13 Mar

VIRA-LENGA : Lena Albert

Le fauteuil rouge est allé se poser dans la Cité de Carcassonne (Aude) où il a accueilli Léna Albert, une collégienne de dix ans qui livre un texte qu’elle a écrit : Las pèiras de Ciutat. Cette écrivaine en herbe annonce des beaux jours pour la langue occitane. Elle nous fait découvrir aussi les auteurs d’aujourd’hui Florian Vernet avec l’histoire de la princesse Valentine et Michel Décor avec « langue maudite ». Vous aurez aussi de nouveaux viralengas à vous mettre en bouche. Ne ratez pas Léna, nous risquons de la retrouver dans quelques années au côté des écrivains occitans.


VIRA LENGA : « Lena Albert » par france3midipyrenees

La Vicenta

12 Mar

CÒP D’ALA épisode 16 : Najac – d’Amic Bedel et Pierre Brun

« Còp d’ala », pourrait se traduire en français par « À tire d’aile ».  Nous vous invitons à partir à la découverte de l’Occitanie, mais vue du ciel. Nous vous proposons de monter sur le dos de notre oiseau pour plonger dans l’histoire des territoires, des villes et des villages de l’Occitanie. Le seizième épisode de la série nous mène au-dessus de Najac en Aveyron, castel rouergat bâti par le Seigneur de Najac dès 980, juché au bout d’une longue crête de plus d’un kilomètre de long et sur laquelle s’étale le village.


CÒP D’ALA : Najac par france3midipyrenees

La Vicenta

11 Mar

Lo Congrès

En décembre 2011, naissait officiellement « Lo Congrès permanent de la lenga occitana ». Cet organisme de régulation de la langue s’est donné pour mission première de rendre accessible à tous des outils linguistiques codifiés tout en respectant les variétés de la langue.

C’est chose faite en novembre 2012 avec le lancement du site locongres.org et la mise ne ligne du Dicod’Òc qui regroupe six dictionnaires de différents dialectes occitans. Depuis, le site s’est enrichi d’autres applications : un conjugueur (Verb’Òc), Top’Òc et Tèrm’Òc, des bases toponymique et terminologique ou encore Bibli’Òc, bibliographie linguistique occitane :  » Au bout d’un an, le site a une belle fréquentation puisque nous avons plus de 130 000 visites, note Benaset Dazeas, directeur du Congrès. Nous sommes contents de cette fréquentation surtout qu’elle est de qualité : les gens restent sur le site en moyenne jusqu’à 10 minutes. Donc le contenu les intéresse et répond à leur demande. » 

 

Un Conselh lingüistic e un Conselh deus usatgèrs

lo congrèsMais Lo Congrès, ce n’est pas seulement des applications sur internet, sur tablette et smartphone. C’est également une institution scientifique qui travaille au développement et à la codification de la langue occitane.

Lo Congrès veut surtout s’adresser à tous :  » Ce qui fait la qualité du Congrès, c’est le fait d’être un lieu d’échanges, de travail et de création, analyse Sèrgi Javaloyès, secrétaire du Congrès. La réussite du Congrès, c’est de faire se rencontrer des gens qui ne se rencontrent jamais et surtout de réussir à faire se parler les chercheurs et universitaires avec les gens qui utilisent la langue tous les jours « .

Un conseil linguistique, qui représente la communauté scientifique de toutes les régions occitanes, présidé par le professeur à l’Université de Toulouse-Le Mirail Patrick Sauzet, réalise un travail de vérification et de recherche. L’un des objectifs à terme est ainsi la création d’un dictionnaire occitan universel. Parallèlement, il existe aussi un conseil des usagers qui donne la parole aux utilisateurs.  » Les usagers sont tous ceux qui se servent de la langue et qui ont chaque jour des questions, des problèmes avec des choix, des choses qu’ils ne savent pas, qu’ils ne trouvent pas dans le dictionnaire ou alors des idées qui leur viennent et ils n’ont pas automatiquement la réponse « , explique Patrici Baccou, président du Conseil des Usagers.

