30 Nov

« Solex dans les prés », un prochain film 100 % mayennais

Solex-dans-les-pres_lightbox

Un road-movie en solex qui traverse Lassay-Les-Châteaux, Sainte-Suzanne ou Gorron, voilà un pari un peu fou pour un film totalement mayennais !

Après le succès il y a 4 ans de « Va y avoir du soui », 26 000 entrées dans 90 salles du Grand Ouest, l’équipe de Le Couvoir Production menée par Dominique Rocher présente son nouveau projet « Solex dans les prés ». 

Ce prochain film participatif sera tourné à travers toute la Mayenne. Dominique nous raconte que l’idée est venue lors de la distribution de son premier film et sa mise en place a pris forme quand 31 communes du département ont manifesté un véritable désir de partenariat pour ce projet basé sur la passion et la générosité.

« C’est une réunion de professionnels, d’étudiants et d’amateurs motivés, réunis autour du même principe de bénévolat militant »

Tous se mobilisent pour le plaisir de vivre une expérience unique et pour valoriser l’image de leur département. Ainsi les entreprises de la région ont elles aussi adhéré à cette aventure, le financement est donc exclusivement privé, sous forme de mécénat.

casting solexLe tournage de ce road-movie policier se déroulera durant l’été 2019 dans les communes partenaires. Dominique nous assure que le scénario est presque achevé, et le casting pratiquement bouclé : dernière session samedi 2 décembre, salle du conseil municipal de Jublains.

Synopsis : Arthur, jeune éthologue sans emploi et Lionel, antiquaire au bord de la retraite, décident de partir ensemble à la recherche d’un lieu magique censé guérir Arthur de sa dépression chronique. 

Une belle aventure à suivre …

 

 

29 Nov

Casting pour bout’chou

 

Casting bébé : hochets, tétines et autres doudous sont attendus sur le tournage à Laval et au Mans du prochain film de Sébastien Betbeder « Ulysse et Mona ».

casting bébé

L’équipe recherche :

  • Bébé de 3 à 10 mois (qui aura entre 5 et 12 mois au moment du tournage)
  • Pas de critères physiques particuliers, fille ou garçon. Résidence à proximité de Laval ou du Mans
  • Il s’agit d’une scène où une assistante maternelle s’occupe de 2 bébés dont elle a la garde tout en discutant avec sa fille, venue lui rendre visite.

 

Si vous êtes intéressés merci d’envoyer par mail à ulysse.et.mona.casting@gmail.com : coordonnées et adresse, date de naissance, photos et vidéos récentes, en précisant « casting bébés –  suivi du prénom du bébé » dans l’objet du mail. Seules les propositions complètes et correspondantes aux critères seront traitées.

Tournage d’une demi-journée entre le 22 janvier et le 23 février 2018 à proximité de Laval ou du Mans. Rémunéré.

Synopsis du film : Il y a quelques années, Ulysse, soixante ans, a mis un terme à sa carrière d’artiste contemporain. Aujourd’hui, il habite seul avec son chien Joseph dans un vieux manoir au milieu de la forêt. Mona, vingt ans, est étudiante aux Beaux-Arts. Un jour, Mona décide de partir à la rencontre d’Ulysse.

28 Nov

« Huguette the power » : nos aînés font péter les watts sur grand écran !

ullule_accueil.kPU6Xnbndl25Qui a dit que les personnes âgées ne donnaient plus de la voix ?

Le documentaire « Huguette the power » nous prouve le contraire…

 

La belle histoire de cette chorale commence en 2016 en Mayenne, quand Julie Aubry, médiatrice culturelle du festival Au foin de la rue et des travailleurs sociaux de 5 Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes, proposent à leurs résidents de monter sur scène. La chorale « Huguette the power » avec ses 60 choristes dont certains ont plus de 90 ans était née.

Après 6 mois de répétition sous la baguette du chef de chœur Pierre Bouguier et du groupe de musique “Mémé les watts”, ces chanteurs du 3ème âge sont montés sur scène en début d’année dans la région. Cannes à la main mais lunettes noires et casquettes à l’envers, ils ont fait un tabac avec un répertoire de vieilles chansons remises au goût du jour, même le rap n’a plus de secret pour eux !

