10 Juil

Hautes-Pyrénées : le parking du site de la Gourgue d’Asque est devenu payant

Parking payant Gourgue d’Asque
©France 3 Occitanie

Le sentier, les passerelles, l’enlèvement des bois morts sont autant de tâches qui nécessitent un budget dédié à l’entretien. Un budget que ne peut supporter la commune de Gourgue. Elle a donc mis en place pour son site de la Gourgue d’Asque un système de stationnement payant sur le principe de celui du Pont d’Espagne ou de la réserve du Néouvielle.

La Gourgue d’Asque est visitée chaque année par plus de 12 000 promeneurs. Un afflux qui s’explique par la spécificité de ce petit coin des Baronnies aussi appelé « la petite Amazonie des Pyrénées ». La végétation y est exubérante et au fond d’une étroite et humide gorge creusée par les eaux claires de l’Arros. Un sentier d’interprétation avec de nombreux panneaux documentés, propose de mieux découvrir ce fabuleux endroit qui est accessible aux personnes handicapées sur le premier kilomètre.

Les moyens nécessaires pour entretenir les lieux pèsent lourd dans le budget de la mairie et de ses habitants, qui n’en tirent aucun bénéfice direct. Depuis le mois de mai, un système de stationnement payant a été mis en place. 4€ pour 8 heures de présence du véhicule, 5 € pour une heure et 17 € pour 12.

Un accès payant contesté

Cette mesure ne plait pas à tout le monde. Des passionnés de montagne s’offusquent de la marchandisation des Pyrénées. Un projet d’accès payant à la réserve du Néouvielle avait été imaginé puis abandonné suites aux nombreuses oppositions.

Régis Cothias et Emmanuel Fillon ont rencontré les randonneurs. Réactions.

29 Juin

David Labarre, non voyant, a réussi son premier défi en atteignant le sommet de l’Aneto

David Labarre à 3404m, Aneto, Espagne
©David Labarre

Le toulousain David Labarre, non voyant, ex-vice champion olympique de cécifoot s’est lancé un défi : escalader 4 des sommets les plus hauts du monde. Une première étape réussie ce mercredi 27 juin, avec l’Aneto, le point culminant des Pyrénées à 3404m d’altitude.

David Labarre n’a rien à se prouver en matière de talent sportif. Vice-champion olympique de cécifoot et capitaine du Toulouse Football club pendant 10 ans, sa carrière est déjà remplie de titres. Et pourtant, il s’est lancé un nouveau défi. Celui de gravir 4 sommets parmi lesquels le pic Aneto (toit des Pyrénées), le Toubkal au Maroc (toit du Haut Atlas 4167m),  le Mont Blanc (toit des Alpes à 4809m) ascensions prévues en 2019 et point final de cette aventure du sommet népalais d’au moins 7000m pour 2020.

Je suis pyrénéen, j’ai passé mon enfance à Arbon. Gravir l’Aneto me semblait être une évidence pour débuter cette aventure.

Un défi progressif dans la montée en altitude et la difficulté dont il a franchi haut la main la première étape au mental.

Ce qui a été le plus difficile pour moi c’est que comme je ne voyais jamais le sommet, je n’ai pas la notion de la distance que j’ai parcouru et de celle qui reste à faire. Donc c’est très long. Particulièrement au départ dans la nuit noire, où je ne vois vraiment rien. La montée je l’ai faite au mental. La partie enneigée et le glacier ont été plus difficiles qui la partie finale pourtant plus technique avec le pas de Mahomet »

Cette aventure il la dédie aux enfants malades par le biais de l’association « L’hôpital sourire ». Chaque sommet sera dédié à une cause.

J’ai eu une enfance difficile et j’ai du surmonter beaucoup de difficultés. Je veux ainsi montrer que tout est possible. J’ai fait du cécifoot à haut niveau et le sport s’est adapté à moi. En montagne c’est l’inverse, j’ai été obligé de m’adapter à l’environnement.

