23 Avr

Miracle du confinement : le retour du prophète Bob Dylan

Quasiment muet depuis son dernier album de créations en 2012, tout honoré d’un prix nobel de littérature, Bob Dylan avais juste prêté sa voix pour des reprises. Hasard ou miracle du confinement, depuis sa demeure de Californie, le Révérent Bob revient avec une odyssée prenante de 17 minutes « Murder Most Foul » et une seconde nouveauté publiée il y a quelques jours : « I Contain Multitude ». 2 morceaux sous forme d’hommage à des disparus prestigieux qui laissent présager le retour du prophète troubadour.

« Murder Most Foul », une odyssée habitée d’illuminations poétiques

« Ce sombre jour à Dallas, en novembre 63 Un jour dont nous vivons à jamais l’infamie »

Sur une accroche grave de violoncelle à peine éclairée de quelques notes de piano, ainsi débute par ces mots la longue litanie du révérent Bob . Au moment de l’assassinat de JFK, jour où l’Amérique toute entière vacille. Un épisode sombre de l’innocence perdue. De sa voix nasale de canard grippé, il égraine façon « talking blues » pas moins de 164 vers sur les traumas d’une nation. L’occasion de saluer des héros disparus, l’apocalypse selon Saint Bob.

Sans couplet ni refrain, comme une homélie sombre limite sépulcrale, il salue les spectres des chers disparus, dans un paysage sonore délicatement tissé par un piano, un violoncelle et quelques percussions. Un flot de paroles et de poésie qui aurait pu s’avérer long (17 minutes) mais qui ne l’est pas car la tension tragique jamais ne retombe, servi par une voix sans fioriture et un accompagnement musical à la mesure.

Assurément du grand Bob Dylan comme rarement entendu récemment. Les Américains ne s’y sont pas trompés. A presque 79 ans et pour la première fois de sa carrière, Bob Dylan s’est classé N°1du Billboard américain. Le single est arrivé en tête du classement des ventes digitales rock avec 10.000 téléchargements.

« I Contain Multitudes »

 « Je suis pétri de contradictions, je suis d’humeur changeante »

Moins long et moins prenant, « I contain multitudes », le second morceau que vient de publier Bob Dylan depuis le confinement. Toujours aussi mystérieux, l’artiste indique qu’il l’a écrite « il y a quelques temps »… on ne sait quand!

Le titre est tout aussi minimaliste, peu d’instruments, pas de véritable structure, place à la poésie. Là aussi, il digresse dans le passé aux références multiples en parlant de William Blake, Edgar Allan Poe, Chopin, Beethoven, mais aussi les Rolling Stones et Indiana Jones!


Perso, je trouve ce morceau moins intéressant dans l’intensité et la finesse des arrangements mais supérieur aux dernières productions de l’artiste.

Sur son site, Bob Dylan salue ses fans, exprime sa gratitude pour leur soutien et leur loyauté à travers les années. Après des temps de disette, l’attente n’aura pas été veine. Ces 2 titres annoncent des jours meilleurs.

21 Avr

Guillaume Lopez, l’artiste vagabond en équilibre

Malgré son jeune âge, Guillaume Lopez a plusieurs décennies de pratiques musicales derrière lui. Dans quelques jours il sortira son nouvel album « Anda-Lutz ». Pas loin d’être le 20ème… peu importe le nombre mais quand même. Un disque qui réunit à part égales les musiques qui l’ont toujours porté : occitane, andalouse, arabe et, petite nouveauté : jazz. C’est dire l’éclectisme de l’artiste. Un musicien vagabond, qui se nourrit des autres, toujours dans l’équilibre. Rencontre.

Guillaume Lopez et les musiciens d’Anda-Lutz. Photo : Amic Bedel

Anda-lutz, génèse du projet

Guillaume Lopez a toujours été un artiste en recherche, curieux des rencontres et des enrichissements qu’elles procurent. En l’occurrence, nous sommes en 2006 et le projet « Sòmi de Granadas » avec l’accordéoniste Thierry Roques. Un parcours musical qui fait le lien entre Grenade-sur-Garonne et Granada en Andalousie. 2017, coup de fil du Conseil Régional d’Occitanie. L’idée : réunir un artiste d’Occitanie et un autre du Maroc. « Je connaissais déjà le musicien percussionniste Saïd El Maloumi. Nous avions fait une création à Cahors avec lui mais aussi Xavier Vidal, Thierry Roques, Dominique Regef et d’autres. » Les artistes ayant peu de temps pour répéter, ça allait faciliter les choses. Un seul spectacle à l’Institut français au Maroc à convaincu la présidente de région. « Il faut continuer », paroles de Carole Delga.

