19 Nov

L’Europe, la France et les langues régionales

C’est en quelque sorte… l’arlésienne pour les défenseurs des langues et cultures régionales.

Voici donc que la fameuse « Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires » apparue dès 1992 refait surface en France.

A la question posée par le sénateur socialiste Courteau auprès de la ministre de la Culture concernant sa position et ses intentions sur cette charte, la réponse parue le 15 novembre dernier au JO du Sénat est claire : « La France mettra en œuvre le processus de ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, conformément à l’engagement du président de la République. Ce travail sera fait de manière transversale et coopérative, et visera, en liaison étroite avec les parlementaires et l’ensemble des élus, à assurer un plein développement aux langues de France. »

Si l’on en croit cette affirmation, la Charte, signée le 7 mai 1999, serait donc sur le chemin de la ratification, ce qui rendrait enfin applicable tout ou partie de ses 98 dispositions. Si l’intention est bien là, on peut toutefois se poser la question de sa réelle mise en œuvre.

En 1999, c’est le Conseil Constitutionnel qui avait empêché la France de ratifier ce texte Européen parce qu’il l’estimait contraire à l’Article 2 de la Constitution qui stipule que « Le français est la langue de la République ». Depuis, les langues régionales ont fait leur entrée cette fameuse constitution, avec le nouvel article 75-1  voté en 2008, qui précise bien qu’elles appartiennent au « patrimoine de la France ». C’est cette même année que le Conseil économique et social des Nations Unies a « suggéré » et « recommandé » à la France d’« envisager » la ratification de la Charte.

Tout cela suffira-t-il pour lever les derniers obstacles ? Le congrès est-il enfin prêt et disposé à s’engager dans une telle ratification ? De nouvelles questions qui pourront peut-être alimenter les conversations des Eurodéputés membres de l’intergroupe sur les langues régionales. Pour la première fois, ce jeudi, l’occitan sera au centre de la session des parlementaires à Strasbourg.

Clément Alet

l’ensemble de la question et de la réponse parue au JO du 15 novembre 2012 :

http://minu.me/7i2x

Euròpa, França e las lengas regionalas

N’es una mena d’arlatenca pels aparaires de las lengas e culturas regionalas. Aquí doncas que tòrna venir en França la famosa « Carta Europenca de las lengas regionalas o minoritarias », nascuda en 1992.

A la question pausada pel senator socialista Courteau al prèp de la Ministra de la Cultura per connéisser sa pausicion e sas intencions sus aquèla Carta, la responsa pareguda lo 15 de novembre al JO del Senat es clara : « La França se va atalar al processús de ratificacion de la Carta europenca de las lengas regionalas o minoritarias, conformament a l’engatjament del president de la Republica. Aquel trabalh se farà d’un biais transversal e cooperatiu e visarà, en ligason estrecha ambe los parlamentaris e l’ensemble dels elegits, a assegurar un desvelopament plen a las lengas de França ».

Se l’òm crèi a n’aquèla afirmacion, la Carta, signada lo 7 de mai de 1999 seriá doncas sul camin de la ratificacion, aital rendriá applicable tot o tròçes de sas 98 dispausicions. Se l’intencion es plan aquí, l’òm pòt çaquelà se pausar la question de la vertadièra mèsa en òbra. En 1999, n’es lo Conselh Constitucional qu’aviá empachat la França de ratificar aquel tèxt europenc perçòque pensava qu’anava a la revèrs de l’Article 2 de la Constitucion que dís que « lo françés es la lenga de la Republica ». Desempuèi aquèl temps, las lengas regionalas dintrèron dins la famosa Constitucion, ambe lo novèl Article 75-1 votat en 2008, e que precisa plan que fan partida del « patrimòni de la França ». N’es justament a n’aquèla annada 2008 que lo Conselh economíc e social de las Nacions Unidas « prepausèt » e « recomandèt » a la França de « considerar » la ratificacion de la Carta.

N’i aurà pron ambe tot aquò per far tombar las darrièras cledas ? Lo Congrès françés seriá de biais per s’encaminar dins una tala ratificacion ? De questions novèlas que faran conversa dels Eurodeputats, membre de l’intergrope sus las lengas regionalas. Pel primièr còp, aqueste dijous 22 de novembre, l’occitan serà al mièg de la cession dels parlamentaris a Estrasborg.

