03 Mar

Blake et Mortimer T25 La Vallée des Immortels 1 – Menace sur Hong Kong T26 La Vallée des Immortels 2 – Le millième bras du Mékong Scénario : Yves Sente, Dessins : Teun Berserik & Peter van Dongen

 

Yves Sente, Blake et Mortimer au fil du temps : à propos de La Vallée des Immortels

Cette année 2020 est celle d’une double célébration pour la saga dessinée du capitaine Francis Blake et du professeur Philip Mortimer. Tout d’abord, le 70e anniversaire de la sortie en album du premier tome du Secret de l’Espadon, l’aventure fondatrice. Et il y a vingt ans, paraissait La machination Voronov, deuxième album après la relance de la série en 1996, et première histoire écrite par Yves Sente.

Parmi les scénaristes ayant œuvré sur Blake et Mortimer depuis bientôt un quart de siècle – citons donc ses très estimés confrères Jean van Hamme, Jean Dufaux, Jaco van Dormael, Thomas Gunzig et bientôt José-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental – Yves Sente occupe une place bien à lui. Celle d’avoir inscrit ses histoires dans une continuité temporelle par rapport à celles du père fondateur Edgar-Pierre Jacobs. Ainsi Le Bâton de Plutarque précédait-il Le Secret de l’Espadon, tout en faisant écho au diptyque Les Sarcophages du Sixième Continent, qui racontait notamment la première rencontre entre les deux héros, alors au sortir de l’adolescence.

Les deux tomes de La Vallée des Immortels ne font pas exception à la règle, car situés chronologiquement entre Le Secret de l’Espadon et Le Mystère de la Grande Pyramide. Un exercice de haute voltige, pour lequel Yves Sente démontre une nouvelle fois la parfaite maîtrise de son sujet. En deux décennies, peut-être n’a-t-il même jamais autant possédé son art, tissant une intrigue asiatique à entrées multiples incluant enjeux politiques entre Hong Kong, Taiwan et la Chine, les origines de l’empire chinois, une vallée légendaire et le Philip Mortimer inventeur.

Alors que ces intrigues multiples s’imbriquent à divers degrés au fil des deux tomes de La Vallée des Immortels, il est un personnage qui avance masqué, au sens propre comme au figuré : le colonel Olrik. Yves Sente lui a réservé l’un des plus beaux tours de force de l’histoire : au fil de l’histoire, la Némésis de Blake et Mortimer ne rencontre jamais ses meilleurs ennemis à visage découvert !

Mais la richesse de La Vallée des Immortels va bien au-delà de la savante imbrication de ses intrigues. La contrée qui donne son titre à ces deux tomes n’est pas sans rappeler les tribulations préhistoriques de Philip Mortimer dans Le Piège diabolique. La pièce d’arbalète issue de la naissance de l’empire chinois et l’Espadon sont en outre deux variations sur un même thème cher à la littérature de science-fiction : celui de l’arme absolue.

Au fil de ce diptyque à tiroirs, les dessinateurs Teun Berserik et Peter van Dongen, pour leur premier Blake et Mortimer, sont au parfait diapason de leur scénariste. Et promettent un avenir brillant. Leur aisance dans le dessin des engins volants ouvre de belles perspectives pour l’arc scénaristique fantastique de la saga de Blake et Mortimer. Nul doute qu’Yves Sente doit déjà y penser… Comme à des retrouvailles à venir avec son complice André Juillard, pour une huitième aventure en commun.

©Jean-Philippe Doret

Blake et Mortimer

T25 La Vallée des Immortels 1 – Menace sur Hong Kong

T26 La Vallée des Immortels 2 – Le millième bras du Mékong

Scénario : Yves Sente

Dessins : Teun Berserik & Peter van Dongen

2 x 56 pages

Editions Blake et Mortimer

 

01 Déc

Polar’Osny prend son envol !

Il n’aura fallu qu’une première édition en 2018 à la dynamique équipe du salon Polar’Osny pour trouver ses marques.

La deuxième édition, qui s’est déroulée le samedi 30 novembre 2019 a remporté un véritable succès, salué tant pas les nombreux visiteurs que par les auteurs.

Polar’Osny proposait cette année un programme inventif et riche, comprenant des rencontres scolaires, des conférences…

des expositions, ainsi qu’un concert-conférence « Jazz et polar » animé par le groupe « Harlem Nocturne » donné devant une salle comble et enthousiaste le vendredi 22 novembre au château de Grouchy.

