21 Sep

André Valadier, de còr e d’Aubrac

Es un òme que simbolisa son país e una figura occitana. André Valadier serà lo convidat de Viure al País lo 22 de septembre.

Son rares aqueles que fan l’unanimitat. Dins Aubrac e ben au-delai, avèm pas encara trapat de repròches adreissats a André Valadier. L’òme que foguèt conse de son vilatge de La Terissa pendent gaireben 40 ans, dediquèt son existéncia a mantener sa tèrra en vida, emai a li balhar un vam novel. E aquò lo portèt fins a la tèsta de l’Institut Nacionau pels AOC, puèi a la region Miegjorn-Pirenèus, ont foguèt vici-president encargat de l’agricultura pendent 18 ans. Una fonccion que gardèt jos una presidéncia de drecha o d’esquèra. Uèi encara, a 85 ans, ven d’èsser designat president dau Pargue Natural Regional d’Aubrac, tot just nascut. Lo PNR es un otis de mai per ajudar au desvolopament durable dau país, es de dire un desvolopament que preserve l’environ e la qualitat de vida, que preserve tanben lo patrimòni e la cultura. Cò que rejonh tot lo trabalh d’André Valadier. Per sa tèrra, l’òme a una linha de direccion: « La tradicion sens modernizacion es estèrla. Mas la modernisacion sens la tradicion, es avugla. La pròva es qu’aici en Aubrac, totas las riquessas actualas nos vènon del tropel, que foguèt totjorn l’activitat economica principala. » E se pòdon enumerar aquelas riquessas: las vacas d’Aubrac, lor carn de las mai presadas e lor lach que fan lo fromatge e l’aligòt; los cotèls de Lai Guiòla, qu’an per origina los cotèls dels pastres; los paisatges, entretenguts e rasclats pels romiaires. Emai se las produccions son pas gròssas es lor qualitat que balhèran la rentabilitat e que faguèran pauc a chà pauc coneisser lo platèu en França tota e que comencèran d’atirar de toristas. Lo torisme per André Valadier aquò’s vengut una ressorça de las mai importantas. « Aici es un país d’elevaires, mas lo torisme monta fòrt e o cal perqué l’agricultura tota sola sufis pas. Ara los dos son complementaris. »

Aubrac es doncas un país que farga sa riquessa sus sas produccions tradicionalas, mas o foguèt pas totjorn. Dins las annadas 70 la raça bovina èra a man de desaparéisser definitivament. Se ne comptava pas que 40 000, remplaçadas sovent per d’autras raças que fasián mai de lach, mai de carn. Los masucs, aqueles ostalòts ont se fabricavan los fromatges autres còps èran jà desertats pels paisans. Mas coma o ditz lo Valadier « i a causas que se pòdon pas pesar sus una balança »: lo gost d’un produch, l’istòria que representa, son enrasigament. Lo trabalh foguèt long e rufe, mas portèt. Alara que la vacada es de mai de 200 000 tèstas, es una Aubrac que se causiguèt ongan coma emblèma dau salon de l’agricultura. L’autre combat que menèran los agricultors foguèt pel lach. En 1960 èran quauques uns a crear la cooperativa lachièra Jeune Montagne a La Guiòla per collectar las produccions e fargar los fromatges qu’obtenguèron l’AOC tre l’annada seguenta. President pendent 48 ans de Jeune Montagne, André capitèt pauc a chà pauc amb sos collègas de difusir lors especialitats, dins las annadas 80 l’aligòt comencèt de se vendre emai en plat congelat pels supermercats. La popularitat dau plat e daus fromatges acompanhèt aquela de las vacas – « las solas que foguèron pas concernidas per la crisi de la vaca fòla » precisa lo Valadier – e uèi lo lach daus productors d’Aubrac se vend mai car que lo lach bio. Un òr blanc vertadièr. En reconeissença a’n aquel animal que fai viure tot lo país, las comunas dau platèu instalèran d’estatuas que las representan dins totes los cantons.

Dins lo vilatge que pòrta lo nom d’Aubrac, l’estatua se ditz « Doudoune ». Nos la presentan l’esculptor Edouard Bongrand e André Valadier.

