06 Juin

Réforme des collèges : ceux qui se battent pour les langues régionales

Le décret et l’arrêté relatifs à l’organisation des enseignements au collège ont été publiés auJournal officiel du 20 mai 2015. Une réforme applicable à la rentrée 2016 qui a vu se mobiliser les défenseurs des langues régionales et le gouvernement revenir en arrière sur certains points. Il y a eu des recours devant le Conseil d’Etat et des actions auprès du ministère de l’Education-Nationale. Où en sommes-nous ?

Le Conseil d’Etat s’est prononcé le 1er juin 2016

Plusieurs recours venants de plusieurs associations ou personnes privées ont été déposés devant le Conseil d’Etat. Ils demandaient l’annulation de cette réforme pour les langues régionales et les langues anciennes. Le premier juin dernier, ce juge administratif suprême s’est prononcé sur ces actions. Il a suivi les conclusions du rapporteur public.  Dans un communiqué, le collectif Los mespresats -au nom duquel avait agi le professeur d’occitan Martial Peyrouny- pense que tout n’est pas négatif dans cette décision. Le Conseil d’Etat confirme que les conventions Etat-Région continuent d’exister et de fixer certaines choses. Dans les académies où elles existent (notamment celles de Toulouse et Bordeaux parmi les plus favorables), ces conventions devraient éviter une rentrée catastrophique pour l’enseignement des langues régionales en septembre 2016. pour les autres…

Photo : Facebook de Martial Peyrouny

Photo : Cécile Hautefeuille Facebook de Martial Peyrouny

Par ailleurs, le même Conseil d’Etat annule (pour un motif de procédure) une partie du décret sur la durée minimum des pauses méridiennes au collège et sur la durée maximale d’enseignement quotidien en sixième. Cette disposition bloquait les enseignements optionnels comme l’occitan en classe de 6ème au prétexte qu’il ne peut pas y avoir plus de 6H d’enseignements quotidiens.

Pour le reste, les recours sont rejetés. Il est vrai que certaines demandes des requérants n’avaient plus lieu d’être car le gouvernement avait assoupli ses positions sur l’enseignement des langues régionales par des arrêtés et des circulaires (dont la dernière en avril 2016). Mais comme le précise le communiqué de Los Mespresats : cela ne règle pas encore certains problèmes. Notamment des disparités de traitement et de moyens entre les langues régionales.

Le 1er juin 2016, la FELCO était aussi au Ministère de l’Education

Philippe Martel Yan Lespoux Marie-Jeanne Verny au Ministère. Photo : site FELCO

Philippe Martel Yan Lespoux Marie-Jeanne Verny au Ministère. Photo : site FELCO

La Federacion dels Ensenhaires de Lenga e de Cultura d’Òc a pour sa part mené un travail de fond de manière empirique sur le terrain. Différents constats et autres études approfondies des textes qu’elle a ensuite été discuter au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem. L’interlocuteur c’est Olivier Noblecourt, directeur adjoint du cabinet. Les réunions se sont répétées et un certain climat d’écoute doublé d’un soucis de faire avancer certaines choses semblent prévaloir. La dernière rencontre s’est faite aussi le 1er juin, jour de décision du Conseil d’Etat. Dans son compte rendu d’audience, la FELCO pointe la suppression de l’occitan dans certains établissements et la diminution globale des heures, avec des disparités entre les académies, entre les départements d’une même académie et parfois même entre les établissements d’une même académie et d’un même département ! L’absence de Conseil Académique sur les Langues Régionales à Limoges, Clermont-Ferrand et Grenoble rend très difficile l’enseignement de l’occitan dans ces académies. Ces mêmes académies qui n’ont pas signé de convention avec l’état sur l’enseignement des langues régionales… La diminution du nombre de postes au CAPES occitan (de 15 par an début 2000 à 4-5-6 désormais) a eu aussi des conséquences néfastes.

