08 Jan

BONA E UROSA ANNADA 2018

Toute l’équipe occitane du magazine Viure al Paìs et du JT OC vous souhaite une très bonne et heureuse année 2018.

Si vous avez loupé notre premier journal en occitan de l’année diffusé le samedi 6 janvier, nous vous proposons d’en découvrir un extrait :

Si vous souhaitez participer au concours de nouvelles du Lecteur du Val, vous avez jusqu’au 16 février 2018 pour envoyer vos textes en occitan ou en français.
Pour en savoir plus : http://www.lecteurduval.org/310-concours-nouvelles.html

 

Dans notre édition occitane du 6 janvier, il est aussi question de l’année occitane à Toulouse. En 2018, la ville rose veut organiser tot plen d’eveniments a l’entorn de la lenga nostra :


Pour revoir nos journaux en occitan sur le site de France 3 Occitanie c’est :
  ICI

 

@Vicenta

 

22 Déc

Bon Nadau e a l’Annada Novèla

Demain soir : dernier JT Occitan de l’année 2017 consacré à Noël et présenté par Marius Blénet

  • Chaque Noël, depuis plus de 30 ans, une messe de minuit en langue d’oc se déroule à Montpellier ou dans les villages des alentours. Cette année elle aura lieu à l’église Saint-Matthieu dans le vieux Montpellier. Rencontre avec Joan Larzac, prêtre de la paroisse de Saint-Georges-d’Orques, qui officiera cette messe en occitan.
  • Dans le Rouergue à Salles-la-Source, l’équipe occitane du JT a rencontré Yves Garric. Journaliste à la retraite. Yves est aussi un écrivain, il publie aujourd’hui une pastorale traduite en occitan et actualisée, dans le sens où elle nous parle de la société contemporaine. Il s’agit de La Pastorala dels Masucs. La publication de ce livre, 20 ans après son écriture, est un hommage rendu à son ami Maurice Andrieu l’auteur de la version occitane.
    La Pastorala dels masucs, une histoire de Noël engagée à propos de la ruralité. Se pòt comandar al Centre Culturel Occitan du Rouergue per telefòne (05 65 68 18 75) ou per mail (contact@ccor.eu).

Reprise à l’antenne des éditions occitanes le samedi 6 janvier 2018 et du magazine Viure al Pais en occitan le dimanche 14 janvier 2018

joyeuses fêtes

 

 

@ Vicenta

 

 

01 Déc

La cultura geek parla tanben l’Occitan

A l’escasença dau Tolosa Game Show (2 e 3 de decembre), se fai una presentacion de la lenga d’òc a travers de la cultura geek.

FTV__________6727-00_00_01_09

Sébastien Laurens, co-fondator dau TGS

« Lo Tolosa Game Show (TGS) es un eveniment que presenta mantunas culturas: la japonesa amb los mangas e los jòcs-videos; l’americana gràcia aus comics. Me semblava logic de daissar un corner [sic] a la cultura locala. » La filosofia de Sebastien Laurens, co-fondator dau salon geek es tràs que simpla. Pasmens, la plaça facha a l’òc dèu pegar a l’esperit de l’eveniment: cau demorar dins una demarcha ludica, e pas tombar dins una presentacion universitària que fariá fugir lo public. L’occitan comencèt d’aver una entrada l’an passat, amb lo grop Aital Aital, programat per un pichon concert. Ongan aquò se confirma. Lo duo Tolosan es de retorn, acompanhat per una autra formacion, Feràmia, e cadun adaptèt en òc un generic de dessin-animat (se parla notadament d’una version de « l’Inspector Gadget »).

