03 Juil

Pyrénées : le refuge de Baysselance sur le chemin du Vignemale célèbre ses 120 ans

Refuge de Baysselance 2661m
©Régis Cothias / France Télévisions

Le Vignemale est l’un des sommets emblématiques des Pyrénées. Avec ses 3298m d’altitude, c’est le plus haut sommet des Pyrénées françaises. Et pour l’aborder, la halte au refuge de Baysselance est recommandée, avant de se lancer dans l’assaut final. Cela fait 120 ans que le bâtiment accueille des randonneurs.

Point de départ pour la voie normale du Vignemale

Le refuge de Baysselance est le point de ralliement pour aborder le Vignemale. Soit par la vallée de Gaube, soit par la vallée d’Ossoue. C’est le point de départ de la voie normale du Vignemale, situé au coeur du Parc National, étape essentielle du GR10 ou de la Haute Route Pyrénéenne. Avec l’engouement pour l’alpinisme, et sa situation (il est le plus haut refuge gardé de la chaîne), la fréquentation est forte, et les réservations plusieurs semaines en avance sont obligatoires pour être assuré d’avoir l’un de ses 58 couchages.

Le bâtiment géré par le club alpin de Bordeaux depuis plus d’un siècle a été rénové et agrandit en 2003 mais garde tout son charme de bâtisse en pierres de granit  érigée en 1899. Avec son toit en cuivre et sa structure en voûte, il s’intègre au paysage de haute montagne.

Ça vient d’un maire de Bordeaux, en 1880 et quelque chose, Adrien Baysellance, qui était pyrénéiste, président du club alpin d Bordeaux et il a impulsé la construction du refuge sur le chemin du Vignemale.

indique Patrick Lamarque, président du CAF Aquitaine.

A quelques centaines de mètres du refuge, qui en ce mois de juin particulièrement chaud, est entièrement dégagé des névés qui l’entourent habituellement,  début le sentier sur la moraine, puis le passage par le glacier d’Ossoue, en voie de disparition sous l’effet du rechauffement climatique.

La neige et la glace, il y en a de moins en moins, il reste le rocher, pas toujours en bon état quand la glace et la neige se retirent. On adapte nos formes de pratique mais il y a beaucoup de gens qui sont intéressés par l’alpinisme dans les Pyrénées. Une activité qui leur apporte cette confrontation avec le milieu naturel

Reportage de Régis Cothias qui s’est rendu sur place pour l’événement :

 

27 Août

Pyrénées : le nouveau refuge d’Aygues-Cluses (Massif du Néouvielle) à l’horizon 2019-2020

Massif du Néouvielle (65)
©MaxPPP /Patrice HAUSER

Un nouveau refuge devrait voir le jour dans le massif du Néouvielle (Hautes-Pyrénées) à l’horizon 2019-2020. Il s’agira du refuge d’Aygues-Cluses (du nom du site). L’objectif de cette construction est de compléter l’offre d’hébergement d’été comme d’hiver attendue par les randonneurs et les skieurs.

L’ouverture est prévue pour 2019-2020. Ce nouveau refuge de 35 places avec un rez-de-chaussée accessible aux personnes handicapées, sera implanté sur le territoire de la commune de Barèges (65). Il fait partie d’un vaste projet de développement durable et touristique. La construction du refuge est portée notamment par l’association pour la valorisation du Néouvielle qui souhaite valoriser un tourisme quatre saisons de découverte de la montagne en faisant de la réserve un site majeur de découverte des Pyrénées notamment en permettant un maillage des refuges du Néouvielle et la création d’un Tour du massif.