Clamenç Alet

15 Nov

Joanda à la Grande Battle

Sélectionnés parmi des milliers de candidats sur internet, le chanteur occitan Joanda et ses musiciens ont participé, mardi soir en direct à l’émission la Grande Battle de France 2, le concours qui revisite les œuvres de musique classique.
Le Biterrois et son groupe ont interprété le Libiamo de Verdi avec des instruments traditionnels. Une prestation en occitan, une grande première à une heure de grande écoute sur une chaîne nationale.
Après son passage en direct, Joanda était soulagé : « Cela passe très vite. Le public était à fond, on s’est très bien sentis. » Nicolas Desvenain, le joueur de craba, qui arborait fièrement un drapeau occitan sur son instrument, était tout simplement « heureux d’avoir pu représenter l’Occitanie » et d’avoir fait découvrir au grand public les instruments traditionnels: « On a joué sereinement, avec cœur. On pensait à toutes les personnes qui ont voté pour nous. »
S’il n’a pas gagné – le concours a été remporté par les Picards de Zic Zazou – Joanda était pourtant satisfait : « Le principal, c’est que la langue et la culture occitanes soient passées à la télévision, en prime-time. C’est cela notre victoire. »

Un reportage dans les coulisses de cette soirée est à découvrir samedi 17 novembre dans l’édition occitane de France 3 Midi Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Seleccionats demest de milierats de canditats sus internet, lo cantaire occitan Joanda e sos musicians participèron, dimars al ser, en dirècte, a l’emission la Grande Battle de França 2, lo concors que torna visitar las òbras de musica classica.

Lo Beserienc e son grop interpretèron lo Libiamo de Verdi amb d’instruments tradicionals. Una prestacion per màger part en occitan, una primièra bèla a una ora de granda escota sus una cadena nacionala.

Aprèp son passatge en dirècte, Joanda èra solatjat : « Aquò passa fòrça lèu. Lo public èra a fons. Nos sèm sentits plan. » Nicolas Desvenain, lo jogaire de craba, qu’arborava una bandièra occitana sus son instrument, èra tot simplament « content d’aver pogut representar Occitània » e d’aver fach descobrir los instruments tradicionals. « Avèm jogat serenament, amb còr. Pensàvem a totas las personas qu’an votat per nosautres. »
Se ganhèt pas – los primièrs foguèron los Picards de Zic Zazou – Joanda èra satisfach pr’aquò : « Lo principal, es que la lenga e la cultura occitanas siàgan passadas a la television, en prime-time. Es aquò nòstra capitada. »

Un reportatge dins las colissas d’aquela serada es a descobrir dissabte 17 de novembre dins l’edicion occitana de France 3 Miègjorn-Pirenèus e Lengadòc-Rosselhon.

Sirine Tijani

08 Nov

Claude Sicre chante Obama

C’est une sorte de… « come back ». On ne l’avait pas entendu chanter depuis quelques lunes, le Claude Sicre. Il aura donc fallu qu’une élection américaine passe par là pour le refaire chanter, mais pas en occitan cette fois. Et non, ce n’est pas de Mitt Romney dont Claude Sicre s’est inspiré mais bien de Barack. Une chanson Obamesque tout en anglais, petit clin d’œil amusant et décalé.
Clamenç Alet

Aquí una mena de « Come Back » coma se dis. L’aviam pas ausit cantar dempuèi qualquas lunas, lo Claudi Sicre. Calguèt esperar qu’una eleccion americana passèssa per aquí per lo tornar far cantar, mas pas en occitan aqueste còp. E non! N’es pas lo Mitt Romney qu’inspirèt lo Claudi Sicre, mas puslèu lo Barack, Una cançon Obamesca, tot en inglés, còp d’uèlh risolièr e descabestrat.

Clément Alet

06 Nov

La question des langues régionales

La place de l’enseignement des langues régionales au sein de l’Education Nationale est une nouvelle fois posée, à l’occasion de la future loi de programmation et d’orientation pour l’école. C’est le sénateur socialiste de l’Hérault Robert Navarro qui a interpellé le ministre Vincent Peillon le 1er novembre dernier par le biais d’une question écrite.

Le sénateur parle bien sûr des langues encore parlées dans les régions comme l’occitan, le breton, mais il évoque aussi les langues de France qui sont également en usage… en région parisienne.

