

Retromobile, c’est aussi l’occasion de découvrir de formidables livres racontant l’histoire de l’automobile. Et en particulier des « Editions Cercle d’art » avec « Les archives inédites de DPPI »…

Présentation de « Car Racing 1968 » par l’éditeur

Car Racing 1968 s’inscrit pleinement dans la trajectoire esquissée par les trois précédents opus de la série « Car Racing » (1965, 1966 et 1967).

C’est toujours à travers les trésors d’archives de l’agence photographique DPPI que cet ouvrage publié par les Éditions Cercle d’Art propose, pour l’année de référence, une immersion unique dans l’ambiance du sport automobile de l’époque.

Créée en 1965 à l’initiative de photographes fascinés par la fureur des circuits et la bravoure des pilotes, l’agence DPPI s’est toujours positionnée au plus près de l’action. Et, dans les années 60, cette expression n’était pas galvaudée !

La très riche iconographie de la collection « Car Racing » a été puisée dans les archives inexploitées de l’agence DPPI, née en 1965 de la passion d’une poignée d’hommes pour la photographie et l’automobile, de préférence sportive. L’une des forces de cette collection est de ne jamais dévier de son propos initial, à savoir son parti éditorial essentiellement photographique : « Il ne s’agit pas d’un énième livre d’histoire du sport automobile, insiste Fabrice Connen, directeur de DPPI. Chaque fois, nous privilégions les photos les plus fortes, les plus insolites, ou bien celles restituant davantage l’atmosphère de l’époque, même prises sur des événements mineurs. »

Pour en savoir plus sur les Editions Cercle d’art

©Amandine Gazeau & Bob Garcia

Retromobile 2022, des voitures et des livres insolites

 

Retromobile est le rendez-vous des passionnés, des collectionneurs et des amateurs d’automobiles… avec des exposants qui ne manquent parfois pas d’humour… Vincent et Piou-Piou sont les respectables créateurs de la Bédégnoire, cette insolite voiture-baignoire qui est dotée d’un moteur mono cylindre 2 temps et qui peut atteindre la vitesse respectable de 50 km/h !

Mais malgré sa dénomination, peut-on la classer parmi les caisses à savon ?

Une autre photo de la Bédégnoire

La Bédégnoire n’est pas la seule voiture insolite de cette édition… Outre les voitures amphibies datant du précambrien, les voitures à hélice et autre auto-plume semblant sorties de l’imagination de Jules Verne, on remarque la Microcar Mopetta, la « plus petite voiture cabrio du monde » est vendue pour la somme modique de 25.000 euros. Avis aux amateurs !

 

La Microcar Mopetta

 

Mais il existe bien d’autres « microcars », tel que ce modèle Messerschmitt KR 175, exposé aussi sur le salon…

… et qui fait la couverture de l’étonnant ouvrage « Microcars stories » de Jan de Lange, aux éditions Drivers…

© Amandine Gazeau & Bob Garcia

Retromobile 2022, « Les teuf teuf », une plongée dans l’histoire de l’automobile

 

Darracq Comme toujours, le salon Retromobile est riche en attractions et découvertes. L’édition 2022 ne déroge pas à la règle !

L’Association des collectionneurs de voitures anciennes « Les Teuf Teuf » expose cette année 5 véhicules emblématiques de la marque Darracq :

  • La Type C de 1901
  • La Type H de 1904
  • La Type RRX de 1910
  • La Type TT113 de 1913
  • La Type V15 de 1920

Tous ces véhicules seront présentés dynamiquement à l’extérieur des halls 7, 2 fois par jour.

Toutes les informations ici !

Pour aller plus loin, on pourra lire le fascinant ouvrage « L’automobile, histoire d’une révolution – 1880 – 1950 de jean », de Jean-Louis Festjens collectif, Editions Michel Lafon

Présentation de l’éditeur :

Premier magazine illustré de son époque, L’Illustration a été le témoin privilégié de l’apparition puis du développement irrésistible de l’automobile, ainsi que de la véritable révolution qu’elle a engendrée dans les modes de vie. Tout d’abord considérée comme une bizarrerie pour riches-oisifs, puis comme un sport, l’auto devient après la Grande Guerre un phénomène populaire, qui modifie le pays en profondeur. Les villes et les routes s’adaptent bientôt à ce nouveau moyen de locomotion qui permet aux Français de partir en week-end, en vacances, et de découvrir le tourisme. La signalisation routière, les feux rouges, le code de la route apparaissent. Le design, la publicité, la mode se développent autour de la voiture. De l’automobile à vapeur de Dion-Bouton à la 2CV en passant par les luxueux cabriolets de la Belle Epoque, les belles américaines des années 1950, des premières traversées du Sahara jusqu’aux raids de la Croisière jaune, de l’âge d?or des rallyes à la création des Vingt-Quatre Heures du Mans : un panorama complet et foisonnant de l?histoire de l’automobile à travers les plus belles pages de L’Illustration.

© Amandine Gazeau & Bob Garcia

10 Jan

Michel Vaillant toujours plus haut !

Michel Vaillant toujours plus haut !

En attendant la parution le 22 janvier du deuxième recueil des Histoires courtes (cette fois consacré à celles parues dans le Journal de Tintin dans les années 1970), le dixième album de la Nouvelle Saison, qui est aussi le 80e toutes saisons confondues, tisse de nouveaux canevas entre les personnages tout en offrant à Michel Vaillant un rendez-vous avec une course… qu’il n’a encore jamais disputée, fait rarissime dans la saga.