                              ©Baladesparmontsetparvaux

 

De títols, André Valadier n’a una brava colleccion (reçaupèt emai la legion d’onor). Pasmens, demòra de’n primier un paisan. Un mestièr qu’eiretèt de son paire e que transmetèt a sos dos fius. « Farguèran amassa un GAEC, mas coma son tanben cadun conse de lor vilatge, soi ieu que lor servissi d’ajuda per las bèstias ». E lo cal vèire las menar d’un prat a l’autre, barròt en man. Las sona en òc: « Veni aicí, veni, veni ». Quand lo cridal se lança, los caps se lèvan, los animaus se sarran. D’unes doçament, d’autres a la corsa. La lenga occitana, l’ancian conse l’emplèga a còps encara amb de mond de la region, mai que mai d’ancians. Es un autre element dau patrimòni mas que se sauva pas el. « Perdèm de mots, consatatan André e son vièlh amic Edouard. Sovent se demandam cossí disiam una causa o l’autra quand erèm joves? I a causas que sabèm pas pus dire e qu’existísson pas en francés. Tot lo material del masuc per exemple, lo pòdi pas nommar en francés. » Pasmens l’occitan es pas desbolidat a l’ostal d’Aubrac, lo vocabulari es inscrich sus las parets, se trapa dins mantun obratges en venda. Aquela institucion, facha per promòure l’activitat toristica e duberta en 2002, foguèt creada a l’iniciativa dau sindicat de las comunas qu’es encara presidit per… André Valadier. Pertot present, l’òme fai l’admiracion de sos vesins. Mai a l’est en Losèra se troba la Margerida, un territòri mai grand mas ben mens conegut qu’Aubrac. Robert Berthuis, ambassador de promocion pel despartament e fier representent de Margerida lo confessa: « nos manca aicí un Valadier. »

Per ne saupre mai sus Aubrac, vaqui l’emission Viure al País que difusada lo 23 de septembre:

20 Juil

La Setmana, fin d’un jornau

Lo setmanièr occitan desapareis aprèp 23 ans d’existéncia. La societat d’edicion VistEdit es en liquidacion judiciara aprèp la supression de la subvencion per part de l’OPLO.

 

Es un títol simple que tresvirèt los amoroses de la lenga d’òc: « La Setmana es mòrta » escrich en letras espessas au mitan de l’ecran d’ordenador (dempuèi lo mes de junh, la version papèr èra pas pus estampada). Lo sol jornau setmanièr que parlava d’Occitania tota anoncièt sa fin a travèrs un comunicat de sa societat d’edicion, VistEdit. Una societat qu’ela tanben arrèsta sas activitats, çò que significa que las revistas pels enfants Papagaï e Plumalhon seràn pas pus publicadas nimai.
Lançat en 1995 en Bearn, « La Setmana » èra vengut un simbòl d’una lenga en cèrca de reconeissença e d’una vida « normala ». Gràcias an èu se podian legir las actualitats internacionalas e occitanas en òc. Era pas lo sol jornau d’o faire, segur, mas èra l’unenc que tractava l’actualitat d’Occitania tota e dins totes sos dialectes.

Se l’arrèst dau títol pòrta pena aus occitanistas, que foguèron nombrós a reagir suls malhums sociaus, los suspren pas gaire nimai. Dempuèi mantuna annadas, confrontat a la crisi de la premsa, La Setmana comunicava regularament sus sas dificultats. Un apèl au sostenh e aus abonaments se lancèt en una en 2015, una novela formula se bastiguèt per atirar lo public e puèi la publicacion se redusiguèt pas qu’a un numerò cada 15 jorns abans d’arrestar emai la publicacion de papèr i a gaire. Dempuèi d’annadas, las chifras de venda e lo nombre d’abonats metián en perilh la societat VistEdit, mas es la supression de la subvencion porgida per l’Ofici Public de la Lenga Occitana que provoquèt la fin de l’estructura. Una decision denonciada per la còla de la Setmana dins son darnièr comunicat, emai se dins las darnièras setmanas, l’OPLO cerquèt de novèus biaisses d’ajudar La Setmana, coma l’expliquèt Fanny Lartigot la cap-redactritz dau títol dins una entrevista que nos acordèt dins lo JT Occitan dau 30 de junh passat.