Clamenç Alet

Retrouvez l’ensemble de la question parue au JO Sénat du 1er novembre ici :

http://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ121102867.html

La question de las lengas regionalas

La plaça de l’ensenhament de las lengas regionalas al dintre de l’Educacion Nacionala es tornamai pausada, dins l’encastre de la lèi de programacion e d’orientacion per l’escòla. Aquò’s lo senator socialista d’Erault Robèrt Navarro qu’agafèt lo ministre Vincent Peillon lo 1er de novembre passat amb’una question escricha.

Lo senator parla plan segur de las lengas encaras parladas dins las regions coma l’occitan o lo breton, mas evòca tanben las lengas de França que son en usatge … en region parisenca.

Tornatz trapar tota la question pareguda al JO Sénat del 1er de novembre aquí :

http://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ121102867.html

01 Nov

L’offensive occitane de Toulouse Mag

Tremblez braves gens… les Occitans passent à l’offensive!

C’est Toulouse Mag qui l’affirme sur sa une, dans son numéro de novembre. Un morre de jovenòta tout sourire, aux couleurs de l’Occitanie adoucit ce titre ambitieux. Le mensuel consacre une nouvelle fois son dossier central de 12 pages à ce que l’on appelle : les Occitans.

L’enquête menée par nos confrères Jean Couderc et Sébastien Vaissière est construite en quatre parties autour de la politique, l’économie, l’éducation et la culture.

Leur postulat de départ est clair concernant les Occitans : « Ils ont surtout réussi à faire taire (quasiment) toutes formes de contestation. »

Toute la partie politique du dossier revient d’abord sur l’évolution récente de l’occitanisme politique toulousain, depuis la croix occitane, emblème du Conseil Régional, jusqu’à l’ouverture de l’Ostal d’Occitania en 2006. Un caminament politique décrit, analysé et alimenté par les témoignages de Jean-François Laffont (homme clé de ce dossier qui pourrait presque passer pour le chef de la tribu occitane), mais également Guilhem Latrubesse, Alain Alcouffe, Marçal Girbau, ou encore Gérard Onesta. Le contexte politique est bien cerné et les encadrés sont plutôt pertinents. A la question de gauche ou de droite ? La réponse apportée par les journalistes a le mérite d’être assez juste : « Pragmatiques, les Occitanistes semblent enclins à se vendre au plus offrant pourvu que leurs revendications soient prises en compte ».

L’enquête met presque d’accord l’élu UMP Sacha Briand et l’élu du Parti de Gauche Jean-Christophe Sellin autour d’une chose : leur méfiance vis-à-vis des Occitans. Le conseiller régional de droite est clair : « derrière l’apparence culturelle qui leur permet de récolter des subventions, on voit bien la réalité du discours politique qui s’appuie sur une vision anti-étatique. » L’élu de gauche, par ailleurs directeur du Conservatoire Occitan, enfonce le clou : « je ne suis pas sûr que le fait de valoriser des situations particulières aille dans le bon sens ». Que ces élus de la République jacobine une et indivisible soient rassurés, Jean-François Laffont, le chef des Occitans est clair : « nous n’avons jamais été sécessionnistes, ni souhaité créer un Etat. Nous sommes des fédéralistes convaincus ». Petite perle politique parfaitement mise en exergue par l’enquête : « l’épisode de la salle du Sénéchal ». Nous sommes à quelques semaines des élections municipales de 2008 et tous les candidats à l’élection ont répondu présent à l’invitation de Convergencia Occitana, afin de connaître leur position par rapport à l’occitan. Tous, sauf un : Jean-Luc Moudenc. Jean-François Laffont, revient sur cet épisode : « en envoyant Marie Déqué, il est évident qu’il a perdu des voix de jours-là ». Voilà qui est dit. Nos confrères rapportent également les propos d’un « avocat occitaniste » qui a également assisté à cette soirée : « Quand on voit qu’il a échoué à 600 voix près, on peut effectivement penser que Moudenc a perdu les élections de 2008 en ne venant pas salle du Sénéchal ».

