22 Jan

Festival 24 Courts : le court-métrage sur grand écran !

Court-métrage ? Définition du Larousse : « nom masculin désignant un film dont la durée excède rarement les 20 minutes », c’est un peu court ! Car le court-métrage c’est faire passer une idée, un message, une émotion, dans un temps limité. C’est un tremplin pour de jeunes cinéastes, l’opportunité de développer un style, d’expérimenter des narrations différentes.

Avec le Festival 24 Courts, ce format se découvre version grand écran dans les salles sarthoises les 25 janvier, 1, 2 et 3 février.

Pour cette 16ème édition, l’association Au Film Des Mots, organisatrice du festival, propose une sélection de plus de 70 courts-métrages de fiction, d’animation, documentaire, websérie,… venant d’ici et d’ailleurs et présentés dans les salles de Changé, du Mans, de Bouloire et d’Arnage.

Ciné d’ici : vendredi 25 janvier à 20h30 au centre F. Rabelais de Changé : présentation de courts-métrages réalisés par des auteurs locaux (hors-compétition)

Les 24 tout courts : vendredi 1er février à 20h00 aux Cinéastes au Mans : sélection internationale de courts-métrages de fiction et d’animation de moins de 5 minutes

24 Courts – sélection européenne : samedi 2 février de 16h à 22h30 au théâtre Epidaure à Bouloire : présentation de films venant de Hongrie, Belgique, Suisse ou Espagne – projection suivie du palmarès du jury.

24 Courts – sélection nationale : dimanche 3 février à partir de 10 h à l’Eolienne à Arnage – séance suivie de l’avant-première en présence du réalisateur de « Vint la vague » de Benjamin Busnel (film soutenu par la région Pays de la Loire et tourné en Sarthe) et à 17h30 palmarès du jury et clôture du festival.

24 Courts c’est aussi l’occasion pour un public toujours plus fidèle de rencontrer des réalisateurs, des passionnés, des curieux,… et de pouvoir échanger avec les membres du jury * , figures du paysage cinématographique et audiovisuel de la région. Un jury qui sera présidé cette année par Elizabeth Bourgine, actrice française de cinéma, de télévision et de théâtre.

 

Elisabeth Bourgine ©DR

Cette volonté de mettre le public au cœur du festival et d’encourager les échanges avec les professionnels est présente depuis le début. Pour Claude Saussereau à l’origine du festival 24 Courts : « La qualité des films programmés, la convivialité et l’ambiance du festival sont toujours de mise et ce malgré des moyens modestes »

Le festival pourrait se résumer en trois mots : qualité, convivialité et continuité.

►Tout sur le Festival 24 Courts

* Les membres du jury : Marc YVARD, journaliste France 3 Pays de Loire et blogueur ciné – Marianne HERVE, vidéaste et monteuse – Aurélien LEGENDRE, animateur, présentateur et coordinateur d’antenne ViaLMtv – Gaëtan RIBAULT, assistant réalisateur, cadreur et opérateur LSM

11 Jan

Sarthe : 10ème édition du festival « Regards sur le monde rural »

« Regards sur le monde rural » c’est découvrir, questionner, échanger sur le monde paysan d’hier, d’aujourd’hui et surtout de demain.

Du 13 janvier au 5 février, ce festival initié par le cinéma le Rex à Mamers, est devenu un rendez-vous incontournable depuis dix ans, d’un cinéma qui interroge sur l’agriculture, l’écologie, la solidarité, les territoires,…

A travers une programmation de documentaires et de films de fiction, cette 10ème édition nous amène à réfléchir sur la place de la ruralité dans la société, sa richesse, ses liens avec le milieu urbain.

Des avant-premières, des échanges en présence de réalisateurs et différentes animations sont organisés dans les 8 salles de cinéma de la Sarthe qui participent à cet événement :

– Au Rex à Mamers
– Au Palace à La Ferté Bernard
– Aux Récollets à Montval sur Loir
– Au Zoom à Saint-Calais
– Au Centre Joël Le Theule à Sablé-sur-Sarthe
– Au Royal au Mans
– A l’Espace Ronsard au Lude
– A la salle André Voisin à Fresnay sur Sarthe

►Retrouvez le programme complet ici 

08 Jan

 La semaine du film palestinien dans les cinémas de Loire-Atlantique

L’Association France Palestine Solidarité, propose pour la 3ème année, la semaine du film palestinien : La Palestine, au-delà des images, du 8 au 15 janvier dans 18 cinémas de la région.