Le réalisateur Arnaud Ray a filmé les répétitions, les concerts et interviewé les acteurs de ce projet intergénérationnel. Riche de témoignages de qualité, ce documentaire montre que derrière le mot “vieillesse” se cachent des hommes et des femmes au caractère bien trempé, dont l’expérience ne demande qu’à être partagée. « Huguette the power » ré-interroge notre regard sur les anciens, il leur donne la parole, une voix rare et précieuse.

Retrouvez le documentaire « Huguette the power » dans les cinémas mayennais :

  • Cinéma Yves Robert à Evron : le 5 décembre à 20h30
  • Cinéma Le Majestic à Montsûrs : le 6 décembre à 14h30 et 20h30
  • Cinéma le Palace à Château-Gontier : le 7 décembre à 15h00 et le 14 décembre à 20h30

 

24 Nov

Casting : du ballon rond au plateau de cinéma …

CASTING FOOTTu as entre 10 et 11 ans et une bonne pratique du foot, ce casting est pour toi :

Pour le tournage à Nantes du film de Stéphane Demoustier « La fille au bracelet », la production recherche pour faire de la figuration des garçons entre 10 et 11 ans pratiquant le football en club catégorie U11 (ex-poussins).

Le tournage d’1/2 journéee aura lieu dans la 2ème quinzaine de janvier 2018, sur Nantes et ses environs.

Si vous êtes intéressés, merci d’envoyer avant le 8 décembre : coordonnées, lieu du domicile, âge, taille, photos récentes, le club de foot et le poste occupé à lfabcasting@gmail.com

Synopsis du film : Bruno et Céline voient leur vie de famille basculer lorsque Lise, leur fille de 17 ans, est accusée du meurtre de son amie Flora. Deux ans après le crime, Lise vit avec un bracelet électronique, en compagnie de ses parents et de son petit frère Jules. Alors que le procès approche, la vie de Bruno ne tourne plus qu’autour de ces quelques jours au cours desquels il sait que le destin de sa fille va se jouer, au beau milieu d’une cour d’assises…

20 Nov

Festival des 3 continents, le jeune public répond présent !

f3c2017-330x495Du 21 au 28 novembre, retrouvez la 39ème édition du festival nantais consacré aux cinématographies d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

La plupart des films qui y sont projetés n’ont jamais été diffusés en dehors de leur pays d’origine, le festival a ainsi acquis une réputation de découvreur : on peut citer le malien Souleymane Cissé, le hongkongais Wong Kar-wai, ou encore l’iranien Abbas Kiarostami, mais c’est bien auprès du public jeune que le festival tient ce rôle.

Le festival de 3 continents se veut un festival d’initiation au(x) cinéma(s), la démarche est de rendre les œuvres accessibles à tous, une attention toute particulière est mise sur le jeune public, les spectateurs de demain.

Rencontre avec Sandra Ricordeau, responsable du pôle publics et médiation pour le festival qui explique « qu’une programmation spécifique est mise en place en fonction des âges » :

  • Pour les tout-petits : « Premiers pas vers les 3 continents », est une invitation à approcher le festival dès 3 ans, avec des films et des court-métrages adaptés.
  • Pour les adolescents : « De l’autre côté des apparences : merveilleux, fantastique et autres étrangetés », le festival propose un programme thématique, ouvert à tous mais spécialement pensé pour les collégiens et lycéens.

Cette année, ce sont les différentes déclinaisons du fantastique qui sont mises à l’honneur avec une sélection de films ludiques, troublants, spectaculaires, où le cinéma montre son aptitude à enjamber les bordures du réel, à brouiller nos perceptions …

Sandra nous indique que « ces films font l’objet d’un accompagnement spécifique avec la mise en place du cahier des enseignants. Fruit d’un travail fait en amont, ce support est un véritable outil pédagogique, il permet d’aller plus loin et d’ouvrir des pistes de travail sur le cinéma, ses techniques, son sens, afin de rebondir vers d’autres domaines ». Ainsi, les films présentés sont toujours contextualisés et accompagnés, ils ouvrent le débat sur la satire politique, le rapport des classes ou encore le corps et l’espace.

