12 Juil

Vidéo – VTT free ride au pla de Soulcem dans l’Ariège

Capture images vidéo

Pour son dernier ride VTT dans les Pyrénées, Alexis Righetti est parti en solo tester le Port des Bareytes depuis le pla de Soulcem en Ariège. Tentative concluante, mais réservée à des vttistes aguerris. En effet, la descente se fait terrain très complexe et en zone sauvage.

Rien n’arrête Alexis Righetti dans son exploration de free rider à vélo. Il expérimente de nombreux terrains de jeu. Fin juin, c’est en Ariège sur sur le site Soulcem et l’un des ports qui surplombe le vallon. Un décor de rêve avec des ruisseaux chargés en eau de fonte et des fleurs à profusion.

Récit d’Alexis Righetti que nous suivons dans ses aventures sportives dans les Pyrénées :

11 Juil

Pyrénées : la folle descente d’un skieur en Andorre

Capture image vidéo

Encore un free rider qui ne recule devant aucun défi. Il descend à ski une langue de neige étroite et raide. Avec 40 à 60cm de largeur, il fallait être un acrobate pour se maintenir sur la neige et réussir à maîtriser sa vitesse. L’exercice est un peu fou. Cela s’est passé en Andorre ce début du mois de juillet.

Il ne s’agit pas d’un exploit mais d’un exercice périlleux, la chute peut se produire à tout instant, réservé à des skieurs qui n’ont peur de rien. On le sait la neige est encore présente en quantité dans les Pyrénées et le ski se pratique encore. Mais dans cette vidéo, s’ajoute l’étroitesse de la langue de neige qui rend la descente « presque » impossible. Pourtant, un skieur est passé, sans chute… mais probablement avec de belles rayures sous les planches.

 

Hautes-Pyrénées : un nouveau trail en vallée d’Aure

Amateurs de course à pied dans la nature, un nouveau défi s’ouvre à vous. Le comité des fêtes du village de Bazus organise samedi 28 juillet, un trail nature « le challenge Didier Carrot » sur les hauteurs du village. Une première dans ce coin de la vallée d’Aure.

Une après-midi où chacun pourra prendre du plaisir soit en marchant soit en courant. Trois départs :

  • une course pour les enfants (4 ans minimum)
  • un trail nature de 11,6km et 760m de dénivelé positif
  • une marche de 10km et 600m de dénivelé.

Les inscriptions sont ouvertes.

flyer challenge didier carrot sans trais de coupe

10 Juil

Hautes-Pyrénées : le parking du site de la Gourgue d’Asque est devenu payant

Parking payant Gourgue d’Asque
©France 3 Occitanie

Le sentier, les passerelles, l’enlèvement des bois morts sont autant de tâches qui nécessitent un budget dédié à l’entretien. Un budget que ne peut supporter la commune de Gourgue. Elle a donc mis en place pour son site de la Gourgue d’Asque un système de stationnement payant sur le principe de celui du Pont d’Espagne ou de la réserve du Néouvielle.

La Gourgue d’Asque est visitée chaque année par plus de 12 000 promeneurs. Un afflux qui s’explique par la spécificité de ce petit coin des Baronnies aussi appelé « la petite Amazonie des Pyrénées ». La végétation y est exubérante et au fond d’une étroite et humide gorge creusée par les eaux claires de l’Arros. Un sentier d’interprétation avec de nombreux panneaux documentés, propose de mieux découvrir ce fabuleux endroit qui est accessible aux personnes handicapées sur le premier kilomètre.

Les moyens nécessaires pour entretenir les lieux pèsent lourd dans le budget de la mairie et de ses habitants, qui n’en tirent aucun bénéfice direct. Depuis le mois de mai, un système de stationnement payant a été mis en place. 4€ pour 8 heures de présence du véhicule, 5 € pour une heure et 17 € pour 12.

Un accès payant contesté

Cette mesure ne plait pas à tout le monde. Des passionnés de montagne s’offusquent de la marchandisation des Pyrénées. Un projet d’accès payant à la réserve du Néouvielle avait été imaginé puis abandonné suites aux nombreuses oppositions.

Régis Cothias et Emmanuel Fillon ont rencontré les randonneurs. Réactions.

09 Juil

Le 8 juillet, on skie encore dans les Pyrénées

Ski nautique sous la Brèche de Roland
Capture image vidéo

Faire du ski au mois de juillet. C’est possible! La preuve avec ce jeune skieur qui le 8 juillet dernier a dévalé, tout en se filmant, la pente qui se trouve sous la Brèche de Roland versant français. La prouesse s’achève avec la traversée d’une petite étendue d’eau issue de la fonte des neiges.