 

Abans que los musicians monten sus l’empont, lo public a drech a una sensibilizacion cap a la lenga nòstra menada per un pichon colectieu de quatre personas. Causiguèran de presentar las iniciativas en occitan dins l’univers geek. « I a ben mai de mond que çò que se podriá pensar que mesclan l’occitan aus jòcs-videos, aus fims e autras referéncias, conta Danís Chapduèlh – autor d’un blòg que reprend aquèu univers (lo país polit daus potonors). Amai me pensi qu’aquèu encontre es naturau. Los geeks son passionats per d’imaginaris divers, e dins la nòstra societat, la cultura occitana es imaginària. » Lo Danís s’activa dempuèi d’annadas dins aquèu domèni, realisèt notadament en 2013 lo doblatge d’un episòdi de la seria culta South Park en òc (Scott Tenorman deu crebar). S’ataquèt tanben a un autre simbòl generacionau, los pokemons, que faguèt la revirada daus noms de las doas primièras generacions (mai de 300 personatges).

Lo trabalh de Dètz.tv, de Piget Prod seràn tanben mostrats au TGS, coma las cronicas « tòca-maneta » de Tristan Gahús. Tot aquò se debana los dos jorns del salon, los 2 e 3 de decembre. E es pas qu’una debuta. Tre lo mès d’abril, quora una version redusida dau TGS prend plaça, Sébastien Laurens a previst de contunhar la programacion occitana, amb benlèu una conferéncia.

 

30 Sep

L’independentisme isolat en Val d’Aran

Luònh de Barcelona, de las manifestacions, arestacions o requisicions que ritman lo quotidian catalan dempuèi un detzenat de jorn, la Val d’Aran espèra pron tranquilament lo 1er d’octòbre e lo referendum d’auto-determinacion. Dins aquel tròç d’Occitania, Espanha a ben mai de partisans que dins lo demai de la Generalitat.

FTV__________5011-00_00_03_19

La question de l’avenidor de Catalonha a totjorn apassionat los militants occitanistas. De’n primièr perqué la cultura catalana nos es vesina e cosina, e puèi sa fòrça e sa vitalitat fan rapidament somiar. Enfin perqué una pichòta part dau territòri occitan, long d’un seissantenat de quilomètres au còr daus pirenèus, es administrativament situit en Catalonha: la Val d’Aran. En parlant amb lo mond crosat per carrièra a Vielha, la capitala aranèsa, una curiositat aparèis lèu. Aici, los dirigents independentistas catalans an ben mens de popularitat qu’a cò dau demai daus occitanistas. Emai la simpla organisacion dau referendum asima. Crosada dins un cafè, Angelina Cases Andreu, vici-presidenta de l’Institut d’Estudis Aranesi, nos explica: « Aici se sentissem aranéses abans tot. E puèi aprèp sèm tant catalans coma espanhòus. Alara crèsi que la majoritat dau mond anirà pas votar dimenge, perqué aquèu vòte es ilegal. S’èra legal i aniriam totes. »

FTV__________5017-00_04_31_20

Angelina Cases Andreu: « En Val d’Aran veirètz pas de bandièras o plancardas independentistas ».

D’autras personas encontradas pòdon èsser mai duras encara en contra de Carles Puigdemont, lo president independentista de Catalonha, e de la classa politica en generau. Un òme los vòl mandar en preson, un autre nos preven, « èriam tranquiles, mas dempuèi quauques temps nos vènon vèire, aquò’s jamai bon signe ». Una femna, proprietara d’un garatge refusa una entrevista mas nos demanda sonque d’emportar en França « los paillassos de politicos ». Dins tota la Val d’Aran i a pas que doas comunas, sus nòu, qu’anoncièran voler organisar la consultacion dau 1er d’octòbre. A Vielha lo conse refusèt e justifiquèt sa posicion amb l’ilegalitat anonciada pèu tribunau suprem espanhòu. Son adjunta, Maria Vergés Pérez, ten a precisir que la municipalitat es pas en contra d’una « consultacion daus ciutadans ». « Aquel referendum foguèt votat pèu parlament de Catalonha alara que sos juristas avián prevengut qu’èra pas corecte e que la mitat daus deputats avián quitats la sala. Cal pas desoblidar que venèm pas de quicòm d’aisit e normau […] En defòra de la lèi i a pas de camin possible, e sonque amb l’aplicacion de la lèi capitarèm pas de resodre aqueste problèma. Avèm besonh de dialòg, un pacte, per solucionar una situacion que fai sonque tensionar la ciutadania. »