Ces séances publiques et scolaires offrent une véritable « mixité des publics » et les enseignants ont répondu présents avec plus de 120 classes déjà inscrites. Et l’on vient de loin, à l’exemple de ce lycée de Douarnenez qui s’installe durant 3 jours à Nantes pour un véritable parcours cinématographique, entre film à visée plus pédagogique et séance de la sélection officielle.

  • Des actions sont faites aussi vers les « publics empêchés », tels que les enfants hospitalisés, les jeunes détenus ou les migrants.

Ainsi, le festival vient à eux : au service pédiatrie du CHU, des projections, des échanges et des ateliers comme une initiation aux maquillages d’effets spéciaux ont été organisés. A l’établissement pénitentiaire pour mineurs d’Orvault, il a été mis en place une projection suivie d’un débat autour d’un film asiatique diffusé en VOSTF.

Sandra est particulièrement fière du travail accompli auprès des associations de quartier, des structures socio-culturelles ou des associations de migrants pour amener ce public différent vers le festival. Ces actions, c’est permettre à ces jeunes à priori peu enclins à aller vers ces cinématographies, d’accéder à une ouverture et éveiller un intérêt qu’ils ne soupçonnaient pas. Pour Sandra « ils se rendent compte que le festival est plus accessible et moins élitiste qu’ils ne le pensent… mon rôle c’est de semer des graines… on démocratise, on démystifie ».

  • Autre lien très étroit entre le festival et les jeunes, ce sont les différents partenariats qui ont été mis en place avec l’enseignement supérieur. Ces projets associent les singularités de chaque cursus avec l’événement du festival et les coulisses de son organisation.

A l’image de l’université de Nantes, où les étudiants du Master 2 InfoCom couvrent l’actualité du festival avec la création d’un journal, d’un blog et d’un fil d’actualité Instagram. Ou encore, les premières et terminales option cinéma du lycée Guist’hau qui livrent quotidiennement un cliché du jour pour diffusion sur les facebook et twitter du festival. Ils réalisent des courts films autobiographiques « Mon F3C », ainsi qu’un article « Mon festival de l’intérieur ».

Festival-des-3-continents

Le Festival des 3 Continents est bien là dans son rôle de découvreur et d’initiateur, comme en atteste Pacôme, élève en 1ère année du BTS Audiovisuel au lycée Léonard de Vinci à Montaigu : « Je connaissais déjà le festival depuis plusieurs années mais ce n’est que l’année dernière avec mon lycée que j’ai pu y accéder le temps d’une semaine … J’ai découvert des longs et des courts métrages qui m’ont profondément marqués … je vois ce festival comme une manière de s’ouvrir au monde et de s’ouvrir à, non pas un cinéma, mais à des cinémas. Et l’intérêt, c’est que chaque tranche d’âge à la possibilité de venir au festival, tant il y a de la diversité dans la programmation. »

Et de rajouter : « Le festival offre aux enfants une initiation intéressante au cinéma étranger, autre que le cinéma américain, tout en les éloignant des films d’animations populaires à l’humour parfois un peu trop facile. Mais je dirais au final que ce n’est pas une initiation uniquement pour le jeune public mais également pour n’importe quelle personne peu habituée à l’art cinématographique sous toutes ses formes. Et si c’est le cas, alors je pense que ce festival est fait pour eux. » 
 les-versets-de-l-oubli
Le rendez-vous est donné aux curieux, jeunes et moins jeunes pour partir explorer et découvrir ce cinéma d’ailleurs …

14 Nov

Une nuit du cinéma « Bad Boys »

Cette année, le THV de Saint-Barthélémy d’Anjou a laissé carte blanche à Fred, musicien et chanteur des Rude Boy System, pour concocter une nuit du cinéma musicale et engagée, vendredi 17 novembre dès 19h00.

©DR

photo : ©DR

Au programme de cette soirée « Bad Boys », 3 films pour découvrir 3 périodes et 3 mouvements musicaux :

·         19h00 : Quadrophenia de Franc Roddam – film britannique, 1979 – inspiré d’un album des Who qui dépeint le mouvement mod des années 60.
·         21h30 : Rude Boy de Jack Hazan et David Mingay – film/documentaire britannique, 1980 – sorte de docu-fiction consacré aux Clash et au mouvement punk dans l’Angleterre de la fin des années 70.
·         00h00 : The Harder They Come de Perry Henzell (titre français : Tout, tout de suite) – film jamaïcain, 1972
Ces 3 films parcourent quelques chemins de l’histoire de la musique, caisse de résonance d’une révolte de la jeunesse, en rage contre les institutions et la fatalité économique.
► Toute l’actualité du THV

12 Nov

Le tournage d’un film dans votre maison !

