23 Jan

Pyrénées : vent violent et importantes chutes de neige, des stations de ski fermées pour la journée

Neige en abondance et vent violent.
©Archives MaxPPP / Patrice Lapoirie

La chaîne des Pyrénées est actuellement soumise à de violentes intempéries. Il neige fort et un vent violent souffle en altitude. Par ailleurs, les conditions de circulation sont très difficiles pour rejoindre les stations. Certaines sont fermées d’autres partiellement ouvertes.

En quelques heures plusieurs dizaines de centimètres sont tombés. Déjà 50cm à Cauterets et à Luchon à 1800m. Et cela va continuer toute la journée de mercredi en s’intensifiant. Cet épisode neigeux est accompagné d’un vent violent (rafales de 100 à 130km/h) qui rend la situation compliquée sur les pistes de ski. Le niveau 5 du risque d’avalanche va être atteint ce mercredi en soirée.

Stations fermées ou partiellement ouvertes

Le plateau de Beille (Ariège) va rester fermé pour la journée. La préfecture de l’Ariège a interdit la circulation des véhicules de transports en commun et des véhicules affectés aux transports d’enfants, sur les
routes d’accès aux stations de ski du département, depuis 10 h 30 ce mercredi. Un bus transportant des enfants avait glissé sans gravité lors de son retour du plateau de Beille, lundi dernier.

Du côté des Hautes-Pyrénées, la station de Luz Ardiden a annoncé dès mardi qu’elle resterait fermée pour la journée de mercredi. Idem pour Cauterets et le ski de fond au Pont d’Espagne.

Le Grand Tourmalet a fermé sa liaison entre Barèges et La Mongie. A Saint-Lary, le vent empêche l’ouverture de tous les secteurs.

Dans les stations de ski des opérations de déclenchement d’avalanches sont en cours pour sécuriser les domaines.

L’accès aux stations difficiles
L’ensemble des routes d’altitude est impactée par les fortes chutes de neige qui tombe jusqu’à 600m d’altitude. Des routes sont actuellement impraticables dans le secteur de Gavarnie et le col d’Aspin dans les Hautes-Pyrénées, notamment. Il est impossible de rouler sans équipements spéciaux. Avec la poursuite des chutes de neige tout au long de cette journée de mercredi, la situation risque d’évoluer, en matière de circulation routière comme d’ouverture des stations de ski.
Ne vous lancez pas sur les routes sans avoir vérifier les accès et les informations sur les pistes.
Ce matin, il neigeait déjà très fort aux Monts d’Olmes

22 Jan

Les Pyrénées se réveillent sous un ciel tout rose

©@Tonho_Porras

C’est une belle surprise qui s’est imposée à tous les Pyrénéens ce matin. Alors qu’ils se préparent aux fortes chutes de neige qui doivent débuter dans l’après-midi, le ciel dégagé du petit matin a pris une intense teinte leur rose. Rose qui s’est projeté sur le manteau neigeux tout frais. Voici quelques clichés du spectacle.

Parfois le ciel est flamboyant, cette fois c’est dans une ambiance toute rose que les habitants ont ouverts les yeux ce mardi matin. Prémices d’une journée particulière, où la neige, tant attendue, va s’imposer en quantité sur les sommets après plusieurs semaines de disette.

Ici à Saint-Lary (65)

En Andorre

Dans le Val d’Aran (Espagne)

02 Août

Canyons dans les Pyrénées : quelles sont les règles de sécurité à respecter ?

©Maxppp / MARIE SAUVEE

5 morts, le bilan de l’accident de canyoning survenu en Corse du Sud est lourd. La pratique de ce sport aquatique extrême, est dangereuse et exige le respect à la lettre de quelques règles de prudence. Dans les Pyrénées, l’activité attire un public nombreux.

L’accident survenu mercredi dans le canyon de Zoicu à Soccia (Haute-Corse) est hélas le triste résultat que des risques sont inutiles. Et les conditions météorologiques et le niveau de l’eau doivent être consultés systématiquement. Les orages fréquents en montagne sont un des indicateurs de risque. Les pluies torrentielles et parfois violentes font augmenter très rapidement le niveau de l’eau et provoquent des vagues qui déferlent avec une grande violence dans les passages étroits des canyons. Souvent la violence du phénomène ne permet pas de rejoindre les éventuels voies échappatoires.

