27 Oct

46e Festival de cinéma de Clisson, un petit air de Cannes…

À Clisson il n’y a pas que le Hellfest, l’un des plus grands festivals de musique métal en Europe, il y a aussi un festival de cinéma. Beaucoup moins bruyant, mais tout aussi intense !

Tous les ans Clisson accueille un festival dédié au 7e art. Et cette année pour sa 46e édition, le festival voit les choses en grand avec 18 films projetés en 52 séances au cinéma Le Connétable du 22 octobre au 12 novembre 2019.

Festival de cinéma de Clisson

Le festival de Cannes à Clisson

Moins de strass et de paillettes que sur la croisette, mais le tapis rouge est mis pour une programmation ambitieuse. Le Festival de Clisson propose une sélection de films qui ont marqué le dernier Festival de Cannes.

Comme « Atlantique » de Mati Diop qui a remporté le Grand Prix avec un film fort, troublant et onirique sur l’exil.

Le Festival de Clisson c’est donc l’occasion de voir des films primés à Cannes : « Bacurau » de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles et « Les misérables » de Ladj L, Prix du Jury ex-aequo, ou encore « Chambre 212 » de Christophe Honoré, présent dans la sélection Un certain regard et qui est reparti de Cannes avec un prix d’interprétation pour Chiara Mastroianni.

Les festivaliers pourront aussi découvrir « Alice et le maire » de Nicolas Pariser, « Tu mérites un amour » premier long-métrage de la comédienne Hafsia Herzi, « Papicha » de Mounia Meddour, « Le traite » de Marco Bellochio ou encore « Sorry we missed you » de Ken Loach, sur les effets du Brexit et programmé ici en sortie nationale. Tous étaient présentés au dernier Festival de Cannes dans différentes sélections.

Une programmation de choix :

Le Festival fait aussi le choix d’une programmation riche avec des films forts comme « Camille » de Boris Lojkine sur la vie de la jeune photo journaliste angevine Camille Lepage assassinée en 2014 lors d’un reportage en Centrafrique.

Dossier de France 3 Pays de la Loire sur Camille Lepage

Les habitués du festival pourront découvrir le dernier film du réalisateur Robert Guediguian présent lors de l’édition 2015, « Gloria Mundi », ou celui du réalisateur québécois Xavier Dolan « Matthias et Maxime », une belle chronique sur la découverte d’un amour et sur le doute.

Des invités attendus :

Roland Nurier, le réalisateur vient présenter son documentaire « Le char et l’olivier – une autre histoire en Palestine », un film sur l’histoire de la Palestine loin de ce que les médias appellent le conflit israélo-palestinien qui met en avant des témoignages d’experts internationaux, d’historiens, de diplomates des Nations-Unies, mais aussi de simples citoyens. Un éclairage objectif, non-militant pour se débarrasser des idées reçues.

La réalisatrice Lucie Borleteau, sera présente lors de la séance de clôture du festival avec son film en avant-première « Chanson douce », adapté du livre de Leïla Slimani, prix Goncourt en 2016, avec Karin Viard et Leïla Bekhti.

Lucie Borleteau est attachée à la région pour avoir fait ses études à Nantes. Actrice, réalisatrice et scénariste et elle s’est fait connaître du grand public en 2014 avec son premier long-métrage « Fidelio, l’odyssée d’Alice » qu’elle était venue présentée lors de l’édition de 2014 du Festival de Clisson.

Entretien avec Lucie Borleteau lors du Festival des 3 Continents 2018

►Festival de Clisson du 22 octobre au 12 novembre 2019 au cinéma Le Connetable

11 Oct

Festival International du Film de La Roche-sur-Yon : une 10ème édition incontournable !

Nouvelle édition pour le Festival International du Film de La Roche sur Yon qui se déroule du 14 au 20 octobre 2019, un événement qui a su en quelques années se faire une place de choix dans le paysage cinématographique de la région.

En effet, difficile de faire l’impasse sur ce festival qui propose une programmation riche et éclectique, des invités de marque, des animations, … de quoi attirer et ravir des festivaliers toujours plus nombreux.

Affiche 2019 du festival ©fif85

Un festival ambitieux :

Le Festival International du Film de La Roche-sur-Yon a fait ses preuves en 10 éditions, tout en restant fidèle à ses valeurs et à ses ambitions : une programmation accessible, ouverte à toutes les écritures et à tous les spectateurs.

