26 Oct

La véritable histoire des chansons de Michel Sardou, de Fabien Lecoeuvre, chez Hugo Image

 

 

Présentation de l’éditeur

La véritable histoire des chansons de Michel Sardou, Fabien Lecoeuvre, chez Hugo Image

S’il existe des artistes que l’on peut qualifier de « majeurs », alors Michel Sardou en fait obligatoirement partie. Sur plusieurs générations, il a enchanté un vaste public, avec de nombreux tubes qui restent dans toutes les mémoires. Servi par des textes puissants et une voix sans nulle autre pareille, Michel Sardou a traversé les modes et les époques en imprimant sa marque dans la chanson française. Parfois attaqué et raillé, Michel Sardou a toujours su faire face aux critiques avec courage et talent, en assumant parfaitement ses textes, qu’il a souvent écrits lui-même. Depuis « Les Ricains », en 1967, à « La Maladie d’amour », en 1973, en passant par « Les Lacs du Connemara », en 1981, ou « Musulmanes », en 1986, sans oublier « La Rivière de notre enfance », en 2004,, ou « Le Figurant », en 2017, tous ses titres ont installé Michel Sardou sur la scène nationale en plus de cinquante ans de carrière. Cet ouvrage vous permettra de découvrir les nombreux secrets et anecdotes de ses cinquante plus grands succès, à l’image de son interprète qui a si bien su retranscrire l’âme de la société française du XXe siècle.

FABIEN LECOEUVRE, chroniqueur et consultant pour de nombreuses émissions de télévision, travaille depuis plus de trente ans dans l’ombre des stars. Il est depuis douze ans aux côtés de Patrick Sébastien, dans Les Années Bonheur, sur France 2. Il est aussi l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages sur la chanson, dont il connaît tous les secrets.

 

Notre avis :

J’ai eu l’occasion de rencontrer et d’interviewer Fabien Lecoeuvre lors du salon du Livre d’Ile de France à Mennecy, en février 2018.

Fabien est un véritable passionné. En homme de média aguerri, il peut tenir son public en haleine pendant des heures, évoquant mille et une anecdotes vécues sur l’univers de la Variété, qu’il connaît si bien.

Ses livres sont à son image : regorgeant d’informations et d’anecdotes que lui seul connaît.

Les chansons de Michel Sardou ont toute une histoire, une identité, une raison d’être liée à l’actualité et/ou à sa vie personnelle. A travers son répertoire, Fabien nous fait découvrir des détails insoupçonnés sur une des dernières grandes icônes de la chanson française.

Que l’on soit passionné ou non par le chanteur, cet ouvrage est une référence incontournable !

©Bob Garcia

 

15 Oct

Les 70 ans de Porsche au Musées des 24 Heures du Mans

Plus que jamais, livres et automobile font bon ménage !

Le Musée des 24 Heures du Mans célèbre les 70 ans de la marque mythique en exposant la quasi-totalité des Porsche originales qui ont gagné l’épreuve.

L’occasion rêvée de visiter la boutique de l’ACO est sa magnifique librairie !

Et de découvrir deux des plus beaux ouvrages consacrés à la saga Porsche :

« Porsche Sport 2017 »

Présentation de l’éditeur :

Le livre de cette année offre à nouveau 288 pages uniques. Les quelque 900 photos dont une partie sur double page captivent par leur qualité brillante et documentent les courses du début à la fin. Toutes les Coupes Porsche, Porsche Carrera Cup, les défis GT3 Cup, le Mobil 1 Supercup, le WEC, et toutes les courses d’endurance comme les 24 Heures de Dubaï, Daytona, Spa, Nurburgring et bien sûr les 24H du Mans sont à retrouver au sein de cet ouvrage.

Et

« Porsche, Histoire et modèles mythiques » de Jean-Pierre Dauliac

Présentation de l’éditeur :

Après un bref historique de la marque, entrez de plain-pied dans la légende, avec 30 modèles mythiques de Porsche. Des photos d’époque, des affiches publicitaires, des coupes de moteur ou encore des pages de catalogue permettent de comprendre ce qui rend chaque modèle présenté unique et permet de se replonger dans l’ambiance de l’époque. Et pour mieux s’immerger dans l’univers Porsche, ce magnifique album est à feuilleter en écoutant la mélodie singulière, reconnaissable entre toutes, des moteurs des voitures, grâce au CD qui l’accompagne ! Un livre cadeau splendide, à offrir…
ou à s’offrir !

