21 Jan

Champignac « Enigma », Scénario de BeKa, Dessins de David Etien

Le Comte de Champignac entre mycologie et cryptologie

 

Dans le cadre de la collection « Le Spirou de », Emile Bravo, Yann et Olivier Schwartz ont choisi de confronter le groom le plus célèbre de la BD franco-belge à la Seconde Guerre mondiale. Avec « Enigma », c’est au tour de Pacôme Hégésippe Adélard Ladislas, Comte de Champignac, de relever à cette période de sa jeunesse un défi digne de ses capacités scientifiques… et où la mycologie ne sera pas absente.

Le duo de scénariste BeKa (alias Caroline Roque et Bertrand Escaich) et le dessinateur David Etien envoient le distingué mycologue en Grande-Bretagne retrouver un de ses grands amis, le professeur Black (vu notamment dans les albums de Spirou « Le dictateur et le champignon » et « Le voyageur du Mésozoïque »). Une fois arrivé au manoir de Bletchley Park, le Comte de Champignac se mesure à Enigma, la fameuse machine allemande à crypter les messages, aux codes réputés inviolables.

Au fil d’un récit solidement rythmé, quelques nécessaires séquences vulgarisatrices sur le décodage croisent des moments particulièrement cocasses. Citons en premier lieu la rencontre avec Winston Churchill, mise en scène avec un humour « quasi so British » savoureux.

Mais le Premier Ministre le plus célèbre de sa Gracieuse Majesté n’est pas le seul personnage historique que l’on croise dans « Enigma ». On retrouve aussi Alan Turing (première apparition en vélo, affublé d’un masque à gaz !), l’inventeur de la machine qui permettra de craquer les codes d’Enigma. Et aussi le futur créateur de James Bond (« Mon nom est Fleming, Ian Fleming ! »), qui soumet un soldat allemand à bombardement massif d’’œufs lors d’une incursion nocturne au château de Champignac.

« Enigma », c’est aussi la rencontre entre le Comte de Champignac et la pétillante Ecossaise Blair MacKenzie, pour l’un des arcs narratifs les plus séduisants de l’album : deux geeks avant l’heure, deux solitaires qui se retrouvent fort pris au dépourvu lorsque le temps de sortir de leur univers respectif pour exprimer leurs sentiments est venu.

Pour faire bonne mesure, BeKa et Etien offrent à Spirou une apparition furtive que nous vous laissons le plaisir de découvrir (et que n’auraient pas renié un certain Alfred Hitchcock, M Night Shyamalan ou Stan Lee). Point final d’un one-shot qui se savoure comme un épisode de « Chapeau Melon et Bottes de Cuir »… ou un film de James Bond !

 

©Jean-Philippe Doret

 

Champignac « Enigma »

Scénario : BeKa

Dessins : David Etien

64 pages

 

Dupuis

07 Jan

Blake et Mortimer, un « héritage immortel », par Jean-Philippe Doret

  

Blake et Mortimer, un « héritage immortel »

Au fil du temps, la sortie automnale d’un nouveau Blake et Mortimer est devenue l’un des best-sellers instantanés de la BD pour les fêtes de fin d’année. Mais en 2018, la parution simultanée du premier tome de « La Vallée des Immortels » et d’une nouvelle édition de « L’Héritage Jacobs » annonce bien des promesses dans les années à venir.

« La Vallée des Immortels » est le cinquième diptyque de la saga de Blake et Mortimer, après « Le Secret de l’Espadon » (paru à l’origine en deux volumes avant d’être redécoupé en trois tomes), « Le Mystère de la Grande Pyramide », « Les Sarcophages du Sixième Continent » et « La Malédiction des Trente Deniers ». Yves Sente en situe l’action immédiatement après la fin du « Secret de l’Espadon ». Et, après deux guerres mondiales (celle, bien réelle, de 1939-1945 puis celle, fictive, contre l’Empire Jaune), jette Francis Blake et Philip Mortimer dans une nouvelle poudrière asiatique.

