01 Déc

Polar’Osny prend son envol !

Il n’aura fallu qu’une première édition en 2018 à la dynamique équipe du salon Polar’Osny pour trouver ses marques.

La deuxième édition, qui s’est déroulée le samedi 30 novembre 2019 a remporté un véritable succès, salué tant pas les nombreux visiteurs que par les auteurs.

Polar’Osny proposait cette année un programme inventif et riche, comprenant des rencontres scolaires, des conférences…

des expositions, ainsi qu’un concert-conférence « Jazz et polar » animé par le groupe « Harlem Nocturne » donné devant une salle comble et enthousiaste le vendredi 22 novembre au château de Grouchy.

Le salon du polar a également vu la remise du prix « Osny & Clyde » récompensant la meilleure couverture de polar, remis à Sacha Erbe, et la remise du prix « Enquêtes et faits » récompensant le meilleur polar ou la meilleure étude portant sur des faits divers réels. Ce prix, établi en partenariat avec l’association « Enquêtes et faits divers » a été remis à Bob Garcia pour son polar « Corpus delicti ».

L’équipe de Polar’Osny réfléchit déjà à l’acte III, qui devrait se dérouler en fin novembre 2020…

On fait confiance à Isabelle Bourdial (auteur et fondatrice du projet) pour fédérer autour d’elle de nouvelles forces vives et proposer une troisième édition pleine de nouveautés attirant toujours plus de public !

Plus d’infos ici !

 

 

 

26 Nov

Polar’Osny 2019

En janvier 2018, la première édition de Polar’Osny avait remporté un vif succès. Forte de cette réussite, la ville poursuit ses investigations dans le monde du roman noir avec cette seconde édition qui se décline à travers les âges. Une plongée dans le mystère au gré des époques : le Londres de Jack l’Éventreur, le Moyen Âge, le XXe siècle… et le monde d’aujourd’hui avec ses nouvelles technologies. Suivez les indices de l’affaire, théâtre, expos, conférences, jeux… la clé de l’énigme sera dévoilée le 30 novembre lors du Salon du polar.

La marraine du festival : Danielle Thiéry

Elle a été la première femme commissaire divisionnaire de France. Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture de romans policiers inspirés de sa riche expérience. Sa passion pour l’écriture s’est d’abord exprimée pour la télévision avec la création de la série Quai n°1 tirée de son premier roman et dont elle coécrit les scenarii. Se sentant trop à l’étroit face aux contraintes liées à la réalisation, elle décide de se tourner vers le roman, son « espace de liberté » depuis qu’elle a quitté ses fonctions dans la police. À son actif, une vingtaine d’ouvrages, des polars, mais aussi des romans policiers pour la jeunesse et des documentaires. Sex Doll, la dernière enquête de son personnage, la commissaire Edwige Marion, vient de paraître chez Flammarion.

Exposition-enquête : Lux in tenebris

Exposition Blogs en stock

Dix blogueurs spécialisés dans la littérature policière seront mis à l’honneur.

> en savoir +

 

 

 

Yoko Tsuno (« Anges et Faucons ») et Jérôme K Jérôme Bloche (« Contrefaçons ») en grand large…

   

Yoko Tsuno et Jérôme K Jérôme Bloche en grand large

En cet automne 2019, les nouveaux albums de Yoko Tsuno et Jérôme K Jérôme Bloche présentent un format inhabituel, avec respectivement 62 et 70 planches. Une singularité supplémentaire pour deux personnages qui ne le sont pas moins.

Si l’on y regarde de plus près, Roger Leloup et Alain Dodier ont beaucoup en commun. Auteurs complets (scénario et dessins), ils mènent tous les deux une série au long cours, avec respectivement 29 albums pour Yoko Tsuno et 27 pour Jérôme K Jérôme Bloche. Et chacun de ces deux personnages porte en lui une part singulière d’humanité.

Pour Yoko Tsuno, électronicienne aventurière mais aussi mère adoptive, le respect de la vie passe avant tout (« la mort d’un homme est un échec », dit-elle dans en 1984 dans Le Feu de Wotan). L’humanité de Jérôme K Jérôme Bloche passe quant à elle souvent par de malicieux contrepieds à la mythologie du détective privé. Imagine-t-on un Philip Marlowe souffrant du mal des transports, ayant horreur des armes à feu, se faire tancer plus souvent qu’à son tour par sa compagne ou se faisant arrêter par la police en sautant un tourniquet dans le métro ?