Si ce sport est accessible au plus grand nombre, il est aussi très ludique et attirent des familles qui viennent chercher sensations fortes, dépaysement et activités sportives à partager. Cependant, même sur des parcours réputés faciles, il est impératif d’être accompagné par un guide ou un professionnel. Les pièges sont nombreux. La force de l’eau, les siphons, les toboggans sont autant de passages engagés qu’il faut savoir aborder. Hors dans un canyon, les conditions changent souvent au gré de la météo et de la quantité d’eau.

Que faire avant s’engager dans un canyon ?

  • Connaître les conditions météorologiques avant de faire du canyoning et renoncer si elles ne sont pas bonnes
  • Etre équipé avec un matériel adapté ( casques, harnais, corde, combinaison, vêtements adaptés)
  • Respecter l’avancée du groupe, ne pas prendre de l’avance et rester en contact visuel avec ceux qui sont devant et derrière
  • Manger et boire. Évoluer dans l’eau est un effort intense. Il faut donc respecter les besoins de son organisme
  • Ne pas s’engager dans parcours trop difficile ou trop technique en tenant compte de se conditions physiques et de ses compétences (cf descente en rappel)
  • Penser que le terrain est glissant. Donc être vigilant et attentif. Les entorses, écorchures, fractures sont les causes de secours les plus courantes.

Lire les règles de sécurité à respecter lors des sorties en canyoning de la Fédération Française d’escalade.

 

17 Avr

Ski : hausse de la fréquentation pour Saint-Lary et Font-Romeu, recul pour Artouse

©Facebook Saint-Lary

La saison s’est achevée pour les trois domaines skiables gérés par le groupe Altiservice. Une saison 2017-2018 excellente pour les stations de Sant-Lary (65) et Font-Romeu (66) mais en recul pour Artouste (64).

En matière de neige, le massif des Pyrénées a été gâté cet hiver. A Saint-Lary la fréquentation a fait un bon de 16%, celle de Font-Romeu Pyrénées 2000 de 13,2%. Une neige dont n’a pas profité la station béarnaise d’Artouste où la neige a fait défaut en bas des pistes et en début de saison. Sa fréquentation a baissé de 4,4%.
Les skieurs sont donc venus nombreux profiter de cette manne de neige fraîche. Malgré une météo capricieuse et souvent mauvaise. Le nombre de jours de beau temps entre décembre et avril n’a été que de 12 jours.
Malgré les chutes de neige, les stations sont restées accessibles, mais souvent avec les équipements spéciaux.

A Saint-Lary, les skieurs sont venus chercher de nouvelles sensations. Quant à Font-Romeu, le domaine a ponctué sa saison de plusieurs événements sportifs. Par ailleurs, les médailles de Martin Fourcade, originaire des Pyrénées-Orientales n’ont fait qu’amplifier l’engouement pour la station.
Artouste en revanche a dû faire face à une situation compliquée tant en termes politique qu’économique et le mauvais temps a impacté les week-end, ce qui explique le recul enregistré.

06 Mar

Pyrénées : pisteurs et chiens d’avalanche sur les pistes pour inciter les skieurs à la prudence

Ganache, le chien d'avalanche de la station de Saint-Lary ©France 3 Occitanie

Ganache, le chien d’avalanche de la station de Saint-Lary
©France 3 Occitanie

Alors que le risque d’avalanche est encore marqué dans les Pyrénées, les pisteurs accompagnés de chien d’avalanche incitent les skieurs à ne pas sortir des pistes sécurisées. Depuis le début de la saison 10 personnes sont mortes des suites d’une avalanche.

En montagne, le risque zéro n’existe pas. Et ce risque augmente fortement quand on pratique une activité hors pistes (promenades à raquettes ou ski de randonnées). En station, comme dans le reportage tourné à Saint-Lary, la tentation est grande de dévaler les pistes fermées pour y faire sa trace. Mais, les pisteurs, accompagnés d’un chien d’avalanche veillent. L’information directe avec les skieurs permet de dissuader les plus téméraires.

Actuellement le risque est évalué à 3 sur une échelle de 5 niveaux sur les Pyrénées. L’important cumul de neige fraîche associé au redoux accroît considérablement le risque de décrochage de plaques à vent spontanément ou au passage d’un randonneur. Cinq accidents mortels se sont produits depuis le début de la saison, et la prudence reste de mise.