Les occitans auraient donc un poids dans une élection locale, à défaut d’en avoir sur le plan économique. Cette partie de l’enquête est très instructive et l’on retiendra surtout la « gêne » ou le « désintérêt » de la CCI qui « ne souhaite pas s’exprimer  sur le sujet » : « Interrogée sur l’existence de décideurs favorables à la cause, la CCI botte en touche, arguant de l’absence d’éléments tangibles ». La réalité est là, l’occitan est quasi inexistant économiquement. Nos confrères semblent avoir lu et relu l’annuaire du label « Oc per l’occitan », et notent « qu’à l’exception de quelques avocats de l’hypermarché Auchan de Périgueux, les adhérents sont artisans ou agriculteurs ». Alors pour convaincre les milieux économiques de l’intérêt occitan, il ne reste plus qu’à faire partie du cercle de « la mesadièra ». « Chaque premier vendredi du mois, ils se retrouvent dans une salle de restaurant de la place Wilson » nous apprennent nos confrères. « Avocats, écrivains, artistes, chefs d’entreprise », l’un de ses membres témoigne sous couvert d’anonymat : « il ne s’agit pas d’un cercle d’influence mais d’un cercle de réflexion ouvert où des idées circulent, s’élaborent ».

La troisième partie dédiée à l’enseignement revient d’abord sur l’engouement des filières occitanes dès le plus jeune âge. Il y a deux fois plus d’élèves en section bilingues qu’en 2006. Mais ce qui retient l’attention concerne justement les (presque) trop bons résultats de ces élèves. Ils se distinguent, leur niveau est au-dessus des élèves monolingues ce qui finirait par inquiéter l’Education Nationale engagée dans « la lutte contre l’élitisme et les inégalités ». Nos confrères posent la question d’un « élitisme déguisé » à travers l’enseignement en classes bilingues.

La dernière partie de cette enquête donne la parole à Alem Surre-Garcia. « Personnage influent et charismatique ». L’interview est plutôt riche et éclairante sur un monde occitan qui cherche encore comment se positionner entre le local et l’international. A ce titre, une page entière est réservée aux relations que tentent d’établir les Occitans avec leurs voisins Catalans. Le titre de cette page 21 est très clair : « Rêve occitan, réalités catalanes ». L’article repose surtout sur l’analyse de Jerôme Ferret, maître de conférences en sociologie à Toulouse. Sans illusion il donne sa vision sur l’avenir de cette langue : « La tendance historique est clairement défavorable aux langues régionales en France. Je connais bien la Catalogne, et je sais tous les éléments sociologiques, historiques et politiques qui sont nécessaires à l’ajout d’une langue officielle supplémentaire ».

 

Una lèi per l’occitan. C’était pourtant une des revendications majeures des 30.000 occitans qui ont défilés dans les rues de Toulouse le 31 mars dernier, à la veille des échéances électorales. L’enquête ne revient pas sur cette mobilisation historique pour les Occitans qui s’est pourtant déroulée à Toulouse. Mais que cela ne vous empêche pas de lire ce dossier, plutôt bien mestrejat.

Clamenç Alet

31 Oct

4 novembre : VAP spécial patrimoine industriel, l’édito de Sirine Tijani

La revolucion industriala dels sègles passats cambièt prigondament la societat e faiçonèt los paisatges d’Occitània. A l’ora d’ara, d’usinas abandonadas, transformadas o reabilitadas, jalonan lo territòri, patrimòni tecnic, cultural e arquitectural excepcional, testimònis vertadièrs de l’istòria contemporanèa.
Viure al país a decidit doncas de vos far descobrir tot aquel patrimòni industrial, reabilitat, salvagardat o abandonat, sovenir de las principalas produccions que participèron al desvolopament d’Occitània mas tanben de Catalonha.
La còla de VAP s’es doncas desplaçada dins lo país tot : en Bearn, a la descobèrta del patrimòni ferroviari reabilitat amb lo trenòt d’Artosta, dins la Val d’Aussau, e de l’anciana usina de tram de Pau qu’abriga ara los archius municipals e la direccion de la cultura de la ciutat. De Pau, cap a Graulhet, dins Tarn, anciana capitala del cuèr, ont se pausa ara la question del devenir de las 170 caucinas en bosiga que demòran long del Dadou. E es pas en Occitània mas en Catalonha qu’avèm decidit de vos parlar de la reconversion dins lo torisme de l’anciana fabrica de dinamita de Paulilhes e de la cava cooperativa de Belhestar, dins los PO.
Per parlar de tot aquò, sèm anats dins los Pirenèus Nauts, a Aurelhan, prèp de Tarba, ciutat entièrament labelisada “Oc per l’Occitan”. Ailà, una teulièra famosa, l’usina Oustau, fondada en 1873 e tancada dins la annadas 1970, es encara de pès, totjorn fòrça bèla. Conten dos forns Hausman, quasi-unencs dins aqueste estat. A costat de la fabrica, l’ancian ostal de la familha Oustau es ara un centre cultural important per Aurelhan, inscrita – coma l’usina – als monuments istorics. Un eretièr de l’usina Oustau e un professor d’occitan d’Aurelhan nos parlan d’aquestes dos luòcs  que fan ara partida tant del patrimòni industrial coma cultural de lor ciutat

