03 Juil

Anne Vignot et « l’Equipe » lancent un appel au rassemblement des écologistes et de la gauche pour les municipales à Besançon

Le communiste Thibaut Bize, Joseph Gosset, d’A gauche citoyens et Anne Vignot, d’Europe Ecologie-Les Verts, le 3 juillet 2019 à Besançon (©f3fc)

« Les gens veulent que la gauche gagne. Pour cela, il faut qu’elle se rassemble ». Voilà en quelques mots l’esprit de l’appel lancé par Europe Ecologie-Les Verts, le Parti communiste et l’association A gauche citoyens ce mercredi à Besançon. 300 signataires ont déjà paraphé un texte prônant l’union « pour un territoire bisontin plus écologique, plus social, plus humain ». Avec une tête de liste « légitime »: l’adjointe au maire Anne Vignot (EELV). Continuer la lecture

14 Juin

Municipales à Besançon: le PS claque la porte des négociations avec les écologistes et les communistes

Nicolas Bodin (PS) le 26 mai 2019 à Besançon (©f3fc)

A Besançon, l’union de la gauche aux municipales a du plomb dans l’aile. Le Parti socialiste et son candidat, Nicolas Bodin, ont décidé de ne plus participer aux réunions préparatoires avec Europe Ecologie-Les Verts, le Parti communiste, Génération(s) et A gauche citoyens ! Les négociations entre ces différentes forces de gauche avaient débuté il y a plusieurs mois. Le PS prend acte de « désaccords profonds » sur le programme et surtout du refus des autres forces de gauche d’avoir un socialiste pour tête de liste. Continuer la lecture

22 Mai

Européennes: avec Ian Brossat, le PCF s’offre une seconde jeunesse

Plusieurs militants du PCF bisontin autour de la candidate Barbara Filhol à Besançon le 21 mai 2019 (©f3fc)

En difficulté depuis l’OPA réalisée sur le PCF en 2012 par Jean-Luc Mélenchon, les communistes paraissent ragaillardis dans cette campagne européenne. Porté par sa jeune tête de liste Ian Brossat, le PCF retrouve des couleurs, à défaut de ses électeurs. Dans les sondages, le PCF n’a jamais dépassé la barre des 5%, le seuil pour avoir des députés européens. Continuer la lecture

20 Juin

La majorité municipale de Besançon risque-t-elle d’imploser après la démission du PS de son maire pro-Macron Jean-Louis Fousseret ?

Jean-Louis Fousseret le 20 juin 2017 (©f3fc)

Jean-Louis Fousseret le 20 juin 2017 (©f3fc)

Cela n’a l’air de rien, mais une simple lettre de démission a mis fin à toute une époque. Besançon, socialiste depuis 1953, ne l’est plus. Jean-Louis Fousseret, le maire pro-Macron, quitte le parti à la rose pour s’engager pleinement à La République en Marche. Un maire LREM va donc désormais diriger une majorité municipale de type gauche plurielle, avec des socialistes, des écologistes et des communistes. Un grand écart impossible? Nous avons posé la question aux intéressés. Continuer la lecture

25 Mai

À Besançon, le communiste Christophe Lime soutient la socialiste Barbara Romagnan plutôt que la France insoumise

Christophe Lime lors du débat (©f3fc)

Christophe Lime lors du débat (©f3fc)

Le divorce entre le Parti communiste et la France insoumise est bel et bien consommé. A Besançon comme dans beaucoup de villes de France, les soutiens de Jean-Luc Mélenchon partent divisés aux législatives. Sur la 2e circonscription du Doubs, le communiste Christophe Lime, adjoint au maire de Besançon, aura face à lui une candidate France insoumise, Claire Arnoux. Du coup, sur notre plateau dimanche, il a annoncé qu’il soutenait la socialiste frondeuse Barbara Romagnan sur l’autre circonscription bisontine, plutôt que la représentante de FI, Habiba DelacourContinuer la lecture

29 Avr

Tag au PCF à Besançon : « Social-traître », étonnant, non ?

Permanence du PCF taguée à Besançon

Permanence du PCF taguée à Besançon

La permanence bisontine du PCF a été vandalisée cette nuit. Un tag  « Social-traître » a été peint sur la façade. La voiture du permanent a eu les serrures fracassées. Ces faits surviennent au lendemain de la prise de position de Jean-Luc Mélenchon qui, en fait, n’en prend pas pour le second tour.

A la gauche de la gauche, le climat se tend.

Continuer la lecture

08 Nov

Besançon « ville sans migrants »: la gauche dénonce « cette droite bisontine qui a clairement choisi le refus du combat des idées du FN »

Jean-Louis Fousseret lors du conseil municipal (capture d'écran)

Jean-Louis Fousseret lors du conseil municipal (capture d’écran)

Lundi soir, en fin de conseil municipal, le groupe Front national a proposé aux élus d’adopter un voeu pour « une ville sans migrants ». Plusieurs élus Les Républicains et UDI, dont le sénateur Jacques Grosperrin et les vice-présidents du Département du Doubs Ludovic Fagaut et Philippe Gonon ont alors quitté la salle, sans voter sur la motion frontiste. Une attitude dénoncée par les élus de gauche. « Un déni de démocratie et une fissure Républicaine inédite à Besançon » pour le maire PS Jean-Louis Fousseret et les présidents des groupes de gauche au conseil municipal; un comportement « pleutre, indigne et à l’opposé des principes républicains » pour le député EELV Eric Alauzet. Continuer la lecture

05 Août

Dijon métropole ? A Besançon, les communistes dénoncent le fétichisme de la taille

Thibaut Bize, conseiller municipal de Besançon (©f3fc)

Thibaut Bize, conseiller municipal PCF de Besançon (©f3fc)

Toujours plus gros, mais pour quoi faire ? Alors que Dijon entrevoit le statut de métropole (lire ici), les élus communistes de Besançon dénoncent une « course à la grande taille ». « Bien entendu, Besançon va vouloir suivre en se transformant en communauté urbaine, pour tenter de ne pas trop décrocher de la nouvelle capitale régionale. Derrière ces termes techniques, un même schéma : une réorganisation  des communautés de communes qui vide de leur substance les communes actuelles », dénoncent les élus communistes, membres de la majorité du maire PS Jean-Louis Fousseret. Continuer la lecture

31 Mar

Pourquoi les nouvelles règles de l’élection présidentielle font bondir les petits partis

urneenveloppes« Un scandale », « une honte », « totalement hallucinant »… Du Parti communiste à Debout la France, d’Europe Ecologie-Les Verts à l’UDI, la proposition de loi de « modernisation » des règles de l’élection présidentielle provoque une levée de boucliers… Initiée par le groupe PS à l’Assemblée nationale, elle est en discussion au Sénat ce jeudi, avant un retour au Palais Bourbon la semaine prochaine. Si ce texte est contesté par de nombreux partis, c’est qu’il modifie les règles des parrainages et surtout du temps de parole des candidats à la présidentielle. Au détriment des petits…  Continuer la lecture