Cette semaine est l’occasion de découvrir des cinéastes palestiniens contemporains et de valoriser des œuvres peu diffusées en France mais qui occupent aujourd’hui une vraie place sur la scène artistique internationale. Le cinéma palestinien exprime la vitalité d’un peuple et raconte des histoires universelles pouvant toucher tous les publics.

Pour cette 3ème édition, les films présentés abordent des thématiques diverses et complémentaires : le choix entre résister ou émigrer, les réfugiés, l’enfermement dans Gaza, l’absurdité de l’apartheid, les amours impossibles, l’histoire et la mémoire… Il s’agit d’offrir aux spectateurs un regard artistique qui permet de dépasser les préjugés et les stéréotypes.

Au programme de ce festival des longs-métrages de fiction, des documentaires, des films d’animation mais aussi des avant-premières comme le film d’ouverture « The report on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan ou encore  « Wajib » (The tower) de Mats Grorud.

Des débats auront lieu à l’issue de chaque séance, en présence de plusieurs réalisateurs dont Norma Marcos qui vient échanger sur son film « Un long été brûlant en Palestine » ou Dima Abu Gush qui clôture le festival avec son documentaire « Emwas,des souvenirs en reconstruction ».

►MARDI 8 : soirée d’ouverture au cinéma Le Concorde (Nantes) à 20h30, en avant-première « The reports on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan

►MERCREDI 9 : L’Eden (Ancenis) à 20h30 : « The reports on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan
* Le Cinématographe (Nantes) à 20h30 : soirée courts-métrages
* Le Paradiso (Nort-sur-Erdre) à 20h30 : « Téléphone arabe » de Sameh Zoah
* Le Lutetia (Saint-Herblain) à  20h30 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud
* L’Atlantic (La Turballe) à 18h00 : « The reports on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan

►JEUDI 10 : Le Connétable (Clisson) à 20h30 : « The reports on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan
* Le Saint-Gilles (Pornic) à 20h30 : « Un long été brûlant en Palestine » documentaire de Norma Marcos (en présence de la réalisatrice)
* Le Beaulieu (Bouguenais) à 20h00 : « Samouni road » de Stefano Savona (en présence de Wissam Alhaj, journaliste gazaoui indépendant et dialoguiste du film)
* Le Nozek (Nozay) à 20h30 : « Emwas, des souvenirs en reconstruction » documentaire de Dima Abu Ghoush (en présence de la réalisatrice)
* Le Gén’éric (Héric) à 20h30 : « Téléphone arabe » de Sameh Zoah
* Le Pax (Le Pouliguen) à 18h00 : « The reports on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan

►VENDREDI 11 : Le Ciné (Legé) à 20h45 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud
* Le Saint-Paul (Rezé) à 20h30 : « Un long été brûlant en Palestine » documentaire de Norma Marcos (séance en présence de la réalisatrice)
* Le Saint-Laurent (Blain) à 20h30 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud
* Le Lutetia (Saint-Herblain) à 20h30 : « Le sel de la mer » de Annemarie Jacir

►SAMEDI 12 : Le Cinématographe ( Nantes) à 21h00 : « La terre parle arabe » documentaire de Maryse Gargour (en présence de la réalisatrice)
* Le Saint-Joseph (Pornic) à 17h00 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud
* Le Tati (Saint-Nazaire) à 20h30 : « The reports on Sarah and Saleem » de Muayad Alayan

►DIMANCHE 13 : Le Saint-Gilles (Pornic) à 10h45 : « Les 18 fugitives » documentaire animé de Amer Shomali et Paul Cowan
* Le Cinématographe (Nantes) à 20h30 : « Le sel de la mer » de Annemarie Jacir
* Le Beaulieu (Bouguenais) à 18h00 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud

►LUNDI 14 : Le Cep (Vallet) à 20h30 : « Un long été brûlant en Palestine » documentaire de Norma Marcos (séance en présence de la réalisatrice)
* Le Concorde (Nantes) à 20h45 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud
* Le Gén’éric (Héric) à 20h30 : « Wajib » (The tower) film d’animation de Mats Grorud