 

La Révolution industrielle des siècles derniers a profondément changé la société et a façonné  les paysages de l’Occitanie. Aujourd’hui, des usines abandonnées, transformées ou réhabilitées jalonnent le territoire, patrimoine technique, culturel et architectural exceptionnel, véritables témoins de l’histoire contemporaine.
Viure al País a donc décidé de vous faire découvrir tout ce patrimoine industriel, réhabilité, sauvegardé ou abandonné, rappel des productions et des industries qui participèrent au développement de l’Occitanie mais aussi de Catalogne. L’équipe de VAP s’est donc déplacée dans tout le pays : en Béarn, à la découverte du patrimoine ferroviaire réhabilité avec le petit train d’Artouste, dans la vallée d’Ossau, ainsi que l’ancienne usine de tramway de Pau qui abrite désormais les archives municipales et la direction de la culture de la ville.
De Pau, direction Graulhet, dans le Tarn, ancienne capitale du cuir, où se pose à présent la question du devenir des 170 mégisserie en friche qui restent le long du Dadou. Et ce n’est pas en Occitanie mais en Catalogne que nous avons décidé de vous parler de la reconversion dans le tourisme de l’ancienne fabrique de dynamite de Paulilles et de la cave coopérative de Bélesta, dans les PO.
Pour parler de tout cela, nous sommes allés dans les Hautes-Pyrénées, à Aureilhan, près de Tarbes, ville entièrement labélisée Oc per l’occitan. Là-bas, une tuilerie célèbre, l’usine Oustau, fondée en 1873 et fermée dans les années 1970, est encore sur pied, toujours majestueuse. Elle renferme deux fours Hausman, quasi-unique dans cet été. A côté de l’usine, l’ancienne maison de la famille Oustau est aujourd’hui un centre culturel important pour Aureilhan, inscrite – comme l’usine – aux monuments historiques. Un héritier de l’usine Oustau et un professeur d’occitan d’Aureilhan nous parlent de ces deux lieux qui font désormais autant partie du patrimoine industriel que culturel de leur ville.

Viure al País spécial Patrimoine Industriel,

c’est ce dimanche 4 novembre à 11h25

Le Larousse occitan

L’occitan entre chez Larousse pour une insolite publication : un dictionnaire de l’occitan et des Occitans. 120 pages en format poche et un point de vue forcément « subjectif » sur la langue. Co-auteur avec Jacques Bruyère, Line Fromental avoue qu’elle s’est « régalée » à écrire ce petit opus « même si la tâche n’a pas forcément été facile car il a fallu trier et choisir ». Loin d’être un dictionnaire exhaustif comme on a l’habitude d’en voir chez Larousse, l’idée est plutôt d’être « léger dans le ton, significatif et ludique ». Après six mois de travail acharné, les deux auteurs proposent au grand public de « découvrir et d’apprendre l’occitan en s’amusant » à travers huit petits chapitres. Les quatre premiers tout en occitan :  « au bonheur des mots, florilège d’expressions, proverbes insolites, le français méridional en quelques notions »  s’arrêtent sur les mots, leur sens et la façon dont ils résonnent dans la tête de nombreux locuteurs passifs ou lecteurs curieux d’en savoir plus sur cet occitan qu’ils ont toujours entendu autour d’eux. Les quatre suivants : « ça s’est passé en…, ils ont fait l’Occitanie, 100% occitan, le saviez-vous ? », donnent plus généralement un cadre à la langue, son histoire, sa réalité.

« Ce dictionnaire est destiné à un large public, qu’il s’agisse des touristes qui voudraient comprendre l’occitan lorsqu’ils viennent par ici, ou qu’il s’agisse de tous les gens du Midi qui sont attachés a cette langue et sa culture » précise Line Fromental.