02 Oct

« Il faut sauver le soldat F1 » de Jean-Luc Roy

Jean-Luc Roy et la Formule 1, un livre entre dérive et passion

Depuis le mois d’août, un gigantesque mercato secoue, comme rarement dans son histoire, le monde de la Formule 1, entre rachat d’écurie et une valse des pilotes. Des événements qui ont donné une couleur particulière, voire prémonitoire, à « Il faut sauver le soldat F1 », le livre de Jean-Luc Roy sorti deux mois et demi plus tôt. Spécialiste reconnu sur les ondes de RMC, fondateur de la chaîne spécialisée Motors TV (devenue aujourd’hui Motorsport.tv), il livre, tout en restant accessible auprès des non-spécialistes, une analyse de la perte de popularité inquiétante de la discipline reine du sport automobile, victime selon lui de règlements sportif et technique trop complexes, ainsi que de sanctions en piste qu’il juge trop castratrices pour les pilotes. Regard d’un journaliste passionné qui, malgré le constat alarmant, garde la foi.

« Il faut sauver le soldat F1 » est-il un cri d’alarme, un réflexe de passionné, l’envie d’un avenir meilleur pour la F1, ou tout cela en même temps ?

Jean-Luc Roy : Il y a plusieurs années que l’envie, et même le besoin, d’écrire ce livre me trotait dans la tête. Ce livre est donc tout à la fois un cri d’alarme, parce que je ne peux pas supporter en tant que passionné de voir la F1 défigurée et en partie vidée de tout ce qui en faisait le charme unique, c’est aussi un réflexe de passionné parce que je voudrais que la FIA, qui gère les règlements sportifs et techniques, et Liberty Media, qui gère les aspects promotionnels et commerciaux se réveillent enfin et cessent de détruire ce magnifique championnat qui était le pinacle du sport automobile. Et c’est enfin plaider pour un avenir meilleur parce que je reste toujours optimiste et je pense qu’une prise de conscience peut et doit intervenir immédiatement !

Vous avez fait appel dans ce livre à de nombreuses personnalités, et pas seulement issues du monde du sport automobile. A votre avis, que pourrait apprendre la F1 actuelle d’autres disciplines sportives au-delà des sports motorisés ?

Il ne faut pas nier le fait que tous les sports, pratiquement sans exception, ont dû se transformer et subir des mutations pour s’adapter à leur développement, à l’arrivée de nouveaux partenaires, de nouveaux média, de puissants groupes financiers. Pour rester dans les sports mécaniques je citerai les Grands Prix Moto, que beaucoup d’anciens passionnés de F1 suivent de près aujourd’hui, les rallyes de Championnat du Monde, ou encore les 24 Heures du Mans. Dans d’autres domaines on peut citer le cyclisme, le ski ou même le tennis qui ont su préserver les fondamentaux et ne pas se galvauder et perdre leur âme. La F1 doit absolument conserver ses principes de base dont font évidemment partie intégrante le risque et le danger, même si certains voudraient croire que notre époque ne tolèrerait plus ce genre de notions… Pourtant la vie se termine toujours de la même manière, mais il y a beaucoup de moments exaltants à vivre auparavant !

Le fait de voir des investisseurs entrer dans le capital de certaines écuries (parfois pour financer la carrière de leurs enfants pilotes) est-il pour les équipes concernées une bouée de sauvetage ou un danger ?

Effectivement, voir un père acheter une équipe de F1 pour faire rouler son fils est tellement caricatural qu’on peut en rire. Mais il faut savoir que sur les dix équipes présentes aujourd’hui en F1, sept d’entre elles sont en situation difficile ou même périlleuse, et les trois plus puissantes survivront tant que leurs conseils d’administrations respectifs seront disposés à voter des budgets annuels de plusieurs centaines de millions d’euros… ce qui peut être remis en question du jour au lendemain. Le sauvetage rocambolesque d’une équipe est donc une « bouée de sauvetage », mais cela ne dispense pas d’apprendre à nager, et surtout de tout faire pour « Sauver le soldat F1 » et lui permettre de quitter le champ de bataille indemne, si possible ?

Enzo Ferrari, qui nous a quittés il y a trente ans, a dit un jour que « la F1 mourra un jour d’avoir faim ou d’avoir trop mangé ». Cette formule aurait-elle été prémonitoire par rapport à votre livre ?  

