12 Oct

L’occitan a la Fac Pau Valèri de Montpelièr

A l’universitat Pau Valèri de Montpelhièr, òm tròba de tot per l’occitan. En tout ils sont une petite centaine d’étudiants à suivre une formation liée à l’occitan. Dins lo Jornalet de la 3 de dissabte,  nos sèm sustot interessats a la formation de contunh. Une formation via le SUFCO (Service Universitaire de Formation Continue) qui permet à des demandeurs d’emploi, des personnes en reconversion, de s’inscrire en licence d’occitan. E de l’obténer en solament 1 an.

Lo Jornalet en rodatge a la Fac Fòto : Lo Benaset

Lo Jornalet en rodatge a la Fac amb Benoît Bolano e Priscillia Gil Fòto : Lo Benaset

Cette année, ils sont 4 inscrits en licence d’Occitan pour la formation continue. Una formacion pagada per la region Lengadòc-Rosselhon. Benaset e Priscillia qu’avèm seguits, son dintrats lo 7 de setembre e fan tanplan de gramatica coma de literatura occitana, de sociolenguistica, e en segond semèstre de lenguistica, dialectologia, lexicologia, sens oblidar d’istòria e de catalan. Le programme est chargé -35h par semaine- mais les étudiants en sont plutôt satisfaits. La Fac Paul Valéry est la seule à proposer cette formule et seulement pour 2 matières, dont l’occitan. L’afar exista dempuèi 2010 et sur les 13 candidats inscrits jusqu’en 2014, 10 sont repartis avec une licence en poche.

Lo CFPO el tanben fa una formacion per de monde en situacion de caumatge o que vòlan cambiar de mestièr. Ceux qui la suivent repartent avec un diplôme, mais pas de nature universitaire.

Reportatge : Benaset Roux / Marc Raturat / Miquèl Blasco / La Rossèla / Fabrici Ratel / Jos-titolatge : Maria Pèira Fournier


L’oc a la fac par france3midipyrenees

Cors d'occitan 3ena annada ambe Melania Laupiès Fòto : Lo Benaset

Cors d’occitan 3ena annada ambe Melania Laupiès Fòto : Lo Benaset

Siquenon, i a pas sonque aquestes 4 estudiants e l’occitan ambe lo SUFCO. Pau Valèri prepausa tanben un ensenhament a distància. Ces étudiants (plus de 70) représentent les 2/3 d’un l’effectif en baisse depuis l’abandon des doubles licences qui ramenaient bon nombre d’inscription au département d’occitan. L’université compte aussi 6 inscrits pour le CAPES. Es segurament lo despartament lo mai numerós e diversificat de totas las facultats d’Occitània. lo despartament d’occitan es sus Facebook. La fac compta tanben un Med’òc lo Moviment dels Estudiants Occitans.

Van organizar quicòm la vèlha de la crida del 24. Au programme, entr’autres Titòc, le guitariste et chanteur de La Diskett. Laurent Alibert qui est aussi professeur à la fac Paul Valéry. Une singularité de plus pour cette université. De mancar pas tanpauc la Jornada d’estudis Pèire Bec que nos quitèt fa un an. Amb la participacion d’universitaris e d’artistas.

Lo Benaset

09 Oct

L’ensenhament coma segonda vida

Cada dintrada es un novetat, tant pels escolans coma pels professors, en particular los que debutan. Los professors d’occitan fan pas excepcion. Anèrem al davant de l’un d’eles: Marie-Catherine Dufor aguèt son Capes bivalent occitan-francés en 2014. Aprèp una annada d’estagis, ongan faguèt sa dintrada coma neotitulara al licèu Henri IV de Besièrs. I ensenha lo francés e l’occitan a de classas de segonda, de primièra e de terminala.

Mas Marie-Catherine es una professora al camin atipic. Originària de Senegal, arribèt en França en 1984 per far sos estudis. Aprèp una carrièra de biologista, aquesta mamà arrèstet un temps de trabalhar abans de començar una reconversion capitada dins l’ensenhament. Una istòria polida que l’edicion occitana a causit de vos far descobrir.