Voici les belles images qu’ a rapporté David. En attendant l’étape alpine, accompagné de son guide Simon, il s’entraîne aux techniques de l’alpinisme.

 

 

08 Juin

Le vin des neiges de Cauterets a été déterré et débouché

Déneigement vin Cauterets
©Mathieu Pinaud

Jeudi 7 juin, les 1200 bouteilles qui avaient enseveli sous plusieurs mètres de neige au sommet du cirque du Lys à Cauterets ont été déterrées et dégustées.

Elles ont vieilli à 2400m d’altitude. Des bouteilles d’appellation graves, du vin blanc et du vin rouge sont restées durant 6 mois sous plusieurs mètres de neige. Une initiative du viticulteur bordelais, Franck Labeyrie, qui tentait une première en altitude. Une première mondiale qui a nécessité d’importants moyens. L’opération de déneigement a mobilisé une dizaine de personnes, armées de pelles. Puis un hélicoptère est venu enlever les deux casiers métalliques de plus de 500 bouteilles chacun.

Le vigneron aime mettre sa production dans des conditions extrêmes. Il a déjà tenté d’immerger ses bouteilles dans les eaux du bassin d’Arcachon.

Le test est réussi. Et une partie de ses bouteilles sera commercialisée à Cauterets.

 

24 Mai

Cycl’n Trip, ce sont 10 cols mythiques des Pyrénées réservés aux cyclistes cet été

©MaxPPP / VACHER Philippe

Il y a une saison pour les skieurs, une autre pour les cyclistes et plus particulièrement les grimpeurs. Avec l’opération Cycl’n Trip, ce sont 10 des plus beaux cols des Pyrénées qui seront spécialement dédiés aux vélos. Du col de Peyresourde au Tourmalet entre le 30 juillet et le 3 août.

C’est un tour des cols des Hautes-Pyrénées sur 100km. 10 ascensions des cols les plus connus répartis sur 5 matinées. Chaque jour entre 9h et 12h, la route d’accès à un col sera priorisé pour les cyclistes. Chaque jour c’est un itinéraire et un coin différents des Hautes-Pyrénées. L’idée est de se faire plaisir et de se mesurer au dénivelé, sans départ groupé, sans chrono, juste pour le plaisir de pédaler tout seul ou entre amis. Et d’être sur une route où les voitures ne sont pas autorisées.

C’est aussi un moment festif. Des ravitaillements et des animations sont prévus.

Voici le programme, accrochez-vous ça monte :

• Lundi 30 juillet : COLS DE PEYRESOURDE-ALTIPORT 007, VAL-LOURON AZET, COL DU PORTET

• Mardi 31 juillet : COL D’ASPIN

• Mercredi 1er août : COL DU TOURMALET, MONTÉE DE LUZ ARDIDEN

• Jeudi 2 août : MONTÉE DU HAUTACAM, COL DE COURADUQUE

• Vendredi 3 août : COLS DES BORDÈRES, DU SOULOR, DE L’AUBISQUE

Tous les renseignements.

Et le teaser

D’ici là, il est possible de s’entraîner. Les cols d’Aubisque et du Tourmalet sont déneigés et ouvrent à la circulation.

15 Mai

Un nouveau guide pour se balader dans les Pyrénées en famille

Ce guide préparé par Patrice Teisseire-Dufour vous emmènera en balade entre Pyrénées-Orientales, Aude et Ariège. 26 itinéraires adaptés à toute la famille. Pour chacun d’entre eux, le texte précis vous guide au fil du sentier. Le tout agrémenté de belles photos et d’infos pratiques. Tout ce qu’il faut pour partir serein en promenade.