Teaser création du projet Anda-Lutz

Novembre 2018, 4 artistes se retrouvent au Maroc pour parfaire le projet. Il y a Guillaume bien sûr, Thierry Roques, Saïd El Maloumi et le jazzman Nicolas Gardel. « A l’âge de 8 ans, nous étions ensemble à l’harmonie de Tournefeuille. On s’est côtoyés pendant 10 ans. J’avais envie de rajouter une couleur jazz à ma musique, j’ai de suite pensé à lui. Je connais bien Nicolas. Il est toulousain et sincère. C’est aussi un musicien qui crée et qui sait se mettre au service d’un projet.  » 

Les 4 musiciens au Maroc. Photos Amic Bedel

Avril 2019 la saison culturelle Occitanie-Maroc s’annonce. Les musiciens se produisent pour une date au Palais du Méchouar de Casablanca et d’autres dans différents instituts français du Maroc. « C’était très bien. De ne pas jouer devant un public conquis c’est enrichissant. Et puis l’ambiance, extraordinaire! »

C’est devenu le projet phare de la compagnie Le CAMOM (Collectif Artistique et Musical Occitanie Méditerranée) de Guillaume Lopez. Octobre 2019 : résidence à la scène nationale d’Albi. L’album s’enregistre avec le fidèle ingénieur du son Alfonso Bravo au studio » Elixir » proche de Toulouse. « Nous avons enregistré une base live puis des nouvelles prises pour compléter, corriger. C’est Nicolas Gardel qui à réalisé l’album. »

Il sortira sur les plateformes de streaming vendredi 24 avril et sera chroniqué sur ce blog.

L’œil d’Alem Surre-Garcia, l’oreille de Christian Vieussens

« Depuis 2004, je suis sur la dralha avec Alem Surre-Garcia. C’est mon moteur intellectuel. »Pas plus grand spécialiste et grand vulgarisateur au sens noble du terme qu’Alem Surre-Garcia sur les relations arabo-occitanes. Ensemble ils ont tissé ce lien historique et culturel entre l’Occitanie et le Magreb via l’Andalousie. Idéologiquement pertinent, musicalement évident. Ce cheminement a nourri Guillaume, lui a permis d’assumer ses racines andalo-occitanes et ses aspirations. « J’ai toujours voulu mélanger les musiques du monde -y compris l’occitan- à des musique improvisées. Manu Théron fait ça aussi. La musique occitane n’est pas plus ni moins importante. Les musiques sont au même niveau. »

 

Christian Vieussens, président de la compagnie de Guillaume Lopez (Le CAMOM dans le Gers) a lui aussi toujours voulu mélanger les cultures en respectant leurs identités. « Je m’identifie beaucoup à son travail, sa recherche sur le pifre (fifre) gascon. Nous sommes flutistes tous les deux. Son contact m’a ouvert beaucoup de chemins. »

Avancer sur les chemins pour découvrir l’autre, s’enrichir, sans trahir, Guillaume Lopez ne s’est jamais arrêté. Tel un vagabond en quête de musique, tantôt en Andalousie, Occitanie, Magreb, Chine et maintenant  en Argentine pour des productions à venir. « Ce qui me touche, ce sont les gens qui ont une forte personnalité musicale et qui sont sincères. Pour faire quelque chose non pas qui me plaît mais qui me ressemble. »

Avec Anda-Lutz, le vagabond de la musique a trouvé son équilibre. Et ça s’entend.

Bonus Track : extrait live du spectacle janvier 2020

20 Avr

Un Printemps de Bourges imaginaire avec 2 artistes d’Occitanie bien réels !

Pépinière pour faire éclore de jeunes talents à coté des confirmés, le Printemps de Bourges se réinvente en mode virtuel confiné. « Le Printemps Imaginaire » nouvelle version aura bien lieu dès demain, non pas à Bourges mais sur les réseaux sociaux et dans certains médias notamment sur les antennes de Radio France. Des artistes ont répondu présent comme Alain Souchon, Catherine Ringer, Yael Naim, Jeanne Added, Tryo, Jeanne Cherhal, ou encore Renan Luce… Mais plus de 70% de la programmation est faite avec des musiciens et chanteurs émergents. Parmi eux, 2 artistes d’Occitanie Alicia et Oordaya qui ont passé les sélections régionales. 