Olivier Noblecourt a tout de même annoncé plusieurs choses :

  1. Une nouvelle circulaire est à l’étude pour encadrer les langues régionales
  2. Le Ministère propose un rendez-vous de travail avec l’Office Public pour la Langue Occitane et la FELCO après le 4 juillet

La FELCO compte maintenir ces rendez-vous réguliers avec le Ministère pour tenter de régler certaines situations ici et là.

Lo Benaset

01 Juin

Le Conseil d’État rejette le recours occitan contre la réforme du collège

Le Conseil d’Etat a rendu sa décision aujourd’hui sur les différents recours contre la réforme du collège. L’action entreprise par Martial Peyrouny déposé en juin 2015 n’a donc pas permis de retirer cette réforme qui touche aussi les langues régionales.

 

Le 11 mai dernier, l’espoir était encore de mise. Comme nous l’avions publié, les conclusions du rapporteur public semblaient donner raison au professeur d’occitan. Hélas, quelques heures plus tard, retournement de situation, les conclusions déboutent ceux qui voulaient obtenir l’annulation de la réforme.

Le Conseil d’Etat ne considère donc pas que cette réforme va à l’encontre du code de l’éducation, ni qu’elle remet en cause les conventions signées entre l’Etat et certaines régions.

« Nous avons perdu parce que nous avons gagné », disait Martial Peyrouny en mai dernier. Car en effet, certaines dispositions attaquées en 2015 avaient été depuis modifiées par le gouvernement.

Les défenseurs des langues régionales contre la réforme des collèges ont donc perdu une bataille juridique, mais la mobilisation n’est pas finie pour autant.

Lo Benaset

Martial Peyrouny ambe son recors

Martial Peyrouny ambe son recors

 

31 Mai

Jornada occitana al collègi de Castèlsarrasin

Jeudi 26 mai, le collège Jean de Prades de Castelsarrasin a inauguré sa signalétique occitane dans tout l’établissement. Pour l’occasion, l’occitan a été mis à l’honneur avec la chorale du collège qui a proposé un petit concert sur le thème des cultures de la Méditerranée avec des chants en occitan, en italien ou encore en français. A midi, un repas occitan a été proposé à la cantine avec au menu confit de canard, saucisse de Toulouse ou encore truffade. Une équipe de l’Edicion occitana a pu assister à cette journée occitane.


Jornada occitana al Collègi

Reportage de Sirine Tijani, Denis Hemardinquer, Pierre Barguisseau. Montage de Charlotte Willocq

26 Mai

Un collègi calandreta batejat… E aprèp ?

Dimars de vèspre, lo tresen collègi calandreta foguèt batejat a Tolosa. Res d’extraordinari me diretz ? Cò d’interessent es que tot aquò se faguèt en preséncia de las 3 collectivitats : Georges Méric (pdt del despartament), Patric Roux (elegit per l’occitan a la region) e Jean-Michel Lattes (primièr adjunt a la comuna de Tolosa). Totes semblan prèstes per butar dins la meteissa direccion. Qu’unas son las perpectivas per calandreta a Tolosa e dins la granda region ?

Inauguration du collège

Inauguration du collège – De gauche à droite : Patric Roux Jean-Michel Lattes Jean-Luc Reysséguier Georges Méric et Jean-Louis Blenet

Un collègi puèi un licèu calandreta a Tolosa ?

Dubèrt a la dintrada de 2013, lo collègi calandreta de Tolosa compta per ara 3 nivèls de classa, manca la tresena. A l’avenidor, va caler un collègi ambe 8 classas e un internat endispensable. 3 ans de vida que fan que lo collègi es pas encara contractualizat. « Es ara qu’avèm besonh de las ajudas », dís son president Jean-Louis Blénet. « Un enfans del primari de calandreta còsta pas tant car coma un enfans del primari public per la comuna. Donc pòdon far quicòm ! ». Una lèi de 1959 obliga efectivament a donar d’argent per los enfans escolarizats dins public e dins lo privat contractualizat.