En diffusion nationale depuis le 25 septembre dernier et tiré à 10.000 exemplaires, le dictionnaire semble trouver sa place et chose inespérée pour Line : « les enfants l’adorent… »

Le petit dictionnaire insolite de l’occitan et des Occitans vient de paraître dans la même collection que le petit dictionnaire alsacien, breton et Ch’ti.

Clamenç Alet

L’occitan dès la maternité

On connaissait l’occitan à l’école, sur les panneaux routiers, dans le métro… il faudra désormais compter avec la langue d’òc à l’hôpital. Depuis quelques semaines, les mamans de la maternité d’Auch reçoivent autre chose que des couches, biberons ou échantillons de lait en guise de cadeau de naissance. « Un, dus, tres », c’est ainsi que s’intitule le livre-disque de comptines destiné aux tout-petits et leurs parents,  et qui est désormais offert dès qu’un petit Gersois voit le jour.

A l’initiative du Conseil Général du Gers, cette action vise bien sûr à sensibiliser dès le plus jeune âge à l’occitan et développer le bilinguisme précoce. Quoi de mieux que de se plonger dans une langue dès la toute petite enfance lorsqu’on sait que les capacités d’apprentissage sont totales entre 0 et 3 ans. « Un, dus, tres » voit donc le jour à la maternité, mais le livre-disque devrait bientôt être distribué dans les structures de la petite enfance et les réseaux d’assistance maternelle du département.

Clamenç Alet

26 Oct

Emission spéciale patrimoine industriel, dimanche 4 novembre à 11h30

PATRIMÒNI  : Las caucinas Graulhetonas
De Clément Alet et Denis Hémardinquer

Le long du Dadou, à Graulhet (81), elles sont immanquables. Hautes, en pierre ou en brique, généralement dotées de plusieurs étages que l’on nomme galetas, il s’agit bien sûr des mégisseries : ces vastes bâtiments qui ont fait la gloire de cette petite ville du Tarn, un temps baptisée « capitale mondiale du Cuir ». Dans ces bâtisses géantes, des générations de Graulhetons ont travaillé, tanné, teint des peaux de toutes sortes… Aujourd’hui encore, une quinzaine de mégisseries fonctionnent et emploient près de 350 personnes. Mais la plupart des mégisseries qui longent le Dadou sont aujourd’hui à l’abandon. Un patrimoine industriel tout aussi embarrassant que séduisant. Artistes, école du cirque, entrepreneurs,  particuliers, ont su investir l’espace et les volumes. Avec 1700 m² sur deux niveaux, la médiathèque de Graulhet est aujourd’hui l’exemple de réhabilitation le plus réussi et intégré dans une ancienne mégisserie. Mais l’avenir de cet énorme patrimoine industriel est à venir car il reste sur la commune de Graulhet, près de 170 friches, anciennes  « cauçinas », comme on le dit en occitan.

PATRIMÒNI : Suls rahls de Béarn
De Denis Salle et Clément Alet

Direction le Béarn pour deux exemples de patrimoine industriel ferroviaire. Deux exemples très différents, que ce soit dans leur nature que dans la façon dont ils ont été réhabilités.  Le premier c’est l’ancienne gare de tramways de Pau, transformée en service culturel de l’agglomération et centre d’archives.  Le mot d’ordre de cette transformation : respect de l’histoire industrielle de l’endroit…
C’est ensuite à une célébrité pyrénéenne que nous nous intéressons : le petit train d’Artouste. Chaque été, ce dernier promène inlassablement des milliers de touristes sur les hauteurs de la vallée d’Ossau. Pourtant, lors de sa création, on ne pensait pas à une exploitation touristique, mais plutôt à construire un barrage…

PATRIMÒNI : Avenidor e memòri
De Myriam François et Olivier Denoun

Deux transformations de friches industrielles dans les Pyrénées Orientales, la dynamiterie de Paulilles et la cave coopérative de Bélesta. Lionel Rodriguez chercheur à l’inventaire du patrimoine de la région Languedoc Roussillon nous aide à prendre conscience de l’intérêt de sauver ces lieux de grandes mémoires. A Paulilles, c’est le Conservatoire du Littoral qui a racheté ce site exceptionnel avec l’aide du Conseil Général des PO. Le site est un lieu rendu à la nature et au public.
La cave coopérative a été rachetée par un couple d’architecte qui en a fait un espace hôtelier et viticole de luxe. Ces deux exemples mettent en évidence le nouvel enjeu économique de la région : le tourisme. Nous vous invitons à consulter le blog de Viure al País  https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/ où vous trouverez une bibliographie complète sur le patrimoine industriel de la région Languedoc Roussillon

