20 Avr

Le pic de Bugarach en VTT, c’est fait pour Alexis Righetti

Capture image vidéo

La saison du VTT a démarré pour Alexis Righetti. Cette fois il s’est attaqué au Pic de Bugarach, un sommet des Pyrénées audoises dans le massif des Corbières dans l’Aude. Le rider propose une vidéo spectaculaire et sportive.

 Benjamin Pradel et Alexis Righetti. Ils étaient deux ce 1er avril à se lancer  la conquête du Pic de Bugarach, aussi appelé Puech de Bugarach. Le sommet culmine à 1230m et offre une vue imprenable sur le massif des Corbières. Pour les deux vtistes, la montée s’est faite par le passage de « la fenêtre » puis descente par la voie normale. Une montée physique entièrement en portage sur des terrains à la limite de l’escalade et aussi une descente difficile avec un sentier très technique et assez exposé.

Il pourrait s’agir d’une première. Il n’existe pas de topo ou de compte-rendu connu d’une telle ascension en VTT. Selon Alexis Righetti

cela peut se concevoir car si l’on entreprend la montée par la voie normale, cela s’avère simplement impossible. En effet, le chemin est tellement étroit dans la forêt qu’on ne peut ni pousser ni porter son vélo.

Voici la vidéo :

17 Avr

Avalanches de neige humide : un risque en hausse jusqu’à la fin de la semaine

Archives
cc Nicolas Vigier

Météo France met en garde les randonneurs (à ski ou en raquettes) sur les risques importants liés aux avalanches. L’enneigement est encore très important pour la période de l’année et même si la fonte printanière a débuté le danger est bien présent. Les Pyrénées-Orientales et l’Andorre sont en alerte de niveau 4.

Malgré le beau temps et des températures en hausse la possibilité de déclenchement d’avalanche est assez élevé. Météo France redoute quelques départs de grosses avalanches. Certaines se sont déjà produites comme on peut le voir sur les vidéo près du lac de Soulcem en Ariège ou dans le parc National d’Ordesa en Espagne. Et d’autres vont probablement se produire.

L’échelle de risque est de niveau 3 (sur l’échelle qui compte 5 niveaux) sur une grande partie de la chaîne.Un risque marqué qui devient plus élevés sur la partie la plus orientale de la chaîne (Pyrénées-Orientales et Andorre) où Météo France qualifie le risque de fort. Un niveau qui devrait se maintenir quelques jours tant que le travail de purge naturelle ne se produise.

Des avalanches de neige humide

L’humidification de la neige va gagner progressivement en altitude et concerner plus de versants.
Après un bon regel nocturne de la neige, le risque de départ spontané d’avalanches de neige humide augmentera rapidement en journée. Dans quelques couloirs d’avalanches, elles pourraient prendre de l’ampleur en emportant toute la neige en place et parfois descendre jusqu’aux zones basses peu enneigées.
L’enneigement est en effet encore très épais à des altitudes modestes sur les Pyrénées. Ici la vidéo d’une avalanche dans le secteur d’Arinsal en Andorre.

Randonneurs, pour préparer vos itinéraires, informez-vous sur les conditions de neige et d’avalanche. Les bulletins de Météo-France par massif sont disponibles sur le site Internet et les applis mobiles de Météo-France, dont MétéoSki. Pour les conditions plus locales, vous pouvez également vous informez auprès des professionnels (services des pistes en station de ski, guides de montagne, gardiens de refuge, …).

12 Avr

A Ordesa (Pyrénées espagnoles), une vidéo montre la purge naturelle des couloirs d’avalanche

Fin de la coulée dans le Parc National d’Ordesa (Espagne)
Capture image vidéo

Les cimes et les crêtes des Pyrénées sont encore bien enneigées. Avec les chutes de neige le cumul augmente en altitude. Mais au printemps la neige est plus lourde et dévale par les couloirs en grosses coulées impressionnantes. Sur cette vidéo, l’avalanche s’est produite le 9 avril dans le Parc National d’Ordesa (Espagne).