Il a su développer une identité propre, centrée sur l’absence de contraintes de genre, de thème, de nationalité et sur la présentation d’une large palette de films inédits, en première nationale ou avant-première.

Dès sa création, le Festival International du Film de La Roche-sur-Yon a eu une attention particulière pour le public et lui donne l’occasion de découvrir, de partager et d’échanger. Avec plus de 27.000 spectateurs en 2018, le festival a su doubler sa fréquentation en 10 ans !

Des invités prestigieux :

Dès 2010, de grandes figures du cinéma hexagonal et mondial sont venues à La Roche-sur-Yon, à l’image du réalisateur américain Abel Ferrara, présent lors de la première édition.

Le festival, en quelques années, a assisté à de nombreuses rencontres mémorables avec des personnalités du cinéma : de Vincent Lindon à Karin Viard, de Ethan Hawke à Jean-Pierre Léaud, ou encore Anna Karina, Christophe Honoré, Mathieu Amalric, Quentin Dupieux, James L. Brooks et bien d’autres…

Et cette année, l’invité d’honneur est l’acteur, comédien et chanteur Lambert Wilson, l’occasion de le retrouver dans ses plus grands rôles, de « Alceste à bicyclette » de Philippe Le Guay, à « Rendez-vous » de André Téchiné en passant par « Des hommes et des dieux » de Xavier Beauvois.

Le public pourra aussi rencontrer et échanger avec les actrices Adèle Haenel et Bulle Ogier, le cinéaste portugais Pedro Costa ou encore l’illustrateur de presse Lorenzo Mattotti.

Retrouvez l’article sur Lambert Wilson, invité d’honneur du festival

Une programmation attrayante :

Fidèle à sa création, pour cette 10ème édition, le Festival International du Film de La Roche-sur-Yon propose une programmation riche et soucieuse d’explorer un cinéma d’ici et d’ailleurs.

L’objectif est aussi de faire découvrir des nouveautés par le biais de nombreuses avant-premières comme « Chanson douce » de Lucie Borleteau, avec Karin Viard, une projection en présence de l’actrice ou « I see you » de Adam Randall.

Bande-annonce de « Chanson douce » de Lucie Borleteau – première française

  • La compétition

Compétition Internationale : des films qui révèlent l’actualité du cinéma contemporain à travers des formes de narration innovantes et pour tous les publics

Bande-annonce de « Vitanela Varela » du réalisateur portugais Pedro Costa – film en compétition

Compétition Nouvelles Vagues : des films de toutes durées en première française : inattendus, surprenants et qui ont le goût du risque.

Bande-annonce de « X&Y » de la réalisatrice suédoise Anna Odell – film en compétition

A noter aussi le prix du public, décerné par les spectateurs et le prix trajectoires, décerné par un jury composé de lycéens des classes option cinéma et audiovisuel de Vendée.

  • Les hommages :

Le festival rend hommage à Peter Fonda, décédé en août dernier. Icône de la contre-culture américaine des années 1960, Peter Fonda, a marqué le cinéma américain notamment pour son rôle dans « Easy Rider » de Dennis Hopper, qu’il avait co-écrit et pour lequel il avait été nommé en 1970 pour l’Oscar du meilleur scénario original.

Hommage aussi au réalisateur italien Bernardo Bertolucci, disparu le 26 novembre dernier avec la projection de deux de ses chefs d’œuvre en version restaurée.

Bande-annonce de « 1900 » du réalisateur italien Bernardo Bertolucci 

  • Le jeune public :

Une attention particulière est portée sur la programmation à destination des enfants avec une sélection de films où les contrées imaginaires et les animaux ont le premier rôle.

Les petits comme les grands vont pouvoir (re)découvrir des classiques comme le célèbre « Pinocchio » Enzo d’Alò, mais aussi assister à des avant-premières comme « l’extraordinaire voyage de Marona » de Anca Damian. 

Ces séances jeune-public sont proposées avec un moment d’échange avec les réalisateurs lors de petit déj’ conviviaux.

