23 Mar

Les Pyrénées se réveillent sous la neige

Cauterets ce jeudi 23 mars ©Cauterets

Cauterets ce jeudi 23 mars
©Cauterets

Elle était annoncée et elle est bien arrivée. La neige est tombée dans la nuit de mercredi à jeudi en moyenne altitude dans les Pyrénées à quelques jours du début du printemps. Rien de rare à cela mais un retour à des conditions hivernales un peu surprenant après les jours précédents marqués par une grande douceur.

L’ensemble de la chaîne des Pyrénées est concernée ce jeudi matin par les chutes de neige. Celle-ci est tombée jusqu’en moyenne altitude aux alentours de 1000m. Voici pour le plaisir de yeux quelques photos des villages et des paysages. La prudence est recommandée pour la circulation et les équipements spéciaux sont obligatoires.

Au Pic du Midi

Dans les stations de ski

Au Mourtis (31)

Vue de Pau

En vallée d’Aure

Cauterets

Aragon, Espagne

Quelque part depuis la plaine

Une bonne nouvelle pour les skieurs qui souhaitent prolonger la saison.

21 Mar

Hautes-Pyrénées : les Pyrénées vues des villages en hiver

©France 3 Occitanie

©France 3 Occitanie

Dans les villages pyrénéens, même en hiver, la vie fourmille. Entre les personnes âgées, les éleveurs et ceux qui travaillent dans les stations de ski ou sur les installations hydroélectriques, la vie y est parfois rude. Direction les vallées d’Aure et du Louron dans les Hautes-Pyrénées.

Que se passe-t-il dans les Pyrénées quand on n’est pas sur les skis ? Toute une vie qu’ignorent totalement les touristes, et qui gardent pourtant les montagnes vivantes.
Immersion dans ce chapelet de petits villages qui jalonnent la vallée d’Aure et du Louron, dans les Hautes-Pyrénées, derrière leurs habitants, et leurs professions montagnardes. Parfois elles gravitent autour des stations de ski et des touristes, mais avec des activités à des années lumière du skieur. Exemple type à Soulan, le tout petit village qui préexistait à St Lary-Soulan, la station de ski, dans la vallée d’Aure.

Plus il y a de la neige, plus les skieurs sont contents, et plus les facteurs, les infirmières et les boulangers ambulants se décarcassent pour arriver jusqu’à leurs patients/clients souvent enfouis dans la neige dans ces petits villages d’altitude. ce sont essentiellement des personnes âgées, voire très âgées.
Nous suivons Cécile, une aide à domicile. Nous, on appellerait ça une randonnée pleine neige; elle c’est sa mission : réussir à atteindre ses vieux habitants qui l’attendent. Et elle y met sacrement du coeur, et des jambes et elle est tellement appréciée qu’elle fait partie des familles qu’elle visite. Comme une fille de la maison. Des Céciles, il en faudrait 10 fois plus dans ces coins de Pyrénées où les vieux sont de plus en plus livrés à eux même, faute de postulant aux métiers d’aide à domicile, vital, et trop mal payé.

Nous allons à Aulon, rencontrer une chevrière qui a monté sa « fabrique de laine mohair » il y a trente ans, et qui transmet ces jours-çi une « entreprise d’avenir »à une jeune. Aulon, petit village d’altitude qui fait souvent parler de lui pour ses « célèbres » avalanches, et sa route régulièrement coupée. C’est dans ce splendide bout du monde que Christiane a monté sa chèvrerie il y a trente ans; les skieurs et les touristes sont ses alliés, et l’essentiel de sa clientèle. Ce qui fait qu’aujourd’hui, cette pionnière « inconsciente » ou visionnaire, celle qui « élevait 3 chèvres » dans les Pyrénées, d’il y a trente ans peut transmettre une entreprise saine, et totalement avant-gardiste dans le domaine environnemental à une jeune…parisienne!

Dans les Hautes-Pyrénées, tout au fond de la vallée du Louron, au pied de la montagne, la centrale hydroélectrique de la SHEM, (société hydro electrique du Midi) turbine l’eau de la montagne depuis 88 ans. Des générations y sont passées; un village d’altitude a même existé, avec école de montagne intégrée.
Aujourd’hui ils sont encore 15; et de précurseur pour l’irrigation, cette centrale est aujourd’hui, malgré son âge, à la pointe des énergies nouvelles, en produisant son électricité « propre ».