Avec Anges et Faucons, Roger Leloup retrouve un format en 62 planches qu’il n’avait pas connu… depuis Tintin, Vol 714 pour Sydney et son départ du Studio Hergé fin 1969. Ce 29e album de Yoko Tsuno rassemble deux récits d’une trentaine de page chacune. Dans l’une, il s’agit de traverser le temps pour sauver deux jeunes enfants (deux « anges », en quelque sorte). Dans l’autre, de convoyer d’inquiétantes momies, avec un faucon comme ange gardien. Cette double histoire fait aussi la part belle aux engins volants, souvent récurrents dans la saga dessinée de l’électronicienne japonaise. Le tout toujours mené avec un sens du détail qui force l’admiration, car Roger Leloup, qui vient de fêter ses 86 ans, travaille sans le moindre assistant !

Une démarche en solitaire qui est aussi celle d’Alain Dodier. Dans Contrefaçons, il présente une enquête qui porte son titre à merveille, dans une histoire d’enlèvement où rien ne semble authentique… Sauf le détective, qui finit par dénouer les fils d’une intrigue menée au rythme des réflexions du personnage principal, entre initiatives et fausses pistes. Georges Simenon n’est pas loin… Notamment avec le personnage de Babette, lointaine héritière de l’épouse du commissaire Maigret, auxiliaire parfois précieuse tout en étant jeune femme de son époque. Un constat qui vaut également pour les différents personnages de l’intrigue, tous présentés à hauteur d’homme par le dessinateur-scénariste, qui sait camper une personnalité en une scène, voire une réplique.

En somme, deux albums qui permettent de retrouver deux des personnages les plus attachants du journal de Spirou : une héroïne qui « n’est pas la femme d’une nuit mais la femme d’une vie », et un détective privé, « improbable croisement de Humphrey Bogart et de M. Hulot ».

©Jean-Philippe Doret

Yoko Tsuno T29 « Anges et Faucons »

Scénario et dessins : Roger Leloup

64 pages

Jérôme K Jérôme Bloche T27 « Contrefaçons »

Scénario et dessins : Alain Dodier

72 pages

Dupuis

 

17 Nov

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019 : Philippe Marion présente « Petites histoires de la police technique et scientifique »

Présentation de l’éditeur

Un homme en combinaison isolante avec un masque et des gants qui photographie une scène de crime Une femme en blouse blanche qui examine des traces de peinture sous le microscope Vous avez reconnu un expert de la police technique et scientifique Mais savez-vous que cette police technique et scientifique est née à la fin du XIXe siècle des travaux de trois pionniers, Alphonse Bertillon, Alexandre Lacassagne et Edmond Locard. C’est grâce à eux que les indices laissés sur la scène de crime, jusqu’alors muets, vont se mettre à parler et permettre d’en identifier l’auteur. Cet ouvrage raconte l’histoire de ces trois personnages et certaines des plus célèbres affaires criminelles de la Belle Epoque, résolues par cette nouvelle science, la criminalistique.

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019… « OVNIS : sommes-nous seuls ? », Nelson Monfort et Yvan Kiriow

Présentation de l’éditeur

 » Engin en forme de V « ,  » accélération fulgurante « ,  » boule lumineuse de couleur changeante « ,  » êtres avec des pieds palmés « … Les témoignages abondent sur la vision d’objets étranges ou d’êtres venus d’ailleurs. Si certains d’entre eux s’expliquent, beaucoup restent nimbés de mystères.
Nelson Monfort, témoin direct en 1983 d’une rencontre dite du deuxième type – quand un ovni laisse des traces au sol –, revient sur le phénomène  » ovni « . Faut-il y croire ou non ? Un voyage documenté sur l’hypothèse extraterrestre et la place de l’homme dans l’infini du cosmos.

Biographie de l’auteur

Nelson Monfort est le journaliste des grands événements sportifs. Depuis sa rencontre avec l’inexpliqué dans les années 1980, il voue une véritable passion aux ovnis et consacre une grande partie de son temps à leur étude.
Journaliste scientifique et docteur en histoire des sciences, Ivan Kiriow est l’auteur de livres grand public dans lesquels il passe au crible ses thèmes favoris, telles la médecine ou l’astronomie.