Je ne me souvenais plus de cette phrase, mais je crains qu’elle ne soit prémonitoire, et que la F1 finisse par mourir à force de ne pas avoir pris les mesures draconiennes indispensables pour perdre tous ces kilos superflus et retrouver une ligne de sportive ! Aujourd’hui, les règlements techniques concernant les moteurs et l’aérodynamique notamment exigent des milliers d’heures de recherche et de développement menés par des centaines d’ingénieurs et de techniciens pour obtenir éventuellement des gains illusoires ou seulement pour ne pas être totalement dominés, comme Honda et Renault aujourd’hui face à Mercedes et Ferrari. Ce gaspillage insensé ne produit aucun spectacle sur la piste, bien au contraire. Même remarque pour les pneumatiques dont l’utilisation est tellement réglementée que cela devient incompréhensible, y compris pour les spécialistes. Pour en terminer par les règlements sportifs trop tatillons et interventionnistes qui privent les pilotes de toute possibilité d’attaque et les contraignent souvent à suivre les consignes strictes imposées par radio par leurs ingénieurs et stratèges. Cette F1-là est vouée à l’échec et au désintérêt progressif, si on ne remet pas la batte dans la bonne direction très rapidement !

©Jean-Philippe Doret

Jean-Luc Roy « Il faut sauver le soldat F1 »

176 pages + cahier couleur 16 pages

L’Autodrome Editions

28 Sep

Autodrome de Linas-Monthléry : « Le paris fou, d’Alexandre Lamblin »

Un personnage méconnu, son créateur Alexandre Lamblin, au parcours incroyable, il joue sa fortune sur un pari, pour un projet et lui sacrifie sa vie.

Découvrez et comprenez mieux ce lieu… rêve d’un visionnaire génial.

À travers de nombreux témoignages d’époque, il sera tantôt adulé et aussitôt critiqué, provoquant l’émerveillement ou la controverse.

L’âge d’or de l’aventure du sport et de l’automobile, est impitoyable, elle revie au travers de l’histoire de ce lieu.

Alexandre Lamblin, comme ces contemporains ( André Citroen, Louis Delage, Louis Renault, …), connaitra, le succès, la gloire et la déchéance, mais il fera face la tête haute et le cœur sur la main.

Comme eux, il disparaitra ruiné, oublié de tous, seule la postérité leur rend hommage.

L’autodrome fut dès sa création, le circuit de folles courses de vélos, de motos, de voitures, réalisées par des hommes, des femmes et leurs bolides.

Une enquête qui a nécessité 15 années de recherches, la compilation de centaines d’articles de presse d’époque, de milliers de sources documentaires ou bibliographiques, retraçant l’histoire de l’homme et de son œuvre.

« Autodrome… Linas-Montlhéry-France », de Christian Schmaltz

Lire délivre vous propose de découvrir des événements par le prisme des livres !

Nous vous emmenons au célèbre autodrome de Linas-Monthléry pour Les Grandes Heures Automobiles, les 28, 29 et 30 septembre 2018.

« Autodrome… Linas-Montlhéry-France », de Christian Schmaltz (Itinéraires Editions, 2017)

Présentation de l’éditeur :

Quand le vrombissement des machines quitte les lieux et que le silence reprend sa place, le regard change aussitôt et peut reprendre son vagabondage.

C’est en quelque sort l’exercice tenté en oubliant habitudes et repères.

S’égarer sans contraintes, découvrir en toutes saisons et à toutes heures, se laisser surprendrepar ces endroits inattendus et inconnus parfois meurtris et souvent ciselés par le temps, tel était ce défi.

Mais l’anneau de vitesse n’est jamais très loin car ce parcours libre qui souligne le graphisme des lignes et sublime le site se veut suggestif. Il rappelle de nombreux souvenirs évoqués par ces témoignages amicaux, sincères et touchant qui racontent autrement ce lieu unique.

Christian Schmaltz propose cette paisible lecture, mise en valeur par son ami Jean-François, discrètement commentée, qui vous ouvre les portes de ce lieu magique, autrement et en silence.

