08 Oct

Au PCF, « on ne voit pas particulièrement la France Insoumise. »

Les militants communistes devant la permanence

Le Parti Communiste Français a donné une conférence de presse cet après-midi à Besançon. Histoire de commenter les résultats nationaux, la direction nationale a été désavouée lors d’un vote, et c’est exceptionnel, et de pas parler des élections municipales à Besançon…

Continuer la lecture

28 Sep

Municipales à Besançon: à droite, l’hypothèse Annie Genevard…

Annie Genevard à l’Assemblée nationale le 30 mai 2018 (©Vincent Isore/IP3/MaxPPP)

C’est une élue bien occupée. Députée du Doubs, vice-présidente de l’Assemblée nationale, Annie Genevard est également secrétaire générale du parti Les Républicains. Un poids lourd désormais chez LR, et un nom qui revient avec insistance… en vue des municipales à Besançon. Continuer la lecture

14 Sep

Besançon: la France insoumise n’a « pas de temps à perdre à recoller les miettes d’un conseil municipal usé et à bout de souffle »

Jean-Luc Mélenchon en 2013 à Besançon (©f3fc)

Alors que les appels à l’union se multiplient à gauche en vue des municipales 2020 à Besançon (l’ancienne députée PS frondeuse Barbara Romagnan, la conseillère municipale écologiste Anne Vignot, le conseiller municipal ex-PS Yves-Michel Dahoui…), la France insoumise prend ses distances dans un communiqué envoyé ce vendredi: « S’il est toujours fatteur de se sentir désirables et désiré·es, ces danses du ventre d’un nouveau genre nous laissent perplexes. Car comment peut-on espérer rassembler qui que ce soit avec les mêmes qui viennent justement d’atomiser la gauche bisontine façon puzzle en dégainant leurs candidatures en ordre dispersé ? » Continuer la lecture

08 Sep

Barbara Romagnan n’exclut plus d’être candidate à la mairie de Besançon

Barbara Romagnan le 7 septembre 2018 à Besançon (©f3fc)

Jusqu’à présent, elle ne montrait pas d’appétence particulière pour les affaires municipales. Ce n’est plus le cas. L’ex-socialiste Barbara Romagnan, désormais chez Génération(s) de Benoît Hamon, milite pour une large union à gauche aux municipales bisontines en 2020.  Continuer la lecture

12 Avr

France Insoumise à Planoise : et si c’était Jean-Luc Mélenchon, le second qualifié ?

19_CARAVANE_DE_LA_FRANCE_INSOUMISE_A_BESANCON_PLANOISE-00_00_06_07Ils sont désolés : il y avait plus de monde ce matin que cet après-midi. Dommage. La caravane de l’égalité des droits a fait halte à Planoise. Les militants de la « France Insoumise » de Jean-Luc Mélenchon l’ont installée devant leur local, Place Cassin. Dans ce quartier populaire, très abtentionniste, ils espèrent encore convaincre. L’objectif : que « Jean-Luc » se qualifie pour le second tour.

Continuer la lecture

28 Fév

En France, 28% des conseillers municipaux FN ont démissionné; en Franche-Comté c’est 150%

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

Sophie Montel sur le plateau de Dimanche en politique (©f3fc)

En Franche-Comté, le Front national a décroché six sièges aux élections municipales de 2014: 2 à Besançon, 2 à Belfort, 2 à Montbéliard. Trois ans plus tard, le Front national n’en a plus que cinq, suite au départ de Marc Archambault, tête de liste à Belfort, qui a quitté le FN fin 2015. Mais surtout, au total, le Front national a enregistré pas moins de 9 défections sur ces trois villes. Neuf élus potentiels qui n’ont jamais siégé ou ne siègent plus. Continuer la lecture

12 Sep

Quand François Sauvadet fait du François… Hollande !

François Sauvadet, tête de liste pour l'union LR-UDI (©f3fc)

François Sauvadet, tête de liste pour l’union LR-UDI (©f3fc)

A droite, il est des sujets de dissensions qui s’éternisent dans cette campagne des régionales. Des petits détails qui ne semblent rien et qui pourtant, pourraient peser lourd au final. On a parlé ici du MoDem, qui à force de proposer ses services sans retour se lasse et s’apprête à partir seul. Il y a aussi la question de la tête de liste dans le Doubs, où le chef de file départemental des Républicains n’a pas la faveur de la tête de liste régionale. Deux « points de crispation » reconnaît l’entourage de François Sauvadet, qui préfère pour l’instant discuter et négocier, plutôt qu’imposer. La méthode Hollande, en quelque sorte. Mais jusqu’à quand? Continuer la lecture

22 Avr

Cédric Perrin, UMP, est bien élu sénateur du Territoire de Belfort

Le nouveau sénateur du Territoire de Belfort Cédric Perrin avec l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (©f3fc)

Le nouveau sénateur du Territoire de Belfort Cédric Perrin avec l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (©f3fc)

Aujourd’hui, le Conseil Constitutionnel a bien confirmé l’élection de Cédric Perrin, UMP, comme sénateur du Territoire. En septembre dernier, le Parti Socialiste, par l’intermédiaire de son premier fédéral, Guy Berthelot, avait déposé un recours : Cédric Perrin avait travaillé pour la mairie de Belfort peu de temps avant son élection. Ce qui est théoriquement interdit.

Continuer la lecture

17 Mar

Pourquoi le FN devrait être le premier parti de Franche-Comté au soir du 22 mars

Sophie Montel, Front National

Sophie Montel, Front National

Le Front National est très bien implanté en Franche-Comté et depuis longtemps. De la présidentielle de 2002 où Jean-Marie Le Pen arrivait en tête dans les 4 départements francs-comtois jusqu’aux dernières européennes de mai 2014, en passant par le conseil régional depuis 30 ans, le FN s’est installé dans notre région. Chiffres et résultats à l’appui, voici pourquoi le FN pourrait être le premier parti de Franche-Comté au soir du premier tour. Pour la plus grande joie de sa responsable régionale, Sophie Montel, députée européenne depuis mai 2014.

  Continuer la lecture

10 Mar

Territoire de Belfort : les enjeux canton par canton

Carte des cantons du Territoire de Belfort (Pascal Sulocha)

Carte des cantons du Territoire de Belfort (Pascal Sulocha)

Yves Ackermann, PS, est président de ce département depuis 2004, date à laquelle le MDC de Jean-Pierre Chevènement a perdu sa majorité (Rapport de forces actuel : 10 sièges à gauche, 5 à droite). Pour ces élections départementales, le PS et le MRC ont signé un accord après 20 années de luttes fratricides. La droite qui est dominante sur ce département espère bien le récupérer. Elle l’avait perdu en 1976.

Continuer la lecture