28 Août

Immersion dans la vie des bouquetins des Pyrénées en vidéo

Capture d’images

Ce sont des instants magiques que Jean-Paul Crampe, membre du Parc National des Pyrénées, nous invite à découvrir. Des images qu’il a tourné au cours de ses opérations de surveillance de la population des bouquetins des Pyrénées. Comment la maman cabri, s’en sort avec sa progéniture ? Immersion et explications.

Si par hasard vous avez la possibilité d’observer les bouquetins réintroduits dans les Pyrénées, vous tomberez peut-être sur une séquence familiale comme celle qui est proposée dans ce film. Mais vous n’en comprendrez peut-être pas tous les détails. Avec cette vidéo, on apprend comment une maman bouquetin gère sa petite famille. Une organisation qui n’est en rien laissée au hasard et qui donne la priorité au plus petit, au plus fragile.

Les bouquetins des Pyrénées sont issus de la réintroduction de bouquetins ibériques. Trois secteurs de la chaîne ont fait l’objet de réintroduction depuis 2014 (Cauterets, Gavarnie et Haute-Ariège). Plusieurs années après leur arrivée les animaux se portent bien. Chaque année apporte de nouvelles naissances (3 naissances en 2015, 20 en 2016 et 35 au moins en 2017). Aujourd’hui les deux foyers principaux comptent un peu moins d’une centaine d’individus.

14 Mai

Carnet rose dans le Parc National des Pyrénées : des cabris bouquetins sont nés

Sofia et cabri
© Stephane Quichemer /PNR

Les premières naissances se sont produites plus tôt que d’habitude cette année. Deux cabris bouquetins ont été observés par les agents chargés de la surveillance de la population des bouquetins dans le Parc National des Pyrénées. Et ils sont trop chou !

Depuis le début du programme de réintroduction 40 naissances ont eu lieu dans le parc. Et ça continue ! Deux cabris de l’année ont été vus le 30 avril dans le secteur de Gavarnie Luz alors que la neige était encore bien présente. Les mamans, Julia et Sofia, se portent à merveille, leur petit aussi.

Julia et cabri
©JPC / PNR

En images :

Six cabris ont d’ores et et déjà été observés à ce jour. D’autres naissances sont attendues dans les prochains jours. 120 bouquetins vivent actuellement sur le territoire du parc.

Les naissances de cabris au Parc national des Pyrénées vont bon train :

  • 2015 : 1 naissance
  • 2016 : 12 cabris
  • 2017 : 21 cabris

18 Jan

Vidéo. Comment les gardes-moniteurs du Parc National font le suivi du gypaète barbu ?

Gypaète barbu © Flavien Luc/ Parc national des Pyrénées

Gypaète barbu
© Flavien Luc/ Parc national des Pyrénées

Le Parc National des Pyrénées met en ligne un très joli film pédagogique sur le suivi du rapace gypaète barbu. L’espèce est protégée et moins d’une quarantaine de couples vivent en France, une quinzaine dans les Pyrénées. Il faut ténacité et patience aux gardes-moniteurs pour surveiller le plus grand des rapaces d’Europe.

Les gardes-moniteurs du Parc national procèdent à l’observation sur le terrain des 15 couples de Gypaètes barbus qui occupent les falaises du Parc. La sauvegarde du casseur d’os est une de leur mission. C’est un travail au long cours, indispensable pour la sauvegarde de l’espèce. Le film permet de comprendre, comment les gardes moniteurs s’y prennent pour surveiller l’oiseau sans le déranger.

Image de Laurent Nedelec.

L’ espèce est classée « vulnérable » dans les Pyrénées et « menacée d’extinction » par l’UICN. Le Parc national et les acteurs du territoire mettent en oeuvre une série de mesures afin de la sauvegarder : observation, veille sanitaire, mise en oeuvre de plan de vol spécifique, décalage de travaux…

09 Jan

Un garde du Parc National des Pyrénées filme un isard mâle craintif mais curieux

Capture image vidéo

Capture image vidéo

La vidéo est magnifique et plutôt rare. Au moment de la période du rut, un isard mâle, a été filmé par un garde moniteur. Son comportement oscille entre la peur et la curiosité vis à vis du garde moniteur qui le filme à son insu. La vidéo offre l’opportunité à tous les amoureux de la nature de voir de près cet animal élégant emblème des Pyrénées.