Le salon du polar a également vu la remise du prix « Osny & Clyde » récompensant la meilleure couverture de polar, remis à Sacha Erbe, et la remise du prix « Enquêtes et faits » récompensant le meilleur polar ou la meilleure étude portant sur des faits divers réels. Ce prix, établi en partenariat avec l’association « Enquêtes et faits divers » a été remis à Bob Garcia pour son polar « Corpus delicti ».

L’équipe de Polar’Osny réfléchit déjà à l’acte III, qui devrait se dérouler en fin novembre 2020…

On fait confiance à Isabelle Bourdial (auteur et fondatrice du projet) pour fédérer autour d’elle de nouvelles forces vives et proposer une troisième édition pleine de nouveautés attirant toujours plus de public !

Plus d’infos ici !

 

 

 

17 Nov

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019 : Philippe Marion présente « Petites histoires de la police technique et scientifique »

Présentation de l’éditeur

Un homme en combinaison isolante avec un masque et des gants qui photographie une scène de crime Une femme en blouse blanche qui examine des traces de peinture sous le microscope Vous avez reconnu un expert de la police technique et scientifique Mais savez-vous que cette police technique et scientifique est née à la fin du XIXe siècle des travaux de trois pionniers, Alphonse Bertillon, Alexandre Lacassagne et Edmond Locard. C’est grâce à eux que les indices laissés sur la scène de crime, jusqu’alors muets, vont se mettre à parler et permettre d’en identifier l’auteur. Cet ouvrage raconte l’histoire de ces trois personnages et certaines des plus célèbres affaires criminelles de la Belle Epoque, résolues par cette nouvelle science, la criminalistique.

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019… « OVNIS : sommes-nous seuls ? », Nelson Monfort et Yvan Kiriow

Présentation de l’éditeur

 » Engin en forme de V « ,  » accélération fulgurante « ,  » boule lumineuse de couleur changeante « ,  » êtres avec des pieds palmés « … Les témoignages abondent sur la vision d’objets étranges ou d’êtres venus d’ailleurs. Si certains d’entre eux s’expliquent, beaucoup restent nimbés de mystères.
Nelson Monfort, témoin direct en 1983 d’une rencontre dite du deuxième type – quand un ovni laisse des traces au sol –, revient sur le phénomène  » ovni « . Faut-il y croire ou non ? Un voyage documenté sur l’hypothèse extraterrestre et la place de l’homme dans l’infini du cosmos.

Biographie de l’auteur

Nelson Monfort est le journaliste des grands événements sportifs. Depuis sa rencontre avec l’inexpliqué dans les années 1980, il voue une véritable passion aux ovnis et consacre une grande partie de son temps à leur étude.
Journaliste scientifique et docteur en histoire des sciences, Ivan Kiriow est l’auteur de livres grand public dans lesquels il passe au crible ses thèmes favoris, telles la médecine ou l’astronomie.

13 Nov

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019 : Angélina Delcroix présente « Un peu, beaucoup… jusqu’à la mort »

Présentation de l’éditeur

La révélation du thriller français confirme son statut avec ce troisième roman, sombre et surprenant ! Fragilisée par le décès de l’un de ses coéquipiers, l’adjudante Joy Morel doit aussi apprendre à composer avec sa récente maternité. Mais une étrange affaire la ramène sur le terrain : un homme, sobre depuis plusieurs années, est retrouvé mort après un coma éthylique. À ses côtés, le cadavre de son épouse, ligotée et mutilée…

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019 : Solène Bakowski présente « Miracle » (Editions Cosmopolis)

Présentation de l’éditeur

Quel est le prix d’un miracle ?La vie de Laure, vingt-et-un ans, s’écroule lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’une tumeur incurable au cerveau. Les médecins sont formels : la jeune femme est condamnée. Mais Laure est une battante, et grâce aux réseaux sociaux, récolte des fonds pour se lancer dans un projet fou : celui de traverser l’Atlantique en solitaire. Très vite, les internautes se prennent de passion pour cette jeune malade que d’aucuns voient comme une héroïne des temps modernes. Elle est invitée sur les plateaux de télévision, son périple est suivi sur YouTube par des centaines de milliers d’abonnés. Adulée, elle devient un symbole d’espoir et un modèle de courage. Dans sa course contre la montre, Laure pense avoir trouvé un sens à sa vie, mais une question parmi d’autres se pose : quel est le prix d’un miracle ?

Conduite pied au plancher, Miracle est l’histoire aux rebondissements en rafale d’une chute libre dans l’enfer des réseaux sociaux, qui va emporter Laure au cœur de la nuit, loin, beaucoup trop loin… Là où le lecteur n’a plus de répit.