Entre protection de l’enclave britannique de Hong Kong, tensions entre la Chine et Taïwan, découverte susceptible de bouleverser l’histoire de la naissance de l’empire chinois et ambitions – précisément impériales – d’un seigneur de la guerre, Yves Sente jongle avec les ramifications d’une intrigue dense, complexe, nécessitant une lecture immersive pour en saisir tous les rouages. Mais ceux-ci annoncent dans le futur deuxième tome un véritable feu d’artifice… Sans doute au sens propre, puisque « La Vallée des Immortels » remet aussi à l’honneur le Philip Mortimer inventeur, et même la mythique Aile Rouge du « Secret de l’Espadon » !

Côté dessin, André Juillard, compagnon de route d’Yves Sente sur tous les Blake et Mortimer qu’il a précédemment scénarisés, a décidé de faire une pause pour se consacrer à d’autres projets personnels. Mais la remarquable ligne claire du duo néerlandais Teun Berserik-Peter van Dongen fait écho à l’aventure suivante de la nouvelle continuité temporelle développée par Yves Sente autour des albums d’Edgar Pierre Jacobs… et qui n’est autre que « Le Mystère de la Grande Pyramide ».

Pour saluer l’arrivée de cette nouvelle équipe, les Editions Blake & Mortimer ont édité une version augmentée de « L’Héritage Jacobs », ouvrage en forme de « making of » des albums sortis depuis « L’Affaire Francis Blake », l’album du grand retour (1996). Au fil d’entretiens toujours passionnants, chaque scénariste et dessinateur (dont les nouveaux venus Berserik et van Dongen, et aussi Ted Benoit, disparu après l’interview publiée dans « L’Héritage Jacobs ») fait part de son regard, de ses doutes et même de ses souffrances. Le témoignage le plus émouvant est sans doute celui de Chantal de Spiegeleer, qui dut prendre la suite de son mari René Sterne, grand absent de ce livre, brutalement décédé alors qu’il travaillait sur le premier tome de « La Malédiction des Trente Deniers ».

Cette nouvelle édition s’achève sur un bouquet final d’informations concernant les albums à venir… que nous vous laissons le plaisir de découvrir, dessins inédits à l’appui ! Citons quand même (par ordre alphabatique) les noms d’Antoine Aubin, Teun Berserik, José-Louis Bocquet, Christian Cailleaux, Jean Dufaux, Jean-Luc Fromental, Thomas Gunzig, André Juillard, Etienne Schréder, François Schuiten, Yves Sente, Peter van Dongen, Jaco van Dormael, Jean van Hamme… En somme un « héritage immortel » en de très bonnes mains !

©Jean-Philippe Doret

 

Blake et Mortimer T25 « La Vallée des Immortels 1 – Menace sur Hong Kong »

Scénario : Yves Sente

Dessins : Teun Berserik & Peter van Dongen

56 pages

« L’Héritage Jacobs »

(Edition augmentée – Deux chapitres supplémentaires)

Jean-Luc Cambier & Eric Verhoest

280 pages 

Editions Blake et Mortimer

19 Déc

Treize, impair et double : XIII Mystery « Judith Warner » et XIII « L’enquête – Deuxième partie »

 

Treize, impair et double

La double parution de « Judith Warner » et de « L’enquête – Deuxième partie » voit le retour au scénario de Jean van Hamme, qui lève le voile sur les dernières questions laissées en suspens à la fin du premier cycle des tribulations de l’amnésique le plus célèbre de la bande dessinée.

Chronologiquement, ces deux albums se situent à cheval entre « Le dernier round », dernier volet du premier cycle, et « Le jour du Mayflower », premier album du deuxième cycle scénarisé par Yves Sente. Mais l’ordre de lecture est inverse à celui de la parution.

