24 Fév

Le meilleur du cinéma 2017 pour les enfants

Avec l’arrivée des vacances, le festival de cinéma Télérama Enfants tombe à pic ! Rendez-vous dans vos salles obscures en famille jusqu’au 6 mars.

Pour cette 2ème édition, redécouvrez une sélection des 11 meilleurs films pour enfants projetés pendant l’année 2017 mais aussi 3 avant-premières… 

Dans la région, plusieurs cinémas proposent cet événement :

Cinéma Jacques Tati à St Nazaire

Un choix de 6 films, pour petits et grands : 2 avant-premières, 1 grand classique, 1 conte qui en contient plusieurs, 1 programme de courts-métrages hauts en couleurs et la dernière merveille des studios Pixar. Durant toute la quinzaine sont proposés aux enfants : des goûters, un concours d’affiches, un quizz ludique avec des cadeaux à la clef !

Le programme du Jacques Tati

Cinéma Les Cinéastes au Mans

Les enfants de 3 à 6 ans seront charmés par La ronde des couleurs. Les plus grands seront passionnés par les aventures rocambolesques de Agatha, ma voisine détective. La Vallée des loups, nous emmènera à la rencontre des loups sauvages dans leur milieu naturel. Le patrimoine sera également à l’honneur avec Cadet d’eau douce de Buster Keaton, un classique intergénérationnel proposé en version restaurée.

Le programme Les Cinéastes

Cinéma Les 400 coups d’Angers

Une sélection de 7 films dont  Paddington 2 ou Des trésors plein ma poche sont proposés. Des séances avec des goûters, mais aussi des rencontres avec Simon Astier réalisateur-plasticien ou Romain Ollivier de la librairie Azu Manga.

Le programme Les 400 Coups

Cinéma Le Vox à Mayenne

Le Vox entraîne petits et grands dans les aventures de Croc-Blanc ou Le voyage de Lila en avant-première.

Le programme Le Vox

Cinéma Katorza à Nantes

A l’issue des projections de 7 films pour tous les âges, des animations et des goûters sont proposés.

Le programme du Katorza

Cinéma Le CEP à Vallet

Au programme cette année au Cep, 8 films, 2 avant-premières, et des animations sur certaines séances comme le très attendu ciné-concert qui suit la projection de Polichinelle et les contes merveilleux.

Le programme du CEP

Cinéma St Joseph à Pornic 

Des projections avec des ateliers et des rencontres notamment avec Jocelyne Thomas photographe et auteur.

Le programme du St Joseph

Pour bénéficier du tarif festival (3,50€ par personne et par séance ) il vous suffit de présenter à la caisse, dûment rempli, le pass pour 2 personnes à découper dans les Télérama des 21 et 28 février.

 

16 Fév

Le festival Montre ton court! recherche des films

Réalisateurs de Loire-Atlantique, cet appel est pour vous !
bis
Le cinéma Saint-Paul de Rezé recherche des films pour son festival de courts-métrages qui aura lieu le 25 mai.
Les critères :
Les films ne doivent pas excéder les 7 minutes, tous les genres cinématographiques sont acceptés, les réalisateurs impérativement résidents de Loire-Atlantique peuvent être des écoles, associations ou candidats libres sans de limite d’âge.
Tous les courts-métrages doivent être envoyés au cinéma avant le 15 mars.
Une sélection de 10 films sera faite par les bénévoles de l’association du cinéma Saint-Paul de Rezé pour être ensuite présentée aux spectateurs.
Le festival se déroulera le vendredi 25 Mai 2018 dans la grande salle du cinéma, les réalisateurs sélectionnés seront présents pour des moments d’échanges, et à l’issue des projections c’est le public qui désignera son favori.
Le réalisateur gagnant verra son film projeté plusieurs fois dans le cinéma.
►Toutes les infos et règlement sur le site du cinéma

13 Fév

Cinéma Parlant met à l’honneur la langue de Goethe sur grand écran

L’association Cinéma Parlant d’Angers présente la 11ème édition de la semaine de cinéma de langue allemande du 14 au 20 février au cinéma Les 400 Coups.

allemagne

Cette semaine est l’occasion de découvrir à travers une sélection de 7 films, la richesse du cinéma allemand d’aujourd’hui.

Des rencontres avec des enseignants et des échanges avec l’université d’Angers sont prévus et toutes les œuvres sont diffusées en version originale sous-titrée, une base d’apprentissage originale de la langue de Goethe !

Cet événement fait partie des actions menées par Cinéma Parlant.

Présente à Angers depuis 1976, cette association engagée, a pour vocation de coordonner des projets culturels et pédagogiques liés au cinéma et accompagnés par des professionnels de l’audiovisuel. 