 

En junh, Charline Claveau-Abadie, la presidenta de l’OPLO, explicava a Guilhèm Gratiolet las rasons de la supression dau finançament de VistEdit.

03 Juil

Journal La Setmana

Le journal de référence pour toute l’Occitanie « La Setmana » est en danger, en danger économique.
Depuis 15 jours il a arrêté sa publication papier, on le trouve seulement sur Internet. Sa rédactrice-en-chef, Fanny Lartigot, a accepté de faire le point sur la situation avec nous.

par Marius Blénet et Olivier Denoun

Pour en savoir davantage nous vous proposons de relire l’article publié sur notre blog le 5 juin 2018. Il contient une entrevue avec Charline Claveau-Abbadie, présidente de l’Ofici Public per la Lenga Occitana (OPLO), réalisée le 31 de mai 2018.


Pour relire cet article cliquez ici :  Vistedit (1995 – 2018 ?)

 

@Vicenta

 

08 Jan

BONA E UROSA ANNADA 2018

Toute l’équipe occitane du magazine Viure al Paìs et du JT OC vous souhaite une très bonne et heureuse année 2018.

Si vous avez loupé notre premier journal en occitan de l’année diffusé le samedi 6 janvier, nous vous proposons d’en découvrir un extrait :

Si vous souhaitez participer au concours de nouvelles du Lecteur du Val, vous avez jusqu’au 16 février 2018 pour envoyer vos textes en occitan ou en français.
Pour en savoir plus : http://www.lecteurduval.org/310-concours-nouvelles.html

 

Dans notre édition occitane du 6 janvier, il est aussi question de l’année occitane à Toulouse. En 2018, la ville rose veut organiser tot plen d’eveniments a l’entorn de la lenga nostra :


Pour revoir nos journaux en occitan sur le site de France 3 Occitanie c’est :
  ICI

 

@Vicenta

 

22 Déc

Bon Nadau e a l’Annada Novèla

Demain soir : dernier JT Occitan de l’année 2017 consacré à Noël et présenté par Marius Blénet

  • Chaque Noël, depuis plus de 30 ans, une messe de minuit en langue d’oc se déroule à Montpellier ou dans les villages des alentours. Cette année elle aura lieu à l’église Saint-Matthieu dans le vieux Montpellier. Rencontre avec Joan Larzac, prêtre de la paroisse de Saint-Georges-d’Orques, qui officiera cette messe en occitan.
  • Dans le Rouergue à Salles-la-Source, l’équipe occitane du JT a rencontré Yves Garric. Journaliste à la retraite. Yves est aussi un écrivain, il publie aujourd’hui une pastorale traduite en occitan et actualisée, dans le sens où elle nous parle de la société contemporaine. Il s’agit de La Pastorala dels Masucs. La publication de ce livre, 20 ans après son écriture, est un hommage rendu à son ami Maurice Andrieu l’auteur de la version occitane.
    La Pastorala dels masucs, une histoire de Noël engagée à propos de la ruralité. Se pòt comandar al Centre Culturel Occitan du Rouergue per telefòne (05 65 68 18 75) ou per mail (contact@ccor.eu).

Reprise à l’antenne des éditions occitanes le samedi 6 janvier 2018 et du magazine Viure al Pais en occitan le dimanche 14 janvier 2018

joyeuses fêtes

 

 

@ Vicenta

 

 

01 Déc

La cultura geek parla tanben l’Occitan

A l’escasença dau Tolosa Game Show (2 e 3 de decembre), se fai una presentacion de la lenga d’òc a travers de la cultura geek.

FTV__________6727-00_00_01_09

Sébastien Laurens, co-fondator dau TGS

« Lo Tolosa Game Show (TGS) es un eveniment que presenta mantunas culturas: la japonesa amb los mangas e los jòcs-videos; l’americana gràcia aus comics. Me semblava logic de daissar un corner [sic] a la cultura locala. » La filosofia de Sebastien Laurens, co-fondator dau salon geek es tràs que simpla. Pasmens, la plaça facha a l’òc dèu pegar a l’esperit de l’eveniment: cau demorar dins una demarcha ludica, e pas tombar dins una presentacion universitària que fariá fugir lo public. L’occitan comencèt d’aver una entrada l’an passat, amb lo grop Aital Aital, programat per un pichon concert. Ongan aquò se confirma. Lo duo Tolosan es de retorn, acompanhat per una autra formacion, Feràmia, e cadun adaptèt en òc un generic de dessin-animat (se parla notadament d’una version de « l’Inspector Gadget »).

