06 Sep

Le club Alpin de Toulouse alerte sur les incivilités et les effractions autour du chantier du refuge de la brèche de Roland

©Club alpin français

Le refuge de la brèche de Roland (Sarradets) est fermé au public pendant ses travaux de réhabilitation. Un chantier en haute montagne, difficile, avec un calendrier serré, rendu encore plus compliqué en raison des actes de malveillance et des incivilités envers les personnes sur place. Son propriétaire le Club alpin français proteste.

Le club alpin de Toulouse est exaspéré et le fait savoir, notamment sur sa page facebook. L’hiver dernier alors que le refuge était entièrement fermé (même la partie hiver) un groupe de 7 à 8 personnes s’est introduit dans le bâtiment pour y passer la nuit. Des serrures ont été forcées, une fenêtre cassée. Si le CAF, propriétaire du bâtiment, ne déplore pas d’autres dégâts, c’était quand même un coup dur qui a alourdi le chantier, le remplacement de la fenêtre n’était pas prévu. Les intrus n’ont laissé aucun mot d’explications. Difficile de savoir s’il y avait une situation périlleuse ou non pour justifier l’effraction.
Le week-end dernier Armandine, gardienne des lieux pendent les travaux et en charge de préparer les repas des ouvrier sur place a été fortement agressée et insultée alors qu’elle refusait l’accès aux toilettes à un randonneur. Accès qui est totalement interdit pendant la durée des travaux pour des raisons de sécurité. Et alors même qu’un périmètre interdit au public est en place autour du refuge.

Le CAF est inquiet car ce type d’incidents n’est pas isolé. Les randonneurs entrent dans la zone de chantier, alors que c’est formellement interdit, laissent leurs déchets sur place ou ne respectent pas la zone de bivouac. Des comportements inexcusables pour Florent Roussy, assistant maître d’ouvrage pour la fédération française des clubs alpins de montagne.

Nous faisons notre maximum pour que le chantier avance le plus vite possible. Et nous avons une contrainte énorme, avec la météo. Actuellement nous entamons la dernière phase et nous nous donnons jusqu’à fin octobre maximum début novembre pour le boucler. Nous comprenons que les randonneurs soient gênés par la fermeture du refuge et nous mettons tout en oeuvre pour une ouverture le plus vite possible, or chaque incident est susceptible de contrarier retarder le chantier.

Le point sur les travaux
Le refuge est actuellement gardé 24h sur 24 et 7j sur 7. Entre 20 et 30 personnes pour mener à bien l’énorme chantier dont le coût total approchera les 4 millions d’euros. Dans les jours à venir le bardage en acier corten doit être posé sur le nouveau bâtiment. Malgré le retard accumulé, les aménagements touchent à leur fin dans un calendrier qui est très serré et soumis aux aléas de la météo.

Si le chantier avancent normalement, les travaux devraient être achevés avant l’arrivée de l’hiver. Une partie hiver restera ouverte. Et l’inauguration officielle devrait avoir lieu pour l’ouverture de la saison estivale 2019

nous a précisé Florent Roussy.

01 Déc

Pyrénées : le ski de fond en piste pour la saison

Plateau de Beille (hiver 2016) ©EG / France 3 Occitanie

Plateau de Beille (hiver 2016)
©EG / France 3 Occitanie

Les domaines de ski nordiques profitent aussi des bonnes quantités de neige. Le Somport (Pyrénées-Atlantiques), le Val d’Azun (Hautes-Pyrénées) et le secteur de La Calme (Pyrénées-Orientales) lancent leur saison ce samedi. Le plateau de Beille (Ariège) dès mercredi prochain.

25 à 30cm de neige ont recouvert les pistes. Toutes les équipes s’activent pour proposer le plus grand nombre de pistes aux amateurs de glisse pure. La saison démarre bien avec une ouverture dès ce samedi dans 3 des domaines majeurs des Pyrénées : le Somport avec 10 km de pistes, le Val d’Azun sur 25 km sur la piste menant au col de Bazès (25km), le secteur de la Calme sur une domaine de Font-Romeu.

Le plateau d Beille met tout en oeuvre pour ouvrir le mercredi 6 décembre avant le fête espagnole de l’Immaculada où les skieurs ibériques viennent  profiter des pistes du versant français des Pyrénées.
Le domaine du Capcir ne prévoit pas de lancer sa saison avant le 15 décembre prochain.

