23 Mai

Du 24 au 28 mai, l’Explos film festival fête ses 10 ans à Ax-les-Thermes

Capture d'écran tirée du film "D'un rêve à l'autre"

Capture d’écran tirée du film « D’un rêve à l’autre »

Dix ans d’existence et des dizaines de films de sport de montagne et d’aventure en France. Au fil des ans, l’Explos film festival a fait son nid sur le territoire pyrénéen. Pour son 10ème anniversaire, 4 soirées sont programmées du 24 au 28 mai. Des films d’aventures avec des images à couper le souffle et des rencontres passionnantes.

Avec notamment la projection des films :
Lignes de Julie Guignier et Clément Perotti. Mathieu Maynadier, Pierre Labbre, Mathieu Détrie et Julien Dusserre ont un nouveau projet : un « 7000 » dont le sommet est vierge, en technique alpine transposée en Himalaya : le style le plus dur et le plus pur. A travers cette expédition, « Lignes » essaie de répondre à la question « pourquoi grimpe-t-on sur les montagnes ? »

Entre ciel et cimes de Nicolas Hairon et Jérémie Chenal. Le film suit les expérimentations en parapente de Julien Irilli dans la région d’Annecy et du Mont Blanc, entre évolutions techniques, ascensions de sommet et descentes aériennes.

Beriman de Ben Stookesberry, Reel House média (US), 2016, 26 mn avec Ben Stookesberry, Chris Korbulic. Un film incroyable de kayak extrême sur une rivière perdue au cœur de la Papouasie Nouvelle Guinée.

Alpine Line de Yann Borgnet et Guillaume Desmurs. L’aventure peut se vivre à deux pas de chez soi, un hymne à l’amitié et à l’humilité.
C’est ce qu’on voulu se prouver Yoann Joly et Yann Borgnet, 21 et 23 ans, en s’engageant dans l’Alpine Line, une grande traversée des Alpes non motorisée qui les ont menés du Monte Cinto Corse au Triglav Slovène, en passant par le Mont Blanc.

Petit tour dans le programme des projections avec le teaser du festival :

Explos film festival

16 Mai

« Nuit sur la brèche et autres récits haut perchés »: les savoureuses anecdotes d’un randonneur-reporter des Pyrénées

Nuit sur la brèche et autres récits haut perchés Editions Gypaète

Nuit sur la brèche et autres récits haut perchés
Editions Gypaète

Il y a des métiers qui laissent envieux les amoureux des Pyrénées qui restent coincés à longueur de  journée devant leur ordinateur. Pour Patrice Teisseire-Dufour le quotidien est tout autre car il est reporter pour Pyrénées Magazine. Et dans son dernier recueil « Nuit sur la brèche et autres récits haut perchés », il nous fait partager les anecdotes les plus savoureuses de ses randonnées reportages.

Les anecdotes vécues par Patrice Teisseire-Dufour à travers ses pérégrinations dans les Pyrénées nous emmènent loin de notre quotidien dans l’univers sauvage des Pyrénées. Un univers parcouru pour les besoins d’un reportage avec ses impératifs, ses contraintes mais aussi ses surprises et ses moments forts en émotion. Des parenthèses aventurières que les randonneurs du dimanche ont rarement l’occasion de vivre dans les mêmes conditions.

Des récits à picorer au coin du feu ou sur une terrasse ensoleillée loin des turpitudes de la ville.

Nuit sur la brèche et autres récits haut perchés de Patrice Teisseire-Dufour.
Editions Gypaète.

 

 

31 Jan

Roger, 90 ans, bon pied bon oeil, toujours sur les skis

Roger, skieur nonagénaire ©Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

Roger, skieur nonagénaire
©Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

A 90 ans, Roger est un homme heureux. Il profite encore des plaisirs de la glisse, comme ici sur les pistes de Luz-Ardiden dans les Hautes-Pyrénées.

Mon médecin m’a dit de rester sur les pistes vertes… Donc je ne fais plus les noires !