 Las novetats del Congrès

Mais Lo Congrès n’en est qu’à ses débuts et est encore en phase de développement. Ainsi, une nouvelle version du site est en préparation avec de nouvelles applications : dictionnaire dans le sens occitan-français, Dicod’Òc historique avec notamment la mise en ligne du Trésor du Félibrige, développement du Verb’Òc, ajouts de lexiques de l’historiographie, de bases de données d’expressions et de citations littéraires, avec également la possibilité d’entendre la langue (expressions, tableaux sur la relation entre la graphie et la phonie…)

Cette nouvelle version du site devrait être mise en ligne avant le mois de juin.

lo-congrsSirine Tijani

07 Mar

Seran un centenat per « Bastir ! » la presencia de l’occitan dins las comunas!

Les listes pour les municipales sont closes depuis hier. Voici quelques chiffres sur la présence de Bastir ! le mouvement citoyen occitan.

réunion

Les candidats Bastir! réunis à Toulouse le 8 mars 2014 Photo Cynthia le Baron

Los candidats

98 candidats officiels, mais 3 viennent de se rajouter à Aurilhac. La centaine devrait être dépassée

39 sont des candidats sortants (la plupart Sans Etiquette)

49 sont membres d’un parti politique (25 du Partit Occitan, une dizaine d’EELV, mais aussi PS, UDI, Pais Nòstre, Partit de la Nacion Occitana…)

18 sont issus du milieu associatif occitan

Etiquetas politicas

36 candidats sur des listes SE

30 avec le PS

10-15 Europe Ecologie Les Verts

10 UDI, centre

8 Front De Gauche

1 UMP (Béziers) et 1 ancien UMP (Narbonne)

Las vilas

Plus de 80 communes en tout. Des grandes (Toulouse, Pau, Albi, Béziers, Narbonne, Montauban, Carcassonne), des moyennes (Castres, Orange, Colomiers, Bergerac, Aurillac, Rodez, Gaillac, Graulhet…) mais aussi des toutes petites.

municipales-2014-bastir-oc-roland_garrigues-gael_-tabarly-img_5953

Signature du contrat avec Roland Garrigues le candidat PS de Montauban

De las regions…

Là où il y a un élu régional (Midi-Pyrénées avec Guilhèm Latrubesse, Aquitaine avec Dàvid Grosclaude), les candidats sont les plus nombreux.

Midi Pyrénées : 42

Aquitaine : 24

Languedoc-Roussillon : 14

Provence : 10

Limousin : 2

Drome Ardèche : 2

De notar

L’accord a échoué à Agen mais aussi à Marseille où il était question de rejoindre une liste FDG puis celle de Pape Diouf (ancien président de l’OM).

Le Parti de Gauche a refusé et exclu les candidats occitans présents sur la liste commune avec le FDG. Ce fut le cas à Marseille et à Toulon.

A Béziers, Bastir ! et Catherine Carrière-Pradal ont rejoint la liste d’Elie Aboud, réalisant ainsi la seule alliance avec l’UMP pour constituer un front républicain.

Il pourrait y avoir des candidats Bastir ! élus dans les communautés d’agglomération comme à Toulouse, Pau Carcassonne…

A Pau, pas de candidats occitanistes (Bastir ! ou pas) sur la liste de François Bayrou. Le président du MODEM a déclaré qu’il s’occuperait lui-même de la question. Il recevra en début de semaine prochaine les associations occitanes. Son adversaire David Habib l’a déjà fait. Bastir ! Béarn -qui représente une dizaine de candidats- fera une conférence de presse le vendredi 14 mars.

Benoît Roux

Torneg de las VI nacions : la veishiga cantarà en occitan.

 imagesDissabte, i aurà d’ambient del costat de Saut de Navalhas devèrs las 5 oras de l’aprèp dinnar. E la sala Francis Moulia de l’estadi de rugbí risca d’èsser confla. Sus la granda tèla : la partida Escòcia-França. E dins tota la sala, los comentaris en occitan.

