26 Mai

Les gorges de Luz fermées à la circulation, la grogne monte dans la vallée

Purge de la falaise dans le défilé de Luz ©Régis Cothias / France 3

Purge de la falaise dans le défilé de Luz
©Régis Cothias / France 3

Plus d’une semaine après les éboulements qui se sont produits dans les gorges de Luz, la circulation routière est toujours partielle. Les travaux de purge de la falaise nécessitent la fermeture de la route pendant la journée. Les habitants des villages desservis par cet axe sont exaspérés. D’autant qu’il existe une solution de rechange avec la remise en service d’un tunnel existant.

La fermeture de la route D921 a réactivé la polémique. L’arrêt de la circulation en journée (ce n’est plus le cas) a eu des effets dévastateurs sur le tourisme. Les commerçants des villages en amont sont furieux. Les villages sont désertés, pas une âme qui vive dans le cirque de Gavarnie en plein cœur du printemps.

Ils demandent aux pouvoirs publics l’ouverture d’un tunnel qui permet de contourner la zone à purger. Un tunnel de 300m qui était autrefois utilisé par un tramway dans les années 80. Oui mais voilà, le tunnel ne répond pas aux normes de sécurité en vigueur. Ce qui pose problème et complique considérablement sa remise en service.

VIDEO / Régis Cothias et Jean-Yves Bascands se sont rendus sur place :


Polémique autour de la réouverture du tunnel dans les gorges de Luz

Les élus du pays Toy ont été entendus. En effet, ce jeudi matin, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées a fait  savoir qu’elle a « passé commande au centre d’études des tunnels (CETU) pour analyser les modalités éventuelles d’ouverture occasionnelle et temporaire de l’ancien tunnel ferroviaire ».

La D921 restera fermée :

  • du jeudi 26 mai à 21h au vendredi 27 mai à 5h30 avec une remise en circulation entre 1h30 et 2h du matin.
  • du lundi 30 mai à 21h au mardi 31 mai à 5h30 avec une remise en circulation entre 1h30 et 2h du matin.
  • du mardi 31 mai à 21h au mercredi 1er juin à 5h30 avec une remise en circulation entre 1h30 et 2h du matin.

La fragilité de la falaise située au-dessus du défilé constitue un problème récurrent. Des éboulements s’étaient déjà produits. Une étude commandée par la préfecture 65 a été demandée au bureau d’études SAGE pour identifier les zones instables et préconiser les travaux à engager. Les résultats de ce travail ne seront connus que début juin.

La station de ski d’Ax 3 Domaines réaménage son espace débutant

®Facekook Ax 3 Domaines

®Facekook Ax 3 Domaines

La course contre la montre a démarré à Ax 3 Domaines. La neige a totalement disparu, c’est le moment d’entamer les travaux de maintenance des installations mécaniques et nouveauté cette année le réaménagement de l’espace débutant. Objectif moderniser l’espace débutant et créer un snowpark pour les enfants.

Comme chaque été, les télésièges sont à l’arrêt, les cabines sont à terre. C’est le moment d’effectuer les travaux dans la station de ski de l’Ariège Ax 3 Domaines. Mais cet été, ils prennent une autre ampleur, car s’ajoutent des travaux d’aménagement de la zone de front de neige et de l’espace débutant. La vieux téléski sera remplacé par un tapis roulant. La piste verte élargie et un snowpark pour les petits créé.

Tout doit être prêt pour le 15 novembre, 15 jours avant l’ouverture de la saison 2015/2016.

VIDEO / Youssha Hassenjee et Pascal Dussol se sont rendu sur place :


Les travaux d’été ont commencé à Ax 3 Domai,s

25 Mai

Carnet rose : naissance de jumeaux chez les bouquetins en Ariège

L'étagne et ses cabris jumeaux. ©Jordi Esteve / Parc Naturel des Pyrénées Arigeoises

L’étagne et ses cabris jumeaux.
©Jordi Esteve / Parc Naturel des Pyrénées Arigeoises

C’est encore une bonne nouvelle qui arrive chez les bouquetins ibériques. Des cabris jumeaux sont nés ces derniers jours en Ariège. Au total, quatre naissances ont été recensées dans cette partie du massif. Le printemps a été productif également avec une naissance dans les Hautes-Pyrénées. Après un hiver passé dans les Pyrénées, la population des bouquetins montre une belle santé.

