12 Mar

VIDEO – Basejump, grimpe, VTT extrême, les images époustouflantes d’un ride dans les Pyrénées

© Alexis Righetti

Ce nouveau film du rider Alexis Righetti est à couper le souffle. Dans le décor vertigineux des aiguilles d’Ansabère, l’équipe de Pyrénaline, Alexis Riguetti et ses coéquipiers ont trouvé un terrain de jeu engagé. Comme ils les aiment. Le film de cette aventure est impressionnant à la mesure des exploits sportifs réalisés.

Le décor : les aiguilles d’Ansabère dans les Pyrénées-Atlantiques. Le nom pose déjà l’ambiance. Au programme de cette expédition réalisée au mois de septembre, une combinaison de plusieurs disciplines à risque, où le vertige n’a pas de place. Escalade, basejump, ropejump et VTT dans un des plus beaux paysages des Pyrénées.
La descente combinée en VTT a été effectuée sur le Petit Pic d’Ansabère et du Grand pic en faisant une boucle par l’Espagne. Alexis Righetti, Fanny Boissieras, Dimitri Garnier et Michel Boubekeur en sont les protagonistes.

La highline a été installée entre le petit Pic d’Ansabère et le Spigolo. Pour le Ropejump deux cordes fixes de 600 m ont du être posées. L’installation a pris une dizaine de jours, dont 3 jours de portage. Aux manettes de ce nouvel exploit l’équipe de Pyrenaline et Loïc Tamburello pour le saut depuis le Spigolo.

Adrénaline assurée pendant plus de 20 minutes dans un décor majestueux :

28 Fév

Pourquoi la neige fond moins vite que vous ne le pensez

Image du satellite SUOMI-NPP montrant l’ensemble des massifs montagneux français enneigés, le 27 février 2019 à 13 h 17 UTC. © Météo-France

Les fondus de glisse sont aux abois. Ils craignent une fonte rapide du manteau neigeux en raison des températures presque estivales des derniers jours. Mais qu’ils se rassurent. La neige fond certes, mais relativement peu. Les cumuls en altitude sont encore généreux. Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir pour les vacances scolaires.

L’enneigement a reculé mais autant que les températures élevées ne le laissent penser

La raison : un soleil bas sur l’horizon (nous ne sommes que fin février) et une grande sécheresse de l’air. Ces paramètres associés constituent le processus physique de sublimation. Il empêche la fonte rapide de la neige de surface. Voici la vidéo qui explique le phénomène de fonte.

Trois semaines d’anticyclone

Hormis les quelques flocons tombés les 10 et 11 février, il fait sur les Pyrénées depuis le 5 février. Et malgré des températures élevées pour la saison les cumuls de neige sont encore abondants. Les stations de ski bénéficient d’un bon enneigement grâce aux chutes abondantes du mois de janvier.

  • Il reste entre 50 et 70cm vers 1200 à 1500m en fonction des versants en moyenne montagne. Les hauteurs de neige sont de 60 cm au Pont d’Espagne et à Peyresourdes, dans les Hautes-Pyrénées, 70 cm à Ascou-Pailhères, en Ariège. Dans les versants sud, la neige est présente à partir de 1600 ou 1700 m, quel que soit le massif.
  • Vers 1800 m, les hauteurs de neige sont plus importantes, souvent proches d’1 m en versant nord. 90 cm à Gourette, dans les Pyrénées-Atlantiques, 1,20 m à Luz-Ardiden, dans les Hautes-Pyrénées, 75 cm sur le plateau de Beille, en Ariège. En versant sud, les quantités sont en revanche bien plus modestes : 30 cm dans la moitié ouest de la chaîne, 5 à 10 cm plus à l’est.
    À haute altitude, au-dessus de 2000 m, les hauteurs de neige atteignent, en versant nord, 1,40 m à 2 m, selon le massif et l’altitude ; en versant sud, ces hauteurs sont environ moitié moindres. Pour ces altitudes, ce sont des hauteurs un peu inférieures aux valeurs de saison.
  • L’est des Pyrénées est moins enneigé : dans le nord de la Cerdagne, la neige débute vers 1500 m d’altitude en versant nord, pour atteindre 1 m au-dessus de 2000 m ; En versant sud, elle débute vers 1600 m. Dans le sud du plateau de Cerdagne, l’enneigement est nettement plus faible ; au Canigou, par exemple, à 2150 m d’altitude, la hauteur de neige se situe vers 35 cm, pour une moyenne à cette époque de l’année de 1 m.