20 Mar

L’incroyable précision de la photo d’une vallée pyrénéenne prise par l’astronaute Thomas Pesquet

La vallée d'Ossau vue de l'ISS - 20 mars 2017 ©ESA

La vallée d’Ossau vue de l’ISS – 20 mars 2017
©ESA

L’astronaute français Thomas Pesquet se trouve à bord de la station spatiale internationale. Il photographie et publie régulièrement sur les réseaux sociaux des photos de la Terre. Après la chaîne des Pyrénées sous la neige, c’est un cliché d’une rare précision de la vallée d’Ossau qu’il a été pris en mars. Quelle vue depuis l’ISS !

Fabuleuse, cette photo de la vallée d’Ossau de la quinzaine de km qui séparent Laruns d’Arudy dans les Pyrénées-Atlantiques. Prise à l’aplomb depuis la station spatiale elle donne une vue plongeante sur la vallée, accentuant l’ampleur du relief, la profondeur du champ.

>>> lire aussi : l’astronaute Thomas Pesquet nous envoie une photo des Pyrénées depuis l’ISS

16 Mar

Les images féeriques d’un ciel de mars dans les Pyrénées

©Capture écran

©Capture écran

Le ciel nous réserve parfois de belles surprises. Ce fut le cas le 9 mars dernier où le ciel de Saint-Lézer, un village situé à quelques kilomètres de Tarbes dans les Pyrénées, s’est déroulé en tableaux plus féeriques les uns que les autres. Un spectacle rare et superbe à la fois.

Que la nature est belle ! Il suffit de regarder la vidéo réalisée par Reine Deschamps le 9 mars dernier pour en avoir la confirmation. C’est le ciel qui méritait toute l’attention car il a offert tout au long de la journée un spectacle éblouissant sous la forme d’Altocumulus flocus virgae. Des nuages qui donnent l’impression de s’effilocher.

Quelques minutes rares et magiques :

13 Mar

Les Bouillouses : un refuge en hiver dans les Pyrénées

Refuge des Bouillouses ©France 3 Occitanie

Refuge des Bouillouses
©France 3 Occitanie

Le refuge des Bouillouses est l’un des rares refuges des Pyrénées à accueillir du public en hiver. Situé dans les Pyrénées-Orientales, il est une destination incontournable pour les promeneurs en raquettes ou les skieurs de randonnée. Immersion en plein cœur de l’hiver dans la vie du refuge.

Seuls quelques refuges restent ouverts en hiver. Mais avant de s’y restaurer et réchauffer, il faut y accéder. La montée en raquettes est une balade féérique au milieu de payages magnifiques.

Un refuge de montagne ne ressemble pas à un phare ou à une ile déserte. Les gardiens ne sont pas des ermites. Ils vivent meme au coeur d’une activité fébrile. Les jours de beaux temps, les randonneurs affluent. ils s’activent,comme dans n’importe site soumis à une pression touristique forte. A une différence près. Ils travaillent à deux mille metres d’altitude et dehors il y a deux mètres de neige.

Situé entre les Angles et Font Romeu dans les Pyrénées Orientales, le refuge des Bouillouses est un des rares refuge ouvert dans les Pyrénées en >Hiver. Situé à 4km et demi du plus proche parking son gardien ne peut compter que sur sa motoneige pour en assurer le ravitaillement.

Le club Alpin français gère le refuge des Bouillouses. Il le maintient ouvert l’hiver pour organiser ses formations neige et glace. Mais bien d’autres usagers y montent par leurs propres moyens pour profiter de la nature.

Un refuge en hiver, un feuilleton signé Marc Raturat et Eric Coorevits.

21 Fév

Le rider VTT, Alexis Righetti, partage ses plus belles gamelles

capture écran

capture écran

On aime partager avec vous les plus belles vidéos des aventures d’Alexis Righetti, rider VTT, spécialisé dans les ascensions et les descentes hivernales. De beaux exploits qui ne vont pas sans d’impressionnantes chutes. Il nous propose une vidéo de ses plus grosses gamelles.

Pratiquer le VTT en haute montagne, en hiver. C’est un effort engagé et risqué. Et on en a la preuve avec cette compilation de chutes toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Entre terrain fragile, erreur de pilotage, pente glissante …. les occasions de faire un vol plané sont multiples.

Alexis Righetti s’en sort avec de belles frayeur et quelques ecchymoses. On le regarde « se gameler » avant de se régaler de ses prochains films.