Bande-annonce de « Le voyage du prince » de Jean-François Laguionie et Xavier Picard – une avant-première

  • Les à-côtés :

Des concerts : Love Supreme,  French 79 DJ set

Le Festival s’accorde avec le Fuzz’Yon. La scène de musiques actuelles de La Roche-sur-Yon devient le soir une caisse de résonance des images, un lieu de prolongements des sons, des sens et des rencontres.

Une exposition : Meat Dept.

Composé des artistes David Nicolas, Laurent Nicolas et Kevin Van Der Meiren, le collectif Meat Dept. issu du street art est un véritable studio, basé entre Paris et Los Angeles, qui œuvre dans le domaine de l’animation, des arts graphiques, de la peinture, de la publicité, de la réalité virtuelle et de la création numérique.

►Toute la programmation du Festival International du Film de La Roche-sur-Yon – du 14 au 20 octobre 2019

11 Sep

Lambert Wilson, invité du prochain Festival International du Film de La Roche-sur-Yon

Quelle affiche !

Pour sa 10ème édition, le Festival International du Film de La Roche-sur-Yon, qui a lieu du 14 au 20 octobre prochain, accueille l’acteur, comédien et chanteur Lambert Wilson.

©FRANCK CASTEL/MAXPPP – AU BOUT DES DOIGTS

Durant toute la semaine, les festivaliers auront le plaisir de découvrir une sélection de ses films et une rencontre avec le public est prévue le dimanche 20 octobre dans la salle du Manège du Grand R, Scène Nationale de La Roche-sur-Yon.

Lambert Wilson, un artiste complet :

Acteur de cinéma, de théâtre, chanteur, metteur en scène, cet artiste fait partie depuis de nombreuses années du paysage cinématographique français et international.

Si pour ma part mon premier souvenir reste son apparition dans « La boum 2 » de Claude Pinoteau au côté de Sophie Marceau, Lambert Wilson a marqué le 7ème art par ses rôles dans le cinéma grand public comme dans le cinéma d’auteur.

Après une formation au Drama Centre London en Angleterre, il est révélé au public français en 1985 avec « Rendez-vous » d’André Téchiné où il donne la réplique à Juliette Binoche et Jean-Louis Trintignant et se voit ainsi nommé pour la première fois aux César dans la catégorie du meilleur acteur.

Il enchaîne les rôles et les réalisateurs et tourne avec les plus grands de Andrzej Żuławski à Philippe de Broca en passant par Alain Resnais qui le fera pousser la chansonnette dans « On connaît la chanson« .

Il se frotte aussi au cinéma américain avec des incursions dans le cinéma de James Ivory ou des frères Wachowski.

C’est aussi un caméléon, il est aussi juste dans la soutane de l’abbé Pierre dans « Hiver 54, l’abbé Pierre » de Denis Amar qu’avec le bonnet rouge du commandant Cousteau dans le film « L’Odyssée » de Jérôme Salle. En 2012 dans « Sur la piste du Marsupilami » d’Alain Chabat, il pousse même l’audace de se couler dans un fourreau pailleté pour interpréter une chanson Céline Dion !

La programmation du Festival International de Film de La Roche-sur-Yon n’est pas encore connue, mais il est fort à parier que l’équipe aura l’embarras du choix pour proposer au public une sélection de longs-métrages de ce comédien à la filmographie si foisonnante et si hétéroclite !

Lambert Wilson connaît bien la région, en 2017, il a été le président du 29ème Festival Premiers Plans d’Angers.

Un festival qui monte… qui monte

 

©fif85

Le Festival International du Film de La Roche-sur-Yon est devenu un incontournable des festivals de cinéma de la région. Fort d’une programmation très éclectique, il est parvenu à se faire une place de choix entre le Festival Premiers Plans d’Angers ou Le Festival du Cinéma Espagnol de Nantes.

Au fil des ans, des pointures du cinéma hexagonal ont répondu présentes comme Karin Viard l’année dernière ou le réalisateur et comédien Bruno Podalydès pour l’édition 2016. Mais c’est aussi un festival au rayonnement international avec une sélection de films venant de nombreux pays et d’invités prestigieux du cinéma d’ailleurs à l’image du réalisateur israélien Nadav Lapid  ou du britannique Lech Kowalski.

