13 Nov

Avec 15 naissances en 2018, la population des bouquetins des Pyrénées se porte bien

©Parc National des Pyrénées

Les nouvelles sont bonnes pour les bouquetins des Pyrénées. Quatre ans après les premières réintroductions, la population s’accroît a un bon rythme. 15 cabris sont nés en 2018. Il y a désormais 190 individus dans le Parc National des Pyrénées.

Le noyau de Cauterets en plein essor

Les bouquetins espagnols se sont parfaitement implantés dans ce secteur. Depuis leur arrivée, des naissances ont été enregistrées chaque année. En 2018, 15 cabris ont vu le jour. Un chiffre en léger recul par rapport à 2017 où 21 naissances avaient été recensées. Dans un communiqué le Parc National des Pyrénées évoque un hiver 2017 long et pluvieux qui a pu contrarier les reproductions dans le noyau Gavarnie-Gèdre,, où il n’y a eu aucune naissance, et limiter celles du noyau de Cauterets.

Environ 190 bouquetins vivent sur le territoire du Parc National des Pyrénées

Sur les deux noyaux Cauterets et Gavarnie-Gèdre, ce sont un peu moins de 200 individus qui peuplent le territoire. Pour rappel, les premiers bouquetins venus d’Espagne ont été relâchés en juillet 2014. Alors que les derniers bouquetins sur le versant français avaient disparu sur la vallée de Cauterets en 1910, la dernière femelle des bouquetins pyrénéens était morte à Ordesa en 2000.

Le retour du bouquetin dans les Pyrénées est la concrétisation d’un  programme engagé depuis de nombreuses années par le Parc National des  Pyrénées et le Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises. Le plan de restauration de l’espèce a donc été élaboré en collaboration avec l’Espagne et Andorre et devrait s’étaler sur plusieurs années.

La population s’accroît chaque année

49 cabris, tous issus, des femelles lâchées en 2014 et 2015 sur Cauterets, sont nés depuis 2015.
En 2015, il y a eu une seule naissance. L’étagne était arrivée pleine de la sierra de de Guadarrama. En 2016, 12 cabris ont vu le jour. 2017 avec 21 naissances a été la meilleure année pour les naissances. En 2018, léger recul avec 15 nouveaux individus.
La survie d’une population nécessite la présence de 200 individus.

26 Oct

Météo Pyrénées : de 30 à 40 cm de neige au-dessus de 1800m en un week-end

Chute de neige
©MaxPPP / Quentin TOP

Les sommets de la chaîne des Pyrénées devraient recevoir d’importants cumuls de neige ce week-end. Les prévisions estiment qu’il pourrait tomber entre 30 et 40cm de neige au-dessus de 1800m d’altitude voir 1 mètre par endroit sur les versants les plus exposés.

L’arrivée d’un temps fortement agité et particulièrement froid se confirme. Dès samedi, une perturbation active apportant de nombreuses précipitations et l’arrivée d’un froid polaire déboule sur les Pyrénées.

Conséquences : la neige va tomber en quantité.
Les scénarii météo prévoient des chutes de neige jusqu’en basse altitude. Les prévisions annoncent au plus bas 700 à 800m sur les versants nord.
Les vallées et la plaine seront épargnées.

Les chutes les plus importantes doivent se produire dans la nuit de samedi à dimanche.

Cette première véritable offensive hivernale arrive à point nommé pour le début de la saison de ski programmé pour le 1er décembre.

 

25 Oct

Pyrénées : les traces de l’acte de vandalisme au sommet de l’Aneto ont été effacées

A 3404m au sommet de l’Aneto
©MaxPPP / ANGEL SAHUN

Le 1er octobre 2018 la croix et les symboles religieux installés au sommet de l’Aneto ont été recouverts de peinture jaune. Les traces de cet acte de vandalisme à l’encontre des symboles de l’indépendance catalane ont été nettoyées mercredi lors d’une belle journée ensoleillée.

Le sommet de l’Aneto a retrouvé leur apparence d’origine ce mercredi. De la peinture jaune avait notamment été posée sur la Cruz del Aneto, le piédestal de la Virgen del Pilar et l’image de San Marcial, le 1er octobre. Un acte incompréhensible qui a nécessité l’intervention de plusieurs alpinistes qui se sont rendus au sommet mercredi 24 octobre pour faire disparaître les traces de la dégradation. La mission remise en état a été menée par une équipe d’alpinistes parmi lesquels figuraient des représentants de la FAM, de la Ville de Benasque et de la Garde civile, indique le journal del Alto Aragon.

L’Aneto est le plus haut sommet des Pyrénées. Il se trouve sur le versant espagnol de la chaîne au nord-est de l’Aragon et de la province de Huesca. Il culmine à 3404m et attire chaque année de nombreux randonneurs.