LOGO_ACP_jaune2_avril10

Entretien avec Cécile Raynard, chargée de projets culturels au sein de l’association :

« Cinéma Parlant a été créée par un groupe de cinéphiles angevins fréquentant le cinéma associatif Le Club, devenu aujourd’hui le cinéma Les 400 Coups. Ces bénévoles souhaitaient amener de la parole autour des films projetés (d’où le nom de l’association). Quand Les 400 Coups sont devenus un cinéma privé, l’association Cinéma Parlant a poursuivi son partenariat avec ce cinéma, mais s’est aussi tournée vers d’autres activités, telles que les projets d’éducation à l’image. »

Et le champs d’action de l’association est impressionnant. Des projections, rencontres, ateliers de réalisation sont mis en oeuvre à travers des événements comme Films d’ici, sélection de courts-métrages dans le cadre du Festival Premiers Plans ou encore Docs d’ici, compétition de films documentaires pendant le Mois du documentaire.

Mais c’est vraiment l’éducation à l’image, le fil conducteur de cette association. Les actions en lien avec les enseignants, sont aussi bien à destination des plus jeunes que des collégiens, à travers une sélection de films et des mallettes pédagogiques adaptés aux différents âges. C’est un véritable travail de sensibilisation et de découverte de tous les genres cinématographiques. Cette volonté d’apprentissage est aussi présente avec Les ambassadeurs du cinéma, véritable réseau de relais du cinéma Art & Essai angevin dans les établissements scolaires.

L’idée est que les jeunes parlent aux jeunes !

Association militante et signataire de la Charte Culture et Solidarité, c’est surtout auprès d’un public éloigné à la culture que Cinéma Parlant oriente ses actions :

Avec Passeurs d’images l’association parle à un public qui, pour des raisons sociales, géographiques ou culturelles, n’est pas touché par une offre cinématographique. Le dispositif consiste à la mise en place d’ateliers de création audiovisuelle, afin de travailler avec des effectifs réduits et de créer du lien social dans un quartier. Il allie deux actions complémentaires : le voir et le faire, la diffusion et la pratique.

Ciné-vasion s’adresse aux détenus de la Maison d’Arrêt d’Angers, le but ici est de donner la parole aux détenus via le cinéma, en favorisant l’expression de soi et le débat. Cela contribue à maintenir le lien avec l’extérieur et participe à l’accompagnement des détenus dans leur développement personnel en vue de leur réinsertion.

Toutes ces actions sont possibles notamment grâce à des partenariats. Cécile explique que « le partenariat avec Les 400 Coups est historique. Celui avec Premiers Plans est tout aussi naturel, car nous avons des objectifs communs, notamment la formation du regard des jeunes spectateurs. La Ville d’Angers est le principal partenaire financier de Cinéma Parlant. Elle nous accompagne aussi sur la mise en place de certains projets. »

SA_2018_LOU_ANDREAS_SALOMELe lien avec le cinéma des 400 Coups a rendu possible les semaines de cinéma de langue allemande, espagnole, anglaise et italienne. « La première semaine créée a été celle de langue espagnole. » nous confie Cécile. « A cette époque (1991), ces films étaient plus rares, et peu connus du grand public. L’idée a donc été de les rassembler sur des semaines thématiques événementielles. Des enseignants ont très vite été associés à la démarche, et chacune des semaines est aujourd’hui programmée avec un comité d’enseignants (…) Cela permet aux élèves de collèges, lycées et universités de mieux se familiariser avec l’écoute de la langue, mais aussi de mieux appréhender les cultures des pays respectifs. »

►Rendez-vous du 14 au 20 février pour la semaine de cinéma de langue allemande.

►Retrouvez toutes les informations sur l’association Cinéma Parlant d’Angers

07 Fév

Festival Enfants des Toiles, parole à la jeunesse

enfants des toilesVenez découvrir l’histoire de Martin, Moonee, Shula ou Paméla du 9 au 17 février à l’Entracte de Sablé sur Sarthe avec le festival Enfants des Toiles.

Avec une sélection de 10 films venus de France, du Portugal, ou du Chili , ce festival donne la parole à des enfants, adolescents de ce monde, sur des thèmes forts comme l’émancipation, la différence, le bouleversement familiale,…

entracte

Pour la soirée d’ouverture, vendredi 9 février à 19h30, le public sera invité à rencontrer le jury, autour d’un verre et d’un buffet portugais.
À 20h30, projection de Tous les rêves du monde de Laurence Ferreira Barbosa, en présence de l’actrice principale Paméla Constantino-Ramos. Cette dernière sera présente à l’issue de la projection pour une rencontre avec le public.

enfants des toiles (2)

Un ciné-club avec Bonjour, le chef d’oeuvre sur l’enfance du réalisateur Yasujirô Ozu est prévu le dimanche 11 février à 11h00, la pédagogue Ghislaine Lassiaz proposera avant la projection, quelques pistes de lecture pour découvrir ce film japonais avec un regard averti. À l’issue de la projection, ces pistes serviront de base pour engager une discussion.

 

Samedi 17 février à 18h30, lors de la soirée de clôture, les prix du public et du jury seront dévoilés. Ghislaine Lassiaz animera un débat sur les films de l’édition 2018, elle sera entourée des jurés qui expliqueront leurs choix à cette occasion.

Et à 20h30, L’Entracte vous invite à découvrir le film lauréat du prix du jury 2018, projeté une dernière fois gratuitement.