►MARDI 15 : soirée de clôture au cinéma Le Beaulieu (Bouguenais) à 20h00, « Emwas, des souvenirs en reconstruction » documentaire de Dima Abu Ghoush (en présence de la réalisatrice)

20 Déc

Tournage à Angers d’un film consacré à la photojournaliste Camille Lepage

« Camille » c’est le titre du prochain long-métrage de Boris Lojkine tourné en ce moment sur Angers et consacré à la photojournaliste angevine Camille Lepage. Ce film de fiction retrace la vie et le travail de la jeune photographe, tuée en mai 2014 dans des circonstances non élucidées, alors qu’elle réalisait un reportage en Centrafrique sur des groupes armés.

Emmanuel Faure et Thierry Poirier se sont rendus sur le tournage pour rencontrer Boris Lojkine (le réalisateur), Maryvonne Lepage (la mère de Camille) et Nina Meurisse qui interprète le rôle-titre.

Boris Lojkine a été touché par le parcours et la force de caractère de Camille, qui n’a pas hésité dès 2013 à couvrir les débuts d’une guerre civile en Centrafrique à laquelle les médias ne s’intéressent pas encore. La jeune fille de 26 ans voulait témoigner et dénoncer sans voyeurisme l’injustice et la souffrance des innocents face à la violence de la guerre.

Pour raconter ce parcours hors du commun, le réalisateur a travaillé en étroite collaboration avec la famille de Camille Lepage, une manière d’être au plus près de l’histoire de cette jeune journaliste, tout en précisant que c’est un film de fiction. Et pour incarner le rôle-titre, le choix s’est porté sur l’actrice Nina Meurisse, qui a fait des débuts très remarqués en 2000 dans le film « Saint-Cyr » de Patricia Mazuy avec Isabelle Huppert.

Ce tournage dans la cité angevine, c’est aussi l’occasion pour Boris Lojkine de retrouver la ville où il a reçu en 2015 le prix du public au Festival Premiers Plans pour son très beau film « Hope ».

► Sortie du film « Camille » prévue à l’automne 2019

► Livre « Pure Colère », par Camille Lepage, Éditions de La Martinière (des photos, des textes, des e-mails de Camille rassemblés par sa mère)

15 Déc

Le réalisateur Cédric Kahn, président du prochain Festival Premiers Plans d’Angers

Après Catherine Deneuve, c’est au tour de Cédric Kahn, réalisateur, scénariste et comédien, de présider le jury de la 31ème édition du Festival Premiers Plans qui se déroulera à Angers du 25 janvier au 3 février prochain.

Un retour au source pour le réalisateur de « Une vie meilleure » ou « La prière », qui connait bien le festival angevin pour y avoir présenté en avant-première son premier long-métrage « Bar des rails » lors de l’édition 1992.

Le programme vient d’être dévoilé et comme chaque année, le Festival Premiers Plans part à la découverte des nouveaux talents du cinéma européen à travers une sélection d’une centaine de premières œuvres. Pour cette nouvelle édition, 13 longs métrages sont en compétition officielle, venus d’Allemagne, Danemark, Hongrie, Pays-Bas, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Suisse, Turquie et France.

Le Festival Premiers Plans c’est aussi l’occasion de découvrir l’histoire et le patrimoine du cinéma grâce à des rétrospectives, des hommages, des programmations thématiques. Le réalisateur Costa Gavras sera présent cette année pour une rétrospective dédiée à ce grand cinéaste-citoyen qui, en dix-huit films, a créé une œuvre populaire et engagée avec des films comme « L’Aveu », « Missing » ou le plus récent « Le Capital ».

►Tout le programme sur le Festival Premiers Plans

 

07 Déc

Festival univerciné – version britannique

You speak english ? Yes or no… It is not a problem. Venez découvrir le cinéma britannique et la langue de Shakespeare avec le festival Univerciné consacré au 7ème art « British ».