Biographie de l’auteur

Née à Paris en 1981, fascinée par les personnages faillibles et les monstres du quotidien, Solène Bakowski, auteur des succès Un sac et Une bonne intention, est l’une des nouvelles grandes voix du thriller psychologique.

21 Oct

« Surface », Olivier Norek

Présentation de l’éditeur :

Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police.

Là-bas, personne ne veut de son enquête.

Avec Surface, Olivier Norek nous entraîne dans une enquête aussi déroutante que dangereuse. Un retour aux sources du polar, brutal, terriblement humain, et un suspense à couper le souffle.

 

Notre avis :

Olivier Norek avait placé la barre très haute avec son incroyable roman « Entre deux mondes ».

Mais comment survivre à un tel succès ?

La solution, il l’a trouvée, elle s’appelle « Surface »… changement de décor, de personnages, de sujet…

Le talent d’un grand auteur est de savoir se réinventer, et de sans cesse surprendre ses lecteurs. Norek y parvient avec brio en signant ici un thriller captivant.

L’entrée en matière est tonitruante. L’écriture, rapide et cinématographique, nous plonge au cœur de l’action.

Puis l’auteur prend le temps de décrire ses personnages et on apprend peu à peu à les connaître, à comprendre leur psychologie… à s’y attacher aussi. L’empathie est un des moteurs de la narration.

Très vite, on est entraîné dans la spirale infernale des indices, des déductions, et de leurs conséquences.

Les vieux souvenirs et les vieilles affaires refont surface, au propre comme au figuré.

L’enquête est menée tambour battant. A partir de la moitié du livre, il n’est quasiment plus possible de le lâcher tant le rythme est tendu et le suspense à son comble.

La chute arrive enfin, et on regrette d’avoir déjà tournée la dernière page.

« One shot » ou héroïne récurrente ? Peu importe, ce thriller est une réussite, tant sur la forme que sur le fonds.    

Olivier Norek a du talent à revendre, et plus d’un tour dans son sac.

Vivement le prochain livre !

 

©Bob Garcia

06 Oct

« Michel Vaillant, 13 jours », Graton, Lapière, Benéteau, Dutreuil

La 13 est (toujours) au départ

Ce 13, c’est le nombre fétiche de Jean Graton, ici remis en perspective dans un arc narratif clé de la nouvelle saison de Michel Vaillant : son retour en Formule 1, entre jeu de clins d’œil et nouveau regard sur la discipline reine du sport automobile.

« 13 jours » est donc la chronique d’un retour qui fait à la fois appel au passé et au présent. Côté passé, le 40e anniversaire de la première victoire en Formule 1 de Renault, que rejoint Michel Vaillant pour pallier au remplacement de l’un de ses pilotes actuels… avec seulement 13 jours pour se préparer au Grand Prix de France de Formule 1. Pour la circonstance, Michel Vaillant retrouve l’un de ses circuits fétiche : le Paul Ricard, mis en scène notamment dans les albums « Série noire » et « La Révolte des rois », où le pilote le plus célèbre de la bande dessinée le présente comme « le meilleur (circuit) du monde et le plus sûr d’Europe ».

Si le 13 a donné son titre à un autre album (« Le 13 est au départ »), il accompagne le retour de Michel Vaillant en Formule 1 d’une autre manière… que nous vous laissons découvrir ! Au début de cette histoire, qui voit l’apparition de Cyril Abiteboul, et plus tard de Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg, les authentiques patron et pilotes actuels de Renault en Formule 1, Philippe Graton s’amuse même, avec une histoire de trompette, d’un court rappel à « Bon sang ne peut mentir », la toute première histoire courte de 4 pages parue dans le Journal de Tintin en 1957.

Mais il n’est pas seulement question de références, car ce « 13 Jours » intègre avec beaucoup de pertinence dans son intrigue les éléments du quotidien du pilote de Formule 1 d’aujourd’hui : sa préparation physique (notamment la gestion de la respiration et de l’apnée, qui donne lieu en mer à l’une des plus belles séquences de l’album) et la technologie moderne des simulateurs de pilotage… que Michel Vaillant, qui a tout connu du sport automobile des six dernières décennies, ne goûte guère !

Et, comme dans certains des précédents albums de cette nouvelle saison voulue par Philippe Graton, l’intégration dans les séquences de course de commentaires de speakers en remplacement des récitatifs de son père Jean apporte une dimension supplémentaire qui ajoute à leur suspense, et propre à séduire aussi bien le profane que l’initié.