Heureusement, il n’y avait personne aux alentours. La coulée est partie de la crête et s’est engouffrée dans le couloir. La neige s’est écoulée pendant plusieurs minutes dans un bruit assourdissant dévalant les centaines de mètres jusqu’au parking de la prairie d’Ordesa. Lieu de départ des randonnées dans le parc.

Le même jour une grosse avalanche se déclenchait sur le versant français des Pyrénées au-dessus d’Auzat dans l’Ariège. Un randonneur présent sur les lieux a eu le réflexe de la filmer avec son téléphone portable. La quantité de neige encore présente à mi-avril sur la chaîne n’est pas stable. Plusieurs jours de purge naturelle seront encore nécessaires pour que la montagne soit moins dangereuse.

Voici les images publiées sur la page facebook ordesa.com.

11 Avr

La neige tombe à nouveau sur les Pyrénées, le risque d’avalanche grimpe

Avalanche
©MaxPPP / Dominique André

Comme prévu le neige tombe à nouveau sur la chaîne des Pyrénées. Il s’agit d’un nouvel épisode intense qui va apporter jusqu’à 60cm de neige à 1800m d’altitude. Les chutes de neige devraient se poursuivre jeudi. Le risque d’avalanche remonte.

Alors que la saison de ski est en passe de se terminer, les flocons ne cessent de tomber. Ce mercredi et jusqu’à jeudi, un épisode intense de précipitations est annoncé, et doit apporter un important cumul de neige fraîche : une cinquantaine de cm à partir de 1800m d’altitude et plus de 1m au-dessus de 2000m. La limite pluie neige évoluera entre 1200 et 1600m en fonction des secteurs.

Pour rappel, le manteau neigeux qui n’a cessé de grossir au fil de l’hiver en raison de chutes de neige fréquentes est remarquablement excédentaire. Des coulées spontanées se déclenchent, comme on a pu le voir sur les images tournées dans le secteur d’Auzat (09) par un promeneur.

Le risque qui est resté marqué va passer dans les heures qui viennent à fort, sur les Hauts-Pyrénées, en Haute-Garonne dans le secteur du Luchonnais et dans les Pyrénées-Atlantiques. Il est recommandé d’éviter toutes sorties en montagne.

La circulation est difficile sur les routes de montagne

Pour atteindre les cols, les stations de ski, les équipements spéciaux sont actuellement indispensables. C’est le cas notamment en Ariège avec un accès difficile vers l’Andorre ou le passage par le tunnel de Bielsa.

Le col de la Pierre Saint-Martin est actuellement fermé à la circulation.

05 Avr

Prudence dans les Pyrénées de nombreuses avalanches vont encore se produire

©France 3 Occitanie

Il y a encore beaucoup de neige sur les hauteurs des Pyrénées. Et avec un risque de déclenchement d’avalanches estimé à 3 par les spécialistes montagne de Météo France, faire du ski de randonnée est toujours potentiellement dangereux.

Malgré tous les équipements et tous les renseignements mis à disposition des skieurs hors piste, le nombre d’accident et de morts a été particulièrement élevé depuis le début de la saison hivernale. 13 personnes sont mortes ensevelies sous des avalanches. Les rescapés mettent leur survie sur le compte de la chance plus que de l’expérience.

Mi-avril, les cumuls de neige sont importants et les skieurs de randonnée seront encore nombreux à arpenter les pentes. Or, le risque est encore là. Car les couloirs ne sont pas encore stabilisés. La purge naturelle se fait progressivement. Mais ne prévient pas.

Ecoutez le témoignage d’une victime d’avalanche qui a eu de la chance dans le reportage de Thierry Sentous et Emmanuel Fillon :

27 Mar

Au Grand Tourmalet, une application d’aide au damage par satellite permet l’optimisation de la préparation du domaine skiable

©France 3 Occitanie

La nuit tombe, les skieurs ont quitté les pistes. C’est là que démarre le travail de nuit pour les dameuses. Un travail optimisé grâce à l’utilisation d’un système d’aide au damage par satellite. En proposant une cartographie très précise du manteau neigeux, les conducteurs travaillent au centimètre près.