Univerciné, c’est 6 jours de projections du 11 au 16 décembre au cinéma Katorza de Nantes :

► Une compétition :

Les films de la compétition ont été sélectionnés par les étudiants du Master Expertise des Professions et Institutions Culturelles de l’Université de Nantes. Quatre premiers longs-métrages, indépendants et inédits, se disputeront donc le prix du jury Univerciné (composé d’étudiants de l’Université de Nantes) et le prix du public :

« The drummer and the keeper » de Nick Kelly, film d’ouverture en présence du réalisateur

« Obey » de Jamie Jones, projections en présence de l’acteur principal Marcus Rutherford

« Winterlong » de David Jackson, projections en présence du réalisateur

« Old Boys » une comédie de Toby Macdonald

► Des avant-premières :

Une manière de mettre à l’honneur la production contemporaine inédite comme « The bookshop » d’Isabel Coixet ou « The favourite » de Yórgos Lánthimos

► Des documentaires inédits :

« A northern soul » de Sean McAllister, questionne sur la culture et le Brexit, une séance en présence du réalisateur et « Matangi / Maya / M.I.A. » de Stephen Loveridge, un documentaire musical, portrait intime de la chanteuse M.I.A.

► Une programmation de films patrimoines :

L’occasion de revoir des œuvres marquantes du cinéma britannique comme le très classique « Howards end » de James Ivory ou le détonnant « Bloodbath at the house of death » de Ray Cameron

Le festival c’est aussi des débats, des rencontres avec des réalisateurs, une soirée courts-métrages rien que pour rire, des films d’animation pour les plus jeunes… tout un programme so british !

Toutes les infos

 

01 Déc

Festiv’ainés, un festival pour cinéphiles dans la fleur de l’âge

Avec Festiv’Aînés, les seniors ont leur festival de cinéma, rendez-vous du 2 au 7 décembre au cinéma Bonne Garde de Nantes.

Ce festival a pour but de favoriser la rencontre, les échanges intergénérationnels et invite à mieux percevoir la place et le rôle social des seniors dans notre société.

Pour cette 2ème édition, la programmation a été concoctée par une équipe de passionnés de cinéma de l’Orpan, association des seniors nantais, qui propose une sélection de 10 films. Le choix s’est porté sur des œuvres et des thèmes qui provoquent la discussion, comme la ruralité ou la solidarité, l’occasion de (re)voir « Petit paysan » d’Hubert Charuel ou encore « Moi Daniel Blake » de Ken Loach. Toutes les projections seront suivies d’un temps d’échange.

►Dimanche 2 décembre – ouverture du festival avec un cocktail
15h00 – projection du film de Dustin Hoffman « Quartet »

►Lundi 3 décembre – journée sous le thème de l’expression :
10h00 – « Le discours d’un roi » de Tom Hooper
14h30 –  « Le Brio » d’Yvan Attal

►Mardi 4 décembre – projections sur le thème de la ruralité :
10h00 – « Petit paysan » d’Hubert Charuel, en présence des associations Bab 44 et SOS paysan 44
14h30 – « Normandie Nue » de Philippe Le Guay

►Mercredi 5 décembre – Dans le cadre de « J’emmène Papy, mamie & Cie au cinéma » :
15h00 – projection du film d’animation « Coco » de Lee Unkrich, suivie d’un atelier et d’un goûter

►Jeudi 6 décembre – sur le thème de la solidarité :
10h00 – « Moi Daniel Blake » de Ken Loach, en présence de la Direction de l’inclusion sociale du CCAS
14h30 – « Vers la lumière » de Naomi Kawase

►Vendredi 7 décembre – clôture du festival :
10h00 – « Au revoir là-haut » d’Albert Dupontel
20h00 – « La finale » de Robin Sykes
Un cocktail sera servi à l’issue de la séance pour clôturer cette 2ème édition de Festiv’Aînés

►Tout sur le cinéma Bonne Garde

30 Nov

Des zombies, des vampires et du sexe au THV de Saint Barthélémy d’Anjou

Envie d’une folle nuit… d’humour décalé ?

Rendez-vous samedi 1er décembre au THV de Saint Barthélémy d’Anjou.

Après une nuit du cinéma musicale l’année dernière, le THV laisse carte blanche à Richard et Yannick pour programmer leur nuit. Et même si leurs goûts cinématographiques vont jusqu’à l’inavouables, rassurez-vous, ils savent faire la différence entre le « bon » et le « mauvais » nanar !