Il n’est pas toujours facile de trouver des idées de randonnées idéales pour partir en montagne en famille. Le journaliste de Pyrénées Magazine, Patrice Teisseire-Dufour, connaît les Pyrénées par coeur. Fort de cette connaissance, il a sélectionné 26 balades parmi les 300 qu’il a effectué au cours de ces 10 dernières années.
Des itinéraires pour toute la famille donc accessibles à tous mais aussi qui permettront aux novices comme aux connaisseurs de profiter des plus beaux coins de la chaîne dans sa partie la plus orientale dans les départements de l’Aude, de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales. Trois thématiques principales ont guidé la sélection des parcours avec comme atouts le caractère de la nature et du patrimoine.

Le guide recèle une mine d’informations sur les différents parcours. Le lecteur est guidé pas à pas tout le long de son ascension. Chaque fiche indique le niveau de difficulté, le dénivelé et la durée de la sortie à prévoir.

Il ne reste plus qu’à patienter un peu. Le temps que la météo se remette au beau pour partir, guide dans le sac à dos, découvrir les merveilles des Pyrénées.

Editions Sud-Ouest, prix de vente 10 euros.

25 Avr

Nouvel essor pour le fabricant de chaussures « Le Soulor » qui garde son esprit montagne

Atelier de chaussures authentiques « Le Soulor »
©France 3 Occitanie

L’atelier va bientôt fêter ses 100 ans d’existence. La marque de chaussures « Le Soulor » installée à Pontacq au pied du col éponyme, connaît un nouvel essor avec l’engouement du public pour les produits locaux et authentiques. Un développement certain avec l’ouverture dans un premier temps d’une nouvelle boutique à Tarbes.

Depuis des générations, la chaussure est aux pieds de bergers, de randonneurs, de chasseurs qui arpentent pour leur activité professionnelle ou leur loisirs les sentiers de montagne et plus particulièrement ceux des Pyrénées. A la faveur d’une reprise, l’atelier connait une nouvelle jeunesse : gamme renouvelée, modernisée, des cuirs plus souples et colorés mais les classiques restent bien sûr au catalogue de l’atelier du Soulor.

« Si on perd nos clients : bergers, agriculteurs, randonneur on fera une erreur on n’aura pas rempli notre mission. C’est important de faire des évolutions, des évolutions de prix évidemment mais ne pas perdre notre âme, notre ADN. Aujourd’hui, fabriquer des chaussures en Béarn c’est aussi servir les pyrénéens avec des chaussures fabriquées chez eux », pour Philippe Carrouché gérant de l’entreprise

Régis Cothias et Emmanuel Fillon se sont rendus dans l’atelier de fabrication imprégné de l’odeur du cuir et de colle :

L’ouverture de boutiques à Toulouse et Bordeaux, Paris peut être, figurent parmi les projets. Autre besoin : la rénovation de l’atelier quasi-centenaire : authentique et pittoresque mais inadapté si les ventes atteignent des sommets.

10 Avr

Randonneurs et skieurs, la neige n’en finit plus de tomber dans les Pyrénées

Enorm congère ai port de la Bonaigua (2072m) Pyrénées espagnoles 1er avril ©David Aventure

Les images des cumuls de neige encore présents ce 10 avril en altitude sont impressionnantes. Alors que Météo France annonce de nouvelles chutes de neige dans les prochains jours. L’hiver en montagne n’est visiblement pas terminé. Randonneurs, la saison de ski se poursuit.

On n’en demandait pas tant. Les chutes de neige cet hiver ont été copieuses et se prolongent ce début de printemps. Actuellement, le manteau neigeux est largement excédentaire. Pour preuve, ces images tournées dans le Val d’Aran à 2300m au refuge de Saboredo. L’entrée de la bâtisse est littéralement ensevelie. On ne peut y accéder qu’en traversant un tunnel creusé dans la neige.