Cette vidéo a été repérée par le site Météo Pyrénées. Elle a été vue plus de 7000 fois. Alors que tous les regards sont tournés vers la plage, certains, mais ils sont rares, profitent encore de la grande quantité de neige qui n’a pas encore fondue en altitude. Quelques secondes rafraîchissantes alors qu’en plaine c’est presque la canicule qui sévit.

A noter tout de même pour les randonneurs et skieurs qui projettent de se rendre dans ce coin des Pyrénées, la fermeture prolongée du refuge de la Brèche de Roland. Il n’ouvrira pas cet été en raison des travaux engagés et non achevés pour sa rénovation et son agrandissement.

02 Juil

Depuis le Pic du midi, on mesure le radon pour évaluer la qualité de l’air

Au Pic du Midi, on mesure le radon depuis 2017
©France 3 Occitanie

Le Pic du Midi est essentiellement touristique mais il est toujours occupé par des scientifiques qui se consacrent à l’étude de la qualité de l’air. Depuis 2017, un appareil a été installé à 2877m pour mesurer la gaz radon, l’un des indicateurs de la pollution atmosphérique.

En France il existe 9 stations de mesure du gaz radon dans l’atmosphère, dont celle du Pic du Midi. Le gaz radon est présent dans l’atmosphère en très petite quantité, sa présence traduit les pollutions des masse d’air. Le mesurer depuis le sommet en altitude offre des avantages. En effet, les capteurs ne sont pas soumis à une source de pollution proche. Les données ainsi recueillies permettent doc d’évaluer de façon plus juste la présence des gaz à effet de serre dont le radon. D’autres gaz, indicateurs de pollution sont aussi analysés des polluants de l’air comme l’ozone, le monoxyde de carbone, les aérosols, les gaz à effet de serre, le mercure élémentaire et oxydé…

Régis Cothias et Emmanuel Fillon se sont rendus dans le bâtiment où les scientifiques travaillent :

29 Juin

David Labarre, non voyant, a réussi son premier défi en atteignant le sommet de l’Aneto

David Labarre à 3404m, Aneto, Espagne
©David Labarre

Le toulousain David Labarre, non voyant, ex-vice champion olympique de cécifoot s’est lancé un défi : escalader 4 des sommets les plus hauts du monde. Une première étape réussie ce mercredi 27 juin, avec l’Aneto, le point culminant des Pyrénées à 3404m d’altitude.

David Labarre n’a rien à se prouver en matière de talent sportif. Vice-champion olympique de cécifoot et capitaine du Toulouse Football club pendant 10 ans, sa carrière est déjà remplie de titres. Et pourtant, il s’est lancé un nouveau défi. Celui de gravir 4 sommets parmi lesquels le pic Aneto (toit des Pyrénées), le Toubkal au Maroc (toit du Haut Atlas 4167m),  le Mont Blanc (toit des Alpes à 4809m) ascensions prévues en 2019 et point final de cette aventure du sommet népalais d’au moins 7000m pour 2020.

Je suis pyrénéen, j’ai passé mon enfance à Arbon. Gravir l’Aneto me semblait être une évidence pour débuter cette aventure.

Un défi progressif dans la montée en altitude et la difficulté dont il a franchi haut la main la première étape au mental.

Ce qui a été le plus difficile pour moi c’est que comme je ne voyais jamais le sommet, je n’ai pas la notion de la distance que j’ai parcouru et de celle qui reste à faire. Donc c’est très long. Particulièrement au départ dans la nuit noire, où je ne vois vraiment rien. La montée je l’ai faite au mental. La partie enneigée et le glacier ont été plus difficiles qui la partie finale pourtant plus technique avec le pas de Mahomet »

Cette aventure il la dédie aux enfants malades par le biais de l’association « L’hôpital sourire ». Chaque sommet sera dédié à une cause.

J’ai eu une enfance difficile et j’ai du surmonter beaucoup de difficultés. Je veux ainsi montrer que tout est possible. J’ai fait du cécifoot à haut niveau et le sport s’est adapté à moi. En montagne c’est l’inverse, j’ai été obligé de m’adapter à l’environnement.

Voici les belles images qu’ a rapporté David. En attendant l’étape alpine, accompagné de son guide Simon, il s’entraîne aux techniques de l’alpinisme.