Ils vous proposent donc une Nuit du Cinéma, décalée et potache qui rend hommage, avec humour, aux films traditionnellement attachés aux dernières lettres de l’alphabet : ceux dits de série Z et ceux relevant du X 

Faites-leur confiance et laissez-vous embarquer pour un voyage dans un drôle de genre. Drôle, car le lien entre les trois films est bien l’humour, un humour so british pour les deux premiers et complètement décalé pour le dernier.

Au programme :

  • 20h – « Shaun of the Dead » de Edgar Wright – film britannique de 2005 (interdit -12 ans) – Une jouissive parodie d’un cinéma devenu archi-classique. Hilarité garantie.
  • 22h – « Lesbian Vampire Killers » de Phil Claydon – film/documentaire britannique de 2009 – Une série Z complètement déjantée et qui ne se prend jamais au sérieux.
  • 00h – « A la recherche de l’ultra-sex » de Bruno Lavaine et Nicolas Charlet – film français de 2015 (interdit -16 ans) – un porno-rigolo concocté pour les 30 ans de Canal+, en écho à leur série culte « Message à caractère pornographique ». 

En cadeau Bonux, à l’issue du dernier film, vous pourrez monter sur scène pour devenir vous aussi doubleur-bruiteur de quelques scènes déjà cul(tes) de l’ultra-sex !

►Rendez-vous samedi 1er décembre au THV de Saint-Barthélémy d’Anjou à partir de 20h00

28 Nov

Palmarès Festival des 3 Continents, « Memories of my body » de Garin Nugroho récompensé

Le Festival des 3 Continents, véritable fenêtre sur les cinémas d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine, s’est achevé hier soir au Grand T. Cette cérémonie de clôture a débuté par la projection en avant-première de « Tel Aviv on fire » de Sameh Zoabi, une comédie sur fond de conflit israélo-palestinien très applaudie par le public. C’est donc une salle enthousiaste qui a assisté au palmarès de cette 40ème édition.

Pour la compétition internationale, le jury essentiellement composé de réalisateurs, a beaucoup débattu et échangé pour remettre exceptionnellement 3 prix :

  • La Montgolfière d’or a été attribuée à « Memories of my body » de Garin Nugroho, un film dans l’air du temps sur la question du genre et de l’homosexualité dans la société indonésienne.
  • « Three adventures of brooke » de Yuan Qing s’est vu décerner la Montgolfière d’argent. La réalisatrice chinoise très émue a reçu son prix des mains de Lucie Borleteau, membre du jury, qui a souligné la fantaisie et la légèreté de ce film.
  • Une mention spéciale a été attribuée à « José » de Cheng Li, le jury a relevé la sincérité de l’histoire et le courage des acteurs de ce film qui se déroule au Guatemala.

Le Prix du public Wik/Fip a été présenté non sans humour par Patrick Thibault (directeur en chef Wik) qui a indiqué que ce vote là était « un réflexe citoyen pour être réellement entendu ». Le public a donc voté et attribué son prix à « The dive » de Yona Rozenkier. A noter que ce réalisateur israélien est passé par l’atelier Produire au Sud du festival en 2016 pour développer ce projet.

Le Jury Jeune avec Ambre, Camille, Corentin et Anton a quant à lui récompensé la poésie de la mise en scène de « Winter’s night », le 3ème long-métrage du coréen Jang Woo-Jin.

►Le public pourra revoir les films primés à Nantes au Cinématographe : dimanche 2 décembre à 17h30 « Memories of my body » de Garin Nugroho et à 21 h« Three adventures of brooke » de Yuan Qing, et à Paris à la Cinémathèque française : lundi 10 décembre à 19h15 et à 21h30.

►La 41ème édition du Festival des 3 Continents aura lieu du 19 au 26 novembre 2019. A l’année prochaine !

26 Nov

Olonnes Film Festival, le cinéma de l’intime, de l’autobiographie

Un festival de cinéma sur le thème de l’autobiographie ? C’est le OFF « Olonnes Film Festival » qui se déroule du 28 novembre au 2 décembre dans plusieurs lieux du pays des Olonnes.