23 Nov

Le Pic du Midi propose la compétition de biathlon la plus haute d’Europe pour le Téléthon

©MaxPPP CHRISTIAN BRUNA

©MaxPPP CHRISTIAN BRUNA

Le Téléthon monte à 2877m cette année. Une compétition de biathlon ouverte à tous sera organisée au Pic du Midi lors de deux jours de festivités (8 et 9 décembre) dont une partie des bénéfices sera reversée au profit de la recherche contre les maladies génétiques.

Deux jours de défis et de découvertes (vendredi 8 et samedi 9 décembre) seront proposés aux visiteurs du Pic du Midi pour soutenir le Téléthon 2017. Parmi les moments forts, une compétition de biathlon sera ouverte au grand public, convié à se tester sur l’un des 5 pas de tir qui seront installés à 2877m. Ce qui en fait l’épreuve de Biathlon jamais réalisée en haute altitude en Europe.

Cette initiative est le résultat d’un projet mené par la Mairie de Bagnères de Bigorre, le Pic du Midi, l’Observatoire Midi Pyrénées et le Comité Départemental des Sports des Hautes-Pyrénées.

Les visiteurs auront aussi le privilège de pénétrer dans certaines coupoles astronomiques habituellement fermées au public et d’assister en toute fin des festivités à un lâcher de ballons biodégradables en signe amical à tous les malades et à tous ceux qui en souffrent indirectement.

Une partie des bénéfices des deux journées sera reversée au Téléthon 2017. 

06 Nov

Si les conditions le permettent la saison de ski dans les Pyrénées devrait débuter le dernier week-end de novembre

CC : David Domingo

CC : David Domingo

Les récentes chutes de neige donnent le moral aux amateurs de glisse. L’hiver attendu depuis plusieurs mois semble être arrivé. Les stations de ski annoncent des dates d’ouverture précoce. Piau Engaly (65) ouvrira le 24 novembre,  Les Angles (66) et Peyragudes (65) le 25 novembre, si toutefois les conditions d’enneigement sont au rendez-vous.

Les dates d’ouverture des domaines skiables des Pyrénées sont désormais connues. Un calendrier qui reste prévisionnel et très hypothétique si l’on tient compte des derniers hivers en fonction des caprices de la météo. L’optimisme est toujours de mise, avec comme souvent une première ouverture dès la fin novembre. Les stations de Piau Engaly, de Peyragudes et des Angles se positionnent pour attirer les plus impatients.

Les autres grands domaines des Pyrénées suivront.

Le 2 décembre avec :

  • Ax 3 domaines (Ariège)
  • Cauterets (Hautes-Pyrénées)
  • Le Val D’Azun (Hautes-Pyrénées)
  • Superbagnères (Haute-Garonne)
  • Le plateau de Beille (Ariège)
  • Luz Ardiden (Hautes-Pyrénées)
  • Barèges / La Mongie (Hautes-Pyrénées)
  • Saint-Lary (Hautes-Pyrénées)
  • La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques)
  • Pyrénées 2000 (Pyrénées-Orientales)
  • Formiguères (Pyrénées-Orientales)

Le 9 décembre :

  • Gourette (Pyrénées-Atlantiques)

Le 16 décembre :

  • Artouste (Pyrénées-Atlantiques)
  • Hautacam (Hautes-Pyrénées)

Le 23 décembre :

  • Gavarnie (Hautes-Pyrénées)
  • Val Louron (Hautes-Pyrénées)
  • Hautacam (Hautes-Pyrénées)

La première couche est bien tombée, le froid est au rendez-vous comme on peut s’en rendre compte ce lundi sur les pistes à Ax 3 Domaines

ou à Piau Engaly

03 Oct

Des Pyrénées à la Méditerranée en courant, 4ème édition de l’ultra trail 100 Miles Sud de France

©100 Miles Sud de France

©100 Miles Sud de France

Le trail des 100 miles Sud de France a pour originalité son parcours. Au départ de Font-Romeu à 1800m d’altitude dans les Pyrénées, il relie en 165km de sentier et 8000m de dénivelé la plage de la Méditerranée d’Argelés sur mer à 0m d’altitude. Pour cette 4ème édition (6 au 8 octobre), 750 trailers du monde entier seront au départ.