Se i a mens de fervor en Val d’Aran, lo referendum garda de defensors. Mirèia Boya, una de las figuras de la CUP, (partit d’extrèma-esquèra independentista membre de la coalicion de govern de la Generalitat) es dau país. E dins una botiga de produches locaus, sus la plaça de la comuna, Olga la vendeira es urosa de poder respondre aus jornalistas. « A cada còp que los medias vènan, dison que sèm contre l’independéncia. Ièu soi per la consulta e per l’independéncia. » A Vielha votar s’anóncia pasmens complicat, puòique coma en Catalonha, la polícia susvelhava los luòcs que podrián servir de burèus de vòte. Sul camin de França, lo vilatge de Les a previst el d’apuejar l’iniciativa de la Generalitat. Novela curiositat, Emili Medan – lo conse – es dau metèis partit que son omològ de Vielha (Unitat d’Aran), alara que prenan de posicions opausadas. El denóncia l’actitud « dictatoriau » de Madrid e crenta una « accion violenta per empachar lo vòte ».

Pels partisans de l’independéncia, Catalonha au mens prend en compte l’especificitat d’Aran – reconeguèt l’estatut de lenga oficiala a l’occitan e fai delegacion de poder au govern locau, lo conselh generau. Los opausants metan en abans que justament aici mantunas culturas coabitan e crentan qu’aquò cambie. Per Hilario, la val es un endrèch  « que foguèt totjorn virat cap a França », ont se viu « d’aise, coma en familha » e dins l’encastre de la generalitat de Catalunya e de l’Estat Espanhòu: « la independencia ni hablar »!

« Las identitats ara son diversas e barejadas, conta Jusep-Loís Sans Socasau, lo president de l’IEA. N’i a que son basicament aranéses, d’autres aranéses, catalans e espanhòus o aranéses-romanéses, aranéses-magrebins… 30% de la populacion es d’origina extra-comunitaria. La lenga d’òc regressèt dins l’emplèc quotidian, mas i aguèt jamai tant de legèires dempuèi que s’aprend dins las escòlas. E au mitan de tot aquela mescladissa, l’identitat aranèsa-occitana es aquela qu’actua coma identitat de coesion, aquela que nos es pròpria. » Es un daus punts d’entenda entre totes, se i a independéncia los aranéses podràn causir lor avenidor. « Sèm nautres que dèurem votar per decidir de seguir Catalonha o non » reprend Maria Vergés, en acòrd per un còp amb la Generalitat qu’anoncièt jà qu’es al pòble aranés de s’auto-determinar.

FTV__________5072-00_00_09_04

Las bandièras europenca, catalana, espanhòla e aranèsa.

 

Marius Blénet

24 Juin

Lo guida que parla la lenga de la montanha

FTV__________5679-00_00_02_19

Dau costat de Luishon, es conegut, las passejadas son polidas. Per los mai esportieus se pòt faire de vertadieras excursions de montanha, d’espeleologia o d’escalada. Per los caminaires dau dimenge e las familhas i a de sentièrs pus aisits, coma lo GR 10 que puja au lac d’Au (Oo en francès) en mens de doas oras d’un pas tranquil. Enfin, pels canhoses, l’estacion d’esqui de Luishon-Suberbanhèras es accessible en telecabina. Per totes, Pèire Albéro pòt èsser un interlocutor de tria.

Acompanhator de montanha, membre dau burèu daus guidaires de la ciutat pireneenca, es tanben un afogat de lenga d’òc qu’utilisa dins son trabalh. « Tota la toponimia aici es occitana, e la toponimia es l’istòria, la memòria dau país » afirma lo menaire, que demanda lèu qu’òm lo sòne simplament Pèire. E lo Pèire se contenta pas de la toponimia, vos balha lo nom daus diferents tipes de monts, de las bèstias o de las plantas, coma la « grasseta, una de las solas plantas carnivòras qu’existís en França, que chapa moissaus e insectes e que daissa sa pèga suls rocasses ».