Ce festival a su récompenser et mettre en lumière des films qui ont par la suite marqué le 7ème art comme « The Favourite » de Yórgos Lánthimos, prix spécial de l’édition 2018, ou le prix spécial du jury 2016 « Une vie » de Stéphane Brizé.

Pour cette 10ème édition, la programmation n’est pas encore sortie mais l’on va retrouver les différentes catégories : Prix du jury internationalPrix nouvelles vagues, Prix du jury lycéen et prix du public et Prix trajectoires. Et le festival offre toujours une belle programmation jeunesse, des films scolaires, des ateliers, des concerts, des avant-premières, des masterclass,… 

Rendez-vous dès le 14 octobre !

01 Juil

Aux heures d’été de Nantes : le cinéma se met au vert

Exit les salles obscures, le pop-corn et les sièges en velours rouge… Bonjour la nuit étoilée, le jambon-beurre et le plaid étendu sur l’herbe.

Pour cette 15ème édition, le festival nantais et gratuit Aux heures d’été s’offre le monde ! De l’Egypte, au Pakistan en passant par New-York découvrez des artistes, des spectacles mais aussi des films, avec des séances de cinéma en plein air.

Détendez-vous, prenez un pique-nique et direction les jardins de Nantes pour découvrir une programmation variée et tout public.

►mercredi 10 juillet : « La fiancée du désert » de Cecilia Atán et Valeria Pivato

Rendez-vous à l’embarcadère du Port-Boyer pour un road trip argentin rempli de tendresse et de douceur (VO sous-titrée)

►jeudi 11 juillet : « 20 000 lieues sous les mers » de Richard Fleischer

Revoir à la belle étoile sur la grande pelouse du jardin des plantes l’adaptation hollywoodienne du célèbre roman de Jules Verne, incontournable ! (VO sous-titrée)

►jeudi 18 juillet : « Paris la blanche » de Lidia Terki

Dans le parc de la Roche, un voyage qui nous emmène d’un petit village de Kabylie aux quartiers parisiens

►mercredi 17 juillet : « Parvana » de Nora Twomey

Du cinéma d’animation pour tous au parc de Bottière-Chénaie, avec ce conte merveilleux sur l’émancipation des femmes et l’imagination face à l’oppression.

►mercredi 24 juillet : « Une année polaire » de Samuel Collardey

Partir au Groenland avec les Inuits pour un docu-fiction instructif et émouvant. A découvrir dans le parc des Dervallières. (VO sous-titrée)

►mercredi 31 juillet : « Brooklyn yiddish » de Joshua Z. Weinstein

Découvrez New-York et le quartier juif de Brooklyn assis dans l’herbe de l’Hippodrome du petit port avec cette quête paternelle qui offre une immersion dans un monde à part. (VO sous-titrée)

►mercredi 7 août : « Menina » de Cristina Pinheiro

Luisa Palmeira a 10 ans, elle est française mais sa famille est portugaise. Faites sa connaissance au parc de la Boucardière.

►mercredi 14 août : « Crash test Aglaé » d’Eric Gravel

Pour finir ce tour du monde cinématographique, direction l’Inde avec ce périple de 3 ouvrières délocalisées qui tentent de rejoindre leur nouveau lieu de travail. A voir au parc de la Crapaudine.

Les pieds à Nantes mais la tête ailleurs, voilà le programme du festival Aux heures d’été… pour explorer la ville autrement.

Aux heures d’été c’est 6 semaines de cultures d’ici et d’ailleurs, avec des concerts, des spectacles jeune public, des lectures, … soit 35 spectacles avec la présence d’une centaine d’artistes du monde entier.

Un vrai rendez-vous humain !

06 Juin

Festival des Zones Portuaires de St Nazaire : cap au nord !

4ème édition pour ce festival qui nous transporte chaque année de port en port, pour nous faire découvrir cet univers où se côtoient des bateaux, des marchandises et des hommes.

Jusqu’au 11 juin, cap sur la Scandinavie et le grand nord. Cette année le festival « ZONES PORTUAIRES – rencontres internationales cinéma et villes portuaires  » part à la découverte d’un cinéma nourri d’un imaginaire culturel fort, porté par les grands espaces…

Une programmation exigeante et audacieuse

Ce rendez-vous propose un programme varié : fictions, documentaires, films d’animation…Un voyage sur les terres boréales, à travers les chefs d’œuvre de Bergman, la vision du monde de Kaurismäki ou la douce folie de la très regrettée Solveigh Anspach.