CONVIDATS : L’usina Oustau amb Jacques De Muyser e Ives Capdetrey
Pour vous présenter cette émission spéciale patrimoine industriel, l’équipe de Viure al País s’est rendue à Aureilhan, près de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, à la découverte de l’ancienne tuilerie Oustau, fermée depuis les années 70 mais exceptionnellement bien conservée. L’un des héritiers de la famille Oustau, Jacques De Muyser a accepté de nous faire visiter les lieux, véritables décors de cinéma. A quelques mètres de là, l’ancienne maison des propriétaires, classée aux monuments historiques comme l’usine, a été transformée en  centre culturel. Le professeur d’occitan à Aureilhan Yves Capdetrey nous explique en quoi cette villa, tout comme l’usine, fait véritablement partie du patrimoine industriel et culturel de la région.

22 Oct

L’édito de Benoît Roux

Adessiatz monde, Adishatz, la passejada occitana de la setmana va començar per de patrimòni. Lo fòrt del Portalet en Vath d’Aspa. Un bastiment del sègle 19 qu’a conegut de periòdes plan diferents. Serviguèt per velhar la frontièira espanhòla procha del Sompòrt. Puèi vegèt passar Blum, Mandel e Petain en preson. En 2005, lo fòrt es estat classat monument istoric. La comunautat de comunas de la Vath d’Aspa que n’es proprietari es ara a lo petassar. 20 000 personas son esperadas en 2013…A condicion de poder arribar per una rota pas tròp larga e torsuda.
Mai planièr, aqui lo vilatge de Peiriac de la salt. País de salt e de vinhas. País aparat tanben de las construccions toristicas que se tròban sus la còsta audenca pas plan luènh. Los paisatges son rete polits, un pauc balajats pel vent. Viure al País vos va menar dins aquel endret cargat de memòrias e qu’es ara candidat per èsser un dels viltages lo mai bèl.
E puèi dos personatges. Nadal Rey que manja los 101 ans. Una vida plan emplenada coma professor, aparaire de la lenga, esportiu, engajat dins la vida associativa. Es pas possible de resumir la vida de Nadal Rey. Mas sonses libres ne donan deja la mesura.
Lo second es pus jove mas es totjorn tan malaisit de lo resumir. De la « leiçon de solexitant », en passent per « Gora l’exploratrice », « l’occitanie en baignoire » e son grope talabast, Laurens Labadia es plan luènh de sa vida de paisan tranquilòt qu’imaginava un temps de far…

La promenade de la semaine commence par du patrimoine. Le fort du Portalet en Vallée d’Aspe. Un bâtiment du 19ème siècle qui a connu différentes périodes. Il a servi de poste de surveillance sur la frontière espagnole proche du Somport. Il a vu passer Blum, Mandel et Pétain…en prison. En 2005 le fort a été classé aux monuments historiques. La communauté de communes de la vallée d’Aspe qui en est propriétaire est en train de le rénover. 20 000 personnes sont attendues en 2013…A condition encore de pouvoir y accéder car la route n’est pas large et tortueuse.
Plus en plaine, voilà le village de Peyriac de mer. Pays de sel et de vignes. Pays à l’abri des constructions touristiques que l’on trouve sur la côté audoise pas très loin. Les paysages sont magnifiques, balayés par le vent. Viure al país vous emmène dans ce lieu chargé de mémoires, qui postule pour être l’un des plus beaux villages de France.
Et puis 2 personnages. Nadal Rey qui va sur ses 101 ans. Une vie bien remplie comme professeur, défenseur de la langue, sportif, engagé dans la vie associative….c’est impossible de résumer la vie de Nadal Rey. Mais ses livres en donnent la teneur.
Le second est plus jeune mais tout aussi difficile à résumer. De la « leçon de solexitant » en passant par « Gora l’exploratrice », « L’Occitanie en baignoire » et son groupe « talabast » (vacarme), Laurent Labadie est bien loin de la vie de paysan tranquille qu’il imaginait un temps avoir…

RSS