FTV__________5682-00_00_00_00

La lenga el l’a pas de naissença, mas la trabalha amb l’envèja d’aqueles que cèrcan de ragantar lo temps. Se fòrça cada jorn de ne dire quaques mots a sos tres enfants, el que l’ausiguèt dins son enfança parlada pels grands e rèire-grands dau costat de Carcassona. « Soi pas gascon coma lo mond d’aici, ieu parli lengadocian. Mas per poder me melhorar me manca d’interlocutors, de gents amb quau parlar. Al entorn de Luishon, sèm pas gaire a nos interessar a l’òc. »

FTV__________5778-00_00_19_07

Lo ligam amb son Aude natala, lo Pèire lo mantenh amb la musica, una autra passion. Dempuèi quauques temps acompanha una figura dau despartament e de la cultura occitana, lo cantaire Mans de Breish. Podrètz ausir lèu sa bataria sul disc novel dau guitarista mostachut. « Foguèri intermitent de l’espectacle pendent 3 ans e balhi de cors de batariá dempuèi de decenias, reprend lo guidaire. Es en 2005 que soi arribat amb ma familha a Luishon. » Pasmens, quand l’escotam dire « nautres los pireneencs », sembla que li calguèt gaire de temps per adoptar aquela region. Es un « apassionat de montanha dempuèi totjorn », que capita d’i passar sa vida ara. Podrètz caminar amb el, en causissent un daus « mòdes de desplaçament de la montanha » : l’escalada, l’esqui o la marcha.

Marius Blénet

08 Avr

Responchon, qu’es aquò ?

Responchon, qual sias ? Planta mitica dins d’unes endreches, desconeguda dins d’autres, de còps que i a espotida e mespresada… Empacha pas que fa córrer de monde pels bartasses e pels restaurants. Lo primièr libre sus la planta ven de sortrir : « Le répountchou qu’es aquò ? » a las edicions Vent Terral. Òm i apren fòrça causas sus l’origina de la planta, cossí arribèt en Roergue e dins Tarn. Se vos en trufatz de l’origina e que ne volètz simplament manjar, serà la fèsta del responchon aqueste dimenge a Còrdas dins Tarn.

"Répountchou qu'es aquò?" a las edicions Vent Terral Fòto : France 3

« Répountchou qu’es aquò? » a las edicions Vent Terral Fòto : France 3

Las originas del responchon

Figuratz-vos que la planta tòrna montar plan luènh. Seriá una planta tropicala (òc-ben) que subrevisquèt a la glaciacion ! Una de las raras. Dins Tarn e Avairon, arribèt ambe los carbonièrs que venguèron d’Euròpa tota. La consomacion commencèt an aquel moment. Se dís mème que permetèt de sauvar de caumas a la prima dins los paises carbonièrs. L’autor Michel Poux dís qu’es « lo senhor dels bartasses mas l’amic dels proletaris » ! S’en tròba duèi suls mercats de Croacia. 

Los autors Anne-Marie Rantet-Poux e Michel Poux Fòto : France 3

Los autors Anne-Marie Rantet-Poux e Michel Poux Fòto : France 3

Òm i apren encara que la planta es… toxica ! La cal far plan coire (pas tròp tanpauc !) que cruda es dangeirosa. Sembla un pauc de sablon. Toxicas tanben las bòlas rotjas quand la planta es granada e que la davalada se sarra. Autres còps, se sonava tanben l’èrba a la femnas batudas. Òm se sonhava amb lo tubèrcul quand i aviá de missant còps. Duèi, servís pas mai per las potingas. Tròp sauvatja e pas possible de ne produsir en granda quantitat. 

E se ne volètz descobrir mai, vos cal legir lo libre o anar deman a la fèsta del responchon a Còrdas ont i aurà los autors Anne-Marie e Michel Poux.