Illustration de la fonte entre le 7 et le 28 février

Pyrénées : le Fat Bike est devenu populaire dans les stations de ski

©France 3 Occitanie

Les vacances d’hiver passées à ne faire que du ski, c’est terminé. Les vacanciers souhaitent découvrir d’autres activités. Le fat Bike en est une. Ce vélo aux roues surdimensionnés permet de circuler sur la neige. Rencontres à Val Louron avec ces cyclistes d’un nouveau genre.

Il a des roues énormes. C’est de cela qu’il tire son nom. Ce vélo est tout terrain. En hiver il permet de rouler sur la neige grâce à une plus grande adhérence. A Val Louron, dans les Hautes-Pyrénées, des vacanciers ont testé cette nouvelle activité sur un parcours aménagé. Reportage de Maria Laforcade et Emmanuel Fillon :

Avec des périodes d’enneigement de plus en plus courtes, les stations de ski proposent des activités connexes à la seule glisse, cherchant à attirer du monde sur leur domaine. Ce sont d’autres sensations et d’autres découvertes à faire dans les paysages des domaines skiables des Pyrénées.

26 Fév

Ski : si la chaleur actuelle entame le manteau neigeux, les conditions d’enneigement dans les Pyrénées restent excellentes

©Webcam Barèges / Tournaboup

Il fait chaud pour une fin février en France mais aussi sur les Pyrénées. Mercredi sera la journée la plus chaude. Conséquence, la neige fond. Mais fort heureusement pour ceux qui ont choisis de passer leur vacances au ski, il reste encore suffisamment de neige pour skier dans de bonnes conditions.

Il y a les optimistes qui profitent d’un soleil radieux en descendant les pistes visage au vent. Et il y a les pessimistes qui s’inquiètent de la disparition de la neige. Il est vrai que le thermomètre va encore grimper atteignant son paroxysme mercredi après 10 jours de douceur exceptionnelle qui va encore durer. Les modèles météo annoncent une fin de semaine globalement ensoleillée et surtout chaude. Les 25 degrés sont atteints au pied des Pyrénées et sur le Sud-Ouest en général. Mercredi, on attend 26 à Saint-Girons, 25 à Luchon Super-Bagnères, Luz Saint-Sauveur, Tarbes et Prades et 15 degrés à 1500m.

Cela fait 20 jours que la chaîne des Pyrénées n’a pas aperçu le moindre flocons. Et 10 jours que l’ensoleillement est à son maximum. De nombreux records sont déjà tombés dans le nord de la France. L’ensoleillement de ce mois de février est hors norme.
Il est donc normal que la neige fonde à grande vitesse. Mais que les anxieux se rassurent, il en reste encore beaucoup. Car on partait avec une bonne avance et des cumuls qui dépassaient les 2m au-dessus de 2000m d’altitude. Environ 50 à 70cm de neige cumulée ont fondu en une dizaine de jours (pluie et chaleur) ce qui laisse encore une bonne couche pour pratiquer le ski.

Donc pas d’inquiétude à avoir sur la suite de la saison de ski dans les Pyrénées. D’autant que les prévisions à 10 jours annoncent un changement radical de temps et un retour à des conditions hivernales vers le 4 ou 5 mars. La neige devrait à nouveau tomber sur le massif et redonner le sourire aux plus pessimistes.

Aussi en attendant, on profite de l’isotherme qui s’envole pour admirer des paysages souvent cachés par jour de mauvais temps.

18 Fév

Un nouveau jeu sous forme de quiz pour tester vos connaissances sur les Pyrénées

©France 3 Occitanie

Il parcourt les Pyrénées, fait des articles pour un célèbre magazine consacré à la chaîne de montagnes… C’est Patrice Teisseire-Dufour. Et pour nous faire profiter de ses connaissances de façon ludique il a créé le Quiz des Pyrénées. Un jeu de carte très simple qui se joue en famille ou entre amis.

Le principe est à la portée de tous. 110 cartes réunies en 5 thématiques : culture, histoire, patrimoine, sports, loisirs et gastronomie. 5 indices sont proposés pour trouver la thématique. Plus le joueur cumule les indices, plus il est pénalisé. C’est le participant qui aura répondu en utilisant le moins d’indices qui sera sacré « Meilleur(e) pyrénéen de la partie ».

