11 Fév

« Lo montpelhierenc a sas letras de noblesa »

Lo dimenge 2 de febrièr, Viure al País èra a Montpelhièr, fogau artistic occitan. Joan-Frederic Brun nos conta l’istòria de la literatura d’òc au Clapàs.

Joan-Frederic Brun, plaça Sant Ròc a Montpelhièr.

Un capèu negre plantat sus sos peus encara grises, una eissarpa e una vèsta impermeabla. Protegit de la pluèja que tomba de temps en quora, Joan-Frederic Brun nos espèra plaça Sant Ròc, darrièr la glèisa dau meteis nom. Sèm aicí au còr de Montpelhièr, dins lo barri que los estatjants sonan « l’escudet ». Brun es montpelhierenc dempuèi totjorn e la vila coma lo país l’an inspirat mantun còps dins sos tèxtes. Mètge espitalièr dau CHU au civil es tanben, dempuèi mai de 40 ans, un escrivan occitan qu’escriu de tot: pròsa o poesia, raconte biografic o de sciença-ficcion. E que s’inscriu dins una longa tradicion d’autors clapassiers. Dempuèi l’Edat Mejana, la lenga d’òc aguèt aicí d’unes de sos mai famoses representants e aquò’s tanben a Montpelhièr que s’entamenèt lo desvolopament de la grafia modèrna. Joan-Frederic Brun s’es plaçat el dins las piadas d’un autre mètge dau país, un daus escrivans màgers dau sègle XX, Max Roqueta. « Legiguèt lo primièr poèma que mandere a la revista Òc en 1974, aviái pas 20 ans e m’encoragèt. Avèm aprèp contunhat un escambi pendent tota sa vida ». Lo grand apartament ont viviá Max Roqueta es situit a dos cent mètres a pena de nautres, carrièra de l’ancian corrièr.
Mas demoram pel moment sus la plaça e contemplam lo bust d’una autra figura fòrta de la literatura d’òc, l’abbat Fabre. Nascut a Somèire, vilòta a un trentenat de quilomètras dau Clapàs, en 1727 e mòrt dins lo vilatge de Celanòva (qu’es uèi vengut un barri de Montpelhièr), Joan-Baptista Fabre èra curat e escrivan. « Vertadierament a agut un succès populari extraordinari, explica Brun. I aguèt de detzenats d’edicions de son òbra, dins los vilatges lo mond se recitavan sos poèmas. Au sègle XIX, lo Felibrige montpelhierenc s’es inspirat de Fabre notadament per escriure de tèxtes risolièrs. » L’abbat es sustot conegut per sos tèxtes borlesques de pròsa o de teatre, que lo mai famós es l’Istòria de Joan-l’an-pres, un conte filosofic e picaresc. « La particularitat d’aquel òme, repren nòstre guida, es que causiguèt d’escriure en òc alara qu’ignorava qu’existissiá una literatura dins aquela lenga. Es pas qu’a la fin de sa vida que descobriguèt qu’a Montpelhièr i aviá agut Isaac Despuech, dich lo Sage, au sègle XVII. »

Bust de Joan-Baptista Fabre a Montpelhièr.

Lo monument a la glòria de Joan-Baptista Fabre es François Dezeuze qu’o volguèt. Felibre de la segonda part dau sègle XIX, Dezeuze signava sas cronicas amb una formula, « aquel qu’escota la campana ». D’aquí li ven son escais, « l’Escotaire », qu’es a còps mai conegut que son nom vertadièr. Au sud de Montpelhièr, un ostau per totes foguèt batejat d’aquel chafre, en mai d’una carrièra Dezeuze e d’un parque public. Pendent quaranta ans, l’Escotaire dirigiguèt una revista setmanièra en òc, La Campana de Magalouna, ont foguèt publicat pel primièr còp un jove que se disiá Max Roqueta. « Es important de vèire que i a una continuitat ! » Alara que la pluèja se precisa, Joan-Frederic Brun resumís l’istòria: « Max Roqueta se referissiá a l’Escotaire e Dezeuze el èra lo filh esperital de l’abbat Fabre. Dins la literatura d’òc nos inscrivèm dins una seguida e dins un ensèm. Coma disiá Castan, es un flume. Çò que los observators exteriors veson jamai. »