Responchon par france3midipyrenees Reportatge : M. Blénet B. Roux J. Levé M. Blasco P. Dick M.P. Fournier

Lo responchons dins totas las salsas

Dins lo libre, cal pas tròp cercar de recèptas? N’i a sonque una, la tradicionala de Tarn, en ensalada ambe de carnons, de vinagre e d’uòus durs. Per contra, s’anatz dimenge 9 d’abrial a Còrdas a l’Hostellerie du Parc de Claude Izard, ne poidretz tastar dins totas las salsas. Amb d’uòus borrats, de fejat, en ensalada, ambe de peis… Tota la jornada, serà la fèsta del responchon per tastar e descobrir la planta. Los autors del libre « Répountchou qu’es aquò? » i seràn tanben. E diu sap se n’i a de causas a aprene sus aquesta planta.

Lo Benaset @Benoit1Roux

lo cosinièr Claude Izard e Jòrdi Blanc l'editor Vent Terral Fòto : France 3

lo cosinièr Claude Izard e Jòrdi Blanc l’editor Vent Terral Fòto : France 3

04 Avr

Hautes Pyrénées – Occitan et Bilinguisme

L’enseignement bilingue occitan est menacé dans les Hautes-Pyrénées tant au niveau des écoles que des collèges. Compte tenu des besoins réels, il manque actuellement six enseignants dans ce département, et aucune ouverture de poste n’est prévue.

Le JT occitan s’est rendu à l’école maternelle Henri Duparc de Tarbes où le professeur oc de cette école bilingue n’a pas été remplacé durant les deux  premiers mois de son absence. Et, si à la rentrée des vacances de février une solution est enfin trouvée, elle n’est que très peu satisfaisante puisque le remplacement ne s’effectue que sur 1 jour contre les 4 jours 1/2 du titulaire absent ; voire pas satisfaisante du tout, dans la mesure où l’on a déshabillé Pierre pour habiller Paul : la remplaçante n’est autre que l’animatrice qui assure d’habitude l’éveil à l’occitan des élèves de la petite section qui se voient ainsi privés de cette nécessaire initiation.

S’il existe bien plusieurs écoles bilingues dans les Hautes-Pyrénées, dans la plupart des cas, les élèves occitans, au sortir du primaire, se retrouvent en classe de sixième dans des cours d’initiation avec des débutants. Ainsi, quatre collèges affichant pourtant une section bilingue, ne disposent pas des moyens pour l’assurer.

La continuité souhaitée n’existe pas et décrédibilise fortement les parcours bilingues.

L’OPLO (Office Public de la Langue Occitane) devrait rencontrer ces prochains jours la rectrice et le directeur académique pour parler des difficultés de l’enseignement occitans dans les Hautes-Pyrénées … à suivre …

Reportage : S. Tijani J. Levé M. Blasco La Rossèla M.P. Fournier


Bilinguisme dans les Hautes-Pyrénées par france3midipyrenees

@ la Vicenta

02 Avr

L’accent accentué

« Le tien c’est le tien et le mien c’est le mien »,

signé Fabulous Troubadors. Tandis que Zebda se demande dans « L’accent tué » où est passé l’accent des mamies à Toulouse? A-t-il été donné aux gens de l’académie ?

L’accent moqué, troqué, caricaturé, surjoué « marseillais », « parisianié »,  ultime résurgence des langues régionales? Minvielle y a consacré une sonothèque et un livre magnifique : « Gueules de voix ». Mais à part eux, qui s’en soucie ?

On ne le perçoit presque plus, on ne l’entend quasiment pas dans les médias… Pourtant souvenez-vous, il y a une dizaine d’année…le profeseur Furgaret avait inventé le Regiovox pour que tous les acents régionaux soient enfin accentués et non plus tués.

Reportage France 3 Midi-Pyrénées Y. Garric J. Levé Montage E. Varignon


2881506 par france3midipyrenees

Antoine Bourrasol mi professeur Tournesol, Germain Furgaret, un « sanaire » toujours à « furguer », toutes les facéties d’Yves Garric, journaliste à France 3, souvent moqué lui aussi pour son accent mais qui n’a jamais abdiqué. Il a signé pour France 3 des poissons d’avril mémorables, envoyant des vaches dans l’espace ou rendant son accent à Laurent Bignolas qui débuta sa carrière en Auvergne…

D’ailleurs, ironie du sort, Yves a connu ses heures de gloire aussi avec un reportage -qui n’était pas un poisson d’avril- sur la fameuse mobylette de Léonce Rudelle !