A Tolosa, la comuna donariá 500 € per an per 1 escolan del primari de calandreta. La comuna met tanben a dispausicion lo bastiment ont se tròba lo collègi. Blenet voldriá ara que lo despartament adujèsse lo collègi abans la contractualisazion coma se faguèt per lo de Pau. « Es ara que qu’avèm de besonh! ». Georges Méric confirmèt dimars que lo Conselh Despartamental de Garona-Nauta adujariá lo collègi. Son tanben a cercar un bastiment per la dintrada de 2017.

Patric Roux ajustèt que i auriá ben un licèu calandreta a Tolosa, coma Carole Delga s’i èra engajada dins sa campanha. D’aiçi 2 ou 3 ans.

La fèsta al collègi

La fèsta al collègi

Un autre collègi a Besièrs e un licèu calandreta a Montpelhièr

« Nos sèm enganats a la debuta de calandreta en diguent que caliá dubrir de classas al primari e que l’ensenhament public assegurariá lo segondari ! Marcha pas, nos cal dubrir de collègis e licèus. Al jorn de duèi, i a pas un sol jove qu’arribe al bachilierat format coma cal en occitan! ». Aital un second collègi va dubrir dins Erau. Es previst a Besièrs, benlèu per la dintrada venenta o mai segurament per la de 2017. Lo licèu es totjorn a l’espèra. Mas aquí tanben, la presidenta de region a prometut 2 licèus per calandreta : lo de Tolosa e un a Montpelhièr. Se poidriá far rapidament estant que i a un pauc de plaça al collègi actual. De que dubrir una classa de 2da tre la dintrada, puèi una per la 1èra, en esperent de bastiments novèls prometuts per la region per lo licèu.

Mas a Montpelhièr es pas coma a Tolosa : i a pas de conjunt entre region, despartament e vila de Montpelhièr.

Lo Benaset

24 Mai

Lo tresen collègi calandreta estrenat duèi

En setembre de 2013, lo collègi tresen de las escòlas immersivas calandreta faguèt sa primièira dintrada a Tolosa. Aprèp lo de Montpelhièr (Grabèls) e lo de Pau, lo collègi s’èra niusat dins un ostal del barri Saint-Agne de Tolosa. Una dintrada plan complicada coma sovent. Duèi Collègi Calandreta del País Tolzan a mudat dins lo barri de Jolimont e se farà l’estrena a 6 oras aqueste vèspre.

 

Fa un momenton que lo collègi e son trentenat de dròlles se tròban carrièra David Elbaz dins lo barri de Jolimont; exactament dempuèi la dintrada de 2015. De bastiments novèls mercés a l’ajuda de parelh de la comuna de Tolosa e del Conselh Despartamental de Garona-Nauta. La comuna de Tolosa recuperèt una part dels bastiments d’una escòla publica delaissada per los prepausar a calandreta. Lo despartament de Garona-Nauta donèt l’an passat 25 000 € al collègi.

Los calandrons fan pel moment ambe solament 4 classas. Pas de plaça per una sala dels professors, una cantina… Alèra que l’an que ven la classa de 3ena va dubrir e mai de 45 escolans son anonciats. Lo conselh despartamental es donc en cèrca d’un luòc novèl pel collègi (estant que los collègis son de la competéncia del despartament e non pas de la comuna). Segurament dins un collègi ancian, per la dintrada de 2017. Lo collègi es tanben a l’espèra d’un convencionament ambe l’estat qu’interven normalament al cap de 5 ans. Ven d’èsser reclamat mas lo collègi a sonque 3 ans.

A Jolimont o endacòm mai, longa viva al collègi calandreta del País Tolzan !

Lo Benaset

 

12 Mai

Langues régionales, Conseil d’Etat, réforme des collèges : compliqué, très compliqué!