Rencontre avec le sympathique Roger, un skieur pas comme les autres : à 90 ans, malgré un rein en moins et un stimulateur cardiaque, ce skieur originaire de la Dordogne vient chaque hiver s’amuser sur les pistes de Luz Ardiden où il s’installe avec sa caravane.

Nous l’avons suivi sur les pistes :

23 Août

Hautes-Pyrénées : le moulin de Saoussas à découvrir en famille

Moulin de Sassousas, près de Loudenvielle (65) ©France 3 Midi-Pyrénées

Moulin de Sassousas, près de Loudenvielle (65)
©France 3 Midi-Pyrénées

Il n’y a pas que les chemins de randonnées à parcourir dans les Pyrénées. Les vallées regorgent de trésors à découvrir pendant les vacances. C’est le cas du moulin de Saoussas situé dans le Louron. Les meules fonctionnent encore à la seule force de l’eau. Une pause à apprécier autour des métiers d’antan dans un cadre apaisant.

Le Moulin de Saoussas propose un véritable musée où l’on découvre l’activité meunière telle qu’elle était pratiquée dans les Pyrénées. A côté de la meule, un véritable musée met en valeur  les objets et outillages utilisés entre les XVIII et XIX siècle. Le visiteur est invité à voir fonctionner la meule qui tourne et broie le grain à la seule force de l’eau. L’énergie hydraulique fait partie de l’histoire économique de la chaîne. Depuis toujours elle est utilisée pour irriguer, moudre ou encore produire de l’énergie et de l’électricité.
La scierie qui jouxte le moulin est également d’époque.

Dans un cadre verdoyant et apaisant, le moulin de Saoussas constitue une intéressante pause entre deux randonnées. Visite guidée en images.


Visite au moulin de Saoussas dans les Hautes-Pyrénées

 

19 Août

Ils sont allés tester le VTT de descente sur la piste noire du Céciré à Luchon-Superbagnères

Capture écran ®France 3 Midi-Pyrénées

Capture écran
®France 3 Midi-Pyrénées

L’été les VTT se substituent aux skis dans les stations de ski. Une nouvelle expérience de VTT de descente est possible, cet été, sur la piste noire du Céciré de la station Luchon-Superbagnères, la plus longue des Pyrénées. Pour la période estivale, le télésiège, mis en service l’hiver dernier, est équipé d’un système qui permet d’embarquer les vélos.

Quand arrive l’été, les pentes abruptes des pistes de ski accueillent des fous de vitesse et de sensations fortes : les VTTistes de descente. L’objectif : descendre le plus vite possible sur un VTT, spécialement conçu pour l’exercice, les pentes herbeuses sur des parcours aménagés de virages relevés ou passerelles. Cette activité sportive en plein essor dans les Pyrénées attire un public plutôt jeune qui n’est pas effrayé par le risque de chutes. Chutes qui peuvent s’avérer spectaculaires comme on le voit dans le reportage. Les cyclistes sont d’ailleurs équipés d’un équipement de protection équivalent à celui des motards.

Pour la première fois et jusqu’au 28 août, il est possible de dévaler la piste noire du Céciré, la plus longue piste de VTT de descente des Pyrénées avec 1500m de dénivelé. Un départ à 2200 mètres d’altitude que l’on atteint grâce à un télésiège. Vous allez le voir, l’exercice apparaît technique et physique.

Le VTT de descente un sport technique et physique

20 Juil

Préhisto’night : dans la peau d’un homme de Cro-Magnon

9

©Parc de la préhistoire de l’Ariège

Préhisto’night est une animation du Parc de la Préhistoire de l’Ariège. Son principe : s’immerger le temps d’une nuit dans la peau de nos ancêtres, les hommes de Cro-Magnon. 5 dates sont encore possible. Une expérience inédite et unique qui s’adresse à ceux qui veulent comprendre et tester la vie de leurs ancêtres.

5 nuits dans la peau d’un homme de cro-magon les 22 et 29 juillet – 5,11 et 19 août.