Programmation du nouveau festival

Alicia et Oordaya : 2 femmes d’Occitanie qui rêvent en grand

Ils sont plusieurs milliers de groupes à postuler. Mais peu sont les élus à passer les épreuves de sélection pour avoir leur nom sur les affiches du festival catégorie « Inouïs ». Candidats en région, sélectionnés par elle, parfois ils ne sont malgré tout pas retenus pour la scène. Cette année, malgré le contexte, Alicia et Oordaya, 2 femmes d’Occitanie se retrouve dans la programmation.

En premier Alicia, une toulousaine qui a chanté sous le pseudo Aliyas en référence à Alicia Keys.

Alicia. Photo site Printemps de Bourges

Le site du festival la présente ainsi : « Alicia… chante avec une maturité déroutante pour son jeune âge et une voix chaude qui caresse l’oreille. Entre rap, pop et r’n’b, elle oscille avec agilité entre reprise de Damso et poignant appel à l’aide de femme victime de violences ». La scène de Bourges, elle s’y préparait. Les événements en ont décidé autrement. Faute de scène, place à l’imaginaire. Elle a envoyé au festival une chanson inédite. 

Même situation pour la jeune Oordaya, 19 ans. Cette artiste française d’origine algérienne a déjà 1 mini album et des vidéos à son actif. Un deuxième EP devait sortir en avril.  Une atmosphère planante, dans l’air du temps, Oordaya (la fleur) a déjà beaucoup d’assurance.

Oordaya – Listen

 

Pour le festival, elle a réalisé une vidéo pour se présenter au public confiné.

Oordaya. Photo : site Printemps de Bourges

Pour Rita Sa Rego qui s’occupe de cette programmation jeunes talents : « On étudie la possibilité d’offrir une scène à tous ces lauréats régionaux. Cela pourrait avoir lieu fin août ou début septembre à Bourges. Tout dépendra des conditions sanitaires à ce moment là. Ce serait le Printemps mais autrement. »

Un printemps de Bourges ré-inventé

Artistes mais aussi festivaliers sont invités à faire preuve d’imagination. Lives, chroniques, illustrations, et même danses et playbacks pour les spectateurs, tout le monde à carte blanche pour un printemps plus verdissant encore ! et leurs œuvres sont offertes à tous sur nos réseaux sociaux ».

Vous êtes même sollicités si le cœur vous en dit pour faire des chorégraphies sur des thèmes imposés.

MARDI : « Y’a le printemps qui chante » de Claude François
MERCREDI : « Mojo » de -M-
JEUDI : « Khapta » de Heuss l’enfoiré
VENDREDI : « La banane » de Philippe Katerine
SAMEDI : « Le Temps est bon » de Bon Entendeur
DIMANCHE : « Les planètes » de Matt Pokora
Vous avez jusqu’à la veille 12h pour envoyer vos vidéos à l’adresse : communication@printemps-bourges.com

Tous les jours à 18H, une vidéo collective sera diffusée sur les réseaux sociaux.

Le service public va répondre présent avec les antennes de Radio France : les France Bleu, FIP, France Musique, France Culture. Dès ce soir 20H, le Printemps de Bourges  sera sur France Inter avec un best of des éditions précédentes. Vendredi, concert confiné de la chanteuse Izia (Higelin) et du DJ Rone. Le Mouv quant à lui proposera des soirées rap, mercredi 22 et jeudi 23 avril.

17 Avr

Un nouveau disque, bientôt un film, David Bowie toujours dans l’actualité

Aujourd’hui sur les plateformes de streaming, on peut écouter un nouveau Bowie. Pas de nouvelles chansons mais une version unplugged inédite des titres qu’aimait bien l’artiste. 9 morceaux diffusés par la BBC en janvier 1997, pour ses 50 ans. Par ailleurs des images du film consacré à la pop-star et réalisé par Gabriel Range ont été dévoilées.

ChangesNowBowie nouvel album de David Bowie

Les 50 ans de Bowie

Nous sommes en 1997. Avec plus de 20 albums studios à son actif dont le dernier « Earthling », David Bowie fête ses 50 ans. Sur la scène du Madison Square Garden de New York, l’artiste est avec Lou Reed, Robert Smith, Sonic Youth, Frank Black et d’autres invités. Deux mois plus tôt, le Thin White Duke ( personnage scénique crtéé par Bowie) répétait pour l’événement avec la bassiste Gail Ann Dorsey, le guitariste Reeves Gabrels et le claviériste et programmateur batterie Mark Plati. Neuf titres de cette répétition sont alors enregistrés en version accoustique comme c’était tendance à l’époque. L’album s’ouvre sur « The Man Who Sold The World« , un titre ayant connu un regain d’intérêt avec la reprise acoustique chantée par Kurt Cobain pour le « Nirvana Unplugged in New York », enregistré en 1994. 