La justice, ce n’est jamais simple… La réforme des collèges non plus : déjà votée, pas encore appliquée, mais très critiquée et modifiée à différentes reprises… Hier lors d’une audience au Conseil d’Etat, la rapporteure publique n’a finalement pas donné raison (en tous cas sur la plupart des points) à Martial Peyrouny, un professeur d’occitan qui demandait l’annulation de la réforme. Vous me direz qu’il fallait s’y attendre. Pas vraiment si l’on se réfère à un document accessible la veille et qui allait dans le sens voulu par l’auteur de la requête Tentons d’y voir plus clair.

« On a perdu parce qu’on a gagné »…

« … Le rapporteur public s’apprête à conclure : à l’annulation du décret attaqué en tant que par son article 2, il introduit au code de l’éducation les dispositions des deux derniers alinéas du II de l’article D. 332-4 et celles figurant à la dernière phrase du III du même article… » Voilà ce que Martial pouvait lire en accédant à son dossier jusqu’à la veille. Un langage un peu codé mais qui, de l’avis de plusieurs avocats, était positif. C’est ce que révélait l’article du blog occitan. Sauf que voilà : les conclusions d’un jour ne sont pas celles énoncées le lendemain! Celle de Martial est presque tout aussi inattendue : « On a perdu parce qu’on a gagné ». Tiens, tiens… C’est aussi le titre de l’article de La Setmana et c’est effectivement ce que nous disait ce matin le professeur d’occitan. Alors, ce que les langues régionales ont gagné hier (mais ce n’est que l’avis du rapporteur et non celui du Conseil d’Etat) c’est ce que le texte gouvernemental appelait : « la durée minimum des pauses méridiennes au collège et sur la durée maximale d’enseignement quotidien en sixième ». Pour faire simple, le volume horaire hebdomadaire des cours ne devait pas excéder 26 H ce qui laissait quasiment aucune place pour les matières suivies en option comme peut parfois l’être l’occitan. L’annulation en partie du décret (pour des raisons de procédure) qui fixait cette limite à 26 H va donc permettre aux langues régionales de revenir un peu.

Martial Peyrouny ambe son recors

Martial Peyrouny ambe son recors

Pour le reste, la rapporteure publique conclut au rejet de l’annulation du décret attaqué.

Sur le fond, il est vrai qu’entre le dépôt du recours au Conseil d’Etat en juin 2015 et l’audience d’hier, les choses ont évolué favorablement pour les langues régionales grâce au travail d’organisations occitanes comme la FELCO, le CREO, grâce aussi à ce recours.

Car la réforme des collèges avait tout bonnement oublié les langues régionales au tout début, et ce n’est qu’après diverses actions que leur enseignement est réapparu en 6ème, que les conventions existantes entre l’Etat et certaines Régions ont été prolongées jusqu’à la fin de cette année, retardant ainsi les effets de la réforme. Différents textes ministériels ont confirmé un certain retour au statu quo. La circulaire N° 2001-166 du 5 septembre 2001 qui organise l’enseignement et le développement des langues régionales reste en vigueur. L’article L.312-10  du code de l’éducation qui s’appuie sur cette circulaire avait fait rentrer les langues régionales dans la Loi Peillon. La réforme des collèges, dans sa version initiale, était contraire à cet l’article. D’où le recours. Donc oui, juridiquement, certaines demandes de ce recours n’avaient plus lieu d’être. N’empêche que tout n’est pas gagné et qu’on ne sait toujours pas pourquoi la rapporteure publique a quelque peu changé ses conclusions.

« Là où il n’y a pas de convention, c’est mort… »

Il est peu probable que dans 2 ou 3 semaines, la décision du Conseil d’Etat soit contraire aux conclusions de la rapporteure. Peu envisageable également que Martial Peyrouny (ou d’autres) fassent un nouveau recours. Ce qui n’empêchera pas vigilance et mobilisation. Là où des conventions existent entre Etat et Régions (comme par exemple en Aquitaine et Midi-Pyrénées) la rentrée 2016 ne devrait pas être trop difficile. Elles seront renégociées d’ici la fin de l’année. Mais là ou rien n’existe comme en Auvergne ou Limousin, la situation sera très très délicate. Idem en Provence où tout diffère selon les départements.

