21 Jan

Dimanche 24 janvier 2021 Viure al País est à Limoux dans l’Aude

Sirine Tijani à Limoux

Cette semaine Viure al País  est présenté par Sirine Tijani, elle vous emmène à Limoux dans l’Aude où circule une drôle de monnaie, le SouRiant

La ville de Limoux est très connue pour son carnaval, le plus long du monde dit-on, mais c’est aussi le pays du rugby à XIII.

Voici en image une petite présentation de votre émission de dimanche prochain : 


Pour en savoir plus sur cette émission et en voir quelques extraits, vous pouvez vous rendre sur la page de France 3 Occitanie : ICI

 

@Vicenta

 

 

15 Jan

Bom-Badís N°1 : Cocanha (Puput)

Voici en intégralité le numéro 1 de la nouvelle série Bom-Badís.
Il s’agit d’une chronique musicale qui sera régulièrement diffusé dans Viure al País. Elle est réalisée par Piget Prod (Coproduction Piget et France Télévisions).  
Dans cette nouvelle chronique Aimat Brees, vous tiendra informés des sorties musicales, de ses coups de cœur… Pour la première, il a écouté le dernier album de Cocanha : Puput.

 

@Vicenta

 

14 Jan

Dimanche 17 janvier 2021 Viure al País est en Ariège

présenté par Sirine Tijani

Dimanche prochain à 10h 45 sur France 3 Occitanie, Sirine Tijani est en Ariège pour vous présenter un Viure al País musical, mais pas que…

Tout d’abord nous rencontrerons Gérard Garrigues à Limbrassac près de Mirepoix pour le suivre dans ses nombreuses activités, comme la vannerie, la langue occitane et la musique … extrait : 

Nous partagerons aussi quelques moments avec Pierre Rouch autour de ses passions : l’eau de vie (il est distillateur ambulant), la facture d’instruments et la musique. Pierre participe à différents projets musicaux tels que GadalzenMosaïcaMatta-RouchBouilleur de sons
C’est avec Michaël Bourry, que nous vous proposons de le découvrir dans un épisode de la toute nouvelle chronique musicale Bom-Badís.
Aimat Bress a écouté pour vous le premier disque du duo Bourry-Rouch, Couserans.

Vous pouvez voir un extrait de cette rubrique sur notre page web : Viure al País. En attendant voici une vidéo tirée du site du duo:

 

@Vicenta

 

 

07 Jan

Rugby dans Viure al País dimanche 10 janvier 2021

Une bonne année à toutes et à tous. Votre magazine occitan reprend dimanche 10 janvier à 10h 45 sur France 3 Occitanie avec du rugby au programme. Dans cette émission présentée par Géraud Delbès, il sera question de rugby à XIII et à XV :

Des extraits de cette émissions sont disponibles sur la page France 3 Occitanie de Viure al País : ICI

Vous l’avez-vu dans la bande-annonce, notre émission s’achèvera avec la diffusion du clip « Leis alas dau temps » de l’artiste Rodín Kaufmann.  Il s’agit du premier single de l’album Pantais Clus dont la sortie est prévue en février 2021.

A lire dans notre blog à propos de Rodín : articles Rodín Kaufmann

Et en attendant dimanche : 

 

@Vicenta

 

 

 

15 Déc

LA PETITA VOTZ N°1 : AUTORAS DE UEI

 

La petita votz est une coproduction de France Télévisions et Piget Films. Elle est réalisée par Amic Bedel et présentée par Estelle Comellas.


Episode N°1 : Les auteures d’expression occitane d’aujourd’hui

Ce premier numéro est consacré à la place des femmes dans la littérature occitane actuelle. Ecrivaines, poétesses, conteuses, romancières, auteures de chansons, blogueuses…


D’autres épisodes à suivre bientôt dans vos prochains Viure al País

@Vicenta

 

 

08 Déc

Viure al País du dimanche 13 décembre 2020

Dimanche à 10h 50 sur France 3 Occitanie Géraud Delbés vous présente le dernier Viure al País de 2020.
Nous finissons l’année avec un point sur le confinement, mais aussi avec des notes de musique.

Pour en savoir davantage sur cette émission et en voir des extraits vous pouvez vous rendre sur la page du magazine : ICI

A propos du nouvel album du groupe de polyphonies occitanes Vox Bigerri, il est produit par le label Le Fil et promu par l’agence Martingale :

En attendant dimanche, voici une version courte du morceau « La Canta d’Abitenh » interprété devant notre caméra :


Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce chant dans l’album Jorn.


Les diffusions 
sur France 3 Occitanie de votre Viure al País reprendront le dimanche 10 janvier 2021.