Par nature, l’isard évite l’homme. Il n’est donc pas toujours facile de l’observer. Dans le Parc National des Pyrénées, un garde, dont l’une des missions est l’observation et la protection de la faune sauvage a pu filmer à quelques mètres un isard mâle pendant la période du rut (novembre 2017). L’ongulé se sent observé mais ne fuit pas, il tente de comprendre ce qui arrive. La vidéo publiée sur le réseau social Facebook est plébiscitée par les internautes. Elle a été vue en 24h plus 16 000 fois.

Images de Laurent Nédélec.

Sur la page facebook du Parc des photos, des vidéos sont régulièrement publiées pour faire connaître au plus grand nombre les richesses du massif.

20 Nov

En 2017, 35 cabris bouquetins sont nés dans les Pyrénées

Jeune bouc de 2 ans réintroduit dans les Pyrénées Ariégeoises. © Jordi Estebe / PNRPA

Jeune bouc de 2 ans réintroduit dans les Pyrénées Ariégeoises.
© Jordi Estebe / PNRPA

Les premiers bouquetins ibériques sont arrivés en 2014 dans les Pyrénées. En 3 ans, les animaux se sont parfaitement adaptés. Un des indicateurs de cette réussite est le niveau des naissances qui en 2017 a atteint le chiffre de 35.

3 naissances en 2015, 20 en 2016 et 35 au moins en 2017. Soient 58 cabris qui sont nés dans les Pyrénées. 56 d’entre eux y ont même été conçus. Les bouquetins importés de la Sierra de Guadarrama en Espagne dans les Hautes-Pyrénées et l’Ariège semblent apprécier leur nouveau territoire. Ils ont pris leur marque et se reproduisent fort bien.

Les 35 individus nés au printemps 2017 se répartissent dans les deux noyaux historiques de la réintroduction. 19 ont été découverts dans le Parc national des Pyrénées et au moins 16 dans le Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises. Un chiffre incomplet puisque quelques étagnes (femelle du bouquetin) n’ont pu être observées cette année.

A l’arrivée des premières neiges sur les sommets sonne l’heure du rut. Dont la réussite établira le nombre de naissances pour le printemps 2018.

 

 

25 Oct

Un livre pour les 50 ans du « Parc National des Pyrénées »

Couverture du livre "Parc national des Pyrénées, une histoire pour demain"

Couverture du livre « Parc national des Pyrénées, une histoire pour demain »

Les éditions Privat publie un livre sur l’histoire du Parc National des Pyrénées qui fête cette année en 2017 ses 50 bougies. Un récit rythmé autour des grandes thématiques de sa naissance à sa construction progressive et aux missions dont il est le garant.

Entre récit et belles photographies, le livre rend un bel hommage aux hommes qui l’ont construit, à ceux qui prennent soin aux quotidien de la nature de ses animaux mais aussi aux hommes qui y vivent. On y trouve aussi les contours de ses missions qui évoluent depuis toujours et encore autour d’une seule idée « protéger la biodiversité et les richesses naturelles » de la partie centrale des Pyrénées où se situe son territoire.

Les limites du Parc signalées par la silhouette de  l'isard peint au pochoir. ©PNR

Les limites du Parc signalées par la silhouette de l’isard peint au pochoir.
©PNR

Une belle histoire, à succès, née de la volonté et du courage de femmes et d’hommes, amoureux des Pyrénées à retrouver dans ce bel ouvrage.

Prix de vente en librairie 22€

12 Oct

Le parc National des Pyrénées fête ses 50 ans, retour sur un demi-siècle au service de la nature

Cirque de Troumouse © Patrice Hauser / MAXPPP

Cirque de Troumouse
© Patrice Hauser / MAXPPP

Cette année, on fête le cinquantième anniversaire du Parc National des Pyrénées. Créé pour protéger la faune et la flore de l’activité humaine, il abrite plus de 4000 espèces animales différentes. On y trouve les plus hauts sommets des Pyrénées françaises et plus de 200 lacs d’altitude qui attirent un million de visiteurs chaque année.

Pyrénées, une chaîne en or massif 

Le bouquetin Ibérique est de retour alors qu’il avait disparu depuis le début du XXe siecle. Le Gypaete Barbu se reproduit à nouveau dans la vallée de Luz. 90 % de la flore Pyrénéenne est conservée sur les 250 000 hectares du Parc. Les objectifs premiers de préservation sont bien atteints, mais depuis 1967 perdurent les tensions entre Etat et vallées sur la gestion du Parc. Le demi-siècle du Parc National des Pyrénées reflète nos débats sur quelle place à accorder à la nature dans nos régions.