A toute chose malheur est bon, la réforme territoriale pourrait au moins permettre au Limousin d’être logé à la même enseigne que l’Aquitaine. Idem pour le Languedoc-Roussillon où la convention était loin d’être satisfaisante mais qui est désormais liée avec celle de Midi-Pyrénées plus favorable…Quand on vous dit que rien n’est simple !

Lo Benaset

11 Mai

Les langues régionales devant le Conseil d’Etat contre la réforme des collèges

Cet après-midi, le Conseil d’Etat examinera un recours demandant l’annulation de la réforme des collèges sur le volet des langues régionales. Rien que ça. Voilà un an qu’un professeur de Dordogne Martial Peyrouny a attaqué en justice cette réforme contestée. En son nom et porté par le collectif « Los Mespresats » (les méprisés). Peu de chances que cette action aboutisse? Et bien si…

Martial Peyrouny Juin 2015

Martial Peyrouny à Périgueux 29 Juin 2015

L’argumentaire juridique.

Juin 2015, le collectif « Los Mespresats » a rendez-vous devant la poste. L’objet : envoyer un recours auprès du Conseil d’Etat pour demander l’annulation des décrets d’application de la réforme des collèges. Voilà plusieurs semaines que les défenseurs de l’enseignements des langues régionales se mobilisent contre cette réforme. Martial Peyrouny, professeur en Dordogne décide d’attaquer en justice. Parler de David contre Goliath n’est pas un vain mot. Peu de chances que ça aboutisse lui disent certains… Monsieur le professeur certifié d’occitan-lettres modernes hors classe, Chevalier des Palmes académiques n’en a cure et passe à l’action. Sur un argument juridique simple :

« Aquela reforma en efièch, representa de la part de lEstat central un abús de poder que va contra las convencions signadas ambe los Rectorats per la Region Miègjorn-Pirenèus, los Departaments de Tarn, Tarn-e-Garona, Nauts-Pirenèus, Gers, Avairon de  la Region Aquitània e los Departaments dels Pirenèus-Atlantics, de Gironda, de Dordonha e d’Òlt-e-Garona dins lo quadre de l’article L.312-10 del còdi de l’educacion. »

La réforme du collège contredit complètement, sur la question des langues régionales, le code de l’éducation (art. L.312-10). Il demande l’annulation du décret n° 2015-544 du 19 mai 2015 relatif à l’organisation des enseignements au collège et l’arrêté du 19 mai 2015 du ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège. Par ailleurs, l’association « Arrête ton char » entame également une action auprès du Conseil d’Etat pour défendre les langues anciennes Grec et Latin.

Le rapporteur public semble d’accord

Cet après-midi, le représentant du gouvernement énoncera et détaillera ses conclusions lors de l’audience prévue à 14H pour les 4e et 5e chambre. On ne connaît pas encore tous les détails mais les formulations juridiques semblent claires. Si l’association « Arrête ton char » est déboutée dans sa requête, en revanche, le rapporteur public donne raison à Monsieur Martial Peyrouny. Il faut évidemment rester très prudent car si l’on se penche sur les décisions du Conseil d’Etat, on constate qu’il suit les conclusions des rapporteurs publics à 80% ! Si annulation il y avait, ce serait une énorme surprise. Mais nous n’en sommes pas loin.

 

Le jugement sera mis en délibéré pour 3 semaines, un mois. En cas de victoire, ce ne serait pas toute la réforme qui serait annulée mais certainement que le volet sur les langues régionales. En attendant, les espoirs sont permis. De quoi mettre du baume au cœur de Martial Peyrouny qui organise une manifestation avec le collectif le samedi 21 mai à Périgueux pour demander une loi cadre pour les langues régionales en France.

Lo Benaset

02 Avr

De collegians de 4ena en plen fantastic !