@Vicenta

05 Déc

Jòrdi Peladan e sa familha en òc

Lo 6 de decembre, Viure al País seguís l’autor Jòrdi Peladan patriarca d’una familha militanta, passionada e unida.

 Martin, Jòrdi e Corina a Nimes

Son de raiòls, de rebossiers, parpalhòts tanben e amai occitanistas. Tres generacions que portan uòi encara la lenga d’òc, dau grand aus felens, e que la fan viure dins lor vila de Nimes e dins lor refugi en Cevenas, Sant Estève de Val Francesca. Autor reconegut e militant caput, Jòrdi Peladan rampela sovent que « i aviá pas res d’obligatòri » per sos tres enfants. Lor impausèt pas jamai de seguir sa lucha per defendre la cultura occitana. E pasmens, dos venguèron regents en calandreta. Perque, emai sens obligacion, la lenga èra presenta dins sa familha coma dins aquela de sa femna. El seguèt un percors pron classic dau locutor occitan : enfant, coneissiá lo patoès de sa maire, aquel de la val francesca. Sos dos parents èran originaris de la valada e Jòrdi i passava totas sas vacanças – la famiha viviá a Alès, ont lo paire èra professor. A Sant Estève, l’ostau daus Peladans es isolat dins los bòsques, a 4 quilomètres dau vilatge. « Dins aquel temps, i aviá pas de camin per la veitura, alara bolegaviam gaireben pus d’aicí » precisa l’escrivan. Per el, lo patoès se limita longtemps an aquel luòc. S’avisarà ben mai tard que se parla endaquòm mai, e qu’a un autre nom. « Es estat una revelacion. A l’epòca, coma fòrça mond, ai fach lo collègi d’Occitania, de corses per correspondéncia. E ai descobèrt que podiái escriure en occitan, çò que sabiái pas. » Uòi, pasmens, la lenga d’òc demòra encara per Jòrdi Peladan aquela de la maire e las Cevenas son presentas dins gaireben totes sos libres, en poesia coma en pròsa. Mas sustot, es sa lenga d’escritura : « pensi pas qu’auriái escrich sens l’occitan. En francès, pensi pas ».

Installat dempuòi 1966 a Nimes, Jòrdi s’aluenchèt jamai de Sant Estève. Se n’amusa. « Siái pas un viajaire, ai aqueste besonh d’i tornar cada tres o quatre jorns. Emai a còps qu’ai gaire de temps fau l’ora e mièja de veitura sonque per asagar l’òrt ». Sos enfants e sos felens venon eles tanben passar de vacanças dins l’ostau de familha. « I vau au mens un còp per an, es important », confirma Martin, 25 ans. Pòdi pas i anar tant de temps coma quand èri pichon, mas ongan per exemple es alai qu’ai fach una fèsta per l’an novel. » « Tot lo mond a la clau, explica lo grand. D’unes venon per la dimenjada, d’autres i organizan de fèstas, es dubert a totes. » Es amont tanben, que sas doas filhas e son fiu foguèron confrontats d’un biais viu a la lenga occitana. Corina, la segonda, fondatritz e directritz de la calandreta Aimat Serres de Nimes, se remembra de sa grand que parlava lo patoès, « amb sos amics, sos vesins, mas pas amb nautres ». « Me mandava a l’òrt quèrre « des oignons » e un còp crosi mon oncle e mon paire que me dison : « te siás enganada, as près de cèbas », e ieu compreniái ren. Las lengas se mesclavan sovent, au punt qu’ai descobert pas qu’au licèu que talabrena es pas un mot francès. » La familha mairala es tanben raiòla e Corina conserva encara lo pichon casernet que son grand li aviá fach, « mon primièr lexic patoès-francès ». Per ela, i aviá doncas una « dinamica » que la butèt a s’afogar per l’occitan. « Te levas pas un matin en te disent, « vau seguir la dralha de mon paire ». Fasiái d’occitan au licèu, èri dins de grops de dansas trad, ma maire èra ja regenta e prepausava de projectes en occitan. A un moment, me caliá causir un mèstier e calandreta se presentèt. »

