18 Mai

L’ancien ministre PS Christian Eckert se paye les députés Eric Alauzet et Frédéric Barbier, qui « ont fait allégeance au nouveau chef »

Les députés Eric Alauzet et Frédéric Barbier (©f3fc)

ll fut pendant trois ans au coeur de Bercy. Christian Eckert a occupé le poste de secrétaire d’Etat au budget sous les gouvernements Valls et Cazeneuve. Le socialiste revient sur son parcours dans un livre au vitriol, « Un ministre ne devrait pas dire ça… », dans lequel il raconte « la mécanique implacable qui a fait chuter [son] parti et amené Emmanuel Macron au pouvoir ». L’ancien élu lorrain évoque sa « rage », sa « colère de n’avoir rien vu venir »… Il fustige aussi ceux qui « ont sauvé leur peau » en ralliant La République en Marche. Parmi les députés cités, deux Comtois: Eric Alauzet et Frédéric Barbier. Continuer la lecture

Pour Jean-Baptiste Lemoyne, la suppression de l’ISF est « dans l’intérêt économique et social du pays »

Jean-Baptiste Lemoyne le 17 mai 2018 (©f3fc)

L’opération avait été baptisée « Les Rencontres du Gouvernement ». L’ensemble des ministres a quitté Paris ce jeudi 17 mai, pour porter en province la bonne parole gouvernementale. En Franche-Comté, c’est le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne qui s’y est collé. En charge des questions internationales au Quai d’Orsay, il a rencontré entre autres des responsables de la filière élevage. Avant de répondre aux « questions des Français » lors d’un meeting au Kursaal de Besançon, il a répondu sur le plateau de France 3 Franche-Comté à nos questions, notamment sur la remise en cause des 35h par PSA sur le site de Vesoul. Continuer la lecture

16 Mai

L’opposition accuse Jean-Louis Fousseret de reporter un conseil municipal pour assister à un meeting avec un ministre

Jacques Grosperrin et Jean-Louis Fousseret (©f3fc)

Ce jeudi soir devait se tenir un conseil municipal à Besançon. La date avait été fixée il y a longtemps déjà. Pourtant, le conseil a été reporté « pour des contraintes d’agenda ». Le chef de l’opposition municipale Les Républicains Jacques Grosperrin assure en connaître la véritable raison: Jean-Louis Fousseret, le maire pro-Macron, préfère accompagner la visite dans la capitale comtoise du secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne. « Nous voyons bien par là où se portent les intérêts du premier magistrat de notre ville: ce n’est pas en premier lieu en direction des Bisontins », dénonce le sénateur LR. Continuer la lecture

15 Mai

Terrorisme: la députée du Doubs Annie Genevard demande un volet sécuritaire dans la réforme constitutionnelle

Annie Genevard, députée LR du Doubs et secrétaire générale Les Républicains (©f3fc)

La secrétaire générale des Républicains et députée du Doubs Annie Genevard a demandé lundi « d’intégrer un volet sécuritaire dans la prochaine révision constitutionnelle », dans un communiqué, au surlendemain d’une attaque au couteau qui a fait un mort et quatre blessés à Paris. Continuer la lecture

13 Fév

Pierre Moscovici avance ses pions avant les élections européennes… et la nouvelle commission

Pierre Moscovici sur Public Sénat (DR)

Pierre Moscovici sur Public Sénat (DR)

Le commissaire européen Pierre Moscovici a indiqué ce lundi qu’il n’était « pas candidat » aux élections européennes de 2019 « à ce stade », n’excluant pas de l’être « le moment venu ».

« Je vais vous dire une chose, de manière pas du tout subliminale, c’est qu’aujourd’hui je ne suis candidat à rien, que le temps des candidatures n’est pas venu, que ce
que je veux faire c’est travailler au bien de l’Europe et au bien de la gauche dans mes fonctions, que pour le reste je n’exclus rien, et je ne prépare rien », a déclaré l’ancien député PS du Doubs, invité de l’émission L’Épreuve de vérité de Public Sénat en partenariat avec l’AFP, Radio Classique et Les Echos.

« Toujours un homme de gauche »

« On en reparlera le moment venu et le moment est loin d’être venu« , a-t-il ajouté. « Ce qui est exact, c’est que je suis toujours un homme de gauche, c’est que je
veux réfléchir à l’avenir de l’Europe et de la gauche, que je veux le faire avec mes amis européens », a encore affirmé Pierre Moscovici, qui fut aussi président de l’agglomération de Montbéliard.

Plus que d’être la tête de liste française, Pierre Moscovici semble envisager la position de « Spitzenkandidat » (tête de liste) des sociaux-démocrates européens, tremplin pour prétendre à la présidence de la commission européenne.