 

18 Oct

Il descend l’Arbizon, le sommet mythique de la vallée d’Aure, à VTT

Descente de l’Arbizon ©Alexis Righetti

On connaît Alexis Righetti et son appétence pour les défis extrêmes. Après l’Endron, le Valier, le Carlit, le Canigou ou encore le Montcalm, c’est l’Arbizon (2831m) qui a été conquis par le rider Alexis Righetti et son acolyte Dimitri. Il en a fait une vidéo impressionnante.

Faire l’Arbizon est un classique pour les randonneurs amateurs de haute-montagne. Mais en vélo, c’est une autre histoire. Il faut d’abord hisser le vélo tout au long des 1400m de dénivelés. Puis se lancer dans une descente vertigineuse et particulièrement technique.

Rien de ne fait plus peur à Alexis Righetti qui nous régale une fois de plus de beaux paysages et nous fait frissonner au fil de son ride. Notons les belles images de drones qui permettent d’être dans l’ambiance arérienne du sommet.

Voici le film :

16 Oct

Pyrénées : une vache en perdition sauvée grâce à l’intervention d’un hélicoptère

©CsvBarège Christine

La fin des estives s’est soldée par une balade en hélicoptère pour une vache du Pays Toy. Dans l’impossibilité de sortir du ruisseau dans lequel elle s’était engagée, la vache se trouvait en perdition. C’est donc un hélicoptère qui est venu la chercher. La classe pour une vache !

Il a fallu les grands moyens pour sauver l’animal qui se porte désormais comme un charme indique Christine sur sa page Facebook. Apeurée, isolée, la vache n’a pas pu profiter sereinement de ses dernières heures en estives. Prise au piège dans la gorge dans laquelle elle s’était engagée et après plusieurs tentatives pour la faire sortir, il a fallu faire appel à un hélicoptère. Une promenade dans les airs inhabituelle mais salutaire.

Voici le sauvetage en images :

09 Oct

Températures en hausse, fonte des glaciers, les Pyrénées n’échappent pas aux effets du réchauffement climatique

Vue du Pic du Midi
© France 3 Occitanie

108 jours consécutifs sans gel à 2877m, un été chaud qui joue les prolongations jusqu’en octobre. Le réchauffement climatique est devenu une réalité visible dans les Pyrénées. Le rapport du GIEC est sans appel, il y a urgence à limiter l’augmentation des températures. En altitude, les conséquences sautent désormais aux yeux.

Le réchauffement climatique est planétaire. Les zones d’altitude sont impactées. Au Pic du Midi où il y a des mesures depuis 1882, les études montrent des évolutions de températures sur de longues durées où on voit une augmentation significative des températures minimales à l’échelle d’un siècle.
La température moyenne de l’air a augmenté de 1,1°C depuis 1900 dans les Pyrénées. Les années après l’an 2.000 concentrent les 8 étés les plus chauds depuis 1950.

Conséquences, la saison chaude dure, la neige se fait plus rare et tombe de plus en plus haut, les glaciers fondent, la flore et la faune s’adaptent. Désormais, l’évolution du climat se voit aussi dans les Pyrénées.
Au pied Portillon (31), le glacier se réduit :

Régis Cothias et Sarah Karama ont recueilli le témoignage des scientifiques du centre de recherches atmosphériques de Lannemezan (65) :

08 Oct

Il a à nouveau neigé sur les Pyrénées

Cauterets

La neige est arrivée dans la nuit de samedi à dimanche sur les sommets des Pyrénées. La première depuis de longs mois de temps particulièrement chaud. Les chutes de neige ont continué dimanche et ce lundi. Quelques centimètres qui arrivent à propos un peu moins de deux mois avant le début annoncée de la saison de ski.

La neige a recouvert les Pyrénées. Les flocons sont tombés jusqu’à 2200m. L’hiver semble pointer le bout de son nez. Les quantités ne sont pas encore importantes mais vont contribuer au refroidissement des sols après une période estivale et de début d’automne chaude et sèche.

Le top départ de la saison de ski est prévu pour le 30 novembre.

Voici les images rafraîchissantes des montagnes :


Ces chutes de neige arrivent après une suite de 108 jours sans gel au Pic du Midi. Un record.

ce lundi matin, les stations de ski se réveillent sous un léger manteau blanc

A Cauterets (65)

Font-Romeu (66)

Plateau de Beille (09)

04 Oct

Cauterets : les meilleures images de montagne au Festival pyrénéen de l’image nature

©4e édition du Festival Pyrénéen de l’Image Nature

La 4ème édition du festival pyrénéen de l’image nature va s’ouvrir à Cauterets (65) le 5 octobre. Pendant 3 jours le public pourra admirer les plus beaux clichés et les plus beaux films nature : de la faune aux paysages de montagne et des Pyrénées.

Les plus grands photographes et réalisateurs naturalistes exposent leurs travaux.
Au programme de ces trois jours des expositions photographiques comme « le desman des Pyrénées » de Lucas Santucci, « Secrets des Cimes » de l’accompagnateur Hadrien Brasseur, « Bugey Sauvage » de Joël Brunet… ne sont quelqu’unes des 12 thématiques à découvrir en photos.