C’est aussi l’occasion de découvrir des œuvres inscrites dans l’actualité. Des films qui nous rappellent combien ces régions nordiques sont les premières frappées par le réchauffement climatique, et qu’elles font face à l’exil de ceux qui fuient les malheurs des pays du sud.

Un festival multiple

Le festival des Zones Portuaires va au-devant du public et propose de nombreuses séances accompagnées par des réalisateurs, des comédiens comme Jean-Pierre Darroussin pour « Rendez-vous à Kiruna » de Anna Novion ou Antoine Russbach qui vient présenter son film en avant-première « Ceux qui travaillent« .

Le jeune public n’est pas oublié avec des séances pour les plus petits, les scolaires et les animations sont nombreuses : ciné-concert, atelier cinéma, ciné plein-air…

Mais il en est une qui sort du lot : 24h à toute vapeur !?

Un défi… et plouf dans l’eau

L’association Les Pieds dans le Paf organise un défi : réaliser un court-métrage en 24h.

Le principe : rendez-vous vendredi à 19h au local des Pieds dans le Paf, on forme les équipes, le téléphone sonne pour annoncer le thème ou la contrainte mystère et le compte à rebours est lancé ! Chaque équipe s’organise pour terminer son court-métrage pour le lendemain samedi à 19h30.

Et le clou de l’aventure : la projection des films dans une soirée ciné-vapeur. Voir des films dans un bain chaud… voilà de quoi surprendre.

Proposée par Les Abeilles, cette soirée « l’heure du bain » nous invite à la détente dans des bains chauds pour assister à la projection des films réalisés dans le cadre des « 24h à toute vapeur ».

N’oubliez pas vos maillots de bain et vos serviettes !

L’association Les pieds dans le paf

L’association « Les pieds dans le paf » existe depuis une trentaine d’années à Saint-Nazaire, autour de  trois axes forts : l’éducation aux médias, la promotion des médias « pas pareils », associatifs, participatifs, collectifs, indépendants, libres, alternatifs, engagés…  et la défense des usagers des médias.

Elle organise tous les deux mois depuis de nombreuses années un « défi 24h » : réaliser un film en 24h, sur une thématique et avec des contraintes données. Le rendez-vous est donné dans le local de l’asso à St Nazaire pour la constitution des équipes en s’assurant que chacun dispose de toutes les compétences et du matériel pour faire un film.

Hélène de l’association raconte : « le téléphone sonne, une voix mystérieuse annonce le thème et/ou les contraintes, et c’est parti ! On revient le lendemain, montrer son film aux autres, et débriefer. Cela permet de décomplexer le rapport que l’on peut avoir aux différentes étapes de fabrication d’un film (écriture, tournage, montage notamment), puisqu’il faut travailler en groupe et dans l’urgence. Ces films sont également projetés dans le cadre de nos Risques de Projection, des projection de courts métrages de la région, au Café Scott à Saint Nazaire. Le prochain aura lieu le 18 juin. »

►Festival des Zones Portuaires, jusqu’au 11 juin à St Nazaire et dans plusieurs salles du département

22 Mai

Première édition du festival Aventures Cinéma au Ciné’fil de Vihiers

Le festival Premiers Plans d’Angers fait un petit tour à la campagne… et s’associe au cinéma le Ciné’fil de Vihiers pour proposer la première édition du Festival Aventures Cinéma du mercredi 22 au samedi 25 mai.

L’idée de cette aventure est née de l’envie du Festival Premiers Plans d’Angers de mener des actions dans le département et du désir pour l’association Ciné’fil de créer un événement cinématographique fort sur son territoire.

Une belle idée… pour une belle aventure !

L’Aventure : c’est la découverte, l’inconnu, l’expérience, l’échange,… à découvrir durant ces 4 jours de cinéma qui s’adressent à tous les spectateurs autour d’un programme de 4 journées thématiques :

  • 22 mai : journée spéciale Costa Gavras dès 14h30 avec la projection de « Compartiment tueurs »

La soirée d’ouverture sera dédiée elle aussi à ce grand réalisateur, invité d’honneur du dernier festival Premiers Plans.