En pujant a la cima dau Clapàs, au pè de l’arca de triomfe, carrièra Foch, lo mètge nos arrèsta dabans una placa comemorativa. Es plaçada aicí per remembrar un discors, « l’imne a la raço latino », prononciat per Frederic Mistral en 1878 sus la passejada dau Peirós de l’autre costat de la carrièra. Lo prèmi Nobel de literatura venguèt mantun còps a Montpelhièr e lo mond aiman de se remembrar la confidéncia que faguèt a l’Escotaire: « Vòstre parlar lengadocian es de provençau abilhat de dimenge ». Coma representant de la literatura d’òc au Pen Club Internacionau (una associacion d’escrivans dau mond entièr, agreada per l’Unesco), Joan-Frederic Brun a l’escasença de vèire uèi encara lo prestigi de Mistral e daus trobadors a l’estrangièr. Mas el, maugrat lo vejaire dau poèta provençau, sa lenga vòl pas que siague vestida amb luxe. L’anèt quèrre, la reculhir dins las annadas 70, au prèp de gents que la parlavan encara perfiechament. E a còps, aquel mond foguèron una inspiracion per sos libres. « Un de mos locutors, un pastre dau país naut, me contava totes los secrets de la montanha, de la serrana. Me diguèt las istòrias de las fadas que se passejavan dins las nuòchs e que lo mond n’avián paur. Siái estat impressionat per aquel fantastic e aquò faguèt un recuèlh de nòvas, mai de 20 ans pus tard, Lo temps clar de las encantadas. » La proximitat amb la cultura e la lenga populara, es tanben una influéncia venguda de Max Roqueta. « Çò que li devèm es la reinvencion d’una lenga literària empeutada sus la lenga populara de son endrech, afirma Brun. Roqueta volguèt tornar a la començança en retrobant los mots qu’ausissiá per carrièra pichòt, los mots que disián l’èrba, los aucèus ».

Libres de Joan-Frederic Brun.

L’òbra de Joan-Frederic Brun es a còps autobiografica. Testimonièt dins son libre « Luònh » de son experiéncia d’un detzenat de jorns passat dins lo comà en 2003, aprèp un accident de caval. E l’escritura foguèt lo mejan de se « desliurar d’aquò », aprèp una mesada en reanimacion. Caliá que l’autor descriga « l’autre mond » ont s’èra trapat pendent aquel temps, « un mond completament baug, esfraiós, meravilhós amb de causas extraordinàrias, de personatges ». E aquò’s en occitan qu’escriguèt, perqué gràcia a aquela lenga podiá « anar mai luònh ». « L’occitan a pas las inibicions dau francés. Me soi rendut compte que la lenga d’òc es un otís extraordinari: nos permet d’anar mai luònh que tot amb son costat classic e son costat sauvatge, sa sintaxi mai plegadissa. » De sintaxi, de gramatica n’es question encara, au cap de la nòstra passejada, baloard Enric IV. En bas de l’avenguda senhoreja la torre « daus pins », una resta daus barris que protegissián la vièlha vila fins au sègle XVII. A travèrs sas besiclas carradas e finas, Brun nos legís un tèxte pron long escrich sus la pèira de la torre. Aquò sembla d’occitan trobadoresc e pasmens l’inscripcion data dau sègle XIX. « Era un trentenat d’annadas aprèp la naissença dau Felibrige en Provença, conta l’escrivan. E los Montpelhierencs d’ausida diguèron que lor lenga es pas lo provençau coma l’escriu Mistral, que lor dialecte es mai pròche de l’occitan medievau. Alara metèron au punt una grafia pròcha d’aquela qu’emplegam uèi e anonciavan atau l’evolucion cap la grafia alibertina, coma disèm ara. » Era la còla de la Societat de las lengas romanas que menèt aquela lucha, « en conflicte important amb lo Felibrige oficiau » precisa Brun. De mond que son uèi « un pauc desoblidats », coma Charles de Tourtoulon, Octavien Bringuier o Alphonse de Roque-Ferrier. Uèi encara, lo biais de parlar daus Montpelhierencs, aquel lengadocian orientau que fai ausir son « uòch », contunha d’estonar. « Quand comencere d’escriure i a mond que me diguèron: « es curiós ton dialecte, te cau causir s’escrives en lengadocian o en provençau ». Mas lo montpelhierenc es un pauc entre-mitan e a sas letras de noblesa » defend Joan-Frederic Brun, en bon clapassièr. Una passejada dins lo centre-vila amb un bon guida sufís per se ne convéncer.