 

08 Juil

Les livres « Le Mans Classic 2018 » : « Henri Pescarolo », de Jean-Marc Teissèdre

Présentation de l’éditeur :

(passions Relié – 7 juin 2017)

Henri Pescarolo est un des pilotes les plus populaires en France, un des derniers représentants de la glorieuse époque qui, au début des années 1960, a vu l’éclosion d’une génération de champions emmenés par son ami Jean-Pierre Beltoise, la consécration de Matra et l’arrivée d’Elf. Les premières lignes de son palmarès sont intimement liées à cette période. Mais Pesca a ensuite étonné le monde sportif en enchaînant les victoires pendant plus de vingt ans encore, avant de développer à partir de 1999 sa propre équipe de course puis de construire à partir de 2007 des voitures portant son nom. Henri Pescarolo, c’est un palmarès exceptionnel avec six victoires dans des épreuves de vingt-quatre heures (quatre au Mans, une à Daytona, une au Paul-Ricard), trente-cinq en championnat du monde d’endurance, cinquante-six départs en Grand Prix de Formule 1 et quinze participations au Paris-Dakar. C’est aussi un aventurier intéressé par l’Ultra-léger motorisé, passionné par l’hélicoptère au point d’avoir créé la Fédération française de giraviation, un fou d’aviation qui n’a pas hésité à se lancer dans des défis aussi irréels que dangereux, un expert en cuisine et en grands vins, un inconditionnel de la chasse et de la pêche, un amoureux des grands espaces et plus généralement de la nature. Autant de passions développées dans cet ouvrage grâce à des textes enrichis de réflexions et d’anecdotes pas toujours connues, et plus de cinq cents photos souvent inédites.

© Bob Garcia & Amandine Gazeau

 

Les livres « Le Mans Classic 2018 » : « Car Racing 1965 », de Johnny Rives et Manou Zurini

Présentation de l’éditeur :

(Cercle d’Art, 6/9/2018)

L’agence de photos DPPI est née de la passion d’une poignée d’hommes pour la photographie et l’automobile, de préférence sportive. DPPI s’est attachée dès lors à faire partager au plus grand nombre le quotidien des pilotes et des équipes de course, depuis les routes ou les circuits.

Le premier volume de cette collection, consacré à l’année 1965, plonge en plein cœur de l’âge d’or du sport automobile. Les voitures et leurs pilotes, que ce soit au Mans, dans les courses de côte ou sur les premiers circuits de ce qui n’est pas encore le grand barnum de la Formule 1, sont accessibles, accueillants. Ils sourient aux amateurs qui ne sont pas encore légion à se presser au bord des pistes ou des circuits.

La mise en valeur du fonds d’archives de l’agence DPPI à travers les centaines de ­clichés édités et commentés dans ce livre par les photographes et les acteurs de l’époque eux-mêmes font pénétrer un univers riche d’aventures humaines extraordinaires autour de machines d’exception.

L’accès jusqu’à présent limité aux médias et aux professionnels – la plupart de ces photos de presse n’ayant même jamais été publiées – s’ouvre pour la première fois au grand public grâce à cet ouvrage proposé à un prix très compétitif.

Pilotes de légendes, constructeurs incontournables, clichés des plus grandes courses mythiques au monde… ce livre unique permettra aux passionnés de sports mécaniques mais également aux amateurs de photographie de replonger au cœur des évènements.

Éditions Cercle d’Art

10, Rue Sainte-Anastase

75003 PARIS

+331 48 87 92 12

info@cercledart.com

© Bob Garcia & Amandine Gazeau

07 Juil

Les livres « Le Mans Classic 2018″…

Les chiffres de « Le Mans Classic » donnent le vertige !

  • 123 000 spectateurs en 2016
  • 8 500 voitures de clubs venues de toute l’Europe
  • 1 000 pilotes venus de plus de trente pays
  • 800 journalistes accrédités
  • 650 voitures de course historiques
  • 200 exposants
  • 18 courses en 24 heures
  • 2 concours (Le Mans Heritage Club & Clubs)
  • 1 vente aux enchères Artcurial

En soixante-dix ans d’histoire de la plus grande course d’endurance, nombre d’anniversaires sont chaque fois à célébrer.