 La voix de Bowie, la basse de Gail Ann Dorsey

Unplugged oblige, les morceaux sonnent différemment. Sur The Man Who Sold the World, ce qui frappe en premier lieu c’est la voix magnifique de maîtrise de Bowie et la basse toute en douce puissance de Gail Ann Dorsey qui assure le tempo, et parfois même la voix comme sur Aladdin Sane

Deux classiques du répertoire de Bowie. Vient ensuite une reprise musclée du White Light/White Heat du Velvet Underground où s’illustre la guitare punchie de Gabrels. Classique mais plutôt réussi. La production est intelligente et l’équilibre entre chaque instrument bien respecté pour servir la voix. Exemple, Shopping For Girls extrait du deuxième album de son groupe Tin Machine. Sur cet album « ChangesNowBowie » on retrouve aussi Lady Stardust dans une très belle version où la sobriété concourt  avec l’émotion, porté par la voix de Bowie et des chœurs efficaces. Tout aussi performant, les morceaux The Supermen et Repetition avec une vidéo diffusée il y a quelques jours.

Mine de rien c’est le témoignage en 1997 de 30 ans d’une carrière riche et éclectique. L’album se termine par 2 versions assez émouvantes d’Andy Warhol et du superbe Quicksand, mon morceau préféré du disque.

Un autre disque pour juin 2020

Le disque est disponible en téléchargement, en attendant la version « physique » annoncée pour le 20 juin. D’autre part, une autre disque live est annoncé pour la même date. Il s’agit de « I’m Only Dancing », enregistrement du « Soul Tour 74 » jusqu’alors inédit en disque même si des versions pirates ont circulé. Il s’agit d’un double album (deux vinyls ou 2 CD) compilant un concert donné à Detroit en octobre 74.

Des images inédites de Stardust le film de Gabriel Range

David Robert Jones fait aussi l’actualité cinématographique. Le film « Stardust » n’est pas un biopic dans la lignée des films dédiés à Queen ou plus récemment Elton John. Le fils de Bowie confirme qu’il n’y aura pas de chansons de son père tel que le film est prévu à l’heure actuelle. La famille de Bowie n’a pas donné son accord pour ce film réalisé par l’auteur de documentaires Gabriel Range. Tourné dès juin 2019, c’est à l’acteur et musicien britannique Johnny Flynn que revient la lourde tache de faire revivre Bowie. Les premières images ont été dévoilées cette semaine.

Le film retrace une période bien précise de David Bowie, celle de son premier voyage aux USA en 1971. Bowie n’a que 24 ans. L’album The Man Who Sold The World » est sorti un an auparavant. Space Oddity existe aussi et le 5 ème album Ziggy Stardust n’est pas loin. D’où le titre du film.

Après un EP intitulé « Is it Any Wonder? » sorti en février, plus de 4 ans après sa mort, David Bowie est toujours dans l’actualité.

16 Avr

« Ta peau » nouveau single de Bertrand Cantat en attendant l’album « Paz »

Le nouveau single de l’ancien chanteur de Noir Désir Bertrand Cantat est sorti ce mercredi. Un titre court co-écrit avec l’écrivain breton Caryl Ferey. L’album « Paz » sortira la semaine prochaine le 24 avril.

Le morceau est court mais intense. Une ballade noire aux sons stridents portée par le souffle de la voix de Cantat et la sobriété créative des musiciens qui font cogner les mots de Ferey.

Ils essuient leurs mains dans des torchons de sang

Comme les abeilles agonisent comme ça en passant

Des cadavres par dizaines au pied des fleuves

Toutes tiges dehors sous le regard des miradors

Pour l’impunité, ma chère, il faudra se lever tôt

Ya les mouches qu’on nous laisse

Les promesses qui nous baisent

Mais de bas en haut, de bas en haut, ta peau

La chanson a été publié par l’écrivain sur sa page Facebook. On y retrouve Bertrand Cantat (voix et chants), ses complices Marc Sens (qui a accompagné Miossec et Yan Tiersen), et Manusound (basse et machines) ainsi que Laul (Laurent) Girard (guitare, chœurs, basse, percussions). 