Des sondes mesurent en permanence la hauteur de neige. Ces données recensées permettent d’établir une cartographie du manteau neigeux. Une information essentielle pour le conducteur de dameuse qui peut ainsi rééquilibrer la quantité de neige sur la piste. Sur son écran, apparaissent en rouge les zones de déficit en neige et en bleu les zones de surplus. Il ne reste plus qu’à transférer de la neige là où il en manque.

Grâce à ce système innovant, le nombre d’heures de préparation des pistes a diminué et ainsi son coût. Par ailleurs, le système permet de générer un véritable tableau de bord des pistes. Un centre opérationnel qui permet de gérer de façon optimale les secouristes, les dameuses et d’agir au plus vite en cas de panne.

Le reportage de Thierry Sentous et d’Emmanuel Fillon :

08 Mar

Avalanche : quel équipement indispensable pour pratiquer le ski hors piste ?

Sac Airbag ©France 3 Occitanie

Sac Airbag
©France 3 Occitanie

La pratique du ski hors piste reste quelque soit l’état de la neige une activité sportive potentiellement risquée. Les 5 accidents mortels qui ont eu lieu dans les Pyrénées depuis le début de la saison en sont la preuve. Afin de mettre toutes les chances de son côté au cas où une avalanche se produirait, il faut emporter un matériel technique spécifique. Explications avec Pascal Sancho, guide de haute montagne.

Cette saison, 10 personnes ont été victimes d’une avalanche dans les Pyrénées. A l’échelle nationale ce sont 28 personnes qui ont été emportées. Toutes n’étaient pas équipées d’un matériel de détection  (DVA ou ARVA). Mais ce matériel reste aujourd’hui, la meilleure garantie pour être retrouvé ou encore retrouver d’autres victimes.

Le matériel évolue en permanence et devient de plus en plus performant. Notamment, le sac Airbag, qui permet selon les spécialistes de limiter la profondeur de l’enfouissement ainsi que la compression de la neige sur la victime.

Voici les explications de Pascal Sancho, guide haute montagne et spécialiste des secours en montagne :

Outre le matériel, un certain nombre de précautions doivent être respectées :

  • consulter la météo et le bulletin risque d’avalanche. Par mauvais temps il est impératif de reporter sa sortie. A partir du degrés 3 du risque d’avalanche. La vigilance doit vous guider tout au long de la sortie.
  • si vous faites du hors-piste ou du ski de randonnée l’itinéraire choisi doit être préparé avant le départ. Vous devez informer vos proches de votre destination
  • ne pas hésiter à faire demi-tour en cas d’imprevu de mauvaises évaluations des conditions et aussi de votre condition physique
  • Vérifier régulièrement que tous les membres du groupe suivent et que vous respecter une certaine distance de sécurité tout en n’étant pas trop éloigner.
  • faire des arrêts là où il n’y a pas de risque
  • si la situation vous paraît dangereuse, mieux vaut ne pas continuer et rentrer à la station. Surtout si vous constatez des petits départs de neige sous vos skis.
  • En cas d’avalanche, s’échapper sur les côtés si possible.

06 Mar

Une vidéo époustouflante mixant « ski et highline extrêmes » sur le Cambre d’Aze dans les Pyrénées-Orientales

Capture d'écran vidéo

Capture d’écran vidéo

Le collectif « La montagne j’adore, j’adhère » (LMJJ) publie une vidéo époustouflante mêlant deux disciplines sportives et engagées. Alors que des skieurs de l’extrême s’engagent dans le couloir du vermicelle au d’autres tentent la traversée sur une highline sur le Cambre d’Aze, un des sommets emblématiques des Pyrénées-Orientales.

Deux disciplines aussi difficiles et spectaculaires l’une que l’autre réalisées dans les Pyrénées, sur les pentes raides du Cambre d’Aze réunies dans une vidéo signée « Petrole Production ». C’est un spectacle à couper le souffle et à faire rêver les amateurs de sensations fortes. A voir sans modération.

C’est la première vidéo publiée par ces passionnés des Pyrénées. On attend avec impatience les prochaines

Pyrénées : pisteurs et chiens d’avalanche sur les pistes pour inciter les skieurs à la prudence

Ganache, le chien d'avalanche de la station de Saint-Lary ©France 3 Occitanie

Ganache, le chien d’avalanche de la station de Saint-Lary
©France 3 Occitanie

Alors que le risque d’avalanche est encore marqué dans les Pyrénées, les pisteurs accompagnés de chien d’avalanche incitent les skieurs à ne pas sortir des pistes sécurisées. Depuis le début de la saison 10 personnes sont mortes des suites d’une avalanche.