Le 6 mai 2016, 3 étagnes, les femelles bouquetins, ont quitté leur groupe. Signe de l’arrivée imminente de mises-bas. Ce n’est que mercredi 18 mai 2016, au cours d’une prospection des agents du parc naturel des Pyrénées Ariégoises qu’une des étagnes a été localisée et observée à plus d’1 km de distance dans les falaises. 10 minutes plus tard que son cabri a fait son apparition.  Il a tété sa mère avant qu’ils ne disparaissent tous les 2 dans le dédale de rochers où cette femelle s’est réfugiée pour mettre-bas en toute sécurité.

Une heure plus tard cette femelle a de nouveau été observée en compagnie de 3 autres et de 3 cabris supplémentaires. Une des étagnes semble ne pas avoir eu de cabri ce qui  laisse supposer la naissance de jumeaux. On compte donc 4 naissances dont une paire de jumeaux dans cette partie du massif. Ces nouveaux-nés viennent agrandir la population des bouquetins ibériques introduits dans les Pyrénées.  La population est répartie en 3 noyaux distincts : deux dans les Hautes-Pyrénées et un dans l’Ariège.
D’autres naissances sont attendues, des étagnes gestantes ont été repérées.

Pour en savoir plus sur le bouquetin un site internet leur est dédié , une page facebook et une chaîne vidéo Youtube.

 

La marque « Esprit Parc national – Pyrénées » officiellement lancée

Le 16 mai, lancement officiel de la marque "Esprit Parc National -Pyrénées" ©Régis Cothias / France 3

Le 19 mai, lancement officiel de la marque « Esprit Parc National -Pyrénées »
©Régis Cothias / France 3

Le 19 mai la marque « Esprit Parc National -Pyrénées » a été lancée dans le Val d’Azun. Son objectif à l’instar de la marque « Esprit Parc National » donner un label de qualité reconnu parmi les professionnels du tourisme a des structures qui respectent un code de bonne conduite.

Avec la création de la marque le Parc National des Pyrénées entend mettre en valeur des produits et des services qui travaillent selon certains critères de qualité. Un code de bonne conduite doit être respecté pour obtenir le label. Label qui existe au niveau national et qui a été lancé l’été dernier. Il regroupe les 10 parcs nationaux français.

Une attitude éco-responsable est exigée notamment en matière de gestion des déchets et de l’énergie par les professionnels du tourisme et de l’artisanat. Ils doivent œuvrer pour la préservation et la valorisation du patrimoine.

La marque a d’ores et déjà 55 dépositaires de produits et services dans les filières de l’hébergement (chambre d’hôte et camping), des produits de la ruche, des sorties découvertes et patrimoines proposées par des accompagnateurs en montagne et des produits de l’artisanat. Le Parc se donne pour objectif d’augmenter son catalogue à 150 dépositaires en 2017.

VIDEO / Régis Cothias et Jean-Yves Bascands étaient présents pour le lancement de la marque :


Adhérer au label « Esprit Parc National des Pyrénées » c’est respecter un code de bonne conduite

Voir toutes les offres labellisées sur la catalogue en ligne

24 Mai

Fin mai, la quantité de neige est encore importante au-dessus de 2300m

Brèche de Roland le 18 mai 2016 ©Facebook refuge brèche de Roland

Brèche de Roland le 18 mai 2016
©Facebook refuge brèche de Roland

Fin Mai, la saison des randonnées est ouverte. Mais attention, si les sentiers sont dégagés de toute neige en basse et moyenne altitude, ce n’est pas le cas au-dessus de 2300 m où le manteau neigeux est encore conséquent. Avis de prudence à tous ceux qui partent en montagne.

La saison de ski du randonnée a encore quelques semaines devant elle au regard des conditions d’enneigement actuelles. Ce qui n’est pas exactement vu du même œil par les randonneurs plus habitués à trouver des sentiers en herbe et en pierres. L‘enneigement est toujours excédentaire pour la saison sur la partie centrale des Pyrénées. Des plaques de neige apparaissent à partir de 1800m mais la neige ne recouvre majoritairement le sol qu’à partir de 2000m en versant nord et 2300m en versant sud.

On relève d’importantes quantités de neige  :

  • Au Refuge du Maupas à 2430 m la station nivôse indique 1m10
  • Au Port d’Aula à 2140m : 35 cm
  • A l’Hospitalet à 2290m : 90 cm

Au refuge de la Brèche de Roland les opérations de déneigement sont en cours avant de pouvoir entamer les travaux d’extension.