 

Lo reportatge sus la vida literària en òc a Montpelhièr

 

30 Jan

Viure al País en replay sur la plateforme france.tv

Bonne nouvelle, depuis quelques jours les émissions Viure al País sont sur la plateforme france.tv :

Pour l’instant 2 émissions en replay :

  • l’émission du 19 janvier  2020 avec le portrait de Régine Hugounenq l’auteure du livre «S.T.O lo tust de tres letras» –  du théâtre avec la Compagnie Lilo  – et un épisode de Lo Mot
  • l’émission du 26 janvier 2020 avec l’artiste aveyronnais Arnaud Cance, musicien et chanteur.Il est possible de partager ces vidéos :

    Viure al País émissions à partager

    VIURE AL PAIS SUR « france. tv »:  C’EST ICI

 

Prochainement :

  • Montpellier, musique et littérature occitane (le 2 février)
  • Arles, ville antique (le 9 février)
  • Portrait de François-Gabriel Tallarida, touché par le syndrome d’Asperger, il propose des intervention en occitan dans le milieu scolaire (le 16 février)
  • Une émission spéciale avec le groupe La Mal Coiffée (le 23 février)

 

@Vicenta

 

14 Oct

Literatura: la seleccion de Florian Vernet

La semaine dernière Marius Blénet vous a présenté un jornalet spécial rentrée littéraire. Je vous propose de revoir la sélection de son invité : l’écrivain Florian Vernet.

 

 

 

Dans cette même collection de LIEO « A tots », à lire aussi, le dernier roman de Florian Vernet : Cachavièlha psicomotritz 

 

Florian Vernet vous explique ses choix :

 

@Vicenta

 

14 Juin

La nòva cançon: los pionièrs de la cançon en òc

Lo 5 de mai passat, Viure al País consacrèt un numerò dau magazina a la nòva cançon occitana. Vos prepausam de descobrir de testimoniatges e archius recampats per aquela emission.

Aprèp l’explosion de mai de 68, la politizacion de la societat francesa e la multiplicacion de las luchas localas van beneficiar a las culturas minorizadas. Dins la decenia 70, lors pensaires e artistas son escotats, considerats. Coma jamai o foguèron fins aquí au sègle XX. Los mai popularis son los cantaires e las cantairas, particularament en Occitania. N’i a de detzenats e detzenats pendent gaireben 15 ans, venguts de tot lo territòri occitan, de Provença a Lemosin, de Gasconha en Auvernha. Aquèu moviment pren lo nom de « nòva cançon occitana ». Son joves e fan de folk, son eles qu’explicaràn au mai de mond çò qu’es la lenga d’òc. Aquesta lenga es menaçada, la vòlon aparar coma vòlon aparar lor país dins un estat centralista. Per aquò lo folk, que se caracteriza per son minimalisme – una guitara sufís – e sos tèxtes engajats, es perfièch. Amai, venguda daus Estats-Units, es una musica presada dins lo mond entièr an aquel moment. Als USA e endaquòm mai, las influéncias daus Occitans son de cercar a l’estrangièr: mai que mai en Catalonha ont espeliguèt una autra « nova cançó » tre la annadas 60, mas tanben au prèp d’un Irlandés. Alan Ward foguèt lo tot primièr cantaire que montèt sus un empont per jogar de cançons originalas en òc, que son pas eissidas dau repertòri tradicionau. Pauc de temps aprèp el, en 1965, lo Nimesenc Gui Broglia metèt en musica de poèmas de Robert Lafont e registrèt lo primièr disc de creacion en occitan.