►Toute les infos sur le site de L’Entracte

02 Fév

Rencontre avec Matthieu Haag, réalisateur de « L’Orphelinat »

Le réalisateur nantais, Matthieu Haag, présente en avant-première son premier long-métrage documentaire L’Orphelinat, mardi 6 février à 20h30 au Cinématographe à Nantes.

Pour sa première expérience sur un format long, Matthieu nous raconte sa rencontre avec le directeur d’un orphelinat à Hanoï et nous donne à appréhender la vie de cet homme, pour mieux nous conter une histoire universelle.

Sans titre (1)« Petit fils d’une immigrée slovaque venue en France à pied, je ne me sens nulle part chez moi. Lors d’une errance au Vietnam, je fais la rencontre d’un père adoptif en série, Monsieur Vu Tiên, qui me confie son histoire alors même que je ne parle pas sa langue. Débute alors un parcours initiatique sur ma place d’homme, et de père, fait de rencontres et de révélations.« 

 

Ce film est né d’une rencontre et la rencontre est ce qui résume le parcours atypique et surprenant de Matthieu Haag.

Je n’aimais pas aller au cinéma jusqu’à l’âge de 25 ans.

Voilà une entrée en matière pour le moins surprenante de la part d’un réalisateur. Matthieu explique : « j’avais un besoin de confrontation plus directe, de comprendre le monde« . Il devient scientifique, agrégation de physique, bac+5 en robotique, c’est ce que l’on appelle une tête… mais toujours en connexion direct avec l’humain.

C’est l’achat d’une caméra et sa curiosité pour la technique qui pousse Matthieu vers le cinéma. Il profite d’un voyage en Côte d’Ivoire pour faire l’expérience d’un film. Le virus est là. Dès lors, il devient un spectateur assidu, presque « gargantuesque », visionnant un film par jour, il a la maturité, la curiosité et se forge sa propre culture cinématographique. Le déclic a lieu devant To Be or Not to Be réalisé par Ernst Lubitsch en 1942, « on peut faire passer de telles émotions ! » Il découvre aussi les films de fiction et de documentaire d’Alain Cavalier, et croise le réalisateur angevin Pascal Bonnelle, avec qui il collabore sur certains projets.

Il maîtrise de plus en plus la narration, le montage, … et se bâtit une expérience dans le documentaire.

Le documentaire, c’est aller saisir des choses qui existent déjà.

En 2008, Matthieu décide de passer à la fiction, pour se confronter à une écriture différente et à la direction d’acteurs. Plusieurs de ses courts-métrages sont remarqués comme Etat des lieux (2012) ou Un parfum de Liban (2014) qui sera sélectionné dans de nombreux festivals et qui obtiendra 5 prix.

Son désir de cinéma est là, mais c’est une rencontre qui va amener Matthieu Haag à réaliser L’Orphelinat.

« Un ami me contact pour faire un film institutionnel sur une ONG en Asie du Sud Est. Le deal : je n’étais pas rémunéré mais je bénéficiais d’une équipe sur place et de 20 jours de tournage en plus pour faire un film » raconte Matthieu. Il écrit alors une fiction, mais sur place le projet n’aboutit pas. Et c’est une rencontre qui va tout changer, il fait la connaissance du directeur d’un orphelinat à Hanoï, se lie d’amitié avec lui et filme ce vieil homme qui lui raconte sa vie.

Matthieu rentre en France avec des rushs dont il n’a pas toute la traduction, le temps passe. « Lors d’une soirée, je fais la connaissance d’un vietnamien installé en France depuis de nombreuses années, qui me propose de traduire les propos du directeur de l’orphelinat ». A l’issu des traductions, Matthieu est décidé, il va faire un film sur Monsieur Vu Tiên et son incroyable histoire. Après un mois d’écriture, il retourne à Hanoï, compléter le tournage.

orphelinat (3)

Mais un problème se pose : produire le film. Et là encore, c’est une rencontre qui va faire aboutir ce projet. Après quelques refus, Matthieu prend contact « au culot » avec la productrice d’Alain Cavalier, qui au vu d’un premier visionnage donne son accord. « Assis au bureau de cette femme qui a côtoyé Clint Eastwood ou Orson Wells, je vis un rêve ! »

Rêve qui devient réalité : L’Orphelinat sort en avant-première à Nantes, bientôt à Paris. Matthieu Haag espère une projection à Hanoï, des sélections en festival. Mais un autre challenge s’ouvre à lui : trouver un distributeur pour donner à voir l’histoire de Monsieur Vu Tiên au plus grand nombre.

Il y a un avant et un après cette expérience.

►Rendez-vous mardi 6 février à 20h30 au cinématographe à Nantes, la projection sera suivie d’une rencontre (bien évidemment !) avec Matthieu Haag

►Au cœur du Vietnam à l’espace Cosmopolis du 1er au 18 février avec l’Association Amitié Vietnam Loire-Atlantique, Matthieu y propose une exposition Polaroïds Grand Format, des photographies de portraits qui invitent à suivre son itinéraire de tournage au Vietnam.