09 Mai

Vintage Revival Montlhery 2022 par le prisme du livre : « La flamboyante épopée des Agnelli – Princes de Fiat et de l’Italie », de Philippe Gallard

Le WE des 7 et 8 mai 2022, « Lire délivre » vous emmène au formidable événement VRM (Vintage Revival Montlhery) et vous propose de (re)découvrir le célèbre autodrome et les automobiles/motos d’avant-guerre en action, et par le prisme du livre. VRM 2022 propose huit plateaux de voitures d’avant-guerre (A à H) et autant de plateaux de motos.

L’aventure automobile regorge d’histoires dignes de légendes. Vous connaissez la Bête de Gévaudan et le Saint suaire de Turin… mais vous souvenez-vous de la Bête de Turin ?

Au début du siècle de l’automobile, les constructeurs rivalisent d’imagination pour faire tomber les records. Fiat veut pulvériser le plus prestigieux d’entre eux : le Record Mondial de Vitesse Terrestre ! La firme italienne Fiat crée alors la S76, un monstre mécanique de 300 chevaux, qui semble surgir de l’Enfer. Ses caractéristiques démesurées : 1,9 tonnes, 1,55 mètres de haut, 3,75 mètres de long… Elle est rouge et crache des flammes de plus d’un mètre. Ses premiers essais dans les rues de Turin ne passent pas inaperçu et lui valent très vite son surnom.

La Bête pulvérise Le Record tant convoité… mais il n’est pas homologué pour un problème technique… Puis elle connaît des avaries et se cache comme un animal blessé. Elle passe alors de main en main. L’Histoire perd sa trace.

Jusqu’aux années 2000, où l’anglais Duncan Pittaway la retrouve… en Australie ! En bien piteux état… Mais à l’aide de pièces retrouvées et des plans de construction, le génial Duncan fait renaître le monstre en 2014 !

La Bête de Turin était la star incontestée du VRM 2022. Elle a montré sa puissance sur l’autodrome de Montlhéry au sein du prestigieux plateau H…

L’aventure de Fiat contient bien d’autres péripéties que l’on pourra (re)découvrir dans le livre…

« La flamboyante épopée des Agnelli – Princes de Fiat et de l’Italie », de Philippe Gallard, Editions Assouline, 2000

Présentation de l’éditeur

Aucune famille dans aucun pays industrialisé n’a une telle puissance que les Agnelli en Italie. Aucun homme d’affaires n’a incarné à lui seul le monde du show business plus que Giovanni Agnelli. Aucune dynastie industrielle n’a été à ce point la proie du destin, alternent les périodes de chance fabuleuse pour Fiat et les moments de drame absolu pour les siens. En cette fin de siècle, les princes de Turin ont à la fois fêté le centenaire de leur dynastie, marié Fiat à General Motors et pleuré celui qui devait être le dernier héritier. Une fois de plus les Agnelli sont en danger.

Et pour tout savoir sur Vintage Revival Montlhery : la page Facebook de VRM, et sur le site de VRM

©Bob Garcia et Amandine Gazeau

11 Fév

Vivement la guerre qu’on se tue, de Vincent Courcelle-Labrousse (Slatkine & Cie)

Ce jeudi 10 février 2022, Slatkine & Cie organisait un vernissage de sortie du livre « Vivement la guerre qu’on se tue » de Vincent Courcelle-Labrousse dans les salons du restaurant « Les Noces de Jeannette » à Paris.

Vincent Courcelle-Labrousse a pu échanger avec un public nombreux. Un cocktail somptueux et un excellent trio de musiciens de jazz swing accompagnaient les convives dûment vaccinés et contrôlés par le personnel du restaurant.

Voici la présentation de l’éditeur :

Le roman noir de la justice française.
1977, le monde de la justice est divisé.
Roger Gicquel, présentateur sur TF1, ne cesse de répéter une phrase qui marquera les mémoires : « La France a peur ». L’affaire du tueur Patrick Henry défraie alors la chronique. Sa non-condamnation à mort déclenche la fureur de la Chancellerie qui remet en service des magistrats issus de Vichy et de l’Algérie française pour réactiver la peine capitale.
À travers cette fiction, qui s’appuie sur des faits réels, Vincent Courcelle-Labrousse dénonce le cynisme et la violence exercés au sein de la magistrature. Il pose la question de l’application de la loi, et du changement
de paradigme qui s’est opéré dans les années soixante-dix dans l’institution judiciaire.
Un roman sans appel.