Marie-Catherine Dufour par france3midipyrenees

Reportatge de Sirine Tijani, Jack Levé, Michel Blasco. Montatge : Marie-Alice Dailly

 

25 Juin

Un collectiu occitan va metre la reforma del collègi en justícia.

Depuis plusieurs jours, l’idée faisait son chemin : déposer un recours en justice contre la réforme des collèges et ses conséquences pour l’enseignement des langues régionales. Une réforme jugée contraire à la loi Peillon qui faisait entrer par la petite porte ces mêmes langues, contraire aussi aux conventions signées entre plusieurs rectorats et les collectivités territoriales (Région, anciens Conseils généraux) qui favorisent notamment le développement du bilinguisme.

Un collectif s’est monté. Il s’appelle « los mespresats » (référence à l’action menée par David Grosclaude), mené depuis la Dordogne par Martial Peyrouny. Il entend bien obtenir l’annulation de cette réforme auprès du Conseil d’Etat.

« Aquela reforma en efièch, representa de la part de l‘Estat central un abús de poder que va contra las convencions signadas ambe los Rectorats per la Region Miègjorn-Pirenèus, los Departaments de Tarn, Tarn-e-Garona, Nauts-Pirenèus, Gers, Avairon de  la Region Aquitània e los Departaments dels Pirenèus-Atlantics, de Gironda, de Dordonha e d’Òlt-e-Garona dins lo quadre de l’article L.312-10 del còdi de l’educacion. »

Le recours sera fait lundi prochain 29 juin à 11H à Périgueux. Il est possible de rejoindre ce collectif avec le document ci-dessous et avant le 28 juin 20H.

Lo Benaset

 

13 Juin

Manifestacion contra la reforma del collègi

 

Après la grève du 19 mai, les professeurs se sont de nouveau mobilisés jeudi dernier contre la nouvelle réforme du collège. Même si les textes qui concrétisent la réforme ont déjà été publiés au Journal officiel, l’intersyndicale qui a appelé à la grève ne veut pas pour autant arrêter le combat. La ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem a dit entendre « les inquiétudes qui s’expriment » . Elle fait savoir que sa « porte est toujours ouverte pour discuter des modalités d’application de cette réforme (…) Il y a encore des malentendus, de la pédagogie à faire, des gages à apporter pour rassurer sur le fait qu’ils (les professeurs) pourront à la rentrée 2016 mettre en oeuvre cette réforme dans de bonnes conditions ».

Côté occitan, on reste toujours mobilisés. Au cœur du problème : la possible disparition de l’option d’occitan et le risque que l’enseignement de la langue ne soit noyé dans les nouveaux EPI : les enseignements pratiques interdisciplinaires, un ensemble de 8 thématiques qui comprend les langues dites régionales. Considéré jusqu’à présent comme une matière, au même titre que les mathématiques ou l’histoire-géographie, l’enseignement de l’occitan se retrouve désormais dans une liste de huit EPI qui s’étudieront dans leur ensemble deux heures par semaine entre la 5e et la 3e.

Une situation dramatique pour beaucoup. La Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc s’est très vite mobilisée avec la mise en ligne d’une pétition et l’envoi de lettres au ministère. Une situation également dénoncée par le Partit Occitan. Dans un communiqué, il a demandé aux parlementaires « d’intervenir pour donner un véritable statut à l’enseignement des langues régionales ».

 

Sirine Tijani

16 Mai

L’occitan à l’école publique : une histoire qui dure depuis 40 ans à Saint-Affrique

 

Nous sommes en 1971 et un certain Monsieur Teulier, professeur d’espagnol au lycée de Saint-Affrique met en place les premiers enseignements en occitan au sein de l’établissement. Dès l’année suivante, deux professeurs de lettres, Yves Couderc et Michel Vidal suivent leur collègue et à l’image du reste de l’Académie de Toulouse, l’enseignement de l’occitan s’envole alors dans les lycées. 500 élèves présentent l’occitan au bac à la fin des années 70, ils sont près de 3500 dix ans plus tard.