Retourner 40 000 ans en arrière à l’époque où les hommes de Cro-Magnon vivaient dans la haute vallée de Tarascon-sur-Ariège. Retrouver des gestes ancestraux pour mieux ressentir quel était leur mode de vie.
Les invités ont pour objectif de préparer leur nuit et le repas du soir avec les outils de l’époque.

Allumer le feu sans allumettes, tailler le silex qui servira à découper son repas, déjà tout un programme

©Parc de la préhistoire de l'Ariège

©Parc de la préhistoire de l’Ariège

Reproduire les gestes du chasseur et tenter d’atteindre une cible avec un lance sagaie

©Parc de la préhistoire de l'Ariège

©Parc de la préhistoire de l’Ariège

Préparer le campement et apprendre à partager l’espace avec les autres membres du groupe
Les groupes sont composés d’une quinzaine de personnes.

©Parc de la préhistoire de l'Ariège

©Parc de la préhistoire de l’Ariège

Fabriquer des lampes qui serviront à s’éclairer en soirée avant se glisser dans les peaux de bêtes pour passer la nuit dans le sac de couchage de l’époque.

©Parc de la Préhistoire de l'Ariège

©Parc de la Préhistoire de l’Ariège

Cette expérience à vivre plutôt en famille, permettra à chacun de prendre conscience de l’importance des techniques de survie de l’époque, de leur fragilité dans un univers hostile, du temps et des efforts nécessaires pour vivre, manger, s’habiller et également de l’habileté qu’il fallait déployer. Car tailler un silex pour en faire un ustensile utilisable est bien plus difficile qu’il n’y paraît à première vue.

Réservation obligatoire au Parc de la Préhistoire ou au 05 61 05 50 40

 

19 Juil

Le Pic du Midi : une expérience astronomique et gastronomique

Le ciel du Pic du Midi ©Club d'astronomie Urania 31

Le ciel du Pic du Midi
©Club d’astronomie Urania 31

On monte au Pic du Midi pour son panorama exceptionnel, mais pas seulement. On peut également y vivre une expérience mêlant gastronomie et astronomie. Ce sont les soirées étoilées au sommet du Pic du Midi.

Les visiteurs ont la possibilité de dormir au sommet à 2877m. En plus de la vue imprenable sur les Pyrénées et après un dîner gastronomique à base de produits du terroir, les touristes auront le privilège de découvrir les coulisses de l’Observatoire. Un animateur les guidera toute la soirée dans la découverte des constellations grâce aux lunettes des terrasses panoramiques. Même par mauvais temps, il y a toujours à voir dans le ciel. La Lune, par exemple, se montre dans ses plus beaux atours.

Puis, direction la chambre, confortable et rénovée, pour terminer une nuit commencée la tête dans les étoiles.

Voir le reportage de Marc Raturat et Olivier Denoun :

Le Pic du Midi : entre astronomie et gastronomie

13 Juil

Que faire l’été dans les Pyrénées quand il ne fait pas beau ?

®France 3 Midi-Pyrénées

®France 3 Midi-Pyrénées

Certes, il y a de beaux sommets et des randonnées extraordinaires dans les Pyrénées. Mais il y a aussi des vallées, des villages à découvrir riches en animations qui se tiennent tout au long de l’année en lien avec la saison. Quand, le temps n’est pas favorable à la randonnée, les touristes se mettent au repos pour profiter des animations dans les villages.

Artisanat, marchés, produits de l’élevage, avant ou après l’effort de la randonnée. On trouve dans les Pyrénées, de quoi se régaler. Les saveurs du terroir et la tradition montagnarde s’exposent sur les étals des marchés, c’est le cas notamment à Argeles-Gazost dans les Hautes-Pyrénées, où nous nous sommes rendus.
Le temps frais et finalement peu pluvieux ne décourage pas les touristes irlandais ou bretons qui quoiqu’il en soit ont bien l’intention de profiter de la montagne et de son environnement.