De collegians, del privat mas sustot del public, que se retròban amassa per una jornada d’escambis, de descobèrtas, e per veire que son pas solets a s’interessar a la lenga d’òc, l’afar marcha totjorn. Dins Tarn, se fa dempuèi 8 ans e aquest’an, èra sonque los quatrens convidats a l’Ostal de la Musica de Cap’Découverte. 160 escolans per una jornada e un tèma : lo fantastic.

Collegians tarneses a Cap Découvertes. Fòto : Lo Benaset

Collegians tarneses a Cap Découvertes. Fòto : Lo Benaset

Los rescontres

Pagats pel Despartament de Tarn, aquestes rescontres se fan en partenariat ambe l’Educacion Nacionala. La Directritz academica dels servicis de l’educacion nacionala Mireille VINCENT butèt la pòrta per encontrar los mainatges. Lo prinicipi es de donar un tèma, que se trabalha en classa, en prevision de la jornada que se declina en talhièrs ont los dròlles viran. Per 2016 èra lo fantastic e La Talvera coma convidat.

 

Salvajonas, fadas e fantastic

La Talvera fa de collectatge dempuèi 1979, valent a dire que fadas, salvajona e autras bèstias un pauc fantasticas de Tarn an pas de secrèts per ela. Se tòrnan trobar dins las cançons, conferenças e autres contes.

Danièl Loddo aguèt un brave succés ambe sonses contes a l’encòp tradicionals, ambe de tòcas personalas e de duèi.

Mentre que Celina faguèt cantar los enfants en prevision del concèrt de l’aprèp miègjorn, se podiá tanben fintar la mòstra « De la natura de quauquas bèstias » margada pel Cirdoc ambe los textes d’Ives Roqueta e las illustracions de Pierre François, o encara de projeccions comentadas, suls luòcs legendaris de Tarn.

Tot s’acabèt per una brava farandòla…

 

En tornant ambe los carris i aguèt mai d’un collegian content de sa jornada ambe l’enveja de la far partajar a d’amics qu’an benlèu pas l’astre de far causas originalas coma se fan en occitan.

Es pas totjorn fèsta dins los collègis ont se fa d’occitan mas i a encara de braves moments !

Lo Benaset

01 Avr

Reforme des collèges : le point sur l’occitan

La réforme des collèges portée par le gouvernement actuel a suscité beaucoup de protestations chez les défenseurs des langues régionales. Plusieurs actions ont été menées; certaines sont en cours. La FELCO établit un premier bilan en vue de l’instauration de cette réforme à la rentrée prochaine.

Inégalités dans les académies

L’autonomie laissée aux chefs d’établissements et le flou que représentent certains textes (voir ci-dessous) font que la concurrence est souvent rude entre les matières et les inégalités flagrantes entre les académies. Parfois, au sein d’une même académie, les disparités sont nombreuses. Les Dotations Globales en Heures (DGH) qui fixennt les moyens viennent d’être votées pour la rentrée. La logique comptable risque d’être fatale pour les langues régionales.

  • Aix Marseille : les établissements du secondaire sont globalement dotés des moyens habituels pour la rentrée 2016. L’enseignement d’initiation en 6ème est revenu dans l’académie sauf pour le Vaucluse. Il y a aussi des difficultés sur les heures spécifiques qui viennent compléter les DGH. Reportage France 3 Méditerranée sur la situation dans le Vaucluse et l’absence de continuité de l’enseignement de cette langue.