C’est justement à la fin des années 80 que Saint-Affrique va une nouvelle fois se distinguer. Sous l’impulsion de Lionel Jospin, largement sensibilisé à l’occitan par André Lagarde, le cadre réglementaire évolue et pour la première fois en France, l’Ecole publique décide d’ouvrir des sections bi-lingues français-occitan à parité horaire. En septembre 1989, l’école Rochegude d’Albi et la maternelle Blanchard-Caussat de Saint-Affrique ouvrent la voie.

26 ans plus tard, l’école primaire de Saint-Affrique compte 173 enfants en section bilingue et des centaines d’autres ont profité de cet enseignement depuis 1989. Certains d’entre eux ont même été à l’origine de l’ouverture des sections bi-lingues au Collège en 1993. En 2010, près de 2200 élèves suivaient un enseignement bilingue en occitan dans l’Académie de Toulouse.

Mais si Saint-Affrique a ainsi pu contribuer à la « respelida » de la langue occitane à l’école publique c’est avant tout grâce à des hommes, des femmes, des parents, des militants, inconnus pour certains, qui se sont battus dès les années 70. C’est pour rendre hommage à tous ces différents acteurs de l’ombre que l’association « Cap l’Oc » a décidé de monter l’exposition « 40 ans d’occitan autour de l’école à St-Affrique ». Une rétrospective pertinente, basée sur une expérience locale réussie et qui s’inscrit dans une évolution permanente du cadre national réglementaire concernant l’enseignement des langues régionales en France, de la maternelle à l’université. Ni plus ni moins que l’histoire d’une langue occitane balancée entre légalité et légitimité au sein de l’Ecole publique.

Clément ALET

 

 

12 Mai

Rescontres liceans occitans

 Lo blòg occitan a per tòca de far conéisser las iniciativas escolaris originalas. Nicolau Rei-Bèthvéder nos compta aquí d’escambis entre liceans occitans.  

49 joens gascons de l’Isla de Baish e de Sent Gaudenç rescontrèn joens araneses e lheidatans

Après la venguda de liceans de la Val d’Aran en noveme passat, son 49 liceans qu’estúdian l’occitan a l’Isla de Baish (Gasconha tolosana) e Sent Gaudenç (Comenge) que partiscón a descubèrta d’Aran, de la Catalonha e de l’Aragon. Aqueres rescontres se hascón deu 27 d’abriu au 1èr de mai gràcias a l’accion deus professors Miquèu Segalàs e Mir, Joan-Pau Ferrèr e Nicolau Rei Bèthvéder.

Le prumèr jorn, les joens de l’Isla de Baish e de Sent Gaudenç visitèn le licèu de Vielha on podón rescontrar lor correspondent e sustot véser la realitat d’un licèu on l’occitan ei obligatòri. Çampar, la realitat es pas perfèita e les escolans vejón que le castelhan s’afortish coma lenga de comunicacion usuau. Mès la situacion de l’occitan au licèu d’Aran es pas brica de comparar dambe la de la Gasconha tolosana e comengesa, on le gascon es espudit, facultatiu e largament desconegut peus joens. Un joen en Aran pòt pas hèr sense aver contactes regulars dambe l’occitan quan a l’Estat francés un licean tolosan  hè soent tota la sua escolaritat sense enténer un mot d’occitan. Aqueste prumèr jorn deus rics que s’acabèc dambe ua conferéncia de Jèp de Montoya sus l’istòria aranesa au Conselh Generau d’Aran que saboc recéber les liceans coma ac cau.