Le refuge de Baysselance a ouvert entouré d’un tapis blanc

Equipements nécessaires pour randonner en haute-montagne
La prudence est de mise. Marcher dans la neige représente un effort plus important, la progression est plus lente et le risque de glissade considérables. Les pentes exposées au nord peuvent être gelées même s’il s’agit de neige de printemps.
Il es recommandé aux randonneurs et également aux skieurs de partir équipés de crampons, piolet et d’une corde pour gravir les 3000.
Il faut également respecter les règles de prudence de base. Vérifier les conditions météo, ne pas partir seul, ne pas surestimer ses capacités, avertir son entourage de sa destination, emporter de l’eau et de la nourriture et prendre des vêtements pour le froid et pour le chaud. Les conditions météo au printemps sont instables.

Au sommet de la Munia (3133m) à la croisée des cirques de Baroude, Troumouse et Barrosa :

23 Mai

Enquête sur le crash de l’hélicoptère dans les Pyrénées : la zone de l’accident interdite aux randonneurs

L'épave de l'hélicoptère ©Gendarmerie

L’épave de l’hélicoptère
©Gendarmerie

Vendredi 20 mai, un hélicoptère de la gendarmerie des Hautes-Pyrénées s’est écrasé avec 4 gendarmes à son bord dans le massif du Vignemale. Les 4 gendarmes ont été tués dans le choc. Pour les besoins de l’enquête, la préfecture des Hautes-Pyrénées a interdit l’accès de la zone de l’accident aux randonneurs, ainsi que son survol.

Un accident d’une gravité sans précédent  s’est produit vendredi 20 mai dans le massif du Vignemale dans les Hautes-Pyrénées. Quatre gendarmes, ont été tués dans le crash de l’hélicoptère qui les transportait après que celui-ci a heurté avec une pale la paroi rocheuse dans le couloir de Gaube. Il a fait une chute de 600 mètres, pour une raison qui reste encore inconnue. L’ EC 145 a chuté d’une altitude d’environ 3.100 m jusqu’à environ 2.500 m et s’est écrasé sur le glacier des Oulettes de Gaube où l’épave de l’engin se trouve encore actuellement.

Au pied du Vignemale, le glalier des Oulettes de Gaube ©Archives MaxPPP

Au pied du Vignemale, le glalier des Oulettes de Gaube
©Archives MaxPPP

Les causes de l’accident ne sont pas encore connues et une enquête a été ouverte. La préfecture a donc émis une interdiction d’accès à la zone de l’accident sur le glacier des Oulettes de Gaube. Ainsi que l’interdiction de survoler le secteur du Vignemale à tous les engins volants. L’objectif étant de donner aux enquêteurs les meilleures conditions pour recueillir les indices pour comprendre ce qui s’est passé.

L’interdiction court jusqu’à Mardi 24 mai 18h.

20 Mai

VIDEO : le réveil des marmottes dans la réserve d’Orlu (09)

Marmotte affamée en vallée d'Orlu ©Le pôle nature des vallées d'Ax

Marmotte affamée en vallée d’Orlu
©Le pôle nature des vallées d’Ax

Aux premiers rayons de soleil, les marmottes sortent de leur terrier pour profiter du grand air. C’est un moment crucial dans le cycle de vie de la marmotte. Après 5 mois et demi passés passés sous terre en hibernation, elles ont faim. Elles se mettent à l’affût pour trouver quelque chose à se mettre sous la dent.

Ses images ont été enregistrées dans la réserve naturelle d’Orlu en Ariège. Le refuge d’En Beys ouvre sur réservation les week-end du mois de mai et le 28 mai pour la saison estivale.

La marmotte de montagne vit entre 1300 et 3000m d’altitude. Elle passe tout l’hiver dans un terrier et ne sort qu’aux premières chaleurs du printemps. Les réserves de graisse qu’elle a constitué à l’automne ont fondu. Aussi, lorsqu’elle sort enfin la tête de son terrier c’est pour se mettre en quête de nourriture. Végétaux herbacés, graines, petits invertébrés (insectes, araignées, vers) ça fait l’affaire.

Le mois de mai est la période d’accouplement. Naîtront 33 à 34 jours plus tard 3 à 5 petits qui ne sortiront pas au grand air avant le mois de juillet.

Et quand elles ne mangent pas, elles jouent :

 

19 Mai

Première naissance de l’année chez les bouquetins dans le Parc National des Pyrénées

Elsa et son jeune cabri âgé de quelques jours ©Jean-Paul Crampe / PNP

Elsa et son jeune cabri âgé de quelques jours
©Jean-Paul Crampe / PNP

Moins d’un an après son lâcher sur les hauteurs de Cauterets, le bouquetin Elsa a donné naissance au premier cabri de l’année dans le Parc national des Pyrénées. La maman et le bébé se portent bien. C’est le signe de la bonne adaptation des bouquetins ibériques sur leur nouveau territoire. D’autres naissances sont attendues.