Ainsi, dans « L’enquête – Deuxième partie » (sorti le 30 novembre), le jeune journaliste Danny Finkelstein boucle les investigations amorcées par son frère Ron et Warren Glass. Comme dans le premier volet de l’enquête, textes, BD, photos et dessins s’entremêlent, certaines infos sur certains personnages sont complétées, d’autres font leur apparition… Avec une touche d’humour subtile, qui donne envie d’en savoir plus sur la secrétaire Mildred Brightlight, lointaine « cousine » de Miss Pennywinkle, l’assistante aussi distinguée que volcanique de Largo Winch. Les dessins de William Vance, décédé le 14 mai dernier, et de Jean Giraud, dessinateur de « La version irlandaise » disparu en 2012, s’entremêlent habilement à ceux du nouveau venu Philippe Xavier, qui se glisse dans cet univers foisonnant avec humilité et efficacité, d’autant plus que le lettrage des séquences dessinées est identique à celui de Vance dans le premier cycle.

Pour le treizième et ultime volet de la série XIII Mystery (basée sur le principe d’un album dessiné par une équipe différente travaillant ensemble pour la première fois), Jean van Hamme revient aux affaires, se réservant deux des dames les plus marquantes du premier cycle. « Judith Warner » (sorti le 19 octobre) éclaire certains dossiers de « L’enquête – Deuxième partie ». Il aurait d’ailleurs fort bien pu être baptisé « Jessica Martin », car nous en apprenons autant sur l’une que sur l’autre (le titre « Judith et Jessica » avait même été annoncé dans un hors-série de l’Express consacré à XIII). Autour de ces deux personnages forts, Jean van Hamme construit un véritable thriller au féminin, que n’auraient pas renié, jusqu’au dénouement final, un Paul Verhoeven ou un Clint Eastwood. Côté dessin, le trait d’Olivier Grenson anime idéalement Judith et Jessica, femmes de tête, mais aussi femmes blessées à la recherche de leur propre vie.

Au fil de ces deux albums, Jean van Hamme tire ainsi de nouveaux fils d’un univers qu’il connaît par coeur, tout en instillant la dose de distanciation ironique qui a fait sa marque, aussi bien sur XIII que Largo Winch. En somme, Jean van Hamme passe, impair… et gagne !

©Jean-Philippe Doret

 

XIII Mystery T13 « Judith Warner »

Scénario : Jean van Hamme

Dessins : Olivier Grenson

56 pages

 

XIII T13 « L’enquête – Deuxième partie »

Scénario : Jean van Hamme

Dessins : Philippe Xavier & William Vance

32 pages

 

Dargaud

02 Déc

Festival AngersBD 2018 : les lauréats sont…

 

Nos embellies

Gwénola Morizur (Auteur), Marie Duvoisin (Illustrations)

Lily apprend qu’elle est enceinte, au moment où son compagnon lui annonce qu’il va partir en tournée avec son groupe et lui demande de s’occuper de Balthazar, son neveu, qui arrive du Canada. Lily tente d’apprivoiser ce gamin qu’elle n’a jamais vu et qui traîne avec lui la tristesse de la séparation de ses parents. Sur un coup de tête, elle quitte Paris avec Balthazar. Sur la route, ils rencontrent Jimmy, un jeune homme en marge. Leur périple les mène jusqu’à Pierrot, un berger qui élève seul ses brebis avec son chien. Ensemble, ces âmes déboussolées vont retrouver un souffle de vie.

 

Et si l’amour c’était aimer ?

Fabcaro (Auteur)

Présentation de l’éditeur

Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa. Henri est un patron de startup épanoui et dynamique et Sandrine l’admire. Mais hélas la vie n’est pas un long fleuve tranquille… Un beau jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un brun ténébreux livreur à domicile et chanteur de rock à ses heures perdues. Une idylle merveilleuse va alors se nouer entre eux.

Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa. Henri est un patron de startup épanoui et dynamique et Sandrine l’admire. Mais hélas la vie n’est pas un long fleuve tranquille… Un beau jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un brun ténébreux livreur à domicile et chanteur de rock à ses heures perdues. Une idylle merveilleuse va alors se nouer entre eux. Mais la vie est-elle toujours du côté de l’amour ? Les sentiments purs et absolus ne sont-ils pas qu’une feuille morte emportée par le vent ? Un arc-en-ciel ne finit-il pas toujours par disparaître derrière les nuages ?

Un hommage appuyé aux romans-photos et aux collections de romans à l’eau de rose. Si vous pensiez avoir fait le tour de la question sur ce genre de littérature de gare, laissez-nous vous proposer l’idée qu’on peut, en fait, aller beaucoup plus loin, grace à Fabcaro.

Un mot de l’auteur

Fabcaro, dessine depuis l’enfance et décide de s’y consacrer pleinement à partir de 1996. Il travaille pour la presse ou l’édition, pour différentes revues de bande dessinée telles : Fluide Glacial, FLBLB, Psikopat, Jade, Tchô !, L’Echo des Savanes, Zoo, Mauvais esprit et CQFD. Il a publié chez des petits éditeurs (comme La Cafetière ou 6 Pieds sous terre) comme chez des gros (Audie, Lombard avec la reprise d’Achille Talon) des ouvrages pleins d’humour ou il passe à la moulinette le compor-tement de ses contemporains, sans oublier de s’égratigner en premier lieu. Il est aussi l’auteur d’un roman publié en 2006 chez Gallimard, Figurec, dans la prestigieuse collection Blanche. Fabcaro multiplie les collaborations où il officie en tant que scénariste, avec James, Boris Mirroir (Amour, Passion et CX diesel) ou encore Fabrice Erre (Z comme Don Diego, Mars). Après Carnet du Pérou qui fut l’un des livres d’humour marquant de 2013, sélectionné pour les prix d’Angoulême en 2014, son précédent ouvrage chez 6 Pieds sous terre, Zaï Zaï Zaï Zaï, paru en 2015 est un énorme succès, tant public que critique, couronné par de nombreux prix : Prix du public Sud-Ouest/Quai des bulles à St-Malo,Prix RTL BD du mois, Album d’or Festival de Brignais, Mention spéciale du Président du jury du prix Landerneau 2015, Prix des Libraires de bandes dessinées 2016, Prix de l’association des critiques (ACBD) 2016, Prix SNCF du Polar 2016.

 

Feya, (tome 2)

de Marc Lataste (Auteur)

Présentation de l’éditeur

A la fin du premier tome (paru en mars 2018), nous avions laissé Feya avec un bien lourd secret : elle n’était qu’un être de synthèse parmi d’autres, construits par l’étrange Doc Bot, dernier véritable humain sur Terre. Marc Lataste poursuit son aventure pleine de fantaisie, de bagarres incroyables, entre magie, nature et technologie ! Cette fois-ci, nous ferons la rencontre d’Aban, le frère de Feya, d’un étrange et terrible robot et de bien d’autres visiteurs extra-terrestres… La série est avant tout à destination des enfants, conseillée à partir de 8 ans (même si tous s’y retrouvent !). À travers une aventure fun et revigorante, véritable hommage aux mangas de sa jeunesse, l’auteur continue de brasser des thèmes aussi riches que le métissage, les questions d’environnement, l’opposition Nature versus Technologie, mais aussi des thèmes plus humains comme l’amitié et la fraternité. Sans que jamais ces interrogations prennent le dessus sur l’aventure avec un grand A.