Deja l’an passat, las associacions Cultura de Noste e los Comelodians ambe los joves jogaires de Saut de Navalhas avián convidat lo monde a venir far viure la partida en lenga nòstra. Mas per aqueste còp an trobat un trio de tria : Jòrdi Lamarlèra director de la calandreta d’Ortès e los duetistas famoses de « My actualitat m’espanta », vòli parlar de Julian Cabarry et Pierrick Bordenave.rugbi

E plan solide en Biarn, las causas se passan pas atal. L’escaufament se farà amb una bona cantèra. L’analisi tecnica de la partida serà assegurada per un bon aperitiu. E per degelir una desfacha o festeja la victòria dels blaus, res de melhor que de s’engolar una bona garbura.

L’afar serà en direct sus Ràdio País.

Lo Benaset

06 Mar

Los camins e identitats multiples d’Eric Fraj

Dire qu’Eric Fraj a plus d’une corde à son art est un doux euphémisme. Chanteur multi-langues, musicien, écrivain, poète, philosophe…Aussi à l’aise chez Jean Boudou que dans Jaufre Rudèl ou encore Garcia Lorca.

Toujours en réflexion, à débusquer des ambiguïtés,  en errance pour se retrouver, passe frontière en quête de mélanges. Toujours s’interroger. « Qu’un occitan per deman ? Lengatge e democracia » son dernier livre est le fruit de ce parcours. Un essai qui remue, interroge, sur les identités justement, sur les chemins de la langue et de sa transmission. Eric Fraj en parle dans cet article paru dans le Jornalet. Son livre a été longuement commenté et analysé.

 

Il revient aussi dans l’actualité avec 2 albums.

Le premier « Pep el Mal » est l’histoire de son grand-père José Fraj parti à pied d’Alcoi, proche d’Alicante en Pays Valencien pour s’établir à Lavelanet puis Toulouse. C’était en 1920, pour fuir la misère et la guerre. Une aventure humaine faite de mouvements et d’identités. L’homme qui marche pour ne pas arriver. Ce café toulousain dans le quartier de La Concorde à Toulouse où José venait, où nous avions retrouvé Eric en 2007. Au moment de son spectacle « Pep el Mal » avec d’autres musiciens.

« Pep el Mal » Eric Fraj par france3midipyrenees

Aujourd’hui c’est un disque, nouveaux arrangements et collaborateurs. Un disque avec ses 12 chansons embarquées en tournée. Après Toulouse cette semaine, il sera en Ariège à Oust le 28 et Dun le 29, puis à Auch le 22 mai.

fraj-lorca-500Le second : « Eric Fraj chante Lorca en occitan ». Et ce n’est pas la première fois qu’Eric se frotte au répertoire espagnol, en l’occurrence andalou. Les traductions du grand poète Federico sont signées Max Rouquetteavec une introduction de Philippe Gardy. Des textes tirés du Romancero Gitano, Cante Jondo entr’autres.

Toujours à propos de traduction, Eric Fraj signe la partie française et la préface de « Viaur », un recueil de 2 romans de Robert Marty.

Quand on vous dit cheminement,  éclectisme et identités…

Benoît Roux

03 Mar

The Inspector Cluzo : du rock gascon 4 étoiles

86243-inspector-cluzo-mer-12162009-0946Il y a bien quatre étoiles sur leur logo. Tels des mousquetaires, ces cadets de Gascogne auraient pu être quatre pour faire leur musique…Mais voilà, ils ne sont que 2 : Laurent Lacrouts & Mathieu Jourdain alias Malcom & Phil de The Inspector Cluzo.

Un duo ébouriffant, plus déjanté que les Rita Mitsouko, moins glamour qu’Eurythmics, tout aussi créatif que les Daft Punk.