Le chanteur et l’écrivain n’en sont pas à leur première collaboration. Cantat avait fait une lecture chantée d’un roman de Ferey « Condor ».

« Paz » (Paix) est aussi le titre d’un roman de Ferey mais l’album qui sortira la semaine prochaine n’est pas une adaptation. C’est une création des 2 artistes inspirée d’un voyage en Amérique du Sud.

« Ta peau » premier single puissant et incandescent, laisse augurer un album de bonne facture pour Bertrand Cantat.

01 Avr

Reformation du groupe Genesis, ce sera finalement avec Peter Gabriel !

La rumeur est désormais confirmée, avec « The Last Domino », Genesis revient dans le jeu scénique. Sérieux? Ce n’est pas la première fois que le groupe se reforme; ce sera sans doute la dernière. Énorme coup de théâtre : après avoir refusé d’y participer, son leader charismatique Peter Gabriel a dit oui!

Genesis sur scène ce sera l’événement musical de l’année 2020 post coronavirus.

Quel Genesis verrons nous ?

On connaît le clavier, la guitare et le chanteur de la tournée. Mais à 69 ans, Phil Collins ne peut plus assurer la batterie suite à de gros problèmes vertébraux. C’est donc son plus jeune fils Nicholas (18 ans) qui se retrouvera derrière une réplique de la mythique batterie Gretsch de son père.

Ce ne sera donc pas l’excellent Chester Thompson, lui qui accompagnait encore le groupe en 2007 pour l’ultime tournée. Il n’y aura pas non plus le guitariste Steve Hackett qui avait quitté le groupe. C’est l’américain Daryl Stuermer, présent lors des concerts du groupe depuis 1977 qui complétera la formation.

Le groupe Genesis au complet : Peter Gabriel, Steve Hackett, Mike Rutherford, Phil Collins et Tony Banks . PATRICK BALLS/GELRING LIMITED

Quid alors du troisième membre fondateur (avec Tony Banks et Mike Rutherford) : Peter Gabriel. La vraie surprise est là. Quand le groupe a annoncé sa reformation début mars, Peter Gabriel avait poliment refusé. Mais il a changé d’avis pour le plus grand bonheur des fans. 

Genesis et son âme : l’ange Gabriel

Pour beaucoup d’inconditionnels, le groupe est à son apogée dans les année 70-75. Immense chanteur, bête de scène, Peter Gabriel était un maestro au pupitre d’un Genesis théâtral, inspiré et flamboyant. Qui a vu et entendu le Genesis de l’époque s’en souvient encore.

I know what I like

Ou encore Selling England by the pound

En studio les albums « Foxtrot », « Selling England by the Pound » et « The Lamb Lies Down on Broadway » sont tout simplement magnifiques et Gabriel au sommet de son exubérance et de ses énormes capacités vocales.

Si Genesis a changé après son départ en 75, Gabriel et Collins ont joué quelques années ensemble et s’apprécient mutuellement. Mais il faut bien reconnaître que le Genesis qui suivra sera beaucoup plus commercial même si le parcours est jalonné de beaux moments comme l’album « Mama ».

17 dates au Royaume-Uni et après?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ℒ𝒊𝒛 🧿 (@liznyc66) le


Phil Collins se dit enthousiaste au micro de la BBC :

On s’est dit : ‘Pourquoi pas ?’ Ça peut paraître un peu nul comme raison, mais on prend plaisir à être ensemble et à jouer ensemble…

Pour Mike Rutherford :

On n’a fait que deux shows au Royaume-Uni ces 28 dernières années, alors on ne peut pas dire qu’on a épuisé le filon.

Car oui pour l’instant le groupe est prévu sur scène du 16 novembre au 12 décembre prochains, pour une tournée qui passera seulement par l’Irlande, l’Angleterre et l’Ecosse. Pas d’autres dates en Europe, pas d’enregistrement de disques… Cette réformation 51 ans après « From Genesis to Revelation », premier album du groupe risque d’être éphémère mais elle est exceptionnelle.

Quelques exemples récents prouvent que les dinosaures ont parfois de beaux restes. Peter Gabriel tente un énorme coup de poker en participant finalement à cette tournée « The Last Domino ». Perso, je ne peux pas faire autrement que de répondre : banco! J’y serai!

Bonus News

Attention tout de même. Cet article a été publié…un premier avril ! Peter Gabriel ne fera pas partie de la tournée. Désolé pour ses fans qui y ont cru. Le reste est bien vrai!