©France 3 Occitanie

Le jeu est accessible aux plus de 15 ans et se joue de 2 à 10 joueurs.

Une petite trouvaille pour en savoir plus tout en jouant sur le massif des Pyrénées à un prix très abordable.
Un produit de cairn Editions.

12 Fév

Le Grand Tétras, oiseau emblématique des Pyrénées, est impacté par le changement climatique

Emmanuel Ménoni
©France 3 Occitanie / Marc Raturat

Avec l’Izard et le desman, le Grand tétras est un animal emblématique des Pyrénées. Emmanuel Ménoni étudie cet oiseau depuis plusieurs années. Ses observations révèlent que l’oiseau s’adapte progressivement aux effets du changement climatique. Il vient de sortir un livre.

Comme l’isard ou le desman le Grand tétras fait partie des animaux emblématiques des Pyrénées. Emmanuel Ménoni travaille pour l’Office National de la chasse et de la faune sauvage, et son sujet d’étude est le Grand Tétras. Il le traque été comme hiver depuis 50 ans, d’abord dans sa Savoie natale, puis dans les Pyrénées, qui comptent la population la plus importante de France avec 5500 individus.
Lors de ses observations, il a constaté que les dates d’éclosion des œufs étaient de plus en plus précoces. Une évolution qu’il impute à une adaptation du comportement de l’oiseau au changement climatique. L’oiseau saura-t-il survivre ? Il est trop tôt pour le savoir.

Des cranes, des plumes mais aussi beaucoup de chiffres et de statistiques tirés du terrain fournissent le matériau de base de ses études qui ne se limitent pas à de la théorie pure. Ses travaux servent aussi aux forestiers, aux éleveurs ainsi qu’aux professionnels du tourisme. Exemple à Luchon, grâce à ses conseils l’aménagement d’une piste de ski a permis de faire passer la population de cinq individus à une vingtaine.
Il a publié un livre qui peut intéresser aussi bien les spécialistes que les amateurs de nature.

Marc Raturat et Eric Coorévits se sont rendus à Villeneuve les rivières :

03 Jan

Ariège : à défaut de ski, le plateau de Beille fait le plaisir des randonneurs et des amateurs de luge

©France 3 Occitanie

Si la neige tarde toujours à se montrer dans les Pyrénées, certaines stations font contre mauvaise fortune bon cœur et ouvrent au public malgré tout. Au programme, des activités compatibles avec le faible enneigement comme la randonnée, la luge ou encore les balades en chien de traîneau. Illustration au plateau de Beille, en Ariège.

La chaîne des Pyrénées souffre d’un enneigement largement déficitaire pour la saison. En attendant les chutes de neige annoncées pour la mi-janvier, le domaine nordique de Beille s’adapte et propose à ses habitués ou aux touristes venus passer les fêtes de fin d’année dans l’Ariège de randonner, de faire de la luge, ou encore de profiter d’une balade en chien de traîneau (sur un traîneau à roulettes).

Malgré ces efforts, la station perd 75% de son chiffre d’affaires lors de ces journées sans ski.

Reportage sur place de Geoffrey Berg et Pascal Dussol

 

 

05 Déc

Ariège : la réserve d’Orlu récompensée pour son travail pour la conservation de la biodiversité

Réserve d’Orlu
©France 3 Occitanie

En Ariège, la réserve nationale d’Orlu fait partie des dix sites naturels français qui viennent d’être inscrits sur la liste verte des aires protégées par l’Union Internationale pour la Conversion de la Nature. Une récompense pour tout le travail effectué afin de maintenir la biodiversité de la réserve.

Avec cette inscription la réserve nationale d’Orlu fait désormais partie des aires protégées inscrites sur la très sélective liste verte de l’Union Internationale pour la conservation de la nature. Il s’agit d’une reconnaissance internationale pour l’ONCFS en charge de la gestion de ce territoire de montagne depuis 1974.
L’attribution d’un label est important pour accompagner les aires naturelles dans leurs actions de protection de la faune et de la flore.