Lo tablèu de familha se completa amb Eric, lo marrit de Corina, el tanben regent de calandreta e lors enfants Simon e Martin, que parlan totes dos occitan – çò qu’es pas lo cas per totes los felens de Jòrdi, que n’a 7 en tot. L’autor raiòl entamenèt darnierament un novel polar, que marcarà lo retorn de la detectiva Margarida Cercamond e que contunharà una òbra sens pausa dempuòi las annadas 80. Un percors que pòt estonar, puòiqu’es menat per un òme qu’aviá causit coma profession d’ensenhar las matematicas. « Benlèu que foguèt un biais de me marcar familiarament, puòi que mon paire èra professor de letras », conta l’ancian ensenhaire de l’universitat de Montpelhièr e autor d’un libre d' »Aisinas Matematicas » en occitan. Mas es pas solet a trabalhar la lenga. Silvia, son ainada, es jornalista e Corina fa de reviradas, coma aquela dau roman « Seda » de l’Italian Alessandro Baricco. Sustot, la regenta realisèt un trabalh remarcat sus la benda dessenhada « Los Ignorants » que conta cossí dos amics, l’un vinhairon e l’autre autor de BD, s’inícian mutualament a lor mèstier. Una òbra plena de vocabulari especific, que demandèt un brave trabalh. Dins una entrevista au Diari, Corina expliquèt que son percors de traductritz comencèt dins son escòla, que mancava de materiau pedagogic en òc e que caliá ne revirar dau francés. « A un moment donat, comencèri simplament de far la metèissa causa pels adultes. »

Dins l’ostau de la val francesca, que se trapa au cap d’una rota de tèrra e de pèiras au mitan daus bòscs, Jòrdi Peladan nos aculhiguèt pendent una tantossada au mes de septembre. Se i dintra per una terrassa directament dins la sala de manjar, en dessús d’una anciana cleda per secar las castanhas – solid, sèm en Cevenas. Sus una paret senhoreja la crotz uganauda e sus las laissas se trapan mantun alcoòls. « La cantina de 51 es per Corina, Eric aima melhor lo 45 » indica lo mèstre daus luòcs. Defòra l’òrt es organizat en estancis, ont coabitan lieumes e aubres. S’i pòt remirar un polit panorama sus la valada. « Ai trapat un equilibri, entre la vila e aicí, nos fisa Jòrdi. Aimi d’èsser en vila, i a mai d’animacions. Mas se deviái causir, es aicí que demorariái. »

Jòrdi Peladan dins son ostau en Cevenas

03 Déc

Protestantisme dans les Cévennes

Dimanche 6 décembre 2020, Viure al País s’intéresse à l’histoire du protestantisme. Dans cette émission présentée par Marius Blénet, notre guide est Michel Wienin, géologue, paléontologue, historien, protestant et occitaniste.

Marius ira aussi à la rencontre de rencontre de Jòrdi Peladan, en vallée française. Il est écrivain, mathématicien occitan et protestant lui aussi. Auteur de prose comme de poésie, vivant entre Nîmes et Saint-Etienne-Vallée-Française, il a transmis sa passion pour la langue d’oc et pour les Cévennes à ses enfants et petits-enfants.

Michel Wienin nous emmène au musée du Désert, à Mialet (30) pour y découvrir l’histoire de la répression contre les protestants qui a été menée sur ce territoire à partir de la révocation de l’Edit de Nantes (1685) et durant un siècle. Il nous montre des ruses et cachettes qu’employaient les camisards pour ne pas se faire démasquer :

Une autre cachette et un extrait du sujet avec Jòrdi Peladan sont sur la page de notre magazine : ICI

Viure al País sus la traça dau protestantisme raiòl, es dimenge sus France3 !

 

@Vicenta

 

 

 

 

24 Nov

Viure al País du 29 novembre 2020 au Mont Aigoual

Ce dimanche à 10h 50 votre magazine vous est présenté par Marius Blénet depuis le sommet des Cévennes, le Mont-Aigoual. Il y sera particulièrement question de pastoralisme : 

Dans votre émission, il y aura aussi un sujet botanique avec Florence Faure Brac, formatrice dans ce domaine. Dans un reportage de Clément Pech, nous suivrons Florence en balade avec un groupe à la découverte de la flore cévenole, puis chez un fabricant d’huiles essentielles.

Pour en savoir davantage sur les plantes avec Florence Faure Brac vous pouvez aller sur son site : https://meristemeblog.wordpress.com
En complément de magnifiques photos de plantes réalisées aussi par celle-ci :  https://entreclareluna.wordpress.com/

Nous vous proposons de voir aussi un extrait de ce reportage sur notre page Viure al País : ICI

Et n’oubliez pas Viure al País c’est tous les dimanches à 10h 50 sur France 3 Occitanie.

 

@Vicenta

 

17 Nov

Viure al País : emploi et handicap

Dimanche prochain clôturera la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées 2020. La situation sanitaire, ne nous permettant pas de réaliser des reportages comme nous le voudrions, nous vous avons concocté un magazine avec deux rediffusions. Deux portraits, celui de Léona Pistre, mal-voyante et celui de François-Gabriel Tallarida, touché par le syndrome d’Asperger. En voici quelques images :

Deux autres extraits sont à voir sur la page de Viure al País : ICI

C’est dimanche 22 novembre 2020 à 10h 50 sur France 3 Occitanie.

@Vicenta