Le lendeman 28 d’abriu, dambe les explics precises de Claudi Aventin, les joens se podón passejar deu Plan de Beret, on la nèu èra presenta, a Arties. Gràcias a un sorelh generós, la montanha aranesa revelèc la sua beutat.

Lhèida. La Seu

Lhèida. La Seu

Le 29 d’abriu estoc le parat de visitar Lhèida e la sua catedrala de las polidas. Tanben  rescontrèn professors e estudiants d’occitan d’Aitor Carrèra a l’universitat lheidatana. La recepcion a las facultats de Lhèida estoc un moment interessant on les liceans podón verificar que l’occitan hè objècte d’atencion e de proteccion en Catalonha quan a l’Estat francés es de còps le mesprètz. Ligams deus interessants se hascón entre liceans gascons e estudiants d’occitan lheidatans. Les liceans podón constatar qu’es sustot le catalan que s’enten a las carrèras de Lhèida. Èra luenh de l’imatge prefabricada que da l’educacion nacionala francesa d’ua Espanha totalament castelhanizada.

Lhèida

Lhèida

Le 30 d’abriu angón a Barcelona. Après la tradicionau visita de las Ramblas o deu barri gotic, les joens gascons montèn au Castèth de Montjuïc entà ua visita originala. Dumpèi uas annadas aquera ex-preson franquista ei tornada presa en carga per la municipalitat de Barcelona. Ne hascón un lòc de memòri. Le siti es tanben interessant pr’amor qu’es un bèthvéser que permet d’espiar tot le port e la ciutat de Barcelona.

Le jorn deu retorn, les liceans passèn per l’Aragon on vejón que la realitat lingüistica es diferenta de la Catalonha. En se passejar per l’Estanh de Mediano, l’Ainsa e Bielsa que descobriscón endrets on la lenga aragonesa se pòrta mau. Vertat ei que l’aragonés, coma l’occitan en França, patish de pas estar oficializat.

Dambe l’ajuda de la region Miejorn Pirenèus, un DVD serà produit dambe vidèos deu viatge e las presentacions en occitan de tots les escolans de l’escambi.

Aragon. L'Aínsa (Sobrarbe)

Aragon. L’Aínsa (Sobrarbe)

De notar tanben qu’aqueste escambi occitan inter estatau se poiré perseguir dambe un projècte mès ambiciós encara. L’idèa, per la prima de 2016, seré de hèr un escambi occitan sus tres Estats : Espanha, França e Itàlia. Atau liceans gascon d’Aran, deu Comenge e deu Tolosan anguerén a las Valadas occitanas d’Itàlia rescontrar joens. Un concèrt de musica occitana, dambe la participacion deus liceans, se poiré hèr a la fin deu rescontre 2016. Seré le prumèr còp que se haré un rescontre occitan damb joens gessits de tres Estats diferents.

Texte e fòtos : Nicolau Rei Bèthvéder

11 Mai

Una vida de calandretas

Près de 3500 enfants scolarisés dans  60 écoles et 3 collèges, repartis sur 18 départements, depuis plus de 35 ans les écoles immersives occitanes sont en développement constant. Mais tout est loin d’être simple. Calandreta qui est le plus gros employeur occitan (plus de 200 personnes) est en difficultés perpétuelles : de logement, de moyens, de développement. Exemple avec une novice (celle de Saint-Céré) et une très confirmée (Muret).

L’Esquiròl manca de plaça e d’avelanas

Calandreta l’Esquiròl est à ce jour la seule école de ce type dans le Lot. Installée depuis 4 ans dans une maison de lotissement à Saint-Céré. Elle accueille 27 enfants et en a refusé 10 à la rentrée faute de place.