La nòva cançon revelèt un molon d’artistas que son uèi encara d’emblèmas de la cultura d’òc: Claudi Marti, Nadau, Maria Roanet, Rosina de Pèira, Joan-Pau Verdier… Los primièrs desmarran a la tota fin de las annadas 60, coma Delbau o Patric, que foguèt lo primièr cantaire professionau occitan. E puèi, pauc a chà pauc, foguèron seguits per d’autres coma La Sauze, Mont-Jòia amb Joan-Maria Carlòti o encara Miquela e lei Chapacans. Una granda part son encara actius uèi. L’Audenc Mans de Breish, figura maja d’aquèu periòd, sortiguèt encara un disc l’an passat. Nos contèt sos remembres de las annadas 70 dins un cafè de Carcassona, plaça dau mercat. Aicí, clients e serveires lo saludan e lo patron accèpta de nos aculhir a una condicion, « que l’entrevista siague en lenga d’òc« .

Lo ligam entre literatura e cançon, coma l’avèm vist entre Broglia e Lafont, es demorat fòrt dempuèi las annadas 60 fins a uèi. De grops actuaus coma La Mal Coiffée, Uèi o Chi Na Na Poum contunhan d’adaptar los tèxtes d’escrivans, contemporanèus o ancians. A l’epòca de la nòva cançon, lo Roergàs Joan Bodon foguèt fòrça adaptat. Un autre autor avaironés, Ives Roqueta, s’impliquèt mai luènh que dins l’escritura. Fondèt un daus principaus labels de disques en òc: Ventadorn. Segon Annie Zerby-Cros, anciana bibliotecària au Cirdòc, aquèu label vendèt mai de 50 000 disques dins sas pus bèlas annadas. René Zerby, marit d’Annie e ex-gestionari de Ventadorn, parla de 16 000 vendas per l’album « Lo camin del solèlh » de Marti, lo « best-seller » de Ventadorn. E precisa: « A l’epòca quauqu’un coma Nougaro fasiá 30 000 vendas« .

 

Es un autre grand testimòni de la nòva cançon que podètz descobrir dins l’emission Viure al País, aquel de Claudi Marti. Lo cantaire e escrivan nos acompanhèt au Cirdòc a Besièrs per furgar dins las fòtos e afichas que consèrva la mediateca occitana. E puèi segur per escotar de viniles de l’epòca.

Marius Blénet

18 Mai

François Alfonsi a l’Ostal Occitan de Nabona

Jeudi, les mouvements occitanistes et citoyens País Nòstre et Bastir Occitanie ont reçu à l’Ostal Occitan de Narbonne François Alfonsi. L’élu de Corse, chef de file de la fédération « Régions et Peuples solidaires » est sur la liste Europe Ecologie – Les Verts pour les élections européennes.

Et François Alfonsi connaît bien le Parlement européen : il y a siégé de 2009 à 2014 et a notamment été à l’origine d’un rapport sur « les langues européennes menacées de disparition et la diversité linguistique au sein de l’Union européenne ». Pour lui, l’Europe est une alliée de poids dans la défense et la promotion des langues régionales comme il nous l’explique en corse puis en français :


Sirine Tijani, Jack Levé et Pierre Barguisseau

François Alfonsi, maire autonomiste du village d’Osani en Corse, est en neuvième position sur la liste Europe Ecologie – Les Verts menée par Yannick Jadot pour les prochaines élections européennes. Pour le chef de file de « Régions et Peuples Solidaires » qui fédère des partis « autonomistes et régionalistes progressistes, pro-européens et écologistes de l’Hexagone »,  ce rapprochement avec les Verts est logique : « Voilà 3 fois et sur de longues périodes que cette alliance est nouée, explique-t-il. Ecologistes et régionalistes, nous siégeons en plus régulièrement au niveau européen dans le même groupe : « Verts-Alliance Libre Européenne ». Il y a des convergences de fond qui nous font porter les mêmes combats ».