 

Abans que los musicians monten sus l’empont, lo public a drech a una sensibilizacion cap a la lenga nòstra menada per un pichon colectieu de quatre personas. Causiguèran de presentar las iniciativas en occitan dins l’univers geek. « I a ben mai de mond que çò que se podriá pensar que mesclan l’occitan aus jòcs-videos, aus fims e autras referéncias, conta Danís Chapduèlh – autor d’un blòg que reprend aquèu univers (lo país polit daus potonors). Amai me pensi qu’aquèu encontre es naturau. Los geeks son passionats per d’imaginaris divers, e dins la nòstra societat, la cultura occitana es imaginària. » Lo Danís s’activa dempuèi d’annadas dins aquèu domèni, realisèt notadament en 2013 lo doblatge d’un episòdi de la seria culta South Park en òc (Scott Tenorman deu crebar). S’ataquèt tanben a un autre simbòl generacionau, los pokemons, que faguèt la revirada daus noms de las doas primièras generacions (mai de 300 personatges).

Lo trabalh de Dètz.tv, de Piget Prod seràn tanben mostrats au TGS, coma las cronicas « tòca-maneta » de Tristan Gahús. Tot aquò se debana los dos jorns del salon, los 2 e 3 de decembre. E es pas qu’una debuta. Tre lo mès d’abril, quora una version redusida dau TGS prend plaça, Sébastien Laurens a previst de contunhar la programacion occitana, amb benlèu una conferéncia.

 

09 Avr

Occitan Pride, J-10

A défaut de Gay Pride, c’est bien une Occitan Pride qui est censée déferler dans les rues de Rodez le 20 avril prochain. A l’initiative de la Coordination Occitane, née juste après les Assises de la Culture occitane dans l’Aveyron en 2009, le « Grand passacarrièra » entend bien réveiller la part d’occitanité qui sommeille en chaque rouergat. En 1971, l’écrivain Henri Mouly avait lancé un appel « al pòble de Roèrgue », mais il avait été peu entendu. Quarante-deux ans plus tard, les organisateurs lancent à nouveau cet appel et espèrent réchauffer pour de bon la cité.

Sans revendication précise, la marche des fiertés occitanes  est uniquement l’occasion de s’afficher « Occitan », chacun à sa façon : du simple locuteur, conscient de parler peut-être plus qu’un vulgaire patois, aux militants occitanistes, en passant par tout ceux qui ont choisis de venir cueillir et s’approprier un bout cette culture rouergate. A 10 jours de l’événement, on annonce la participation aussi diverse que variée des vignerons de Marcillac, à la confrérie du fromage de Laguiole, des groupes folkloriques des quatre coins du département au Mac d’Oc d’Arvieu, des enfants des écoles bilingues ou des calandretas au camion électrique de l’entreprise Braley. Tout cela bien entendu sans parler des dizaines de groupes de musiques, chanteurs, artistes, performeurs ou encore joueurs (de quilles évidemment). Il y en aura donc pour tous les goûts et à peu prêt toutes les couleurs. Dans ce fourre-tout occitan, pas de condition particulière pour les élus ou les politiques qui prendront la parole, s’ils le souhaitent, dans un recoin de la place du Bourg, point d’orgue du « Grand Passacarrièra ».