Leur réputation, ils l’ont faite sur scène, à l’énergie, à la provocation, Laurent Lacrouts à la batterie et Mathieu Jourdain aux guitares. Ni basse, ni clavier, ni artifices, des riffs et des rythmiques qui sonnent et cognent comme un groupe plus large.

Un jeu de scène décoiffant exercé sur les plus grandes scènes rock, dans les festivals les plus réputés, et dans le monde entier. Il suffit de jeter un œil sur leur site : Chine, Afrique du Sud, Japon, USA, Australie et partout en France pour 2014. Leur album vient de sortir au Japon avec une tournée à suivre.

 Identitat

Mais attention, pas de concerts sans un « Adishatz », une bannière gasconne, un maillot du Stade Montois. Car oui nos gascons viennent des Landes, occupés à faire les paysans à Saint-Martin du Mont (Landes) quand la scène et le milieu artistique ne les accaparent plus. Physiques et engagés comme de bons rugbymans, ils n’hésitent pas à envoyer « la Cazérienne », l’imne gascon de la corsa landesa. Après avoir brocardé avec des gestes sans équivoque le géant mondial des semences transgéniques en pleine tournée américaine ! C’était à Los Angeles le 20 décembre dernier. C’est aussi sur leur dernier disque « Gasconha Rocks ».

The Inspector Cluzo en tournée aux USA

Ces artisans de la musique font tout eux-mêmes : imprésario  compta, design, packaging, production…Sur « Gasconha Rocks », on retrouve Jean Barrère, le célèbre éleveur de vaches landaises en photo sur la pochette.

Sur leur site, on découvre aussi des infos sur « La seleccion de Gasconha » de rugby montée par l’association « Los mousquetaires de Gasconha ».

Fenomèn mediatic

Véritables stars de la scène rock, les médias se sont emparés du phénomène. Notamment en France. M6 leur a consacré une partie d’un magazine sur « Ces français qui triomphent à l’étranger », on peut aussi les voir sur Culture Box, le site culturel de France Télévisions. Et ils seront en avril dans Viure Al País.

La presse spécialisée est dithyrambique, et même Géo dans son dernier numéro avec Jan Barrère en couverture se penche sur leur cas et sur leurs oies.

Aussi célèbres et drôles que l’Inspecteur Clouseau cher à Blake Edwards, Phil & Malcom ont le vent en poupe, mais ils restent égaux à eux-mêmes. Et ce n’est pas une Gasconnade !

Benoît Roux

 

01 Mar

Un peu d’occitan… sur France Culture

L’émission « Sur la route » de France Culture a donc choisi Béziers pour sa 8ème étape des « villes en campagne » et c’est notamment d’occitan dont il a été question pendant près d’une heure. Sur le plateau au coté de Julie Gacon : Benjamin Astié, Philippe Hammel, le groupe Mauresca avec Beneset, Drac, Inti et Chab et pour couronner le tout : Joanda! (dans une interprétation acoustique ET solo de son tube Gosta la vida suivi d’un petit bout du Se Canta... ).

Emission à ré-écouter au moins pour deux bonnes raisons : un live de Mauresca  (à 17’37 ») qui nous livre un bout de son prochain album prévu pour fin avril « Riòta » et des reportages plutôt sympas dans une Calandreta de Béziers puis en compagnie de Ruth Kaizer…

Clément Alet

 

 

27 Fév

Lo novèl collègi calandreta de Tolosa

Les nombreux calandrons et leurs parents l’attendaient depuis longtemps : le collège calandreta de Toulouse a enfin ouvert ses portes en septembre dernier. La première promotion de sixième, qui ne dépasse pas 10 élèves, vient des calandretas primaires haut-garonnaises mais également de Pamiers, en Ariège. Pour le moment, le collège s’est installé dans une maison de ville, dans le quartier Saint-Agne de Toulouse. Continuité de l’enseignement bilingue en immersion, pédagogie basée sur des projets qui se retrouvent dans toutes les matières, expérimentation novatrice de l’enseignement des langues… les débuts du collège calandreta toulousain sont positifs. La Fédération régionale espère désormais que cette ouverture réussie amènera l’inscription de plus en plus d’élèves : elle attend entre 15 et 20 collégiens de plus l’an prochain.