En montagne, le risque zéro n’existe pas. Et ce risque augmente fortement quand on pratique une activité hors pistes (promenades à raquettes ou ski de randonnées). En station, comme dans le reportage tourné à Saint-Lary, la tentation est grande de dévaler les pistes fermées pour y faire sa trace. Mais, les pisteurs, accompagnés d’un chien d’avalanche veillent. L’information directe avec les skieurs permet de dissuader les plus téméraires.

Actuellement le risque est évalué à 3 sur une échelle de 5 niveaux sur les Pyrénées. L’important cumul de neige fraîche associé au redoux accroît considérablement le risque de décrochage de plaques à vent spontanément ou au passage d’un randonneur. Cinq accidents mortels se sont produits depuis le début de la saison, et la prudence reste de mise.

Reportage de Régis Cothias et Emmanuel Fillon :


Pour rappel, voici l’échelle des niveaux de risque des avalanches de Météo France

  • Le degré de danger 5 est qualifié de danger très fort. Il faut alors s’attendre à de grosses et très grosses avalanches spontanées, qui peuvent atteindre des routes et des localités en fond de vallées.
  • Le degré de danger 4 est qualifié de danger fort. Des avalanches spontanées et souvent grosses sont alors probables.
  • Le degré de danger 3 est lui qualifié de danger marqué. C’est la situation la plus critique pour les adeptes des sports d’hiver. Et c’est l’état de danger sur l’ensemble des massifs actuellement.
  • Le degré de danger 2 est qualifié de danger limité. Des signes d’alarme peuvent survenir de manière isolée. Il ne faut pas s’attendre à de grosses avalanches spontanées.
  • Enfin le degré de danger 1 est dit danger faible. Aucun signe d’alarme n’est détectable. Les avalanches ne peuvent être déclenchées que de manière isolée, surtout sur les pentes extrêmement raides.

23 Fév

Photos : dans les Pyrénées, le ponton du Pic du Midi fait sensation

Le ponton dans le ciel, dernière innovation du Pic du Midi de Bigorre ©Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

Le ponton dans le ciel, dernière innovation du Pic du Midi de Bigorre
©Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

La passerelle suspendue du Pic du Midi de Bigorre est ouverte au public depuis le 10 février. 12 mètres de long qui s’achèvent sur une partie vitrée, à 2877m d’altitude. Littéralement suspendus au-dessus de 1000m de vide, c’est le grand frisson pour les visiteurs en admiration devant un panorama à couper le souffle sur le massif franco-espagnol. 

© Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

© Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

Le belvédère a été conçu par une entreprise des Hautes-Pyrénées. Sa fabrication et son installation représentent un investissement de 7 millions d’euros. Les dernières pièces ont été transportées par hélitreuillage depuis La Mongie.  Déjà connu du grand public pour son observatoire et son planétarium, le belvédère apporte un nouvel élément pour dynamiser l’attractivité du site.

©Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

©Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

La passerelle s’avance dans le vide et se termine par une partie vitrée. Les pieds au-dessus de 1000m de vide, le vertige est garanti . Elle a été conçue pour résister à des conditions extrêmes, des vents à 280km/h et plus de 3 mètres de neige. Par -15°C, ce vendredi 23 février, de nombreux touristes ont fait les quelques pas pour vivre le grand frisson.

©Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

©Maria Lafourcade / France 3 Occitanie

Le visiteur est invité à avancer au-dessus du couloir nord-est, connu des free-frider pour ces descentes folles sur les planches. De la passerelle on peut aussi contempler le Pic du Midi et ses coupoles. Offrant ainsi un point de vue inédit assorti d’ une montée d’adrénaline inévitable. 300 personnes étaient rassemblées jeudi 22 février pour contempler le coucher du soleil. L’installation est unique dans les Pyrénées, elle a son pendant alpin de l’Aiguille du Midi.