L’occasion de voir ou revoir « Le couperet« , film de 2005 avec José Garcia et Karine Viard. Cette séance est présentée par Louis Mathieu, président de l’association angevine Cinéma Parlant

  • 23 mai : le court-métrage à l’honneur

La région est aussi à l’honneur avec la projection de courts-métrages en lien avec les Pays de la Loire, la possibilité de découvrir des films et des artistes de notre territoire, à l’image de « En cordée » de Matthieu Vigneau

Une soirée coups de cœur pour ce format court a été concocté par les équipes du festival Premiers Plans et du Ciné’fil qui proposent de découvrir leur sélection de 5 courts-métrages d’animation et de fiction.

A noter que cette journée spéciale court-métrage propose aussi la découverte de l’audiodescription en partenariat avec la Fondation Visio, avec le film d’animation « Pépé le morse » de Lucrèce Andreae.

  • 24 mai : une journée avec Marc Picavez

Rencontre et projection des œuvres de ce jeune auteur, réalisateur à qui l’on doit : « France, Brésil et autres histoires« , « Sea my country« , « Yaadikoone » et qui vient présenter son dernier film « Mineral« , sur les vins dans la vallée du Layon

  • 25 mai : du cinéma pour toute la famille

Des courts-métrages, des projections adaptées pour les plus petits, … tout un programme pour faire découvrir le cinéma aux plus jeunes à travers des séances familiales et des animations.

Pour la soirée de clôture samedi soir, chut !…. Une avant-première surprise est prévue pour conclure ce premier festival Aventures Cinéma

Et une aventure c’en est une pour tous les organisateurs de cette première !

Pour l’association Ciné’fil qui compte environ 50 bénévoles et qui relève ce défi, pour la commune nouvelle de Lys Haut Layon qui regroupe les anciennes communes de Les Cerqueux-sous-Passavant, La Fosse-de-Tigné, Nueil-sur-Layon, Tigné, Trémont et Vihiers et pour le Festival Premiers Plans d’Angers qui s’aventure en dehors de ces terres angevines !

Bienvenue à ce nouveau festival de cinéma de la région, qui prouve encore une fois combien le 7ème art a une place de choix dans les cinémas de la région, et notamment dans ces cinémas associatifs, qui avec des bénévoles passionnés portent de beaux projets.

Longue vie à ce festival Aventures Cinéma !!

10 Avr

Festival du Cinéma Espagnol de Nantes, ma vie de membre du jury

Nantes a vibré au son du flamenco du 28 mars au 7 avril dernier avec la 29ème édition du Festival du Cinéma Espagnol.

10 jours de découverte du 7ème art version espagnol avec des avant-premières, des rencontres, des hommages,… et une compétition.

© François Berthier / Paris Match SCOOP

Cette année, le festival m’a proposé de faire partie du jury pour la compétition premiers films, une belle opportunité !

J’ai souhaité partager cette expérience à travers un journal de bord pour y décrire mes appréhensions, mes rencontres, mes émotions, mes doutes,… comme si vous y étiez…

Journal de bord d’un membre du jury de la compétition premiers films

 

Et découvrez mon entretien avec Pilar Martinez-Vasseur, co-directrice passionnée et passionnante du festival, depuis sa création en 1990.

Tout sur ce festival avec Pilar Martinez-Vasseur

27 Mar

Festival Adaptations à Cholet, de la page à l’écran

Pour la 7ème édition, le Festival de cinéma Adaptations qui met en lumière des films inspirés d’œuvres littéraires, propose une programmation riche en avant-premières, événements, soirées spéciales, rencontres,… au Cinémovida de Cholet du 28 mars au 6 avril.

Des avant-premières :

Le festival s’ouvre jeudi 28 mars à 19h par une exclusivité, avec la projection du film d’Ivan Calbérac, adapté de son roman du même nom « Venise n’est pas en Italie« , l’histoire d’une famille fantasque dont les parents décident d’accompagner leur fils retrouver sa petite amie à Venise pour les vacances. Un road trip en caravane aussi rocambolesque qu’initiatique.

Une séance en présence du réalisateur.