Dans les Pyrénées le manteau neigeux est actuellement remarquablement important

Les chutes de neige récurrentes et les températures basses ont permis cette accumulation importante. Le seul effet du printemps est pour le moment la remontée de la limite neige.
À basse altitude cependant, le printemps commence à se faire sentir : les périodes ensoleillées et de douceur ont fait fondre la neige en très grande partie en dessous de 1400 m d’altitude. Au-dessus en revanche, les hauteurs de neige deviennent très rapidement importantes avec l’altitude : en versant nord, en général 60 cm à 1 m à 1600 m, 1 m à 1,50 m à 1800 m. Ces hauteurs, déjà atteintes au cours de l’hiver, se sont maintenues, voire ont augmenté durant le mois de mars ; elles sont maintenant remarquables, et la durée de retour d’un tel enneigement à cette époque de l’année est de l’ordre de 5 à 10 ans, selon Météo France

À haute altitude, au-dessus de 2000 m, on approche des valeurs records

Le printemps ne s’est pas encore montré, sauf dans les versants sud bien ensoleillés, et la neige continue à s’accumuler avec une grande régularité depuis le début de la saison. Les hauteurs de neige atteignent ainsi, par exemple, 2,50 m au pic d’Anie (2150 m) dans les Pyrénées-Atlantiques, 3 m au Port d’Aula (2150 m) en Ariège et 3,50 m au lac d’Ardiden (2450 m) dans les Hautes-Pyrénées. Ces hauteurs commencent à approcher les valeurs records sur les 20 dernières années à cette époque de l’année. Le versant méditerranéen de la chaîne n’est pas en reste, et même si la limite de l’enneigement est remontée un peu plus haut que dans les deux-tiers ouest de la chaîne et que les hauteurs de neige sont un peu moindres, elles se situent, là aussi, nettement au-dessus des moyennes. C’est ce qu’illustre l’épaisseur du manteau neigeux sur les hauteurs du Canigou, dans l’extrême est des Pyrénées, qui est actuellement de 1,60 m à 2150 m d’altitude, alors que cette hauteur est en moyenne de 1 m à cette saison.

De nouvelles chutes de neige sont attendues

Ce mardi matin, quelques flocons ont blanchi cols et hautes-vallées.


Et mercredi de fortes chutes de neige sont encore annoncées sur les Pyrénées, dès 1200m ajoutant quelques dizaines de centimètres de poudre à un manteau déjà copieux.

Le risque d’avalanche est encore marqué

Les accidents ont été nombreux et avec la neige en présence et celle annoncée, le risque de purge des couloirs et des pentes raides n’est pas terminé. Il faut donc se montrer extrêmement prudent pour la pratique des sports de montagne, alors que la saison touche à sa fin.

La dernière station ouverte dans les Pyrénées françaises est Cauterets (22 avril) mais il reste de beaux jours de ski pour ceux qui sont à la recherche de neige vierge et non préparées.

22 Fév

Pyrénées : en Andorre, le ski de randonnée version sécurisée

©France 3 Occitanie

©France 3 Occitanie

Faire du ski en dehors des pistes n’est pas donné à tout le monde. Sauf dans la station andorrane de Grau Roig où un des 6 secteurs de Grandvalira propose, de s’écarter des sentiers battus tout en restant dans un domaine sécurisé accessible aux pisteurs.De quoi rassurer ceux qui sont tentés par cette activité qui se pratiquent en pleine nature.

A Grau Roig, en Andorre, deux mondes se côtoient. Celui des pistes emménagées et celui plus brut des pentes balisées.
Le ski de randonnées permet de se promener en montagne sur des pentes marquées avec une figure de base la conversion qui permet de tourner, et de monter.

Le reportage de Marc Raturat et Emmanuel Fillon :

En 5 ans, Grau Roig a ouvert 5 circuits, d’accès gratuits, pas besoin d’acheter un forfait. L’évolution se fait à portée de spatule du domaine skiable. A tout moment un secours peut intervenir. Comme pour n’importe quel skieur.

Dans cet environnement le ski de randonnée fait moins peur aux débutants. Plus besoin d’être un expert en météo ou en avalanches.