« Plus un pays porte collectivement sa culture, plus il est en cohésion sociale, plus il est en dynamique, plus il est attractif, plus il crée, plus il invente, plus il accueille ! », affirment collectivement les membres de la Coordination Occitane qui appelle au rassemblement. Nul doute que les Occitans répondront présents et peut-être même au-delà de ce qui était prévu. Depuis que les organisateurs ont lancé leur appel pour le 20 avril, le contexte politique concernant les langues régionales en France s’est tout récemment dégradé. Le président Hollande a renoncé le mois dernier à sa 56ème promesse de campagne qui devait voir ratifier la Charte Européenne des Langues et Cultures Minoritaires et le projet de loi de refondation de l’Ecole de Vincent Peillon a failli totalement oublier les langues régionales. Pour l’heure, les organisateurs n’ont pas modifié leur appel ni reprécisé leurs revendications mais il se pourrait bien que les Occitans aient une raison de plus de défiler pour ce « Grand Passacarrièra ».

Clamenç Alet

25 Mar

La lenga nòstra, la vòstra lenga.

Clément en plein tournage

Ce dimanche dans Viure al Pais, c’est une émission originale que nous vous proposons. Originale et inédite puisque nous n’avons jamais consacré d’émission entière à la langue occitane, et rien qu’elle. Nous remonterons la source historique de l’occitan, d’où vient cette langue ? La lenga d’òc : une langue et non pas un patois. La différence est essentielle et c’est un linguiste, Pierre Salles qui nous expliquera pourquoi. L’émission aura aussi pour vocation de vous ouvrir les écoutilles. L’occitan est une langue dont les accents donnent 5 grandes familles de « parlers » : le gascon, le limousin, l’auvergnat, le languedocien et le provençal. Un peu comme 5 doigts d’une même main. Et ce n’est pas Alain Rey, le grand linguiste français qui va dire le contraire. Le temps d’un reportage, il nous a ouvert les portes de son univers et nous a donné sa vision, son regard sur cette langue occitane, qu’il connaît bien mieux que de nombreux occitanistes.

Langue transmise ou langue apprise, l’occitan n’est pas seulement la langue des vieux ou des paysans. C’est aussi la langue des Rois en Béarn, la langue administrative dès le 10ème siècle, la langue des troubadours, celle qui a donné au français le mot AMOUR, une langue qui change, qui se ré-invente, une langue vivante, qui séduit aussi ceux qui n’ont pas grandi en Occitanie.

Clément Alet

21 Mar

La douche froide

François Hollande - Photo : Fred Dufour AFP

Si le mois de mars est annoncé par tous les observateurs comme le mois plus difficile à vivre pour le gouvernement et le Président de la République, il en est tout autant concernant le monde occitan et plus largement les défenseurs des langues régionales en France. A qui la faute?  A ce gouvernement et son Président François Hollande qui semble avoir tout bonnement oublié sa 56ème promesse de campagne : celle où il annonçait qu’il « ferait ratifier la Charte européenne des Langues Régionales et Minoritaires ». Une position claire, forte, qui avait d’un coup d’un seul, permis de récupérer les voix des électeurs pro langues régionales. La campagne électorale avait été claire, pour une fois, entre les candidats sur la question. Nicolas Sarkozy s’était largement démarqué de son adversaire en affirmant que « quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales et minoritaires ».

Mais l’espoir suscité par Hollande auprès des Occitans tout autant que des Bretons vient de voler en éclat. Le 13 mars dernier, le Conseil des Ministres s’est notamment réuni pour discuter de la prochaine réforme constitutionnelle. Au menu des festivités, un certains nombre de dossiers dont celui de la fameuse Charte qui n’arrivera au final, jamais sur la table du Conseil. L’executif a renoncé à s’engager dans une modification de la Constitution, préalable à la ratification. Una brava recuolada comme on dit en oc, un large pas en arrière qui permet au gouvernement d’aller se cacher derrière d’avis négatif du Conseil d’Etat pour augmenter son choix. Ce retour à la case départ intervient au moment même où un « comité consultatif national sur les langues régionales et la pluralité linguistique interne » a été crée par la Ministre de la culture, Aurélie Filippetti et dont le rôle est de préparer la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Ce comité réuni 10 membres, dont le conseiller régional occitan David Grosclaude et s’est tenu pour la première fois le… 6 mars dernier, soit 7 jours avant sa mort programmée. Ce mois de mars est décidément long et compliqué.