Signalons également que cet album marque l’arrivée d’un nouveau collaborateur. Si Philippe Graton et Denis Lapière sont toujours au scénario, Benjamin Bénéteau, qui avait dessiné seul l’album précédent « Macao » après le départ de Marc Bourgne, est rejoint par Vincent Dutreuil, pour le premier aboutissement de l’un des nombreux arcs narratifs de cette nouvelle saison, avec de nombreuses questions : quand se concrétisera le retour de l’équipe Vaillante, le golden boy aux dents longues Ethan Dasz a-t-il dit son dernier mot ? Comment évoluera la carrière de sénateur de Steve Warson ? Autant de questions qui trouveront leurs réponses dans les albums – et peut-être d’autres surprises – à venir…

©Jean-Philippe Doret

Michel Vaillant Nouvelle Saison T8 « 13 jours »

Scénario : Philippe Graton & Denis Lapière

Dessins : Benjamin Bénéteau & Vincent Dutreuil

56 pages

(Edition spéciale 80 pages « 13 Jours – L’histoire vraie » à paraître en novembre)

Graton

05 Juin

Le Mans, les voitures françaises dans la course

Présentation de l’éditeur

Panhard, Delage, Delahaye… Ces noms font rêver les amateurs de courses automobiles quand, en 1949, renaissent les 24 heures du Mans. 

Venus de France, d’Angleterre, d’Italie, les bolides retrouvent leur place sur la ligne de départ. Les Français n’entendent pas rester en dehors de la fête. Année après année, ils défient les autres nations, malgré la rigueur de ces temps de rationnement et de reconstruction.

Pilotes, ingénieurs, mécaniciens, patrons d’écuries font preuve d’une imagination sans limite pour lancer des voitures de plus en plus rapides, agiles, aérodynamiques.

Aux Bugatti, Talbot, Gordini, succèdent les DB, Renault, Rondeau, Matra, Alpine, Peugeot, et encore Renault…

C’est cette saga tricolore, faite d’inspiration, de talents, de volonté et souvent de débrouille, que conte le hors-série édité par Ouest France et Le Maine Libre.

Au total, plus de cent photos rares, dont beaucoup sont issues de l’exceptionnelle « collection Béroul » constituée par une dynastie de photographes manceaux partageant les gènes d’une même passion pour la mythique course.

« Le Mans – Les voitures françaises dans la course ». Photos rares de 1949 à 2009. Cent pages. En vente 6,90 € chez les marchands de journaux.

© Maine Libre  

Le Journal de Mickey aux 24 Heures du Mans !

Les 24 Heures du Mans passionnent les parents comme les enfants.

Le journal de Mickey n’oublie pas ces derniers et leur a concocté un numéro spécial plein d’informations vulgarisées (où les plus grands pourront aussi apprendre bon nombre de choses).

L’occasion en particulier de (re)découvrir LA course mythique et de regarder dans le rétroviseur avec sept bolides de légende, de la Bentley Speed Six de 1929 (histoire de rendre hommage aux 100 ans de la mythique marque) à la Peugeot 905 de 1993, en passant par quelques incontournables Ferrari, Ford, Aston Martin, Porsche et autre Alpine-Renault…

Mais Mickey est aussi fasciné par l’avenir… « C’est fou ! » La voiture à hydrogène sera bientôt dans la course, dès 2024. C’est l’objectif de MissionH24. Mickey se pose les bonnes questions : « Une voiture à hydrogène, c’est quoi ? », « Comment ça marche ? », et même… « Mes parents peuvent-ils en acheter une ? »

Plus ludique, on peut jouer au jeu des 7 différences avec les vainqueurs des 24 Heures du Mans 2018, Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakajima…

Le magazine contient encore plein d’informations et anecdotes, et il est téléchargeable ici !

Bonne lecture, les petits et les grands…

Mais les 24 Heures du Mans prévoient toujours des activités pour les enfants.

En 2019, les enfants ont ainsi pu se familiariser avec les règles de bonne conduite automobile SUR le circuit des 24 Heures, à bord de voiturettes électriques. Les participants (classes de 5ème et 6ème) ont même reçu un « permis de conduire » à l’issue de cette expérience qui restera assurément gravée dans leur mémoire !

  

Plus tard, lors de la mythique parade des pilotes, dans la ville du Mans, les plus petits n’étaient pas oubliés non plus. Encore un moment inoubliable, et peut-être l’occasion de faire naître quelques vocations…

© Bob Garcia