Du 6 au 8 octobre 2017, va se dérouler la 4e édition de la course à pieds « 100 Miles Sud de France« . Un ultra trail dont le tracé part des Pyrénées pour rejoindre 165km plus loin la Méditerranée, en avalant 8000m de dénivelé positif. Un parcours exigeant le long du GR10 et au cœur du Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes.  Les 750 traileurs prendront le départ vendredi 6 octobre à 10h, à 1800 mètres d’altitude à Pyrénées 2000 (Font-Romeu), pour arriver 24h plus tard – pour les meilleurs – aux pieds de la chaîne des Albères, sur la plage d’Argelès-sur-Mer.

Petit aperçu des paysages et de l’ambiance de la course :

Quelques chiffres :

La course est désormais intégrée à l’Ultra Mountain National Tour (UMNT – un circuit de référence national d’ultra trail). Il connaît un engouement de plus en plus fort. 100 à 150 nouveaux coureurs s’inscrivent chaque année. Parmi les 750 participants, 80% sont non-originaires du département des Pyrénées Orientales. Courent ensemble une centaine de coureurs étrangers de 17 nationalités prendront le départ.

Le record de la course appartient à l’aveyronnais Emmanuel Ripoche qui a bouclé en 2016 le circuit en moins de 24 heures (23h54’09″) – un record sur le 100 Miles Sud de France.

En parallèle de la course principale de 165km, deux parcours plus courts sont proposés : La Grande Traversée Sud de France (112 kilomètres au départ de Vernet-les-Bains) et La Traversée Sud de France (75 kilomètres, au départ d’Arles sur Tech). Le 100 Miles Sud de France est aussi une affaire d’équipes ! 25 équipes courront le 165km et le 112km en Relais Trio.

Les premiers coureurs sont attendus à Argelès-sur-Mer dès le samedi 7 octobre dans la matinée. Les derniers devraient, quant à eux, franchir la ligne dimanche 8 octobre vers 10h, après 48h d’effort.

22 Sep

Ariège : la PICaPICA, un ultra trail au parcours inédit au départ d’Auzat

Capture écran film Marathon du Montcalm 2017

Capture écran film Marathon du Montcalm 2017

Un nouveau défi sportif à destination des trailers aguerris s’organise en haute-Ariège. Son nom, la PicaPca, une course de 100 km tout rond pour 11 000 m de dénivelé positif qui s’adresse à des coureurs montagnards aguerris amateurs de relief et de passages techniques.

Le rendez-vous est donné le 16 août prochain aux 200 coureurs qui s’engageront dans cette course de l’extrême en haute-montagne. Pour l’association CapMoncalm et son président,Gilles Denjean, l’idée d’organiser un ultra en parallèle du Marathon du Moncalm (une course qui fait figure de pionnière dans le circuit des trails pyrénéens puisqu’elle existe depuis 29 ans) est l’aboutissement d’un long cheminement et d’une rencontre.
Au commencement, une idée : faire découvrir toute la vallée d’Auzat et son territoire sauvage et une rencontre, celle de Nahuel Passerat, un champion de l’ultra trail qui vit dans la vallée.

L’aventure est donc lancée. Le tracé de la course passera par 4 sommets de plus de 3000m d’altitude, le Moncalm, la pique d’Estats, le pic de Verdaguer et le Pic Sulo, dépassera les frontières de l’Ariège en passant par l’Andorre et l’Espagne. Car l’une des particularités de la vallée tient à sa situation géographique qui la relie par la montagne aux versants andorrans et espagnols. D’où le nom de la course PICaPICA, une déclinaison du mot « pic » en version ibérique et catalane.

Avec 100m de dénivelé par km, ce trail sera l’un des plus sportifs d’Europe

C’est ce qu’a voulu Nahuel Passerat en imaginant la boucle. Vainqueur de l’Euphoria et de la ronde des cimes en Andorre, il est un fin connaisseur des montagnes de la haute-Ariège. C’est son terrain de jeu pour préparer ses courses. Et c’est en reliant ses différents parcours d’entrainement qu’il a imaginé l’itinéraire de la PICaPICA. Un tracé où les passages techniques seront nombreux. Des cordes seront posées dans les 5 ou 6 passages les plus exposées, le chemin suivra des crêtes aériennes qui nécessitent une bonne maîtrise de l’environnement de haute-montagne.

C’est la course dont j’ai toujours rêvé mais cette année pour la première édition, je ne pourrai pas participer

nous a confié le trailer car il met son expérience et son savoir faire au service de l’organisation.