01 Déc

Festival AngersBD 2018 : exposition Matthieu Bonhomme « Charlotte impératrice »

Charlotte impératrice, Tome 1 – La Princesse et l’Archiduc

Nury Fabien (Auteur), Bonhomme Matthieu (Illustrations)

Présentation de l’éditeur

Élevée par son père Léopold 1erer, Charlotte de Belgique est destinée à faire un glorieux mariage. Pour la jeune femme, le choix s’arrête sur l’archiduc Maximilien d’Autriche, frère cadet de l’empereur François Joseph. Un mariage somptueux vient sceller leur union, qui, disons-le tout de suite, ne sera pas heureuse. Le jeune couple est dépassé par les rivalités dont ils sont le jeu, entre les terribles Habsbourg et le calculateur empereur Napoléon III. Et Maximilien se révèle un homme décevant, à tous points de vue. C’est en faisant face à l’adversité que Charlotte aura finalement l’occasion de quitter les voies d’un chemin tout tracé…

 

Festival AngersBD 2018 : TieKo dédicace Hindenburg

Hindenburg – Tome 3 : Hindenburg – volume 3 – La foudre d’Ahota

Hindenburg TieKo (Dessinateur)

Patrick Cothias (Scénario)

Patrice Ordas (Scénario)

Présentation de l’éditeur

L’incendie qui éclaira l’Amérique. Diane est enfin parvenue à regrouper les héritiers d’Ahota. À présent, elle connaît la nature de l’adversaire que les nazis ont sélectionné afin d’imposer leurs volontés aux Américains. Elle tente d’avertir les gouvernements de la menace. Churchill et Roosevelt, d’abord dubitatifs, finissent par prendre conscience de la réalité du danger : la manipulation psychique est une arme et Hitler sait en user. Alors qu’un orage s’abat sur New York, le dirigeable Hindenburg approche de son mât d’amarrage. Dans son ventre, l’ultime affrontement se prépare.

Festival AngersBD 2018 : Queireix dédicace Alpha

Alpha premières armes, tome 5

A l’heure où les hyènes vont boire

Herzet (Auteur), Queireix Alain (Illustrations)

Présentation de l’éditeur

Alpha est décidé à aller au bout de sa vengeance. La piste du complot l’entraîne sur les traces de puissants mafieux russes. Et la CIA s’interroge : que faire de ce chien fou qui vient troubler la marche cynique de leurs affaires ?

Biographie de l’auteur

Au départ, l’histoire d’Alain Queireix est celle d’un passionné de bande dessinée, grand admirateur de William Vance et de Gérald Forton, qui voulait devenir dessinateur depuis l’adolescence. Mais le décès prématuré de son père l’oblige à prendre un détour, et à devenir agent commercial pendant quelques années. Il n’en oublie pas son rêve pour autant, et se fait la main en réalisant plusieurs albums non publiés, entre autres sur des scénarios courts de Frank Giroud. De case en case, il affine son style, jusqu’à aboutir à un résultat à la hauteur de ses ambitions : un dessin clair, lisible et fluide, classique mais sensuel, de nature à donner corps aux plus belles héroïnes. Une démarche qui tape dans l’oeil du scénariste Erik Arnoux, qui lui écrit sa première série, « Celadon Run », les aventures d’une belle espionne. Le duo récidive au Lombard avec « Ava Dream », autre héroïne – avocate, cette fois – aussi attirante que dynamique. La classe naturelle du dessin de Queireix lui permet de rejoindre l’aventure « All Watcher », dont il dessine deux tomes, et de continuer ensuite la collaboration avec Stephen Desberg dans « Miss Octobre ». De Tracy à Viktor, Queireix semble bien déterminé à continuer de nous fournir en héroïnes, avec la grâce et le talent qui le caractérisent.

 

25 Nov

Angers BD 2018

Auteurs attendus au 30 octobre 2018 (sous réserve de modifications):

* Auteurs présents sur un stand indépendant et pouvant conditionner la dédicace à l’achat d’un album.

** Lauréat du Prix des bibliothécaires du Département de Maine-et-Loire

Et toutes les infos pratiques ici !

RSS