17 Fév

Ça va bien pour les gypaètes barbus des Pyrénées

Couple de gypaètes barbus en couvaison en vallée d'Ossau ©Didier Peyrusqué

Couple de gypaètes barbus en couvaison en vallée d’Ossau
©Didier Peyrusqué

Douze des quatorze couples qui vivent dans le Parc National des Pyrénées couvent leur oeuf. Une bonne nouvelle pour l’avenir de cette espèce, fragile et menacée. Il semble que les rapaces aient trouvé des conditions de vies idéales pour construire « leur nid ».

Il faut savoir que le nombre de naissance chez les gypaètes barbus est faible. En moyenne, un couple donne 1 jeune à l’envol tous les 3 ans. Ce qui fait de ces douze couples en couvaison une excellente nouvelle pour le maintien de la population dans les Pyrénées. 

Les oiseaux vivent plus de trente ans, mais ils ne commencent à vivre en couple qu’à partir de 6 ou 7 ans et ce n’est qu’alors qu’ils entament les cycles de reproduction qui durent 10 mois. Quand à l’oeuf il faut entre 52 et 53 jours de couvaison pour éclore. Les naissances sont attendues pour le mois de mars. 4 mois seront nécessaires avant que le gypaéton ne puisse prendre son envol.

4 couples vivent en vallée d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques) et 3 autres en vallée d’Aure (Hautes-Pyrénées). En tout ce sont quatorze couples qui sont suivis par la Ligue de Protection des Oiseaux des Pyrénées en partenariat avec le Parc National des Pyrénées. Un quinzième couple a également été détecté par les gardes moniteurs dans le Béarn.

31 Jan

Vidéo : une journée de ski free ride paradisiaque à Guzet

capture écran

capture écran

C’était le 18 janvier 2017. Une journée aux conditions parfaites pour pratiquer le ski free ride. Ciel impeccablement bleu, neige poudreuse à foison, le domaine de la station ariégeoise de Guzet, ses alentours, ses crêtes, ses forêts, un terrain de jeu varié pour pratiquer le ski en toute liberté.

Ils ne sont pas si nombreux les jours de l’hiver où les conditions pour pratiquer le ski sont optimales. Le 18 janvier dernier c’était incontestablement le cas. La vidéo publiée par Flo P est un festival de beaux paysages blanchis, d’image de glisse sportives et parfois acrobatiques.

Ça fait du bien au moral et on vous le montre :

27 Jan

La station de ski de Saint-Lary vue dans haut

Capture écran

Capture écran

Une belle vidéo qui permet de se rendre compte de l’étendue du domaine skiable de Saint-Lary, de sa situation privilégiée dans la vallée d’Aure, dans les Hautes-Pyrénées. Depuis les pistes au panorama grandiose on peut admirer la beauté sauvage des plus hauts sommets comme le Tramezaïgues, le mont d’Aret ou encore le Néouvielle.

Découverte aérienne du domaine skiable de la station dans les secteurs de Pla d’Adet et d’Espiaube :

2017 Saint Lary VDCiel janvier from Nicolas BONNEAU on Vimeo.

 

19 Jan

Quand les gendarmes s’entraînent à retrouver les victimes d’avalanche

Le chien dégage la personne ensevelie. ©Maria Laforcade / France 3 Midi-Pyrénées

Le chien dégage la personne ensevelie.
©Maria Laforcade / France 3 Midi-Pyrénées

Le chien est le meilleur ami de l’homme, c’est aussi vrai pour les gendarmes spécialisés dans le secours montagne. Ils travaillent avec des bergers belge pour localiser et dégager les personnes ensevelies sous des avalanches. 25 compagnies de gendarmes existent en France et pour la première fois, elles sont dans les Pyrénées pour des exercices grandeur nature.

Notre équipe les a suivi pendant une journée de stage :


Les gendarmes de haute montagne en stage dans les Pyrénées pour s’entrâiner à la recherche des victimes d’avalanches

Toutes les équipes cynophiles spécialisées dans le sauvetage avalanche sont en stage à Barèges depuis la semaine dernière. Les gendarmes font un stage annuel de remise à niveau qui sert à la fois à vérifier les compétences des équipes déjà en activité et de stage de fin d’études pour ceux qui sont encore en formation.

Ils réalisent des exercices grandeur nature lors desquels ils enterrent une personne sous la neige. L’équipe doit alors la retrouver.

En 40 ans d’existence, c’est la première fois que les gendarmes viennent faire un stage dans les Pyrénées. 25 équipes sont réparties entre les différents massifs français. Elles sont aidées par des chiens de race Berger belge Malinois.

L’exercice en quelques photographies :