Reportage de Régis Cothias et Emmanuel Fillon :


Pour rappel, voici l’échelle des niveaux de risque des avalanches de Météo France

  • Le degré de danger 5 est qualifié de danger très fort. Il faut alors s’attendre à de grosses et très grosses avalanches spontanées, qui peuvent atteindre des routes et des localités en fond de vallées.
  • Le degré de danger 4 est qualifié de danger fort. Des avalanches spontanées et souvent grosses sont alors probables.
  • Le degré de danger 3 est lui qualifié de danger marqué. C’est la situation la plus critique pour les adeptes des sports d’hiver. Et c’est l’état de danger sur l’ensemble des massifs actuellement.
  • Le degré de danger 2 est qualifié de danger limité. Des signes d’alarme peuvent survenir de manière isolée. Il ne faut pas s’attendre à de grosses avalanches spontanées.
  • Enfin le degré de danger 1 est dit danger faible. Aucun signe d’alarme n’est détectable. Les avalanches ne peuvent être déclenchées que de manière isolée, surtout sur les pentes extrêmement raides.

11 Oct

Un pass pour skier dans les quatre stations de ski des vallées d’Aure et du Louron

Ski à Saint-Lary © Saint-Lary

Ski à Saint-Lary
© Saint-Lary

Cet hiver et pour la première fois, les 4 stations de ski des vallées d’Aure et du Louron (Saint-Lary Soulan, Peyragudes, Piau-Engaly et Val Louron) proposent un pass de 8 jours consécutifs qui proposera aux skieurs de profiter des 4 domaines. 

Jusqu’à présent, les quatre stations vantaient leurs avantages respectifs dans un esprit concurrentiel. Changement d’état d’esprit et offre nouvelle pour le skieur dés cet hiver avec ce service inédit proposé par l’Office du tourisme communautaire. Le pass « Pyrénées 2 Vallées », c’est une autre façon de consommer le ski. Les vacanciers pourront ainsi découvrir, sans s’inquiéter des forfaits, des 247km de pistes de ce secteur des Pyrénées. Ainsi, les 4 domaines peuvent se positionner en concurrent potentiel de « Granvalira » en Andorre (210km) ou celles des stations du groupe Aramon en Aragon (200km).

Autre avantage, le pass donne un  accès illimité à Ludéo (situé à Loudenvielle), à la piscine municipale de Saint-Lary-Soulan, au parking d’Orédon et au télésiège des Myrtilles à Val Louron ;

Modalités pratiques

La carte sera vendue 20 euros dans les offices de tourisme (Saint-Lary Soulan, Loudenvielle, Arreau, Vielle-Aure, Maison de Peyragudes, Sarrancolin, Piau-Engaly ou Bordères-Louron) et sur les sites internet des stations. Le client aura le choix entre un envoi postal ou un retrait de celle-ci sur place. Seules les journées skiées seront payées par prélèvement bancaire en fin de mois et bénéficieront de réductions de l’ordre de 10% (pendant les vacances scolaires) et de 15% (hors vacances scolaires) par rapport au prix de vente en caisse sur chacune des stations.

► Pour en savoir plus sur le pass Deux vallées

 

19 Avr

Fréquentation à la hausse pour les 4 stations de ski gérées par Altiservice

Les pistes de Saint-Lary ©Facebook Saint-Lary

Les pistes de Saint-Lary
©Facebook Saint-Lary

La saison de ski est désormais achevée pour Saint-Lary, Font-Romeu Pyrénées 2000, Guzet et Artouste (quatre domaines gérées par Altiservice). Malgré un début de saison inquiétant faute du manque de neige, les 4 domaines ont su tirer leur épingle du jeu et affichent des courbes de fréquentation ascendantes.

Ce n’était pas gagné !  Avec un début de saison tardif, le créneau pour réaliser le chiffre d’affaires a été considérablement raccourci pour les stations de ski des Pyrénées. Heureusement, la neige est tombée en quantité pour les vacances d’hiver, juste à temps pour satisfaire les skieurs. C’est la réussite de toute une saison qui est en jeu. Sur une période de 4 semaines, Altiservice enregistre une hausse de fréquentation de 13.4% soit 1,1 million de journées skieurs pour chiffre d’affaires de 28 millions d’euros.