Un rapprochement qui ne date pas d’hier pour les militants occitanistes et écologiques audois, comme nous l’indique Jean-Pierre Laval, président de País Nòstre:

Sirine Tijani, Jack Levé et Pierre Barguisseau

Une liste également soutenue par Jean-François Saisset, maire de Trausse dans l’Aude, qui voit dans l’Europe un moyen de protéger et de défendre les territoires ruraux :

Sirine Tijani, Jack Levé et Pierre Barguisseau

Venu pour l’occasion, le chanteur Mans de Breish en a profité pour interpréter la chanson « Aquel jorn sabi que vendrà » :


Le scrutin des élections européennes 2019 se tiendra le 26 mai.

Jack Levé et Pierre Barguisseau

Sirine Tijani

 

09 Avr

Las lengas regionalas al Palais del Luxemborg

Diluns 8 d’abril, al Palais del Luxemborg de París, se tenguèt una jornada d’estudis sus « Las lengas regionalas, situacion e perspectivas » dins l’encastre de l’annada internacionala de las lengas autoctònas.

Dins un periòde problematic per aquelas lengas, en particular las menaças que pesan sur lor ensenhament, ELEN (lo malhum europèu per l’egalitat de las lengas), Lo Congrès Permanent de la Lenga Occitana e Kevre Breizh (la coordinacion culturala de Bretanha) organizèron una jornada d’estudis e de debats.

Doas rasons a l’origina d’aquesta jornada : la reforma del licèu que met en dangièr l’ensenhament de las lengas regionalas mas tanben lo projècte de lei per l’escòla de la fisança, una lei que balha pas a las lengas regionalas d’avançadas o d’encastre pro sufisents per protegir lor ensenhament.

Entrevista de Vincent Rivière (Lo Congrès Permanent de la Lenga occitana)

Entrevista de Romain Colonna (mèstre de conferéncias especializat dins la sociolinguistica e lo domeni dels estudis còrses)

Sensibilizar los elegits

L’idèa èra doncas de sensibilizar, d’informar e d’alertar los senators e deputats sus l’importància d’un encastre juridic per protegir las lengas regionalas e per que pòscan emendar la lei sus l’escòla de la fisança.

Entrevista de Tangi Louarn (ELEN Vice-president, Kevre Breizh)

 

Entrevista d’Alain Marc, sénateur de l’Aveyron (RTLI)

 

Entrevista de Denise Saint-Pé, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques (Union centriste)

 

Marius Blénet e Sirine Tijani

14 Mar

¡ VAMOS YA ! – l’Oc viaja en musica amb Guilhèm Lopez

¡ Vamos Ya ! c’est la nouvelle création de CAMOM-Cie Guillaume Lopez.

Un sextet composé de 3 voix et 3 musiciens. Pour les voix ce sont celles de Maryam Chemirani, de Kiko Ruiz et de Guillaume en solo ou ensemble. Keyvan Chemirani est aux percussions, Jean-Christophe Cholet au piano, et Louis Navarro à la contrebasse.

Un projet qui fait baigner l’occitan, avec les musiques du monde de l’Espagne jusqu’à l’Iran: un mélange de jazz, de flamenco … mais aussi un mélange de texte.

La première représentation aura lieu la semaine prochaine au Grand Théâtre de la Scène Nationale d’Albi : mardi 19 mars 2019.