Voir ici les informations (objectifs et contraintes) du projet :

06 Mai

Pyrénées : la saison des randonnées débute

Refuge du Pinet (09) ©Geopole Geometres ·

Refuge du Pinet (09)
©Geopole Geometres ·

Les premières ouvertures de refuges donnent souvent le top départ de la saison des randonnées. Au mois de mai, la neige a largement entamé sa période de fonte, l’herbe reprend de la vigueur, les fleurs ajoutent une touche de couleur aux paysages. C’est le moment de sortir les chaussures de montagne pour une nouvelle saison de marche sur les sentiers des Pyrénées. Les refuges vous accueillent.

Sac à dos, chaussures et bâtons vont à nouveau être de sortie. Le temps de la randonnée a sonné. En ouvrant pour certains dès le mois de mai, les refuges des Clubs Alpins des Pyrénées donnent le top départ de la marche en montagne. Le refuge d’Espingo, de Baysselance,  annonce une ouverture mi-mai. Celui du Larribet fin mai. Ces dates sont théoriques mais restent probables. Les gardiens fixent la date de l’ouverture en fonction de la quantité de neige et de la météo.

La majorité de ces structures prévoient une fermeture dès le mois de septembre. la période pouvant être prolongée jusqu’à fin octobre pour les plus fréquentés.

Ouverture en cascade au mois de juin pour les refuges :

  • Les Bésines (09)
  • L’étang d’Araing (09)
  • Le Pinet (09)
  • Le Portillon (31)
  • Le Maupas (31)
  • Venasque (31)
  • Campana de Cloutou (65)
  • Brèche de Roland – Les Sarradets (65)
  • Oulettes de Gaube (65)

Quelques refuges sont ouverts toute l’année ou sur une longue période car ils ne sont pas gardés en hiver : le refuge du Balaïtous- Ledormeur, Tuquerouye, Packe.

Réservez vos nuits en refuges via la plateforme de réservation.

 

 

21 Mar

Pyrénées : « Benoblog », une parenthèse d’air pur sur la toile

Benjamin Pradel au sommet du Néouvielle ©Benoblog

Benjamin Pradel au sommet du Néouvielle
©Benoblog

Inutile de consulter l’à propos du blog pour comprendre que son auteur est un passionné des Pyrénées et de photographies. Ça saute aux yeux ! Benoblog, c’est beau, bien agencé, et très riche en termes de contenus. Benjamin partage sa passion depuis plus de 10 ans sur la toile.

Des blogs sur les Pyrénées, il en existe des centaines. Certains s’attachent à donner des informations détaillées sur les parcours en proposant des topo précis et précieux pour les randonneurs, d’autres comme celui de Benjamin sont plus personnel. Il vous embarque en montagne avec lui grâce à quelques lignes de textes et de nombreuses photographies (entre 10 et 50 par article).
Basé dans l’Aude, notre informaticien, a tout naturellement choisi la toile, il y a une dizaine d’années, pour partager ses aventures montagnardes. Ses premières escapades se sont déroulées à pied en randonnée, mais depuis Benjamin a élargi le champ de ses activités. De la randonnée, beaucoup, mais aussi, du vélo, de l’escalade, du canyoning et même du trail sont devenus ces dernières années une nouvelle façon d’explorer son territoire favori.

Le tout, il le met en ligne pour partager

toute cette beauté par la photographie amateur

comme il l’a exprimé par téléphone.

Aujourd’hui « Benoblog » compte 229 articles, illustrés de quelques 5000 photos. Des clichés qui sont capturés dès le début du jour pour capter des instants uniques, quand la nature est encore vierge de tout dérangement humain. Car Benjamin en plus d’être un touche à tout est également un lève tôt. Les sorties sont au rythme de 2 à 3 par mois avec des amis, mais également avec sa compagne qui partage, heureusement, sa passion pour les Pyrénées, et également avec ses deux garçons.

Le blog sent l’air pur des cimes. Il relate des moments magiques et authentiques. Les centaines de pages du blog arrivent devant les yeux des lecteurs comme une parenthèse. D’ailleurs les 4000 visiteurs uniques mensuels ne s’y trompent pas. Ils reviennent chaque mois pour retrouver l’ambiance de la montagne sauvage. Et parfois sollicitent à Ben pour quelques conseils dans le cadre de la préparation de leurs prochaines sorties.