 

20 Fév

Pyrénées : le plein d’idées pour prolonger le plaisir des sports d’hiver

Balade en moto neige ©France 3 Occitanie

Balade en moto neige
©France 3 Occitanie

Passer les vacances d’hiver dans les Pyrénées ne rime pas seulement avec les loisirs de glisse. Dans les stations, tout est organisé pour que les vacanciers profitent au mieux de l’univers montagnard, de ses paysages, de sa gastronomie et des moments de détente auxquels ils aspirent.

17h. Dernière descente, la journée n’est pas encore terminée. A  Cauterets, Saint-Lary ou Peyragudes, les activités après-ski ne manquent pas, qu’elles soient sportives ou non. Les vacances c’est fait pour « en profiter ». Voici quelques propositions à tester pour prolonger le plaisir et découvrir de nouvelles sensations.

Randonnée en raquettes sous les étoiles à Cauterets

Pour ces vacances de février, vous êtes nombreux à avoir choisi de partir à la montagne. D’autant que cette année dans les Pyrénées, la neige est bien là.
Pour satisfaire une clientèle désireuse de découvrir de nouvelles activités après le ski, de nombreuses stations proposent des idées de sortie originales.
A Cauterets par exemple, les vacanciers ont la possibilité de venir admirer la réserve internationale de ciel étoilé. Un label délivré aux sites dont le ciel permet une observation des étoiles
sans pollution visuelle. Une promenade nocturne en raquettes au pont d’Espagne pour un moment magique.

Balade en moto neige et Spa à Saint Lary

Pour ceux qui ont des envies de grands espaces, direction Saint Lary pour une balade en moto-neige.
A la fermeture des pistes, les vacanciers se lancent sur les chemins et pilotent eux-mêmes leurs motos
Comme un petit air de canada pour cette sortie nocturne qui permet de découvrir le domaine skiable autrement
Et pour se réchauffer en fin de journée, il y a l’espace thermal de la station

Promenade en dameuse et soirée gourmande au restau d’altitude de Peyragudes

A Peyragudes, lorsque les pistes ferment, le domaine skiable commence une 2ème vie : le travail des pisteurs, la promenade en dameuse, la soirée gourmande au restaurant d’altitude…

Un feuilleton signée Sophie Pointaire et Jean-Pierre Duntze

30 Jan

En photos : la pose vertigineuse du « ponton dans le ciel » au Pic du Midi

Ce mardi matin, une opération d’envergure s’est déroulée au Pic du midi à plus de 2870m d’altitude. Il s’agissait de poser le « Ponton dans le ciel » l’un des éléments de la passerelle vitrée dont se dote le Pic du Midi. Le ponton dans le ciel est la dernière attraction créée au sommet. Les visiteurs pourront en profiter à partir du 10 février.

L'impressionnante opération d'hélitreuillage s'est déroulée ce mardi matin. Les conditions météo étaient parfaites. © Robin Doreau / France 3 Occitanie

L’impressionnante opération d’hélitreuillage s’est déroulée ce mardi matin. Les conditions météo étaient parfaites.
© Robin Doreau / France 3 Occitanie

La partie finale de la passerelle a été déposée ce matin par hélicoptère depuis La Mongie. ©Robin Doreau / France 3 Occitanie

La partie finale de la passerelle a été déposée ce matin par hélicoptère depuis La Mongie.
©Robin Doreau / France 3 Occitanie

La partie terminale de l'hyper belvédère sera vitrée. Les visiteurs auront ainsi la sensation d'être suspendu au dessus-du vide. © Robin Doreau / France 3 Occitanie

La partie terminale de l’hyper belvédère sera vitrée. Les visiteurs auront ainsi la sensation d’être suspendu au dessus-du vide.
© Robin Doreau / France 3 Occitanie

Les équipes du constructeur de Lanemezan Mecamont prennent la pose. © Robin Doreau / France 3 Occitanie

Les équipes du constructeur de Lanemezan Mecamont prennent la pose.
© Robin Doreau / France 3 Occitanie

En savoir plus sur l’hyperbelvédère du Pic du Midi « Le ponton dans le ciel »