Marius Blénet et l’équipe de notre Jornalet avait rencontré Guillaume Lopez et son sextet à la fin du mois de janvier. Nous vous proposons de revoir le reportage :


¡ VAMOS YA ! : création le 19 mars 2019 à la Scène Nationale d’Albi – Grand Théâtre

Pour voir les autres dates et lieux de la tournée : http://www.guillaume-lopez.fr/agenda/

 

@Vicenta

 

20 Nov

Shens Papèrs

Dans votre Jornalet de samedi dernier vous avez pu voir un reportage consacré aux frères Espinasse : Philippe et Jean Michel, musiciens bien connus des amateurs de musique gasconne.
Ils nous parlent du court métrage « Shens Papèrs ».

« Shens Papèrs », c’est un court métrage signé Philippe Espinasse et Eva Cassagnet. Il a été tourné dans les rues d’Auch et sur le parvis de Ciné 32. Le film a été réalisé grâce à la participation de bénévoles du Réseau Education Sans Frontières 32. Cet été le film a reçu le prix du public au Festival Consonance Music and Dance de Los Angeles.

Pour voir l’intégralité du court-métrage : Shens Papèrs 

 

@Guillaume et Vicenta

 

13 Nov

Récolte de cougourdons

Le cougourdon, est un des nombreux fruits de la famille des cucurbitacées. Cette courge très cultivée en pays niçois, en plus d’être cuisinée, sert traditionnellement à la fabrication d’ustensiles de cuisine comme des saladiers et des cuillères ou encore à faire des instruments de musique.
Cette semaine Sirine Tijani et une équipe du JTOC étaient à Ramonville-Saint-Agne (31), pour une cueillette de cougourdons destinés à une utilisation très particulière.
Une journée de récolte qui s’est inscrite dans le projet «De la graine au son», un beau projet de 3 ans, lancé en 2018 avec le festival Convivéncia, des artistes et la Cité de l’Autonomie et de l’insertion (regroupement des quatre établissements de l’ASEI à Ramonville) .
Il s’agit d’une action de médiation auprès de jeunes handicapés autour du fruit : le cougourdon. Ce projet a démarré avec la plantation des graines de cougourdons et s’achèvera par un grand Carnaval à Ramonville-Saint-Agne en 2020.
Tous les cougourdons ont été plantés, et aujourd’hui, c’est le jour de la première cueillette. Dans quelques temps, quand ils seront secs, ils seront transformés soit en masques, soit en instruments de musique.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce projet, cliquez sur : De la graine au son

Vous avez aimé Djé Balèti et le Vespa Cougourdon Orchestra, cliquez : ICI

Cela m’a donné envie de planter des cougourdons et aussi beaucoup d’idées pour les utiliser … pas vous ?

Vivement Carnaval!

 

@Vicenta

 

 

31 Août

Dintrada literària 2018

Les médias nous annoncent ce matin la parution de 567 nouveaux romans pour la rentrée. … Et si pour vous rentrée littéraire rimait avec livres en occitans ?

L’association Per Noste défend et fait la promotion de la langue occitane de Gascogne. 

Cette maison d’édition associative a été fondée  en 1960 par Roger Lapassade à Orthez (64). C’est aussi une revue bimestrielle PAÍS GASCONS, publiée sans relâche depuis 1966 et une centaine d’ouvrages.  

Le numéro 292 de la revista  PAÍS GASCONS est paru en juin dernier :

País Gascons – junh 2018

 

58 ans plus tard l’association siège toujours à Orthez (64) et accueille dans ses locaux une librairie et une bibliothèque, c’est un lieu incontournable pour les amateurs de lettres gasconnes.

Per Noste edicion vous propose un large choix de livres en gascon, son catalogue est composé d’une grande diversité d’ouvrages : romans, poésie, théâtre, histoire, livres pour enfants, apprentissage de la langue…

Des livres à découvrir, mais aussi l’occasion de relire des grands classiques traduits en lenga nostra…


Site internet : Per Noste

Page : Facebook Per Noste

 

@Vicenta