Sirine Tijani

Reportage Sirine Tijani/Denis Hémardinquer  Montage Martine Delaunay 

Le nouveau collège calandreta de Toulouse par france3midipyrenees

26 Fév

Tolosa : Convergéncia politica cap a l’òc!

Plus de socialisation de la langue dans les lieux publics ? C’est OUI.

Vous voulez une troisième calandreta sur Toulouse ? On est d’accord !

Des ouvertures de classes bilingues ? Oui, au minimum une par an…

La réunion publique lundi soir impulsée par Convergéncia Occitana avait des allures d’Ecole des Fans. Des artistes qui connaissent la musique, des bonnes notes, et une chanson pour finir.

20140224_200304 (2)Tribune des politiques Salle du Sénéchal (Toulouse)

Sur scène, 3 candidats à briguer le Capitole : Pierre Cohen (PS), Jean-Luc Moudenc (UMP) et Antoine Maurice (EELV). 2 autres étaient restés en coulisse mais avaient pris soin d’envoyer un colistier sous les feux de la rampe : Marie-Ange Lalanne pour Christine de Veyrac et Vincent Rivière pour Jean-Pierre Plancade. Vincent Rivière a d’ailleurs été le seul à s’exprimer en occitan. Les occitanistes ont dû apprécier. Pierre Cohen un peu moins, en faisant  remarquer à juste titre qu’il aurait pu lui aussi mandater sa candidate occitanophone Lidwine Kempf pour s’exprimer.

Mise à part ça, ça fleurait bon l’unanimité et le consensus. Moins d’enjeux sans doute qu’en 2008, et donc moins de monde dans la salle du Sénéchal.

Reportage diffusé dans le journal occitan de France 3 le samedi 1er mars


municipales toulouse occitan par france3midipyrenees

De que retener ?

Convergéncia occitana a donc réussi à réunir les 2 ténors PS et UMP qui se sont soigneusement évités. Pierre Cohen était déjà là en 2008. Pas Jean-Luc Moudenc qui avait envoyé Marie Déqué et René Bouscatel. Ce sera sans doute un des rares moments de campagne où ils seront ensemble. Ce n’est pas rien. Une preuve supplémentaire de l’intérêt unanime porté à l’occitan. Auparavant, Convergéncia avait envoyé un questionnaire portant sur 35 points aux candidats. Aucun ne l’a pour l’instant complété et renvoyé. Mais ça devrait venir.

L’ensenhament

Unanimité pour faire du dossier de la transmission une urgence et une priorité.

Côté calandreta, il faut secourir Costa Pavada qui est en difficulté, notamment de locaux. Ouvrir une troisième calandreta sur Toulouse : ils s’y sont tous engagés. Et enfin aider le tout nouveau collège qui vient d’ouvrir dans une maison du quartier Saint-Agne. Le candidat UMP est même prêt à céder un terrain pour y construire les bâtiments nécessaires. Côté public, il faut accentuer l’ouverture de classes bilingues, au moins une par an sur l’agglomération. La convention signée entre le rectorat et la région Midi-Pyrénées va bien aider. Les adultes eux aussi ne seront pas en reste. Vera-t-on demain le personnel municipal participer à des cours d’occitan ? Enfin des crèches bilingues seront expérimentées et la présence de l’occitan accrue dans le domaine périscolaire : centres de loisirs, CLAE…

La cultura

Parlons d’abord des lieux. L’Ostal d’Occitània a été inauguré par Jean-Luc Moudenc, pas peu fier d’avoir mené à bien ce projet après en avoir hérité. Mais il reste des travaux à faire : réaliser une documentation (notamment avec le legs fait par Maurici Andrieu), aménager les magnifiques caves, installer un ascenseur… Pas de problèmes du côté des candidats.