Parfums d’Asie : à propos de Peter van Dongen

En 2018, Peter van Dongen a connu un bel automne, avec la parution du premier volet du diptyque La Vallée des Immortels de Blake et Mortimer (codessiné avec Teun Berserik) et la première réédition en couleurs de Rampokan, le roman graphique qui l’a révélé. Deux albums avec l’Asie pour continent commun, à relire avant la sortie du second tome de La Vallée des Immortels, à paraître le 22 novembre prochain.

Né de père néerlandais et de mère indonésienne, Peter van Dongen opère dans Rampokan un retour aux sources de ses origines, en revisitant l’un des épisodes clé de l’histoire indonésienne, l’une des premières colonies à avoir déclaré en 1946 son indépendance, toutefois non reconnue par les Pays-Bas.

Le point de départ de ce récit est celui de Johan Knevel, jeune volontaire souhaitant avant tout retrouver la trace de « Ninih », sa nounou indonésienne. Pour la mise en miroir des différents points de vue et contradictions de cette époque, Peter van Dongen choisit l’audacieux ressort scénaristique de la double identité, pour une histoire qui fait écho à sa propre généalogie :

« Je dessine une Indonésie que je n’ai jamais connue, même si je suis vraiment allé dans les endroits qui servent de toile de fond à l’histoire. Seules les couleurs sont différentes, car la réalité ne peut jamais être dépeinte à l’identique », indique Peter van Dongen dans la postface de cette nouvelle édition. Cette mise en couleurs ocrée renforce à la fois la moiteur du climat et la tension d’une situation où la moindre étincelle est susceptible de mettre le feu aux poudres.

Dans le premier tome de « La Vallée des Immortels », si la jungle et le décor urbain sont tout aussi foisonnants, leur mise en couleurs respecte l’héritage et l’esprit de Blake et Mortimer. Peter van Dongen et son compatriote Teun Berserik y mettent en images, à seulement quelques années d’intervalles par rapport au contexte de Rampokan, une situation politique tout aussi explosive entre Chine nationaliste, Chine communiste, Hong Kong et un seigneur de la guerre fictif désireux de restaurer l’empire chinois. « Quand j’ai su que le scénario d’Yves Sente se passait à Hong Kong dans les années 50, ce fut une bonne nouvelle pour moi, raconte Peter van Dongen dans l’édition revue et augmentée de L’Héritage Jacobs. A l’époque, cette colonie anglaise ressemblait en beaucoup d’endroits à Jakarta dont le quartier chinois était même comme un jumeau de Hong Kong. »

Mais, dans la postface de Rampokan, Peter van Dongen ajoute que, « en fin de compte, ce sont les personnages qui importent et non le contexte historique. » Ce que confirment à la fois Rampokan et le premier tome de La Vallée des Immortels, qui ont également en commun de nécessiter une lecture aussi attentive qu’immersive pour en saisir toutes les nuances et ramifications.

©Jean-Philippe Doret

A LIRE :

Rampokan

Scénario & dessins : Peter van Dongen

176 pages

Aire Libre / Dupuis

Blake et Mortimer T25 « La Vallée des Immortels 1 – Menace sur Hong Kong »

Scénario : Yves Sente

Dessins : Teun Berserik & Peter van Dongen

56 pages

 

15 Nov

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019 : Annette Duhamel présente « 5 drôles de soeurs en cuisine »

 

Présentation des éditrices (les 5 soeurs du titre) :

Chez les Duhamel, la cuisine est un art de vivre ! Une passion commune que ces « 5 drôles de soeurs », vous transmettent en vous dévoilant le meilleur de leurs recettes… fruit d’un héritage familial. Vous allez découvrir 140 recettes faciles et subtiles que vous prendrez plaisir à réaliser, à partager avec vos amis. Enfilez vos tabliers et rencontrez ce joyeux quintette des fourneaux, pour qui cuisiner rime avec convivialité !

 

13 Nov

Salon du Livre du Touquet Paris Plage 2019 : Angélina Delcroix présente « Un peu, beaucoup… jusqu’à la mort »

Présentation de l’éditeur

La révélation du thriller français confirme son statut avec ce troisième roman, sombre et surprenant ! Fragilisée par le décès de l’un de ses coéquipiers, l’adjudante Joy Morel doit aussi apprendre à composer avec sa récente maternité. Mais une étrange affaire la ramène sur le terrain : un homme, sobre depuis plusieurs années, est retrouvé mort après un coma éthylique. À ses côtés, le cadavre de son épouse, ligotée et mutilée…