La télé était certainement plus drôle à cette époque où l’on savait mettre l’accent sur l’humour.

Lo Benaset @Benoit1Roux

20 Fév

Trouver une assise pour l’occitan

C’était une première et elle est réussie : les assises pour l’Occitan se sont tenues la semaine dernière à la faculté de Pau et les organisateurs sont plutôt contents de la dynamique qui s’est créée. 2 jours de réflexions, des prises de paroles, 4 ateliers ont permis de dégager des problématiques et des pistes pour améliorer la présence de l’occitan en territoires gascons et pas seulement à Pau. Une signalétique en langues régionales devrait se mettre en place dès la rentrée (occitan et basque) en fonction des différents sites de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Une première avancée qui devrait en appeler d’autres.

 

Talamoni, Bayrou, des basques et des bretons pour montrer la voie

Le mardi matin était réservé à la prise de paroles des politiques. Invité vedette : Jean-Guy Talamoni, le président de l’assemblée territoriale de Corse. Visiblement ravi d’être présent et qui s’est dit prêt à revenir si on l’invitait. Il a donné des pistes sur la place des syndicats étudiants, sur la langue, sa présence sur le territoire… Il s’est dit intéressé par l’exemple des calandretas et comment le milieu associatif peut être un élément important pour la transmission de la langue.


Interview de Jean-Guy Talamoni par France 3 Aquitaine : Denis Salles Didier Bonnet Eric Delwarde Sarah Paulin

Dès le premier jour, le maire de la ville -et peut-être futur candidat à la présidentielle- François Bayrou avait donné le ton en insistant (s’agaçant presque) de l’absence de cursus de formation en occitan à la fac. Mais dans sa ville, sa présence est-elle plus forte depuis son élection ? Côté breton, il y a eu la présentation du label « produit en Bretagne » qui remporte un franc succès, avec de grandes entreprises qui s’imposent des critères pour pouvoir y rentrer. Les basques ont évoqué la mise en place d’une charte des droits linguistiques.

Reportage France 3 Aquitaine : Denis Salles Didier Bonnet Eric Delwarde Sarah Paulin

Intervenants : François Bayrou (Maire de Pau), Maeva Caubet (Med’Oc de Pau), Georges Kremnitz, Charline Claveau Abbadie (présidente OPLO), Jean-Guy Talamoni, Marius Blenet (journaliste).

Transformer l’essai

Les 4 ateliers tenus lors de ces assises (insertion socio-économique et culturelle, valorisation des politiques linguistiques, formation et enseignement, médias, édition et numérique) ont bien fonctionné et les organisateurs veulent désormais mettre en pratique les axes de réflexions. Ils avaient déjà travaillé sur un texte instaurant la signalétique en langues régionales sur les différents sites de la fac (Pau, Tarbes, Bayonne). Les assises ont permis d’avancer et cette signalétique devrait être mise en place à la rentrée. Et le Med’òc (Mouvement des Etudiants d’Occitanie) ne compte pas s’arrêter là. C’est la plus vieille association de la fac (création en 1977), 25 adhérents chez les étudiants, et une assise solide à la faculté où ils sont remporté les élections l’an dernier. Plusieurs organisateurs de ces assises dont les 2 co-présidents (Remy Berdou et Yannick Pouey) auront terminé leurs études en juin et la relève devra suivre. Le Med’òc veut profiter de cette nouvelle dynamique pour installer durablement l’occitan à la fac et au-delà. Rémy Berdou co-président du mouvement étudiant a lancé un appel à la jeunesse.

Une conférence de presse sera organisée d’ici trois semaines et les actes des assises seront publié l’an prochain. En attendant, le Med’oc participe au carnaval béarnais. Jeudi Sent pançard e Caronha seront à la fac de Pau. Une pause parodique, un renversement de société symbolique, avant de revenir aux choses sérieuses pour que l’occitan trouve son assise du côté de Pau et plus loin.