Pour cette 7ème édition des rencontres cinématographiques de l’association Petite Lanterne, le thème choisi dévoile une pratique peu courante du cinéma le journal filmé. Le journal intime est une forme littéraire à part entière, or depuis quelques années, certains cinéastes comme Agnès Varda ou Alain cavalier s’y sont intéressés et ont entrepris de réaliser leur journal filmé. Ce festival met à l’honneur ces œuvres d’un nouveau genre, nées du témoignage, de l’intime, à l’image du très beau « Carré 35 » d’Éric Caravaca.

– Naissance de ce festival :

Pierre Laudijois, l’un des créateurs de l’association Petite Lanterne à l’origine du festival explique que le OFF est né en 2012 grâce à l’envie d’organiser une rencontre de cinéastes travaillant autour de l’autobiographie, que ce soit par le biais du documentaire ou de la fiction. Pierre précise : « La ville d’Olonne nous a soutenus depuis le début et la première édition. 

– Thème et sélection :

Le thème de cette année, le journal filmé s’est imposé comme une évidence, « c’est un genre de films que nous apprécions depuis longtemps, et parce que le hasard a fait que plusieurs films en forme de Journal filmé nous ont été proposés ».

« La sélection est assez simple à faire, car nous avons un réseau par lequel nous sommes au courant des films qui peuvent nous intéresser. Nous avons un groupe de bénévoles qui visionnent les films proposés, ensuite nous bâtissons un programme avec les films retenus en tâchant de conserver une cohérence aux différentes séances.(…) Nous avons pour principe de traiter les films à égalité, que ce soit des films sortis en salle ou des films inédits auto-produits. Nous invitons systématiquement les réalisateurs, et proposons des rencontres et échanges avec le public.

– Moments fort de cette 7ème édition :

Pour l’organisateur du festival : « L’un des grands moments du OFF 2018 est la projection en exclusivité mondiale du film « Journal d’un vidéaste » de Thierry Nouel. Ce chef-monteur free-lance pour France 3, a réalisé son journal filmé pendant une dizaine d’années, entre 2000 et 2010, parcourant le monde sur tous les théâtres d’actualité. Il présente une oeuvre de près de neuf heures (diffusé en quatre séances), qui tisse de manière très émouvante les grands événements de ce début de XXIème siècle avec les péripéties de la vie intime du cinéaste. »

►La projection de « Journal d’un vidéaste » aura lieu samedi 1er décembre en présence de Thierry Nouel.

►Plusieurs autres films sont présentés en avant-première : « Pour Ernestine » de Rodolphe Viémont, « L’orphelinat » de Matthieu Haag, ou encore « Le lieu du mélodrame » de Joseph Morder. Une occasion pour le public de rencontres et d’échanges avec ces réalisateurs qui viennent accompagner et présenter leurs films.

Grande nouveauté cette année c’est la présence du festival dans quatre lieux du Pays d’Olonne : Le Grand Palace (Les Sables d’Olonne), La Gargamoëlle (Château d’Olonne), La Médiathèque de la Jarrie et Le Théâtre de la Licorne (Olonne-sur-mer). « C’est une manière d’aller à la rencontre de nouveaux publics, et d’anticiper symboliquement sur la fusion des trois communes qui doit intervenir au 1er janvier 2019 » précise Pierre.

– Quelques mots sur l’association « petite lanterne » :

« Nous avons créé Petite Lanterne à Olonne-sur-mer en 2010, au moment où Dominique et moi avons pris notre retraite. Nous étions tous les deux professeurs de cinéma (elle à Angers, lycée Renoir, moi à Nantes, en CinéSup au lycée Guist’hau) (…). Le but est de travailler sur les rapports qui existent entre Cinéma et Autobiographie. Nous proposons tout au long de l’année des Ateliers/Ciné, conférences à la médiathèque de La Jarrie d’Olonne, des Café/Ciné, projections dans différents lieux en présence du cinéaste (…) Cette association compte une centaine de membres, dont une vingtaine de bénévoles qui forme le noyau dur de Petite Lanterne. »

Le nom de Petite Lanterne a été choisi à partir du proverbe chinois qui guide notre action depuis des lustres : « plutôt que de fulminer contre les ténèbres, il vaut mieux allumer une petite lanterne ! »

Retrouvez tout le programme du OFF sur le site Petite Lanterne

Article sur ma rencontre avec le réalisateur de « L’orphelinat » Matthieu Haag en février dernier

 

 

RSS