 

 

27 Juin

Un bol d’air dans les Pyrénées pour se ressourcer après un cancer

Marche nordique
©France 3 Occitanie

Dans les Hautes-Pyrénées, l’association Soum de Toy organise des séjours pour des femmes en rémission de cancer. La maladie, les traitements et la chirurgie ont blessé le corps et l’esprit. Les séjours basés sur les activités physiques et des instants bien-être ont pour objectif d’aider les patientes à retrouver un équilibre.

Grâce aux campagnes de dépistage et aux progrès médicaux, le taux de guérison du cancer du sein avoisine aujourd’hui les 80%. Mais la maladie reste une épreuve en raison des traitements lourds et des interventions chirurgicales. La vie personnelle et professionnelle s’en trouvent bouleversées. Pour y faire face, une association « Soum de Toy » aide les patientes au cours d’un séjour d’une semaine, entre elles, dans les Hautes-Pyrénées.

Un reportage de Régis Cothias et Emmanuel Fillon :

26 Juin

Fin juin, on peut encore skier dans les Pyrénées

Snowboarder brèche de Roland
©C Belambos

Du ski oui mais pour les plus aguerris comme le montre cette vidéo tournée par des amateurs de glisse sous l’emblématique brèche de Roland. Les chutes de neige se sont prolongées jusqu’au printemps et les cumuls sont encore importants. En altitude, le manteau neigeux est suffisant skier.

Les mordus de glisse peuvent encore s’en donner à coeur joie. Vue la quantité de neige restant en altitude. Mais cela ne concerne que les plus sportifs. Ceux qui ont porté ski ou snowboard jusqu’à 2500m d’altitude. Il y a quelques jours un snowboarder est parti sous la mythique brèche de Roland, un décor de rêve, pour une activité exceptionnelle.

Il reste encore d’importants cumuls. On le voit sur la photo satellite publiée sur twitter par un des prévisionnistes de Météo France. Une neige légèrement colorée en jaune en raison de la présence de sable en surface.

Mais bientôt les gros névés auront disparu en raison de la montée en puissance du thermomètre. Il ne reste plus que quelques jours aux skieurs pour en profiter. La fonte est effective depuis déjà plusieurs jours et va continuer. Elle laisse de jolis paysages et des lacs aux couleurs exceptionnelles.

25 Juin

Comment réserver sa nuit en refuge dans les Pyrénées ?

© Refuge d’En Beys (Haute-Ariège) le 17 juin 2018

C’est l’été. C’est donc la belle saison pour parcourir en itinérance les Pyrénées. Et pour dormir dans l’un des refuges gardés des Pyrénées, il faut penser à anticiper sa réservation. Le massif est couru de part en part sur ses 2 versants français et espagnols et aussi en Andorre.

La pratique de la randonnée en montagne s’est développée mais pas forcément la capacité d’accueil de tous les refuges. Des travaux sont engagés toute l’année pour augmenter le nombre de couchages et ainsi accueillir de plus en plus de visiteurs. C’est le cas notamment du refuge de la brèche de Roland qui est en plein travaux et qui n’ouvrira qu’en 2019.
De nouveaux refuges voient le jour, comme celui d’Illa en Andorre.

La chaîne compte une quarantaine de refuges gardés. Chaque établissement dispose d’un numéro de téléphone, parfois d’une page facebook. Une mine d’informations quand elles sont mises à jour pour connaître les conditions d’accès, surtout en cette période où l’enneigement est encore important, comme on peut le voir notamment au refuge de Venasque (Haute-Garonne).

Pour les refuges du club alpin français les réservations en ligne sont possible via la portail pyrénées.refuges-montagne.

Ou encore le site de la fédération française des clubs alpins et de montagne. Il est facile de composer de trouver les informations pour organiser son circuit.

Autre outil facile pour organiser ses sorties transfrontalières, le portail Entrepyr ouvert en 2015. Trois parcours sont pour le moment proposés entre le secteur du Balaïtous, de la grande Fache et du Vignemale dans le Parc National des Pyrénées et autour de sommets emblématiques de la chaîne.
Le parcours et les temps sont indiqués pour chaque randonnée, le tout en 3 langues (français, espagnol et anglais).

Désormais, il ne reste plus qu’à trouver le bon créneau et sortir les chaussures de montagne pour se lancer à l’assaut des pentes du massif. Bonne randonnée à tous.

 

RSS