Les premières années d’une calandreta sont toujours les plus compliquées : il faut trouver un logement, payer le salaire des professeurs pendant 5 ans (le temps de la contractualisation avec l’état), du personnel qui travaille… A Saint-Céré, le loyer coûte déjà près de 850 euros. Les parents regroupés en association doivent mettre les mains à la poche. Dans un premier temps aussi, la fédération des calandretas aide à la création. Puis la subvention diminue, en l’occurrence elle est passée de 8000 à 2000 euros. Conséquence : la calandreta ne peut plus employer quelqu’un pour le ménage et la cantine. Le système D ou système OC quoi ! Alors une école calandreta va toujours de pair avec une association culturelle pour toucher certaines subvention et faire rentrer de l’argent de par ses activités. Dans le Lot il y a Aquí l’Òc qui organise plusieurs activités et un festival les 22, 23 et 24 mai.

imageSe far un niu a las Cabanas

Les enfants sont obligés d’aller manger un peu plus loin, dans une ancienne école, au faubourg de Lascabanes (sic). Pour le coup, de la place il y en a. Sur 2 étages, des salles de cours, une cuisine un peu équipée, un préau, du terrain, une cour arborée… Le rêve quoi ! De quoi s’installer pour l’école car c’est sûr, la rentrée ne se fera pas au même endroit en septembre. Sauf qu’il faudrait mettre le bâtiment aux normes, que la marie qui loue ce lieu à l’évêché pour en héberger des associations accepte, que ceux qui l’utilisent aussi… Tout ceci va devoir se décanter très vite. Les parents cherchent par ailleurs un terrain sur la commune ou dans les environs pour y bâtir ou aménager la future école. Mais forcément, ce ne sera pas pour la rentrée.


calandretas par france3midipyrenees

Murèth tostemps dins la batèsta

Autre calandreta, autre situation et quelques similitudes. Ici ce n’est pas un problème de place ni de cantine, plutôt de vétusté des préfabriqués. Les 98 calandrons sont scolarisés dans 3 préfabriqués qui ont été donnés par les collectivités territoriales. Seulement voilà : ils sont plus vieux que l’école. La calandreta del Païs Murethin existe depuis 1984. Elle a fait plusieurs lieux avant de s’établir dans le quartier Saint-Jean de Muret (31). Chose exceptionnelle : elle est propriétaire de son terrain. Les relations avec l’école voisine (Mermoz) sont bonnes : ils partagent la cantine, dans le quartier il y a un gymnase, le cinéma… La vie pourrait être un petit fleuve tranquille si… les préfabriqués en question n’étaient pas vétustes. Et pour cause : ils ont plus de 40 ans, coûtent cher à l’entretien et la climatisation est en option. Voilà plusieurs années que calandreta veut remédier à la situation en construisant un bâtiment en dur. Ce qui permettrait aussi d’avoir un préau qui manque cruellement, et pourquoi pas un CLAE… Les projets précédents étaient assez onéreux. Le dernier en date s’élève à plus de 400 000 euros, financés par calandreta et les parents d’élèves, avec un emprunt sur 20 ans. Calandreta un appel à dons. L’an dernier il avait rapporté 13 000 euros.

Projet construction calandreta Muret

Projet construction calandreta Muret

L’avenidor ambe la comuna ?

Le permis de construire est déposé à la mairie depuis quelques jours. Le maire dispose de 6 mois pour y répondre. La mairie compte désormais une élue chargée de la valorisation du patrimoine culturel et de l’occitan. Virginie Corbères est aussi maman de calandreta, ancienne présidente d’Òctan, l’association culturelle liée à la calandreta. Une position pas très confortable entre les exigences de calandreta et un maire -André Mandement- peu habitué à déléguer facilement. Dans sa campagne, le maire avait aussi parlé d’un centre culturel occitan des cultures du monde. La mairie n’a pas les moyens de financer ce centre qui pourrait éventuellement abriter calandreta. « Le maire a parlé d’accompagner cette création en faisant des études de faisabilité par exemple. Mais nous ne pourrons pas aller au delà de 10% du financement », selon l’élue chargée de l’occitan. La mairie voudrait aussi réhabiliter ce quartier populaire et défavorisé où se trouve la calandreta. Le gouvernement a mis en place des contrats de ville pour aider ces quartier. Saint Jean est bien concerné mais pas le côté où est implantée la calandreta. Donc il ne pourrait pas y avoir d’aides pour l’instant afin de réaliser ce centre culturel dont le coût dépasserait 1M d’euros.