4 autres avant-premières sont au programme :

« Cœurs ennemis » de James Kent, une adaptation de « The aftermath » de Rhidian Brook, « Duelles » d’Olivier Masset-Depasse d’après « Derrière la haine » de Barbara Abel, le très attendu « Simetierre » de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer tiré de l’oeuvre de Stephen King et « L’incroyable aventure de Bella » de Charles Martin Smith adapté de « A Dog’s Way Home » de W. Bruce Cameron.

Des événements :

Soirée spéciale Anthony Hopkins avec 2 films à re(découvrir) : « 360 » de Fernando Meirelles et le célèbre, le terrifiant « Le silence des agneaux » de Jonathan Demme

Une nuit hommage à l’oeuvre de Tim Burton, un habitué des adaptations avec une programmation-marathon de 6 de ses films comme « Alice au pays des merveilles » adapté du roman de Lewis Carroll ou « Dark shadows » inspiré d’une série télévisée de Dan Curtis.

Rendez-vous pour les plus petits :

Des séances sont prévues pour le jeune public, avec des films d’animation de qualité eux aussi adaptés d’œuvres littéraires, une programmation en collaboration avec la Ludothèque.

L’occasion de voir « Princesse Mononoke« , « Balto chien loup » ou encore « Dumbo » la dernière version de Tim Burton.

A noter un ciné-goûter et un ciné-théâtre en collaboration avec le théâtre de l’Equinoxe…  Il y en aura pour tous les goûts !!

La compétition officielle :

5 longs-métrages font partie de la sélection officielle et concourent pour le Prix du public et le Prix du jury lycéen.

Des avant-premières ou des films encore en recherche de diffuseurs… On peut souhaiter que ces prix leur permettent de se lancer dans l’aventure avec plus d’assurance – Nicolas Blondel, président du festival

  • « Un homme est mort » du réalisateur Olivier Cossu, adapté de la bande dessinée d’Etienne Davodeau & Kris
  • « Premier amour » de Stepan Burnashev, inspiré du roman « Plissada et Micha » de Nikolaï Gabyshev – une séance accompagnée par Émilie Maj, distributrice et éditrice du film
  • « Les blessures du vent » de Juan Carlos-Rubio, une adaptation de sa pièce de théâtre
  • « Derniers remords avant l’oubli » de Jean-Marc Culiersi, adapté de la pièce de théâtre éponyme de Jean-Luc Lagarce – une projection en présence du réalisateur
  • « Raoul Taburin » de Pierre Godeau, tiré du récit animé « Raoul Taburin » de Sempé – en présence du réalisateur

Le public sera invité à voter à l’issue des projections des films en compétition. Ces films seront programmés à 20h15, du lundi 1er au vendredi 5 avril.

Les membres du jury lycéen, quant à eux, se réuniront en fin de festival pour délibérer avec les membres de l’association Aux films de la Moine, organisatrice du festival, avant la remise des prix prévue samedi 6 avril à 20h15.

►Tout le programme du Festival Adaptations au Cinemovida de Cholet du 28 mars au 6 avril.

 

22 Mar

Au Festival du Film de Fontenay-le-Comte, un seul mot d’ordre : chantons !

Cette année le Festival du Film de Fontenay-le-Comte se fredonne car la chanson est à l’honneur et va envahir le grand écran du 25 au 31 mars.

Chantons ! C’est le maître mot de cette 8ème édition, alors venez pousser la chansonnette avec le foisonnant « On connait la chanson » d’Alain Resnais, le jubilatoire « Les aristochats » de Wolfgang Reitherman ou encore avec le déjanté et cultissime « The rocky horror picture show » de Jim Sharman.

La chanson est ici explorée sous toutes ses formes cinématographiques. La comédie musicale y a bien sûr toute sa place avec un hommage au tandem incontournable Jacques Demy – Michel Legrand qui ont donné toutes ses lettres de noblesse à la comédie musicale à la française avec « Peau d’âne« , « Les Demoiselles de Rochefort ».

Un détour par les États-Unis est lui aussi inévitable, véritable berceau de ce genre cinématographique avec, entre autres, « Chantons sous pluie » de Stanley Donen et Gene Kelly, « West Side Story » de Robert Wise et Jeremy Robbins ou le plus récent « La La Land » de Damien Chazelle.