Côté films, le menu est tout aussi alléchant. Avec les loups de Marie Amiguet, « Ibex, dans les pas des bouquetin »s de Guillaume Collombet, « A l’affût de l’aigle royal » d’ Anne, Véronique et Erik Lapied, « Des griffes et des crocs » de Joël Brunet par exemple. Une petite dizaine de films seront projetés.

Après les images, les discussions à travers des conférences
Des spécialistes viendront parler du monde fascinant des Lichens (Etienne Florence), du Desman (Frédéric Blanc et Lucas Santucci). La promesse de compléter ses connaissances sur l’univers pyrénéen.

Le festival c’est également trois jours d’animations autour d’un village nature avec la présence de stand pour informer, sensibiliser à la protection de l’environnement. C’est aussi un grande exposition d’images ancienne proposée par Lucien Briet « A la découverte des Pyrénées », c’est aussi un apéro avec les photographes naturalistes, un concours photo sur le thème de la forêt pour les scolaires. Consulter l’intégralité du programme.

L’événement est porté depuis 2015 par le Parc National des Pyrénées, Pyrénées Magazine et l’Office National de la faune et la flore sauvage. Cette 4ème édition mettra à l’honneur le Parc National d’Ordesa qui fête son 100è anniversaire cette année.

01 Oct

Il a enfin gelé au Pic du Midi et sur les sommets des Pyrénées après 108 jours consécutifs de températures positives

Webcam Pic du Midi lundi 1er octobre 9h

Dans la nuit de dimanche à lundi, des gelées ont été observées en altitude dans les Pyrénées. Au Pic du Midi, cela faisait 108 jours consécutifs sans gel. Un record. Le précédent datait de 1999 avec 77 jours sans gel.

Au mois de septembre, les températures ont été chaudes sur l’ensemble du territoire. Et cela s’est ressenti aussi en altitude. Notamment dans les Pyrénées, où Météo France a relevé 108 nuits consécutives sans gel au Pic du Midi qui culmine dans les Hautes-Pyrénées à 2877m. Il faut remonter au 14 juin pour trouver une température négative, -1,6°, à la station météo du sommet. Des relevés de températures sont pratiqués au Pic du Midi depuis 1882.
Les températures vont continuer de chuter dans la nuit de lundi à mardi pour atteindre -5 degrés, « le plus frais de la semaine ».

Les sommets pyrénéens se sont enfin réveillés sous une légère couche de glace.

Ce qu’il reste du glacier du Oulettes de Guabe au pied du Vignemale.

Le froid se semble pas se confirmer sur le long terme. Météo France prévoit une remontée progressive des températures au fil de la semaine.
Après ce « petit coup de froid », les températures devraient redevenir positives, aux alentours d’un degré, indique Météo France.

La France a connu les 9 premiers mois de l’année les + chauds depuis le début des relevés ! Avec une moyenne de 15,1°C (+1,4°C/normale), la période janvier-septembre 2018 dépasse les 15,0°C des 9 premiers mois de 2003, indique Météo France.

27 Sep

Pyrénées : les travaux du refuge de la Brèche de Roland en voie d’aboutisssement

Avancement des travaux du refuge de la Brèche de Roland (septembre 2018) ©France 3 Occitanie

Depuis deux étés, le refuge de la Brèche de Roland est fermé au public en raison de travaux pour son agrandissement. Des travaux qui devraient s’achever avant l’arrivée de la neige en montagne et permettre d’accueillir cet hiver les randonneurs à ski. L’ouverture complète est prévue si tout se déroule normalement pour l’été 2019.

Au pied de l’ascension finale, le refuge de la brèche, appelé aussi refuge des Sarradets s’adapte à la fréquentation importante de ce coin des Pyrénées. La brèche c’est les Champs Elysées des Pyrénées et la construction d’une extension se justifie par une demande croissante d’hébergement. Sa capacité d’accueil passera à 70 personnes chaque nuit au lieu de 57 aujourd’hui.

A 57 personnes, le refuge est en limite de capacité. On se retrouve souvent complet, beaucoup trop souvent complet. On a des gros pics de fréquentation avec plus de 1.000 personnes par journée qui passent par ici au niveau du col des Sarradets pour aller monter à la brèche, faire le Taillon, le Marboré donc c’était une nécessité

indique Florent Roussy de la Fédéaration Française des Clubs Alpins de Montagne

A 2.500 m d’altitude, les travaux se concentrent durant 3 à 4 mois à peine quand le beau temps permet le portage par hélico des matériaux et le travail des ouvriers à l’extérieur. Un chantier unique. Pour éviter l’irruption de touristes, le chantier est entièrement clôturé. La gardienne, toujours présente pour nourrir les ouvriers, a dû faire face cet été à des insultes et réflexions hostiles de montagnards soucieux de trouver une étape ou un abri dans leur parcours.

Régis Cothias s’est rendu sur place :