Bilan par station

  • Saint-Lary enregistre des résultats équivalents à ceux de la saison passée. A noter une belle progressions de 11,3% de fréquentation pour les seules vacances d’hiver
  • Font-Romeu Pyrénées 2000 enregistre un chiffre d’affaires record de 11,5 millions d’euros
  • Guzet : saison en hausse de 10% de fréquentation pour l’ariégeoise avec un chiffres d’affaires qui bondit de 16%
  • Artouste : 28,5% de chiffres d’affaires en plus. Expliqué notamment grâce à l’exploitation  de la nouvelle télécabine de la Sagette

08 Mar

Portrait de femme : elle élève des moutons et conduit un téléphérique

Céline Dedieu au contrôle des machines du téléphérique de Siant-Lary ©France 3 Occitanie

Céline Dedieu au contrôle des machines du téléphérique de Siant-Lary
©France 3 Occitanie

Céline Dedieu vit en vallée d’Aure et comme beaucoup elle cumule deux métiers. Mais deux métiers qui sont  traditionnellement réservés aux hommes. Elle gère son élevage de brebis et  pendant la saison hivernale conduit le téléphérique de Saint-Lary (Hautes-Pyrénées).

Le 8 mars marque la journée de la lutte des femmes pour leurs droits avec l’éternel combat pour les femmes de s’épanouir dans des métiers traditionnellement réservé aux hommes. Pour Céline Dedieu, les journées sont très chargées dans tous les sens du terme. Elle n’a que quelques minutes le matin pour nourrir son troupeau de 70 brebis. Elle combine un autre métier, lui aussi, plutôt masculin, elle contrôle les installations techniques du téléphérique de Saint-Lary et le va-et-vient des cabines toute la journée pendant 5 mois de l’année.
Céline est fière d’être la seule femme en France à être conductrice de téléphérique.

Nous l’avons suivi dans sa journée marathon :

La station de ski de Saint-Lary compte un quart de femmes salariées.

02 Mar

La descente aux flambeaux des moniteurs de l’ESF à Saint-Lary filmée dans haut

Capture vidéo

Capture vidéo

Des rubans de lumières en mouvements, des dizaines de points lumineux, la descente aux flambeaux des moniteurs de l’ESF de Saint-Lary réalisée le 15 février et filmée par un drone offre un joli spectacle.

Comme chaque année les moniteurs de l’ESF de Saint-Lary ont participé au rituel festif de la descente aux flambeaux. Il s’agit d’un rituel qui fait désormais partie de l’histoire de l’école de ski française. Un spectacle gratuit de lumière pour tous ceux qui sont présents pour le voir et un moment de partage, entre les grands et les petits. Suivi d’un autre moment convivial mais cette fois que pour les grands avec la dégustation de vin chaud.

21 Fév

Le Snooc débarque à Saint-Lary

©Snooc

©Snooc

Envie de glisser sans toutefois avoir les pieds sur une ou des planches. Le Snooc est une nouvelle alternative qui s’offre à tous ceux, dès 9 ans, qui veulent tester de nouvelles sensations. Saint-Lary a adopté ce nouvel engin glissant. Une nouvelle expérience à tester.

Dévaler les pentes, c’est ce que propose le Snooc. Confortablement installée sur un siège munis d’amortisseurs, on se lance dans la pente avec un seul objectif : maîtriser sa trajectoire. Pour tourner, il suffit de faire pivoter le haut de son torse, pour s’arrêter effectuer un petit dérapage. Pas de connaissances techniques particulières, le Snooc s’adresse donc à un large public. De 9 ans à…

Pas besoin non plus de matériel particulier. Les vêtements de ski et les chaussures de marche ou d’après-ski suffisent.

Le tuto des bonnes pratiques

Deux sessions au départ du télésiège de l’Adet sont proposés chaque jour de 16h à 17h et de 17h à 18h.

Expérience Snooc

Une invention française

Le Snooc a été inventé par un jeune savoyard en s’inspirant du Parte, une luge en bois composée d’un seul patin. L’objectif étant de recréer pour les randonneurs un équipement compact, confortable, maniable et léger. Il a fallu 7 ans de travail pour développer l’engin dans sa version actuelle. Il est fabriqué en France et assemblé à Chambéry.