Pour les enfants, il y a urgence à trouver une solution pour sortir de ces préfabriqués. Une réunion est prévue le 2 juin entre calandreta et la mairie de Muret. Vous pouvez aider la calandreta à cette adresse : www.calandreta-don.fr/

Lo Benaset

03 Mai

L’occitan dins la reforma del collègi

La reforma novèla del collègi de la Ministra de l’Educacion Nacionala Najat Vallaud-Belkacem tafura los defendeires de l’ensenhament de l’occitan. En causa : la disparicion possibla de l’ensenhament facultatiu e la mesa en plaça dels EPI, los Ensenhaments Practics Interdisciplinaris. Dins aqueste module novèl, 8 tematicas seràn ensenhadas d’un biais interdisciplinari : Desvolopament durable ; Sciéncia e societat ; Còs, santat e securitat ; Informacion, comunicacion, ciutadanetat ; Cultura e creacion artistica ; Monde economic e professional ; Lengas e culturas de l’Antiquitat ; Lengas e culturas regionalas o forastièras.

Una còla de França 3 anèt al rescontre de professors e de sòcis de la Federacion dels Ensenhaires de Lenga e Cultura d’Òc que nos explican las consequéncias d’aquesta reforma per l’ensenhament de l’occitan.


Reforma del collègi par france3midipyrenees

Reportatge de Sirine Tijani, Denis Hémardinquer, Serge Planchou. Montatge d’Eve Ducau.

Per veire la peticion « Manten e desvolopament de l’ensenhament de las lengas regionalas al collègi », clicatz aicí.

Lo comunicat del Partit Occitan es de legir aicí.

 

L’occitan al collègi en chifras dins l’Acadèmia de Tolosa :

Opcion (1 o 2 oras per setmana)
Collègi public: 9703 escolans – 118 collègis
Collègi privat: 268 escolans – 5 collègis

Bilingüisme
Collègi public (1 o 2 oras de lenga + 1 disciplina en occitan): 650 escolans – 17 collègis
Collègi Calandreta: 17 escolans – 1 collègi

 

Sirine Tijani

 

14 Avr

L’ensenhament bilingüe dins los Pirenèus Nauts

La carta escolara novèla dels Pirenèus Nauts tafura los defendeires de l’ensenhament occitan-francés. Sus 5 sitis bilingües, 3 foguèron concernits per de barraduras de pòstes. L’Educacion Nacionala e lo Dasen (director academic dels servicis de l’Educacion nationala) explican que los pòstes occitans son pas tocats. Mas una tancadura de pòstes unilingües dins una escòla que compta una seccion bilingüa a de consequéncias sul foncionament general de l’escòla : los pichons estúdian a mièg-temps en occitan amb un regent especializat e a mièg-temps en francés amb los escolans monolingües de l’escòla.

Aprèp lo CDEN (Conselh Departamental de l’Educacion Nacionala) del 10 d’abrial, lo sentiment es mitigat.

Atal, i aurà pas cap de barradura a l’escòla Henri Duparc de Tarba.

A Julhan, la seccion bilingüa foguèt doberta a la dintrada passada. La decision finala del Dasen es lo manten de sa proposicion de dobertura d’un pòste d’occitan en mairala (que correspond a la confirmacion del pòste provisòri mes en plaça a la dintrada) e d’un mièg-pòste pel primari (pujada de la coòrta de 2014 en CP). Mas la barradura d’un pòste unilingüe es confirmada en mairala. Poiriá tornar dobrir en fonccion de l’efectiu de la dintrada venenta. Los parents son clars : se lo cinquen pòste unilingüe es tancat, trairàn lors mainatges de la seccion bilingüa.