Pour le tournage d’un long métrage « La Fille au bracelet » de Stéphane Demoustier, la production recherche 3 décors à Nantes et ses environs  :

6084955537_2e489f6417_b

► Une grande maison moderne / contemporaine : Nantes ou proche périphérie

  • Intérieur : Au RDC, grande pièce de vie avec des baies vitrées donnant sur une terrasse, cuisine indépendante et bureau. A l’étage, 4/5 chambres et salle de jeux.
  • Extérieur : quartier résidentiel de standing, en zone pavillonnaire. Jardin entretenu.

Rôle : Maison qui appartient à la famille principale du film. Occupation : 2 à 3 semaines (prépa-tournage)

► Une maison de campagne / ferme / longère avec piscine : 30-40 min de Nantes

  • Intérieur : en bon état, avec grande pièce de vie lumineuse. Cuisine ouverte sur salon de préférence, mais pas obligatoire.
  • Extérieur : de l’espace et une piscine extérieure, au calme.

Rôle : Maison de vacances de la famille. Occupation : Environ 10 jours (prépa-tournage)

► Une maison familiale dans quartier pavillonnaire : Nantes ou proche périphérie

  • Intérieur : en bon état, de plain-pied, l’entrée donne sur une grande pièce de vie, un couloir qui permet de distribuer l’espace nuit, plusieurs chambres.

Rôle : Maison de Diego, personnage principal. Occupation : 3 jours (prépa-tournage)

Les personnes ayant des décors ou des pistes peuvent envoyer leurs propositions (avec coordonnées et photos) par mail à reperagestournages@gmail.com

Dates de tournage : entre janvier et mars 2018

Synopsis du film : Bruno et Céline voient leur vie de famille basculer lorsque Lise, leur fille de 17 ans, est accusée du meurtre de son amie Flora. Deux ans après le crime, Lise vit avec un bracelet électronique, en compagnie de ses parents et de son petit frère Jules. Alors que le procès approche, la vie de Bruno ne tourne plus qu’autour de ces quelques jours au cours desquels il sait que le destin de sa fille va se jouer, au beau milieu d’une cour d’assises…

Ce film est soutenu par le Conseil régional dans le cadre des aides à la production cinématographique et audiovisuelle et est accompagné par le Bureau d’Accueil des Tournages des Pays de la Loire.

08 Nov

La Baule : du swing au cinéma

Affiche La Baule 2017 Devinez ce qu’ont en commun « L’aile ou la cuisse », « La chèvre », « Le dîner de cons » ou encore « Le placard » ?

Ce sont toutes des comédies mises en musique par Monsieur Vladimir Cosma !

Jusqu’au 12 novembre, le festival de cinéma et de musique de film de La Baule rend hommage à ce grand compositeur, à qui l’on doit les musiques les plus marquantes du cinéma français.

Cette année l’accent est donc mis sur les comédies, avec notamment un coup de projecteur sur Jacques Tati dont on fête les 110 ans de sa naissance et une projection en musique des films de Buster Keaton.

Mais cet événement sera aussi l’occasion de découvrir en avant-première quelques films très attendus comme « Beach rats » d’Eliza Hittman ou « M » de Sara Forestier, en compétition et que les membres du jury, présidé cette année par la réalisatrice Diane Kurys, devront départager.

Des rencontres avec des réalisateurs, des comédiens sont aussi au programme ainsi que des master-class dirigées notamment par Stéphane Lerouge, grand spécialiste de la musique de film ou par Vladimir Cosma lui-même.

Tout le programme

07 Nov

En novembre, le documentaire est à l’honneur

450x500-mois-du-doc-2017Durant tout le mois de novembre, partout en France se déroule le mois du doc, rendez-vous incontournable pour découvrir des films et échanger ses idées sur le monde …

Le principe : la projection de films documentaires organisée par des structures culturelles, éducatives et sociales, afin de promouvoir ce genre cinématographique peu représenté à la télévision ou au cinéma, auprès d’un large public et notamment des jeunes.