Une sélection à l’inscription

Pour ce trail très technique, le comité organisateur prévoit environ 200 coureurs au départ. Mais ne pourra pas s’inscrire qui veut. La difficulté de la course oblige, les trailers seront évalués sur la base des résultats des autres courses de montagne auxquelles ils auront participé. Car pour arriver jusqu’à la ligne d’arrivée, il faudra être un coureur rapide habitué de l’engagement physique et ayant pratiqué la course en montagne (sentier étroit, parfois engagé, descente de pierriers..).
Le départ se fera en soirée pour une arrivée 20h plus tard pour les plus rapides.
L’ouverture des inscriptions est prévue pour la fin d’année.

Et pour ceux qui ne souhaitent pas courir, il est aussi possible de faire partie de l’équipe de bénévoles qui assure la logistique et la mise en place de la course. Pour candidater rendez-vous sur le site internet.

 

05 Juil

« On s’y col » 4 dates pour grimper à vélo 4 cols mythiques des Pyrénées

Col du Soulor 2016 ©CDT 64

Col du Soulor 2016
©CDT 64

L’opération « On s’y col » permet aux cyclistes amateurs de vivre une expérience unique en grimpant les cols mythiques des Pyrénées fréquemment empruntés les cyclistes du Tour de France à l’assaut des Pyrénées. 4 cols pour 4 ascensions dont une nocturne. Premier coup de pédale le 9 juillet à la Pierre Saint-Martin. 

L’opération « On s’y col » créée en 2015 rencontre un succès croissant. 600 participants en 2015 et 1200 en 2016.  La troisième édition propose pour la première fois une ascension nocturne du col du Soulor, une nuit de pleine lune.

Le principe est simple et se veut convivial. C’est gratuit, les inscriptions sont ouvertes à tous, quelque soit son niveau. Les routes des cols sont pour l’occasion fermées à la circulation, ce qui permet d’aborder la montée à son rythme tout en profitant des paysages pittoresques des Pyrénées, du passage dans les villages aux lacets les plus hauts. Après l’effort un repas festif, accompagnés d’une la remise de tee-shirts et de diplômes, et pour la première fois l’organisation d’un jeu concours avec séjour à la clé.

4 cols des Pyrénées à grimper à vélo pour le plaisir :

  • Col de la Pierre-Saint-Martin, le dimanche 9 juillet
  • Col du Soulor en version nocturne, le samedi 22 juillet
  • Col de Bagargui, le dimanche 27 août
  • Col d’Aubisque, le dimanche 10 septembre

 

 

22 Juin

Les questions (pas si bêtes) que vous vous posez avant de partir en randonnée pour la première fois

Comme toute chose nouvelle, faire sa première randonnée en montagne et de préférence dans les Pyrénées, ne s’improvise pas. Vêtements, parcours, météo, nourriture sont autant de sujets pour lesquels il est indispensable de se renseigner. On fait le point.

Comment choisir ses chaussures ?

Des chaussures à votre pied

Sans chaussures, pas de randonnée possible. C’est le matériel indispensable sur lequel il faut porter toute son attention. On déconseille les chaussures neuves sorties de la boîte sans jamais avoir été essayées pour un premier départ. Prenez le temps de les tester pas nécessairement sur terrains accidentés. Si les nouveaux matériaux ont progressé, certains modèles trop rigides et certains pieds plus fragiles souffrent encore d’ ampoules et divers bobos. Une entrée en matière décourageante pour des premiers essais de marche en montagne. Faites-vous aider pour votre premier achat, il en existe pour tous les niveaux et toutes les ambitions.

Quels sont les vêtements dont on ne peut pas se passer ?

Des vêtements choisis en fonction de la saison

Sans pour autant se ruiner avec l’achat de vêtement très techniques, il faut est préférable de partir avec des affaires adaptées à l’effort physique. Un tee-shirt respirant, une laine polaire, un pantalon léger et dans lequel on est confortable. Un vêtement pour se protéger du vent et de la pluie. En montagne le temps change rapidement et il faut pouvoir se protéger rapidement. Dans le sac, on laisse une paire de gants et un bonnet. En altitude, il fait vite froid. Le thermomètre perd 1°C environ tous les 100m d’altitude. De la même manière, il faut toujours avoir avec soi des lunettes, un chapeau et une crème solaire.
Le sac à dos doit être adapté à votre morphologie. Inutile de prendre trop grand au risque de le charger et de caler en cours de randonnée, épuisé par le poids du sac-à-dos.

Comment choisir son parcours ?