Une page facebook existe aussi, ainsi qu’une page dédiée : photo.benoblog.com sur laquelle l’internaute trouve les plus belles photographies.

On a pris de plaisir à naviguer sur le site. On vous le conseille, évasion, émotion et aussi souvenirs assurés !

16 Mar

34 idées pour randonner dans les Pyrénées à découvrir dans le dernier guide de Patrice Teisseire-Dufour

Le guide est vendu au prix de 9,90€

Le guide est vendu au prix de 9,90€

Il est (presque) venu le temps d’enfiler les chaussures de randonnées et donc de consulter le nouveau guide élaboré par le fin connaisseur des Pyrénées et journaliste Patrice Teisseire-Dufour. Un choix d’itinéraires qui donne un aperçu de la diversité de la chaîne dans ses plus beaux aspects.

34 idées originales de randonnées de part et d’autre des Pyrénées, d’est en ouest et aussi côté français comme côté espagnol ont été sélectionnées. Le concept du guide étant de donner des idées mais aussi des itinéraires parfois différents des voies normales le tout accompagné d’explications et de détails concernant le point de départ, les points d’étapes de l’itinéraire avec temps estimé et dénivelé. Tout le déroulement de la randonnée y est décrit ce qui pour le randonneur est une source d’information très utile surtout si c’est la première fois que l’on réalise la balade.On y trouve des sommets mythiques comme l’ascension du Mont Valier, la Pique rouge de Bassiès, le Pic du Néouvielle, l’Arbizon, le pic des Spijeoles mais aussi d’autres idées plus secrètes comme la chapelle d’Oix, l’étang de Comte, la faja de Pelay ou encore le col de Besse.

En parcourant le dernier guide de « Randonnées dans les Pyrénées », nul doute que vous ne trouviez la randonnée de vos envies. Plusieurs niveaux de difficulté sont proposés. Ce qui en fait un manuel adapté à un large public et une incitation efficace et accessible pour tout voyage à pied dans les Pyrénées.
Comme dans tout guide, les informations indispensables pour préparer confortablement son parcours et partir en toute sécurité y sont proférés. Pour chacune des promenades, le lecteur trouve en plus de la description du parcours :

    • une carte en relief,
    • le niveau de difficulté,
    • le dénivelé, la durée,
    • des photographies pour illustrer
    • ainsi que les à côté avec les rubriques « Où manger, où dormir » et des suggestions pour découvrir en balade les alentours

100 pages à embarquer dans son sac de randonnée pour garder le cap et élargir son champ des possibles.

Patrice Teisseire-Dufour est journaliste à Pyrénées Magazine. Il ne s’est jamais vraiment éloigné de la chaîne des Pyrénées qui l’a vu grandir entre Cerdagne, Luchonnais et Vallée d’Aure. Fort de sa connaissance de la randonnée dans les Pyrénées et de son goût du partage, il prépare pour ses lecteurs outre ses articles pour le magazine dédié au massif des éditions Milan des guide de randonnées. Il est également auteur de beaux livres sur le Canigou, le Roussillon, Foix et le Béarn.

11 Fév

Le site « Topopyrenees.com » plébiscité par les randonneurs

Mariano au Grand-Billare (2318m) ©Topopyrenees.com

Mariano au Grand-Billare (2318m)
©Topopyrenees.com

Avec ses 150 000 connections par mois, le site internet « Topopyrenees.com », est devenu une référence pour tous les randonneurs. Le site internet est le résultat d’un travail immense et d’une exceptionnelle précision. Mariano, son créateur passionné, met bénévolement à disposition de tous une mine d’information sur les Pyrénées.