Reportage dans les Hautes-Pyrénées d’Amélie Poisson et Jean-Yves Bascands :


Que faire en cas de mauvais temps en vacances quand on est dans les Pyrénées ?

11 Juil

Tee-shirt et bermuda pour une séquence ski d’été dans les Pyrénées

Capture écran

Capture écran

Le ski d’été dans les Pyrénées c’est possible ! Un grand soleil, un réveil très matinal et quelques langues de neige est le tour est joué. La séquence ski ci-dessous a été enregistrée le 4 juillet dernier. Montée à pied puis à peau de phoques pour les derniers mètres sous le sommet du Pic du Midi.

Puis descente sur une neige humide et transformée, inégale et parsemée de quelques cailloux. Concentration nécessaire pour le ne pas se laisser embarquer dans une voie sans issue, mais souvenir inoubliable pour l’adolescent qui s’y essayait pour la première fois.

28 Juin

Les 4 maux du randonneur

©MaxPPP

©MaxPPP

Quelle est belle la montagne ! Certes mais pour en profiter en toute sérénité, voici quelques clés, souvent ignorées des listes de conseils publiées dans les guides de randonnée mais qui pourtant vous garantissent une promenade agréable.

Les ampoules

Aïe, aïe aïe. Impossible de prendre du plaisir avec les pieds en feu et l’envie pressante de se déchausser. Les ampoules, une véritable torture qu’il faut à tout prix éviter. Premier conseil de bon sens, ne jamais partir en longue randonnée avec des chaussures neuves. Elles ont besoin d’être « cassées » pour devenir votre meilleur allié. Pour ceux qui ont la peau délicate, acheter des chaussettes anti-ampoule, le résultat n’est pas garanti à 100% mais cela évite aux pieds de chauffer trop vite. Et munissez-vous de pansements spécifiques à poser avant le départ si vous savez où vont se situer les ampoules ou à la première sensation de brûlure. Sans ça vous n’irez pas loin.

Des chaussures inadaptées

Toujours, les pieds. Il faut dire qu’ils sont fortement mis à contribution. Ni trop grandes, ni trop petites, les chaussures sont LE matériel à choisir avec le plus d’attention. Faites confiance à vos sensations quand vous les achetez et prévoyez une demi pointure de plus pour les chaussettes, plus épaisses que celles des chaussures de ville. Pensez à l’espace nécessaire pour que vos petits orteils ne soient pas trop comprimés en descente. Ça fait très vite très mal. Inutile également de prendre trop grand. Vos appuis seront mauvais, inconfortables et le risque d’ampoules accru.

Un sac trop lourd

Quand vous le remplissez, une chose essentielle doit occuper votre esprit « vous allez devoir le porter ». Et là commence une autre histoire. On diminue de nombre de tee-shirt et une quantité trop importante de nourriture pour privilégier des vêtements fonctionnels respirants et légers. Des barres énergétiques adaptées, plutôt que le cake maison qui va arriver en miette. Bref on se renseigne et on met sur le dessus du sac ce dont on va se servir le plus souvent. En été, la casquette, la crème solaire et l’eau.
La bière on la boira une fois rentré. comme le dit l’adage « après l’effort, le réconfort ».

Le vêtement de pluie au fond du sac

En montagne, le temps change souvent parfois brutalement. Alors si vous avez le moindre doute sur la météo avant de partir, en cas de prévisions instables. L’habit pluie et vent doit se trouver à portée de main. Pas au fond du sac. Imaginez-vous sur une vire ou une pente glissante en train de déballer votre sac, pressé par la pluie d’orage. Vous risquez de perdre une partie du contenu de votre sac. Le mieux donc est d’anticiper.

Rassurez-vous, ces erreurs on les a toutes faîtes. Mais comme on aime partager, on préfère vous en faire part. Maintenant à vous de les prendre ou pas. Dans tous les cas, profitez bien des paysages somptueux et sauvages des Pyrénées. Et, on compte sur vous pour nous envoyer vos plus belles photos sur webtoulouse@francetv.fr.