Clément Alet

31 Oct

4 novembre : VAP spécial patrimoine industriel, l’édito de Sirine Tijani

La revolucion industriala dels sègles passats cambièt prigondament la societat e faiçonèt los paisatges d’Occitània. A l’ora d’ara, d’usinas abandonadas, transformadas o reabilitadas, jalonan lo territòri, patrimòni tecnic, cultural e arquitectural excepcional, testimònis vertadièrs de l’istòria contemporanèa.
Viure al país a decidit doncas de vos far descobrir tot aquel patrimòni industrial, reabilitat, salvagardat o abandonat, sovenir de las principalas produccions que participèron al desvolopament d’Occitània mas tanben de Catalonha.
La còla de VAP s’es doncas desplaçada dins lo país tot : en Bearn, a la descobèrta del patrimòni ferroviari reabilitat amb lo trenòt d’Artosta, dins la Val d’Aussau, e de l’anciana usina de tram de Pau qu’abriga ara los archius municipals e la direccion de la cultura de la ciutat. De Pau, cap a Graulhet, dins Tarn, anciana capitala del cuèr, ont se pausa ara la question del devenir de las 170 caucinas en bosiga que demòran long del Dadou. E es pas en Occitània mas en Catalonha qu’avèm decidit de vos parlar de la reconversion dins lo torisme de l’anciana fabrica de dinamita de Paulilhes e de la cava cooperativa de Belhestar, dins los PO.
Per parlar de tot aquò, sèm anats dins los Pirenèus Nauts, a Aurelhan, prèp de Tarba, ciutat entièrament labelisada “Oc per l’Occitan”. Ailà, una teulièra famosa, l’usina Oustau, fondada en 1873 e tancada dins la annadas 1970, es encara de pès, totjorn fòrça bèla. Conten dos forns Hausman, quasi-unencs dins aqueste estat. A costat de la fabrica, l’ancian ostal de la familha Oustau es ara un centre cultural important per Aurelhan, inscrita – coma l’usina – als monuments istorics. Un eretièr de l’usina Oustau e un professor d’occitan d’Aurelhan nos parlan d’aquestes dos luòcs  que fan ara partida tant del patrimòni industrial coma cultural de lor ciutat

 

La Révolution industrielle des siècles derniers a profondément changé la société et a façonné  les paysages de l’Occitanie. Aujourd’hui, des usines abandonnées, transformées ou réhabilitées jalonnent le territoire, patrimoine technique, culturel et architectural exceptionnel, véritables témoins de l’histoire contemporaine.
Viure al País a donc décidé de vous faire découvrir tout ce patrimoine industriel, réhabilité, sauvegardé ou abandonné, rappel des productions et des industries qui participèrent au développement de l’Occitanie mais aussi de Catalogne. L’équipe de VAP s’est donc déplacée dans tout le pays : en Béarn, à la découverte du patrimoine ferroviaire réhabilité avec le petit train d’Artouste, dans la vallée d’Ossau, ainsi que l’ancienne usine de tramway de Pau qui abrite désormais les archives municipales et la direction de la culture de la ville.
De Pau, direction Graulhet, dans le Tarn, ancienne capitale du cuir, où se pose à présent la question du devenir des 170 mégisserie en friche qui restent le long du Dadou. Et ce n’est pas en Occitanie mais en Catalogne que nous avons décidé de vous parler de la reconversion dans le tourisme de l’ancienne fabrique de dynamite de Paulilles et de la cave coopérative de Bélesta, dans les PO.
Pour parler de tout cela, nous sommes allés dans les Hautes-Pyrénées, à Aureilhan, près de Tarbes, ville entièrement labélisée Oc per l’occitan. Là-bas, une tuilerie célèbre, l’usine Oustau, fondée en 1873 et fermée dans les années 1970, est encore sur pied, toujours majestueuse. Elle renferme deux fours Hausman, quasi-unique dans cet été. A côté de l’usine, l’ancienne maison de la famille Oustau est aujourd’hui un centre culturel important pour Aureilhan, inscrite – comme l’usine – aux monuments historiques. Un héritier de l’usine Oustau et un professeur d’occitan d’Aureilhan nous parlent de ces deux lieux qui font désormais autant partie du patrimoine industriel que culturel de leur ville.

Viure al País spécial Patrimoine Industriel,

c’est ce dimanche 4 novembre à 11h25