Et le conservatoire, est-il toujours occitan ?

Tous les politiques sont d’accord : il faut redonner à cet organisme ses missions initiales. Car aujourd’hui on la présence de l’occitan est très rare. Même son nom est caché. Un comble pour une institution qui pompe tout de même presque la moitié des 500 000 euros du budget octroyé à l’occitan ! Son président actuel Jean-Christophe Sellin n’a rien fait pour enrayer cette dérive. Bien au contraire. Mais le candidat Front de Gauche aux municipales -pourtant donné présent- n’a pas daigné venir pour s’en expliquer. De toute façon, sa ligne est claire : oui à la culture et non à la langue. Comprenne qui pourra.

Des divergences apparaissent sur la proposition de Convergéncia de transformer l’ancienne prison Saint-Michel en Centre International de la Civilisation Occitane Latine et Toulouse_-_Prison_Saint-MichelMéditerranéenne. Pierre Cohen a pour projet la création d’un espace dédié à la culture méditerranéene avec une composante occitane, mais pas à Saint Michel. Jean-Luc Moudenc veut consacrer ce lieu à la musique et à l’Orchestre du Capitole.

Antoine Maurice veut un ancrage au Sud (Barcelone) et en finir avec le parisianisme. Saint-Michel ? Pourquoi pas, à condition que cela reste un bâtiment public et un lieu de mémoire. Il est le seul à s’engager concrètement sur un budget porté à 2M d’euros. Vincent Rivière, avec la fougue du novice en politique, s’est engagé sur beaucoup de choses, a dégainé beaucoup de promesses. Mais il n’était que le représentant de Jean-Pierre Plancade.

En revanche, personne n’a dit OUI au quota de 10% réservé à la culture occitane demandé par Convergéncia.

Le mouvement Endavant avait mis la pression pour des annonces bilingues dans le tram. Mais il n’a pas eu à s’en servir. OUI les traductions sont en cours et tout se fera après l’élection.  Pour le reste, la signalétique bilingue devrait se poursuivre. Jean-Luc Moudenc veut même que « les collèges et lycées soient aux couleurs de notre langue ».

Reportage de la locale de Toulouse : Christophe Neidhardt et Denis Hémardinquer Montage : Elsa Leroy Municipales à Toulouse et l’occitan par france3midipyrenees

Un adjunt per la lenga

Unanimité là aussi, il y aura un adjoint pour l’occitan poste occupé actuellement par Jean-Charles Valadier. Ce sera Jean-Michel Lattes pour Jean-Luc Moudenc et sans doute Lidwine Kempf pour Pierre Cohen.

Per clavar

Dans ce simili débat qui n’en était pas un (d’ailleurs certains candidats l’ont refusé), où l’audace est restée aux vestiaires et le consensus a occupé le terrain, il est bien difficile d’extraire quelque chose. En tous cas pas de scoop ni d’annonce fracassantes. Une sorte de force tranquille où l’occitan est devenu une évidence en devenir, sans plus de certitudes.

Les grincheux diront que tout ceci était sens chuc ni muc (insipide) et ne servira à rien. Les optimistes relèveront que ce type d’échange démocratique n’existe pas –hélas- dans les autres grandes métropoles occitanes.

Et comme jadis dans les émissions de Jacques Martin, le public a rejoint la scène et ses artistes pour entonner à l’unisson le Se Canta. Pas de fausse note.

Benoît Roux

Les 5 interventions d’Antoine Maurice, Pierre Cohen, Jean-Luc Moudenc, Marie-Ange Lalanne et Vincent Rivières filmés le lundi 24 février 2014 Salle du Sénéchal de Toulouse.


Les 5 interventions sur les municipales et l… par france3midipyrenees

RSS