La situacion es encara mai marrida a Rabastens-de-Bigòrra. La decision de barradura d’un pòste unilingüe es mantenguda. L’IEN conselha una classa unenca bilingüa del CP al CM2 de 23 escolans, çò que menariá a la supression d’un mièg-pòste occitan e d’un mièg-pòste francés. Una situacion impensabla pels parents e qu’entraïnariá doncas la fin de la seccion occitan-francés qu’existís dempuèi una quinzena d’annadas. L’associacion dels ensenhaires e dels parents d’escolans bilingües dins lo public, Òc-Bi 65, compren pas las decisions e compta plan contunhar la batèsta per ensajar de salvar al mens un mièg-pòste d’occitan a Rabastens-de-Bigòrra.

De parents e d’associacions sostenguts per d’elegits. Atal, Martin Malvy, president del Conselh Regional, Michel Pelieu, president del Conselh Departamental o encara Jeanine Dubié, deputat dels Pirenèus Nauts, mandèron a l’Educacion Nacionala de letras de sosten a l’ensenhament bilingüe dins los Pirenèus Nauts.

La convencion en question

Una convencion pel periòde 2012-2015 foguèt signada entre l’Educacion Nacionala e lo Departament, una autra existís amb la Region. La Convencion Educacion Nacionala/ Departament precisa qu’un estudi d’impacte deu èsser realizat en cas de barradura dins una escòla amb una seccion bilingüa : « Pour chaque site bilingue, conformément au programme académique de référence, les décisions annuelles de carte scolaire seront précédées d’une étude au cas par cas du fonctionnement de l’école. Elle prend en compte la répartition par cursus monolingue et bilingue, les possibilités réelles d’organisation des groupes des deux voies pour déterminer l’encadrement de l’école en enseignants de français et d’occitan. » (per legir la Convencion, clicatz aicí).

De convencions que balhan un encastre e que devon normalament encoratjar al desvoloppament de l’ensenhament occitan-francés. Atal, una dobertura d’una seccion bilingüa es en projècte a Argelèrs de Gasòst.

 

31 Jan

Las Jornadas d’estudis Capes

Permettre aux candidats qui passent le Capes en occitan de se rencontrer, d’échanger mais aussi d’approfondir l’étude du programme… c’est l’objectif des journées d’études Capes organisées à l’université Paul Valéry, en collaboration avec l’université Jean Jaurès, jeudi 29 et vendredi 30 janvier.

Les candidats au Capes mais également les étudiants et les chercheurs ont ainsi pu assister à des communications sur Jaufré Rudel, Bellaud de la Bellaudière, Fréderic Mistral ou encore Jean Boudou.

Le jeudi soir, ils ont également pu assister à l’auditorium du Musée Fabre de Montpellier à un hommage à Marcèu Esquieu et Yves Rouquette. Ces journées se sont achevées le vendredi, un jour entier consacré à Max Rouquette intitulé « Regards obliques sur Max Rouquette » à la médiathèque Emile Zola.

Une occasion de se retrouver

Dispersés dans toute l’Occitanie, les candidats au Capes occitan ont rarement l’occasion de se rencontrer. Si le concours se prépare dans les universités de Montpellier et de Toulouse, directement à la fac ou à distance, certains le préparent aussi seuls en candidats libres.

Arrêtées il y a quelques années, lorsque le nombre de postes (20 à l’origine) est tombé à 4, ces journées de rencontres autour du programme du Capes ont fait leur grand retour en 2015.

 

Le Capes occitan en chiffres :

Concours public 2015 : 5 postes – 23 candidats inscrits

Concours privé 2015 : 1 poste – 5 candidats inscrits

 

Concours public 2014 : 4 postes – 18 candidats

Concours privé 2014 : 1 poste – 2 candidats

 

Les épreuves écrites d’admissibilité auront lieu du 7 au 23 avril 2015, les épreuves d’admission orales du 16 au 18 juin 2015.

 

Sirine Tijani