Lo Benaset @Benoit1Roux

08 Fév

National Geographic voyage en Occitanie

Le journaliste anglais Ben Lerwill était en octobre dernier dans la nouvelle région Occitanie. Le magazine américain National Geographic dans sa version traveller lui avait demandé un article assez conséquent sur l’Occitanie, ses traditions, le caractère de la région, ses habitants, comment celle-ci a évolué dans l’histoire, ses atouts, ses aspects touristiques… L’article vient de paraître. Il parle de « The accidental rebirth of Occitania », la renaissance accidentelle de l’Occitanie.

The art of paratge

Ben Lerwill connaît assez bien la France et encore mieux le territoire que constitue aujourd’hui la région Occitanie. Dans un style assez alerte, souvent poétique il a donc écrit un long article sur ce nom, resurgit de l’histoire. Très pédagogique, assez descriptif et documenté pour un lectorat en attente de lieux à découvrir, le journaliste anglais a une vision originale, à la fois détachée et imprégnée. Son séjour commence au Cirque de Navacelles, puis Montpellier, Carcassonne, Cordes, Toulouse.Au fil des rencontres, il pose les jalons de ce qu’il sait de l’Occitanie et ce qu’il en perçoit.

For most of that time, the everyday language spoken by its inhabitants has been not French, but the Romance tongue of Occitan. Still spoken today, albeit on a much smaller scale, it was being used at its height by some 12 million people. Describe it as a patois at your peril.

Il sait donc que « parler de patois, c’est à votre péril » ! Pour lui, l’Occitanie c’est l’art du paratge, le respect des autres, la courtoisie envers les étrangers. C’est ce que lui explique Bruno. L’article ne préécise pas quel Bruno, mais sans doute Cécillon… :  “Historically, Occitania always welcomed outsiders — Jews, Muslims, Cathars, everybody,” he explains. “This is key to understanding the history of Montpellier and Occitania.”

Philippe Sour et Ben Lerwill devant les locaux de La Talvera Photo : Christian Rivière

Philippe Sour et Ben Lerwill devant les locaux de La Talvera Photo : Christian Rivière

Sous prétexte de découverte de territoires, l’article évoque ces deux Occitanie; l’une étant une région administrative, l’autre la grande Occitanie historique. Pour conclure :

Today, there are effectively two Occitanias. One is the newly minted administrative region, the other is the historical land stretching from the Atlantic to the Mediterranean. The challenge, perhaps, for its custodians is to ensure that the traditional culture — paratge and all — is as relevant to one as it is to the other.

Le défi serait donc de faire en sorte que la culture traditionnelle (dont le paratge) soit aussi pertinent pour l’une que pour l’autre.

Catars and trobadors

Souvent bien documenté, le journaliste évoque d’autres aspect de la culture et de l’histoire. L’albigeois et la croisade, Carcassonne et ses calandretas, Henri de Toulouse-Lautrec qu’on appelait « lo polit »… La convivialité d’un verre de vin partagé à coups de « santat » ! Puis il y a cette rencontre avec Daniel Loddo « playing a folk instrument that is, to all intents and purposes, a goat. The animal’s skin, still bearing four legs, is the central component of a bagpipe-like contraption known as a craba. The sound it produces — all things considered — is surprisingly tuneful, and the notes eddy merrily around the small room in which we’re standing. » Ben parle alors de la musique, partie fondamentale de la culture occitane, des troubadours qui ont contribué à sa diffusion, son essor. « Their modern Occitan descendants, however, are far harder to classify, covering every genre from metal and punk to folk and rap. » 

Photo : site National Geographic Crédit : Alamy

Photo : site National Geographic Crédit : Alamy

Au final, un article très plaisant à lire, avec une vision à la fois poétique et historique du territoire. Avec cette conclusion : « Maybe that’s the thing: when you travel through this handsome, hardy region, Occitan culture is often right in front of you — you just need to look for it. »

http://www.natgeotraveller.co.uk/destinations/europe/france/accidental-rebirth-occitania/

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2016/11/04/national-geographic-sinteresse-a-loccitanie.html

Lo Benaset @Benoit1Roux