« Il faut bien que la famille sociale-démocrate ait un candidat »

« La présidence de la commission européenne passe à mon avis (…) par une candidature aux élections européennes. Pourquoi ? parce que je crois beaucoup moi au principe de ce qu’on appelle des Spitzenkandidat, des têtes de liste des grands partis politiques européens. Je pense que le débat doit avoir lieu en Europe, devant les Européens », a-t-il déclaré.

« Il faut bien que la famille sociale-démocrate ait un candidat qui se présente devant les Européens », a dit M. Moscovici, en soulignant avoir rencontré récemment pour en discuter les premiers ministres grec et portugais Alexis Tsipras et Antonio Costa.

Pour M. Moscovici, le futur président de la commission européenne sera à la tête d’une « coalition, parce qu’il n’y aura pas de majorité ».

Hamon, Varoufakis et Mélenchon dans le viseur

S’il n’est pas candidat « à ce stade », cela n’a pas empêché le commissaire européen de critiquer sévèrement Benoît Hamon et Yanis Varoufakis, qui veulent faire campagne ensemble pour les européennes.

« La vérité c’est que les six mois que (Yanis) Varoufakis a passé au ministère des Finances de la Grèce ont ruiné le pays (..) En Grèce on ne lui dit pas merci
! », a lancé M. Moscovici, parlant aussi de la « politique de gribouille à la Varoufakis-Hamon ».

« Que peut faire la gauche sociale-démocrate ? La gauche sociale-démocrate il faut qu’elle ait une conviction européenne ancrée, qu’elle soit ultra européenne -donc
qu’elle ne laisse pas l’Europe comme la propriété de la droite et du centre- et il faut qu’elle soit aussi vraiment de gauche, et qu’elle ne laisse pas la gauche aux nationalistes. Jean-Luc Mélenchon aujourd’hui, c’est un homme de gauche nationaliste. Benoît Hamon, son programme est un programme d’illusion pro-européenne et de réalité de déclin« , a-t-il souligné.

Interrogé sur la campagne qui agite actuellement le PS pour le poste de premier secrétaire, l’ancien ministre du Budget a répondu ne pas être un « acteur du congrès ». Lundi matin sur France 2, il avait exprimé sa « sympathie » pour Olivier Faure, candidat à la tête du Parti socialiste français, jugeant que Stéphane Le Foll, qui brigue le même poste, « c’est du brutal ». (AFP)

07 Jan

Faut-il rééditer les pamphlets antisémites de Céline ? Une Bisontine participe au débat.

Louis Ferdinand Celine, Keystone Pictures MaxPPP

Louis Ferdinand Celine, Keystone Pictures MaxPPP

Le débat fait rage entre les « Céliniens » qui veulent une réédition, ceux qui s’y opposent comme Alexis Corbière (La France Insoumise) ou Serge Karlsfeld et ceux qui pensent que ces textes doivent être accompagnés d’une contextualisation. Une historienne de l’université de Bourgogne – Franche-Comté, spécialiste de l’écrivain, participe à ce débat. La Bisontine Odile Roynette souhaite la réédition de ces textes très violents mais sous conditions.


Continuer la lecture

04 Jan

Législative partielle dans le Territoire de Belfort : la guerre à l’extrême droite

Jean-Raphaël Sandri, Front National, et Sophie Montel, Les Patriotes

Jean-Raphaël Sandri, Front National, et Sophie Montel, Les Patriotes

L’élection à l’Assemblée nationale de Ian Boucard (LR) a été invalidée. Les électeurs de la première circonscription du Territoire de Belfort se rendront à nouveau aux urnes les 28 janvier et 4 février. La liste des candidats en lice sera close demain, vendredi 5 janvier. D’ores et déjà, un duel dans ce scrutin sera particulièrement intéressant à suivre : Jean-Raphaël Sandri, FN et déjà candidat en juin, sera opposé à Sophie Montel, députée européenne, ancienne présidente du groupe FN au conseil régional Bourgogne – Franche-Comté, qui défendra les couleurs de son nouveau mouvement « Les Patriotes » de Florian Philippot.

Continuer la lecture

14 Déc

Annie Genevard, la nouvelle secrétaire générale LR : « Le style de Laurent Wauquiez est cash mais… »

 

Aurelien Morissard / IP3; Paris, France le 11 mai 2016 - Seance de questions au gouvernement a l' Assemblee Nationale, en presence de Annie Genevard. FRANCE ONLY (MaxPPP TagID: maxnewsfrthree742283.jpg) [Photo via MaxPPP]

Annie Genevard Photo : Aurelien Morissard / IP3; MaxPPP

Annie Genevard devient numéro 3 des Républicains. Quel est son parcours ? Quelle sera sa mission ? Comment va-t-elle assumer ce nouveau rôle ? « Le style de Laurent Wauquiez est cash mais je n’ai rien entendu dans son discours qui m’empêche de le soutenir. » Continuer la lecture

RSS