Reportage de Marc Raturat, Emmanuel Fillon et Sophie Le Beon

05 Oct

Pyrénées : des chantiers d’insertion en altitude dans le Val d’Azun pour réhabiliter le patrimoine pastoral

Chantier d'insertion dans le Val d'Azun ©Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

Chantier d’insertion dans le Val d’Azun
©Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

Le Parc National des Pyrénées fête ses 50 ans cette année. 50 ans consacrés à la protection de l’environnement  Mais le Parc mène aussi d’autres missions, comme des chantiers d’insertion, avec des jeunes éloignés de l’emploi. Exemple au dessus du lac d’Estaing dans le Val d’Azun (65).

Ils sont plus habitués aux tours en béton qu’aux bivouacs en montagne. Trois jeunes d’une vingtaine d’année participent à la réhabilitation de la toue de Cétira et du Liantran deux abris à 1600m d’altitude qui servaient à protéger les bergers. Les deux chantiers situés en zone pastorale dans le Val d’Azun visent à restaurer les cabanes qui le cas échéant pourront servir d’abris aux randonneurs en cas d’intempéries.
Ils sont le fruit d’un partenariat entre  le Parc National des Pyrénées, la maison de la Montagne de Pau et le SIVOM de Labat de Bun.

Régis Cothias et Emmanuel Fillon se sont rendus sur place :

Pyrénées : des chantiers d’insertion sociale pour les jeunes en altitude

Chantier d'insertion en Val d'Azun © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

Chantier d’insertion en Val d’Azun
© Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

En vallée d’Ossau sur la commune de Bilhères-en-Ossau, un lavoir et un abreuvoir ont également été rénovés pendant l’été 2017.

08 Sep

Il effectue un vol en parapente en hommage à son arrière arrière grand-père le pyrénéiste Célestin Passet

Capture écran du film

Capture écran du film

Le 22 août dernier les conditions météo étaient idéales. Christophe Castagné a effectué un vol en parapente de plus de 6 heures au-dessus des sommets les plus emblématiques des Pyrénées. Un voyage qu’il dédie à son arrière arrière grand père, le pyrénéiste Célestin Passet décédé il y a tout juste 100 ans. Une très belle vidéo toute en émotion.

C’est un voyage émouvant entre 1200 et 4400 mètres d’altitude qu’a effectué Christophe Castagné accroché à son parapente. Issu d’une grande famille de guides de montagne, il est revenu par les airs sur les traces de son ancêtre, Célestin Passet . Ce dernier fut l’un des pionniers de la conquête des sommets prestigieux de la chaîne. Il a notamment accompagné Russell au Mont Perdu, par la brèche de Roland et fut celui qui a ouvert pour la première fois le mythique couloir de Gaube dans la face nord du Vignemale.
Parti de Barèges, l’émotion a été à son comble lorsque Christophe a survolé le Vignemale. Un moment intense qu’il a tenu à exprimer en accompagnement de ses belles images.

En mémoire à sa disparition en 1917 il y a 100 ans, je lui dédie ces quelques images et ce vol au dessus du massif de Gavarnie et par le survol du Vignemale et de son terrible couloir de Gaube, je lui rend hommage pour son exploit d’ascension le 6 août 1889 avec ses amis Henri Brulle, Jean Bazillac, Roger de Monts, et le guide de Gavarnie François Bernat-Salles.

Des 6 heures de vol, Christophe en a tiré un film d’une quinzaine de minutes où l’on peut admirer depuis le ciel, la majestueuse beauté sauvage de la partie centrale du massif. Parmi les moments forts du voyage, le survol des parcs nationaux des Pyrénées et d’Ordesa (Espagne), ainsi que la réserve du Néouvielle. Des territoires protégés que l’on ne peut survoler, en raison de la réglementation, qu’à condition d’être au-dessus de 1000m. Passionné et féru de liberté, Christophe se bat pour que le vol libre soit possible partout dans les Pyrénées.

 

 

06 Sep

A la découverte de la vallée de Gaube dans le Parc National des Pyrénées

©Capture écran

©Capture écran

Du pont d’Espagne au refuge des Oulettes de Gaube dans le Parc National des Pyrénées. Une balade bucolique sur l’un des territoires les plus emblématiques des Pyrénées avec une arrivée au panorama splendide sur la face nord du Vignemale

3 minutes 30 secondes d’évasion pure sur le sentier des vallées du Mercadau et de Gaube. Passage par le Pont d’Espagne, Cascade du Pont d’Espagne où la randonnée débute puis au lac du Pourtet, aux lacs de l’Embarrat, au lac de Gaube,  pour arrivée à portée du refuge des Oulettes de Gaube et sa vue unique sur le sommet du Vignemale (3298 m) et son glacier.

« A sense of adventure » un film à regarder sans modération