  • 2018 verra le quarantième anniversaire de la victoire d’Alpine,
  • le vingt-cinquième anniversaire du triplé historique des 905 Peugeot, dont certains exemplaires viendront animer le peloton du Group C en course d’ouverture.
  • Et, c’était il y a soixante-dix ans, la véritable naissance de Porsche avec la production de sa première voiture en série : la célèbre 356. Nombreuses seront les célébrations d’autres marques et modèles iconiques. A commencer par les cinquante ans de Ligier, de la Ferrari 365 GTB/4 Daytona, de la BMW 2002…

Le Mans Classic prolonge le passé. Un passé qui ne s’oublie pas mais se cultive. L’édition 2018 qui se déroule du vendredi 6 au dimanche 8 juillet 2018 coïncide avec :

  • le 25e anniversaire du triplé victorieux des Peugeot 905 aux 24 heures du Mans;
  • le 40e anniversaire de la victoire de l’Alpine aux 24 Heures du Mans;
  • le 50e anniversaire de la Porsche 908;
  • le 70e anniversaire de Porsche, qui détient le record historique de 19 victoires aux 24 Heures du Mans, où pour l’occasion 70 Porsche historiques s’affronteront sur le circuit du Mans dans une course de 55 minutes intitulée « Porsche Classic Race Le Mans ».

Le samedi matin ce sont les Jaguar d’avant 1966 qui s’affrontent lors du Jaguar Classic Challenge, avec près d’une soixantaine de XK, Type-C, Type-D, Type-E, Mk II.

Cette année les 6 plateaux de voitures de compétition sont à nouveau rejoints par le Groupe C Racing, dans lequel Jenson Button concoure, et, nouveauté 2018, le plateau Global Endurance Legends regroupant les GT et prototypes ayant couru les épreuves d’endurance des années 1990 à 2000 pour deux démonstrations.

Pour la première fois, ce sont dix anciens vainqueurs des 24 heures du Mans qui sont présents en piste dan sles différents plateaux : Jürgen Barth, Romain Dumas, Loïc Duval, Jan Lammers, Gérard Larrousse, Klaus Ludwig, Jochen Mass, Stéphane Ortelli, Henri Pescarolo et Marko Werner.

C’est aussi l’occasion pour plusieurs éditeurs de sortir des livres liés à l’actualité de l’édition « Le Mans Classic ».

C’est précisément l’angle choisi par « Lire délivre » pour vous faire vivre cet événement hors du commun.

Chaque livre présenté sera accompagné des photographies réelles du Mans Classic prises tout au long du WE dans tous les lieux mythiques de l’événement : parcs de voitures, piste et course, village et lieux de dédicaces des auteurs.

Enjoy !!

 

© Bob Garcia & Amandine Gazeau

 

 

03 Juil

Les livres « Le Mans Classic 2018 » : « Alpine au Mans 1963-1995 », de François Hurel

 

Présentation de l’éditeur

(Editions du Palmier, 15 avril 2013)

Si la marque de Jean Rédélé est surtout associée aux succès de la Berlinette en rallyes, elle s’est aussi illustrée au Mans, côtoyant ainsi les marques les plus prestigieuses au panthéon du sport automobile.

Le Mans Classic…

L’alpine était à l’honneur lors de la 9ème édition du Mans Classic qui célébrait le 40ème anniversaire de la victoire d’Alpine aux 24 Heures du Mans !

 

 

 

© Bob Garcia & Amandine Gazeau

 

 

 

 

 

 

 

Les livres « Le Mans Classic 2018 » : « Alpine : le sang bleu », de Christian Descombes

 

 

Présentation de l’éditeur

(Editions Heimdal, Collection : AV. AUTOMOBILE, 10 avril 2018)

La présentation d’une nouvelle Alpine en 2017 a redonné vie à une marque mythique, disparue depuis 22 longues années. Alpine était née de la passion d’un homme, Jean Rédélé, qui donna vie à son rêve en 1955. Résolument sportives, les premières Alpine se feront une place respectée dans le rallye. Tributaires des mécaniques Renault, elles sauront en tirer le meilleur parti grâce à Amédée Gordini et Marc Mignotet, mais aussi grâce à une structure originale dont elles furent les pionnières, le châssis-poutre. Le modèle le plus emblématique, la berlinette A 110 dominera le rallye européen dans les années 1960, face à des adversaires souvent mieux armés, avant de s’adjuger le titre de première championne du monde des rallyes en 1973. Les 24 heures du Mans seront une autre aventure qui se terminera avec Renault et la victoire de 1978. Les prix atteints dans les récentes ventes aux enchères auprès des collectionneurs donnent la mesure de la passion qui continue d’animer les nombreux amateurs de la marque. Texte : Français Format : 21 x 29,7 cm relié Pagination : 100 pages en couleurs