20 à 25000 heures travail depuis la création du site

En allant jeter un œil sur le site « Topopyrenees.com« , vous serez surpris par le nombre d’information que l’on y trouve. 540 topos de randonnées été comme hiver sont en ligne, complété de 60 à 70 nouveaux chaque année. Soit un rythme d’1 à 2 par semaine représentant plus de 30h de travail hebdomadaire. Pour chaque itinéraire sont associées 100 à 150 photographies qui permettent de visualiser les différentes parties du parcours et une vue à 360° sur le panorama depuis le sommet. En plus de la description de l’itinéraire, on trouve des informations pratiques sur l’accès en voiture, une carte de l’itinéraire en 3D, une carte IGN. Les profils des randonnées y sont soignés et précis. C’est là que se trouve la clé du succès. L’intérêt du public est acquis, il se connecte en nombre environ 150 000 connections par mois en moyenne à la belle saison.

Informer pour randonner en sécurité

Deux ingrédients expliquent cette réussite. Mariano est tombé dans la marmite des Pyrénées, il y a 10 ans. Passion qu’il vit et transmet grâce à son site. Une mission prenante et passionnante qui frise la perfection dans son rendue. Les Pyrénées, il les a découvert sur le tard après avoir passé 37 ans en Lorraine. En 2007, il s’installe à Pau pour des raisons professionnelles. Submergé par toute cette beauté, il a envie de la partager.  
Mais voilà, le 4 août 2007, Mariano, part seul à la conquête du Palas, 2974m. Et là, c’est l’accident, il dévisse, se retrouve bloqué sur une vire. Trois heures d’angoisse, au bord du vide qui vont déclencher l’envie irrépressible de créer un site internet bien renseigné pour aider les randonneurs à se préparer avant leur sortie. Mariano est sorti plus fort de cette mésaventure, qu’il doit à un défaut d’information. Il décide donc que ce type d’accident ne doit plus se reproduire, pour lui comme pour les autres.  Et trouve avec internet, le moyen de donner clé en main un maximum d’information pour la préparation de leur randonnée.

La popularité de Mariano sur le net et en montagne

En bénévole généreux, Mariano, s’étonne encore de son succès. Il ne cultive pas ouvertement sa notoriété. Pourtant son site internet est l’un des sites de topo randonnées parmi les plus visités.  Rien d’étonnant à cela si l’on tient compte du soin particulier qu’il apporte à chaque sollicitation. Outre la quantité et la qualité des publications, Mariano sait soigner son public. Il s’attache à répondre à tous les messages. Des demandes de renseignements sur des itinéraires pour lesquelles il peut passer d’une à deux heures de travail.
Il lui est donc devenu impossible de se cacher derrière son écran. En montagne, non plus, il ne peut pas passer inaperçu. Sur le terrain, au grès de ses promenades, les marcheurs rendent hommage à son travail. Un véritable plébiscite qui dépasse largement la blogosphère. Et pour lequel on doit également remercier sa femme qui ne compte pas les heures passées sans son époux, trop accaparé à crapahuter ou à mettre en ligne ses récits.

 

03 Juin

Dans les estives des Hautes-Pyrénées les taureaux ne sont pas les bienvenus

Vaches en estive ©MaxPPP

Vaches en estive©MaxPPP

Au printemps et en été, c’est le temps de la randonnée. Oui mais sur les estives les randonneurs rencontrent des troupeaux. Afin d’éviter les accidents avec les promeneurs, certaines communes dans les Hautes-Pyrénées interdisent la présence de taureaux et aussi d’étalons.

Lorsque l’on se promène en montagne on rencontre des troupeaux de vaches et aussi de chevaux. Les animaux peuvent se montrer agressifs vis-à-vis des promeneurs mais pas seulement les taureaux, les vaches en période de vêlage sont susceptibles de charger pour défendre leur petit.

Un règlement et des panneaux indiquant le comportement à adopter sont positionnés le long des chemins.

Regis Cothias et Thierry Villeger se sont rendus à Payolle