Il s’agit plus précisément de l’une des plus anciennes compétitions automobiles, née en 1916 : la course de côte de Pikes Peak (Colorado, Etats-Unis). Dite également « the race to the clouds » (la course vers les nuages), elle est aussi l’une des plus périlleuses qui soit, avec 156 virages, des précipices vertigineux… Instillant même le doute dans l’esprit de Michel Vaillant, que l’on n’avait peut-être pas connu aussi tourmenté avant une compétition depuis longtemps (l’album Série noire, peut-être)…

Désormais seul maître à bord côté scénario depuis le retrait de Philippe Graton, Denis Lapière, pour son deuxième Michel Vaillant « en solo » après Duels, jongle toujours savamment entre les intrigues de la nouvelle saison et les références aux anciens albums et personnages.

Outre le défi de Pike’s Peak pour Michel Vaillant, les dames occupent une place de choix, entre les nouvelles fonctions de Françoise, son épouse intronisée à la tête de Vaillante à la fin de l’album précédent, et le retour de la rivale journaliste Carole Ouessant. Denis Lapière glisse de subtils clins d’œil à la géopolitique américaine. D’un côté, le sénateur démocrate Steve Warson…  De l’autre, le retour du retors Bob Cramer, que l’on devine aisément versé du côté ultrarépublicain, probablement impliqué dans l’invasion du Capitole… et qui plus est affublé d’une bimbo dûment siliconée !

Quant à l’équilibre entre réalité de la course et fiction dessinée, essentiel dans la saga Michel Vaillant, il s’incarne avec la présence du pilote français Romain Dumas, actuel détenteur du record de la montée de Pike’s Peak, et de Stéphane Barbé, éminente plume de l’automobile et auteur du cahier de l’édition spécialePikes Peak les rois de la montagne … tout en contribuant à sa manière au renouveau de la marque Vaillante, grâce à une superbe surprise en fin d’album.

Des rapports entre les personnages et les (re)conquêtes automobiles à venir (notamment le retour de Vaillante en Formule 1, en filigrane depuis Au nom du fils en 2021), ce dixième tome confirme le rythme de croisière de la nouvelle saison et de son équipe partiellement renouvelée… et toujours « vaillante !

©Jean-Philippe Doret

Michel Vaillant nouvelle saison T10 Pikes Peak

Scénario : Denis Lapière

Dessins : Benjamin Bénéteau & Vincent Dutreuil

56 pages

Edition augmentée Pikes Peak les rois de la montagne avec cahier spécial 24 pages de Stéphane Barbé

Graton

 

05 Déc

Angers BD 2021 : Pascal Rabaté dédicace « Sous les galets la plage »

Présentation de l’éditeur :

Loctudy, septembre 1963, la station balnéaire se vide de ses derniers résidents estivaux. Seuls Albert, Francis et Edouard, futurs étudiants prolongent leurs vacances en attendant de commencer chacun de brillantes études supérieures devant les mener vers de prestigieuses destinées toutes tracées.

Détachés de l’autorité familiale, ces fils de bonne famille comptent bien profiter de cette liberté pour vider quelques bouteilles et vivre de nouvelles expériences. Un soir sur la plage, ils font la connaissance de Odette, jolie jeune fille sans attache familiale qui saura s’y prendre pour les contraindre à participer aux cambriolages des résidences secondaires voisines.

Bien que manipulé, Albert le futur gradé militaire, en tombera amoureux et prouvera à la jeune détrousseuse professionnelle que ses sentiments sont sincères et qu’il est prêt à changer de vie pour elle. Mais dans ces familles bourgeoises et patriarcales, on ne fréquente pas n’importe qui, on ne déshonore pas sa famille et on rentre dans le rang quelles que soient les méthodes employées.
Les plus inhumains ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Angers BD 2021 : l’étonnante exposition Walter Appleduck

Walter Appleduck – Tome 1 – Stagiaire Cow-boy / Nouvelle édition (Edition définitive)

Walter Appleduck est un jeune homme cultivé, poli et bien éduqué qui fait un « master cow-boy ». Le shérif de Dirtyoldtown et son adjoint Billy ont accepté de le prendre en stage pour lui apprendre les rudiments du métier. Les périodes de stage sont en général assez courtes, s’interrompant brutalement après le cours sur l’art du duel au pistolet. Mais Walter est bien décidé à s’accrocher et à apporter un peu d’humanité dans cette bourgade de ploucs. Sa tâche sera rude entre les évasions à répétition de Rascal Joe (qui revient à la prison parce qu’il a oublié son chapeau) et ses efforts pour aider Billy à draguer Miss Rigby (quand elle le traite d’« archétype du type rustre, macho, grossier et alcoolique aux idées dangereusement fascisantes », il croit qu’elle le drague). Dans son désir de réformer la société qu’il découvre, Walter tentera de remplacer les duels au pistolet par des tournois de jeux de société (un bon Scrabble®, c’est quand même moins sanglant). Il sera également confronté à des problèmes d’une actualité brûlante comme quand il découvre que Billy, devenu addict aux nouvelles technologies, ne cesse d’envoyer des télégrammes bourrés de smileys à Miss Rigby et menace Rascal Joe de le virer de ses amis Facebook s’il ne se rend pas (ce qu’il fait illico). Au final, Walter aura un bon rapport de stage mais, après son passage, l’Ouest aura bien changé.