Pour cette 18ème édition, dans la région, c’est 80 séances qui sont proposées dans une cinquantaine de lieux de projection : du cinéma aux centre culturels en passant par des médiathèques et dans des endroits plus insolites comme le CHU d’Angers ou le lycée professionnel Jean-Jacques Audubon à Couëron.

Les films programmés proposent une vision du monde et de la société à travers un programme thématique varié : démêler le vrai du faux, les femmes en mouvements, exils et migrations,… Les projections sont accompagnées par des débats, des rencontres pour prolonger la réflexion sur les différents thèmes abordés. C’est une véritable ouverture sur le monde qui nous entoure …

►Retrouvez toute la programmation dans les Pays de la Loire

Le mois du film documentaire se décline aussi en ligne avec Tënk, plateforme de diffusion du documentaire d’auteur, et retrouvez sur Mediapart une sélection de 4 documentaires.

02 Nov

Le cinéma : la star des Pays de la Loire

César_d'honneur_1993_—_Gérard_Oury_(centré)

Et le César de la meilleure sortie culturelle est attribué… au Cinéma !

Le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) vient de publier la Géographie du Cinéma 2016, une étude complète par région, département, commune,… sur l’évolution du nombre de salles et leur fréquentation. C’est un véritable « Voyage à travers le cinéma français » qui nous est ainsi proposé.

Il apparaît que le cinéma fait partie des loisirs préférés des français et particulièrement des jeunes, ils aiment aller dans les salles obscures et avec ses 5843 écrans : du multiplex au petit cinéma associatif de quartier, il y a « L’embarras du choix ».

La France détient le premier parc cinématographique d’Europe et cette année « La vie est belle » avec une hausse de 1.7% du nombre de salles. Et « C’est arrivé près de chez vous » car cette progression s’accompagne d’un ancrage territorial unique permettant ainsi à près de 70 % de la population de disposer d’un cinéma à proximité de chez eux.

affiche

« L’enquête » étant très complète, prenons 2 critères de comparaison : le nombre de communes équipées et l’indice de fréquentation (rapport entre les entrées et la population d’une zone géographique donnée)

Dans cette étude, les Pays de la Loire se font « Une place au soleil », en étant la 4ème région en indice de fréquentation et le cinéma français y est à l’honneur avec 41,9 % de la programmation.

Si l’on détaille par département, en Loire-Atlantique « La vie est un long fleuve tranquille », c’est le 2ème en France en nombre de communes équipées (Vendée 16ème, Maine-et-Loire 29ème, Sarthe 59ème, Mayenne 71ème). Et le 5ème en indice de fréquentation (Maine-et-Loire 45ème, Sarthe 46ème, Vendée 57ème, Mayenne 72ème)

Mais si l’on fait un « Duel » par zone urbaine de plus de 50000 habitants, c’est La Roche-sur-Yon qui tire très nettement son épingle du jeu avec un taux de fréquentation de 11.46% contre 6.04% pour Nantes.

Entre les communes aussi, les différences y sont flagrantes, et certains résultats sont assez étonnants, ainsi c’est Saint-Saturnin en Sarthe qui joue « L’invité surprise » avec une fréquentation bien au-dessus de celle de Laval ou d’Angers.

Cette enquête à l’interface dynamique permet de visualiser un bon nombre de critères, alors, à vos claviers pour trouver votre département ou comparer votre commune !

Géographie du Cinéma 2016

A noter qu’en 2016 c’est le film « Les Tuche 2 » qui a réalisé le plus d’entrées en Pays de la Loire. A méditer …

Références citées : 

  • « Voyage à travers le cinéma français » de Bertrand Tavernier
  • « L’embarras du choix » d’Eric Lavaine
  • « La vie est belle » de Franck Capra
  • « C’est arrivé près de chez vous » de Rémy Belvaux et André Bonzel
  • « L’enquête » de Vincent Garenq
  • « une place au soleil » de George Stevens
  • « La vie est un long fleuve tranquille » d’Etienne Chatiliez
  • « Duel » de Steven Spielberg
  • « L’invité surprise » de Georges Lautner
  • « Les Tuche 2 » d’Olivier Baroux