©Bob Garcia

 

 

03 Juil

Les livres « Le Mans Classic 2018 » : « Alpine, une icône française », d’Ivan Magot

Présentation de l’éditeur

(EPA Editions, 23/05/2018)

(Préface, Jacques Cheinisse, ancien directeur sportif d’Alpine)

Née en 1955, la première Alpine a immédiatement révélé des qualités dynamiques de haut rang liées aux choix techniques de son génial géniteur, Jean Rédélé. Un personnage visionnaire, profondément humain, pilote passionné, qui a réalisé une voiture légère, simple, dotée d’éléments mécaniques de Renault d’origine. L’A106 partait, en effet, d’une base de 4 CV coiffée d’une coque en polyester. Dès les années 70, Alpine devient Championne du Monde des rallyes avec la mythique Berlinette A110, remporte les 24 Heures du Mans avec Renault, et revêt une aura que tout constructeur lui reconnaît.

Aujourd’hui, 63 ans plus tard, Renault rallume la flamme avec une Alpine… A110, qui ne tardera probablement pas à être respectueusement nommée Berlinette tant elle a su s’approprier l’ADN de sa grande soeur. Une aventure tournée vers le futur, astucieusement conduite par le passé.

Notre avis :

Ce livre contient de nombreuses images d’archives, mais aussi des clichés exclusifs de modèles emblématiques, tels que les A 108, A 110, A 310 et A 610, réalisés exclusivement pour cet ouvrage. En outre, le propos est enrichi de nombreux témoignages de personnages qui ont fait et font encore l’histoire d’Alpine : Jean-Charles Rédélé bien sûr, mais aussi des pilotes tels qu’Andruet, Nicolas, Darniche et Thérier, qui ont permis à la marque de remporter le titre de champion du monde des rallyes en 1973.

 

© Bob Garcia & Amandine Gazeau

12 Avr

Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres par Maxime Gillio

Présentation de l’éditeur:

« Je vois Gabrielle, ma fille, m’observer de son regard indéchiffrable. Pourquoi ce livre ? Après tout, c’est notre passé, sa vie, mes sentiments. Il ne concerne qu’elle et moi, pourquoi l’exposer aux yeux de tous ? Parce que nous en avons besoin. Parce que nous devons guérir de cet amour contrarié et nous retrouver. Je n’écris pas un livre sur l’autisme, encore moins un guide ou un mode d’emploi, j’offre les souvenirs que je nous ai volés. L’histoire banale d’un père et d’une fille ». Chaque jour, les chiffres concernant l’autisme nous alertent. 650 000 cas en France… Si chacun est différent, la souffrance de l’enfermement est, pour eux comme pour leurs proches, commune. Une souffrance que Maxime Gillio tente de contourner avec la force de ses mots, sincères et émouvants.

Notre avis:

Beaucoup d’entre vous connaissent Maxime Gillio en tant qu’auteur de romans noirs, pour ma part je l’ai découvert en tant que père. Un papa aimant, qui avec « Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres », nous fait un cadeau: une déclaration d’amour à sa fille, Gabrielle, autiste.

Ce récit, cette déclaration d’amour à sa fille, mais aussi à son épouse (en filigrane au fil des pages), n’est pas un livre sur l’autisme: comment le gérer ou que sais-je dans cette veine… non ce récit est « juste » un moyen que Maxime a trouvé  pour dire à sa fille combien il l’aime et il nous en a fait cadeau.

Cet amour que chaque parent ressent, pas un amour qui se voudrait différent parce que Gabrielle est autiste, non. Cet amour simple d’un père pour sa fille. Certes, le récit est émaillé de combats, mais pas de victimisation,  simplement le constat de l’inadaptation chronique de notre société et de notre système éducatif face à des enfants qui n’entrent pas dans les cases dites de la « normalité ». 

Il y a de la tendresse, de l’amour, de la sincérité, beaucoup de sincérité dans la narration de Maxime. Il nous offre un peu de son intimité, partage avec nous ses joies et ses peines, ses douleurs aussi. Pas de pathos, pas de phrases larmoyantes, en revanche des émotions et beaucoup de pudeur.

L’amour d’un père ou d’une mère est, le plus souvent, inconditionnel pour son (ses) enfant(s), qu’il soit dit « normal » ou handicapé ou malade… C’est aussi ça le message de Maxime, il n’est pas un père extraordinaire parce que Gabrielle souffre de ce handicap. Il est un père exceptionnel comme chaque père qui donne de l’amour à ses enfants, comme chaque père qui donne de son temps pour ses enfants, comme chaque père qui aide son enfant à construire son avenir. Un papa aimant, tout simplement.

Le récit terminé, Maxime a ajouté une nouvelle écrite pour un recueil caritatif « Asperger mon amour ». Bouleversante, cette nouvelle raconte l’arrivée au Collège de Pauline, atteinte d’Asperger. Une plongée dans son quotidien, son maelström d’émotions, ses difficultés face à des ados cruels…

Maxime, merci pour ce cadeau que tu fais aux lecteurs de ton récit. J’espère qu’un jour Gabrielle et toi vous vous retrouverez comme quand elle te scrutait les narines….

Chez Pygmalion, paru le 22 mars 2017- 185 pages

© Ophélie Cohen