La programmation du festival montre toute la richesse des films musicaux, documentaires, films d’animation, biopics…. et propose de (re)découvrir des œuvres marquantes du cinéma musical, comme le documentaire « Woodstock » de Michael Wadleigh, film de 1970 sur le premier festival du même nom, ou le très beau « Farinelli » de Gérard Corbiau, grand cinéaste de la musique au cinéma (Le Maître de MusiqueLe Roi danse) présent durant le festival.  

Si la chanson est donc à l’honneur au cinéma Le Renaissance de Fontenay-le-Comte, les séances-rencontres sont l’occasion d’échanges avec des artistes de cinéma.

Ainsi, outre la présence de Gérard Corbiau, l’actrice Valérie Mairesse vient présenter « L’une chante, l’autre pas » d’Agnès Varda, le réalisateur Nicolas Drolc propose en avant-première son dernier film « Bungalow Sessions » sur le folk, blues et gospel américain. Le réalisateur Pierre Godeau vient quant à lui accompagner son dernier film, « Raoul Taburin a un secret« , adapté de l’œuvre de Sempé, avec Édouard Baer et Benoît Poelvoorde.

Des séances pour le jeune public et pour les scolaires sont au programme du Festival du Film de Fontenay-le-Comte et pour la troisième année la compétition de courts-métrages récompense les meilleurs films de différents prix (jury, public et lycéens).

14 Mar

Avec le Festival Enfants des Toiles, la jeunesse s’empare du grand écran à Sablé sur Sarthe

Comme tous les ans, le Festival Enfants des Toiles donne la parole à la jeunesse, et part à la recherche d’œuvres cinématographiques
uniques et rares dont les héros et héroïnes sont des enfants ou des adolescents.

 

 

Du 15 au 23 mars, ce festival propose de découvrir des œuvres singulières qui mettent un coup de projecteur sur la jeunesse de 9 à 18 ans, issue de différents horizons, une occasion de faire connaissance avec Elle Marja, Léa, Angel, Abby, Segundo, Anaïs, Catia, Clément, Elia ou encore Yao.

Le festival Enfants des Toiles avec ses 43 séances, dont certaines sous-titrées pour malentendants, est une véritable invitation à un voyage cinématographique audacieux, sensible et rempli d’émotions.

Pour cette édition, trois jeunes réalisatrices seront mises à l’honneur avec la diffusion de leurs premiers longs-métrages : « Sami, une jeunesse en Laponie » d’Amanda Kernell, « Reine d’un été » de Joya Thome et « Long way home » de Jordana Spiro.

Cette nouvelle génération d’auteur porte un regard sans fard et sans jugement sur la jeunesse de leur pays. Elle renouvelle l’art subtil des récits de jeunesse en abordant des thèmes comme l’émancipation ou la relation filles/garçons.

Des temps forts ont été concoctés par l’équipe de l’Entracte, l’association organisatrice du festival, ainsi le public va découvrir en avant-première lors de la soirée d’ouverture, « Joel » le film de l’argentin Carlos SorÍn sur le chamboulement de la vie d’un couple lors de l’adoption d’un enfant de 9 ans.

Et une projection inédite de « Jellyfish » de James Gardner sera proposée lors de l’ultime soirée du festival, une occasion unique de voir ce film anglais non distribué en France qui décrit l’épanouissement d’une jeune fille par le théâtre.

Cette édition 2019 permet au public de découvrir des films récompensés dans de nombreux festivals comme « Une affaire de famille » de Hirokazu Kore-eda, Palme d’Or du dernier festival de Cannes, ainsi que le très beau prix du jury de ce même festival « Capharnaüm » de Nadine Labaki ou encore « Mon père » du péruvien Alavaro Delgado-Aparicio primé à Berlin.

L’Ultime soirée le samedi 23 mars dévoilera les différentes récompenses du festival : les spectateurs ont droit au chapitre avec le Prix du Public et Le Prix du Jury sera, quant à lui, attribué par dix cinéphiles s’engageant à voir l’ensemble des films du festival.

Durant ces 8 jours de cinéma, de nombreuses rencontres et des ateliers accompagnés par des professionnels du cinéma sont proposés, ainsi Michel Zana producteur du documentaire « Premières solitudes » de Claire Simon est attendu. Le festival Enfants des Toiles c’est donc tout un programme !