Reportage de Frédérique Poret et Olivier Ducros-Renaudin :


Le provençal malmené par la réforme des collèges

    • Bordeaux : pas de modification par rapport aux rentrées précédentes. L’académie est plutôt bien dotée et protégée pour l’instant.
    • Montpellier : le constat fait dans cette académie est très préoccupant. La dotation spécifique du rectorat ne correspond pas aux besoins pour assurer la continuité de l’enseignement. En sont victimes, les classes bilingues et autres sections bilangues. La rectrice Armande Le Pellec Muller n’a donné aucune consigne. Beaucoup de professeurs se trouvent dans l’obligation d’aller sur 2, 3  voire 4 établissements.
    • Toulouse : la rectrice Hélène Bernard -qui est aussi vice-présidente de l’OPLO- a précisé que « l’académie poursuit son effort en faveur de la continuité de l’occitan… L’enseignement de l’occitan sera maintenu à tous les niveaux dans l’académie ».  Avec un élément très important : « Je précise que les les EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) ne se substituent pas aux enseignements d’occitan existants mais qu’ils constituent une nouvelle possibilité… ». Ce qui n’est pas évident ailleurs.
    • Nice : pas de changements notables dans 80% des établissements. Pour les autres ont peut noter une baisse conséquente voire même des suppressions lorsque l’enseignement de l’occitan est assez récent. Il y a 12 enseignants pour 24 collèges. 1700 élèves dans le secondaire.

 

  • Clermont : seulement proposé dans 4 collèges (dont 3 dans le sel Cantal).
  • Limoges : 1 seul enseignant…

 

Le cadre

  • Le décret est paru le 19 mai 2015. Les langues régionales font partie d’un socle commun d’enseignements (les EPI) et disparaissent de la 6 ème car les EPI commencent en 5ème.
  • La circulaire d’application du mois de juin précise que l’enseignement bilingue en langue régionale restera organisé selon les organisations pédagogiques contenues dans l’arrêté du 12 mai 2003 intitulé « Enseignement bilingue en langues régionales à parité horaire dans les écoles et les sections langues régionales des collèges et lycée ».
  • Après plusieurs manifestations et actions au ministère, l’enseignement en 6ème est de nouveau possible. D’autres avancées existent.
  • L’enseignement des langues vivantes régionales reste régit par la circulaire n°2001-166 du 5 septembre 2001. Peu de Principaux le savent ou veulent l’ignorer.

Car cette réforme octroie surtout les pleins pouvoirs aux chefs d’établissements qui peuvent décider de manière unilatérale de retirer certains enseignements ou tout simplement de ne pas les budgétiser.

  • Chaque établissement reçoit en effet une Dotation Globale en Heures. C’est fait pour la rentrée 2016 et la répartition a été votée par les Conseils d’Administrations.
  • Il existe aussi des heures spécifiques hors DGH. C’est prévu et plutôt bien organisé sur les académies de Toulouse ou Bordeaux. A Montpellier c’est a minima et les cours d’occitan disparaissent. Le Rectorat a été sollicité mais la rectrice fait la sourde oreille.

Ces heures, lorsqu’elles existent, permettent de limiter les dégâts. Mais de manière globale, la FELCO relève que…

« Les professeurs d’occitan expriment une grande fatigue qui se transforme souvent en désarroi face à des textes qui se contredisent, des situations inégalitaires suivant le territoire, l’académie, l’établissement. »

La FELCO a envoyé le 18 mars ce dossier au Ministère de l’Education pour l’interpeller; il n’a pas encore répondu.

Lo Benaset avec les documents de la FELCO.

26 Nov

L’occitan al collègi : lo punt sus los recors.

Lo collectiu Peiregòrd Occitan deviá organizar un « Tusta l’urna » aqueste dissabte 28 de novembre per interpelar los candidats a las regionalas. Mas, coma per totas las manifestacions dempuèi los atemptats, la prefectura ven de defendre la crida.

Un afar juridic

Manifestacion Peiregus 6 de junh. Fòto Cécile Hautefeuille

Manifestacion Peiregus 6 de junh. Fòto Cécile Hautefeuille

A l’origina, la reforma dels collègis e lo sòrt de las lengas regionalas. L’occitan coma las lengas regionalas e autras lengas ancianas (latin, grèc…) fan partida dels EPI (Ensenhaments Patrics Interdisciplinaris) e donc la continuitat de las lengas es pas asserugada mas va dependre de la volontat o pas dels caps d’establiments e dels rectors. Son mai d’un a reagir dins lo mitan de l’ensenhament.