Les agents de l’ONCFS ont pour mission d’entretenir la riche biodiversité de la réserve, qui s’étend sur 4250 hectares de haute montagne (930 à 2765 m). La zone, créée en 1943, abrite des espèces sensibles, endémiques des Pyrénées. Les randonneurs y trouvent une multitude d’espèces de montagne parmi les plus fragiles comme le Grand tétras, le lagopède, la perdrix, le gypaète barbu, l’euprocte des Pyrénées, le desman, l’isard ou encore la marmotte.

Afin d’officialiser le titre, une réception sera organisée le mardi 11 décembre de 17h à 18h30 au musée de l’homme à Paris.

Reportage de Geoffrey Berg et Pascal Dussol

27 Nov

Pyrénées : le GR10 n’arrive qu’à la 4ème place des sentiers préférés par les Français

©MaxPPP / JEAN LOUIS PRADELS

GR pour Grande Randonnée. Ce sont les sentiers dédiés aux randonneurs qui traversent les différents territoires français. La Fédération française de randonnée a publié un sondage. Chacun, chacune devait désigner son GR préféré. A la première place du podium le GR1 sur l’île de la Réunion. Le GR10 des Pyrénées ne décroche que la 4ème place.

Le palmarès est tombé le 22 novembre. Sur la première place du podium le GR 1, tour du piton des neiges,  désigné meilleur sentier 2019. En trois semaines de votes (du 1er au 22 novembre), il a recueilli 47 000 votes soit 32% des votants. Sur la deuxième marche figure le G 400, volcan du Cantal avec près de 8 500 votes soit 18% des votes. Et à la troisième marche, le GR 800, vallée de la Somme avec près de 6 900 votes soit 14%  des votes.

Le GR 10 qui propose la traversée des Pyrénées arrive en 4ème position  (plus de 5 500 votes – 12%) juste avant en 5ème position le GR autour du Mont Blanc en Haute-Savoie avec 3 600 votes et 8% des suffrages.

Le GR 10 traverse la chaîne des Pyrénées, reliant la mer Méditerranée à l’océan Atlantique. Pour le parcours complet, un randonneur doit, en moyenne, compter une cinquantaine de jours, quelques petites variantes pouvant rallonger ou raccourcir la distance totale. Le plus haut col emprunté par cet itinéraire est celui de la Hourquette d’Ossoue dans le massif du Vignemale (Hautes-Pyrénées) à 2 734 m d’altitude.Le GR 10 se décline en GR 11, qui est son équivalent sur le versant espagnol.

 Huit itinéraires étaient en lice :

  • Le GR 2, au fil de la Seine de Paris à Giverny (75 – 27)
  • Le GR 10, la grande traversée des Pyrénées dans les Hautes-Pyrénées (65)
  • Le GR 400, tour des volcans du Cantal dans le Cantal (15)
  • Le GR 654, Saint-Jacques-de-Compostelle via Vézelay en Dordogne (24)
  • Le GR 800, vallée de la Somme dans la Somme (80)
  • Le GR de Pays Tour du bassin d’Arcachon en Gironde (33)
  • Le GR R1, tour du piton des Neiges à La Réunion (974)
  • Le GR Tour du Mont-Blanc en Haute-Savoie (74).

VIDEO – Ils descendent à vélo le Pic du Midi enneigé, de belles frayeurs et des chutes en nombre

©Alexis Righetti

C’est une belle première qu’Alexis Righetti, rider VTT, vous propose de découvrir dans sa vidéo de 16 minutes. En compagnie de deux autres riders, il s’est lancé dans la descente technique et ardue de l’espace free ride du Pic du Midi alors qu’il avait neigé quelques jours avant. Frisson, chutes et paysages splendides à déguster.

Ils ont emprunté le 4 novembre la dernière benne de la saison (avant la fermeture pour la maintenance de l’hiver) pour se rendre au sommet. Ils, se sont 3 fans de vélos tout terrain. Dans l’équipe, Alexis Righetti en vélo de descente, Erwan en vélo d’enduro et « Fatscal » en fatbike. Trois engins différents et donc trois façons de piloter sur le parcours de descente généralement emprunté par les skieurs.

La principale difficulté de la sortie venait de la couche de neige fraîche de plusieurs centimètres. C’était extrêmement technique car la neige masquait les pièges du terrain avec le risque de bloquer brutalement les roues et créait une couche glissante. D’où de belles frayeurs et des chutes en nombre.

Dans la vidéo, on peut également apprécier la prestation de descente en fatbike assez inhabituelle.