Les bouquetins ibériques réintroduits dans les Pyrénées vont bien. Leur bonne adaptation ne fait plus aucun doute. Après Chiva née en Mai 2016, c’est un nouveau cabri qui vient d’ouvrir le carnet rose de la famille des bouquetins ce printemps.

Elsa âgée de 8 ans est arrivée en juin dernier a donné naissance à un cabri dans le massif Peguère-Barbat, vers 2000m d’altitude aux environs du 13 mai. Le sexe du nouveau né n’est pas encore déterminé. Le ventre arrondie de plusieurs femelles laisse présager d’autres naissances.

La population implantée dans cette partie du massif des Pyrénées compte déjà une soixantaine d’individus. Deux autres noyaux existent, l’un dans l’Ariège où une soixantaine d’animaux ont été lâchée. Une naissance avait également eu lieu au printemps dernier.

Un troisième noyau vient d’être créé sur les hauteurs de Gavarnie. Une dizaine de bouquetins ibériques y a pris pied en avril dernier.

La colonisation du bouquetin ibérique semble bien partie. En complément des naissances naturelles, d’autres animaux de la Sierra de Guadarrama en Espagne sont attendus dans les prochains jours.

Hautes-Pyrénées : les images aériennes de l’éboulement en vallée de Luz Saint-Sauveur

La tâche blanche sur la falaise est la marque du bloc qui s'est détaché. ©France 3 Midi-Pyrénées

La tâche blanche sur la falaise est la marque du bloc qui s’est détaché.
©France 3 Midi-Pyrénées

D’importants éboulements se sont produits dans les gorges de Luz Saint-Sauveur mardi 17 mai. Des gros rochers se sont détachés de la falaise et ont emporté les grillages de sécurité positionnés dans le défilé. La route est temporairement fermée pour sa remise en état et la purge de la barre rocheuse. Voici les images aériennes des dégâts :


Les images aériennes de la zone d’effondrement dans la vallée de Luz Saint-Sauveur

La reconnaissance par hélicoptère a permis de déterminer la zone d’où les blocs proviennent. Il s’agit d’une paroi rocheuse située à 150 mètres au-dessus de la route. La zone a probablement été fragilisée  par les secousses sismiques et les intempéries récentes. En février dernier la route avait été confrontée à un problème similaire. La préfecture des Hautes-Pyrénées demande donc la réalisation d’une étude globale de façon à entamer des travaux d’ensemble.

En attendant, la D921 est donc fermée à la circulation entre Pierrefite Nestalas et Luz Saint-Sauveur. L’accès au village de Luz n’est possible que par le col du Tourmalet.  Les blocs étaient suffisamment lourds pour emporter par endroit les grillage de protection normalement faits pour résister à des charges supérieures à 800kg.

Les travaux de sécurisation on débuté. La préfecture des Hautes-Pyrénées indique la réalisation d’une nouvelle évaluation des risques avant toute décision de réouverture. Jeudi 19 mai à 17h, la décision a été prise de maintenir la route fermée pour la journée de vendredi 20 mai.

18 Mai

Hautes-Pyrénées : le tunnel de Bielsa fermé pour cause de travaux

Travaux du tunnel de Bielsa (65) ©France 3 Midi-Pyrénées

Travaux du tunnel de Bielsa (65)
©France 3 Midi-Pyrénées

Dans les Hautes Pyrénées, un des principaux axes vers l’Espagne est fermé depuis mardi 17 mai. Le tunnel de Bielsa-Aragnouet est en travaux. Cependant, la circulation reste possible la nuit et le week-end.

Le tunnel de Bielsa avait besoin de refaire sa chaussée. Les hivers successifs et les va-et-vient des camions ont fini par endommager les 7 km de revêtement de la route. Pour ces travaux, le tunnel est fermé à la circulation depuis le 17 mai et ne rouvrira que le 1er juin.
20 personnes sont mobilisées sur le chantier car l’objectif est de réaliser les travaux dans un délai le plus court possible afin de ne pas pénaliser les usagers.
En attendant, le passage entre la vallée d’Aure et l’Aragon reste possible tous les jours entre 19h et 8h45 du matin et les week-end.
Certains usagers se sont fait surprendre. Ils ont été obligés de patienter quelques heures.

Voici le reportage de Mathilde Laban et Jean-Yves Bascands :

Le tunnel de Bielsa fermé pour cause de travaux

RSS