Costat occitan, la FELCO e lo CREO solide e tanben un collectiu que se monta en Peiregòrd que se sona « los mespresats » en referencia a l’accion menada per Dàvid Grosclaude. E li van pas doçament : demandan ni mai ni mens que l’annulacion de la reforma al Conselh d’Estat. Lo 29 de junh passat, un recors es despausat a Peiregús, que dís qu’aquesta reforma es contraria a las convencions signadas ambe los Rectorats per la Region Miègjorn-Pirenèus, los Departaments de Tarn, Tarn-e-Garona, Nauts-Pirenèus, Gers, Avairon de  la Region Aquitània e los Departaments dels Pirenèus-Atlantics, de Gironda, de Dordonha e d’Òlt-e-Garona dins lo quadre de l’article L.312-10 del còdi de l’educacion.

Una lucha d’un costat e d’autres faguèt un pauc avançar las causas. Un second decrèt sortiguèt en urgéncia lo 21 de julhet que fa tornar l’occitan en classa de 6ena sens mai de precisions alèra que i èra pas mai. Fa un mes, lo collectiu aguèt tanben una responsa del Ministèri de l’educacion. Per circulari, consacra lo retorn de l’occitan coma iniciacion. De dabans, èra doas oras per setmana, aquí l’Estat precisa pas.

Fòto : Cécile Hautefeuille

Fòto : Cécile Hautefeuille

Las convencions Estat/Regions

Las que se signèron a Tolosa o a Bordèu son prolongadas duscas a decembre de 2016. Vòl dire qu’aquí, l’occitan serà un pauc aparat. Lo rector de l’Acadèmia de Bordèu Olivier Dugrip diguèt « qu’il ressort des échanges avec le ministère que les modalités actuelles d’organisation et de financement des enseignements de et en langues régionales ne sont pas modifiées par l’entrée en vigueur de la réforme du collège à la rentrée 2016 ». Mas de d’aprèp ? Lo Conselh d’Estat va dever trencar pron viste.

La seguida ?

Los Basques an demandat ambe l’Ofici per la lenga basca una lèi per las lengas regionalas al ministèri. La batèsta se farà sul terren juridic. La tota novèla (junh de 2015) conselhèra regionala de Lemosin Estela Parot-Urroz va depausar ela tanben dimarç 1er de decembre un recors al tribunal administratiu de Lemòtges contra lo rectorat de Lemòtges. Un recampament de sosten es previst coma l’autre còp en Peiregòrd a 10 oras dabans lo burèu de pòsta de Lemòtges, plaça de Stalingrad. Aviá escrit al rector e aquí la responsa puslèu estonanta del rector.

« Malgré la demande que je lui avais adressée formellement, en tant que conseillère régionale du Limousin en date du 10 juillet 2015, en lui rappelant les obligations règlementaires en la matière (cf PJ1a et b), le Rectorat de Limoges en date du 13 novembre 2015 (cf PJ2) m’a fait part de sa décision de ne pas réunir le Conseil Académique de la langue occitane. 
Cela constitue de façon manifeste une violation du droit de la République française
(dispositions de l’article D.312-33 du Code de l’Education et suivants, de l’arrêté du 19 avril 2002 fixant la liste des académies dans lesquelles est créé un Conseil académique des langues régionales et aussi de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005, ratifiée par la France et ayant par conséquent une valeur constitutionnelle.) ». La FELCO a reagit de tira e interpelat lo ministèri.

Dins son comunicat per dire que lo « Tusta l’urna » de dissabte es reportat, lo collectiu de Peiregòrd precisa que serà ben aquí per interpelar los politics regionals aprèp lo second torn. Lo còp passat, lo president de la Region Aquitanha Alain Rousset aviá convidat Occitans e Basques a venir discutir. Per ara, son totjorn a l’espèra.

Lo Benaset