Un parcours à votre portée

Il ne faut pas croire que la montagne plus c’est haut plus c’est beau. Et l’envie de grimper jusqu’au sommet donne des ailes. Pour la première fois, il vous faudra peut-être modérer vos envies. Se lancer dans l’ascension d’un sommet même de moyenne altitude peut vite se révéler au-dessus de vos limites. C’est aussi le cas des animaux domestiques qui vous accompagnent en sortie. L’objectif est de se faire plaisir, pas d' »en baver » au point de ne plus vouloir recommencer. Alors renseignez-vous sur le parcours. Le nombre de mètre de dénivelé permet d’établir le niveau de difficulté. On compte 300 m/heure pour un randonneur moyen (non débutant). Quand les distances à parcourir sont importantes, il faut pondérer la montée avec le dénivelé.

Comment consulter la bonne météo ?

La météo à évaluer avant le départ

Premier réflexe à avoir pour préparer sa sortie, consulter le bulletin montagne de Météo France sur le site ou par téléphone 08 99 71 02 XX. Les deux chiffres sont ceux du département dans lequel vous comptez randonner. La précision est importante car d’un bout à l’autre du massif des Pyrénées, les conditions météorologiques peuvent être radicalement différentes.
Si la météo est mauvaise (pluie, orage, neige) autant renoncer tout de suite à la randonnée et la programmer ultérieurement. S’il y a bien des éléments contre lesquels on ne peut lutter ce sont ceux-là. Pour un randonneur débutant, il s’agit tout simplement de bon sens. Déraisonnable de se mettre dans une situation galère dès son premier essai.

Alimentation, de quoi ai-je besoin ?

De l’eau et de la nourriture pour la balade et un tout petit peu plus

Qui dit effort, dit carburant. En montagne, les besoins en calorie augmentent avec la difficulté de la course et les conditions météo. S’il fait froid, l’organisme est mis à rude épreuve et prendre le temps de bien se nourrir est indispensable. Quand il fait chaud et avec la montée en altitude, les besoins en eau croissent. Pour que les muscles fonctionnent normalement, il ne faut pas être déshydraté. De l’eau dans des bouteilles plastiques, des encas énergétiques et un pique-nique pour les sorties à la journée sont suffisants. Choisissez des emballages légers et surtout pensez à les ramener dans la vallée. Et gardez quelques réserves au cas où la promenade durerait plus longtemps que prévu.

 

Parmi les autres précautions, prévenez vos proches de votre destination. Si vous avez les genoux fragiles, des bâtons vous aideront dans les descentes. Et prenez votre téléphone portable, il peut être d’un grand secours pour alerter. Et aussi faire quelques photos souvenirs.

 

27 Avr

La neige a fait son retour dans les Pyrénées

Neige en vallée d'Aure ©Philippe Villette - Scoop it vallée d'Aure

Neige en vallée d’Aure
©Philippe Villette – Scoop it vallée d’Aure

Avec la forte baisse des températures, la perturbation qui s’est installée sur la région apporte de la neige dès 600 à 800m. Ce jeudi matin, les villages se réveillent sous la neige. En moyenne altitude se sont plusieurs centimètres qui sont déjà tombés. Sur les routes les chaînes sont recommandées.

La neige est tombée tôt ce matin jusqu’à basse altitude

Ici en vallée d’Aure dans les Hautes-Pyrénées

Ici dans l’Ariège

En Cerdagne également plusieurs centimètres de neige sont tombés

Ou dans les Pyrénées-Atlantiques :

Les accès au tunnel de Bielsa ainsi qu’en Andorre nécessitent les équipements spéciaux. Quelques centimètres de neige suffisent à rendre la chaussée glissante.

La RN320 ©Dirso09

La RN320
©Dirso09

 

Prenez vos précautions si vous vous rendez en montagne.

16 Nov

Les merveilles des Hautes-Pyrénées vues d’en haut « Entre ciel et terre »

capture écran

capture écran

L’automne réserve souvent des surprises. Des ciels, des forêts, des reliefs qui éclatent en couleurs et en pureté. A travers une série de trois vidéos intitulées « Entre ciel et terre », composées d’images de drone, Eric Castaings sublime les paysages grandioses des Hautes-Pyrénées.

Trois volets vidéos pour savourer les couleurs de l’automne entre plaine et montagne dans les Hautes-Pyrénées.

La Bigorre : entre le Val d’Adour, la vallée de Campan et le Tourmalet

Entre Baronnies, massif du Hautacam et Val d’Azun

Le col d’Aspin, Payolle, La Mongie sous la neige

Eric Castaings est également le fondateur de la page facebook Météo65 et Météo Pyrénées